Navigation – Plan du site
Articles

Les avocats du Mouvement d'Action Judiciaire dans les années 1970, entre remise en cause du modèle professionnel et pratiques du droit originales

Jean-Philippe Tonneau

Résumés

L'article s'intéresse au Mouvement d'Action Judiciaire (MAJ). Créé en 1968, l'organisation souhaite regrouper des « travailleurs du droit » : des avocats, des magistrats mais également des inspecteurs du travail, des éducateurs, etc., et se donne trois objectifs : « Faire pénétrer le droit dans les lieux où il est exclu ; les luttes sociales (légales ou illégales) ; et les luttes à l'intérieur de l'appareil judiciaire ». Après avoir retracé l'histoire du MAJ, l'article resserre ensuite la focale sur les avocats qui en sont membres (qui sont-ils et quelles sont leurs pratiques professionnelles ?), puis s'intéresse à leur devenir, une fois l'organisation disparue en 1978.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Précisons, d'emblée, qu'il est difficile de connaître le nombre exact d'avocats parmi les membres d (...)
  • 2 Sur la politisation, nous nous référons à l'article de Jacques Lagroye, « Les processus de politisa (...)

1Créé en 1968, d'abord sous le nom de Groupement d'Action Judiciaire (GAJ), le Mouvement d'Action Judiciaire (MAJ) regroupe différents professionnels, membres ou proches de l'extrême-gauche : des avocats, des magistrats, des inspecteurs du travail, des éducateurs, etc. ; mais ce sont essentiellement les membres du Barreau qui coordonnent ses actions et ses prises de position1. Ces avocats importent la politique au sein de leur activité professionnelle. Cette politisation2 de leur activité s’exprime notamment par les domaines du droit exercés, les clientèles représentées ou encore les arguments constitutifs de leurs dossiers. Plus encore, ces avocats mettent leurs compétences juridiques au service non seulement des luttes sociales du moment mais également des justiciables du quotidien. Bref, ces membres du Barreau se présentent volontiers, et sont présentés par leurs confrères, comme des avocats-militants porteurs d’une conception politique de la profession.

  • 3 Voir Liora Israël, « Quelques éclaircissements sur l'invention du cause lawyering. Entretien avec A (...)
  • 4 La définition du cause lawyer, fréquemment citée, est celle de Lisa Hajjar : « What distinguishes c (...)
  • 5 Ronen Shamir, « Le militantisme juridique dans une société binationale : Palestiniens et Juifs isra (...)

2La dimension politique des interventions des avocats est, depuis quelques années, au cœur des recherches des historiens et des sociologues sur les membres du Barreau. Dans cette optique, le courant Cause Lawyering a particulièrement été mobilisé. Initié au début des années 1990 par Austin Sarat et Stuart Scheingold3, le Cause Lawyering est soucieux de rendre compte du rôle judiciaire et juridique des professionnels du droit, et singulièrement des avocats, dans les mobilisations sociales et la construction des causes. Autrement dit, le Cause Lawyering étudie les avocats militants utilisant le droit comme une arme4. Les analyses consacrées à ces membres du Barreau mettent en exergue des formes individuelles de militantisme à travers, par exemple, le cas des avocats juifs défendant des Palestiniens citoyens d'Israël ou encore des avocats plaidant contre la peine de mort5. Ces recherches comptent quelques angles morts : on n'en sait peu (ou pas assez) en effet sur les origines (sociales, professionnelles, etc.) de ces avocats ou encore sur leur exercice professionnel quotidien.

  • 6 Thomas Hilbink, Constructing Cause Lawyering: Professionnalism, Politics and Social Change in 1960s (...)

3Au milieu des années 2000, à partir de ses travaux sur les avocats américains dans les années 1960 et 1970, Thomas Hilbink comble ce premier écueil. En combinant trois critères (la « vision du système » de ces avocats c'est-à-dire « les différentes façons de penser la démocratie et le rôle du gouvernement et du droit dans la société » ; leurs différents « visions de la cause » ; et « les visions distinctes de leur travail »), le sociologue américain définit trois types de cause lawyers : les procéduriers (proceduralist), les élites ou avant-gardes (elite / vanguard) et les militants (grassroots)6.

  • 7 Liora Israël, « Usages militants du droit dans l'arène judiciaire : le cause lawyering », Droit et (...)
  • 8 Liora Israël, « Un droit de gauche ? Rénovation des pratiques professionnelles et nouvelles formes (...)
  • 9 Hayes Graeme, Sylvie Ollitrault, La désobéissance civile, Paris, Presses de Sciences Po, 2013, 185 (...)
  • 10 Vanessa Codaccioni, Punir les opposants. PCF et procès politiques 1947-1962, Paris, CNRS, 2013, 423 (...)
  • 11 Liora Israël, « Quelques éclaircissements sur l'invention du cause lawyering… », art. cit.
  • 12 Laurent Willemez, Des mondes ordonnés ? Professionnels du droit et militants dans la diffusion de l (...)

4Importé en France, notamment par Liora Israël7, au début des années 2000, le Cause Lawyering a fait l'objet d'une utilisation plurielle. Sous le terme générique de cause lawyers sont, par exemple, regroupés : les avocats, proches de l'extrême-gauche dans les années 1960 et 1970, représentant les étudiants poursuivis8 ; ceux défendant les « faucheurs d'OGM » et usant du prétoire comme d'une tribune9 ; ou encore les avocats du PCF allant plaider, entre 1954 et 1962, sur le territoire algérien10. À la lecture de ces différents travaux, un premier constat s'impose : à l'instar des chercheurs américains, les sociologues et les historiens français ont mobilisé le Cause Lawyering exclusivement pour étudier « les juristes de gauche11 ». Par ailleurs, à notre connaissance, seul Laurent Willemez inscrit « la figure du cause lawyer » dans l'histoire du Barreau français. Pour le sociologue, c'est en effet au début du XXe siècle qu'émerge l'avocat militant. Ces membres du Barreau, « très marginaux » poursuit Laurent Willemez, voient « dans leurs activités juridiques et judiciaires l'occasion de mettre leurs savoirs et leurs savoir-faire au service du monde ouvrier12 ».

5Les travaux français convoquant le Cause Lawyering souffrent, selon nous, de deux écueils. On sait, d'abord, peu de choses sur les « avocats militants » : Qui sont-ils ? Quelle est leur pratique professionnelle quotidienne c'est-à-dire leur activité en dehors de la prise en charge de dossiers considérés comme « militants » ? Ces praticiens apparaissent, ensuite, esseulés : peu de travaux mentionnent leur appartenance (ou non) à une organisation du Barreau et les éventuelles contraintes qu'elle engendre sur leurs activités professionnelle et militante.

  • 13 Cet article est issu de notre thèse : Jean-Philippe Tonneau, Le Syndicat des Avocats de France (197 (...)

6Le présent article, consacré au MAJ, tente de combler, en partie, ces deux écueils. Après avoir retracé, brièvement, l'histoire du MAJ, notre contribution resserre ensuite la focale sur les avocats qui en sont membres (qui sont-ils et quelles sont leurs pratiques professionnelles ?), puis s'intéresse à leur devenir, une fois l'organisation disparue en 197813.

Le MAJ : histoire en trois séquences d'une organisation des « années 1968 »14

  • 14 Geneviève Dreyfus-Armand, Robert Frank, Marie-Françoise Lévy, Michelle Zancarini-Fournel (dir.), Le (...)
  • 15 Pour retracer cette histoire, nous nous appuyons sur : Maurice Rajsfus, Mai 1968 : sous les pavés, (...)
  • 16 Liora Israël, « Le 68 des juristes… », art. cit., p. 584.
  • 17 Idem.
  • 18 Ce changement de nom est dû à une homonymie. Une association consacrée à la défense des justiciable (...)
  • 19 « La Justice en mai », cité dans Liora Israël, « Une critique du droit en actes... », art. cit., p. (...)

7Comprendre le MAJ dans les années 1970 nécessite un détour par les évènements judiciaires de mai-juin 196815. La « répression policière » puis judiciaire frappe particulièrement les étudiants, bien avant le déclenchement dudit mouvement. À la fin du mois d'avril en effet, « des procédures judiciaires sont engagées à l'encontre des agitateurs de Nanterre16 ». Dans les premiers jours de mai, les affrontements au Quartier Latin se soldent par l'arrestation d'étudiants rapidement présentés devant la 10e Chambre du tribunal correctionnel de Paris. Ces étudiants peuvent alors compter, pour assurer leur défense, sur un groupe d'avocats « souvent déjà militants »17, dont la figure centrale est Henri Leclerc, avocat notamment de l'Union Nationale des Étudiants de France (UNEF). « De nombreux juristes de gauche se sentent [alors] interpellés par les évènements et le rôle qu'y jouent les magistrats ». C'est dans ce contexte qu'émerge le Groupement d'Action Judiciaire prenant, en 1969, le nom de MAJ18. À la fin du mois de mai 1968, le GAJ publie, vraisemblablement sous la plume de Henri Leclerc, une analyse dénonçant la justice comme « une institution dominée par la bourgeoisie, dont le Pouvoir se sert pour assurer son autorité, mais dans le cadre d'un régime « qui se veut d'apparence démocratique », une certaine autonomie étant néanmoins accordée aux juges qui disposent ainsi d'une marge de manœuvre19 ».

  • 20 Bernard Brillant, « Intellectuels et extrême-gauche : le cas du Secours rouge », art. cit.

8À l'intérieur du MAJ, deux groupes voient alors le jour : « Défense active qui tient une permanence juridique hebdomadaire gratuite et Défense collective qui crée des commissions (armée, jeunes, prisons) afin de “confronter les idées et les pratiques” » – la plate-forme de ce deuxième groupe insiste par ailleurs « sur la continuité avec le mouvement de 1968, dont la répression aurait posé “des problèmes nouveaux” aux avocats, les amenant à “tenter de se regrouper”20 ».

  • 21 AP, « Communiqué du MAJ à la suite de la décision de dissolution de la Ligue Communiste » ; « La Ju (...)

9Bien que le MAJ regroupe des « travailleurs du droit » aux côtés d'avocats, sa création comme son fonctionnement semblent plutôt être l'œuvre de ces derniers. Ainsi, créé par des avocats dotés d'une expérience (professionnelle et politique) certaine – notamment Henri Leclerc et Jean-Jacques De Félice qui le préside –, le MAJ accueille rapidement dans ses rangs de jeunes avocats tout juste sortis de la faculté de droit au sein desquelles ils ont bien souvent participé aux évènements du printemps 1968, membres ou proches de l'extrême-gauche. Les archives du MAJ consultées témoignent d'une telle proximité : par exemple avec la publication de communiqués lors de la dissolution de la Ligue Communiste Révolutionnaire (LCR) ou du procès de Pierre Goldman21. Toutefois, si beaucoup d'avocats membres du MAJ étaient proches de l'extrême-gauche, rares sont ceux qui détenaient une carte d'une quelconque organisation. S'ils adhèrent à « l'humeur anti-institutionnelle » du moment, ils ne sont pas pour autant encartés.

  • 22 Précisons que le GIS est créé en 1972 et disparaît, semble-t-il, vers 1981. Sur le GIS, voir Sandri (...)
  • 23 Boris Gobille, « Mai-Juin 68 : crise du consentement et rupture d'allégeance », in Dominique Damamm (...)

10Le MAJ constitue, dans ces années 68, l'organisation qui porte les causes dans son propre « secteur », à l'instar d'autres groupements professionnels, notamment les médecins autour du Groupement Information Santé (GIS)22. Les membres du Barreau du MAJ – mais aussi ses magistrats, bien souvent membres du Syndicat de la Magistrature – interrogent, au final, leurs « pratiques et [leurs] idéologies professionnelles23 ». La déontologie du Barreau, la tenue du concours d'éloquence qu'est la Conférence du Stage mais aussi la volonté de concilier leur militantisme à leur exercice professionnel – en se démarquant alors de ce qu'ils nomment « les avocats traditionnels » – sont, en effet, autant de sujets débattus par les avocats de cette organisation.

  • 24 Ces archives se composent notamment : des comptes rendus de réunion des sections et du Collectif Na (...)

11Le contexte d'émergence du MAJ présenté, affinons à présent l'histoire de l'organisation. Nous avons recouru aux archives personnelles d'une avocate pour retracer l'histoire du MAJ24. À la lecture des archives, le MAJ semble connaître deux périodes clairement définies : de 1973 à 1975, quand l'organisation se structure, conduit diverses actions (internes comme externes au mouvement) et se donne des objectifs, et de 1975 à 1978 quand les tensions apparaissent et s'avivent jusqu'à précipiter sa disparition.

1973, la restructuration du mouvement

  • 25 AP, « Compte-rendu de la rencontre des 30 juin et 1er juillet 1973 au centre de Rocheton ».

12L'après Printemps 1968 questionne le devenir de l'organisation. Dès 1973, l'avenir du MAJ, discuté lors « d'un week-end de travail et de réflexion » en région parisienne, se pense comme tributaire du développement, en son sein, de « structures plus solides »25. Le compte-rendu de ces journées rappelle ainsi les discussions tenues :

« Pourquoi le MAJ et que peut être le MAJ ? Tel a été l'axe central des discussions de ce week-end qui se sont déroulées en 3 groupes de travail : pratique, information et structures.

Si l'on fait le bilan de l'activité du MAJ pour l'année écoulée, on s'aperçoit qu'il a souffert de 3 faiblesses : 1- absence d'une position théorique et pratique claire sur les problèmes de la défense. 2- défaut d'informations entre les membres du MAJ, Paris-Province ou Paris même. 3- absence de structures suffisamment cohérentes.

La mise sur pied de structures plus solides a été ressentie par beaucoup, comme le préalable indispensable pour l'année 1973-1974.

  • 26 Idem.

Un bureau national de 8 à 10 membres où la Province serait largement représentée est chargé de coordonner et de développer l'action du MAJ au niveau national26 ».

  • 27 L'instauration des cotisations est décidée au cours d'une assemblée générale le 1er juillet 1973, l (...)
  • 28 Liora Israël, « Le Mouvement d'action judiciaire. Archives d'une lutte par le droit », Matériaux po (...)
  • 29 AP, « Compte-rendu de la rencontre des 30 juin et 1er juillet 1973 au centre de Rocheton ».
  • 30 AP, « Commission Information, le 30 juin 1973 ».
  • 31 L'assistance judiciaire a laissé place, par la loi du 3 janvier 1972, à l'aide judiciaire.

