Navigation – Plan du site
L’évaluation des personnes placées sous main de justice

Former les acteurs à la prévention de la récidive : Quelles méthodes ? Quels outils ?

Une vision globale et intégrée pour augmenter l’efficacité des interventions des assistants de justice dans le cadre des missions confiées par les autorités mandantes
Henri Waterval

Texte intégral

Précisions

1Afin que le lecteur soit éclairé sur certaines particularités du contexte belge, je souhaite apporter quelques précisions à propos des termes utilisés.

  • Par « acteur » il faut entendre la fonction d’assistant de justice. Il s’agit de professionnels diplômés (majoritairement assistants sociaux, criminologues ou psychologues) qui ont été recrutés pour exécuter notamment des missions pénales telles que guidance probatoire, prise en charge de libérés conditionnels ou de justiciables bénéficiant d’une alternative à la détention préventive.

  • Par « méthode », il faut comprendre la méthodologie de la politique de formation, à ne pas confondre avec la méthodologie des intervenants de terrain qui elle balise la manière dont les missions doivent être exécutées.

  • Une réelle politique de prévention de la récidive se met essentiellement en place en amont de l’intervention de la justice. Le fait que la justice soit amenée à intervenir pour réguler les comportements hors norme peut être vu comme un constat d’échec des régulations « naturelles » : famille, école, secteur associatif,…

Le projet pédagogique

2Pour comprendre la vision de la politique de formation, il me semble utile d’énoncer au préalable les postulats sur lesquels se fonde le raisonnement que nous allons suivre, de donner des indications sur le cadre conceptuel auquel nous faisons référence.

3La fonction d’assistant de justice a été créée, tout comme la structure Maison de Justice, par des arrêtés royaux et ministériels. Il s’agit donc d’une production normative de pouvoirs institués par la Constitution qui décrit également les règles de vie en société, la manière dont l’ État souhaite que la vie en société soit organisée.

4La première démarche a donc consisté à élaborer et faire valider par la direction générale un projet pédagogique cohérent avec la vision que le constituant donne de la vie en société et la manière dont il considère le citoyen.

5C’est pourquoi nous parlons d’une approche responsabilisante, non-normative et non substitutive, qui vise à mobiliser autant que possible les ressources de la personne et de son milieu. Responsabiliser signifie mettre la personne face à ses responsabilités et en situation de poser des choix en connaissance de cause. Pour se faire il est essentiel que l’intervenant social ne se substitue (faire à la place) ni au justiciable, ni à l’autorité. Il ne lui appartient pas d’imposer sa norme personnelle mais de mettre le justiciable en situation d’évoluer dans le contexte contraignant (normatif) édicté par l’autorité.

6Ce projet énonce donc les principes de base qui cadrent l’ensemble des divers processus méthodologiques. Ces principes définissent également la manière dont l’assistant de justice entre en relation avec le justiciable (la manière dont il va le « traiter ») mais également avec l’ensemble des professionnels qu’il sera amené à rencontrer dans l’exécution des missions qui lui sont confiées.

7Le projet pédagogique précise également le choix de l’approche systémique (la transposition du modèle de résolution de problème de Palo Alto) c’est-à-dire la vision de l’homme qu’elle propose et les moyens de changement de comportement qu’elle envisage, puisque la finalité de l’intervention vise la non-récidive. C’est ainsi, qu’au niveau global, la Justice est vue comme un mécanisme d’autorégulation qui vise à faire en sorte que les comportements « délinquants » ne se reproduisent plus. De la même manière, au niveau individuel, dans le cadre d’un mandat confié par une autorité, la fonction d’assistant de justice participe, par son intervention, à l’objectif de non récidive.

8L’homme n’est pas isolé du contexte dans lequel il évolue. Il est indispensable de prendre en considération à la fois les interactions avec son entourage proche et les aspects non rationnels du comportement humain. Il ne s’agit pas d’une vision naïve, angélique du comportement, qui minimiserait la responsabilité individuelle en invoquant des justifications liées à l’environnement mais bien d’une vision concrète, pragmatique, qui tient compte de la position et de la vision de la personne concernée dans ses droits et ses obligations.

