Navigation – Plan du site
Articles

Le phrénologiste au tribunal. Notes pour une recherche sur le cas italien

Simone Baral
Traduction(s) :
Il frenologo in tribunale. Nota per una ricerca sul caso italiano

Résumé

L’historiographie a bien montré combien la phrénologie a joué un rôle essentiel dans la définition des questions médico-légales relatives au diagnostic de la folie en justice et la définition des rôles du juge et de l’expert médical. Les terrains anglo-saxon et français ont fait l’objet de travaux mais le cadre de l’Italie du XIXe siècle reste méconnu. Cet article esquisse un premier inventaire des signes de la présence de la phrénologie en Italie. Il tient compte des situations locales (Aversa, Turin, Naples) et tente d’évaluer la postérité de l’influence de la phrénologie au regard des réformes pénales de la seconde moitié du XIXe siècle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « P[ubblico]M[inistero]. (volgendosi al Miraglia). Ma allora chiederei come si può distinguere un s (...)

M[inistère]P[ublic]. (en s'adressant à Miraglia). Mais alors je demanderais, comment peut-on distinguer un fou et un individu sain ? Parce que je ne suis pas sûr de ne pas être fou moi-même, donc je vous prie de m’éclairer sur cela ; car je voudrais bien, en plus, enlever ma toge et me faire enfermer dans un un asile plutôt que de rester ici (hilarité générale). […] En toute conscience je voudrais qu'on m'explique la différence entre mon esprit et celui d'un fou, parce que celui-ci raisonne très bien, et aussi de son propre mouvement 1.

  • 2 « Due discipline che venivano avvicinandosi, e come correlandosi, parallelamente all'incontro dei d (...)

1Comment distinguer un homme sain d’esprit d’un fou ? Au XIXe siècle, la question posée par le procureur au phrénologiste Biagio Miraglia est au centre d'innombrables débats dans lesquels aliénistes et juristes se questionnent à propos de « deux disciplines qui étaient en cours de rapprochement, et même se corrélant, en parallèle à la rencontre des deux concepts qu’elles contrôlaient, celui de la liberté et de la responsabilité morale d'un côté, celui de la responsabilité juridique et de l'imputabilité de l'autre2 ».

  • 3 « La percezione della rilevanza giuridica dell'opinione medica non era scontata » Alessandro Pastor (...)

2Cette question en implique une autre, extrêmement pratique, c’est-à-dire qui peut distinguer un homme sain d’esprit d’un fou ? Les codes de l’époque laissent place au pouvoir discrétionnaire du juge à propos de quand et comment se servir de l’expertise psychiatrique dans les cas de folie de l’accusé, et pendant tout le XIXe siècle « la perception de la valeur juridique de l'opinion médicale n'était pas évidente3 ». La question devient une vraie dispute entre plusieurs modèles explicatifs et de compréhension du crime et de la folie, du criminel et du fou.

3Les principaux points de désaccord sont au nombre de deux, distincts mais très liés entre eux. Le premier concerne la législation, en particulier le lexique utilisé dans les codes pour indiquer les facteurs de non imputabilité ; le deuxième concerne la codification au niveau procédural, là où on définit le rôle et les devoirs des experts mais, surtout, le poids de leur verdict dans l’économie du procès.

4Dans ce cadre, pour quelques décennies, fait son apparition la phrénologie, une (pseudo)science théorisée par le médecin viennois Franz-Joseph Gall qui promet de retrouver l’intériorité humaine à travers des signes physiques bien visibles. La connaissance, classifiable et quantifiable, de la liberté morale et de la propension au délit des sujets peut être enfin déduite en observant la conformation du crâne et le phrénologiste se propose donc en qualité d’expert parmi les experts, le seul qui peut parler de folie, criminalité et déviance, leur donner une définition et en comprendre les symptômes :

  • 4 Georges Lanteri-Laura, « Aspects criminologiques de l’œuvre de F. J. Gall », Análise Psicológica, ( (...)

À partir du moment où un savoir, supposé effectif, et d’origine médicale (au sens large), pouvait concerner des comportements humains tenus par la société pour des infractions, et où la science, comme allait le préciser un peu plus tard Auguste Comte, se trouvait assez proche de tout expliquer, la pratique pénale, n’apparaissait plus qu’à titre de reliquat d’une époque révolue, d’amalgame de préjugés d’un autre temps et de défense d’arrière-garde de l’obscurantisme. La médecine, et la phrénologie dans la médecine, devaient donc remplacer assez vite la justice, pour le triomphe de la science4.

Historiographies et intentions

  • 5 Michel Foucault, Folie et déraison : histoire de la folie à l'âge classique, Paris, Plon, 1961 ; Id(...)
  • 6 Robert Castel, L'ordre psychiatrique, Paris, Éditions de Minuit, 1977 ; Jacques Léonard, La médecin (...)
  • 7 Renzo Villa, « Perizia psichiatriche e formazione degli stereotipi dei devianti: note per una ricer (...)
  • 8 Mario Sbriccoli, « Histoire sociale, dimension juridique : l’historiographie italienne récente du c (...)
  • 9 Claudio Pogliano, « Localizzazione delle facoltà e quantificazione: frenologia e statistica medico- (...)
  • 10 « Questione di limitatissima entità » Renzo Villa, « Una fortuna impossibile », op. cit. p. 172 (Td (...)
  • 11 Georges Lanteri-Laura, Histoire de la phrénologie, op. cit., p. 172 ; Mary Gibson, Nati per il crim (...)

5Depuis les réflexions de Foucault5, l’historiographie française n’a jamais cessé de s’interroger sur ces arguments6. Pour laisser assez d’espace à un champ de recherche, celui de l’Italie du Risorgimento, plutôt inexploré, on donne pour sûrs certains passages de l’histoire de la psychiatrie française du XIXe siècle qui, forcément – vu le prestige de cette dernière –, ont influencé la réalité scientifique de la Péninsule. Jusqu’à présent les recherches historiographiques italiennes ont eu comme objet le dernier quart du XIXe siècle. Quatre événements d’une certaine importance s’entrecroisent pendant ces vingt-cinq ans : la création de la Società Freniatrica Italiana en 1873, trois ans après la publication de L’Uomo delinquente de Cesare Lombroso, le succès de la Scuola Positiva de Ferri et Garofalo et la discussion, longue et compliquée, au sujet du nouveau code pénal italien, qui ne s’arrête pas malgré la promulgation, en 1889, du Code Zanardelli7. À ce cadre historiographique déséquilibré, dont les lacunes ont été soulignées par Mario Sbriccioli il y a presque dix ans8, il faut ajouter le manque d’études sur la diffusion et l’organisation de la pensée phrénologique en Italie9. La présence encombrante de Lombroso et la relative fragmentation et dispersion du mouvement phrénologique italien donnent l’impression d’une « question d'une étendue très limitée »10, simple prolongement de l’expérience lombrosienne11.

6Cette recherche ne peut donc pas se fonder sur des travaux précédents et doit faire face à deux vides historiographiques : d’un côté la littérature réduite sur la phrénologie en Italie, de l’autre côté l’absence d’intérêt pour les rapports entre le savoir médico-psychiatrique et le savoir juridique pendant les soixante premières années du XIXe siècle dans la péninsule italienne. Bien sûr nous n’avons pas la prétention de combler ces lacunes et cette contribution n’est qu’une tentative de décrire une situation composite et fragmentée, de tracer les coordonnées pour des travaux futurs, plus spécifiques. Donc, après un bref aperçu de la diffusion de la phrénologie en Italie, ce travail portera sur les lieux − réels et métaphoriques – où le discours phrénologique a rencontré des questions pénales. Asiles, théâtres anatomiques, parlements, revues, correspondances privées : tels sont les lieux dans lesquels les phrénologistes italiens furent actifs pour chercher l’approbation de la communauté scientifique et conquérir un rôle décisif dans la société à venir.

La phrénologie en Italie : « une chance impossible »12 ?

  • 12 Renzo Villa, « Una fortuna impossibile », op. cit.
  • 13 Maria Pia Casalena, Per lo Stato, per la Nazione. I congressi degli scienziati in Francia e in Ital (...)

7Même si la phrénologie ne semble pas avoir atteint en Italie la même diffusion ni la même renommée qu’en France ou au Royaume Uni, ce serait une erreur de ne pas considérer l’expérience dans la Péninsule à cause de sa dissemblance : il s’agit en effet de contextes sociaux et culturels très différents et il ne faut pas oublier que la fragmentation politique italienne a interdit la formation d’une communauté scientifique nationale. L’histoire de la phrénologie italienne semble refléter plutôt bien cette division, non seulement entre régions mais aussi entre villes ; c’est pourquoi on ne peut comprendre la richesse des expériences phrénologiques et l’influence sur le débat scientifique et social du temps qu’en étudiant les différentes académies, universités et élites culturelles locales. La diffusion, l'élaboration et l’application des théories de Gall et Spurzheim sont plus accentuées dans trois zones : Aversa, Turin et Milan. Chacun de ces centres phrénologiques a ses caractéristiques propres qui les définissent, même partiellement. Dans le Royaume de Deux-Siciles le débat est dirigé par les médecins des Reali Case de’ Matti et l'asile d’Aversa près de Naples. La question des maisons de fous est au cœur du débat. À Turin la situation est plus complexe parce qu’il y a un groupe informel dont les membres sont plutôt des médecins qui appliquent la phrénologie dans les champs de la médecine légale, de la psychiatrie et de l’anthropologie physique. La phrénologie de la Lombardie se distingue dans le contexte italien par son esprit « à la mode », capable de conquérir les revues pour femmes, avec les récits d’analyses phrénologiques faits dans les cercles d’initiés de Milan et, en même temps, les revues culturelles, grâce aux conséquences sociales de son application à l’éducation. La seule tentative de développer un discours italien à propos des théories de Gall et Spurzheim a lieu entre 1839 et 1847, à l’occasion des réunions annuelles des scientifiques italiens13. Pendant ces congrès, les principaux phrénologistes défient à plusieurs reprises la communauté médicale, avec des interventions enflammées et des disputes âpres pour obtenir dignité et autorité. Malheureusement, avec les événements de 1848, l’évolution de la question nationale entraîne la fin des congrès et, avec eux, du débat phrénologique : la partie, plutôt importante, que les biographies de médecins dédient aux faits du Risorgimento semble justifier cette tendance. Pendant ce temps, les connaissances sur le cerveau continuent de progresser et il devient de plus en plus difficile de se défendre des critiques, comme de trouver des nouveaux prosélytes. La phrénologie en Italie compte de moins en moins d’adeptes – ils sont plus âgés aussi – et la neurophysiologie plus avancée, même quand elle faisait référence aux travaux anatomiques de Gall, cherche à se démarquer de la phrénologie. Et pourtant il y a eu

  • 14 « Un'epoca in cui la Frenologia fu di moda; allora tutti vollero essere frenologi, e tutti ne parla (...)

[u]ne époque à laquelle la Phrénologie fut à la mode ; alors, tous voulurent être phrénologistes, et tous en parlaient en bien ou en mal. Elle eut de vaillants champions et des ennemis implacables, mais elle eut aussi des gens qui en discutèrent sans la comprendre, et même des lettrés et des journalistes de métier qui parlèrent de sensations nerveuses, d'anatomie cérébrale, d’ostéogenèse, de manière vague et grossière, comme s'il s'agissait de la réputation d'un pauvre comédien14.

8

9En étudiant avec attention l’histoire scientifique et culturelle du XIXe siècle italien, il semble évident que si on veut parler de « chance impossible » pour la phrénologie, alors cette malchance est celle de ne pas avoir eu, jusqu’à présent, la juste attention historiographique.

