Navigazione – Piano del sito
Présentation de la journée d'études

Sujets déviants, sujets pervers. Pathologie mentale, sexualité et expérience de l'autre : Présentation

Guillermo de Eugenio e Marianna Scarfone

Testo integrale

1Les sujets déviants ou pervers sont ceux qui, par leur conduite ou leur apparence, ne s'adaptent pas à ce que la société dans laquelle ils évoluent considère comme normal, comme adéquat. Ils sont donc des « anormaux », des « autres ». Par l'expérience qu'ils ont de leur propre subjectivité, de leur désir, de leur corps, de leur vie, ce sont des sujets ; mais ils sont souvent aussi l'objet d'un savoir scientifique et d'un processus de pathologisation mis en œuvre par un savoir scientifique. Trois perspectives différentes se juxtaposent : celle de l'expérience de l'autre (l'anormal, le pervers, le déviant) correspondant à la construction d'un type subjectivité, celle de la sexualité comme élément fondamental pour la constitution de l'identité contemporaine, et celle du champ épistémologique des sciences psy, et, plus largement, des sciences sociales.

2Quelle est la norme dont il est question, et de quelle normalité les déviants s'écartent-ils ? Et de quelle façon ? Comment délimiter le normal et l'anormal afin de définir ce qu'est un sujet pervers, ou déviant ? Pour répondre à ces questions, il faut déterminer quel genre de pratiques et de discours constituent des modèles du normal ou du naturel chez l'homme ou la femme.

3Est-il question d'objets passifs, des élans biologiques, ou bien des constructions que la culture et la société ont imposées sur (nous) eux ? L'individu anormal ne se détourne pas seulement de la norme, il devient aussi l'objet d'un certain savoir, des pratiques et des techniques qui tentent de le remettre dans la norme. Cependant, les sujets ne peuvent être considérés exclusivement comme des objets passifs, des échos des institutions ou des systèmes normatifs et le résultat des conditionnements culturels d'une époque : comme l'a écrit Aldous Huxley l'expérience n'est pas ce qui arrive à l'homme, mais ce que l'homme fait avec ce qui lui arrive. L'expérience des sujets est donc un processus actif avec un contenu cognitif important. On retrouve partout, de la part des sujets, des formes d'activité qui modifient les contextes où ils subissent l'action des autres, des pratiques de résistance, provocation, négociation, adaptation ou assimilation. Nous partons de la prémisse selon laquelle la déviation morale et la perversion psychiatrique ne sont pas des catégories anhistoriques, mais des objets contingents dont il est possible et même nécessaire d'examiner le parcours, et une logique intrinsèque qu'il faut mettre en lumière.

Introduction aux concepts et le cadre théorique

4Quand nous avons organisé cette journée, notre intention était précisément celle de rassembler un groupe de chercheurs à caractère interdisciplinaire dans le domaine des sciences sociales. Le but de cette journée est d'exposer et partager les sujets de nos recherches respectives en cours. Mais aussi, notre but principal est celui d'examiner ensemble la question de la formation des sujets "hors norme" selon différents points de vue : histoire, anthropologie, psychanalyse, etc. Pour ce faire nous avons choisi deux adjectifs qui vont qualifier ce genre de sujets : déviants et pervers. Permettez-moi juste un instant pour évoquer leur cadre théorique d'origine et en dire deux mots.

5Déviance : En sociologie ce terme désigne les comportements non conformes aux normes sociales qui menacent dès lors le système des valeurs dans sa globalité. Mais à leur tour les conduites déviantes démontrent le caractère changeant des sociétés. Howard Becker, auteur de l'œuvre Outsiders, remarque que le caractère déviant dépend de la manière dont les autres vont réagir plutôt que de l'acte en lui-même. Ce n'est pas l'acte qui est déviant, mais des sujets qui dévient vis-à-vis du regard d'autrui, et cela varie selon les époques et les cultures étudiées.

  • 1 Diagnostic and Statistical Manual-troisième révision.

