Navigation – Plan du site
Communications

Le parcours du masochiste : de la Perversion à la Transgression

Guillermo de Eugenio Pérez


Résumés

Je voudrais analyser le problème des sujets masochistes et leurs pratiques par rapport aux valeurs sociales desquelles ils dévient. Afin de questionner le pouvoir émancipateur de la déviance, je propose de parcourir la trajectoire de ce concept et des pratiques dites « sadomasochistes » depuis la fin du dix-neuvième siècle jusqu'à nos jours. Il s'agira donc de reconstituer la généalogie de cet objet changeant et assez difficile à cerner. Cette réflexion mettra l’accent sur les discontinuités historiques et épistémologiques de cet objet, le "sadomasochisme", qui est à la fois un objet du regard médical des sciences psy, un sujet d’œuvres littéraires, et un ensemble de pratiques érotiques. En ne négligeant pas les deux premières dimensions évoquées, j'entends centrer cet article sur le potentiel politique et radical des pratiques dans la perspective féministe qui considère que « le privé est politique ».

Haut de page

Texte intégral

Quelques questions préliminaires

1Aujourd'hui, je voudrais penser avec vous le problème des pratiques et des sujets masochistes vis-à-vis des valeurs de la société dans laquelle ils évoluent, question plutôt politique, qui conviendrait aux cultural studies plutôt qu'à l'historiographie traditionnelle. J'aimerais, si vous voulez, poser la question du potentiel émancipateur de la déviance.

2Pour ce faire, je voudrais vous proposer un parcours succinct du concept et des pratiques dites sadomasochistes depuis la fin du dix-neuvième siècle jusqu'à nous jours. Dans cette réflexion, j’entends mettre l'accent sur les asymétries, les discontinuités historiques et les distinctions épistémologiques qu'on peut identifier entre, d'un côté (1) un objet de connaissance scientifique pour la psychiatrie (celle de Krafft-Ebing et Albert Moll, par exemple) et la psychanalyse (dans les textes de Freud et Theodor Reich, entre d'autres), de l'autre (2) un sujet littéraire (qui est né avec les romans de Sacher Masoch et continue jusqu'à aujourd'hui), et finalement (3) un ensemble de pratiques érotiques ou sexuelles dont on continue à se servir et qui ont un potentiel politique au sens féministe selon lequel « ce qui est privé est politique ». Il s'agirait donc de reconstituer la généalogie de cet objet changeant et assez difficile à cerner.

  • 1 Or, cette conception selon laquelle le masochiste est celui qui cherche le plaisir dans la douleur, (...)

3Mais, tout d'abord, il faudrait se poser la question : pourquoi étudier le masochisme parmi toutes les autres perversions ? Parce qu'il aborde un certain nombre de problématiques qui sont intéressantes du point de vue du développement d'un regard critique sur la constitution de la subjectivité moderne, par rapport à l'identité et à la normativité des pratiques sexuelles :
1. Renversement ou "inversion" des rôles de genre traditionnels.
2. Érotisation des rapports de pouvoir et du « contrôle ».
3. Production fantasmatique d'un plaisir qui n'est pas lié :
a) au sexe génital basé sur la conception « normale » du coït,
b) à une conception courante du plaisir, puisqu'il se définit prima facie1 comme un « plaisir dans la douleur ».

4Ces traits mêmes soulèvent des questions d'ordre politique concernant l'utilité potentielle du masochisme en tant qu'outil émancipateur :
1. Est-ce que la perversion, notamment le sadomasochisme, peut être un moyen de réagencement social subversif et révolutionnaire ?
2. Au niveau du sujet, est-ce un instrument émancipateur pour des nouvelles formes de subjectivité émergentes ?

