Navigation – Plan du site

John Barzman, Jean-Pierre Castelain (dir.), Jules Durand, Un crime social et judiciaire

Paris, L'Harmattan, 2015, 206 p.
Jean-François Wagniart
Référence(s) :

John Barzman, Jean-Pierre Castelain (dir.), Jules Durand, Un crime social et judiciaire, Paris, L'Harmattan, 2015, 206 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage est un livre très original regroupant de nombreuses études pluridisciplinaires produites dans le cadre de deux journées d’étude consacrées à Jules Durand en novembre 2013. Ces contributions portent évidemment sur l’affaire impliquant ce syndicaliste mais aussi sur les traces qu’elle a laissées dans les mémoires et plus généralement sur le contexte socio-économique au Havre où elle se déroule au début du XXe siècle.

2Jules Durand, né en 1880 au Havre, est un syndicaliste révolutionnaire, victime en 1910 d'une erreur judiciaire souvent dénommée l'« Affaire Dreyfus ouvrière » ou l'« Affaire Dreyfus du pauvre ». Secrétaire du syndicat des charbonniers, il est en 1910 au port du Havre l’un des principaux animateurs d’une grève illimitée qui s’oppose à l’extension du machinisme sans amélioration des conditions de travail et de salaire et qui défend le respect du repos hebdomadaire.

3À une époque où la répression policière touche la plupart des leaders syndicaux, Jules Durand ne va pas être épargné. Suite à une rixe, il est accusé d'être le « responsable moral » de l'assassinat d'un chef d'équipe non-gréviste et condamné à mort mais, grâce à une importante mobilisation de l’opinion, cette peine est commuée en sept années de réclusion. Libéré en février 1911, il est innocenté en 1918. Mais, sans doute très ébranlé par cette affaire, il meurt en février 1926 dans l’asile psychiatrique de Quatre Mares à Sotteville-lès-Rouen.

4Bien que de type universitaire, cet ouvrage collectif se veut être aussi, comme l’annonce John Barzman – codirecteur avec Jean-Pierre Castelain – dans le titre d’une de ses interventions, « un combat pour la dignité ». Les journées d’étude sont d’ailleurs conjointement organisées par l’université du Havre et les amis de Jules Durand1. Cela explique le choix de faire intervenir des syndicalistes, des militants de sa réhabilitation et un membre de la famille, sa petite-fille (Christiane Delpech, « Jules Durand, mon grand-père ») qui clôt cet ouvrage sur une note très émouvante décrivant le calvaire vécu par sa mère, « la fille d’un condamné à mort ».

5Si les contributions historiques l’emportent, les autres approches disciplinaires ne sont pas laissées de côté. C’est John Barzman qui est chargé de dresser « le contexte économique et social et politique de l’affaire Durand » dans un long article précis qui montre les résistances à l’implantation syndicale d’une partie importante du patronat et la vitalité de la lutte des classes durant cette période. Gilles Manceron s’attaque à la comparaison marquante, et doublement passionnante pour un historien engagé à la ligue des droits de l’homme, entre l’affaire Dreyfus et l’affaire Durand. Force est de constater, au-delà des différences factuelles, que les dreyfusards se sont divisés. Certains, fidèles à leurs engagements politiques, ont suivi la Ligue des droits de l’homme, comme les écrivains Anatole France ou Octave Mirbeau, et ont vu là la poursuite logique d’un combat pour la justice. D’autres, comme Clemenceau ou Briand, ont considéré que ce combat était trop marqué par cette lutte pour la conquête de nouveaux droits sociaux qu’incarnaient Durand et le syndicalisme révolutionnaire.

6Laurence Montel et Anne Steiner complètent le tableau historique en évoquant pour la première, le rôle de la police face à la grève, et pour la deuxième, les échos de l’affaire dans la presse anarchiste (Les temps nouveaux de Jean Grave, le Libertaire de Sébastien Faure) et insurrectionnaliste (La guerre sociale de Gustave Hervé, socialiste révolutionnaire).