13L'instauration de cotisations27, la publication d'un bulletin interne Actions Judiciaires, ou encore la volonté de créer un Collectif National regroupant l'ensemble des sections du MAJ dispersées sur le territoire français sont autant d'indices témoignant de la tentative de structuration du mouvement. La création de la revue Actes, bien que celle-ci ne soit pas « officiellement la publication du MAJ28 », décidée en fin d'année 1973, y participe également. L'installation de différentes commissions favorise, par ailleurs, les débuts de la structuration du MAJ : sont ainsi créées, en 1973, les commissions « structures », « informations », « défense nationale » ou encore « tarification-tiers payant ». La mise en ordre du MAJ, à partir de 1973, amène enfin ses membres à rechercher une « audience nationale29 » : les réunions publiques (« surtout en province »), les conférences de presse (notamment à l'issue de leurs différents week-ends de travail) ou encore les Tribunes dans Le Monde (ou tout au moins la volonté d'y publier) constituent autant d'occasions d'accroître la visibilité du MAJ. Cette « stratégie de l 'information30 » vise plus largement le public. Par exemple, publiant ses « réflexions sur le MAJ », un militant aborde la récente « réforme de l'assistance judiciaire31 » et la nécessité, pour son organisation, de ne pas apparaître en « retrait », notamment par rapport aux autres organisations d'avocats.

  • 32 AP, « Tract à l'intention des stagiaires », 1973.
  • 33 AP, Action Judiciaire, n°5, 1975, rubrique « Commission Formation – Stagiaire ».

14Par-delà son organisation et la volonté d'une certaine visibilité, le MAJ souhaite également recruter de nouveaux membres et multiplie alors les actions à l'encontre des avocats-stagiaires – ayant tout juste prêté serment. En fin d'année 1973, par exemple, un « tract à l'intention des stagiaires », dont la « diffusion militante [est] assurée au Palais », présente le MAJ en opposant ses membres aux « avocats traditionnels »32. Ce tract mentionne, par ailleurs, la tenue d'une réunion dont l'ordre du jour propose « Problème des stagiaires ». Le MAJ s'intéresse, en effet, aux problèmes pratiques rencontrés par les jeunes membres du Barreau dès leurs premières années d'exercice. Les archives consultées contiennent ainsi quelques correspondances, adressées au bâtonnier de Paris, rapportant, par exemple, les difficultés d'un stagiaire avec son patron. Les membres du MAJ s'interrogent également sur la formation des avocats – soit avant la prestation de serment et le statut d'avocat-stagiaire. Ils adoptent, à son égard, une véritable position politique. Par exemple, en 1975, ils accusent le Certificat d'Aptitude à la Profession d'Avocat « de renforce[r] la sélection sociale déjà bien avancée à la faculté33 ». La même année, une proposition de contre-cours, donnés aux stagiaires du MAJ, est censée répondre à l'évolution d'une profession gagnée déjà par le droit des affaires.

15Le recrutement n'est toutefois pas sans poser quelques difficultés, notamment aux sections de province. L'adhésion des étudiants – d'universités de droit ou de sciences sociales – et leur domination au sein de quelques sections semblent particulièrement interroger certains membres du MAJ. Les réponses apportées localement sont multiples : Faut-il créer « un groupe spécifique » au sein de la section ou initier un rassemblement à la faculté distinct de celle-ci ? Quelques puissent être les solutions locales adoptées, la question des étudiants, dont toutes les sections s'emparent, risque, au final, de mettre à mal la revendication politique de la multi-composition du MAJ.

16En définitive la structuration du MAJ, à partir de 1973, s'opère par la combinaison de multiples actions : créations de commissions et d'une revue, recherche d'une certaine visibilité, recrutement principalement dirigé vers les avocats-stagiaires. Dès lors, aux-côtés des sections déjà constituées – Paris, Toulouse, Amiens, Aix-en-Provence – émergent celles de Clermont-Ferrand, Rouen ou encore Nevers. Le congrès du MAJ des 8 et 9 mars 1975, réunissant l'ensemble des sections, doit alors initier le Collectif National et définir ses objectifs.

1975, définition des objectifs et tensions au sein du MAJ

17Si ce congrès se veut « constitutif », notamment avec la création d'un Collectif National et la clarification de ses objectifs, il révèle toutefois les tensions internes au MAJ, à la source de sa disparition en 1978. Un « Texte d'orientation de la section de Toulouse » et un article du Collectif provisoire (vraisemblablement rédigé par la section du MAJ-Paris) sont diffusés pour le congrès. La question posée par les signataires de ces deux documents est : « Qu'est-ce que la MAJ ? ».

  • 34 AP, « m.a.j. informations », Actes 7, mars-avril 1975, p. 21-27.
  • 35 Cette absence s'explique, en partie, par le multi-engagement des membres du MAJ. Ces derniers sont, (...)

18À la lecture de ces textes, l'action du MAJ s'oriente dans trois directions : « Faire pénétrer le droit dans les lieux où il est exclu » ; « les luttes sociales (légales ou illégales) » ; et « les luttes à l'intérieur de l'appareil judiciaire34 ». Dans la mesure où le premier « axe d'intervention » n'apparait que très rarement dans les archives consultées35, seuls les deux autres axes sont ici considérés. Le deuxième axe interroge la pratique professionnelle et le rapport au droit des membres du MAJ tandis que le troisième s'intéresse leur mode d'organisation professionnelle et leurs relations avec le Barreau.

19L'intervention des avocats du MAJ dans les luttes sociales occupe, au sein des documents consultés, une place centrale. Les mobilisations de LIP ou du Larzac, par exemple, sont l'occasion pour ces membres du Barreau d'y définir leur participation. Ils interviennent ainsi dans ces luttes – qu'ils soutiennent par ailleurs politiquement – en tant qu'avocats, apportant aux militants leurs connaissances et compétences juridiques. Toutefois, cette position de sachant ne leur octroie pas, insistent-ils, une quelconque place particulière au sein du mouvement, notamment pas sa direction. Autrement dit, s'ils détiennent des compétences particulières et les investissent dans la lutte, ces avocats se considèrent comme un maillon-militant parmi d'autres. La mise au service d'une lutte sociale de leurs compétences juridiques trahit leur rapport au droit. Les avocats du MAJ considèrent, en effet, le droit comme une arme et une cible (en vue de le faire, selon eux, évoluer et de créer d'éventuelles jurisprudences). Par leur investissement dans les luttes sociales, ces avocats importent, au final, au Barreau, en les transformant en catégories juridiques, des causes configurant le champ politique de l'époque : celles des femmes, des régionalismes, de l'anti-nucléaire, des immigrés mais aussi des soldats et des détenus.

  • 36 Jean-Paul Salles, La ligue communiste révolutionnaire (1968-1981). Instrument du Grand Soir ou lieu (...)
  • 37 Mouvement d'Action Judiciaire, Les droits du soldat. Statut, discipline et justice militaire, Paris (...)
  • 38 Idem.

20À l'instar des membres de la LCR étudiés par Jean-Paul Salles, les militants du MAJ appréhendent « toutes les révoltes »36, en tant qu'avocats. Les soldats, les détenus, la délinquance et la psychiatrie ou encore les femmes constituent des sujets privilégiés donnant lieu à quelques publications aux éditions Maspero37. Les avocats du MAJ soutiennent, par exemple, les comités de soldats initiés dès 1973 et sont parfois les conseils des militaires présentés devant le Tribunal Permanent des Forces Armées (TPFA). Dès 1975, un livre intitulé Les droits du soldat est publié. Bien que, en introduction, les co-auteurs précisent ne pas souhaiter « faire un « guide du militant à l'armée » », force est de constater que la structure de l'ouvrage renseigne sur leur volonté : sont, en effet, successivement abordés le statut général des militaires, le code du service national, la question de la réquisition et du maintien de l'ordre puis celle de la discipline générale dans les armées, et enfin, la justice militaire et les tribunaux des forces armées. Leur conclusion (titrée « Droits des soldats ? ») est révélatrice de leur projet : « Chaque année, 350 000 citoyens remplissent leurs obligations militaires, et chacune de ces années a sa cohorte de “délinquants militaires” : déserteurs, insoumis, objecteurs de conscience, ou tout simplement soldats en lutte... Connaître ses droits, même s'ils sont atrophiés, c'est déjà lutter contre l'arbitraire, mais c'est vrai : “on ne mendie pas un juste droit, on se bat pour lui”38 ».

  • 39 Odile Dhavernas, Droits des femmes, pouvoir des hommes, Paris, Seuil, 1978, 389 p.

21Odile Dhavernas, militante au MAJ et collaboratrice au sein du cabinet Ornano dirigé par Henri Leclerc, s'intéresse, quant à elle, particulièrement au droit des femmes. Dans son livre Droits des femmes, pouvoir des hommes, publié en 1978, elle analyse la domination subie par les femmes dans toutes les sphères de leur existence et s'interroge, dans les dernières pages, sur l'utilisation du droit pour l'amélioration de leurs conditions – « Femme, que faire du droit ? ». En se référant aux écrits de Roland et Monique Weyl, avocats communistes bien connus, Odile Dhavernas plébiscite ainsi « la lutte pour les droits » – tout en reconnaissant les « objectif limités mais concrets » apportés39.

  • 40 AP, « La justice et l'avocat », Actes, n°4, 1974, p. 9-15.

22La conception du droit défendue par ces membres du Barreau ne s'exprime pas, toutefois, seulement lors de leur participation à une lutte sociale mais est censée s'articuler à leur pratique professionnelle routinière auprès de justiciables subissant « l'oppression quotidienne ». Quelques mois avant le congrès du MAJ, un article publié dans Actes – titré « L'avenir de la défense » – rappelle à ses lecteurs ce rapport au droit et, par conséquent, leur conception de ce qu'est un professionnel du droit40.

  • 41 AP, « Commission Information, le 30 juin 1973 ».

23Quelques initiatives du MAJ permettent à ses membres avocats de concilier leur pratique professionnelle (notamment collective, que ce soit par l'organisation de leur cabinet ou la mutualisation des connaissances et des moyens juridiques) et leur conception politique du droit. Considérant que « l'information est le support nécessaire de toute structure et de toute pratique », une « capitalisation et [une] analyse des données juridiques et politico-juridiques » sont, dès 1973, mises en place41.

24En définitive, les membres du Barreau du MAJ se présentent comme des avocats-militants dont les compétences juridiques doivent être mises au service des luttes sociales et du justiciable du quotidien. L'évocation, par la section de Toulouse, du « juriste traditionnel » dessine en creux leur définition de l'avocat-militant.

« Compte-rendu d'un débat de la section Toulouse sur la période politique actuelle :

Depuis sa grande peur en 1968, la Bourgeoisie est sur ses gardes et semble multiplier les interventions répressives. […] de plus, le développement de la technique, a engendré une capacité très grande de traitement de l'information et donc de récolte de renseignement. […] Quelles significations politiques prennent ces mesures ? Déontologie, Défense collective, Pratique de rupture : L'aspect idéologique des règles déontologiques et le rôle répressif des Conseils de l'Ordre nous est apparu pratiquement à partir du moment où nous avons voulu ne plus nous cantonner au rôle traditionnel des avocats à savoir la consultation dans nos cabinets. […]

En annexe de ce texte, on peut alors lire :

Annexe :

1- Le rôle du juriste traditionnel correspond parfaitement aux soucis de l'appareil judiciaire d'Etat de placer en état d'infériorité le justiciable face au droit et à ses institutions. […]

2- Les règles de déontologie (écrites ou orales) du juriste sont partie intégrante du rôle que veut faire jouer l'appareil de l'Etat à celui-ci. La dénonciation publique de ces règles est donc un élément nécessaire et indissociable de l'action que mènent les militants du MAJ. […]

  • 42 AP, « Compte-rendu d'un débat de la section Toulouse sur la période politique actuelle », Action Ju (...)

Le MAJ, de part sa constitution (juristes et non juristes) est le prélude et la signification du refus de la division entre les travailleurs du droit et ceux qui sont censés être soumis à ce droit42 ».

  • 43 Les réunions des membres du MAJ Paris se tiennent soit rue Gay-Lussac, Paris 5e, soit à la biblioth (...)
  • 44 AP, Rapport d'Ornano au MAJ, « Problèmes financiers et tarification », congrès des 7 et 8 mars 1975 (...)

25Le troisième axe d'intervention du MAJ, « les luttes à l'intérieur de l'appareil judiciaire », renvoie, quant à lui, tout autant à l'organisation du Barreau qu'aux structures d'exercices de ces avocats. Les réunions du MAJ-Paris à la bibliothèque de l'Ordre43 n'empêchent pas leurs critiques de l'organisation du Barreau – principalement des Ordres et de la déontologie. Toutefois, ces questions ne sont abordées qu'au détour d'autres sujets. Aucune réflexion consacrée intégralement et uniquement à ces sujets n'a ainsi pu être repérée dans les archives consultées. La réflexion sur « les luttes à l'intérieur de l'appareil judiciaire » concerne davantage en réalité, pour les membres du MAJ, l'organisation de leur cabinet. Ces débats autour de l'organisation d'un cabinet doivent déterminer la structure d'exercice permettant leur pratique juridique collective, véritable concrétisation professionnelle de leur conception politique du droit. Un week-end de travail, ayant pour thème « Le regroupement professionnel », se tient ainsi à Lyon dès janvier 1974. Constatant leur manque de « pratique de cet exercice », les membres du MAJ font alors appel aux avocats du cabinet Ornano – cabinet constitué en 1973 autour de Henri Leclerc, installé dans un arrondissement populaire de la capitale et au sein duquel certains jeunes avocats du MAJ exercent. Lors du congrès du MAJ des 7 et 8 mars 1975, c'est d'ailleurs Henri Leclerc qui intervient sur les « problèmes financiers et [la] tarification ». Son rapport de douze pages s'évertue à définir quelques principes permettant aux jeunes avocats « de mettre leur compétence et leur activité au service de leur idéal politique, sans pour autant renoncer à vivre décemment ». Constatant, malgré tout, une certaine inefficacité de ces principes, Henri Leclerc plaide au final pour l'instauration d'une tarification (considérée comme « protectrice à la fois de l'avocat et du client »), seule à même « d'éliminer l'arbitraire fréquent dans la fixation des honoraires ». Sa conclusion est sans appel : la remise en cause, non de la fonction même de l'avocat, mais son caractère libéral : « Il nous semble qu'au terme de ce tour d'horizon nous débouchons fatalement sur la remise en cause du statut de la profession libérale dont le fonctionnement pèse lourdement sur le travailleur du droit qu'est l'avocat […] comme sur le justiciable [...] Il nous apparaît donc urgent que le MAJ entreprenne l'étude des divers systèmes […] possibles : “fonctionnariat” de l'avocat ; “sécurité sociale” judiciaire et conventionnement ; “tiers payants” ; etc. vers lesquels nous devrons presque sûrement nous orienter44 ».