Les Reali Case de’ Matti de Luigi Ferrarese

  • 15 « Art. 61. Il n'existe pas de délit si celui qui l'a commis au moment des faits, était dans un état (...)

10Luigi Ferrarese est, en Italie, l’un des premiers médecins à se consacrer aux théories de Gall, avec une attention particulière à leurs implications dans l’étude et le soin des aliénés. Médecin à l’asile d’Aversa entre 1838 et 1843, Ferrarese s’inscrit bien dans le débat contemporain dans ses nombreux écrits de médecine légale et ses critiques à l’égard de la législation pénale des Bourbons15, qui dérive de la législation napoléonienne. Sa position s’inscrit dans la lignée des recherches des aliénistes Marc et Georget, qui ont comme sujet la législation française sur les aliénés.

  • 16 « Il legislatore colla parola demenza ha voluto abbracciare […] ogni specie di follia, epperò non d (...)

Avec le mot démence le légiste a voulu comprendre […] toutes les espèces de folie, mais on ne doit pas la recevoir dans sa signification gnoséologique stricte, qui en dénote une seulement […] ; il aurait été préférable d’utiliser un langage plus digne du progrès des Lumières en cette matière délicate. […] L'état présent de la science, avec ses grands progrès et le bien de l'humanité et de la justice, a le droit d’exiger un langage exact et les distinctions utiles à éclairer les idées des magistrats16.

  • 17 «Uso di voci vaghe o troppo generali almeno, le quali conducono a lasciare una maggiore latitudine (...)

11Il ne s’agit pas d’un excès de zèle, mais d’une tentative d’éviter « l’utilisation d'expressions vagues, ou au moins trop générales, lesquelles amènent à laisser une ampleur majeure à l'arbitraire des magistrats, et qui justifient souvent les injustices les plus déplorables »17. Ferrarese se plaint du fait que souvent les juges n’ont pas les connaissances nécessaires pour parler de l’aliénation mentale, encore moins d’y puiser les fondements des sentences par lesquelles le sort de l’accusé doit être fixé :

  • 18 « Oltre le solite ed ordinarie cognizioni del diritto, ec. i Magistrati debbono possedere grandi co (...)

Au-delà des connaissances habituelles et ordinaires relatives au droit, etc. les magistrats doivent posséder des connaissances sur l'homme physique, aussi bien en bonne santé que dans un état de maladie, ainsi qu’une profonde connaissance de la science phrénologique et de la plus raffinée et sublime psychologie, non seulement en observant l'homme normal, type de perfection, mais aussi dans les différents états dans lesquels il peut se trouver selon les influences sociales, les passions, les maladies, une éducation particulière, les vices, etc18.

  • 19 Marc Renneville, « Le glaive et le caducée : évolution historique des rapports entre le droit pénal (...)

12Comme en France, la plupart des erreurs des magistrats touchent ces aliénés capables de raisonner. D’ailleurs, comme l’affirme Marc Renneville, « la monomanie homicide marque le premier véritable point de contact entre le crime et la folie, le criminel et le fou19. »

  • 20 « I forensi sono giunti fino a negare intieramente la esistenza di siffatte malattie [monomaia], ri (...)

Les juristes sont parvenus à nier entièrement l'existence de telles maladies [monomanies], en tant qu’affections fantaisistes imaginées par des médecins novateurs, comme un fantôme qui intervient pour soustraire les coupables aux rigueurs des lois pénales, et laisser impunis les auteurs des plus atroces délits20.

13En tout cas Ferrarese semble être le premier en Italie à comprendre l’importance de la nouveauté apportée par Gall en fixant l’attention sur l’homme avant de prendre en compte ses actions, et en étudiant en profondeur le cas spécifique dans sa complexité :

  • 21 « I delitti ed i misfatti, non si commettono da se stessi, e quindi non possono essere considerati (...)

Les délits et les méfaits ne se commettent pas d’eux-mêmes, et pourtant ils ne peuvent être considérés comme des êtres abstraits. Les délits et les méfaits sont le produit d’individus agissants, et ils reçoivent leur caractère par la nature et par la situation de ces individus, et ceux-ci ne pourront pas être évalués et déterminés sinon par référence à la nature et à la situation des individus eux-mêmes21.

Turin phrénologique

  • 22 Silvano Montaldo, Medici e società. Bartolomeo Sella nel Piemonte dell'Ottocento, Torino, Carocci, (...)
  • 23 Simone Baral, « Crani su misura », op. cit.
  • 24 « Una nuova chiave di lettura con cui affrontare la globalità dei comportamenti umani », Barbara Ma (...)
  • 25 G.M. De Rolandis, « Lettre de M. le docteur De Rolandis, de Turin, à M. le docteur Fossati, sur un (...)
  • 26 La publication de la lettre dans le Journal a permis à la notice d'être diffusée dans la presse phr (...)
  • 27 G.M. De Rolandis, « Lettre de M. le docteur De Rolandis », op. cit., p. 246.
  • 28 Ibid.
  • 29 Ibid.

14Dans cette histoire locale de la phrénologie italienne, Turin joue un rôle important. Autour du Repertorio medico-chirugico, revue fondée et dirigée par le médecin Giuseppe Maria De Rolandis22, se rassemble un groupe informel d'amateurs des théories de Gall, qui cependant ne forme pas une société proprement dite23. Pour ce groupe, composé surtout de médecins, la phrénologie représente le langage commun avec lequel composer leurs intérêts respectifs, « une nouvelle grille de lecture avec laquelle aborder la globalité des comportements humains24 ». En 1835 c'est également De Rolandis qui communique à Fossati25, médecin de Novare exilé à Paris et collaborateur principal de Gall, l'événement probablement le plus connu26 de la phrénologie italienne : l'analyse du crâne de Giorgio Orsolano, la “hyène de San Giorgio Canavese”. L'abjecte affaire d'Orsolano attire immédiatement l'attention du phrénologiste, qui voit la possibilité de mettre à l'éprouve les théories galliennes : « ayant eu connaissance de l'issue du procès et de la condamnation d'Orsolano à la peine capitale, je fis des démarches pour obtenir sa tête27 ». Le 19 mars dans le théâtre anatomique de l'Hôpital de San Giovanni, « l'examen en a été fait publiquement, en présence de tous les professeurs de médecine et de chirurgie, et des plusieurs docteurs28 ». La cranioscopie est un succès : non seulement la dimension des organes de la ruse, de la destructivité et de la circonspection « frappe d'étonnement tous les spectateurs »29 en comparaison de celles de la religion, de la bienveillance et de l’éducabilité, mais

  • 30 Ibid., p. 247.

nous avons trouvé les autorités judiciaires très obligeantes et très disposées à nous remettre cette tête. […] Le concours et l'intervention de tous les professeurs des deux facultés, l'affluence et le nombre des assistants ont prouvé la grande importance qu'on commence à donner ici aux investigations phrénologiques30.

  • 31 « Coraggioso masnadiere », « esame craniocopico […] mostrò fortemente sviluppati gli organi della c (...)
  • 32 Giacomo Giacobini, Cristina Cilli, Giancarla Malerba, « Il Museo di Anatomia umana », in Giacomo Gi (...)

15Cette démonstration phrénologique n'est pas la seule et au Congrès des Savants de Turin, De Rolandis expose une nouvelle analyse réalisée sur le crâne du « courageux bandit » dont l'« examen cranioscopique montra un fort développement des organes de la combattivité, de la déstructivité et de la simulation, en lui très supérieurs31 ». Toutes ces pièces furent par la suite jalousement conservées dans la collection phrénologique du Musée craniologique de l'Académie de Médecine de Turin, dirigé par un autre médecin phrénologiste du groupe, Antonio Garbiglietti32.

  • 33 « Organizzazione interna e cause esterne che stimolano o deprimono l'attività e l'equilibrio degli (...)

Organisation interne et causes extérieures qui stimulent ou dépriment l'activité et l'équilibre des organes : pour l'« l'organologie », le phrénologiste devrait devenir l'allié le plus strict du juge et du directeur des prisons. Pendant les années du Risorgimento et de l'Unité, aussi en Italie se forme rapidement un groupe de médecins qui recueillent les acquis de la médecine légale des aliénations, de la psychopathologie judiciaire. Toutes ces recherches semblent se condenser à partir de 1876 dans un ouvrage qui sera constamment enrichi et accru : L'Uomo delinquente de Cesare Lombroso33.

  • 34 « L'episodio […] testimonia soprattutto della particolare piega che l'interesse per la frenologia e (...)

L'épisode […] témoigne surtout de la tournure particulière que l’intérêt pour la phrénologie eut dans nos pays : axé sur les questions médico-légales, sur les problèmes de la faute, du délit, de l'imputabilité et, plus généralement, sur les thèmes de la folie […]. En la limitant […] à cette dimension particulière, elle ne put pas – ainsi que l'anthropologie criminelle par la suite – s'affirmer comme modèle d’interprétation globale des événements psychiques : elle se révéla très peu productive, sensiblement peu heuristique, en substance incapable de dépasser un premier état descriptif34.

16Aussi représentatif de l'approche turinoise de la phrénologie que cela puisse être, l'épisode du crâne d'Orsolano n'épuise pas la variété d'expériences, et il peut encore moins être considéré comme emblématique du contexte italien. Comme on peut le remarquer dans les propos de Renzo Villa, la fortune historiographique de cet épisode a – dans une certaine mesure – déformé le jugement de toute l'histoire de la phrénologie en Italie, en contribuant à la réduction d'une réalité à facettes et multiforme à une simple anticipation du plus dynamique Lombroso.

Bonacossa au Parlement

  • 35 Silvano Montaldo, « Manicomio e psichiatria nel Regno di Sardegna 1820-1850 », in Centro italiano d (...)
  • 36 « Importanza della perizia medica nel giudicare sullo stato mentale dell'uomo in alcune questioni d (...)
  • 37 « Alcuni de' più rinomati scrittori di diritto », Ibid., p. 348 (TdA).
  • 38 « Diritto e privilegio debb'essere della medicina il portare assoluto ed ultimo giudizio sulle dive (...)

17Contrairement à cette interprétation, certains phrénologistes italiens ne se contentent plus de retrouver les signes de la criminalité sur les têtes des exécutés, confirmation présumée post-mortem de la validité de leurs théories autant que de la décision des juges. Parmi eux il faut mentionner Giovanni Stefano Bonacossa, entré à l’Asile Royal de Turin en 1820 en tant que médecin suppléant sous la direction de Benedetto Trompeo et Cipriano Bertolino, donc chef de la structure de 1842 jusqu'en 187435. Bonacossa a été un des premiers médecins italiens à construire sa carrière autour de l'étude des pathologies mentales et à avoir une chaire universitaire de clinique des maladies mentales en 1850. La foi phrénologique partagée par les trois premiers chefs de l'asile de Turin permet à cette institution d'être pour longtemps un lieu privilégié de vérification et d’application des théories phrénologiques, en contribuant à leur consolidation et à la formation du groupe turinois. Mais Bonacossa n'attend pas d'obtenir l'autorité de la reconnaissance académique pour commencer à lancer des attaques à l’encontre du système judiciaire : déjà en 1844, lors d’un discours chez l'Académie de Médecine, il soutient l'« importance de l'expertise médicale pour juger de l'état mental dans certaines questions des tribunaux civil et criminel36 ». Après avoir montré une connaissance approfondie du débat international contemporain à propos de l'imputabilité des aliénés et avoir soumis à l’examen critique les positions de « certains des juristes les plus renommés37 ». Comme Pellegrino Rossi, Nicolini et Filangeri, Bonacossa affirme fortement que ce sont « le droit et le privilège de la médecine de porter absolument un jugement ultime sur les différentes conditions de l'esprit de l'homme, dans lequel sa liberté morale peut être altérée ou perdue38 ».

