Navigazione – Piano del sito

Arnaud-Dominique Houte et Jean-Noël Luc, (dir.), Les gendarmeries dans le monde de la Révolution française à nos jours

Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2016, 414 p.
Christian Chevandier
Riferimento/i:

Arnaud-Dominique Houte et Jean-Noël Luc, (dir.), Les gendarmeries dans le monde de la Révolution française à nos jours, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2016, 414 p.

Testo integrale

  • 1 En France comme en Turquie, figurent sur les voitures de police le numéro d’urgence à appeler, prat (...)

1C’était quelques mois après les printemps arabes. Mon train était bloqué par une manifestation de chômeurs, à quelques lieues d’une oasis. Lorsque les forces de l’ordre sont arrivées, le treillis très sombre des policiers tranchait avec celui, plus militaire, de la Garde nationale. Un de mes compagnons de voyage, un capitaine de l’armée de terre, s’appliqua alors à me faire comprendre la différence entre ces deux forces de sécurité, et je me gardais bien de lui expliquer que je voyais là un héritage de la période du protectorat. J’y repensais quelques mois plus tard, à Izmir, observant les fourgons bleus estampillés « Jandarma » et les voitures sérigraphiées « Polis », dont l’aspect était celui des véhicules des forces de l’ordre de France1. Cette vision plus large, changement d’échelle de l’observation de la force publique, soulignait la superficialité de ma tentative initiale d’analyse : à l’évidence, l’absence d’étanchéité ne se limite pas à un héritage colonial.

2La question de la diffusion du modèle de la gendarmerie est le thème de ce livre collectif. Outre les deux directeurs, Arnaud-Dominique Houte et Jean-Noël Luc, auxquels nous devons un appareil critique fort riche et quelques textes de réflexion plus générale, voire prospectives, c’est une vingtaine d’auteurs (universitaires mais aussi officiers de gendarmerie – et détenteurs de diplômes qui leur autorisent la mise à distance permettant à leur parole de n’être pas indigène) qui nous proposent des études de cas. Ce livre est le plus récent d’une trentaine d’ouvrages publiés dans le cadre d’un grand chantier engagé à l’université Paris Sorbonne sous l’impulsion de Jean-Noël Luc, qui a dirigé le master ou la thèse de bien des auteurs. Profitons-en pour noter la fécondité que peut présenter l’université lorsqu’y sont engagés des travaux qui ne sont pas ponctuels. Cet ouvrage pose donc la question de la diffusion internationale d’une police à statut militaire, puisqu’existe dans une centaine de pays une institution qui, sous différentes appellations, est inspirée de la gendarmerie instituée en France à la toute fin du XVIIIe siècle, substituée à une maréchaussée qui date des temps médiévaux, et qui a directement participé à la création de corps proches. Ce fut le cas ainsi en Italie ou en Espagne, la dynamique ayant été dans un premier temps apportée par les conquêtes de la Révolution et de l’Empire. Le phénomène, européen jusqu’au milieu du XIXe siècle (hors du vieux continent, seuls le Pérou et la Turquie disposaient en 1850 d’une gendarmerie), s’est étendu aux autres continents à partir des années 1860. La nature militaire ou paramilitaire de ces institutions semble d’ailleurs insuffisante aux historiens peu convaincus par un « modèle gendarmique » qui ne se définirait que par des textes normatifs, laissant de côté les pratiques sociales et risquant de ne pas prendre en compte d’indéniables évolutions : le « prototype unique et figé » ne peut fonctionner que comme un piège et ne rend pas compte des complexités qui se cristallisent parfois dans un même pays (pensons aux gendarmeries helvétiques).

  • 2 Une des nouvelles de L’Exil et le royaume, publiée en 1957 ; Albert Camus, Œuvres complètes, tome I (...)