5Mais, est-ce qu'il n'y a qu'un seul concept de masochisme ? Sous cette apparente homogénéité du terme « masochisme », on retrouve, plutôt qu'un objet unique, plusieurs référents hétérogènes qui viennent se rencontrer dans un certain espace (celui du langage) comme les catégories d'animaux énumérés dans l'Encyclopédie chinoise de Borges que cite Foucault dans Les mots et les choses. Pour éviter l'anachronisme, mais aussi pour pouvoir comprendre cette multiplicité éparse d'objets, il faudrait donc commencer par établir un cadre diachronique. Nous allons ainsi découper grosso modo trois entités selon la chronologie suivante, que nous allons développer ensuite :
- 1886-1920 : Perversion selon la psychiatrie classique
- 1920-1980 : Psychanalyse : préséance du masochisme moral
- 1980-2015 : Pratiques BDSM

Les origines du masochisme (1886-1920)

6Le mot « masochisme » a été inventé par Richard von Krafft-Ebing en 1886, dans son grand œuvre, la Psychopathia sexualis, empruntant le terme du nom du romancier Galizien Leopold von Sacher-Masoch, devenu célèbre grâce à un type de récits dans lesquels une femme puissante et cruelle maltraite un homme, qui est humilié par elle, dont la Vénus aux fourrures (1870) est sans doute son œuvre la plus connue.

7Ce trait peut servir d'indice aux rapports complexes d'influence mutuelle entre la littérature et les textes médicaux au xixe siècle. À vrai dire, dans le cas de la Psychopathia sexualis, on peut observer un phénomène de double appropriation : 1) du langage médical et littéraire par les pervers et 2) de la littérature et de l'auto-interprétation des pervers par le médecin.

  • 2 Richard von Krafft-Ebing, Psychopathia sexualis, Paris, G. Carré, 1895, p. 121-122.

8Cette maladie est définie comme « une perversion particulière de la vita sexualis psychique qui consiste dans le fait que l'individu est, dans ses sentiments et dans ses pensées sexuels, obsédé par l'idée d'être soumis absolument et sans condition à une personne de l'autre sexe, d'être traité par elle d'une manière hautaine, au point de subir même des humiliations et des tortures qui s'accompagne d'une sensation de volupté2 ».

  • 3 Ici, je pars de l'idée de Robert Castel selon laquelle le fou, l'enfant, le voyou... et vraisemblab (...)

9Sur le plan judiciaire, le masochiste est un bon citoyen dont les pratiques ne constituent ni un délit ni un crime. Pervers, certainement, mais point antisocial. Il ne brise pas le contrat social3 et en raison de cela, il n'est l'objet ni d'arrestations de la part de la police, ni de la réclusion asilaire. À ses origines, le S/M ne constitue pas une subculture, comme celle homosexuelle, n'a pas un caractère collectif, revendicatif mais est au contraire constitué par des pratiques atomisées.

10Mais du point de vue médical, le masochisme fait surtout partie d'un système de représentation des lois de genre « normales », qui se manifestent à travers l'analyse des déviations pathologiques. L'argument, souvent évoqué par les médecins, d'un mystérieux lien entre volupté et cruauté (dans sa dimension culturelle) ou entre douleur et plaisir (dans sa dimension physiologique), est développé par une double généalogie naturelle et culturelle. Les corolaires naturels de cette inversion des rôles de genre sont les suivants :
a) L'homme sadique et la femme masochiste sont, d'après la médecine de cette époque, des pervers à cause d'un hyper-développement des propriétés naturelles chez chaque sexe, par contre,
b) La femme sadique et l'homme masochiste sont aussi considérés comme des pervers, mais à la différence des précédents, la cause en est, dans ce cas, un renversement, une inversion de ces propriétés naturelles.

11Il y aurait, donc, des identités perverses qui sont considérées plus déviantes que d'autres en ce qui concerne la loi naturelle qui régit les rapports entre les sexes.

Période d'entre-guerres (1820-1840)

  • 4 Voir Alison Moore, «Rethinking Gendered Perversions and Degeneration in Visions of Sadism and Masoc (...)

