Navigation – Plan du site
Articles

Les confessions d’un sorcier-empoisonneur devant le châtelain de Mozac (Basse Auvergne, 1461)

Johan Picot

Notes de la rédaction

Cet article est la présentation de l’édition du procès de 1461 disponible dans la bibliothèque de Criminocorpus.

Texte intégral

Analyse

1Archives départementales du Puy-de-Dôme (cité ensuite AD 63), fonds de l’abbaye de Mozac, 5 H 75 (ancienne cote : liasse 44, cote 3) et 5 H 76. – 1461, 3-9 août. Lorens Charastrut, paroissien de Marsat, âgé de 80 ans, accusé de sorcellerie par le procureur de Mozac, confesse à Jehan Panyot, châtelain de Mozac, plusieurs crimes perpétrés sous l’influence d’un diable nommé « Belzébuth » lui étant apparu à plusieurs reprises lors du sabbat sous l’aspect d’une idole, d’un ours ou encore d’un serpent. Le texte contient une description très précise du déroulement du sabbat. Original sur registre papier composé de deux fragments – le premier de deux folios, le second de sept folios – 205 mm x 270 mm ; en moyen français, avec de nombreux traits occitans et quelques insertions latines.

Principes d’édition

- Les restitutions des abréviations du texte ont été indiquées typographiquement par des caractères en italiques (notre).

- Les lettres et mots sautés par le scribe ont été ajoutés entre crochets (K<a>terrina).

- Les chiffres ont été édités de la façon dont ils étaient présentés dans la leçon (iii).

- Des signes diacritiques ont été ajoutés comme l’accent aigu.

- La séparation des mots et des agglutinations qui a été faite est rendue dans l’édition par des tirets (« a‑la‑mayn »).

- L’édition rend compte, au moyen d’une numérotation entre crochets carrés, de la disposition en lignes du manuscrit ([1]).

Haut de page

Bibliographie

Brocard Nicole, « Pauvres, marginaux, sorciers, complots et trahison à Besançon et dans le comté de Bourgogne au XVe siècle », M. Billoré et M. Soria (dir.), La trahison au Moyen Âge. De la monstruosité au crime politique (Ve-XVe siècle), Rennes, PUR, 2009, p. 239-253.

Cohn Norman, Démonolâtrie et sorcellerie au Moyen Âge. Fantasmes et réalités, Paris, Payot, 1982.

Collard Franck, Le crime de poison au Moyen Âge, Paris, PUF (« Le nœud gordien »), 2003.

Collard Franck, « Veneficiis vel maleficiis. Réflexion sur les relations entre le crime de poison et la sorcellerie dans l’Occident médiéval », Le Moyen Âge, 2003, p. 9-57.

Fournier Pierre-François, Magie et Sorcellerie. Essai historique accompagné de documents concernant la Magie et la Sorcellerie en Auvergne, Moulins, éditions Ipomée, 1979.

Godefroy Frédéric, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du ixe au xve siècle, Paris, Bouillon, 1881-1902 [cité Gdf].

Klaniczay Gábor, « Entre visions angéliques et transes chamaniques : le sabbat des sorcières dans le Formicarius de Nider », Médiévales, 44, 2003, p. 47-72.

Levy Emil, Petit dictionnaire provençal-français, Heidelberg, 1909 [cité LvP].

Pfau Aleksandra, « Ritualized Violence against Sorcerers in Fifteenth-Century France », Magic, Ritual, and Witchcraft, vol. 8, num. 1, 2013, University of Pennsylvania Press, p. 50-71.

Rézeau Pierre (éd.), Dictionnaire des régionalismes de France. Géographie et histoire d’un patrimoine linguistique, Bruxelles, De Boeck/Duculot, 2001 [cité DRF].

Wartburg Walther von, Französisches Etymologisches Wörterbuch. Eine darstellung des galloromanischen sprachschatzes, Leipzig / Bonn / Bâle, 1922-2002, 25 vol. [cité FEW].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Johan Picot, « Les confessions d’un sorcier-empoisonneur devant le châtelain de Mozac (Basse Auvergne, 1461) », Criminocorpus [En ligne], Les sources de la recherche, Articles, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 24 juin 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/3206

Haut de page

Auteur

Johan Picot

Docteur en histoire médiévale (Université Jean Moulin-Lyon 3) et chercheur associé à l’institut Ausonius (Université Bordeaux-Montaigne).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page