Navigation – Plan du site
Communications

La psychanalyse, est-elle homophobe?

From the enigma to the paradigm: Psycholysis is not homofobic
Mari Paz Rodríguez Diéguez

Résumés

Cette recherche vise à répondre aux critiques que certains auteurs de la théorie queer ont adressé à la théorie lacanienne, en l’accusant d’homophobe. Nous proposons une nouvelle approche de la sexualité humaine qui ne sera plus instaurée à partir de l’ordre symbolique du Complexe d’Œdipe. À la fin de son enseignement, Lacan reconnaît qu’« Il n’y a pas de rapport sexuel », et avec cet aphorisme il nous ouvre la porte vers un nouveau paradigme orienté vers le réel : la jouissance qui vise l’impossible de la relation sexuelle. Cette jouissance substitutive, comme l’a nommée Jacques-Alain Miller, ne distingue pas névrose et perversion. Cette nouvelle lecture qui va au-delà de la clinique structurelle surgit du nœud borroméen, c’est-à-dire, de ce qui fait tenir ensemble les registres symbolique, réel et imaginaire du désir et de la jouissance. Nous prétendons surmonter l’Œdipe par le biais du tout dernier enseignement de Lacan. Pour ce faire, nous avons revisité le célèbre cas de « la jeune homosexuelle » de Freud, à partir des nouveaux éléments de son histoire publiés dans sa biographie intitulée Sidonie Csillag, Homosexuelle chez Freud. Lesbienne dans le siècle. Grâce à cette nouvelle conception borroméenne nous regarderons l’homosexualité sous un autre angle. Notre but sera de trouver les convergences entre ce nouveau paradigme borroméen de la psychanalyse et la théorie queer.

Haut de page

Texte intégral

1Aujourd’hui, j’avais l’intention de vous présenter mon travail de thèse, qui s’intitule « De l’énigme au paradigme : La psychanalyse n’est pas homophobe ».
Mais en écoutant les autres intervenants, je me rends compte que mon sujet ne convient pas tellement avec cette journée d’études sur la perversion, puisque tout mon travail de recherche visait la déconstruction de la perversion comme catégorie, au moins d’un point vue psychanalytique. En focalisant mon étude sur l’homosexualité, je voulais montrer comment la psychanalyse actuelle n’a plus le même discours sur la perversion, car elle essaie d’aller au-delà de la question de la structure.

2Parce que, comment vous le savez, parmi les structures cliniques classiquement utilisées en psychanalyse pour approfondir la relation que le sujet entretient avec son désir nous distinguons trois grands groupes, à savoir : psychose, névrose et perversion.

3La méthode clinique qui a permis de les opposer d’une manière précise a été introduite par le Docteur Jacques Lacan : en transformant le mythe de l’Œdipe de Freud en une métaphore, la métaphore paternelle, il a donné la clé de la constitution du désir. Le désir de l’Autre est reçu par le sujet comme un signifiant : le Nom-du-Père, qui est le signifiant-maître autour duquel s’organise l’existence du sujet.

4Cette boussole qui a orienté la clinique lacanienne était très pratique pour discerner la névrose de la psychose, s’agissant dans la première d’un signifiant qui donne sens à l’énigme du désir de l’Autre et dans la deuxième d’une forclusion. Par contre, la pertinence de ce repère pour appréhender la perversion était plus douteuse, considérant insuffisante la portée de l’expérience analytique pour reconnaître les dits « pervers » au prétexte que ces sujets ne font pas d’analyse.

5Classiquement, nous avons parlé de fétichisme comme exemple princeps de la perversion en psychanalyse, concrètement, nous avons étudié l’homosexualité masculine et son rapport nécessaire au phallus pour illustrer le mécanisme de formation de la structure perverse.

6La théorie analytique a changé sa position envers l’homosexualité selon la période historique, fait qui nous induit à penser la perversion plus comme un jugement social que comme une évidence clinique. La définition de ce qui est considéré comme un comportement pervers ne fait que changer avec le temps, avec la demande de l’Autre social, avec ses formes de censure et avec les lois qui s’appliquent dans les différentes sociétés.

7Pour Freud la perversion était en quelque sorte l’équivalent de la sexualité infantile, dans le sens où une pulsion partielle exerce sa suprématie sur les autres. Tandis que dans la sexualité dite normale, ce sont les parties génitales qui commencent à jouer leur rôle principal, la sexualité perverse resterait fixée à une pulsion partielle.

  • 1 Sigmund Freud, Conférences d’introduction à la psychanalyse, 1916-1917, Paris, Gallimard, “Vingtièm (...)

8Il y aurait donc une pulsion sexuelle génitale à laquelle on aspire pour atteindre une sexualité normale et les perversions ne seraient que « des égarements et des déraillements de la pulsion sexuelle1 ».

  • 2 Ibidem.