  • 39 « Essendo certo che, o si tratti di giudizio medico del corpo umano, o si tratti di medico giudizio (...)

Il est certain que, qu’il s’agisse soit d'un jugement médical du corps humain, soit d'un jugement médical sans lequel ni la loi, ni la jurisprudence ne peuvent exprimer leur idée, il s'agira toujours de médecine […]. La médecine aura pourtant une partie destinée à éclairer les objets qui, déterminés par elle, doivent passer au jugement de la science du droit, mais la science du droit ne pourra jamais avoir dans son système une partie de médecine39 .

18Mais comme on l’a dit, Bonacossa ne se limite pas simplement à dénoncer ce qu'il pense être des distorsions de l'appareil judiciaire et il décide de contourner les salles des tribunaux pour s'adresser directement à l’institution qui a commencé à établir les lois : le Parlement subalpin, constitué moins d'un an auparavant.

  • 40 « Art. 377 : La demande contenant les faits, l'indication des témoins avec les documents en annexe, (...)
  • 41 « Art. 100 : Alors que la folie, l'imbécillité, la fureur ou la force ne se reconnaîtraient à un de (...)
  • 42 « Io vengo a domandarvi una modificazione nelle leggi relative alla procedura nei giudizii civili e (...)

Je viens vous demander une modification des lois relatives à la procédure dans les jugements civils et criminels en ce qui concerne les fous40 ; je viens vous demander la suppression totale du centième article du Code pénal41 ; enfin je viens vous demander une loi spéciale quant au sort de la part malheureuse et importante de la société qui a perdu le bienfait de l’intellect. […] Les lois que je demande d’amender sont celles qui établissent que l'autorité judiciaire doit soumettre à un interrogatoire l'individu en question, dans les cas de folie ou d'interdiction ou de l'imputabilité de ses actions ; la disposition du Code pénal que je souhaite faire abolir est celle pour laquelle sont admis différents degrés de folie et donc différents degrés d'imputabilité en relation entre eux, c'est-à-dire dont on pense pouvoir encore imputer des actions à un fou, et lui faire subir la peine42.

19La pétition prononcée par Bonacossa le 28 février 1849 aux députés réunis au Palais Carignano est bien plus qu'un exposé de ses perplexités face à des lois qui ne suivent pas les progrès de la science ; il s'agit en effet d'un véritable réquisitoire contre les magistrats qui montrent toujours

  • 43 « Una smisurata ambizione di esercitare un esclusivo dominio su tutto ciò che appartiene alla cosa (...)

une ambition démesurée d'exercer une domination exclusive sur tout ce qui appartient à la chose publique ; dans l'aveugle et fière présomption d’être doté dans chaque domaine de la connaissance humaine, et dans l'hypothèse injurieuse et fausse que les adeptes des sciences médicales soient moins jaloux des magistrats en suivant les préceptes de la conscience et de la justice43.

  • 44 « Conferire a questo magistrato suprema facoltà di statuire irrevocabilmente sulla esistenza o non (...)
  • 45 « In cui il pazzo sa[ppia] rispondere adeguatamente a qualunque interrogazione gli sia fatta nella (...)

20Les points qu'il faut modifier dans la procédure portent sur l'interrogatoire accompli par le juge pendant la phase d'instruction de l'accusé suspect d'aliénation. Il s'agit de brefs entretiens à huis-clos, dans lesquels aucun expert en matière de santé mentale n'est consulté et l'histoire clinique antérieure du sujet n'est pas prise en considération. Selon Bonacossa cette articulation des règlements peut en effet « donner à ce magistrat la compétence suprême de statuer sur l'existence ou non de ladite infirmité, même en cas d'opinion contraire à l'avis médical44 », alors que seul l'œil de l’homme qui a l’expérienc quotidienne de la folie, est capable de la reconnaître, surtout dans les cas « où le fou sait répondre correctement aux questions qui lui seraient posées dans le domaine de ses connaissances45 ».

  • 46 « Nella necessità di dover essere sempre legalmente ingiusto », Ibid., p. 30, (TdA).
  • 47 Voir note 41.

21L'article 100 place ensuite le juge « dans la nécessité d’être toujours légalement injuste46 ». Sans entrer dans les questions médicales sur l'existence théorique d'une gradation dans la folie, Bonacossa souligne que même s'il y avait une moindre trace d'aliénation, le sujet devrait en tout cas être soumis aux traitements dans un hôpital psychiatrique, et il ne pourrait jamais être puni « jusqu’à dix ans ou avec la perpétuité »47 comme prévu par la loi.

  • 48 « Le deliberazioni dell'autorità giudiziaria […] si regolassero a seconda della sentenza de' medici (...)
  • 49 « Decidere sul fatto morboso istessamente che i giurati pronunziano sul fatto della reità o dell'in (...)

22Bonacossa attaque donc les codes et la pratique. En considérant surestimées les possibilités de repérer la folie avec un simple interrogatoire et en soulignant la complexité de la sémiologie des maladies mentales, Bonacossa souhaite que « les délibérations de l'autorité judiciaire […] puissent se réguler selon l’arrêt des médecins, c'est-à-dire les juges du fait morbide48 ». Il propose l'institution d'une commission de médecins, un jury d'experts capable de « décider du fait morbide dans la même façon par laquelle les jurés se prononcent sur le fait de la culpabilité ou de l'innocence d'un accusé49 ».

23Le médecin, l'aliéniste, le phrénologiste revendique donc pour lui l'honneur et le fardeau de la véritable compétence en matière d'interprétation des indices relatifs au coupable. Cependant cette fois il ne s'agit pas d’un raisonnement contenu dans un traité médical mais d'un discours destiné au Parlement du Royaume.

  • 50 « Les principaux vices de l'actuelle législation en ce domaine sont connus et chacun a pu se persua (...)
  • 51 « La custodia e la cura dei mentecatti ». G.S. Bonacossa, Osservazioni sulla proposizione di legge (...)
  • 52 Il faut attendre le XXe siècle et la loi n. 36/1994 pour avoir une codification organique. Voir F.  (...)
  • 53 « Altre erano, nel nostro paese, le attese ideologiche della classe dirigente, altre le sponde ideo (...)

24La pétition est accueillie favorablement par l'Assemblée pendant la session du 6 mars suivant et est transmise au ministère de la Justice et à celui de l'Intérieur50. À la fin du mois, le médecin et député Bernardino Bertini propose la loi invoquée par Bonacossa pour « la garde et le soin des fous51 ». Malheureusement l'évolution des événements politiques et sociaux de ces années-là attirent l'attention générale et les efforts de Bonacossa et Bertini tombent dans l'oubli52. Certainement à ce moment-là « dans nos pays la classe dirigeante avait d’autres attentes idéologiques, d’autres appuis idéologiques pour construire un modèle de société53 ».

La vitrine milanaise du Politecnico

25Même si l'action de Bonacossa n'a pas eu l'effet escompté, celui de réformer les codes, à long terme elle a eu connu un écho dans la presse d'actualité. Le débat implique médecins légistes, avocats, aliénistes et experts du droit et il s'intensifie au fur et à mesure de l'unification nationale, puisqu'elle devrait être suivie par l'unification législative. Dans ces discussions, la pétition de Bonacossa est souvent citée et elle semble représenter un modèle rhétorique et d'exposition pour les revendications de psychiatres plus jeunes.

  • 54 Giuseppe L. Gianelli, L’uomo ed i codici nel nuovo regno italico. Commentario medico-legale, Milano (...)
  • 55 G.P. Gianelli, « L'uomo ed i codici nel nuovo regno italico. Commentario medico-legale », Il Polite (...)

26Parmi les écrits les plus significatifs de cette période, on trouve L'uomo e i codici nel nuovo regno italico54 du médecin Giuseppe Luigi Gianelli. Gianelli a été professeur de médecine légale à l'Université de Pavie, mais depuis 1838 il transfère ses activités à Milan et son œuvre est publiée dans un premier temps dans la revue dirigée par Carlo Cattaneo Il Politecnico55. Gianelli expose systématiquement les réserves sur la législation en matière d'imputabilité et explore les codes des États de la péninsule : il arrive à la conclusion que seule une bonne réglementation de la collaboration entre juges et médecins permettra une « juste administration de la justice » :

L'état actuel de la psychologie, de la médecine et de la jurisprudence, appuie l'idée formulée par nous qu'il faut reconnaître :

I. L'absence dans l'homme de conscience de ses actes et liberté de choix comme caractère essentiel et constant de l'incapacité civile et criminelle :

II. À ce sujet, l'utilité de prendre pour modèle le Code pénal toscan et d'en admettre le principe fondamental comme base des articles du Code civil :

III. La possibilité d'amener les médecins et les juristes à s'entendre et s'aider pendant les investigations et leurs décisions respectives, suivant le but et le principe général de la question – si, dans quelle mesure et pourquoi l'individu à examiner a ou non, à un moment donné, a eu ou non conscience de ses actes et la liberté de choix :

  • 56 « Retta amministrazione della giustizia ». « L'odierno stato della psicologia, medicina e giurispru (...)

IV. Et pourtant, avec une plus grande certitude, la nécessité, que l'œuvre unanime et constante des médecins à fournir aux juristes les matériaux dont ils ont besoin, peut contribuer à la juste administration de la justice56.

  • 57 « Art. 34 : Les infractions à la loi pénale ne sont pas imputables si celui qui les a accomplies, n (...)

27L'auteur propose d'utiliser comme exemple le Code toscan qui, en reconnaissant l'absence de « conscience de ses actes et liberté de choix57 » comme facteur d'exclusion de l'imputabilité, élimine les cas complexes qui caractérisent le code du Royaume de Sardaigne et celui des Bourbons, les deux dérivant directement du Code napoléonien. Au moment de l'Unification, vue l'incompatibilité entre les codes antérieurs, la décision est d’étendre la législation des États sardes aux nouveaux territoires (sauf la Toscane) sans presque aucune modification. Dans l'ex Grand-duché, la suppression d'un code qui contient de nombreux points de modernité – surtout l'abolition de la peine de mort – pourrait créer du mécontentement et menacer l'unification qui vient d'avoir lieu.

28La revue de Cattaneo n'était pas étrangère à ces questions. Cattaneo lui-même était intervenu sur le sujet à l'occasion de la recension d'une œuvre d'Hubert Lauvergne, phrénologiste et médecin-chef du bagne de Toulon :

  • 58 « La stretta connessione della scienza penale e della medicina si fece […] sempre più manifesta, co (...)

Le lien étroit entre science pénale et médecine s’est faite de plus en plus manifeste, de sorte que l’on puisse désormais espérer plus de l'observation médicale que des déductions des juristes, pour l’amélioration de la doctrine criminelle. De même, les faits que le médecin peut recueillir se réfèrent non seulement au gouvernement des prisons et à la vie des misérables reclus, mais ils se rapportent à la plus intime part de la raison pénale, c'est-à-dire à l’exploration de l'impulsion criminelle, de laquelle dépendent le choix et la mesure des peines […]. Personne n’a jamais douté que des hommes soient par leur nature féroces, pervers, enclins à la fureur des passions, comme d'autres depuis leur naissance semblent être plutôt apprivoisés et bienveillants, de sorte que pour les tenir sur le droit chemin il n'y a pas besoin de les intimider par le visage du bourreau et le bruit des chaînes. Cette variété d’individus humains peut être observée par le médecin ; mais l'homme des métaphysiciens, et donc l'homme des juristes aussi, qui ont l’habitude de partir des assertions générales de la métaphysique, se réduit à un chiffre unique et constant, à une abstraction invariable58.