12Dans les années 1920 et 1930, la préoccupation des sciences psy- pour le masochisme et le sadisme va expérimenter un renversement : désormais, c'est le développement excessif des traits de genre « naturels » qui est considéré comme le plus grand danger. La femme masochiste et frigide est le grand objet des soucis des psychologues tandis que le masochiste masculin tombe dans l'oubli. Les femmes criminelles, telles les sœurs Papin ou Mme Lefèbvre, seront ainsi diagnostiquées par Marie Bonaparte comme des masochistes qui vont commettre le crime parce qu'elles veulent être châtiées4. Autour de 1935, les pratiques SM semblent plus visibles, à en juger par l'apparition de rubrique spécifique aux Archives du Dépôt de Police et de la couverture médiatique de revues telles que Police Magazine, et, déjà dans les années 1940 et 1950 dans d'autres revues spécialisées dans un public afin aux images du bondage fétichiste, telles que Bizarre de John Willie (1946) et Maniac de Gilles Berquet (1956). Là c'est encore la femme, et non pas l'homme, qui apparaît ligotée.

La psychanalyse

13La théorie psychanalytique va bouleverser certains des aspects de l'ancienne théorie psy sur le masochisme : elle n'est plus une perversion innée mais acquise pendant l'enfance, et représente l'arrêt du développement psychosexuel lors d’une phase antérieure au coït adulte, avec une fixation à un organe prégénital (oral, anal, etc.). Tous les pervers, y compris le masochiste, resteraient fixés sur une étape reculée du développement sexuel, sur une pulsion partielle : c'est quelqu'un qui a trouvé la manière d'échapper de l'évolution normale et du refoulement névrotique. Il est donc inachevé d'un certain point de vue. De plus, le pervers nie la différence sexuelle pour échapper à l'angoisse de la castration.

14Quant au masochisme, c'est une question fondamentale dans le développement de la théorie psychanalytique. Il joue un rôle fondamental dans le développement de chacune des trois topiques. Freud passe d'une formulation simple : le masochisme est un sadisme qui se retourne contre le sujet (ce qu'on pourrait interpréter comme l'échec de la volonté de domination, selon l'interprétation de K. Noyes), à une lecture plus complexe, celle du Problème économique du masochisme (1924) dont il démêle en fait trois phénomènes différents :
1) Le masochisme moral, la recherche volontaire l'échec, la souffrance,
2) Le masochisme dit féminin, c'est-à-dire, la perversion sexuelle,
3) Le masochisme érogène, une tendance universelle de la nature humaine dont se mêlent le principe de Thanatos et celui d'Eros).

15Ce qui sera désormais à l'origine du masochisme pour Freud, c'est la culpabilité, idée qui a été développée par Marie Bonaparte. Voyons maintenant quelle est la fonction du masochisme chez d'autres dénommés « psychologues post-freudiens ». La psychanalyse a inventé et largement profité du concept de masochisme moral, comme par exemple dans les écrits de Sacha Nacht. Pour Théodor Reich le masochiste est celui qui veut échapper à ses obligations, à la peur à l'échec, et qui, à cause de cela, préfère accepter le châtiment à l'avance plutôt qu'endurer l'attente et la concurrence pour le succès. Il conçoit le masochisme comme l'esprit de la société contemporaine.

16Pour Lacan, le masochisme vise à produire l'angoisse de l'autre (Séminaire X : l'angoisse, 1963). La jouissance du « maso » il la retrouve dans l'angoisse qu'il produit sur son partenaire. Il substitue l'autre par un vide, un appât, il est un regard aveugle qui revient toujours à soi-même pour transformer le sujet en abject. Le plaisir du « maso » est toujours un plaisir narcissique, pour qui l'autre n'est qu'un moyen, un miroir, un détournement, mais jamais un but. Michel de M'Uzan découvre, dans un cas qui deviendra célèbre, que la nature du masochiste n'est pas la docilité, mais bien au contraire son insolence, la provocation qu'il adresse au monde dans la figure du victimaire qu'il méprise, et dans son outrecuidance envers l'analyste.