  • 45 AP, « m.a.j. informations », Actes 7, mars-avril 1975.
  • 46 AP, « Section Aix Propositions de lutte Pour une critique en actes de la Justice et de l'appareil d (...)

26Qu'elle renvoie à l'organisation du Barreau ou des cabinets, la réflexion du MAJ sur « les luttes à l'intérieur de l'institution judiciaire » apparaît, malgré tout, reléguée au profit de celle relative « aux luttes sociales45 ». Bien que se voulant « constitutif », le congrès des 8 et 9 mars 1975 se réduit à n'être alors que le lieu d'affrontement entre les partisans de l'un ou l'autre « axe d'intervention » du MAJ. Si les sections parisienne et toulousaine s'accordent sur l'importance donnée aux luttes sociales, les camarades d'Aix-en-Provence militent, au contraire, pour le développement des luttes au sein de l'institution judiciaire. Les membres de cette section adressent ainsi, dans un article publié dans le numéro Actes « Spécial Congrès », une virulente critique au MAJ et à son orientation du moment. Après avoir mis en exergue les « carences du MAJ », les membres de la section d'Aix-en-Provence proposent « une politique autonome de lutte contre l'institution judiciaire » au sein de laquelle s'inscrit, notamment, l'intervention dans les luttes sociales46.

  • 47 AP, « CR – AG – Section parisienne – mercredi 19 mars 1975 », Action Judiciaire, n°6, 1975.

27L'analyse succincte, par la section parisienne du MAJ, du congrès lors de son Assemblée générale du 19 mars évoque l'opposition de certaines sections provinciales à son encontre : « Il semble que Paris n'ait pas préparé ce congrès, et on s'est laissé débordé par la Province, Aix et Toulouse. Toulouse a présenté un texte très volontariste : ils ne veulent plus que ce soit un mouvement d'avocats47 ». La section d'Aix-en-Provence, rejoint par quelques camarades parisiens, produit, quant à elle, une virulente critique du congrès. En huit pages, la section rend compte de son déroulement et n'hésite pas à le qualifier de « congrès terroriste » : sont ainsi évoqués la censure, le sabotage et la monopolisation des débats, le climat d'intolérance, etc., autant de tentatives, selon elle, pour la réduire au silence. « La lutte au sein de l'appareil judiciaire » est, en effet, l'orientation souhaitée par cette section alors que l'intervention dans « les luttes sociales » semble, au congrès, préférée par la majorité des présents. La section s'interroge alors sur « la démocratie au MAJ », remet en cause l'élection du Collectif National avant de refuser d'y prendre part.

28Cette opposition entre deux orientations possibles détermine, par ailleurs, la composition du MAJ : si l'une n'autorise l'adhésion qu'aux professionnels du droit (avocats, magistrats), l'autre permet de rassembler l'ensemble des travailleurs du droit (inspecteurs du travail, assistantes sociales, éducateurs, mais aussi étudiants en droit, etc.). Il va sans dire que la revendication d'une composition multi-professionnelle ne peut que ressortir fragilisée d'une restriction de l'intervention sur le seul terrain des luttes judiciaires.

  • 48 AP, « Quel MAJ ? Document écrit par une avocate militant au MAJ Paris depuis deux ans », Action Jud (...)

29À l'issue du congrès, les réflexions puis les critiques sur ce qu'est le MAJ et son avenir se multiplient. Une militante du MAJ-Paris, par exemple, dresse un bilan de son organisation, s'interroge sur ses perspectives (« Quel MAJ ? » qui est le titre de son article) et conclut sans appel : « Dans le champ de notre activité, le bilan de notre pratique collective se révèle un échec total. […] Sur le terrain, nous fonctionnons de manière artisanale, voire individualiste […] Il semble donc nécessaire de repenser le sens de l'avocat militant, solidaire dans sa pratique. L'émergence d'une pratique enfin collective, et qui fait tant défaut au MAJ reste l'enjeu fondamental48 ».

1978, scission et disparition du MAJ

30L'ensemble de ces critiques provoque une scission du MAJ en 1978. Partisan d'une lutte au sein de l'appareil judiciaire, un avocat de la région parisienne – que nous avons pu rencontrer – crée le Collectif Travailleurs Justice (CTJ) – son « cabinet collectif [devenant] la cheville ouvrière et matérielle […] de ce groupe ».

« Là-dessus on a fait une scission en 78 du MAJ qui s'appelait le Collectif Travailleur Justice qui était composé d'une dizaine de personnes, un prof de fac, enfin un Maître de Conf, et puis il y avait des éducateurs, un magistrat qui a fait carrière depuis, et puis des avocats, en gros c'était notre cabinet collectif qui était un petit peu la cheville ouvrière et matérielle de ce groupe, qui a fonctionné pendant disons à peu près deux ans, jusqu'en 79-80, et puis ça c'est étiolé et on est rentré véritablement dans le SAF à ce moment là, le MAJ avait déjà disparu, le CTJ disparaissait et on est rentré dans le SAF. […]

Et la scission dont vous m'avez parlé […] vous m'avez dit nous c'était les pratiques quotidiennes …

C'est ce qu'on mettait en avant, la pratique institutionnelle, la lutte contre l'institution, au quotidien, l'institution.

Donc à l'intérieur ?

  • 49 Entretien avocat, région parisienne, 27 octobre 2009.

Voilà, on était contre mais en disant “notre priorité c'est celle-là” je veux dire, c'est de remettre en cause les institutions49 ».

31Si ce collectif remet également en cause les « institutions », demande par exemple « l'abolition de la prison », l'accent est davantage mis sur la critique de l'organisation du Barreau (les Ordres) et la réflexion autour de leurs pratiques professionnelles.

  • 50 Rappelons que Klaus Croissant, avocat en République Fédérale Allemande, est connu pour défendre, de (...)
  • 51 Dans plusieurs archives consultées, il est souvent mentionné que cette séquence apporte une nouvell (...)
  • 52 AP, « Section Toulouse », Action Judiciaire, n°11.
  • 53 Philippe Gottraux, « « Socialisme ou Barbarie » : Un itinéraire saisi par l'histoire et la sociolog (...)
  • 54 Sur leurs trajectoires professionnelles et militantes, voir infra.
  • 55 Philippe Gottraux, « Socialisme ou Barbarie ». Un engagement politique et intellectuel dans la Fran (...)

32Malgré l'affaire Klaus Croissant50 – qui « redonne une nouvelle vigueur au MAJ51 » – et l'organisation, par la section parisienne le 7 juin 1978, d'une journée d'étude consacrée aux Ordres professionnels (médecins, avocats, architectes), les difficultés financières puis la scission créant le CTJ provoquent la dissolution du MAJ. Au début de l'année 1978, la section toulousaine appelle, par un tract interne, à « une nouvelle rencontre informelle ouverte à tous les militants du MAJ pour débattre de « l'utilisation de la norme et l'institution judiciaire ». Cet appel résonne comme une ultime tentative de réunir les militants du MAJ. Le tract de la section de Toulouse révèle en effet l'usure militante des membres du MAJ52. Outre « la dynamique interne propre de l'organisation53 », que nous disent les trajectoires professionnelles et militantes des avocats du MAJ ? Membres du Barreau et engagés ou proches de l'extrême-gauche (des partis politiques mais aussi de différents mouvements tels que le CAP, le Mouvement pour la Liberté de l'Avortement et de la Contraception – MLAC) au début des années 1970, ces avocats connaissent un vieillissement social se traduisant par un moindre investissement militant. Si nombre d'entre eux avaient déjà pris, dès le milieu des années 1970, leurs distances avec l'extrême-gauche – ou tout au moins avaient adapté leur militantisme politique à leur qualité d'avocat54 –, la fin des années 1970 marque leur désengagement définitif. Une avocate rencontrée (celle-là même qui nous a cédé ses archives, ancienne membre de la LCR et fondatrice du MLAC) nomme bien la dévalorisation des rétributions militantes et « ce transfert des intérêts55 » qui s'ensuit vers la sphère professionnelle et confirme, pour reprendre l'analyse de Philippe Gottraux, le fait que « l'insertion des agents dans le champ politique radical [militant] est en tension avec les autres insertions de ces mêmes acteurs ».

« Oui parce qu'à la fin des années 1970 le MAJ … ce n'est pas qu'il périclite mais …

Bah non, chacun se retrouvait dans des investissements personnels et tout, on ne peut pas être partout à la fois et puis ça ne correspondait plus à la période, ça ne correspondait plus non plus bon à l'évolution de chacun, enfin bon, il y avait … les idéaux communs, bon les amitiés etc. ont duré mais en fonctionnement de mouvement non, d'abord parce que le Syndicat de la Magistrature fonçait dans sa propre problématique de Syndicat de la Magistrature, après effectivement les objectifs professionnels des uns, des autres ont un peu … enfin ne permettaient plus une efficacité du mouvement en tant que tel, ce n'était plus l'époque ».

  • 56 Selon les avocats du SAF rencontrés auparavant membres du MAJ, 90% des avocats du MAJ auraient adhé (...)
  • 57 Entretien avocate, région parisienne, 6 juillet 2009.

33La disparition du MAJ, effective en 1978, provoque une adhésion massive des avocats au SAF56, devenu « le seul interlocuteur de gauche de la profession d'avocat57 ». Avant de nous intéresser aux relations entre le SAF et le MAJ, il nous faut dresser le portrait de groupe des avocats membres du MAJ.

Les avocats du MAJ, des militants entrés au Barreau

34Nous avons rencontré d'anciens membres du MAJ dans différentes régions françaises : à Paris et dans la région parisienne, à Rouen, Bordeaux, Poitiers, ou encore Lille. Un portrait de groupe est d'abord dressé, puis leurs pratiques professionnelles sont envisagées.

Parcours militant et professionnel

  • 58 Entretien avocate, région parisienne, 24 avril 2009.
  • 59 Johanna Siméant, « Socialisation catholique et biens de salut dans quatre ONG humanitaires français (...)
  • 60 Entretien avocat, région parisienne, 27 octobre 2009.
  • 61 Entretien avocate, région parisienne, 6 juillet 2009.

35Nés à la toute fin des années 1940 ou au début de la décennie suivante, les anciens membres du MAJ, tout au moins ceux rencontrés, sont plutôt issus de milieux favorisés. Leurs pères sont, dans une large majorité, membres de la fonction publique (magistrat, inspecteur des impôts, etc.). Pour une minorité d'entre eux fils d'avocats, le Barreau est familier. Une seule enquêtée, fille de propriétaires terriens, déclare être issue de « bourgeois de province »58. La plupart appartient au monde catholique ou protestant. La religion imprime fortement leur culture familiale : pour certains, leurs mères participent aux activités de la paroisse, tandis que pour d'autres, la « vocation » gagne leurs frères qui empruntent le chemin de la prêtrise. Nombre d'entre eux fréquentent également les organisations religieuses de jeunesse – dont Johanna Siméant a démontré que leur fréquentation favorisait l'acquisition de dispositions collectives altruistes59. Enfant, ils passent leurs week-end et leurs vacances parmi les scouts catholiques ou les Éclaireurs protestants ; adolescents, certains sont « moniteurs de colonies de vacances dans des colos de curé60 », et d'autres fréquentent la Jeunesse Étudiante Catholique (JEC). Si leur scolarité s'effectue dans le public, quelques-uns, notamment parisiens, sont inscrits dans des « écoles de luxe61 » accueillant des élèves de diverses nationalités.

  • 62 Entretien avocat, région parisienne, 2 octobre 2009.
  • 63 Entretien avocate, région parisienne, 6 juillet 2009.
  • 64 Sur les boutiques de droit, voir infra.
  • 65 Entretien avocate, région parisienne, 24 avril 2009.
  • 66 Entretien avocate, région parisienne, 24 avril 2009.

36En 1968, les plus jeunes sont, au lycée, en terminale, et les plus âgés à l'université. Leur inscription à la faculté de droit relève davantage d'une position d'attente (quasiment tous nous ont dit « le droit mène à tout ») que d'un réel choix. D'ailleurs, ils suivent, parallèlement à leurs études de droit, des cours de sociologie ou de psychologie ; d'autres, plus stratégiquement, multiplient les cursus afin de retarder l'échéance du service militaire. Le Printemps 1968 marque leur entrée dans le militantisme politique. Ils militent dans différents comités et participent activement aux initiatives au sein de leurs établissements. Les membres de cette génération relisent ces années universitaires comme « une période bénie62 » où les études s'entremêlent aux premières activités militantes. À l'université, ces étudiants découvrent, au début des années 1970, l'existence du MAJ. Armés de leurs visions politiques, ces jeunes juristes (pas encore avocats) rejoignent cette organisation afin, notamment, de questionner leur « rôle dans la société63 ». Pour autant, leurs raisons de s'y engager diffèrent selon qu'ils sont Parisiens ou venus à Paris afin d'y poursuivre leurs études. Pour ces derniers, en effet, le MAJ s'apparente également à un sas leur assurant, en quelque sorte, l'entrée dans la vie (étudiante) parisienne. Par ailleurs, nombre d'entre eux (pour ne pas dire la totalité) délivrent des conseils au sein des boutiques de droit64. Elles sont le lieu d'excellence permettant à ces jeunes étudiants de mettre en pratique leur conception politique du rôle des juristes. À l'instar du MAJ, leur fréquentation permet, aux provinciaux, de s'acculturer à la vie parisienne. Par exemple une avocate originaire du Nord de la France – celle-là même dont les parents sont des « bourgeois de province », ce qui n'a rien d'anodin – étudie à Paris I « où c'est compliqué de trouver sa place65 », et entre dans le même temps dans une boutique de droit66.

37En définitive, les membres de cette génération sont tous dans « l'humeur anti-institutionnelle » du moment. Bien que proches des organisations d'extrême-gauche de l'époque, peu sont véritablement encartés. S'ils le sont, c'est, principalement, à la LCR. L'entrée des avocats rencontrés dans cette organisation politique s'opère, au début des années 1970, en même temps que leur participation au MAJ et leur fréquentation des boutiques de droit. Les discussions familiales n'éludent pas « la chose politique » : la guerre d'Algérie est un sujet qui fâche et qui souvent, envenime les relations de ces jeunes juristes avec leurs parents. Leur entrée à la LCR est alors synonyme, pour beaucoup, d'une rupture avec leur milieu familial. Une avocate de la région parisienne, à l'époque étudiante à Paris, se remémore la réaction de son père, l'obligeant à travailler pour poursuivre ses études.