9Suivant cette logique, Freud considérait une activité sexuelle comme perverse quand « elle a renoncé au but de la procréation et qu’elle poursuit le gain de plaisir comme but qui est indépendant2 ».

10Dans ce sens il faudrait marier cette conception classique de la sexualité freudienne avec celle introduite par Gayle Rubin dans son ouvrage Marché au sexe, dans le chapitre « Penser le sexe », où elle expose l’idée qu’il y aurait une sexualité qui est bonne, normale et naturelle ; idéalement elle doit être hétérosexuelle, conjugale, monogame, procréatrice et non commerciale, à l’intérieur d’un couple stable, si possible. Toute transgression de cette sexualité est considérée comme sexualité mauvaise, anormale et contre-nature.

11Nous posons donc la question : Où faudrait-il établir la frontière, quels seraient les actes respectables ? Si nous soutenons l’idée qu’il y a une sexualité plus respectable que d’autres, c’est parce que nous partons de la base qu’il existe un idéal de rapport sexuel accompli. Ce faisant nous pouvons dire avec Freud que le rapport sexuel entre l’homme et la femme existe.

  • 3 Jacques Lacan, Le séminaire, livre XI, Les quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse (1964), (...)

12À l’inverse du système hiérarchique de valeur sexuelle promu par Freud, Lacan nous enseigne que le supposé développement de la libido n’a pas lieu et que soutenir cette hypothèse est une position qui nous mène vers une théorie moralisante. Quand nous suivons l’orientation lacanienne, nous ne pouvons qu’affirmer qu’il n’y a pas de rapport sexuel possible entre l’homme et la femme, ni entre l’homme et l’homme ou la femme et la femme d’ailleurs. Toute sexualité est perverse dans la mesure où, pour jouir au moins d’une partie du corps de l’Autre, il faut passer par l’objet partiel. L’objet a viendrait satisfaire la jouissance génitale sous la forme du fantasme. Lacan aborde la question de l’objet en relation à l’Autre : l’objet de la succion, de l’excrétion, du regard et de la voix. Il dit : « C’est en tant que substituts de l’Autre, que ces objets sont réclamés, et sont faits cause du désir3».

13À la fin de son enseignement, Lacan parlera de « père-version », mais il n’utilisera plus le terme de perversion au sens d’une structure. Si nous assumons l’impossibilité du rapport sexuel chez le parlêtre, pourquoi continuons-nous à employer la nosologie classique de la perversion héritée de la médecine ? Quel est l’intérêt d’une telle nomination pour les psychanalystes ? Pourrions-nous encore considérer l’homosexualité comme une perversion ?

14Puisque, malgré la disparition de l’homosexualité comme trouble mental du manuel diagnostique nommé DSM en 1973, grâce notamment à Robert Spitzer de la Société Américaine de Psychiatrie, aujourd’hui elle continue à être considérée comme une maladie par certains secteurs de la société. Aux États-Unis il existe les thérapies de conversion, qui laissent croire aux parents que leurs enfants peuvent changer, vivre une vie « normale ». Mais les conséquences d’une telle thérapie sont terribles pour le sujet, comme vous pouvez l’imaginer. En France aussi nous avons pu assister à toutes sortes de critiques homophobes lors de la légalisation du mariage « pour tous ». Les anthropologues, les théologues, les sociologues… et, ce qui m’a frappé et qui m’a donné envie d’écrire sur ce thème, les psychanalystes aussi. Nous avons entendu des postulats théoriques s’opposant à l’adoption de parents homosexuels, parce que soi-disant, l’enfant a besoin d’une représentation de la différence des sexes dans le foyer familial pour avoir accès à l’identification au parent du même sexe et, par conséquent, au symbolique de la relation des sexes. Ou pire encore, un analyste connu comme Jean-Pierre Winter, expliquait à la radio que les enfants de parents homos seraient de futurs psychotiques. Il formulait l’idée comme suit : « Légaliser le mariage homosexuel c’est tuer le père ».

  • 4 Jacques Lacan, Le Séminaire, livre I, Les Écrits techniques de Freud (1953-1954), Paris, Seuil, 198 (...)

15C’est décevant d’entendre des énoncés moralistes et homophobes de la part d’un psychanalyste qui se dit lui-même lacanien, puisque si nous partons de l’aphorisme de Jacques Lacan : « Il n’y a pas de rapport sexuel » nous ne pouvons plus défendre l’idée d’une sexualité dite « normale ». En effet, cette promesse de la psychanalyse sur une pulsion génitale qui viendrait faire converger tous les pulsions partielles nous n’avons pas pu la vérifier, ni dans notre histoire personnelle, ni dans celle de nos patients. Comme disait Lacan, « L’amour génital c’est Eldorado promis aux analystes4 ».