  • 59 Voir M. Castle, « Intorno ad una delle objezioni morali recate contro la frenologia », Il Politecni (...)
  • 60 Claudio Pogliano, « Localizzazione delle facoltà », op. cit., p. 346-349 ; Giorgio Cosmacini, « Cat (...)
  • 61 « La conoscenza poteva esistere e svilupparsi solo attraverso la prassi nella realtà culturale ». P (...)

29Dès son premier numéro, sorti en janvier 1839, le Politecnico avait publié des articles à caractère phrénologique59. La raison pour laquelle Cattaneo regardait avec intérêt les théories de Gall était qu'elles étaient construites à partir de l'homme, de son observation constante et différenciée60, avec la conviction que « la connaissance ne pouvait exister et se développer que par la pratique dans la réalité culturelle »61. En outre le fait qu'il utilise presque les mêmes mots pour décrire les avantages de l’approche du médecin et du phrénologiste, par opposition à celle du philosophe et du jurisconsulte, est symptomatique de l’épistémologie de Cattaneo :

  • 62 « Se la frenologia riescisse mai ad acquistare evidenza e fondamento di vera Scienza e riempire anc (...)

si la phrénologie réussissait à obtenir l'évidence et le fondement d’une science véritable et de répondre même partiellement aux grandes promesses qu’elle a faites, la philosophie en bénéficierait, laquelle a regardé jusqu'ici l'homme comme un chiffre unique et n'a de même pas cherché à rendre compte des variétés de nature et d'esprit62.

  • 63 « Imparziali ed equi testimoni ». M. Castle, « Intorno ad una delle objezioni », cit., p. 53 (TdA).

30Le Politecnico entre les années 1830 et 1840 avait représenté le centre autour duquel le milieu phrénologique milanais tournait, même si les rédacteurs se disaient être « des témoins impartiaux et équitables témoins63 ». Dans ses pages il avait accueilli certains des partisans des théories galliennes, y compris Michael Castle, l’Américain phrénologiste « des dames », protégé par l'aristocratie autrichienne de Milan. Il n'est pas étonnant, alors, qu'après les écrits de Gianelli et l'intérêt renouvelé pour le croisement entre matières pénales et médicales, on trouve des références explicites à la phrénologie :

  • 64 « Nel nostro tema delle malattie mentali i più abituati ed esercitati ad osservarle, a studiarne i (...)

Dans notre thème des maladies mentales, les plus habitués et exercés à les observer, à en étudier les phénomènes […] sont sans l’ombre d’un doute les psychiatres, et surtout les médecins des maisons des fous. Leur avis aura donc une probabilité accrue d’avoir raison. […] Ils ont une grande connaissance de la structure anatomique, de la physiologie et de la pathologie du corps humain, et souvent aussi dans les très importantes disciplines de la phrénologie et de l'organologie : ils sont pourtant extrêmement qualifiés dans la science des rapports entre le physique et la métaphysique et la morale de l'homme. Donc, leurs convictions doivent avoir la plus haute valeur, et on doit accueillir comme des critères de vérité leurs avis définitifs, déterminant la qualité, l'intensité, les phases et les modes des aliénations64.

  • 65 « Diventa indispensabile, non dirò già l'intervento dei medici quali essi siano, ma bensì di quelli (...)

Deviennent indispensables, non pas les interventions de n'importe quels médecins, mais en particulier celles de ceux qui, connaissant la valeur de l'organologie, de la cranioscopie et de la phrénologie, peuvent éclairer le tribunal lorsqu'il faut décider si un malfaiteur est responsable ou non de ses actions face à la loi65.

31Auteurs de ces textes, l'avocat Giuseppe Pellegrini et le médecin Giulio Crescimbeni, reconnaissent que la phrénologie est le meilleur système théorique et scientifique pour détecter et interpréter les signes de la folie. Le jugement du phrénologiste, sa conviction, devient donc le « critère de vérité » sur lequel il faut modeler la vérité judiciaire.

Les lettres du « dernier phrénologiste66 »

  • 66 F. Stock, La formazione della psichiatria, Roma, Il Pensiero Scientifico Editore, 1981, p. 47.
  • 67 « Se e quanto la frenologia possa recar luce ed esser guida nella conoscenza delle mentali alienazi (...)
  • 68 « Classificazione delle alienazioni mentali […] nuova del tutto, perché fondata su principi frenolo (...)

32Il faut maintenant retourner à Aversa, où les théories phrénologiques défendues par Ferrarese trouvent en Biagio Gioacchino Miraglia un digne partisan. Médecin de l'asile depuis 1842 et chef de 1860 à 1869, Miraglia s'était distingué dans le monde aliénistique de la péninsule par sa tentative de répondre à la question phrénologique posée pendant le cinquième Congrès des Savants italiens de Lucques67, avec la formulation d'une « classification des aliénations mentales […] totalement nouvelle, parce que fondée sur des principes phrénologiques validés par l'anatomie pathologique ; et elle a pour base l'état et le degré de lésion des fonctions organiques du cerveau68 ».

  • 69 « Contenente 118 tra cranii e teste imbalsamate e frenologicamente classificate ». B.G. Miraglia, I (...)
  • 70 Biagio G. Miraglia, « Le perizie medico-legali degli alienati », in B.G. Miraglia, Questioni filoso (...)

33Directeur des Annali frenopatici italiani, chargé de deux cours de clinique psychiatrique à l'Université de Naples et organisateur d'un Musée pathologique « contenant 118 crânes et têtes embaumées et phrénologiquement étudiés69 », Miraglia présente une personnalité digne d’intérêt. L'aliéniste d'Aversa n’aura en effet de cesse de publier des articles en faveur de la phrénologie, jusqu’à sa mort en 1885. Il est ainsi possible, en lisant ses écrits, de suivre l'application des théories galliennes, aussi à contre temps, confrontées aux affaires les plus débattues par la communauté savante et l'opinion publique comme celle de Passanante70.

34En revenant à des questions de psychiatrie judiciaire, on constate que Miraglia reprend le discours laissé inachevé par Bonacossa sur la gradation de la folie et de la peine. Le Code pénal sarde, après avoir été introduit dans les territoires auparavant sous le contrôle des Bourbons, avait connu des modifications sur lesquelles Miraglia donne son avis :

  • 71 « Art. 94 : Il n'y a pas délit si, au moment où l'action est accomplie, l'accusé est en état de pri (...)

La dernière modification du Code pénal a introduit dans l'art. 9571 le vice d'esprit, sans que la loi sache ce que cela signifie. Les juges usent de ce mot pour entendre un certain degré de folie.

  • 72 « Art. 95 : Alors que le vice d'esprit ou la force ne se reconnaissent telles qu'elles ne rendent p (...)
  • 73 « L'ultima modificazione del codice penale ha creato nell'art. 95 il vizio di mente, senza ch'essa (...)

Si l'on devait l'entendre ainsi, alors, en contradiction avec l'art. 9472, on condamnerait un pauvre demi-fou jusqu'à vingt ans de prison ! Mais je crois qu’avec cet art. 95 le magistrat devrait retenir une atténuation, avec un degré minoré de culpabilité, parce que le vice d'esprit ce n'est pas la folie, pour laquelle, à quelque degré que ce soit, il faut considérer qu’elle n'admet pas une responsabilité partielle73.

  • 74 « I gradi di colpabilità […] sono da stabilirsi nello stato di abuso o vizio delle facoltà, conside (...)
  • 75 « Guai, io dissi, […] quando un uomo male organizzato siede sopra un trono! Guai pure, ora dico, qu (...)

35Selon le phrénologiste, il est possible qu'une conformation particulière du cerveau puisse provoquer chez l'homme une prédisposition au crime, sans forcément déterminer ses actions. Dans ces cas il est possible, ou plutôt souhaitable, de graduer la peine sur la base du degré du développement des différents organes cérébraux du coupable. Bien au contraire, pour les fous, qui ne peuvent pas être considérés responsables de leurs actions : « les degrés de culpabilité […] sont à établir dans l'état d'abus ou de vice des facultés, en considérant l’agitation plus ou moins grande de l'homme en bonne santé qui commet un délit, et jamais celui atteint de folie aussi bien générale que partielle74 ». Cette formulation des codes peut donc être aussi bien utile que nuisible, selon qu'elle est interprétée justement – et phrénologiquement – ou non. À ce propos Miraglia met en garde : « Attention, dis-je […] quand un homme mal organisé siège sur un trône ! Attention, aussi, quand un être similaire a dans ses mains l’épée de la justice75 ! ».

  • 76 Ortensio Zecchino (dir), Pasquale Stanislao Mancini. L'uomo lo studioso il politico, Napoli, Guida (...)

36Les écrits de Miraglia furent lus par l'avocat et député Pasquale Stanislao Mancini, à plusieurs reprises membre de commissions chargées de l'élaboration d'un nouveau code pénal unique76. Mancini fut probablement touché par les discours de l'aliéniste et, le 20 juillet 1870, il lui écrivit pour lui demander son aide :

  • 77 « Gradirei moltissimo, se in questi momenti in cui la grande missione dell'Italia è d'impedire la p (...)

Je souhaiterais vivement que, au moment où le grand but de l'Italie est d’empêcher la parution d'un nouveau Code pénal qui ne réponde pas au progrès de la science et aux grands principes de justice et liberté, vous puissiez m’envoyer tous vos travaux spécifiques, vos observations et les rappels des cas […] qui peuvent guider utilement cette étude extrêmement importante. D'ailleurs j'ose espérer que, en associant en vous la sagesse du savant et le sentiment d'amour pour le pays, vous me permettrez de vous consulter, et de demander votre participation publique à nos travaux en ce qui concerne les parties pour lesquelles vos ouvrages érudits donnent une indiscutable autorité à votre avis77.

37Miraglia profite de l'occasion pour exposer sa perplexité, en remplissant la réponse de préceptes phrénologiques :

  • 78 « L'uomo di scienza, l'uomo che ha studiato profondamente le facoltà umane, e che in questo ha rico (...)

L'homme de science, l'homme qui a étudié en profondeur les facultés humaines, et qui a vu combien les conditions matérielles de l'organisation peuvent les influencer, il voit bien à quel point les limites de l'organisation sont restreintes, et combien la volonté et le libre arbitre sont incertains, même si on veut les considérer sans frontières. […] Parlons de nos codes. Je suis un médecin, et je ne considère pas les facultés mentales comme des êtres abstraits, mais comme de simples manifestations psycho-organiques ; ni même je n'exige d’être un juriste. Cependant, je vois qu'une fois établie la loi, se forme la procédure, sans qu'il y ait un lien entre les deux. Par exemple l'instruction des processus criminels conserve des principes qui informent des idées étranges sur la nature de l'homme. Mais il s'agit d'une erreur qui disparaîtrait si les instructeurs étaient droits de cœur et d'esprit, et s'ils ne voulaient pas élever leurs cerveaux au-dessus de leur crâne78.

  • 79 Chiarissimo Signore, lettre de P.S. Mancini à B.G. Miraglia, Roma, 4 novembre 1876, in Biagio Mirag (...)
  • 80 « sottoporre ad accurata disamina, ed esprimere il Suo illuminato avviso intorno alla parte che ha (...)
  • 81 V.P. Babini, La responsabilità nelle malattie mentali, cit., pp. 146-161.