7D’autres spécialistes sont convoqués pour donner des lectures différentes de l’affaire. L’ethnologue Jean-Pierre Castelain dresse l’inventaire des recherches et des publications sur l’affaire. Il constate que malgré, l’écho de certaines publications, le cadavre « est encore dans le placard », formule rapide pour dire qu’elle reste encore méconnue et refoulée aussi bien dans l’histoire de la Transat, accusée d’avoir monté toute l’affaire, que dans l’histoire havraise.

8L’avocat, le juge et le médecin ne sont pas oubliés car justice et psychiatrie, en tant qu’institutions, jouent un rôle fondamental dans l’écrasement de Jules : Henri Leclerc décrit un véritable « crime judiciaire », Marc Hédrich effectue une remarquable « autopsie de l’erreur judiciaire du siècle » alors que le psychiatre Alain Gouiffes pose la question de la « folie de Jules Durand » et discute l’influence de l’acharnement judiciaire dans le déclenchement des troubles psychiques de Durand en se gardant bien de trancher faute de sources suffisantes.

  • 2 Armand Salacrou, Boulevard Durand, Paris, Librairie Arthème Fayard, 1960, 259 p.

9La littérature et la peinture ne sont pas en reste avec trois interventions de Sonia Anton (maître de conférences en littérature française au Havre), Philippe Huet (romancier) et Yoland Simon (dramaturge). Sonia Anton dresse un inventaire de l’affaire Jules Durand en littérature qui révèle l’attraction qu’elle exerce par son intensité dramatique. Elle évoque trois romans et une pièce de théâtre. Yoland Simon s’intéresse quant à lui à la pièce d’Armand Salacrou, véritable mélodrame social publié en 1960, refusée à la fois par Jean-Louis Barrault (Odéon) et par Jean Vilar (TNP) et heureusement montée au Havre, ravivant avec succès, au moins temporairement, cette mémoire populaire autour de Jules Durand2. Madeleine Renaud avait finalement bien fait de mépriser cette pièce en déclarant : « Jamais on ne chantera l’Internationale dans mon théâtre ». Philippe Huet répond aux questions de Sonia Anton à propos de son livre, Les quais de la colère (2005), qui participe à maintenir dans la mémoire havraise la flamme du militant au début du XXIe siècle.

10Annette Haudiquet illustre cette approche très riche du sujet en décryptant le tableau Fin de journée au Havre qui est, d’après elle, une « œuvre manifeste de Raoul Dufy ». Encore jeune (24 ans), Dufy fait là une œuvre militante unique et oubliée, volontairement gommée pour des raisons esthétiques par son auteur, qui révèle non seulement l’attachement de l’auteur à sa ville natale, et particulièrement à son port, mais aussi une véritable préoccupation sociale, largement partagée par les intellectuels et les artistes locaux.

11Les syndicalistes ne pouvaient être absents de cet hommage à la mémoire de ce militant « apolitique et révolutionnaire ». Eux qui ont toujours milité, depuis près d’un siècle, comme le rappelle Johann Fortier, du syndicat des ouvriers dockers du Havre, pour son entière réhabilitation par la reconnaissance de cette erreur judiciaire par l’État français.

12Ce livre est remarquable sur le fond comme sur les principes qui le justifient : il réinscrit dans l’espace et le temps l’engagement politique et social d’un homme, « un idéaliste, un humaniste, un apôtre » dira son défenseur René Coty devenu président de la République, au cœur du combat pour la justice. À la lecture du livre, ce puzzle d’articles prend corps et nous dessine intensément une époque que l’on aimerait révolue : celle qui conjugue exploitation salariale et répression antisyndicale. Elle rappelle, grâce à une approche critique et ouverte sur toutes les interprétations, que le devoir de tous les démocrates est de militer pour « une véritable et complète réhabilitation de Jules ».

Haut de page

Notes

1 Pour cette association voir son site internet.

2 Armand Salacrou, Boulevard Durand, Paris, Librairie Arthème Fayard, 1960, 259 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Wagniart, « John Barzman, Jean-Pierre Castelain (dir.), Jules Durand, Un crime social et judiciaire », Criminocorpus [En ligne], 2016, mis en ligne le 09 septembre 2016, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/3337

Haut de page

Auteur

Jean-François Wagniart

Docteur en histoire spécialiste de l'histoire économique et sociale de la France au XIXe siècle et plus spécifiquement du vagabondage et des vagabonds.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page