Navigation – Plan du site

Lionel Dorthe, Brigands et criminels d’habitude. Justice et répression à Lausanne, 1475-1550

Lausanne, Bibliothèque historique vaudoise, 2015.
Hervé Laly
Référence(s) :

Lionel Dorthe, Brigands et criminels d’habitude. Justice et répression à Lausanne, 1475-1550, Lausanne, Bibliothèque historique vaudoise, 2015.

Texte intégral

1Issu d’une thèse de doctorat soutenue en 2013, l’ouvrage de Lionel Dorthe est publié par la Bibliothèque historique vaudoise qui, depuis 1940, s’emploie à mettre en valeur les recherches de l’université de Lausanne, avec la particularité d’encourager au rapprochement du droit et de l’histoire. Il s’adresse en priorité à un public universitaire et aux érudits locaux qui y trouveront matière à réflexion, tant l’auteur remet en question un certain nombre de lieux communs, voire de mythes, qui entourent la grande criminalité lausannoise.

  • 1 Étant donné la grande place accordée à l’histoire du droit dans l’ouvrage, les réflexions de Simona (...)

2Outre l’introduction et la conclusion, huit chapitres scandent le livre qui compte 522 pages dont 61 d’annexes composées de quelques procès en latin et en français, d’extraits des comptabilités ou encore d’actes législatifs. Leur agencement suit un déroulement logique depuis un bilan historiographique jusqu’à l’action de la justice en passant par la présentation des sources, de la législation, de l’appareil judiciaire et de la procédure pour finir par une étude de la criminalité et des « brigands du Jorat ». Le raisonnement aurait peut-être gagné en puissance si le chapitre intitulé « la justice en action » (chapitre 9) avait immédiatement suivi celui consacré à la pesée de la criminalité (chapitre 7) au lieu d’être placé en dernier. S’y ajoutent la bibliographie, qui convoque les médiévistes français et de langue allemande, et, dans une moindre mesure, les historiens italiens1 et anglais, un index, précieux, et une chronologie, bien utile, car le contexte géopolitique de Lausanne est compliqué. Sous l’autorité de l’évêque, celle-ci est en fait divisée en deux entités, réunies en 1481 : la Cité et la Ville inférieure qui gagne en autonomie et entre régulièrement en conflit avec le prélat et ses officiers, notamment dans le domaine judiciaire. Dans le même temps, les guerres de Bourgogne (1474-1477) entraînent l’influence grandissante de Berne qui finit par conquérir Lausanne en 1536. Sur le plan judiciaire, 1481 est, selon l’auteur, « l’événement déclencheur » qui introduit la procédure inquisitoire sous sa forme extraordinaire ; 1536 voit la création de deux instances rivales se partager l’ancienne juridiction épiscopale : d’une part, le bailliage, avec à sa tête un bailli, nommé pour six ans par le Petit Conseil de Berne, dont la compétence portait essentiellement sur la Cité et qui bénéficiait du droit de grâce, d’autre part, la seigneurie de Lausanne, plus petite, dirigée par le Conseil de la ville, dont la juridiction s’étendait à la ville et à quelques paroisses. À partir de la conquête bernoise, Lionel Dorthe repère un affaiblissement du rôle des bourgeois dans le processus judiciaire et une radicalisation de la procédure, « témoignant d’un profond changement de société » (p. 391), affirmation rapide qui reste à démontrer.

  • 2 Valérie Toureille, « Larrons incorrigibles et voleurs fameux. La récidive en matière de vol ou la c (...)

3Pour nourrir sa recherche, l’auteur croise les sources en faisant feu de tout bois. Il a ainsi exploité les procès criminels et la législation, mais aussi les comptes rendus des réunions du Conseil de la ville de Lausanne et les sources comptables, quand la nécessité s’en faisait sentir. Au total, il a sélectionné 81 procès, qui lui ont permis de recenser 1600 crimes constitutifs d’habitudes criminelles, qu’il a ensuite répartis en 12 catégories déterminées en fonction des préoccupations des juges (tableau p. 239). Son propos étant centré sur le cumul des infractions, qui caractérise le brigandage et les criminels d’habitude, il a écarté les cas de sorcellerie ainsi que les meurtres et les vols simples. Sans doute était-ce une étape nécessaire dans la mesure où, comme il le fait remarquer dans la partie consacrée à l’historiographie, l’emprise de l’histoire du droit à Lausanne a eu pour effet de retarder la mise en chantier d’une histoire sociale et politique de la criminalité. Mais il devient alors difficile de soutenir que ce corpus n’est pas la pointe immergée de l’iceberg, pour reprendre la phrase de l’auteur (p. 256-259), alors que le parti pris scientifique adopté exclut d’emblée l’étude de la conflictualité et de la criminalité ordinaire et quotidienne, a contrario des tendances récentes de l’historiographie, et que les procès retenus ne représenteraient que 45% des affaires instruites contre des criminels d’habitude (p. 237). Par ailleurs, un tel sujet est étroitement lié au thème de la récidive qui n’entre pas pleinement dans le champ de réflexion de l’auteur, malgré la référence aux travaux de Valérie Toureille dans ce domaine2. Étonnamment, les notions de dangerosité et d’incorrigibilité ne donnent pas lieu à une interprétation approfondie.