  • 1 Certes les idéologies individuelles ou des services peuvent amener des dysfonctionnements. Par aill (...)

9La fonction d’assistant de justice n’est pas non plus isolée. Dans le cadre du mandat confié, l’assistant de justice est amené à collaborer avec d’autres professionnels, qu’il s’agisse du parquet, de la police, des thérapeutes ou des travailleurs sociaux de centre public d’aide sociale. Chacun dans son domaine d’expertise, bien au clair avec sa spécificité (obligation de moyen/obligation de résultat) a pour mission de concourir à cet objectif commun tel que défini par une autorité1. L’assistant de justice prend en considération la vision du monde du justiciable, la manière dont il se positionne à l’égard de la mesure qui lui est imposée et de l’objectif qu’elle poursuit.

10La préoccupation constante est de trouver le juste équilibre entre le respect de la liberté individuelle et la protection de la société.

11Ce choix épistémologique offre une assise scientifique et donne aux intervenants non seulement une vision claire et intégrée de leurs missions mais également des outils concrets d’intervention.

  • 2 Nous devons composer avec des données de départ : la formation est tributaire de la qualité des cur (...)

12Cette manière de voir a par ailleurs des implications sur divers aspects du processus de formation,2 notamment :

  • La formation doit prendre en considération la vision contextuelle de la fonction – c’est le contexte global qui fait émerger le sens de la fonction, les objectifs qu’elle poursuit.

  • La vision de la fonction dépend aussi de la nature du problème à résoudre et, plus précisément, de la vision du problème et, pour notre propos, la manière de voir le changement du comportement humain puisqu’il s’agit de la prévention de la récidive.

13En synthèse, le raisonnement est celui-ci : les techniques d’entretien et les stratégies d’intervention (qui visent à la prévention de la récidive) sont envisagées concrètement après avoir clarifié la position de l’intervenant qui est cohérente avec la vision de la fonction dans le processus de régulation global (niveau individuel) qui est, elle-même, intégrée dans une structure qui occupe une place bien précise dans le processus de régulation global au niveau de la société démocratique belge.

14Afin d’ancrer ces réflexions dans le concret, j’ai choisi de les illustrer par la méthode utilisée pour élaborer le projet « Psychopathologie et techniques d’entretien ». Ce projet est situé dans un processus. Il fait suite à une formation de base au cours de laquelle les fondamentaux de l’approche systémique et de la pragmatique de la communication sont enseignés. Il a vu le jour suite à des difficultés rapportées par les assistants de justice confrontés à des justiciables ayant fait l’objet d’un étiquetage psychiatrique ou adoptant des attitudes ou des comportements inhabituels. Leurs questions concernaient notamment la façon de réagir face à un justiciable qui tient des propos incohérents, qui délire, qui entend des voix ou observe d’étranges créatures qui s’introduisent dans sa chambre à travers les murs... ? Comment créer ou maintenir une relation avec un paranoïaque ? Comment mobiliser un déprimé ?

15Afin de rester cohérent avec l’épistémologie interactionnelle de référence, le service a tenu à confier la formation à des professionnels partageant ces prémisses, c’est-à-dire ayant une vision contextuelle (et non strictement individuelle) des troubles mentaux.

16La formation « psychopathologie » est structurée en deux parties : une première partie de quatre jours de théorie et une seconde, également de 4 jours, consacrée à la pratique.

17Lors des quatre journées de théorie sont dispensés dans un premier temps les fondamentaux de la typologie psychiatrique ainsi que les traitements médicamenteux prescrits. Les différents troubles sont alors contextualisés (mise en évidence des conditions psychosociales qui aggravent ou atténuent les symptômes). Pour éviter la stigmatisation des justiciables et les risques des prophéties auto-réalisatrices liés à l’étiquetage, l’approche interactionnelle permet de définir un positionnement « complémentaire » de l’assistant de justice face aux manifestations spécifiques de ces troubles. Cela facilite la construction d’une relation de confiance et leur procure des techniques de communication leur permettant de remplir leur mission de la façon la plus efficace possible.