6Perversion : Est un terme d'origine médicale qui est devenu plus tard l'objet de la psychiatrie. En psychologie déviance est synonyme de “paraphilie”, et la paraphilie est le terme qui va se substituer à celui de “déviance sexuelle” dans le DSM-3 à partir de 19801. Au XIXe siècle, Richard von Krafft-Ebing parlait de “paraesthesia”, qu'il définissait comme un “désir sexuel porté sur un objet fautif”.

7Si le DSM-3 entendait la paraphilie comme une « fantaisie, désir ou comportement sexuellement intense incluant notamment objets inanimés, souffrance ou humiliation de soi ou d'un partenaire potentiel, enfants, animaux et personnes non consentantes », on remarquera un changement qui s'est opéré de manière progressive dans notre savoir scientifique et notre société : en effet, les rapports sexuels consentis qui peuvent inclure certains aspects des jeux de rôles sexuels, des éléments du fétichisme ou qui peuvent incorporer l'utilisation de “sex toys”, ne sont pas considérés nécessairement pervers. Mais pour vraiment comprendre ce qui peut être un sujet pervers ou déviant, il faut mettre en cause notre propre concept de ce qui est normal par rapport à la sexualité, à la société, à l'inconscient, à la race, à la mort, etc. Et c'est pour cela que nous nous sommes réunis aujourd'hui ici. Cette question nous amène à un triple axe :

81) Celui cognitif et épistémique des sciences psy ou plus amplement des sciences de l'homme.

92) Celui des pratiques sexuelles et affectives, et

103) Celui de l'expérience de l'autre

11Ainsi, nous voudrions privilégier un regard critique soit sur le passé soit sur le présent, et faire l'analyse de la formation de ces sujets et des catégories qui les définissent en tant qu'objets historiques et partant contingents.

Remerciements

12Cette journée d’études a été organisée dans le cadre de l'EHESS, avec la collaboration de la Fondation Maison des Sciences de l'Homme et le programme de bourses Fernand Braudel Ifer incoming, ainsi que du Centre Alexandre Koyré, dont nous voudrions remercier tout particulièrement la directrice Antonella Romano. Nous tenons aussi à manifester notre reconnaissance à la revue en ligne Criminocorpus qui accueille les comptes rendus de cette journée, à Marc Renneville et Sophie Victorien pour leur aide à l'édition et leur support.

Inizio pagina

Note

1 Diagnostic and Statistical Manual-troisième révision.

Inizio pagina

Per citare questo articolo

Riferimento elettronico

Guillermo de Eugenio e Marianna Scarfone, « Sujets déviants, sujets pervers. Pathologie mentale, sexualité et expérience de l'autre : Présentation », Criminocorpus [Online], Sujets déviants, sujets pervers. Pathologie mentale, sexualité et expérience de l'autre, Présentation de la journée d'études, Messo online il 26 settembre 2016, consultato il 19 agosto 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/3367

Inizio pagina

Autori

Guillermo de Eugenio

Guillermo de Eugenio Pérez a été enseignant chercheur à l'université Carlos III de Madrid au département des Humanités : Philosophie et Littérature. En 2009 il a soutenu sa thèse de doctorat, qu’il vient de publier Máscaras e identidad en la cultura ilustrada (Biblioteca Nueva, 2015). Ses sujets de recherche portent sur l'histoire culturelle, l'histoire de la psychiatrie et de la sexualité. Il vient de mener une recherche sur les perversions et la sexualité dans la psychiatrie et la littérature du XIXe siècle en France, qui a été développée au Centre Alexandre Koyré, Paris avec une Bourse Fernand Braudel. À présent il travaille comme traducteur de l'œuvre de Félix Guattari, Les révolutions moléculaires.

Marianna Scarfone

Post-doctorante au Centre Alexandre Koyré CNRS, Paris (Bourse Fernand Braudel-FMSH, Incoming Fellow). Sa thèse porte sur La psychiatrie coloniale italienne. Théories, pratiques, protagonistes, institutions 1906-1952Projet en cours : L’écriture de l’aliéniste. Objectifs et résultats de la prise de notes dans les hôpitaux psychiatriques parisiens. XIXe et XXe siècles.

Inizio pagina

Diritti d'autore

Tous droits réservés

Inizio pagina