« Et s'engager à la LCR, votre père, ça a …

J'avais des parents, enfin un père en tout cas, très carré donc j'ai eu mon bac en 67 donc j'étais à la fac à la rentrée 67, ce n'était pas encore Mai 68, et je me suis tout de suite engagée dans des trucs, après à la LCR et puis des différents comités, machins, trucs, bon, donc quand mon père l'a su, il a dit “puisque tu veux être révolutionnaire, tu ne sera pas révolutionnaire comme une fille de bourge, à partir d'aujourd'hui je te coupe les vivres”, donc effectivement j'ai fait toutes mes études en travaillant. 

Et vous pouviez combiner tout ça … le travail, le militantisme …

  • 67 Entretien avocate, région parisienne, 6 juillet 2009.

Ah oui, voilà j'avais un boulot dans la journée, enfin un mi-temps, enfin j'en changeais assez souvent quand même de boulot, quand ça ne me plaisait plus, et puis je prenais les TD du soir, les TD du week-end, et puis les réunions, et puis le machin, et puis … je faisais le mégaphone et les interventions politiques à midi au Resto U et puis la vie était belle, je diffusais Rouge dans les chambres de Cité U le soir67. »

38Au sein de la LCR, ils participent aux activités militantes classiques (collage d'affiches, tractage, etc.) mais n'occupent pas de postes dirigeants. Plus encore, les jeunes appelés poursuivent leur idéal révolutionnaire. Un avocat du Sud-Ouest de la France nous raconte ses activités militantes lors de son service militaire et sa participation, cagoulé, à la manifestation du 1er Mai 1975.

« J'ai fait une demande à l'armée pour pouvoir sortir tous les soirs pour aller suivre les cours [à l'Institut d'Études Judiciaire], ce qui m'a été octroyé et pendant toute mon armée j'ai surtout consacré mon temps à construire des comités de soldats.

Ce qui vous a valu …

  • 68 Entretien avocat, Sud-Ouest, 8 juillet 2008.

Ce qui ne m'a pas valu grand chose parce qu'on est resté quand même extrêmement prudent, ça c'est … les trotskystes, pour ça, ça a cet énorme avantage, ils n'ont jamais réussi à me prendre si je peux dire, on avait créé un journal, on avait créé un journal qui s'appelait Ras le calot, on aura sorti trois numéros, on avait fait une soirée héroïque de bombage sur les dortoirs, dans les dortoirs de la caserne, ils n'ont jamais rien trouvé, ils ont fouillé, les bombes à peinture on avait fait ça avec des gants, les bombes étaient restées complètement en dehors … et on a fait, y compris moi je suis allé manifesté à Paris le 1er mai en uniforme, avec la cagoule sur la figure et tout, ça c'était organisation LCR ça typique, c'était le 1er mai 75 et donc j'ai consacré mon armée à ça68 ».

  • 69 Gérard Mauger, « Gauchisme, contre-culture et néo-libéralisme : pour une histoire de la « génératio (...)
  • 70 Entretien avocat, région parisienne, 27 octobre 2009.

39Au final, l'immédiat après-68 s'apparente, pour nos enquêtés, à une période de « bouillonnement » tout à la fois universitaire et militant. Leurs journées sont consacrées à leur travail et à leurs réunions militantes, tandis que leur formation universitaire est permise par les cours du soir. Leur licence ou leur maîtrise de droit obtenue, nos enquêtés entrent au Barreau à partir de 1973-1974. Gérard Mauger a analysé les reconversions professionnelles de ces jeunes révolutionnaires. Pour le sociologue, en accédant à la vie professionnelle les mieux dotés en capital scolaire, économique et social ouvrent de « nouveaux fronts69 ». Les raisons justifiant leur « choix » de l'avocature obéissent à un même registre, poursuivre leur militantisme – alors que « d'autres copains retournent en Ardèche70 ».

  • 71 Entretien avocat, Sud-Ouest, 8 juillet 2008.
  • 72 Entretien avocat, région parisienne, 27 octobre 2009.
  • 73 Entretien avocat, Sud-Ouest, 8 juillet 2008.
  • 74 Gérard Mauger, « Gauchisme, contre-culture et néo-libéralisme... », art. cit.
  • 75 Entretien avocat, région parisienne, 27 octobre 2009.

40Leur fréquentation du MAJ et des boutiques de droit opèrent, par ailleurs, comme un sas d'entrée au Barreau. En leur sein, ces jeunes juristes ont connu une socialisation professionnelle particulière, à savoir une socialisation professionnelle militante. L'obtention d'un stage conditionne pourtant leurs réels débuts professionnels. Soucieux d'exercer selon leurs convictions politiques, la réalisation d'un stage, et d'une éventuelle collaboration, au sein d'un « cabinet de gauche » est prisée. Peu nombreux, ces cabinets sont durant les années 1970, notamment en province, « pleins ». Certains entrent alors dans des cabinets de droit des affaires, tandis que pour d'autres leur patron est bien éloigné de leurs conviction politiques. Par exemple un avocat du Sud de la France dont le patron est « un lecteur de Minute », ce qui le contraint à ne pas mélanger ses « activités politico-syndicalo-professionnelles engagées avec le boulot71 ». Pour d'autres enfin, le milieu familial et « la filière géographique72 » permettent l'entrée au sein d'un cabinet – par exemple, un avocat originaire d'Auvergne trouve un stage chez un avocat parisien également auvergnat. Pour autant, les « clashs73 » avec leurs patrons sont nombreux. Accueillis dans un cabinet considéré comme « traditionnel », ils connaissent une socialisation professionnelle classique bien différente de celle reçue, par exemple, dans les boutiques de droit. En réalité, ces « clashs » révèlent le décalage vécu entre les positions occupées et leurs aspirations professionnelles. Nombre d'entre eux ne tardent alors pas, après la réalisation de leur stage, à créer leur propre structure. Leur fonctionnement s'adosse à leur vision politique, notamment au refus de reproduire une certaine division sociale74. L'organisation de leur cabinet « collectif » est « très égalitaire, les secrétaires [étant] payées comme [eux] 75 » – ce qui, sur le plan financier, n'est pas sans conséquence.

  • 76 Entretien avocate, région parisienne, 6 juillet 2009.
  • 77 Entretien avocat, région parisienne, 27 octobre 2009.

41Leurs confrères sont à bien des égards opposés, pour ne pas dire hostiles, à ces cabinets d'un genre nouveau et, plus généralement, aux avocats qui les portent. À Paris, en région parisienne, ou en province, les avocats rencontrés ne manquent pas d'anecdotes illustrant les vives réactions de leurs confrères. Leurs installations, par exemple au sein des barreaux périphériques de la région parisienne, ont été perçues, dans bien des cas, avec méfiance par leurs confrères plus âgés. Certains de ces jeunes avocats proches de l'extrême-gauche se sont alors réinscrits au barreau de Paris tandis que pour d'autres l'ignorance ou le « mépris »76 de leurs confrères à leur encontre a pu perdurer. Seul le barreau de la Seine-Saint-Denis, créé en 1972, semble faire exception. Soucieux de développer leur tout jeune barreau, les confrères plus âgés et le Conseil de l'Ordre sont « peu regardant77 » quant à la période réelle du stage ou aux cabinets créés.

42Leur entrée dans l'avocature, suivi d'autres changements dans leur vie (par exemple leur mise en couple), amorce leur désengagement progressif des organisations politiques, notamment pour les plus encartés. Les militants parisiens de la LCR peuvent rejoindre la cellule créée au Palais – ils deviennent ainsi des trotskystes dans le monde judiciaire – tandis que les provinciaux cessent en partie leurs activités militantes de terrain tout en conservant une activité de réflexion, en participant aux manifestations et en devenant, localement, les conseils de ces organisations. Un avocat du Sud-Ouest de la France justifie son désengagement de la LCR.

  • 78 Entretien avocat, Sud-Ouest, 8 juillet 2008.

« Au début j'avais … comme tout militant de base, je collais des affiches et j'allais distribuer des tracts à cinq heures du matin à l'usine Ford … enfin je veux dire j'ai trouvé ça un peu surréaliste quoi je veux dire si je me faisais gauler par les flics, moi j'étais un avocat qui venait distribuer … même si j'étais jeune avocat, je n'ai aucune prétention du titre si vous voulez mais distribuer des tracts chez Ford à cinq heures du matin ça faisait pas très sérieux quoi je trouvais donc bon très vite j'ai été … moi j'ai dit que bon sur les tracts et tout ça, moi je pouvais peut être consacrer mon activité à plus réfléchir, discuter, etc. mais je participais aux manifs, 1er mai, etc. et puis … je mettais la main à la pâte, je faisais les affiches, on faisait les banderoles, j'étais comme tous les militants, mais il y a certaines choses que j'ai estimé que je ne devais plus faire, donc voilà et puis après petit à petit j'ai un peu lâché pied quoi parce que ça ne correspondait plus à ma vie, à mon quotidien78 ».

43Autrement dit, ces jeunes avocats encartés éprouvent sinon une incompatibilité du moins une certaine tension entre les normes professionnelles et militantes. Leur inscription dans la sphère militante est réévaluée à l'aune de leur qualité d'avocat et non plus d'étudiant ou de jeune juriste. Au final, leur militantisme politique s'estompe progressivement à partir du milieu des années 1970. Entrés, malgré tout, au Barreau afin d'y prolonger leur engagement, ces jeunes avocats militent désormais au sein de la profession. Leur qualité d'avocat militant définit, selon eux, leurs premières années de barre.

La pratique professionnelle des avocats d'extrême-gauche : des dossiers militants à la « réinvention de la défense79 ».

  • 79 Entretien avocat, Sud-Ouest, 8 juillet 2008.
  • 80 Entretien avocat, région parisienne, 27 octobre 2009.

44Les avocats membres ou proches de l'extrême-gauche et/ou du MAJ participent dans les années 1970, on l'a vu, à de nombreuses « luttes sociales » en y déployant leurs compétences juridiques. Arrêtons-nous d'abord un instant sur le rapport au droit des avocats du MAJ. Si l'ensemble des chercheurs intéressés par le MAJ s'accorde à lui reconnaître une conception politique du droit adossée à une pratique professionnelle collective, aucun ne fait mention du tourment de ces avocats membres ou proches de l'extrême-gauche, « révolutionnaires », condamnés à user d'un « droit bourgeois » pour contribuer à une « Justice de classes80 ». Ce paradoxe révèle en réalité la tension vécue par ces avocats, consécutive à leur inscription au sein de deux espaces (professionnel et militant) développant chacun leur propre logique difficilement conciliable – la découverte de « quelques miettes que le capitalisme voulait bien laisser » permit alors d'envisager le droit comme une arme.

« Au début on pensait que le droit c'était vraiment … presque de la merde, enfin je veux dire, c'est … oui, oui, le droit est rentré un petit peu par la fenêtre quoi, alors qu'au départ on était révolutionnaire donc contre le droit tel qu'il était.

Un droit de classe …

  • 81 Idem.

Voilà, qui restait quand même un droit de classe mais le droit permettait quand même de jouer un peu là-dessus, il n'était pas complètement un droit de classe quoi, à l'époque il y avait encore quelques miettes que le capitalisme voulait bien laisser81… »

  • 82 Le mouvement des Paysans-Travailleurs est créé en 1972, notamment par Bernard Lambert (son livre Le (...)

45Pour autant, les avocats membres du MAJ combinent trois types d'exercice.
Les dossiers dits militants relatifs aux Paysans-Travailleurs82, aux indépendantistes bretons, aux objecteurs de conscience, ou encore devant le Tribunal Permanent des Forces Armées, font l'objet d'une défense politique via la remise en cause de la légitimité de la juridiction. Cette défense militante en phase avec l'un des principes du MAJ (à savoir intervenir au sein des « luttes sociales ») est, en réalité, tributaire de leurs lieux d'exercice. Par exemple à Bordeaux, ils plaident devant le TPFA, en Bretagne ils prennent en charge les dossiers des indépendantistes, et à Toulouse ils sont les conseils des Paysans-Travailleurs. Plus encore, la captation d'une partie de la clientèle provinciale d'Henri Leclerc autorise, pour bon nombre d'entre eux, ce type de défense. Une avocate du centre de la France ne nous dit pas autre chose lorsqu'elle évoque ses débuts professionnels.

  • 83 Entretien avocate, Centre, 20 novembre 2013.

« Il faut que sachiez que Henri Leclerc me fait un cadeau extraordinaire, on était deux, il y avait un garçon et moi à l'époque et Henri Leclerc quand il nous rencontre chez les Paysans-Travailleurs il dit “Je ne mettrai plus les pieds dans le département, vous êtes là maintenant vous allez vous démerder”, il ne sait rien de notre compétence, il ne sait rien de qui on est et il nous fait confiance, vous imaginez après, pété de trouille pendant toute votre carrière … moi j'en suis malade de ce cadeau-là en disant “mais jamais je ne serai à la hauteur de ça”, donc ça tire, ça tire vers le haut et donc à un moment donné on s'est trouvé à avoir le contentieux que Henri Leclerc ne voulait plus prendre sur le département, alors c'était en droit social, c'était vrai en droit rural à l'époque du contrat d'intégration83 ».

  • 84 Entretien avocat, Sud-Ouest, 30 mai 2013.
  • 85 Entretien avocat, région parisienne, 23 mars 2009.

46Toutefois, la poursuite d'un tel exercice n'est envisageable qu'à la condition d'investir des domaines du droit « rémunérateurs ». Ceux-ci varient selon les époques. Dans les années 1970, « les procès en construction » sont le gage d'« honoraires conséquents84 ». Les dossiers en matière familiale permettent également à ces jeunes avocats de « vivre et de faire vivre le cabinet85 ». Outre la prise en charge de dossiers « rémunérateurs », les avocats proches de l'extrême-gauche peuvent aussi parfois compter sur les revenus de leurs compagnes pour « vivre ». Au cours des entretiens, ce thème fut largement abordé, par exemple un avocat exerçant dans la région parisienne.

« Et s'installer à Nanterre, vous le considérez comme … avoir un engagement ?

  • 86 Idem.

Oui, on était des avocats militants c'est-à-dire qu'on méprisait le reste du monde et on était les seuls bons quoi, et c'est vrai que notre engagement c'était d'aller se mettre … et c'est vrai que nous on le faisait délibérément, c'était je crois d'une certaine façon assez pertinent, bon c'était très dur quoi, parce qu'on avait beaucoup de mal économiquement à faire … moi, je commençais, on a accepté des conditions modestes, on avait il faut le dire quand même … on était marié donc nos épouses gagnaient un peu mieux leur vie que nous, bon, on bricolait comme ça quoi86 ».

  • 87 Sur le droit social, voir Laurent Willemez « Quand les syndicats se saisissent du droit. Invention (...)