3C’est la colonisation, puis la décolonisation, qui ont contribué le plus sûrement à l’expansion mondiale du modèle. Deux mappemondes des gendarmeries, en 1939 et 2015, permettent de prendre la mesure du phénomène. Parmi les gendarmes dont la littérature a fait des personnages, Balducci, dont Camus a finement observé la complexité et la franchise des rapports avec l’instituteur Daru dans L’Hôte2, n’est pas, de l’autre côté de la Méditerranée, si éloigné de ceux que Jean Aicard a mis en scène un demi-siècle plus tôt dans Maurin des Maures. L’article sur la gendarmerie en Algérie, notamment pendant la période de transition à partir de 1962, permet une approche originale de la période coloniale et de la décolonisation. Le recrutement de « gendarmes maures », dès 1830, ne dura que douze ans et ils furent intégrés dans les unités de spahis. Dès la fin du XIXe siècle, la gendarmerie s’est rapprochée outre-Méditerranée du modèle métropolitain, se détournant cependant de ce que l’auteur du texte appelle les « ressources indigènes ». Ce n’est qu’assez tard, au milieu du siècle suivant, qu’il y eut un recrutement conséquent de « gendarmes musulmans », dont beaucoup se tournèrent vers l’institution algérienne dans le cadre de l’indépendance. Contrairement au reste de l’armée, la gendarmerie française a élaboré très tôt, dès le premier semestre 1961, un projet de transition afin d’accompagner la mise en place des institutions de la future Algérie indépendante, parfois en s’inspirant de l’expérience marocaine des années 1956-1958. Une coopération fut même mise en œuvre par un protocole d’accord sur l’assistance technique signé en juin 1963 ; prévue pour durer dix ans, elle fut interrompue en 1971. Un article sur la gendarmerie du Vietnam permet de comparer les effets des deux guerres d’indépendance nationale auxquelles fut confrontée l’armée française. Mais l’approche ne peut être réductrice : l’histoire des gendarmeries syriennes témoigne ainsi de la complexité de la situation, notamment aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale lors du mouvement anti-mandataire contre lequel l’armée française a utilisé des chars d’assaut pour disperser des manifestants et au cours duquel 19 gendarmes syriens sont tombés en combattant les Français. L’exemple de la gendarmerie au Levant permet ainsi d’appréhender la place de cette institution dans la construction d’un État moderne. C’est également le cas en Iran, où la révolution de 1906 a conduit au pouvoir un parti constitutionnaliste qui attendait beaucoup d’une arme vite devenue élitiste et qui attirait les élites nationales.

  • 3 Sur la police en Italie, voir les travaux réalisés notamment autour de Livio Antonielli, de l’unive (...)

4Cette histoire de circulations est tout autant une histoire politique et géopolitique. Elle va bien au-delà des logiques coloniales et ne se comprend que par les rapports établis entre les nations, entre les États. L’on peut même mettre en évidence des filiations. En Italie, après la création de plusieurs gendarmeries lors de la première décennie du XIXe siècle, c’est Victor-Emmanuel 1er qui, une fois le royaume de Piémont-Sardaigne rétabli en ses anciennes frontières, a remplacé en 1814 l’ancienne gendarmerie du temps des Français par le Corpo dei Carabinieri Reali. En 1861, le corps est transformé en Arma des Carabinieri3. Ce n’est qu’en 2000 que le corps des carabiniers devint la quatrième composante de l’armée italienne. Mais près de deux siècles plus tôt, en 1817, l’Italie avait instauré à Monaco la Compagnie des carabiniers du prince. Quant à la création au Portugal en 1911 de la Guarda nacional republicana, elle fut le produit de la France et de l’Espagne. La dimension coloniale et post-coloniale des influences n’en est pas moins souvent indéniable, et c’est bien sûr la Grande Bretagne qui se révéla le principal acteur de la création en 1942 des Pakistan Rangers, puis de leur re-création en 1958. Mais la domination, coloniale ou non, n’était pas condition sine qua non : une force de gendarmerie éthiopienne, conçue sans doute en 1916 et supprimée en 1936, se passa de tout modèle.

5Nombre de ces institutions gendarmiques présentent des spécificités. L’on connaît la part des chemins de fer dans la mise en place au cours des années 1880 d’une police politique en France4. C’est bien plus tôt, dès 1847, que la gendarmerie tzariste s’est préoccupée du nouveau mode de transport, créant en 1861 une direction de la gendarmerie ferroviaire (GPU) alors que les gendarmes russes n’étaient pas encore autorisés à mener certaines enquêtes judiciaires. Ces institutions ont aussi adopté, notamment dans leurs pratiques, les particularités des temps. Héritage de plusieurs États allemands d’avant 1871 (et non uniquement de la Prusse de Frédéric II), la Feldgendarmerie (Feld dans le sens de « champ de bataille ») était chargée de l’ordre au sein de l’armée, de la gestion des mobilités des unités et de la chasse aux déserteurs, mais aussi de la lutte contre les francs-tireurs. Elle avait été supprimée après la Grande Guerre, des unités ordinaires étant alors chargées de la police militaire. Rétablie dès 1933, elle a tenu une place non négligeable lors de la Seconde Guerre mondiale, participant au génocide des populations juives d’Europe et à la répression de la Résistance dans les pays occupés. La succession des défaites, à partir du début de l’année 1943, a accentué le rôle répressif des Feldgendarmes qui n’ont pas hésité à exécuter sommairement des déserteurs ; la chaîne et la plaque qu’ils portaient autour du cou, celles-là même que Bourvil et Louis de Funès arborent sur l’affiche de « La Grande Vadrouille » (1966), leur ont valu le surnom de Kettenhunde, « chiens enchaînés ». Puis leur savoir-faire a semblé si précieux aux Alliés victorieux que ceux-ci ont constitué des petites unités de Feldgendarmerie qu’ils ont chargées de garder leurs compatriotes dans les camps de prisonniers de guerres.