38Six ans plus tard, Mancini est ministre de la Justice dans le premier gouvernement de la Gauche historique présidé par Agostino Depretis. Il écrit à nouveau à Miraglia79. Le nouveau ministre envoie au phrénologiste le projet de code pénal sur lequel il est en train de travailler, afin qu'il puisse « soumettre à un examen approfondi et exprimer son avis éclairé sur ce qui a trait à la pathologie mentale, et en général à la médecine légale, tant en ce qui concerne le contenu des propositions, que la forme et la propriété scientifique du langage80 ». Cette fois-ci, la demande n'est pas faite seulement à Miraglia mais elle s'inscrit dans une consultation plus large des principaux acteurs (la Magistrature, l'Ordre des avocats, les Facultés de Droit, les Académies de médecine et les directeurs des asiles)81, impliqués dans le débat qui a pris de l'ampleur depuis quelques années. À partir des années 1860, à côté des désormais peu nombreux partisans de Gall et Spurzheim, plusieurs aliénistes, même convaincus de l'inconsistance de la phrénologie, commencent à se faire entendre contre une législation considérée incapable de se renouveler et une procédure arbitraire qui nuit aux fous et à la société. L'esprit de Bonacossa semble sortir des mots de Carlo Livi, directeur des asiles de Sienne et Modène et fondateur de la Rivista sperimentale di freniatria e medicina legale :

Une voix s'est levée dans la salle de la Loi, laquelle a dit avec courage au juge :- Arrêtez-vous, il n'est pas coupable ; votre arrêt offense la raison et l'équité. Cette tête que vous souhaiteriez frapper est consacrée par le plus grand des malheurs, et je voudrais le défendre. Que Dieu vous empêche de le condamner au bourreau ou à la prison ; l'humanité, la justice seront obligées de se mettre un voile sur le visage ! Il n'est pas, il n'est pas un criminel, mais un malade, un fou.

Qui est cette personne hardie qui impose silence au cri de la conscience publique, qui se lève comme le juge de la loi elle-même, et qui tente d’arrêter son épée vengeresse ? Qui est celui qui peut changer par sa volonté les rôles du criminel et de l'innocent ? Qui lui demanda ? Qui lui a donné ce droit ?

  • 82 « Una voce si è levata nell'aula della Legge, che ha detto ai giudici animosamente: - Fermatevi, co (...)

Cet homme est le médecin ; qui lui demanda, ce fut l'humanité ; qui lui en a donné lui le droit, ce fut la science82.

Conclusions

  • 83 « Battaglie sconcertanti, e in certi momenti avvilenti, [...] tra periti e giuristi nei tribunali » (...)

39Il semble que la phrénologie ait représenté pendant la première moitié du XIXe siècle le principal moyen – ou du moins le plus visible – à travers lequel les discours sur le rapport conflictuel ente médecin et droit sont parvenus en Italie. Les points critiques de la réception de cette théorie concernaient d'une part les définitions de l'aliénation contenues dans les codes, en particulier les formes de folie qui semblaient ne pas éliminer complètement la raison ; de l'autre ils portaient sur le rôle de l'aliéniste au tribunal. Présentée comme une théorie d'explication et de régulation de l'homme et de la société entière, la phrénologie occupa dans le débat médico-légal une place prépondérante par rapport aux autres branches du savoir psychiatrique. Mais une fois accomplie l'Unification italienne, la psychiatrie italienne a connu les conditions pour se rallier aux revendications portées jusqu’alors par les phrénologistes, en ouvrant une saison de « batailles déconcertantes, et à certains moments avilissantes, […] entre experts et juristes dans les tribunaux83 ».

  • 84 Laurence Guignard, « L’expertise médico-légale de la folie aux Assises, 1821-1865 », Le Mouvement S (...)
  • 85 Marc Renneville, « Le glaive et le caducée », op. cit., p. 15.

40On retrouve des traces de la phrénologie dans les asiles d’aliénés, les théâtres anatomiques, les parlements, les revues, la correspondance privée mais – à ce jour – dans aucun tribunal. On peut pourtant supposer que les phrénologistes ont été saisis à plusieurs reprises en qualité d'experts, sinon on ne pourrait pas expliquer leurs plaintes à propos de la conduite des juges. L'état actuel des connaissances dans ce domaine, en ce qui concerne l'Italie du Risorgimento, n'a pas permis de « sortir du domaine polémique des procès relatés par la presse et nous attacher au travail quotidien des juges d'instruction et des cours d'assises84 », passage essentiel pour vérifier dans la pratique judiciaire quotidienne si les polémiques des aliénistes de l'époque étaient bien fondées. L'historiographie française a déjà remis en question85 l'image d'une lutte entre blocs opposés, médecins contre juristes, sur la base de vérités alternatives sur la nature et la faute des malades mentaux. Même en supposant qu'il soit possible de soutenir un discours similaire pour la réalité italienne, il était nécessaire d'en reconstruire auparavant les contenus, les modalités et les frontières grâce aux propos des protagonistes. Cette recherche a été une tentative d'aller dans cette direction, mais le chemin à parcourir est encore très long.

Haut de page

Notes

1 « P[ubblico]M[inistero]. (volgendosi al Miraglia). Ma allora chiederei come si può distinguere un savio da un matto? Io dubito allora di non essere anche io un pazzo; e quindi pregherei di essere chiarito su di ciò, volendo mille volte deporre la toga e rinchiudermi in un manicomio anzi che star qui (ilarità generale). [...] In piena coscienza vorrei essere chiarito quale è lo stato della mia mente in confronto a quello di un matto, perché questi ragiona benissimo, ed anche sul suo movente » Biagio G. Miraglia, La legge e la follia ragionante ossia considerazioni medico-legali su lo stato di mente della signora Teresa Santoro querelante di sequestro della propria persona in un manicomio, Napoli, Stamperia del Fibreno, 1871, p. 104 (traduction de l'auteur [TdA]).

2 « Due discipline che venivano avvicinandosi, e come correlandosi, parallelamente all'incontro dei due concetti su cui esercitavano il loro dominio, quello di libertà e responsabilità morale da un lato, quello di responsabilità giuridica e imputabilità dall'altro » Valeria P. Babini, « La responsabilità nelle malattie mentali », in Valeria P. Babini, Maurizia Cotti, Fernanda Minuz, Annamaria Tagliavini, Tra sapere e potere. La psichiatria italiana nella seconda metà dell'Ottocento, Bologna, il Mulino, 1982, p. 143 (TdA).

3 « La percezione della rilevanza giuridica dell'opinione medica non era scontata » Alessandro Pastore, Il medico in tribunale. La perizia psichiatrica nella procedura di antico regime (secoli XVI-XVIII), Bellinzona, Edizioni Casagrande, 1998, p. 9 (TdA).

4 Georges Lanteri-Laura, « Aspects criminologiques de l’œuvre de F. J. Gall », Análise Psicológica, (1993), 1 (XI), p. 7.

5 Michel Foucault, Folie et déraison : histoire de la folie à l'âge classique, Paris, Plon, 1961 ; Id. (dir.), Moi, Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère, ma sœur et mon frère... : un cas de parricide au XIXe siècle, Paris, Gallimard, 1973 ; Id., Les anormaux : cours au Collège de France (1974-1975), Paris, Gallimard, 1999.

6 Robert Castel, L'ordre psychiatrique, Paris, Éditions de Minuit, 1977 ; Jacques Léonard, La médecine, entre les pouvoirs et les savoirs : histoires intellectuelle et politique de la médecine française au XIXe siècle, Paris, Aubier, 1981 ; Gladys Swain et Marcel Gauchet, Dialogue avec l'insensé : à la recherche d'une autre histoire de la folie, Paris, Gallimard, 1994 ; Frédéric Chavaud, Les experts du crime. La médecine légale en France au XIXe siècle, Paris, Aubier, 2000 ; Marc Renneville, Crime et folie. Deux siècles d’enquêtes médicales et judiciaires, Paris, Fayard, 2003 ; Laurence Guignard, Juger la folie. La folie criminelle devant les Assises au XIXe siècle, Paris, Presses Universitaires de France, 2010.

7 Renzo Villa, « Perizia psichiatriche e formazione degli stereotipi dei devianti: note per una ricerca », in Alberto De Bernardi, Follia psichiatria e società. Istituzioni manicomiali, scienza psichiatrica e classi sociali nell'Italia moderna e contemporanea, Milano, Franco Angeli, 1982, pp. 384-401 ; Valeria P. Babini, « La responsabilità nelle malattie mentali », op.cit. ; Patrizia Guarnieri, L'ammazzabambini. Legge e scienza in un processo di fine Ottocento, Torino, Einaudi, 1988 ; Maria Ferro (dir.), Passioni della mente e della storia. Protagonisti, teorie e vicende della psichiatria italiana tra '800 e '900, Milano, Vita e Pensiero, 1989 ; Marco Nicola Miletti, « La follia nel processo. Alienisti e procedura penale nell’Italia postunitaria », Acta Histriae, vol. 15, n. 2, 2007, pp. 321-347 ; Francesco Rotondo, « Un dibattito per l’egemonia. La perizia medico legale nel processo penale italiano di fine Ottocento », Rechtsgeschichte, vol. 12, 2008, pp. 139-173 ; Paolo Marchetti, « Le ‘sentinelle del male’. L’invenzione ottocentesca del criminale nemico della società tra naturalismo giuridico e normativismo psichiatrico », Quaderni fiorentini per la storia del pensiero giuridico moderno, n. 38, t. II, 2009, pp. 1109-108 ; Mary Gibson, « Forensic psychiatry and the birth of the criminal insane asylum in modern Italy », International Journal of Law and Psychiatry, vol. 37, 2014, p. 117-126.

8 Mario Sbriccoli, « Histoire sociale, dimension juridique : l’historiographie italienne récente du crime et de la justice criminelle », Crime, Histoire & Société, vol. 11, n. 2, 2007.

9 Claudio Pogliano, « Localizzazione delle facoltà e quantificazione: frenologia e statistica medico-psichiatrica », in Alberto De Bernardi (dir.), Follia psichiatria e società, cit. ; Renzo Villa, Il deviante e i suoi segni. Lombroso e la nascita dell'antropologia criminale, Milano, Franco Angeli, 1985, p. 59-68 ; Barbara Maffiodo, La “medicina delle passioni” nel Piemonte ottocentesco (1815-1859), Santena, Fondazione Camillo Cavour, 1986 ; Renzo Villa, « Una fortuna impossibile : nota sulla frenologia in Italia », in Filippo M. Ferro (dir), Passioni della mente, op. cit. ; Ugo D’Orazio, « Gall e la prima diffusione della frenologia in Italia », Sanità scienza e storia, n. 2, 1991 ; Giogio Cosmacini, « Cattaneo, Gall e la frenologia », in Arturo Colombo, Carlo Monteleone (dir.), Carlo Cattaneo e il Politecnico, Milano, Franco Angeli, 1993 ; Simone Baral, « Crani su misura... », op. cit. Pour une bibliographie complète sur l'histoire de la phrénologie en Italie et un premier essai de synthèse voir Simone Baral, La frenologia in Italia, op. cit. Il faut encore une fois se référer à l'historiographie française pour les études les plus organiques : voir Georges Lanteri-Laura, Histoire de la phrénologie. L'homme et son cerveau selon F. J. Gall, Paris, Presses Universitaires de France, 2e éd., 1970 ; Marc Renneville, Le langage des crânes. Une histoire de le phrénologie, Paris, Institution d'édition Sanofi-Synthélabo, 2000.