18Lors des quatre journées de pratique, les assistants de justice ont l’occasion d’expérimenter les techniques d’entretiens enseignées avec l’utilisation de caméra, vidéo et système d’enregistrement.

19Ces entretiens sont décodés et évalués avec l’aide du formateur qui a la possibilité de corriger les exercices « live ». Les journées sont espacées et étalées dans le temps afin de permettre l’application sur le terrain des apprentissages et de revenir en formation pour bénéficier de « feed-back » et, si nécessaire, de compléments. À l’issue de ces huit journées, une double évaluation est mise en place par le service formation, d’une part une évaluation individuelle écrite de chaque participant et d’autre part une synthèse réalisée par le formateur. Cet exercice permet de décider de l’opportunité de donner une suite à la formation, par exemple sous forme d’une « piqure de rappel » ou d’approfondissements dans les mois ou années suivants. Si l’efficacité est avérée, le projet est intégré dans un plan de formation annuel ultérieur et soumis pour validation à la ligne hiérarchique.

20L’objectif est de développer des compétences en vue d’une plus grande efficacité des interventions et donc du service qui est rendu aux autorités tout en prenant en considération la spécificité de la situation individuelle de chaque justiciable. Afin de soutenir et d’encadrer les intervenants de terrains, les fonctions dirigeantes reçoivent également des formations adaptées à la spécificité de leurs fonctions.

21Le fait que le service formation ne soit pas en ligne hiérarchique avec les assistants de justice facilite grandement la création d’un contexte d’apprentissage : les difficultés rapportées par les assistants de justice sont utilisées comme support de formation mais ne participent aucunement à une logique d’évaluation qualitative du travail qui est, elle, effectuée par la ligne hiérarchique.

22La politique de formation crée donc des contextes d’apprentissage permettant aux intervenants de développer des aptitudes qui augmentent l’efficacité de leurs interventions.

23Le plan annuel de formation qui prévoit diverses actions de formation (formation de base, formation continuée, congé de formation,…) est élaboré en utilisant une méthodologie identique à celle qui vient d’être illustrée. Parallèlement à ces projets, un processus de supervision de groupe est mis en place de manière constante et régulière. Chaque assistant de justice a la possibilité de demander au surplus des supervisions individuelles lorsqu’il l’estime utile.

24La complémentarité de ces divers mouvements a permis que s’installe, progressivement, une dynamique et une culture de service cohérentes avec la vision et les valeurs de la société démocratique au sein de laquelle nous évoluons.

Haut de page

Notes

1 Certes les idéologies individuelles ou des services peuvent amener des dysfonctionnements. Par ailleurs, il me semble utile de préciser que l’intervenant est tributaire de l’épistémologie des autorités mandantes, à savoir la manière dont elles conçoivent le changement de comportement humain. À ce propos, il nous faut constater une standardisation des dispositifs : conditions d’interdiction, recherche de travail ou suivi de formation, injonction thérapeutique... Il pourrait être intéressant de renforcer ces dispositifs par des mesures plus différenciées.

2 Nous devons composer avec des données de départ : la formation est tributaire de la qualité des cursus scolaires dispensés par les hautes écoles et les universités qui ont formés des professionnels de la relation. Cette diversité de diplômes a également justifié l’importance de définir un cadre commun via l’élaboration du projet pédagogique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Waterval, « Former les acteurs à la prévention de la récidive : Quelles méthodes ? Quels outils ? », Criminocorpus [En ligne], La prévention des récidives : Évaluation, suivis, partenariats, L’évaluation des personnes placées sous main de justice, mis en ligne le 09 mars 2016, consulté le 27 juin 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/3189

Haut de page

Auteur

Henri Waterval

Conseiller, Responsable formation supervision à la Direction Générale des Maisons de Justice, Service formation, Belgique.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page