Navigation – Plan du site

Histoire des souffrances du sieur Elie Neau, sur les galères, et dans les cachots de Marseille, Édition et présentation de Didier Poton et Bertrand Van Ruymbeke

Paris, Rivages des Xantons, Les Indes savantes, 2014, 204 p.
Marie Houllemare
Référence(s) :

Histoire des souffrances du sieur Elie Neau, sur les galères, et dans les cachots de Marseille, Édition et présentation de Didier Poton et Bertrand Van Ruymbeke, Paris, Rivages des Xantons, Les Indes savantes, 2014, 204 p.

Texte intégral

  • 1 L’ouvrage avait connu une première édition anglaise en 1699 sous le titre An account of the sufferi (...)
  • 2 Voir par exemple Pierre M. Conlon, Jean-François Bion et sa relation des tourments soufferts par le (...)
  • 3 Sur la biographie de Neau, voir aussi Catharine Randall, From a Far Country : Camisards and Hugueno (...)

1Elie Neau, marin français naturalisé anglais et condamné aux galères (1693-1698), est l’un des 1551 « galériens pour la foi », c’est-à-dire des forçats protestants des années 1680-1748. Il est connu par l’Histoire abbreggee des soufrances du sieur Elie Neau, sur les galères, et dans les cachots de Marseille, Rotterdam, 1701, dont voici une belle réédition1. L’ouvrage s’ouvre par une très riche introduction. Celle-ci analyse tout d’abord la spécificité éditoriale de l’ouvrage publié du vivant d’Elie Neau par le pasteur Morin. Il faut cependant rappeler que celui-ci appartient à un genre éditorial, illustré par d’autres écrits, par exemple ceux de Jean Marteilhe, Elie Maurin, mais aussi Louis de Marolles ou même Jean-François Bion qui dénonce les malheurs de ses coreligionnaires2. La présentation insiste en revanche sur toutes les facettes du personnage, soulignant ainsi implicitement les spécificités de l’ouvrage de Morin3. Le parcours atlantique de Neau est replacé dans son contexte économique et religieux : ce marin de Saintonge, « pays du sel », né en 1662, est issu d’une importante communauté protestante. Il embarque à 12 ans pour la première fois, depuis La Rochelle, alors premier port français pour le commerce avec les Antilles et se rend notamment à Saint-Domingue. La montée des persécutions religieuses, à partir de 1679 et surtout de 1681 avec les dragonnades, le pousse, comme beaucoup d’autres marins protestants, à choisir l’exil : il gagne la Nouvelle-Angleterre, obtient d’être naturalisé anglais (ou plutôt « dénisé ») et se marie à Boston en 1685. En 1691 il se rend à New York, mais se fait capturer par un navire corsaire français au large de la Jamaïque. Ramené à Saint-Malo, il est condamné aux galères perpétuelle l’année suivante, pour s’être « habitué dans un pays estranger » (p. 26) sans autorisation. La peine est confirmée en appel, motivée surtout par son refus d’abjurer sa religion.

2Sa vie de forçat s’engage avec la chaine de Bretagne, une terrible marche, lourdement enchaîné et sous-alimenté, de Rennes à Marseille. Il passe ensuite une année sur les navires du roi, probablement sans naviguer, avant d’être incarcéré dans la citadelle du port de Marseille puis au château d’If. Les conditions extrêmes de son enfermement sont motivées par son prosélytisme : isolé plusieurs années dans un terrible cachot avec trois autres protestants, il est finalement libéré à la suite du traité de Ryswick le 3 juillet 1698 ce qui est exceptionnel. En effet, presque la moitié des protestants galériens meurent en forçats. De retour à New York, il s’engage dans l’église anglicane et fonde en 1704 une « école africaine », des cours du soir pour les esclaves de la colonie : la fin de sa vie prolonge ainsi la leçon exemplaire donnée à ses coreligionnaires par les souffrances qu’il a endurées comme galérien de la foi.

3La majeure partie de l’ouvrage est formée du texte du pasteur Morin, histoire édifiante du « Confesseur », récit biographique qui s’achève avec la libération du forçat, alors qu’il est encore vivant. Peu de lignes, proportionnellement, sont consacrées à la description précise de ses souffrances physiques et de ses conditions extrêmement difficiles de détention, qu’il qualifie de « mort vivante » (p. 109). Ses tourments moraux et religieux de Neau, conçus comme « un signe et un miracle de délivrance » (p. 49), sont en revanche le cœur de l’ouvrage. L’Histoire des souffrances est un récit biographique scandé par la copie de lettres échangées avec le pasteur, l’ensemble dessinant une figure de martyr, patient, constant, confiant dans l’amour de Dieu. La détention, dont les conditions sont aggravées à cause du refus de se convertir, est présentée comme un temps de recueillement, qui passe notamment par l’écriture de cantiques louant la gloire divine (donnés en annexe). Mais l’ouvrage révèle aussi l’importance de l’écrit dans la capacité du forçat à garder espoir : il cache des livres et du matériel pour écrire, il reçoit des nouvelles de ses proches et parvient à leur écrire, ce qui lui permet de rompre l’isolement du cachot et de sublimer les souffrances physiques qu’il subit. Le refus de s’attarder sur celles-ci rend d’autant plus émouvants les passages qui les décrivent. Ainsi cet ouvrage offre donc un témoignage précieux sur la vie des forçats au moment du développement maximum du système des galères du roi de France.

Haut de page

Notes

1 L’ouvrage avait connu une première édition anglaise en 1699 sous le titre An account of the sufferings of the French Protestants slaves on board the French kings galleys. La version française avait déjà été rééditée en 1939 par Gaston Tournier.

2 Voir par exemple Pierre M. Conlon, Jean-François Bion et sa relation des tourments soufferts par les forçats protestants, Genève, Droz, 1966 ou Jean Marteilhe, Mémoires d’un galérien du Roi-Soleil, Mercure de France - Le temps retrouvé, André Zysberg (éd.), Paris, 1982 ; voir aussi Émile-G. Léonard, « La piété de l’« Église des galères » sous Louis XIV, Dans Mémoires et documents publiés par la Société d’Histoire de Genève, t. XL, 1961, p. 97-111.

3 Sur la biographie de Neau, voir aussi Catharine Randall, From a Far Country : Camisards and Huguenots in the Atlantic world, Athens and London, University of Georgia Press, 2009, curieusement absent de la bibliographie indicative donnée à la fin de l’ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Houllemare, « Histoire des souffrances du sieur Elie Neau, sur les galères, et dans les cachots de Marseille, Édition et présentation de Didier Poton et Bertrand Van Ruymbeke », Criminocorpus [En ligne], 2016, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 30 mars 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/3333

Haut de page

Auteur

Marie Houllemare

Marie Houllemare est agrégée d’histoire et maître de conférences en histoire moderne (Université d’Amiens / Institut Universitaire de France).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page