10 « Questione di limitatissima entità » Renzo Villa, « Una fortuna impossibile », op. cit. p. 172 (TdA).

11 Georges Lanteri-Laura, Histoire de la phrénologie, op. cit., p. 172 ; Mary Gibson, Nati per il crimine. Cesare Lombroso e le origini della criminologia biologica, Milano, Bruno Mondadori, 2004, p. 22 ; Daniel Pick, Faces of degeneration. A European disorder, c. 1848 – c. 1918, Cambridge, Cambridge University Press, 1993, p. 113 ; David G. Horn, Lombroso and the Anatomy of Deviance, New York, Routledge, 2003, p. 61ss.

12 Renzo Villa, « Una fortuna impossibile », op. cit.

13 Maria Pia Casalena, Per lo Stato, per la Nazione. I congressi degli scienziati in Francia e in Italia. 1830-1914, Roma, Carocci, 2007.

14 « Un'epoca in cui la Frenologia fu di moda; allora tutti vollero essere frenologi, e tutti ne parlarono pro e contra. Ebbe campioni valenti e nemici acerrimi, ma ebbe anche gente che ne discusse senza intenderla, e perfino letterati e giornalisti di mestiere che parlarono di sensazioni nervose, di anatomia cerebrale, di osteo-genesi, tagliando per diritto e per isbieco, come tratterebbero la fama di un povero commediante » Giuseppe Rampoldi, Cenni storici sulla frenologia: dissertazione inaugurale di Rampoldi Giuseppe di Bergamo alunno borromeo presentata ad ottenere la laurea medica nell'Università di Pavia, Milano, Placido Maria Visaj, 1846, p. 36-37 (TdA).

15 « Art. 61. Il n'existe pas de délit si celui qui l'a commis au moment des faits, était dans un état de démence ou de fureur. Art. 62. Il n'existe pas de délit si celui qui l'a commis a été forcé par une force à laquelle il n'a pas pu résister ». « Art. 61. Non esiste reato quando colui che lo ha commesso era nello stato di demenza o di furore nel tempo in cui l'azione fu eseguita. Art. 62. Non esiste reato quando colui che lo ha commesso vi è stato costretto da una forza cui non ha potuto resistere ». Leggi penali del Codice pel Regno delle Due Sicilie corredate d'un breve Comentario contenente note e dilucidazioni, Napoli, Angelo Trani, 1819 (TdA).

16 « Il legislatore colla parola demenza ha voluto abbracciare […] ogni specie di follia, epperò non debb'essere ricevuta nello stretto significato nosologico, che ne dinota una soltanto […]; sarebbe stata più acconcia cosa se si fosse espresso con un linguaggio più degno del progresso dei lumi in questa delicata materia. […] Lo stato presente della scienza coi suoi grandi progressi ed il bene dell'umanità e della giustizia ha diritto a pretendere non solo una esattezza di linguaggio, ma ancora quelle tali distinzioni acconcie ad illuminare le menti dei magistrati ». L. Ferrarese, Delle malattie della mente ovvero delle diverse specie di follie, Napoli, 1843, vol. 3, 2e éd., p. 27-28 (TdA).

17 «Uso di voci vaghe o troppo generali almeno, le quali conducono a lasciare una maggiore latitudine all'arbitrio dei magistrati, giustificando soventi le più turpi ingiustizie», Ibid, (TdA).

18 « Oltre le solite ed ordinarie cognizioni del diritto, ec. i Magistrati debbono possedere grandi cognizioni intorno all'uomo fisico, così in istato di sanità, come di malattia, del pari che una profonda cognizione della Scienza frenologica e della più raffinata e sublime psicologia, non solo preso l'uomo nello stato normale, tipo di perfezione, ma risguardato nei differenti stati in cui per le influenze sociali, per passioni, per morbi, per peculiare educazione, per vizi, ec. può trovarsi », Il Gatto letterato, a. I, n. 5, 10 juin 1839, p. 97-102, (TdA).

19 Marc Renneville, « Le glaive et le caducée : évolution historique des rapports entre le droit pénal et la psychiatrie », in B. Granger (dir.), La psychiatrie à l'épreuve de la justice, Paris, TD Editions, 2012, p. 9.

20 « I forensi sono giunti fino a negare intieramente la esistenza di siffatte malattie [monomaia], ritenendole come affezioni bizzare immaginate dai Medici novatori, come un fantoma che si vuol far discendere in lizza per sottrarre i colpevoli al rigore delle leggi penali, e mandare impuniti gli autori dei più atroci delitti » L. Ferrarese, Esame dello stato morale ed imputabile dei folli maniaci, ed in particolare dei monomaniaci suicidi con le corrispondenti applicazioni alle azioni di questi, tanto per determinare lo stato della intelligenza, quanto per istabilire il grado di libertà morale, onde risolvere molte questioni difficili nel foro, Napoli, Tipografia di F. Fernandes, 1835, p. 11 (TdA).

21 « I delitti ed i misfatti, non si commettono da se stessi, e quindi non possono essere considerati come esseri astratti. I delitti ed i misfatti sono dei prodotti degli individui agenti, essi dunque ricevono il loro carattere dalla natura e dalla situazione di questi individui, e quelli non potranno essere stimati e determinati che dietro la natura e situazione degl'individui stessi », Ibid., p. 17 (TdA).

22 Silvano Montaldo, Medici e società. Bartolomeo Sella nel Piemonte dell'Ottocento, Torino, Carocci, 1998, p. 83.

23 Simone Baral, « Crani su misura », op. cit.

24 « Una nuova chiave di lettura con cui affrontare la globalità dei comportamenti umani », Barbara Maffiodo, La “medicina delle passioni”, op. cit., p. 73, (TdA).

25 G.M. De Rolandis, « Lettre de M. le docteur De Rolandis, de Turin, à M. le docteur Fossati, sur un criminel convaincu de plusieurs viols, suivis de meurtre », Journal de la Société Phrénologique de Paris, v. III, 1835, p. 247.

26 La publication de la lettre dans le Journal a permis à la notice d'être diffusée dans la presse phrénologique internationale. L'épisode est aussi enregistré par l'historiographie, voir R. Villa, « Una fortuna impossibile », op. cit., p. 172 ; Marc Renneville, « La Francia », in Silvano Montaldo, Paolo Tappero (dir.), Cesare Lombroso cento anni dopo, Torino, UTET, 2009, p. 203 ; Jan Verplaetse, Localizing the Moral Sense. Neuroscience and the Search for the Cerebral Seat of Morality, 1800-1930, Dordrecht-New York, Springer, 2009, p. 39 ; R. Villa, « Le scienze del crimine », in Francesco Cassata, Claudio Pogliano (dir.), Storia d'Italia. Annali 26. Scienze e culture dell'Italia unita, Torino, Einaudi, 2011, p. 788.

27 G.M. De Rolandis, « Lettre de M. le docteur De Rolandis », op. cit., p. 246.

28 Ibid.

29 Ibid.

30 Ibid., p. 247.

31 « Coraggioso masnadiere », « esame craniocopico […] mostrò fortemente sviluppati gli organi della combattività, della distruttività e simulazione, che in lui erano prepotenti ». F. Freschi, « Seconda Riunione degli Scienziati Italiani a Torino nel settembre dell’anno 1840. Delle materie proposte e trattate nella Sezione di Medicina », Annali Universali di Medicina, v. XCVI, 1840, p. 318-319 (TdA).

32 Giacomo Giacobini, Cristina Cilli, Giancarla Malerba, « Il Museo di Anatomia umana », in Giacomo Giacobini (dir.), La Memoria della Scienza. Musei e collezioni dell'Università di Torino, Torino, Fondazione CRT, 2003, p. 150-151.

33 « Organizzazione interna e cause esterne che stimolano o deprimono l'attività e l'equilibrio degli organi: per l'«organologia», il frenologo dovrebbe diventare il più stretto alleato sia del giudice sia del direttore delle carceri. Intorno agli anni del Risorgimento e dell'Unità, anche in Italia rapidamente si forma un drappello di medici che raccolgono le acquisizioni della medicina legale delle alienazioni, della psicopatologia forense. Tutte queste ricerche sembrano coagularsi a partire del 1876 in un'opera che sarà continuamente arricchita e accresciuta : L'Uomo delinquente di Cesare Lombroso ». R. Villa, « Le scienze del crimine », op. cit., p. 788 (TdA).

34 « L'episodio […] testimonia soprattutto della particolare piega che l'interesse per la frenologia ebbe nel nostro paese: orientato alle questioni medico-forensi, ai problemi della colpa, del delitto, dell'imputabilità e, più in generale, ai temi della follia [...]. Limitandola […] a quella dimensione particolare, essa non poté – come poi la stessa antropologia criminale – assurgere a modello di interpretazione globale dei fatti psichici: risultò ben poco produttiva, significativamente poco euristica, sostanzialmente incapace di superare un primo stadio descrittivo ». R. Villa, « Una fortuna impossibile », op. cit., p. 172 (TdA).

35 Silvano Montaldo, « Manicomio e psichiatria nel Regno di Sardegna 1820-1850 », in Centro italiano di storia sanitaria e ospedaliera: Sezione piemontese (dir.), Il Regio Manicomio di Torino, scienza prassi e immaginario nell’Ottocento italiano, Torino, Editore Gruppo Abele, 2007.

36 « Importanza della perizia medica nel giudicare sullo stato mentale dell'uomo in alcune questioni del foro civile e criminale ». G.S. Bonacossa, « Dell'importanza della perizia medica nel giudicare sulla stato mentale dell'uomo in alcune questioni del foro civile e criminale », Atti della Reale Accademia medico-chirurgica di Torino, vol. II, 1846, p. 348-383 (TdA).

37 « Alcuni de' più rinomati scrittori di diritto », Ibid., p. 348 (TdA).

38 « Diritto e privilegio debb'essere della medicina il portare assoluto ed ultimo giudizio sulle diverse condizioni della mente dell'uomo in cui può essersi alterata e smarrita la sua morale libertà », Ibid., p. 359 (TdA).

39 « Essendo certo che, o si tratti di giudizio medico del corpo umano, o si tratti di medico giudizio senza del quale né la legge, né la giurisprudenza può profferire il suo, si tratterà sempre di medicina [...]. Avrà dunque la medicina una parte destinata a chiarire oggetti che ben determinati da lei debbono passare al giudizio della scienza del diritto, ma la scienza del diritto non potrà aver mai nel suo sistema una parte di medicina », Ibid., p. 360 (TdA).

40 « Art. 377 : La demande contenant les faits, l'indication des témoins avec les documents en annexe, et aussi l'avis du conseil de famille, seront communiqués à la personne dont on veut l'interdiction, laquelle sera interrogée à huis clos […] Art. 379 : S'il s'agit d'interdiction pour cause de démence, d'imbécillité ou de fureur, et s’il y a urgence, le Tribunal, après avoir reçu l'avis du conseil de famille, pourra faire procéder à l’interrogatoire de l'accusé sans délai […] Art. 382 : En cas d’appellation par un arrêt du Tribunal de Préfecture, le Sénat pourra, s’il le juge nécessaire, faire interroger une autre fois la personne pour laquelle a été demandé l'interdiction, par le rapporteur ou par un autre délégué ». «Art. 377 : La domanda contenente i fatti articolati, l'indicazione dei testimoni cogli annessi documenti, come pure il parere del consiglio di famiglia saranno comunicati alla persona di cui è chiesta la interdizione, la quale sarà quindi interrogata a porte chiuse […] Art. 379 : Quando però si tratti di interdizione per causa di demenza, di imbecillità, o di furore, e vi sia urgenza, il Tribunale, ricevuto il parere del consiglio di famiglia, potrà immediatamente far procedere all'interrogatorio del convenuto […] Art. 382 : In caso di appellazione da una sentenza del Tribunale di Prefettura, il Senato potrà, se lo giudica necessario, far interrogare di nuovo la persona, di cui è domandata la interdizione per mezzo del relatore, o di altro delegato». Codice civile per gli Stati di S.M. il Re di Sardegna, Torino, Stamperia Reale, 1837, (TdA).