47Ces jeunes membres du Barreau investissent, également, certains domaines du droit existants et y « réinventent la défense ». Il en est ainsi du droit social, aux côtés du service juridique de la CFDT, et du droit des mineurs87. Le droit des mineurs constitue, par exemple, l'un des segments de la pratique professionnelle des avocats entrés au Barreau et au MAJ dans les années 1970. Plus encore, l'émergence de ce domaine du droit révèle l'intrication de leur militantisme et de leur exercice professionnel : si ces jeunes avocats investissent le droit des mineurs par militantisme, la création, la décennie suivante, des permanences soutenue par leurs Ordre, leur octroie une certaine reconnaissance professionnelle.

  • 88 Entretien avocat, région parisienne, 27 octobre 2009.
  • 89 Sur les boutiques de droit, voir Jean-Philippe Tonneau, Le Syndicat des Avocats de France (1972-201 (...)
  • 90 Terme de Pierre Lascoumes. Pierre Lascoumes, « Consultations juridiques et boutiques de droit. Une (...)
  • 91 AP, Actes, 21, Avril 1979.
  • 92 AP, Actes, 10, op. cit.

48Parallèlement à leur pratique professionnelle en cabinet, les avocats membres du MAJ exercent, enfin, « en dehors du Palais88 ». Les boutiques de droit emblématisent en quelque sorte les initiatives originales promues par des avocats membres du MAJ89. Elles se créent, durant la décennie 1970, dans les plus grandes villes de France : Paris, Grenoble, Strasbourg, Lyon, Bordeaux, Lille, etc. Qu'est-ce qu'une boutique de droit ? La réponse s'avère complexe tant les définitions et les projets sont divers. Par exemple, les boutiquiers90 se composeraient de professionnels et de non-professionnels du droit, ce qui n'est évidemment pas le cas du cabinet Ornano bien que celui-ci entende, on l'a vu, développer sa propre boutique. Lors des journées nationales des boutiques de droit à Strasbourg les 18 et 19 novembre 197891, « la multiplicité des opinions » autour de ces expériences est telle que la rédaction « de véritables textes de synthèse » est impossible. Par-delà cette diversité, deux traits semblent caractériser les boutiques. Leurs initiateurs veulent avant tout se démarquer des consultations juridiques mises en place, bien avant les années 1970, par les Ordres d'avocats et les mairies. Les boutiquiers ne veulent pas « fonctionner comme une consultation juridique » délivrant un « renseignement juridique ». Il en résulte une relation nouvelle entre le boutiquier et le demandeur définie par la « déjudiciarisation » et la « désindividualisation92 ». Autrement dit, les boutiquiers refusent d'être des convertisseurs ou de simples traducteurs juridiques (ce qu'ils nomment la « déjudiciarisation ») et prodiguent une nécessaire mise en commun des expériences de chacun (ce qu'ils qualifient de « désindividualisation »). Cette relation consacre la participation du demandeur, lequel est avant tout considéré comme un citoyen. Dès lors, bien plus qu'un accès à la justice, c'est l'accès au droit, entendu comme la conquête de la citoyenneté ou encore le statut de sujet de droit, qui est privilégié. Au sein des boutiques de droit, la conception de cette relation avec les demandeurs relève principalement des avocats qui souhaitent rompre avec la dichotomie professionnelle usuelle entre praticiens du droit et clients.

49Cette nouvelle relation aux demandeurs soulève, toutefois, quelques difficultés. Nombreux sont en effet les avocats qui, contant leur expérience au sein des boutiques, stigmatisent les « demandeurs opportunistes » instrumentalisant le lieu à la recherche d'un renseignement juridique ou d'une prestation. Face à de telles dispositions, la « déjudiciarisation » et la « désindividualisation » escomptées confinent vite à l'utopie. Dressant le bilan de son expérience, en 1979, Christian Revon, une figure des boutiquiers parisiens, écrit que les visiteurs sont exclus des « rites » développés au sein d'une boutique de droit.

  • 93 AP, Actes, n°21, avril 1979.

« Il faut malgré tout constater que la pratique continue d'une boutique de droit sur une longue période aboutit aussi à la création d'une chouette bande de copains et de copines, très sympa, conviviale même, mais une convivialité un peu à usage interne avec ses règles propres, ses clins d'œil, ses rites. Tout cela exclut terriblement le visiteur qui surprend des regards de connivence qui lui échappent, qui souvent ne le concernent pas, mais par lesquels il se sent évidemment jugé (sans compter les conversations en aparté particulièrement agréables...) 93 ».

  • 94 Idem.

50La conclusion de son article – au titre évocateur : « Les boutiques de droit : du fantasme à la réalité. Bilan de deux ans d'expérience » – est même sans appel puisque, selon lui, l'expérience des boutiques ne peut, en définitive, « s'établir qu'avec ceux partageant plus ou moins [leurs] options politiques ». Le boutiquier parisien pointe également des relations conflictuelles entre les avocats et les non-juristes. Sa boutique aurait, en effet, connu « une période anti-avocat ». Selon lui, les professionnels du droit, qualifiés de « bouffeurs de dossiers », conserveraient « jalousement leurs prérogatives » au sein des boutiques et ne sauraient se démettre du « poids de leurs règles déontologiques94 ».

  • 95 Claude Fossé-Poliak, Aux frontières du champ littéraire. Sociologie des écrivains amateurs, Paris, (...)
  • 96 Idem.

51Les boutiques de droit ne sauraient être, au final, appréhendées comme des « univers de consolation95 », entendu comme un lieu constitutif d'un espace frontalier aux marges du champ judiciaire offrant « des positions d'attente ou de repli96 » aux jeunes avocats y délivrant des conseils juridiques. Au contraire, pour certains avocats de cette génération, leur participation aux boutiques de droit est partie intégrante de leur socialisation professionnelle.

  • 97 Cela n'est pas sans rappeler, comme le souligne Gérard Mauger, la marginalité revendiquée par les m (...)

52Notons enfin, outre la création des cabinets collectifs et l'exercice d'une certaine défense politique, que l'apparence physique de ces jeunes avocats interpelle leurs confrères plus âgés. Lors des entretiens, les avocats s'arrêtent, non sans un certain plaisir, sur leur tenue vestimentaire, bien éloignée de celle de leurs confrères, révélatrice selon eux de leurs différences d'ethos97 et de leur mise à distance d'une partie de la profession.

  • 98 Entretien avocat, région parisienne, 27 octobre 2009.

« Dans tout un tas de chose, dans l'habillement par exemple, l'absence de cravate que je n'ai jamais portée, des choses comme ça, le jean qui dépassait de la robe, qui faisait faire des remarques à certains avocats effectivement et à des magistrats98. »

  • 99 Idem. Les extraits suivants sont tirés de cet entretien.

53Pour autant, les tensions avec leurs confrères s'épuisent rapidement. Selon les termes de plusieurs avocats rencontrés, « le quotidien lisse99 ». C'est particulièrement le cas au sein du tout jeune barreau de la Seine-Saint-Denis. L'arrivée de jeunes avocats permet, aux yeux de leurs confrères plus âgés, d'assurer les « bonnes œuvres » du Barreau. « Les gauchistes de service » subissent une sorte d'obligation morale à la fidélité de leurs prétentions morale et politique. Les dossiers de diverses commissions de leur barreau ou relevant de l'aide judiciaire leur permettent alors, tout en revendiquant leur prise en charge selon leur conception politique de la profession, de « faire rentrer de l'argent » et d'assurer la continuité de leur exercice militant.

  • 100 Entretien avocat, région parisienne, 27 octobre 2009.

« Après six mois de stage et par des relations je me suis dit “bon je vais m'installer en Seine-Saint-Denis, ça me convient politiquement et ça va me convenir aussi financièrement” parce qu'il y a l'aide judiciaire etc., même si ce n'était pas grand chose, j'ai rencontré des gens et je suis allé en Seine-Saint-Denis, bon voilà c'est une filière, et les autres avocats qui sont venus après dans le cabinet n'ont jamais fait de stage, à l'époque le conseil de l'Ordre fermait les yeux là-dessus, ils étaient contents de récupérer des avocats, il en fallait, vous savez à l'époque en Seine-Saint-Denis, il y avait la même population qu'il y a aujourd'hui, avec les mêmes problèmes, juridiques et tout, et on n'était pas 100, on était 60-70, il y avait un boulot énorme, même les avocats qui n'étaient pas sur nos lignes politiques étaient obligés de faire du travail commission d'office et tout ça, ils râlaient un peu […] bon alors c'est vrai j'étais l'avocat gauchiste de service, ça les faisait un peu sourire, sauf quand je les emmerdais un peu trop, en même temps je n'étais pas non plus d'une agressivité … vous savez au quotidien on fréquente les gens, on se rend des petits services même si on n'est pas sur les mêmes … on n'était pas toujours en train de se faire la gueule, loin de là, … le quotidien était très très important100 ».

54Au final, inscrits au Barreau au début des années 1970 afin de « prolonger leur militantisme », ces jeunes avocats investissent, concomitamment à leur désengagement progressif des organisations d'extrême-gauche et au deuil de leurs idéaux de jeunesse, la profession et son exercice. Pour autant, leur volonté n'est pas de bouleverser la profession ou d'en subvertir les normes. Par exemple, les Ordres ne sont pas, explicitement, contestés, quand bien même ils sont les conseils de jeunes médecins qui, en refusant de payer leurs cotisations, défient l'Ordre national. Autrement dit, ils n'entrent pas au Barreau afin d'y créer, en quelque sorte, une contre-profession mais bien davantage de participer d'un autre modèle professionnel. Leur investissement au sein des instances dirigeantes des Ordres, à la fin des années 1970, en témoigne. Plus encore, ils se plient volontiers aux règles du jeu professionnel que supposent les élections au Conseil de l'Ordre. Cette entrée dans les Conseils de l'Ordre est parallèle de leur adhésion au SAF – ce qui n'est pas un hasard puisque ces élections réunissent, le plus souvent, des listes d'organisations professionnelles.

Le devenir des avocats du MAJ après la disparition de l'organisation

  • 101 Sur l'histoire du SAF que nous ne pouvons développer ici, voir Jean-Philippe Tonneau, Le Syndicat d (...)

55Tous les avocats rencontrés adhèrent au SAF à partir de 1977, après y avoir été admis, pour certains dès 1975, en tant qu'observateurs à ses congrès. Le SAF est créé en 1973 par des avocats communistes parisiens et de la région parisienne (la direction des premières années est assurée par Francis Jacob et Claude Michel) partisans de l'union de la gauche101. Quelles sont dès lors les relations entre les avocats communistes et les anciens membres d'extrême-gauche ?

Les relations SAF-MAJ, ou l'opposition frontale entre le PCF et l'extrême-gauche

  • 102 Lettre de Jean-Jacques de Félice à Francis Jacob, le 6 novembre 1973. Archives du SAF. Le Garde des (...)

56Les présidents du SAF et du MAJ correspondent dès 1973. Dans une lettre qu'il adresse à Francis Jacob, Jean-Jacques de Félice justifie la non-participation des militants d'extrême-gauche à la manifestation du Barreau contre les propos du Garde des Sceaux, mentionne les différences entre son organisation et le SAF et ne ferme pas la porte à de futures collaborations102.

57En interne, le MAJ s'enquiert dès l'année 1973 des activités du tout jeune SAF et s'interroge sur les relations à nouer avec lui. Entre 1973 et 1974, toutes les réunions du MAJ, notamment celles de la section parisienne, comptent à leur ordre du jour une discussion sur le SAF : Comment faut-il le considérer ? Quelle stratégie adopter à son égard ? Faut-il que le MAJ entre au SAF (stratégie explicite d'entrisme) ou doit-il demeurer indépendant ? Une double appartenance SAF-MAJ est-elle envisageable voire souhaitable ?

58Au final, entre 1973 et 1974, aucune position définitive n'est adoptée quant aux relations à nouer (ou pas) avec le SAF. La question de la double appartenance est, au contraire, résolue : son refus semble, en effet, faire l'unanimité si l'on en juge par les comptes rendus des réunions consultés et les réflexions rapportées aux instances nationales d'un MAJ en cours de structuration. Malgré cette indécision et ce refus, force est de constater que nombre d'avocats du MAJ, notamment en province, adhèrent à titre personnel ou nouent des relations avec le Syndicat.

  • 103 AP, « L'instauration de l'État autoritaire et la crise de l'appareil judiciaire », Actes, n°11, p. (...)
  • 104 Nous avons pu rencontrer cet ancien membre du MAJ, aujourd'hui encore avocat. Il nous a précisé que (...)

59Au cours du congrès du MAJ en 1975, les débats autour de ces questions, et plus généralement sur l'existence même du SAF, ne manquent pas. À l'issue du congrès, la question de la double appartenance SAF-MAJ est résolue. En raison d'un « moindre militantisme » ou d'une « absence de clarté politique », elle doit être « combattue politiquement » ou interdite103. Cette position est réaffirmée, à la fin de l'année 1975, dans un article signé d'un jeune membre du MAJ rendant compte du congrès du SAF. Admis en tant qu'observateur par le Syndicat, ce jeune étudiant en droit, accompagné de quatre ou cinq camarades104, renseigne les militants du MAJ du déroulement du congrès (demi-journée par demi-journée, commission par commission). Après l'analyse du déroulement du congrès (« les dessous du congrès », « les discours », « les motions », « les commissions ») au prisme des oppositions politiques internes au SAF (entre avocats du PCF, du PS ou « gauchistes »), sa conclusion est sans ambiguïté : l'étudiant en droit qu'il est voit dans le SAF un « syndicat réformiste » ne pouvant disputer à son organisation l'orientation « révolutionnaire » (« être révolutionnaire et adhérer au SAF ;! » écrit-il par exemple). La seconde partie de son compte-rendu s'attache dès lors à démontrer l'absurdité (politique) à adhérer au SAF. Cette double appartenance risquait par ailleurs, à long terme, de nuire selon lui à l'existence même du MAJ, voire à provoquer sa disparition (« l'assassinat du MAJ » note-il alors). Autrement dit, ce jeune militant condamne la double appartenance tant au niveau individuel qu'organisationnel. Il plaide, enfin, pour une intervention des militants du MAJ au sein de l'appareil judiciaire et non exclusivement dans « les luttes sociales ».

  • 105 AP, « Réunion Paris Province du 1er février 1975 – Préparation du Congrès », Action Judiciaire, n°3

60Malgré le refus, voire la condamnation, de la double appartenance SAF-MAJ exprimé à diverses occasions, des militants, parisiens ou provinciaux, adhèrent dès 1974-1975 au Syndicat. La section de Toulouse semble être la plus fervente partisane de la double appartenance. Pour ses membres, l'adhésion au Syndicat obéit, en partie, à la nécessité de rompre l'isolement local vécu mais aussi à la volonté de mener « des luttes à l'intérieur de l'appareil judiciaire » – « la double appartenance avec le SAF est pratiquée, en raison de l'absence du MAJ nationalement sur le terrain du Palais » précise ainsi la section toulousaine au cours d'un débat interne105.