  • 3 Richard Garzolli, Les Brigands du Jorat, Lausanne, L’âge d’homme, 1968.
  • 4 Frédéric Gros, spécialiste de Foucault, développe les différentes fonctions de la peine au cours de (...)

4Ceci étant, l’ouvrage éclaire d’un jour nouveau le fonctionnement de la justice et la grande criminalité lausannoises. Ainsi Lionel Dorthe relève-t-il la forte proportion des criminels étrangers, connus pour être aussi des malfaiteurs dans leur région d’origine. Pour autant, ajoute-t-il, il n’est pas possible de conclure à une professionnalisation du crime. Même l’existence de serments entre certains criminels ne plaide pas en ce sens, car il s’agirait d’un stéréotype dû à la conjonction de la camaraderie militaire et des représentations des juges. Il ne repère pas non plus de zone particulièrement criminogène, contrairement à ce qu’avance l’historiographie locale qui fait de la région au nord de Lausanne, notamment le plateau du Jorat, un repaire de malandrins. Le chapitre consacré à la déconstruction du mythe des « brigands du Jorat » est particulièrement intéressant. L’auteur montre comment ce dernier s’est cristallisé autour du roman de Richard Garzarolli, écrit en 19683, puis comment il s’est diffusé jusqu’à aujourd’hui, avant d’en prouver son inanité. L’interprétation qui, à la suite d’Hobsbawm, fait des brigands du Jorat des rebelles sociaux ne résiste pas à l’analyse. Lionel Dorthe est catégorique : rien ne permet de conclure à l’existence de grandes bandes organisées et il est exagéré de parler de professionnels du crime. Dans le même ordre d’idée, il met à mal l’antienne « raide comme la justice de Berne », résultat d’un mouvement patriotique anti-bernois qui remonte à l’époque révolutionnaire et qui s’est amplifié au XIXe siècle. Après 1536, le surcroît de sévérité s’explique moins par une plus grande intransigeance bernoise que par l’attitude des juges qu’il ne faut pas peindre en simples exécutants. En fait, il note une remarquable continuité dans la répression et dans les modalités de poursuite des brigands et des criminels d’habitude, ce qui lui fait conclure à l’émergence d’une « véritable politique criminelle » entre 1475 et 1550 (p. 391). Il convoque Michel Foucault et René Girard4 pour avancer qu’à Lausanne la répression du cumul d’infractions, du brigandage et de la sorcellerie est devenue une affaire d’État dont les communautés sont écartées. Mais que faut-il entendre par « véritable politique criminelle » ? Cette idée n’apparaît clairement qu’en conclusion et n’est pas annoncée comme le fil directeur de l’ouvrage dès l’introduction où nous avons recensé plus d’une vingtaine de questions qui masquent l’existence d’une problématique centrale éventuelle et qui aboutissent à une accumulation de résultats dont le lecteur peine parfois à voir la cohérence.

5En résumé, l’ouvrage regorge d’informations utiles et fait œuvre salutaire au regard de l’historiographie locale. Les historiens de la justice et les érudits pourront y puiser de quoi alimenter leur réflexion et corriger un certain nombre d’évidences acceptées jusque-là, mais son caractère trop foisonnant le rend touffu.

Haut de page

Notes

1 Étant donné la grande place accordée à l’histoire du droit dans l’ouvrage, les réflexions de Simona Cerutti sur le fait que le les classifications juridiques étaient reconnues et utilisées par les contemporains beaucoup plus souvent que celles de nature économique, que le langage juridique était parlé et compris d’une large partie de la population, y auraient eu leur place. Notamment, Simona Cerutti, Giustizia sommaria. Pratiche e ideali di giustizia in una società di Ancien Régime (Torino XVIII secolo), Milano, Giangiacomo Feltrinelli Editore, 2003.

2 Valérie Toureille, « Larrons incorrigibles et voleurs fameux. La récidive en matière de vol ou la consuetudo furandi à la fin du Moyen Age », in Françoise Briegel et Michel Porret (dir.), Le Criminel endurci. Récidive et récidivistes du Moyen Age au XXe siècle, Genève, Droz, 2006.

3 Richard Garzolli, Les Brigands du Jorat, Lausanne, L’âge d’homme, 1968.

4 Frédéric Gros, spécialiste de Foucault, développe les différentes fonctions de la peine au cours des siècles. Frédéric Gros, « Les Quatre foyers de sens de la peine », in Antoine Garapon, Frédéric Gros, Thierry Pech, Et ce sera justice. Punir en démocratie, Paris, Odile Jacob, 2001, p. 17-107.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Laly, « Lionel Dorthe, Brigands et criminels d’habitude. Justice et répression à Lausanne, 1475-1550 », Criminocorpus [En ligne], 2016, mis en ligne le 11 juillet 2016, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/3318

Haut de page

Auteur

Hervé Laly

Professeur agrégé et docteur en histoire moderne (LLSETI, université de Savoie-Mont-Blanc).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page