41 « Art. 100 : Alors que la folie, l'imbécillité, la fureur ou la force ne se reconnaîtraient à un degré tel que cela rendrait l'action non imputable, les Magistrats et les Tribunaux pourront punir l'accusé, selon les circonstances, à la prison jusqu’à dix ans ouà perpétuité ». « Art. 100 : Allorché la pazzia, l'imbecillità, il furore o la forza non si riconoscessero a quel grado da rendere non imputabile affatto l'azione, i Magistrati e Tribunali potranno punire l'imputato, secondo le circostanze dei casi, col carcere estensibile anche a dieci anni, o coll'ergastolo », Ibid., (TdA).

42 « Io vengo a domandarvi una modificazione nelle leggi relative alla procedura nei giudizii civili e criminali per quanto esse concernono ai mentecatti : vengo a domandarvi la totale soppressione dell'articolo centesimo del Codice penale ; vengo infine a domandarvi una special legge che governi le sorti di quella infelice e notabile parte della società che ha smarrito il bene dell'intelletto.

[…] Le leggi di cui invoco la emendazione sono quelle che stabiliscono che l'autorità giudiziaria debba assoggettare ad interrogatorio l'individuo del quale si tratta, per causa di pazzia, o della interdizione o della imputabilità delle azioni; la disposizione del Codice penale che io vorrei abolita è quella per cui si ammettono diversi gradi di pazzia e quindi diversi gradi d'imputabilità in relazione con questa, per cui cioè si determina potersi ancora imputare le azioni di un pazzo, e far subire al medesimo una pena ». G.S. Bonacossa, « Petizione presentata al parlamento nazionale il 18 febbraio 1849 », in Id., Elementi teorico-pratici di patologia mentale, Torino, Favale, 1851, p. 21-22, (TdA).

43 « Una smisurata ambizione di esercitare un esclusivo dominio su tutto ciò che appartiene alla cosa pubblica; in una cieca orgogliosa presunzione di essere dotto in ogni ramo dello scibile umano, e nell'ingiurioso e falso presupposto che i cultori delle scienze mediche sian meno gelosi de' Magistrati nel seguire i dettami della coscienza e della giustizia. », Ibid., p. 25 (TdA).

44 « Conferire a questo magistrato suprema facoltà di statuire irrevocabilmente sulla esistenza o non di detta infermità anche in opposto al parere de' medici », Ibid., p. 25 (TdA).

45 « In cui il pazzo sa[ppia] rispondere adeguatamente a qualunque interrogazione gli sia fatta nella sfera delle sue cognizioni », Ibid., p. 26, (TdA).

46 « Nella necessità di dover essere sempre legalmente ingiusto », Ibid., p. 30, (TdA).

47 Voir note 41.

48 « Le deliberazioni dell'autorità giudiziaria […] si regolassero a seconda della sentenza de' medici, ossia dei giudici del fatto morboso », Ibid., p. 33, (TdA).

49 « Decidere sul fatto morboso istessamente che i giurati pronunziano sul fatto della reità o dell'innocenza di un accusato », Ibid., (TdA).

50 « Les principaux vices de l'actuelle législation en ce domaine sont connus et chacun a pu se persuader des raisons fondées de la pétition exposée par l'excellent docteur ; ceci dit, la Commission, sans réflexions superflues, vous propose l'envoi de la même [pétition] au Ministre de la Grâce et de la Justice pour qu'elle soit transmise à la commission qui vient d’être créée pour l'épuration et la révision des lois civiles et pénales, et pour les mesures qu'elle jugera nécessaires.

- Despine. J'appuie les conclusions de la Commission pour le renvoi de la pétition n°811 au ministre de la Grâce et de la Justice; mais comme cette pétition propose en même temps qu'une loi soit promulguée à ce sujet (loi par conséquent qui intéresse toute la société), je demande qu'elle soit en outre renvoyée au ministre de l'Intérieur. […]

- Le Président: Je soumets au vote le double envoi, au Ministre de la Grâce et de la Justice et au Ministre de l'Interieur. (La chambre approuve) ». « I maggiori vizii dell'attuale legislatura su quest'oggetto essendo per se stessi patenti e noti, e avendo ognuno di voi potuto persuadersi per se medesimo delle fondate ragioni nella petizione dall'egregio dottore espresse, la Commissione, senza superflui riflessi, vi propone l'invio della stessa al Ministro di Grazia e Giustizia per trasmetterla alla commissione testé istituita per l'epurazione e revisione delle leggi civili e penali, e per que' provvedimenti che crederà opportuni.

- Despine. J'appuie les conclusions de la Commission pour le renvoi de la pétition n°811 au ministre de la Grâce et de la Justice; mais comme cette pétition propose en même temps qu'une loi soit promulguée à ce sujet (loi par conséquent qui intéresse toute la société), je demande qu'elle soit en outre renvoyée au ministre de l'Intérieur. […]

- Il Presidente: Pongo ai voti il doppio invio, al ministro di grazia e giustizia cioé, ed al ministro dell'interno. (La Camera approva) ». P. Trompeo (dir.), Atti del Parlamento subalpino. I° sessione del 1849 dal 1° febbraio al 30 marzo 1849, Torino, Botta, 1860, p. 326-27, (TdA).

51 « La custodia e la cura dei mentecatti ». G.S. Bonacossa, Osservazioni sulla proposizione di legge del medico collegiato Bernardino Bertini membro della Camera de' Deputati riguardante la custodia e la cura dei mentecatti e considerazioni sullo stato attuale de' pazzi in Piemonte, Torino, Favale, 1849 (TdA).

52 Il faut attendre le XXe siècle et la loi n. 36/1994 pour avoir une codification organique. Voir F. Giacanelli, « Appunti per una storia della psichiatria in Italia », in Klaus Dörner, Il borghese e il folle. Storia sociale della psichiatria, Roma-Bari, Laterza, 1975, p. XXVI.

53 « Altre erano, nel nostro paese, le attese ideologiche della classe dirigente, altre le sponde ideologiche per costruire un modello di società ». Renzo Villa, « Una fortuna impossibile », op. cit., p. 177, (TdA).

54 Giuseppe L. Gianelli, L’uomo ed i codici nel nuovo regno italico. Commentario medico-legale, Milano, Editori del Politecnico, 1860.

55 G.P. Gianelli, « L'uomo ed i codici nel nuovo regno italico. Commentario medico-legale », Il Politecnico, vol. IX, 1860, p. 223-269, 475-509, 545-645.

56 « Retta amministrazione della giustizia ». « L'odierno stato della psicologia, medicina e giurisprudenza appoggia l'avviso qui da noi formulato, che si abbiano a riconoscere: I. la mancanza nell'uomo di coscienza de' suoi atti e libertà di elezione quale carattere essenziale e costante della incapacità civile e criminale: II. la convenienza di prendere in ciò a modello il Codice penale toscano e di ammetterne la massima fondamentale a base dei corrispondenti articoli del Codice civile: III. la possibilità di condurre i medici ed i giurisperiti a piena e reciproca intelligenza nelle indagini e decisioni rispettive, abbracciandone lo scopo ed il generale principio col quesito – se, in quanto e perché, lo individuo da esaminarsi abbia o no, oppure, a data epoca, avesse o no coscienza de'suoi atti e libertà di elezione: IV. e quindi, insieme alla maggiore certezza, la necessità, che la concorde e costante opera dei medici a fornire ai giurisperiti i materiali di cui abbisognano, contribuisca alla retta amministrazione della giustizia ». G.P. Gianelli, L'uomo ed i codici nel nuovo regno italico, cit. p. 111 (TdA).

57 « Art. 34 : Les infractions à la loi pénale ne sont pas imputables si celui qui les a accomplies, n'avait pas conscience de ses actes et la liberté de choix ». « Art. 34: Le violazioni della legge penale non sono imputabili quando chi le commise non ebbe coscienza dei suoi atti e libertà d'elezione ». Codice penale pel Granducato di Toscana, Firenze, 1853 (TdA).

58 « La stretta connessione della scienza penale e della medicina si fece […] sempre più manifesta, cosicché ormai vuolsi sperar piuttosto dall'osservazione medica che non dalle deduzioni dei giureconsulti alcun grande e sùbito incremento della dottrina criminale. Né i fatti che il medico è in grado di raccogliere si ristringono solo al governo del carcere e alla vita dei miseri reclusi; ma si riferiscono alla più intima parte della ragion penale, ossia all'esplorazione di quella spinta criminosa, da cui dipende la scelta e la misura delle pene […]. Nessun dubitò mai che alcuni uomini non siano per natura feroci, perversi, proclivi al furor delle passioni, come altri al contrario fin dal seno materno sembrino temperati a mansuetudine e benevolenza, sicché a tenerli sulla dritta via non è certamente mestieri atterrirli col volto del carnefice e col suono delle catene. Codeste varietà delli umani individui dal medico possono essere osservate; ma l'uomo dei metafisici, e quindi anche l'uomo dei giureconsulti i quai sogliono muovere appunto dalle asserzioni generali della metafisica, si riduce a cifra unica e costante, a invariabile astrazione ». Carlo Cattaneo, « N. Lauvergne, Les forçats considérés sous le rapport physiologique, moral et intellectuel, observés au Bagne de Toulon, Paris, Baillière, 1841 », Il Politecnico, vol. VI, 1843, p. 453-454 (TdA).

59 Voir M. Castle, « Intorno ad una delle objezioni morali recate contro la frenologia », Il Politecnico, vol. 1, 1839, p. 53-57; M. Castle, « D’un’altra objezione morale recata contro la Frenologia », Il Politecnico, vol. 1, 1839, p. 360-365 ; Giuseppe Canziani et Carlo Cattaneo, « Della frenologia, Lettera del signor cavaliere Giuseppe Frank », Il Politecnico, vol. 2, 1839, p. 85-86 ; M. Castle, « Saggio frenologico sulla Benevolenza », V Il Politecnico, vol. 3, 1840, p. 534-542 ; G.C., « Principi d'una nuova cranioscopia scientifica del dott. Carlo Gustavo Carus, Stutgarda, 1841 », Il Politecnico, v. 5, 1842, p. 161-169.

60 Claudio Pogliano, « Localizzazione delle facoltà », op. cit., p. 346-349 ; Giorgio Cosmacini, « Cattaneo, Gall e la frenologia », op. cit., p. 267-274.

61 « La conoscenza poteva esistere e svilupparsi solo attraverso la prassi nella realtà culturale ». P. Redondi, « Cultura e scienza dall'illuminismo al positivismo », in Gianni Micheli (dir.), Storia d'Italia. Annali 3. Scienza e tecnica nella cultura e nella società dal Rinascimento a oggi, Torino, Giulio Einaudi Editore, 1980, p. 746 (TdA).

62 « Se la frenologia riescisse mai ad acquistare evidenza e fondamento di vera Scienza e riempire anche solo in parte le alte promesse che ha fatto, se ne gioverebbe la filosofia, la quale finora considerò l'uomo come una cifra uniforme, e non tentò tampoco di render conto delle varietà individuali d'indole e d'ingegno ». M. Castle, « Intorno ad una delle objezioni », op. cit., p. 53 (TdA). Sur l’attribution de ces mots à Cattaneo voir Carlo G. Lacaita, Raffaella Gobbo et Alfredo Turiel (dir.), La biblioteca di Carlo Cattaneo, Bellinzona, Edizioni Casagrande, 2003, p. 64.