61Les positions sur la question de la double appartenance apparaissent tributaires de l'orientation du MAJ souhaitée : l'adhésion au SAF est recherchée localement à Toulouse, où l'on préconise des interventions solidaires des « luttes sociales ». Au contraire, elle est refusée par la section d'Aix-en-Provence où « les luttes à l'intérieur de l'institution judiciaire » sont privilégiées.

  • 106 Entretien avocat, région parisienne, 27 octobre 2009.
  • 107 Entretien Paul Bouaziz, Paris, 7 juin 2005.
  • 108 Le Rapport Moral est publié dans son intégralité dans La Gazette du Palais (une publication destiné (...)

62Par-delà cette appréhension des logiques d'intervention du MAJ, c'est l'engagement communiste des fondateurs du Syndicat qui constitue, pour certains, « un repoussoir106 ». Les fondateurs communistes du Syndicat, quant à eux, se méfient également des « gauchistes ». Paul Bouaziz (avocat communiste, troisième président du SAF) résume leurs relations : « On se regardait en chien de faïence107 ». Pourtant, dès ses débuts le SAF s'enquiert de cette organisation réunissant notamment de jeunes avocats. En 1975, un extrait du Rapport Moral de Francis Jacob prononcé au congrès du SAF est, par ailleurs, publié dans Actes – « Pourquoi un syndicat d'avocats ? Le SAF répond ». Remarquons toutefois que, si le Rapport Moral intégral conjugue un argumentaire professionnel et politique, l'extrait publié n'évoque que des thèmes cherchant un écho avec les préoccupations politiques des membres du MAJ : sont ainsi évoqués la démystification de la loi, l'établissement d'un « rapport d'intelligence et non de subordination » avec le client, ou encore la volonté des fondateurs du SAF de « sortir de [leurs] cabinets108 ».

  • 109 Entretien Claude Michel, région parisienne, 31 janvier 2005.

63Deux facteurs expliquent l'intérêt porté au MAJ et à ses membres par les fondateurs communistes du SAF : d'une part, c'est une organisation composée de jeunes avocats (autrement dit de possibles recrues permettant le développement du Syndicat), d'autre part, la critique politique et professionnelle émise à leur encontre risque de mettre à mal leur volonté de compter parmi les organisations du Barreau. Dès lors, dans l'optique d'élaborer, en quelque sorte, un front de gauche au Palais, l'arrivée au SAF des jeunes avocats membres du MAJ est souhaitée par les fondateurs communistes, quand bien même ils appréhendaient les probables tensions pouvant s'ensuivre. Comme nous l'a confié Claude Michel, « du point de vue des éléments communistes du SAF qui essayaient de penser la base et l'avenir du SAF […] il valait mieux les [les membres du MAJ] avoir à l'intérieur, même si ça faisait des difficultés de gestion et de direction, qu'à l'extérieur109 ».

  • 110 Au sens, ici, tant sociale que biologique.
  • 111 Entretien avocat, Ouest, 10 juin 2009.

64Les relations entre les avocats d'extrême-gauche et leurs aînés communistes ne se résument pas à la seule scène parisienne. À l'échelle locale, les militants du MAJ-Toulouse tissent rapidement, on l'a vu, des liens avec la section du Syndicat. De leurs côtés, de jeunes praticiens communistes, appartenant à la même génération110 que leurs confrères d'extrême-gauche, ont comme « référence […] le MAJ111 ». Un avocat d'un grand barreau de l'Ouest de la France évoque les relations locales entre le SAF et le MAJ :

« Et le SAF ... le fait qu'il soit fondé par des avocats communistes ça vous a incité …

Absolument pas, le fait que ça a été créé par des avocats communistes … moi ce qu'il faut quand même savoir c'est que j'étais très sensible bien qu'étant communiste, étant donc là-dedans très sensible à tout le mouvement qui s'est développé autour d'Actes, autour du MAJ.

Et des boutiques de droit …

Boutiques de droit … quand on était à la fac de droit, c'est le MAJ qui nous donnait des aliments et c'est comme ça que j'ai découvert le SAF en réalité, pourtant le SAF ce n'était pas ça, entre le MAJ et les premières directions du SAF c'était … moi je lisais Actes, c'était hyper intéressant, je trouvais ça absolument passionnant et on était là-dessus, enfin dans mes années étudiantes, c'est ça qui nous intéressait.

Et au niveau national entre les membres de l'extrême-gauche du MAJ et les avocats communistes au milieu des années 1970 ça …

Ça castagnait dur.

Et au niveau local il y avait aussi comme ça des affrontements politiques ?

  • 112 Entretien avocat, Ouest, 8 juin 2009.

Ici c'était front commun, d'abord il n'y avait personne pour se revendiquer d'une majorité ou d'une minorité communiste au SAF ici, alors le seul élément le plus proche du PC c'était moi … et puis par ailleurs on s'en foutait de ça, ce n'était vraiment pas le problème112… »

65

  • 113 Idem.

66Les sensibilités politiques n'expliquent pas en province les lignes de tensions structurant le champ politique à l'échelle nationale, voire parisienne, et n'épuisent nullement la compréhension des relations entre le SAF et le MAJ. L'appartenance à une même génération et les jeux d'interconnaissance au sein du Barreau furent bien souvent des facteurs fortement propices au déploiement d'un « front commun113 » à l'échelle locale.

  • 114 Entretien avocat, Paris, 27 octobre 2009.
  • 115 Entretien avocate, région parisienne, 6 juillet 2009.

67La disparition du MAJ en 1978 intensifie l'adhésion de ses membres avocats au SAF. Deux motivations sont avancées par les anciens militants du MAJ rencontrés pour la justifier. Pour certains, encore jeunes membres du Barreau (la majorité d'entre eux ne compte que cinq ans de barre), le SAF constitue « un soutien114 » dans leur exercice professionnel. Pour d'autres, le Syndicat demeure « le seul interlocuteur de gauche de la profession d'avocat », « la seule tribune qui rest[e] 115 ».

L'arrivée des membres de l'ancien MAJ au SAF, l'internalisation des conflits ?

68Quelles relations entretiennent les anciens du MAJ avec les fondateurs communistes ? Comment se rejouent leurs oppositions (politiques) de naguère ?

69Les tensions précédemment évoquées doivent, d'abord, être nuancées. Le passé d'engagement à risque des fondateurs communistes n'est pas sans susciter respect et admiration des jeunes confrères venus du MAJ. L'estime aurait souvent raison de l'opprobre antistalinienne. Les souvenirs d'une avocate de la région parisienne laissent penser que les perceptions réciproques se forgeaient lors des interactions quotidiennes entre confrères bien plus qu'elles ne résultaient de prises de positions politiques officielles sur les scènes publiques.

« Justement entre communistes et membres de l'extrême-gauche à l'époque ce n'est pas … calme …

  • 116 Idem.

Oui mais malgré tout sur les questions de l'institution judiciaire, de la défense au pénal, sur … enfin je veux dire parmi les avocats du Parti Communiste, il y avait quand même des gens qui avaient été des Résistants, qui avaient fait de la défense de rupture au bon sens du terme, pas comme nous le raconte Vergès aujourd'hui, pendant la guerre d'Algérie, il y avait eu des porteurs de valise, il y avait eu des gens qui avaient fait des choses extrêmement courageuses et donc si j'ose dire en tant que personne dans le milieu professionnel ça n'avait vraiment rien à voir avec un certain dogmatisme des idées et d'ailleurs tous les avocats issus du PC ne sont pas venus au SAF, loin s'en faut, donc la divergence était sur des gens militants qui voulaient continuer à être militant dans leur métier et les autres116. »

70Le rôle des avocats communistes notamment durant la guerre d'Algérie suscite la même admiration des avocats d'extrême-gauche à l'échelle locale. Un avocat du Sud-Ouest de la France, ancien membre de la LCR (« très anti PC » nous dira-t-il) évoque les fondateurs du SAF, qualifiés de « mecs pas fréquentables » dans le Parti – notons le rôle joué par la LDH dont Francis Jacob est membre depuis 1978.

  • 117 Entretien avocat, Sud-Ouest, 8 juillet 2008.

« Je veux dire Claude Michel et Francis Jacob, ils étaient complètement atypiques … avec Francis moi j'étais super copain et tout et il était à la Ligue des Droits de l'Homme … je veux dire on était … il était à la commission juridique des droits de l'homme etc. bon j'étais adhérent également, moi j'étais Président de la section ici de la Ligue des Droits de l'Homme pendant dix ans et effectivement c'était quand même un communiste atypique, Claude Michel qui est parti ensuite au Parti Socialiste donc … ces gens qui avaient une histoire mais bon si on grattait un peu on s'apercevait que fondamentalement c'étaient des gens ouverts117. »

  • 118 Entretien Paul Bouaziz, Paris, 7 juin 2005.
  • 119 Entretien avocat, Sud-Ouest, 8 juillet 2008.

71Les fondateurs communistes, de leur côté, nuancent également ces tensions politiques. Paul Bouaziz par exemple, Président du SAF en 1980-1981, confie « s'être très bien entendu pour des raisons personnelles » avec ces jeunes avocats, « [son] passé chargé de membre du Parti Communiste Algérien [lui] ouvrait beaucoup beaucoup de portes »118 – précisons que l'avocat du Sud-Ouest précédemment cité nous dira : « À l'époque les avocats emblématiques c'étaient ceux qui étaient en Algérie, c'était Paul Bouaziz, c'était sa femme, c'était un certain nombre d'autres personnes, d'autres avocats, Gisèle Halimi, etc., Vergès déjà119 ».

  • 120 Sur cette notion, voir Frédéric Sawicki, Johanna Siméant, « Décloisonner la sociologie de l'engagem (...)
  • 121 Émilie Biland, « Les cultures d'institution » in Jacques Lagroye, Michel Offerlé (dir.), Sociologie (...)

72L'entrée de ces jeunes membres du Barreau ne réduit-elle pas néanmoins le SAF à n'être qu'une organisation « réceptacle120 » ? Se retrouvent, en effet, en son sein, des avocats de différentes générations, détenteurs de cultures politiques et de manières de militer, elles aussi, différentes. Bref, le Syndicat n'est-il qu'un agrégat de « sous-cultures institutionnelles121 » ?

73L'appréhension de certains sujets révèlent ces différences, par exemple, comme nous le confie Claude Michel, à propos des comités de soldats.

  • 122 Entretien Claude Michel, région parisienne, 31 janvier 2005.

« Il y avait des soldats qui faisaient l'objet de répression, leur [les avocats de l'ancien MAJ] mot d'ordre c'était : “Créons des comités de soldats”, “Appelons à l'insoumission”, refus de servir et tout. Et nous, nous disions : “Dénonçons la répression sur les soldats et organisons leur défense”122 ».

  • 123 Entretien avocate, région parisienne, 6 juillet 2009.

74Pour autant, le contexte politique de la fin des années 1970 n'est plus celui de la création du SAF. Les fondateurs communistes se désengagent successivement du PCF et le Syndicat s'autonomise, dans le même temps, des partis de l'union de la gauche ; tandis que les avocats d'extrême-gauche s'éloignent de leurs organisations politiques de jeunesse. Les questions stricto sensu politiques semblent, au sein même du SAF, laisser la place aux questions professionnelles et à l'élaboration d'une conception politique de la profession. Leur intérêt partagé des relations entre la justice et les citoyens et la place que doit y tenir l'avocat renforce ce processus. Une avocate nous confie ainsi : « On peut dire que par rapport à une réflexion sur les pratiques professionnelles parce qu'on a beaucoup travaillé en fait sur les pratiques professionnelles… je veux dire sur les pratiques professionnelles, les divergences à la virgule près entre la motion quatre bis et la motion trois ter de telle organisation c'est peanuts je veux dire, ça n'a vraiment pas de sens123 ».

75Il est difficile, au bout du compte, de conclure que l'adhésion des anciens du MAJ ait été une source de tensions politiques au sein du SAF. Si des affrontements ont existé, notamment au cours des congrès et des conseils syndicaux du SAF, aucune trace n'en a été conservée dans les archives consultées. Par ailleurs, les jeunes adhérents du Syndicat investissent, dès 1978, ses instances dirigeantes, notamment le conseil syndical. Leur participation à la vie interne du Syndicat, en plus de témoigner de leur propre cheminement politique, permet à certains de voir sous un jour nouveau les fondateurs communistes, qualifiés jusqu'alors de « stals ».

  • 124 Entretien avocat, Sud-Ouest, 8 juillet 2008.

« Alors pour en revenir au fonctionnement du SAF, je ne peux pas vous donner d'éléments marquants, moi le sentiment que j'en ai eu tout de suite c'est une très grande convivialité qui se prolongeait au-delà des réunions, je veux dire après on allait manger ensemble, on discutait, on se racontait nos vies personnelles, moi j'ai découvert des gens qui étaient des amateurs d'opéra, de musique classique, tout ces communistes n'avaient qu'une idée c'était d'aller au festival d'Orange ou d'Aix-en-Provence, d'aller manger dans les restos quatre étoiles parce qu'ils adoraient la bonne bouffe etc., enfin j'ai découvert des gens qui n'étaient pas ceux que je pouvais imaginer dans mon imaginaire du communiste quoi, ça n'avait rien à voir et puis donc des gens extrêmement cultivés, amateurs de tout, amateurs d'art, vraiment j'ai rencontré des gens que j'aime, avec qui je me suis très bien entendu124 ».

76Pour le SAF, l'arrivée de ces jeunes militants lui permet d'accroître son audience dans les barreaux de province. Certains militants bien connus localement, jusqu'alors membres du MAJ, prennent en charge la section de leur barreau. Outre ce maillage territorial, le Syndicat voit également son image modifiée. Le label militant succède au label communiste. Autrement dit, être membre du SAF signifie dorénavant, aux yeux des confrères, être un avocat militant – et non membre du PC – porteur d'une conception politique de la profession. Au début des années 1980, les jeunes avocats issus de l'extrême-gauche investissent les postes de direction du SAF. Un militant de cette génération est élu en 1983, face à un communiste fondateur, à la Présidence du Syndicat. Restant membres du SAF, les fondateurs ne participent alors plus à ses activités nationales, préférant développer leur cabinet ou investir localement leurs sections ou leurs barreaux (certains sont élus bâtonniers, d’autres au conseil de l’Ordre).