La rupture avec la psychanalyse

17Le livre de Gilles Deleuze Le froid et le cruel (1973) constitue plus qu'une récupération de la figure et de l'œuvre de Sacher-Masoch, une critique de la lecture psychanalyste du problème du masochisme, et un point de rupture avec la tradition précédente à partir de la philosophie. Le masochisme n'est ni le complément du sadisme ni son opposé : ils sont de nature très hétérogène, demandent des scènes et des fantasmes fondamentalement incompatibles entre eux. Le masochiste est suspendu entre l'anticipation et l'ajournement, et il cherche l'apaisement de l'angoisse par le biais du « détour » vers une figure féminine maternelle qui incarne une nature froide et cruelle génuine (et n'est pas, comme le voulait Freud, le masque la figure paternelle). Le désir masochiste apparaît ainsi comme de-sexualisation, comme sublimation abjecte dont les instruments sont la répétition et le rituel légitimé par le contrat. Tandis que la froideur du sadique consiste à exercer la raison contre le sentiment, nous dit Deleuze, celle du masochiste constitue une dénégation de la sensualité à coups de sentimentalisme. Cependant son discours reste parfois trop intellectualisé et trop attaché à l'interprétation littéraire de l'œuvre de Sacher-Masoch. En tout cas, il ne faut pas oublier que, pour Deleuze, le masochisme ne représente finalement qu'une fuite de la réalité, une échappatoire vers l'idéalisation et la sublimation de la sexualité plus charnelle. S'il est une forme de transgression, c'est d'une manière bien peu militante, et il est encore bien loin de la pratique contemporaine à laquelle se référait Foucault (infra).

Dans l'actualité

18D'après le DSM-5 (2009) on ne considère le masochisme comme une pathologie (« disorder ») que s'il produit une sorte de désarroi dans le suje t: « If they declare no distress, exemplified by anxiety, obsessions, guilt, or shame, about these paraphilic impulses, and are not hampered by them in pursuing other personal goals, they could be ascertained as having masochistic sexual interest but should not be diagnosed with sexual masochism disorder. »

19Un facteur important pour donner un sens à cette distinction et à la transformation de la manière d'envisager ce genre de pratiques est le degré d'autonomie atteint par le sujet. C'est dans sa capacité d'agency, dans sa dimension ludique d'échange de rôles, de régulation et du contrôle, ou, au contraire, dans la dépendance, le dysfonctionnement ou le besoin d'aide professionnelle qu’aurait la personne pour s'en sortir qu'on cherche les éléments de jugement pour décider s'il s'agit d'une pathologie ou d'une pratique autonome et inoffensive. La question est encore ouverte, non seulement dans le domaine des sciences psy-, mais aussi dans les débats féministes, queer et les luttes politiques LGTB.

20En 1982, dans un entretien avec B. Gallagher et A. Wilson, Michel Foucault réfléchissait sur le pouvoir transgresseur de la « subculture S/M » qu'il interprétait comme une forme d'innovation à partir des pratiques sexuelles. Le S/M ne serait pas, d'après Foucault, un moyen de libérer une certaine violence profonde, voir un moyen de donner libre cours à l'agression, mais quelque chose d'autre : l'érotisation du pouvoir, qui diffère soit du pouvoir social en tant qu'il est fixé (tandis que le S/M implique jeu et expérimentation), soit de ce que la psychiatrie avait classé comme une pathologie, le dénommé "sadomasochisme". Le S/M était pour Foucault l'utilisation d'un rapport stratégique comme source de plaisir, d'une manière fluide, créative, et en tant que tel, faisait partie de ce qu'il appellerait les « pratiques de soi » ou encore une « esthétique de l'existence ».

21Aujourd’hui, des collectifs militants désirent renommer les pratiques d'expérimentation érotique sous la rubrique du BDSM, hors du labelling psychiatrique. Ils et elles préfèrent généralement des termes comme « discipline », « domination », « soumission » et « bondage », bien que le terme « sadomasochisme », reformulé dans les sigles S/M continue à être utilisé dans un but de réappropriation au sens performative (selon la définition de Judith Butler) tel que cela a déjà fait avec le terme queer.

22Des auteurs appartenant à ces collectifs et acteurs de la leather scene tels que Mark Thompson ou Geoff Mains, et, depuis le point de vue des lesbiennes, Pat Califia, ont adopté un positionnement militant au point de vue critique depuis la fin des années 1980. D'après eux, la pratique du S/M est une forme de libération par rapport aux valeurs traditionnelles, une pratique cathartique qui a la vertu additionnelle d'être un exercice de liberté, un choix contrevenant les conventions sociales et ce qui est censé d'être politiquement correct.