63 « Imparziali ed equi testimoni ». M. Castle, « Intorno ad una delle objezioni », cit., p. 53 (TdA).

64 « Nel nostro tema delle malattie mentali i più abituati ed esercitati ad osservarle, a studiarne i fenomeni [...] sono senz'ombra di dubbio gli psichiatri, e specialmente i medici di manicomio. Dunque la loro relativa convinzione avrà in favore la maggiore presunzione o probabilità di verità. […] Eglino sono versatissimi nella struttura anatomica, nel magistero fisiologico e nella patologia del corpo umano, e spesso eziando nelle importantissime discipline della frenologia ed organologia; il perché riescono espertissimi nella scienza dei rapporti fra il fisico ed il metafisico e morale dell'uomo. Quindi i loro convincimenti deggiono necessariamente avere il massimo valore, e i loro definitivi giudizii, le finali proposizioni, determinanti la qualità, intensità, fasi e modi delle alienazioni, denno accogliersi come presunti criterii di verità ». Giuseppe Pellegrini, « Sull'Uomo e i codici commentario medico-legale del dott. G.L. Gianelli inserito nel Politecnico Vol. IX. Lettera al Dott. G. Crescimbeni », Il Politecnico, vol. X, 1861, p. 745 (TdA).

65 « Diventa indispensabile, non dirò già l'intervento dei medici quali essi siano, ma bensì di quelli più particolarmente, che essendosi bene informati del valore della organologia, della cranioscopia e della frenologia, possono illuminare il Foro, quando un malfattore si debba o no, tenerlo responsabile delle proprie azioni in faccia alla legge ». Giulio Crescimbeni, « Intorno al commentario medico-legale: L'uomo ed i codici, del dott. G. L. Gianelli; risposta alla lettera dell'avvocato Giuseppe Pellegrini », Il Politecnico, vol. XI, 1861, p. 696 (TdA).

66 F. Stock, La formazione della psichiatria, Roma, Il Pensiero Scientifico Editore, 1981, p. 47.

67 « Se e quanto la frenologia possa recar luce ed esser guida nella conoscenza delle mentali alienazioni». « Quinta riunione degli Scienziati italiani in Lucca », Gazzetta Medica di Milano, t. II, n. 52, 30 dicembre 1843.

68 « Classificazione delle alienazioni mentali […] nuova del tutto, perché fondata su principi frenologici avvalorati dalla patologica anatomia; ed ha per base ancora lo stato ed il grado della lesione delle funzioni organiche del cervello ». B.G. Miraglia, Cenno su di una nuova classificazione e di una nuova statistica delle alienazioni mentali fondate su principi frenologici considerati nei loro rapporti con la patologia del cervello, Aversa, Tipografia del Reale Morotrofio, 1847, p. 63 (TdA).

69 « Contenente 118 tra cranii e teste imbalsamate e frenologicamente classificate ». B.G. Miraglia, Il nuovo manicomio provinciale di Napoli, Napoli, De Angelis, 1871, p. 18 (TdA).

70 Biagio G. Miraglia, « Le perizie medico-legali degli alienati », in B.G. Miraglia, Questioni filosofiche, sociali, mediche e medico-forensi trattate coi principii della fisiologia del cervello, Napoli, Tip. Dell'Iride, 1883, p. 24-28.

71 « Art. 94 : Il n'y a pas délit si, au moment où l'action est accomplie, l'accusé est en état de privation d'esprit permanente ou provisoire résultant d'une raison quelconque, c'est-à-dire qu’il a été obligé par une force à laquelle n'a pas pu résister ». « Art. 94 : Non vi è reato, se l'imputato nel tempo in cui l'azione fu eseguita, trovasi in istato di privazione di mente permanente o transitoria derivante da qualunque causa, ovvero vi fu tratto da una forza alla quale non poté resistere ». Decreto luogotenenziale 17 febbraio 1861, in Codice penale per le provincie napoletane, Napoli, Gannini, 1861 (TdA).

72 « Art. 95 : Alors que le vice d'esprit ou la force ne se reconnaissent telles qu'elles ne rendent pas imputable l'action, les juges appliqueront à l'accusé, selon les circonstances, la peine de prison jusqu'à dix ans, ou celle de la garde jusqu’à vingt ans. Toutefois, dans le cas où la loi inflige pour le délit des peines correctionnelles différentes de la prison ou de la garde, ou des peines de police, les juges appliqueront la peine prescrite par la loi avec une diminution d'un à trois degrés ». « Art. 95: Allorché il vizio di mente, o la forza non si riconoscessero tali da non rendere imputabile l'azione, i giudici applicheranno all'imputato secondo le circostanze dei casi la pena del carcere estensibile anche ad anni dieci, o quella della custodia estensibile anche ad anni venti. Nei casi tuttavia in cui la legge infligge pel reato o pene correzionali diverse dal carcere o dalla custodia, o pene di polizia, i giudici applicheranno la pena prescritta dalla legge con la diminuzione da uno a tre gradi ». Ibidem (TdA).

73 « L'ultima modificazione del codice penale ha creato nell'art. 95 il vizio di mente, senza ch'essa legge sappia che voglia per ciò intendere. I giudici v'intendono un certo grado di pazzia; se così dovesse interpretarsi, allora in contraddizione dell'art. 94 consegnerebbe al povero mezzo pazzo fin vent'anni di ferri! Ma io credo che con questo art. 95 il magistrato dovrebbe ritenere un'attenuante in un grado minore di colpabilità, perché il vizio di mente non è la pazzia, la quale in qualunque grado voglia considerarsi non ammette responsabilità parziale ». Onorevolissimo Sig.r Commendatore, lettre de B.G. Miraglia à P.S. Mancini, Napoli, 27 juillet 1870, in Biagio Miraglia Jr, « Medici, Frenologi e Psichiatri », Annali di neuropsichiatria e psicoanalisi, vol. II, 1955, p. 394 (TdA).

74 « I gradi di colpabilità […] sono da stabilirsi nello stato di abuso o vizio delle facoltà, considerando l'uomo sano che delinque più o meno agitato, non mai sono da ritenersi nella pazzia sì generale che parziale ». B.G. Miraglia, « Osservazioni su gli articoli 12, soppresso, e 61, 62, e 64 del Progetto del Codice penale del Regno d'Italia 1876 », in Biagio G. Miraglia, Questioni filosofiche, op. cit., p. 75 (TdA).

75 « Guai, io dissi, […] quando un uomo male organizzato siede sopra un trono! Guai pure, ora dico, quando un simile essere ha in mano la spada della giustizia! ». Onorevolissimo Sig.r Commendatore, cit., p. 395 (TdA).

76 Ortensio Zecchino (dir), Pasquale Stanislao Mancini. L'uomo lo studioso il politico, Napoli, Guida editori, 1991.

77 « Gradirei moltissimo, se in questi momenti in cui la grande missione dell'Italia è d'impedire la pubblicazione di un nuovo Codice penale che non risponda al progresso della scienza ed ai grandi principii di giustizia e libertà, mi fossero comunicati tutti quei vostri speciali lavori ed osservazioni, e ricordi di casi segnati […], che possono servire di utile guida in questo importantissimo studio. Anzi oso sperare, che associandosi in voi alla sapienza dello scienziato il vivo sentimento dello amore del paese, vogliate permettermi di consultarvi, e di chiedere il vostro pubblico concorso ai nostri lavori in quelle parti in cui i vostri dotti lavori giustamente attribuiscono al vostro parere incontrastabile autorità ». Carissimo Collega, lettre de P.S. Mancini à B.G. Miraglia, Firenze, 2 juillet 1870, in Biagio Miraglia Jr, « Medici, Frenologi e Psichiatri », op. cit., p. 392-393 (TdA).

78 « L'uomo di scienza, l'uomo che ha studiato profondamente le facoltà umane, e che in questo ha riconosciuto l'influenza delle materiali condizioni della organizzazione vede bene quanto sieno ristretti i limiti della organizzazione, e quanto sieno vacillanti la volontà ed il libero arbitrio che indarno vogliono considerarsi senza confini.

[…] Veniamo ai nostri codici. Io sono un medico, e non considero le facoltà mentali come esseri astratti, ma come semplici manifestazioni psico-organiche; né pretendo di essere un legale. Però veggo che stabilita la legge, si è formata la procedura, né veggo tra questi due un nesso. Per es. l'istruzione dei processi criminali conserva massime che danno indizio di strane idee della natura dell'uomo. Ma questo errore sparirebbe dove gl'istruttori fossero di cuore e mente retti, e non elevassero il loro cervello al di sopra del cranio ». Onorevolissimo Sig.r Commendatore, op. cit., p. 393-395 (TdA).

79 Chiarissimo Signore, lettre de P.S. Mancini à B.G. Miraglia, Roma, 4 novembre 1876, in Biagio Miraglia Jr, Medici, Frenologi e Psichiatri, op. cit., p. 395-396.

80 « sottoporre ad accurata disamina, ed esprimere il Suo illuminato avviso intorno alla parte che ha attinenza colla Patologia mentale, ed in generale con la Medicna Legale, tanto intorno alla sostanza delle proposte, quanto della forma e della proprietà scientifica del linguaggio ». Ibidem (TdA).

81 V.P. Babini, La responsabilità nelle malattie mentali, cit., pp. 146-161.

82 « Una voce si è levata nell'aula della Legge, che ha detto ai giudici animosamente: - Fermatevi, cotesti non è un reo; la vostra sentenza offende la ragione e la equità. Questo capo che vorreste colpire è fatto sacro dalla più grande delle sventure, ed io lo difenderò. Dio vi guardi dal condannarlo al carnefice o alla carcere; l'umanità, la giustizia sarebbero costrette a velarsi la faccia ! Egli non è, non è un reo; ma un malato, un pazzo. Chi è l'ardito che viene a impor silenzio al grido della pubblica coscienza, che levasi quasi giudice della legge medesima, e si attenta a frenarne la vindice spada? Chi è questi che può cambiare a sua posta le parti di reo e d'innocente? Chi lo chiamò? Chi gliene diede il diritto? Cotest'uomo è il medico: chi lo chiamò fu la umanità: chi gliene diede il diritto, la scienza ». Carlo Livi, La frenologia forense ovvero delle frenopatie considerate relativamente alla medicina penale, Milano, Giuseppe Chiusi, 1863-1868, p. 4 (TdA).

83 « Battaglie sconcertanti, e in certi momenti avvilenti, [...] tra periti e giuristi nei tribunali ». Valeria P. Babini, « La responsabilità nelle malattie mentali », op. cit. (TdA).

84 Laurence Guignard, « L’expertise médico-légale de la folie aux Assises, 1821-1865 », Le Mouvement Social, 4, 2001, p. 59.

85 Marc Renneville, « Le glaive et le caducée », op. cit., p. 15.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simone Baral, « Le phrénologiste au tribunal. Notes pour une recherche sur le cas italien », Criminocorpus [En ligne], Folie et justice de l'Antiquité à l'époque contemporaine, Articles, mis en ligne le 21 avril 2016, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/3209

Haut de page

Auteur

Simone Baral

Doctorant en Sciences historiques à l'Università degli Studi di Torino, en cotutelle avec l'Université Lyon III Jean Moulin. Sa thèse porte sur l'histoire des œuvres sociales de l'Église vaudoise.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page