77L’évocation de l'histoire du MAJ, de ses membres-avocats, de leurs pratiques professionnelles et de leur devenir révèlent, au final, deux écueils du Cause Lawyering. D’une part, les avocats-militants ne plaident pas dans les prétoires uniquement des « affaires militantes ». Ces dernières sont, au contraire, ponctuelles au sein de leur activité professionnelle quotidienne. D’autre part, le courant nord-américain passe outre « le collectif ». Or, avoir été membre du MAJ puis du SAF n’est pas sans conséquence professionnelle – comme nous l’indique une jeune avocate à propos d'une audience pour violence policière où intervient sa consœur plus âgée, ayant milité dans les années 1970 au MAJ avant de rejoindre le SAF :

  • 125 Entretien avocate, Sud-Est, 25 mars 2009.

« Il y avait une vingtaine de personnes qui était poursuivie et il y avait sept avocats dont [Nom de l’avocate du SAF], tous les autres … est-ce qu'il y avait des membres du SAF, non, tous les autres avocats ont été peu courageux parce que en gros on savait bien qu'il y avait eu des problèmes au niveau des violences, ils n'ont pas été courageux parce qu'ils n'ont pas eu envie de s'attaquer à la police, pas eu envie d'en faire un débat politique, la seule personne qui a … qui a crié et fait … c'était [Nom de l’avocate], alors bien sûr parce qu'elle a de la bouteille mais je pense aussi qu'elle l'a eu cette bouteille et cette verve aussi parce qu'elle a été dans un syndicat qui militait et puis parce que … ouais, elle fait honneur à ses idées et qu'elle aurait été bien merdeuse de croiser ses autres confrères si elle … n’avait pas eu la plaidoirie qu’elle a eu125 ».

Pour ces avocats, avoir été membre du MAJ puis appartenir aujourd'hui au SAF engendrent, notamment localement aux yeux de leurs confrères, une obligation morale à la fidélité de leurs engagements passés et/ou présents.

Israël Liora, « Le 68 des juristes : défense, revendication, organisation (1968-1974) » in Philippe Artières, Michelle Zancarini-Fournel (dir.), 68 Une histoire collective (1962-1981), Paris, La Découverte, 2008, p. 583-591.

Haut de page

Bibliographie

Benec'h-Le Roux Patricia, « Les avocats dans les tribunaux pour enfants : des acteurs longtemps muets de la justice depuis 1890 », Revue d'histoire de l'enfance « irrégulière », 2010, n°12, p. 87-109.

Biland Émilie, « Les cultures d'institution » in Jacques Lagroye, Michel Offerlé (dir.), Sociologie de l'institution, Paris, Belin, 2011, p. 177-192.

Brillant Bernard, « Intellectuels et extrême-gauche : le cas du Secours rouge », IHTP, Lettre d'information n°32.

Codaccioni Vanessa, Punir les opposants. PCF et procès politiques 1947-1962, Paris, CNRS, 2013, 423 p.

Collectif, Boutiques de droit, Paris, Sorlin, 1978, 139 p.

Dhavernas Odile, Droits des femmes, pouvoir des hommes, Paris, Seuil, 1978, 389 p.

Dreyfus-Armand Geneviève, Frank Robert, Lévy Marie-Françoise, Zancarini-Fournel Michelle (dir.), Les années 1968. Le temps de la contestation, Paris, Éditions Complexe, 2000, 525 p.

Fillieule Olivier (dir.), Le désengagement militant, Paris, Belin, 2005, 319 p.

Fossé-Poliak Claude, Aux frontières du champ littéraire. Sociologie des écrivains amateurs, Paris, Economica, 2006, 305 p.

Garcia Sandrine, « Expertise scientifique et capital militant. Le rôle des médecins dans la lutte pour la légalisation de l'avortement », Actes de la recherche en Sciences Sociales, 2005, n°158, p. 96-115.

Gobille Boris, « Mai-Juin 68 : crise du consentement et rupture d'allégeance », in Dominique Damamme, Boris Gobille, Frédérique Matonti, Bernard Pudal (dir.), Mai Juin 68, Paris, Les Éditions de l'Atelier, 2008, p. 15-31.

Gottraux Philippe, « “Socialisme ou Barbarie” : Un itinéraire saisi par l'histoire et la sociologie », in Yves Deloye, Bernard Voutat (dir.), Faire de la science politique, Paris, Belin, p. 185-200.

Gottraux Philippe, « Socialisme ou Barbarie ». Un engagement politique et intellectuel dans la France de l'après-guerre, Paris, Payot, 1997, 427 p.

Graeme Hayes, Ollitrault Sylvie, La désobéissance civile, Paris, Presses de Sciences Po, 2013, 185 p.

Hajjar Lisa, « Front the Fight for Legal Rights to the Promotion of Human Rights: Israeli and Palestinian Cause Lawyers in the Trentches of Globalization », in Austin Sarat, Stuart Scheingold (dir.), Cause Lawyering and the State in a Global Era, New York, Oxford University Presse, 2001, p. 68-95.

Hilbink Thomas, Constructing Cause Lawyering: Professionnalism, Politics and Social Change in 1960s America, PhD., Institute for Law and Society, New York University, 2006, 431 p.

Hilbink Thomas, « You know the Type: Categories of Cause Lawyering », Law and Social Inquiry, 2004, vol. 29, p. 657-698.

Lascoumes Pierre, « Consultations juridiques et boutiques de droit. Une critique en acte du droit et de la justice », Déviance et Société, 1978, n°3, p. 233-259.

Mouvement d'Action Judiciaire, L'affaire Croissant, Paris, François Maspero, 1977, 202 p.

Mouvement d'Action Judiciaire, Les droits du soldat. Statut, discipline et justice militaire, Paris, Éditions Maspero, 1975, 131 p.

Israël Liora, « Le Mouvement d'action judiciaire. Archives d'une lutte par le droit », Matériaux pour l'histoire de notre temps, 2015, n°115-116, p. 26-34.

Israël Liora, « Une critique du droit en actes. Engagements et pratiques des juristes des années 1970 » in Xavier Dupré (de Boulois), Martine Kaluszynski (dir.), Le droit en révolution(s), Paris, LGDJ, 2011, p. 37-48.

Israël Liora, « Un droit de gauche ? Rénovation des pratiques professionnelles et nouvelles formes de militantisme des juristes engagés dans les années 1970 », Sociétés Contemporaines, 2009, n°73, p. 47-71.

Israël Liora, « Quelques éclaircissements sur l'invention du cause lawyering. Entretien avec Austin Sarat et Stuart Scheingold », Politix, 2003, n° 62, p. 31-37.

Israël Liora, « Usages militants du droit dans l'arène judiciaire : le cause lawyering », Droit et Société, 2001, n°49, p.793-824.

Lagroye Jacques, « Les processus de politisation » in Lagroye Jacques (dir.), La politisation, Paris, Belin, 2003, p. 359-372.

Martin Jean-Philippe, Histoire de la nouvelle gauche paysanne. Des contestations des années 1960 à la Confédération Paysanne, Paris, La Découverte, 312 p.

Mauger Gérard, « Gauchisme, contre-culture et néo-libéralisme : pour une histoire de la « génération de mai 1968 » », in Collectif, L'identité politique, Paris, PUF, 1994, p. 206-226.

Rajsfus Maurice, Mai 1968 : sous les pavés, la répression : mai 1968 – mars 1974, Paris, Le Cherche Midi Editeur, 1998, 251 p.

Salles Jean-Paul, La ligue communiste révolutionnaire (1968-1981). Instrument du Grand Soir ou lieu d'apprentissage ?, Rennes, PUR, 2005, 424 p.

Sarat Austin, « Plaider contre la peine de mort. Entre (la présence de la) violence et (une possibilité de) justice », Justices, 2001, n°hors-série, p. 84-98.

Shamir Ronen, « Le militantisme juridique dans une société binationale : Palestiniens et Juifs israéliens à la croisée des chemins, Justices, 2001, n°hors-série, p. 99-111.

Sawicki Frédéric, Siméant Johanna, « Décloisonner la sociologie de l'engagement militant. Note critique sur quelques tendances récentes des travaux français », Sociologie du Travail, 2009, n°51, p. 97-125.

Siméant Johanna, « Socialisation catholique et biens de salut dans quatre ONG humanitaires françaises », Le Mouvement Social, 2009, n°227, p. 101-122.

Tonneau Jean-Philippe, Le Syndicat des Avocats de France (1972-2012). Contribution à une socio-histoire du militantisme syndical dans le champ judiciaire, Thèse de sociologie, Université de Nantes, 2014, 674 p. + 195 p. annexes.

Willemez Laurent, Des mondes ordonnés ? Professionnels du droit et militants dans la diffusion de la raison juridique, HDR de sociologie, Université de Versailles Saint-Quentin, 2009, 195 p.

Willemez Laurent, « Quand les syndicats se saisissent du droit. Invention et redéfinition d'un rôle », Sociétés Contemporaines, 2003, n°52, p. 17-38.

Haut de page

Notes

1 Précisons, d'emblée, qu'il est difficile de connaître le nombre exact d'avocats parmi les membres du MAJ. Une avocate du Centre de la France nous a précisé que les membres du Barreau représentaient « une poignée de cerise », « une centaine de personnes chez les avocats » au début des années 1970 (entretien avocate, Centre, 20 novembre 2013).

2 Sur la politisation, nous nous référons à l'article de Jacques Lagroye, « Les processus de politisation » in Jacques Lagroye (dir.), La politisation, Paris, Belin, 2003, p. 359-372.

3 Voir Liora Israël, « Quelques éclaircissements sur l'invention du cause lawyering. Entretien avec Austin Sarat et Stuart Scheingold », Politix, 2003, n°62, p. 31-37.

4 La définition du cause lawyer, fréquemment citée, est celle de Lisa Hajjar : « What distinguishes cause lawyer from « conventional lawyers » is that the former apply their professionnal skills in the service of a cause other than – or greater than – the interests of the client in order to transform some aspect of the status quo, whereas the latter tailor their practices to accommodate or benefit the client within the prevailing arrangements of power ». Voir Lisa Hajjar, « Front the Fight for Legal Rights to the Promotion of Human Rights: Israeli and Palestinian Cause Lawyers in the Trentches of Globalization », in Austin Sarat, Stuart Scheingold (dir.), Cause Lawyering and the State in a Global Era, New York, Oxford University Presse, 2001, p. 68-95.

5 Ronen Shamir, « Le militantisme juridique dans une société binationale : Palestiniens et Juifs israéliens à la croisée des chemins, Justices, 2001, n°hors-série, p. 99-111 ; Austin Sarat, « Plaider contre la peine de mort. Entre (la présence de la) violence et (une possibilité de) justice », Justices, 2001, n° hors-série, p. 84-98.

6 Thomas Hilbink, Constructing Cause Lawyering: Professionnalism, Politics and Social Change in 1960s America, PhD., Institute for Law and Society, New York University, 2006, 431 p. ; Thomas Hilbink, « You know the Type: Categories of Cause Lawyering », Law and Social Inquiry, 2004, vol. 29, p. 657-698.

7 Liora Israël, « Usages militants du droit dans l'arène judiciaire : le cause lawyering », Droit et Société, 2001, n°49, p. 793-824.

8 Liora Israël, « Un droit de gauche ? Rénovation des pratiques professionnelles et nouvelles formes de militantisme des juristes engagés dans les années 1970 », Sociétés Contemporaines, 2009, n°73, p. 47-71.

9 Hayes Graeme, Sylvie Ollitrault, La désobéissance civile, Paris, Presses de Sciences Po, 2013, 185 p.

10 Vanessa Codaccioni, Punir les opposants. PCF et procès politiques 1947-1962, Paris, CNRS, 2013, 423 p.

11 Liora Israël, « Quelques éclaircissements sur l'invention du cause lawyering… », art. cit.

12 Laurent Willemez, Des mondes ordonnés ? Professionnels du droit et militants dans la diffusion de la raison juridique, Mémoire d’HDR, Université de Versailles Saint-Quentin, 2009, 195 p. (réf. p. 65).

13 Cet article est issu de notre thèse : Jean-Philippe Tonneau, Le Syndicat des Avocats de France (1972-2012). Contribution à une socio-histoire du militantisme syndical dans le champ judiciaire, Thèse de sociologie sous la direction de Jean-Noël Retière, Université de Nantes, 2014, 674 p. + 195 p. annexes. Les matériaux utilisés sont divers : la réalisation de 60 entretiens, notamment biographiques (parfois répétés, soit un total de 80) ; la consultation d'archives (notamment les archives du SAF, du MAJ, du PCF, du PSU mais également les archives privées d'avocats) ; et la participation, pendant plusieurs années, aux manifestations organisées par le SAF (les congrès, les colloques, les journées de formation, les manifestations de rue, mais également les bureaux et les conseils syndicaux destinés aux seuls membres du Syndicat). Nous remercions ici les présidents successifs du SAF pour leur bienveillance à notre égard et l'accès aux archives du Syndicat. Pour cet article, nous mobilisons principalement les archives privées d'une avocate (notées AP dans la suite de l'article), les entretiens avec les avocats du MAJ (15 entretiens, 11 hommes, 4 femmes) et les fondateurs communistes du SAF (3 entretiens).

14 Geneviève Dreyfus-Armand, Robert Frank, Marie-Françoise Lévy, Michelle Zancarini-Fournel (dir.), Les années 1968. Le temps de la contestation, Paris, Éditions Complexe, 2000, 525 p.

15 Pour retracer cette histoire, nous nous appuyons sur : Maurice Rajsfus, Mai 1968 : sous les pavés, la répression : mai 1968 – mars 1974, Paris, Le Cherche Midi Éditeur, 1998, 251 p. ; Liora Israël, « Le 68 des juristes : défense, revendication, organisation (1968-1974) » in Philippe Artières, Michelle Zancarini-Fournel (dir.), 68 Une histoire collective (1962-1981), Paris, La Découverte, 2008, p. 583-591 ; Bernard Brillant, « Intellectuels et extrême-gauche : le cas du Secours rouge », IHTP, Lettre d'information n°32.

16 Liora Israël, « Le 68 des juristes… », art. cit., p. 584.

17 Idem.

18 Ce changement de nom est dû à une homonymie. Une association consacrée à la défense des justiciables porte, en effet, ce même nom. Voir Liora Israël, « Une critique du droit en actes. Engagements et pratiques des juristes des années 1970 » in Xavier Dupré (de Boulois), Martine Kaluszynski (dir.), Le droit en révolution(s), Paris, LGDJ, 2011, p. 37-48 (p. 40, note 7).