23De plus, si on en fait l'objet d'une épistémologie critique, le S/M met en évidence la contingence des rapports de pouvoir et des stéréotypes de genre, les dénaturalisant. Ce n'est pas l'acte sexuel en soi, mas l'apparition de nouvelles formes de rapports impensées, qui peut transformer la société et menacer les codes qui prévalent. L'élément parodique dans la performance signifie pour eux un défi vis-à-vis des formes du pouvoir dominant, puisqu'il montre que le pouvoir n'est pas naturellement le propre d'un sexe ou d’une race mais plutôt fait partie d'un jeu dont les rôles ne font pas partie d'une ontologie immanente.

24D'autres mouvements féministes plus conservateurs (comme la plateforme NOW) ont présenté la scène S/M comme intrinsèquement sordide et violente au même titre que la pornographie, les considérant tous deux comme des instruments de vexation pour les femmes.

25Une critique plus subtile de l'argument foucaldien de l'émancipation par le S/M est celle de Léo Bersani (Homos. Repenser l'identité, 1998) : le S/M peut bien être une façon de mettre en clair les rapports de domination intrinsèques à notre société, et même de montrer sa contingence à travers le switch ou renversement de rôles. Pourtant, le S/M ne propose pas un nouvel type de rapports sociaux, et, en dernière analyse, il renforce les mécanismes de pouvoir existants, en raison de leur attrait érotique. Le jeu de la cruauté et la domination constitue une expérience limite qui peut transformer la perception mais qui ne change pas la réalité.

26En tout cas, autant Léo Bersani que Pat Califia ont en commun l’idée que les marges sont l'unique endroit depuis lequel on peut rendre visible le centre. Cette donnée épistémique peut être utilisée dans un but de transformation ou bien de renforcement des structures de domination et de normalisation.

27Quant à la question sur le genre d'identité que pourrait produire la pratique masochiste, en tant que forme de subjectivation, je retiens cette idée de Lynda Hart dans La performance sadomasochiste (1998) avec laquelle je vais conclure :

  • 5 Lynda Hart, Between the body and the flesh, Columbia University Press, 1998, p. 28.

« Les identités sont nécessaires pour fonctionner dans la "réalité". Je les considère comme des prothèses, ce qui n'implique pas qu'elles soient pour autant moins "réelles". Mais elles entretiennent un rapport conflictuel avec la sexualité et ses pratiques. En un sens, une identité sexuelle, toute identité sexuelle, est fondamentalement un concept instable. Car, à mon avis, les désirs sexuels sont toujours sujets à mutation, à déplacement ; ils sont toujours soumis au contexte, variables et anti-ontologiques5. »

Haut de page

Bibliographie

American Psychiatric Association, et al., Diagnostic and statistical manual of mental disorders (DSM-5®), Arlington, American Psychiatric Pub, 2013, 991 p.

Bersani Leo, Homos : repenser l'identité, Paris, Odile Jacob, 1998, 217 p.

Califia Pat, «Feminism and sadomasochism», Heresies, 1981, nº 3, vol. 12, p. 30-34.

Deleuze Gilles, Présentation de Sacher-Masoch : le froid et le cruel, Paris, Minuit, coll. Arguments nº 32, 1967, 276 p.

Foucault Michel, Les mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines, Paris, Éditions Gallimard, 1966, 404 p.

« Michel Foucault, une interview : sexe, pouvoir et la politique de l'identité » in Dits et écrits II (1976-1988), Paris, Gallimard, 2001, p. 1554-1565.

Freud Sigmund, Du masochisme : les aberrations sexuelles : "un enfant est battu" : le problème économique du masochisme, Paris, Payot & Rivages, coll. Petite bibliothèque Payot nº 818, 201, 192 p.

Hart Lynda, Between the body and the flesh: Performing sadomasochism, Columbia University Press, 1998, 269 p.