  • 5 Ce qui l’inscrit dans la continuité des plusieurs livres précédents, notamment celui qui a été diri (...)

6Cet ouvrage est un véritable outil, riches de 30 pages de notices sur 72 institutions gendarmiques dans le monde et qui présente un tableau sur 122 institutions (dont 98 gendarmeries et corps assimilés)5. Mais c’est surtout un livre d’histoire connectée, en ce qu’il se penche précisément sur les connexions et que les approches monographiques n’y ont de sens que comparatif. La gendarmerie se prête bien à cette démarche élémentaire en sciences sociales, pouvant être mise en perspective avec le corps civil de police (dont l’absence de prestige dans la Russie tzariste tranche avec les gants blancs de l’uniforme d’un corps de gendarmerie autonome) ou avec les autres armes. La comparaison entre la gendarmerie départementale et la gendarmerie mobile, ou surtout une histoire sociale de ces militaires qui sont communément, du moins depuis le milieu du XXe siècle, passés d’un corps à l’autre peut être aussi édifiante. C’est, ici, une approche internationale, celle des circulations entre les gendarmeries, celle des influences réciproques, celle de divergences fondamentales aussi qui est proposée. La société civile se révèle également dans les différences. Le mariage des gendarmes est ainsi révélateur de la conception qu’avaient les autorités : encouragé en France, interdit en Espagne, déconseillé mais admis et fort commun dans l’Empire ottoman. La place de l’uniforme est essentielle pour comprendre les gendarmeries, qui y trouvent l’affirmation de leur identité militaire et veulent apparaître comme un corps d’élite. Au-delà même de l’histoire de l’institution, des institutions, c’est bien celle des hommes et, désormais, des femmes qui les composent que ce livre nous permet d’aborder.

Inizio pagina

Note

1 En France comme en Turquie, figurent sur les voitures de police le numéro d’urgence à appeler, pratique qui a essaimée sur les cinq continents et dont on se pose la question de son utilité, la présence d’un équipage de police rendant inutile de téléphoner pour le quérir.

2 Une des nouvelles de L’Exil et le royaume, publiée en 1957 ; Albert Camus, Œuvres complètes, tome IV, Paris, Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade), 2008, p. 46-58.

3 Sur la police en Italie, voir les travaux réalisés notamment autour de Livio Antonielli, de l’université de Milan, et les ouvrages parus depuis le début du siècle dans la collection « Stato, esercito e controllo del territorio » (« État, armée et contrôle du territoire »).

4 Jean-Marc Berlière et Marie Vogel, « Aux origines de la police politique républicaine », Criminocorpus, Histoire de la police, Articles, mis en ligne le 1er janvier 2008, consulté le 1er novembre 2016.

5 Ce qui l’inscrit dans la continuité des plusieurs livres précédents, notamment celui qui a été dirigé par Jean-Noël Luc en 2005, Histoire de la maréchaussée et de la gendarmerie. Guide de recherche. Signalons la réédition en 2016 en format de poche et actualisée de la première partie de Histoire des gendarmes, de la maréchaussée à nos jours, aux éditions Nouveau Monde, alors que l’édition originale de 2013 aux éditions Jacob-Duvernet a été très tôt épuisée.

Inizio pagina

Per citare questo articolo

Riferimento elettronico

Christian Chevandier, « Arnaud-Dominique Houte et Jean-Noël Luc, (dir.), Les gendarmeries dans le monde de la Révolution française à nos jours », Criminocorpus [Online], 2017, Messo online il 06 febbraio 2017, consultato il 24 ottobre 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/3427

Inizio pagina

Autore

Christian Chevandier

Christian Chevandier, professeur d’histoire contemporaine à l’université du Havre (IDEES-Cirtai).

Inizio pagina

Diritti d'autore

Tous droits réservés

Inizio pagina