19 « La Justice en mai », cité dans Liora Israël, « Une critique du droit en actes... », art. cit., p. 40, notes 8 et 9.

20 Bernard Brillant, « Intellectuels et extrême-gauche : le cas du Secours rouge », art. cit.

21 AP, « Communiqué du MAJ à la suite de la décision de dissolution de la Ligue Communiste » ; « La Justice en question : réunion publique le 21 février 1975 : A partir du procès de Pierre Goldman, le problème des assises sera posé et le débat s'ouvrira sur le thème : La Justice en question ».

22 Précisons que le GIS est créé en 1972 et disparaît, semble-t-il, vers 1981. Sur le GIS, voir Sandrine Garcia, « Expertise scientifique et capital militant. Le rôle des médecins dans la lutte pour la légalisation de l'avortement », Actes de la recherche en Sciences Sociales, 2005, n°158, p. 96-115.

23 Boris Gobille, « Mai-Juin 68 : crise du consentement et rupture d'allégeance », in Dominique Damamme, Boris Gobille, Frédérique Matonti, Bernard Pudal (dir.), Mai Juin 68, Paris, Les Éditions de l'Atelier, 2008, p. 15-31.

24 Ces archives se composent notamment : des comptes rendus de réunion des sections et du Collectif National, des bulletins internes du MAJ Action Judiciaire, de la quasi-totalité des numéros de la revue Actes mais également d'autres archives comme celles relatives au Comité Actions Prisonniers (CAP). Nous remercions ici cette avocate de la région parisienne de nous avoir entièrement cédé ses archives privées. Par ailleurs, un entretien a été réalisé avec cette avocate, à son cabinet, le 6 juillet 2009.

25 AP, « Compte-rendu de la rencontre des 30 juin et 1er juillet 1973 au centre de Rocheton ».

26 Idem.

27 L'instauration des cotisations est décidée au cours d'une assemblée générale le 1er juillet 1973, le montant est fixé à 50 francs.

28 Liora Israël, « Le Mouvement d'action judiciaire. Archives d'une lutte par le droit », Matériaux pour l'histoire de notre temps, 2015, n°115-116, p. 26-34.

29 AP, « Compte-rendu de la rencontre des 30 juin et 1er juillet 1973 au centre de Rocheton ».

30 AP, « Commission Information, le 30 juin 1973 ».

31 L'assistance judiciaire a laissé place, par la loi du 3 janvier 1972, à l'aide judiciaire.

32 AP, « Tract à l'intention des stagiaires », 1973.

33 AP, Action Judiciaire, n°5, 1975, rubrique « Commission Formation – Stagiaire ».

34 AP, « m.a.j. informations », Actes 7, mars-avril 1975, p. 21-27.

35 Cette absence s'explique, en partie, par le multi-engagement des membres du MAJ. Ces derniers sont, en effet, bien souvent membres du CAP ou encore du Groupe d'information et de soutien aux travailleurs immigrés (Gisti).

36 Jean-Paul Salles, La ligue communiste révolutionnaire (1968-1981). Instrument du Grand Soir ou lieu d'apprentissage ?, Rennes, PUR, 2005, 424 p.

37 Mouvement d'Action Judiciaire, Les droits du soldat. Statut, discipline et justice militaire, Paris, Éditions Maspero, 1975, 131 p.

38 Idem.

39 Odile Dhavernas, Droits des femmes, pouvoir des hommes, Paris, Seuil, 1978, 389 p.

40 AP, « La justice et l'avocat », Actes, n°4, 1974, p. 9-15.

41 AP, « Commission Information, le 30 juin 1973 ».

42 AP, « Compte-rendu d'un débat de la section Toulouse sur la période politique actuelle », Action Judiciaire, n°7, 1975.

43 Les réunions des membres du MAJ Paris se tiennent soit rue Gay-Lussac, Paris 5e, soit à la bibliothèque de l'Ordre de Paris.

44 AP, Rapport d'Ornano au MAJ, « Problèmes financiers et tarification », congrès des 7 et 8 mars 1975, p. 7.

45 AP, « m.a.j. informations », Actes 7, mars-avril 1975.

46 AP, « Section Aix Propositions de lutte Pour une critique en actes de la Justice et de l'appareil d'État par les travailleurs du droit », Action Judiciaire, n°7, 1975.

47 AP, « CR – AG – Section parisienne – mercredi 19 mars 1975 », Action Judiciaire, n°6, 1975.

48 AP, « Quel MAJ ? Document écrit par une avocate militant au MAJ Paris depuis deux ans », Action Judiciaire, n°5, 1975.

49 Entretien avocat, région parisienne, 27 octobre 2009.

50 Rappelons que Klaus Croissant, avocat en République Fédérale Allemande, est connu pour défendre, depuis 1968, des étudiants et des militants politiques. Au début de la décennie 1970, il devient le défenseur de membres de la Fraction Armée Rouge, autrement appelée la bande à Baader. En facilitant, en détention, leur communication, Klaus Croissant est accusé de complicité avec une association terroriste en 1975. La procédure prend fin en juillet 1977 avec la demande de son arrestation par le parquet d'Allemagne Fédérale. Klaus Croissant se réfugie en France mais est arrêté puis emprisonné en septembre 1977. La RFA demande son extradition provoquant une campagne de soutien à l'avocat qui durera de la fin de l'année 1977 à l'été 1978. En France, le Barreau et les organisations professionnelles se prononcent contre l'extradition de l'avocat allemand dès 1977. L'année suivante, sont organisés, pour soutenir l'avocat allemand, une protestation silencieuse au Palais de Justice de Paris et un meeting à la Mutualité. Sur cet épisode, nous nous permettons de renvoyer à notre thèse.

51 Dans plusieurs archives consultées, il est souvent mentionné que cette séquence apporte une nouvelle vigueur au MAJ, tant interne qu'externe via la publication d'un livre sur l'affaire Klaus Croissant le 6 décembre 1977. Mouvement d'Action Judiciaire, L'affaire Croissant, Paris, François Maspero, 1977, 202 p.

52 AP, « Section Toulouse », Action Judiciaire, n°11.

53 Philippe Gottraux, « « Socialisme ou Barbarie » : Un itinéraire saisi par l'histoire et la sociologie », in Yves Deloye, Bernard Voutat (dir.), Faire de la science politique, Paris, Belin, p.185-200.

54 Sur leurs trajectoires professionnelles et militantes, voir infra.

55 Philippe Gottraux, « Socialisme ou Barbarie ». Un engagement politique et intellectuel dans la France de l'après-guerre, Payot, 1997, 427 p.

56 Selon les avocats du SAF rencontrés auparavant membres du MAJ, 90% des avocats du MAJ auraient adhéré ensuite au SAF. Nous ne pouvons ni confirmer ni infirmer cette proposition. Sur les difficultés rencontrées par l'enquêteur sur le désengagement de certains militants, cf. Olivier Fillieule (dir.), Le désengagement militant, Paris, Belin, 2005, 319 p.

57 Entretien avocate, région parisienne, 6 juillet 2009.

58 Entretien avocate, région parisienne, 24 avril 2009.

59 Johanna Siméant, « Socialisation catholique et biens de salut dans quatre ONG humanitaires françaises », Le Mouvement Social, 2009, n°227, p.101-122.

60 Entretien avocat, région parisienne, 27 octobre 2009.

61 Entretien avocate, région parisienne, 6 juillet 2009.

62 Entretien avocat, région parisienne, 2 octobre 2009.

63 Entretien avocate, région parisienne, 6 juillet 2009.

64 Sur les boutiques de droit, voir infra.

65 Entretien avocate, région parisienne, 24 avril 2009.

66 Entretien avocate, région parisienne, 24 avril 2009.

67 Entretien avocate, région parisienne, 6 juillet 2009.

68 Entretien avocat, Sud-Ouest, 8 juillet 2008.

69 Gérard Mauger, « Gauchisme, contre-culture et néo-libéralisme : pour une histoire de la « génération de mai 1968 » », in Collectif, L'identité politique, Paris, PUF, 1994, p. 206-226.

70 Entretien avocat, région parisienne, 27 octobre 2009.

71 Entretien avocat, Sud-Ouest, 8 juillet 2008.

72 Entretien avocat, région parisienne, 27 octobre 2009.

73 Entretien avocat, Sud-Ouest, 8 juillet 2008.

74 Gérard Mauger, « Gauchisme, contre-culture et néo-libéralisme... », art. cit.

75 Entretien avocat, région parisienne, 27 octobre 2009.

76 Entretien avocate, région parisienne, 6 juillet 2009.

77 Entretien avocat, région parisienne, 27 octobre 2009.

78 Entretien avocat, Sud-Ouest, 8 juillet 2008.

79 Entretien avocat, Sud-Ouest, 8 juillet 2008.

80 Entretien avocat, région parisienne, 27 octobre 2009.

81 Idem.

82 Le mouvement des Paysans-Travailleurs est créé en 1972, notamment par Bernard Lambert (son livre Les Paysans dans la lutte des classes, paru en 1970, sert en quelque sorte de manifeste), en réaction au syndicalisme agricole majoritaire. L'expression Paysans-Travailleurs, précise Jean-Philippe Martin, sous-entend la nécessité « de pratiquer un syndicalisme de travailleurs, non de chefs d'entreprise ». Voir Jean-Philippe Martin, Histoire de la nouvelle gauche paysanne. Des contestations des années 1960 à la Confédération Paysanne, Paris, La Découverte, 312 p. (p. 73).

83 Entretien avocate, Centre, 20 novembre 2013.

84 Entretien avocat, Sud-Ouest, 30 mai 2013.

85 Entretien avocat, région parisienne, 23 mars 2009.

86 Idem.

87 Sur le droit social, voir Laurent Willemez « Quand les syndicats se saisissent du droit. Invention et redéfinition d'un rôle », Sociétés Contemporaines, 2003, n°52, p.17-38. Sur le droit des mineurs, voir Patricia Benec'h-Le Roux, « Les avocats dans les tribunaux pour enfants : des acteurs longtemps muets de la justice depuis 1890 », Revue d'histoire de l'enfance « irrégulière », 2010, n°12, p. 87-109.

88 Entretien avocat, région parisienne, 27 octobre 2009.

89 Sur les boutiques de droit, voir Jean-Philippe Tonneau, Le Syndicat des Avocats de France (1972-2012)…, op. cit. pour plus de détails.

90 Terme de Pierre Lascoumes. Pierre Lascoumes, « Consultations juridiques et boutiques de droit. Une critique en acte du droit et de la justice », Déviance et Société, 1978, n°3, p. 233-259. Voir aussi la publication militante Collectif, Boutiques de droit, Paris, Sorlin, 1978, 139 p.

91 AP, Actes, 21, Avril 1979.

92 AP, Actes, 10, op. cit.

93 AP, Actes, n°21, avril 1979.

94 Idem.

95 Claude Fossé-Poliak, Aux frontières du champ littéraire. Sociologie des écrivains amateurs, Paris, Economica, 2006, 305 p. (p. 221).

96 Idem.

97 Cela n'est pas sans rappeler, comme le souligne Gérard Mauger, la marginalité revendiquée par les membres de cette génération. Gérard Mauger, « Gauchisme, contre-culture et néo-libéralisme... », art. cit.

98 Entretien avocat, région parisienne, 27 octobre 2009.

99 Idem. Les extraits suivants sont tirés de cet entretien.

100 Entretien avocat, région parisienne, 27 octobre 2009.

101 Sur l'histoire du SAF que nous ne pouvons développer ici, voir Jean-Philippe Tonneau, Le Syndicat des Avocats de France (1972-2012)…, op. cit.

102 Lettre de Jean-Jacques de Félice à Francis Jacob, le 6 novembre 1973. Archives du SAF. Le Garde des Sceaux avait critiqué le coût et les prestations des avocats donnant lieu à de vives réactions et à une manifestation des membres du Barreau.

103 AP, « L'instauration de l'État autoritaire et la crise de l'appareil judiciaire », Actes, n°11, p. 6.

104 Nous avons pu rencontrer cet ancien membre du MAJ, aujourd'hui encore avocat. Il nous a précisé que quatre ou cinq membres du MAJ ont assisté en tant qu'observateurs à ce congrès du SAF et, bien qu'il le signe en son nom, l'article a été rédigé collectivement dans le train du retour.

105 AP, « Réunion Paris Province du 1er février 1975 – Préparation du Congrès », Action Judiciaire, n°3.

106 Entretien avocat, région parisienne, 27 octobre 2009.

107 Entretien Paul Bouaziz, Paris, 7 juin 2005.

108 Le Rapport Moral est publié dans son intégralité dans La Gazette du Palais (une publication destinée à l'ensemble des confrères).

109 Entretien Claude Michel, région parisienne, 31 janvier 2005.

110 Au sens, ici, tant sociale que biologique.

111 Entretien avocat, Ouest, 10 juin 2009.

112 Entretien avocat, Ouest, 8 juin 2009.

113 Idem.

114 Entretien avocat, Paris, 27 octobre 2009.

115 Entretien avocate, région parisienne, 6 juillet 2009.

116 Idem.

117 Entretien avocat, Sud-Ouest, 8 juillet 2008.

118 Entretien Paul Bouaziz, Paris, 7 juin 2005.

119 Entretien avocat, Sud-Ouest, 8 juillet 2008.

120 Sur cette notion, voir Frédéric Sawicki, Johanna Siméant, « Décloisonner la sociologie de l'engagement militant. Note critique sur quelques tendances récentes des travaux français », Sociologie du Travail, 2009, n°51, p. 97-125.

121 Émilie Biland, « Les cultures d'institution » in Jacques Lagroye, Michel Offerlé (dir.), Sociologie de l'institution, Paris, Belin, 2011, p. 177-192.

122 Entretien Claude Michel, région parisienne, 31 janvier 2005.

123 Entretien avocate, région parisienne, 6 juillet 2009.

124 Entretien avocat, Sud-Ouest, 8 juillet 2008.

125 Entretien avocate, Sud-Est, 25 mars 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Philippe Tonneau, « Les avocats du Mouvement d'Action Judiciaire dans les années 1970, entre remise en cause du modèle professionnel et pratiques du droit originales », Criminocorpus [En ligne], Histoire des avocats, Articles, mis en ligne le 14 juin 2016, consulté le 26 mars 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/3303

Haut de page

Auteur

Jean-Philippe Tonneau

Jean-Philippe Tonneau est docteur en sociologie, post-doctorant au SAGE (Université de Strasbourg). Après une thèse consacrée au Syndicat des Avocats de France et à ses membres, il poursuit ses recherches en sociologie du droit et de la justice selon trois axes : la politisation des avocats, le rôle contemporain des avocats à la construction européenne, et l'accès au droit et à la justice.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page