Krafft-Ebing Richard von, Psychopatia Étude médico-légale, "Psychopathia sexualis" : avec recherches spéciales sur l'inversion sexuelle [...] traduit sur la 8e édition allemande, Émile Laurent et Sigismond Csapo (trad.), Paris, G. Carré, 1895, 595 p.

Lacan Jacques, Le Séminaire, livre X : L'angoisse, Paris, Seuil, 2004, 391 p.

M'Uzan Michel de, « Un cas de masochisme pervers », in De l’art à la mort, Paris, Gallimard, 1972, p. 125-150.

Mains Geoff, Urban Aboriginals: A celebration of leathersexuality, San Francisco, Gay Sunshine Press, 1984, 191 p.

Moll Albert, Les perversions de l'instinct génital, Paris, Carré, 1893, 327 p.

Moore Alison, «Rethinking Gendered Perversions and Degeneration in Visions of Sadism and Masochism, 1886-1930», Journal of the History of Sexuality, 2009, vol. 18, nº1, p. 138-157.

Nacht Sacha, Le masochisme, Paris, Payot, coll. Petite bibliothèque Payot Science de l'homme, nº17, 1965, 185 p.

Noyes John K., The Mastery of Submission: Inventions of Masochism, Ithaca and London, Cornell Studies in the History of Psychiatry, 1997, 265 p.

Reik Theodor, Le Masochisme, Paris, Payot & Rivages, coll. Bibliothèque Scientifique Payot, 2000, 420 p.

Sacher-Masoch Leopold von, Œuvres maîtresses, Paris, Laffont, coll. bouquin, 2013, 833 p.

Thompson Mark (dir.), Leatherfolk: Radical Sex. People, Politics and Practice, Boston, Alyson Publications, 1991, 330 p.

Haut de page

Notes

1 Or, cette conception selon laquelle le masochiste est celui qui cherche le plaisir dans la douleur, est à notre avis quelque chose qui peut et doit être mise en question.

2 Richard von Krafft-Ebing, Psychopathia sexualis, Paris, G. Carré, 1895, p. 121-122.

3 Ici, je pars de l'idée de Robert Castel selon laquelle le fou, l'enfant, le voyou... et vraisemblablement le pervers aussi, ne suivent pas le contrat social, et pour cela ils sont enfermés. Voir Robert Castel, L'ordre psychiatrique, Paris, Édition de Minuit, 1977, p. 37-39.

4 Voir Alison Moore, «Rethinking Gendered Perversions and Degeneration in Visions of Sadism and Masochism, 1886-1930», Journal of the History of Sexuality, vol. 18, January 2009, p. 151-152.

5 Lynda Hart, Between the body and the flesh, Columbia University Press, 1998, p. 28.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillermo de Eugenio Pérez
, « Le parcours du masochiste : de la Perversion à la Transgression », Criminocorpus [En ligne], Sujets déviants, sujets pervers. Pathologie mentale, sexualité et expérience de l'autre, Communications, mis en ligne le 16 février 2017, consulté le 29 mai 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/3430

Haut de page

Auteur

Guillermo de Eugenio Pérez


Guillermo de Eugenio Pérez (CAK- Braudel-IFER-FMSH) a été enseignant chercheur à l'université Carlos III de Madrid au département des Humanités : Philosophie et Littérature. Il a donné des cours d'Histoire de la Philosophie, Histoire de la Science, Techniques d'expression orale et écrite. En 2009 il a soutenu sa thèse de doctorat, qu’il vient de publier Máscaras e identidad en la cultura ilustrada (Biblioteca Nueva, 2015). Ses sujets de recherche sont dans le cadre de l'histoire culturelle, l'histoire de la psychiatrie et de la sexualité. Il vient de mener une recherche sur les perversions et la sexualité dans la psychiatrie et la littérature du XIXe siècle en France, qui a été développé dans le Centre Alexandre Koyré, Paris avec une Bourse Fernand Braudel. À présent il travaille comme traducteur de l'œuvre de Félix Guattari, Les révolutions moléculaires.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page