16En effet, le fameux Complexe d’Œdipe soutient l’idée d’une évolution de la libido dans la névrose, à la différence de la perversion, qui est considérée comme une fixation de celle-ci. Freud avait introduit le concept du Complexe d’Œdipe dans une lettre adressée à Fliess en 1897, où il expliquait : « J’ai trouvé en moi, comme partout ailleurs, des sentiments d’amour envers ma mère et de jalousie envers mon père, sentiments qui sont, je pense, communs à tous les jeunes enfants. On comprend l’effet saisissant d’Œdipe roi ».

17C’est à partir de cette intuition initiale qu’il en a construit le pilier de sa théorie analytique. À travers son histoire, ses propres enfants et ses patients, Freud élabore le Complexe d’Œdipe, concept fondamental de la psychanalyse et qui révolutionnera radicalement la manière de penser la psyché humaine. Il explique que ce complexe commence autour de quatre ans, quand nous observons l’enfant diriger ses pulsions sexuelles vers le parent de sexe opposé, qui est l’objet de désir le plus proche parce qu’il est celui qui donne sa présence et son intérêt. Ces pulsions, avec les frustrations qui les poursuivent, sont le nœud du Complexe d’Œdipe. Le parent du même sexe représente l’obstacle à leur satisfaction et, par conséquent, la source de la frustration. Ensuite, avec l’éducation répressive exercée sur la masturbation, le sujet refoulera ses tendances sexuelles qui resteront latentes jusqu’à la puberté. La crise œdipienne finira avec deux instances d’une importance vitale pour la socialisation du sujet : le surmoi qui refoule et l’idéal du moi qui sublime.

18Mais, qui vient refouler le désir envers la mère ? Celui qui serait appelé à fermer le triangle œdipien c’est le père. Cette figure paternelle donne sens au désir de l’Autre (la mère) et introduit un idéal auquel s’identifier.

19Le complexe d’Œdipe aurait donc une fonction normative, en donnant à l’enfant une structure morale, des nouveaux rapports à la réalité et aussi une identification masculine ou féminine. Il faut traverser ce complexe pour donner sens au désir de l’Autre, pour devenir homme ou femme et pour choisir l’objet du désir.

20Alors, le père entre en jeu comme celui qui a le phallus. La mère est marquée du signe moins parce qu’elle ne l’a pas, et elle se dirige vers le père pour obtenir l’objet qu’elle désire. Le père serait celui qui permet à l’enfant d’avoir un phallus mais plus tard (dans la puberté). L’issue de l’Œdipe est l’identification au père (Idéal du moi). Par contre, le destin de la femme est ce que Freud avait nommé Penisneid, c’est-à-dire, une privation toujours ressentie.

21Voici un aperçu de ce que Freud avait pu élaborer autour du Complexe d’Œdipe. Mais, comme vous aurez pu le remarquer (notamment les femmes dans cette salle), c’est une théorie au masculin, dans laquelle le phallus est au centre. L’avoir ou ne pas l’avoir est la question clé de l’Œdipe. Donc, pour la féministe que je suis, cette théorie n’est pas tout à fait satisfaisante.

22Il a fallu l’introduction de la jouissance féminine dans l’enseignement de Lacan pour que je puisse considérer la psychanalyse comme une théorie qui va au-delà du phallus.

23De la même manière, les homosexuels se sont révoltés contre le Complexe d’Œdipe, dans la mesure où cette théorie les place du côté de la perversion. Classiquement, le problème homosexuel était la négation de la castration de la mère, qui se traduisait par des termes comme mère phallique ou vagin denté. Autrement dit, la mère comme castratrice du père, qui s’oriente plutôt vers ses enfants que vers son mari. Donc, il s’agirait pour le sujet d’un rapport profond et perpétuel à sa mère, qui dans le couple parental à une fonction directrice, éminente…etc.

  • 5 Sigmund Freud, Un souvenir d’enfance de Léonard de Vinci (1910), Paris, Seuil/Points, coll. Essais, (...)

Reprenons le propos de Freud dans « Un souvenir d’enfance de Léonard de Vinci » : « Chez tous nos hommes homosexuels il y a eu dans la prime enfance oubliée plus tard par l’individu un lien érotique très intense avec une personne de sexe féminin, en règle générale la mère, suscité ou favorisé par la tendresse excessive de la mère elle-même, conforté en outre par un retrait du père dans la vie de l’enfant. Sadger souligne que les mères de ses patients homosexuels étaient souvent des femmes masculines, avec des traits de caractère énergiques, capables de bousculer le père et de le chasser de sa position qui lui revient ; j’ai vu parfois la même chose, mais la plus forte impression m’a été donnée par les cas où le père était absent dès le début ou disparaissait prématurément, si bien que le jeune garçon était livré à l’influence féminine. On aurait ainsi quasiment l’impression que la présence d’un père fort assure au fils la bonne décision dans le choix d’objet en faveur du sexe opposé5 ».

24Encore une fois, il s’agit d’une théorie au masculin, où l’homosexualité féminine n’a pas d’intérêt dans le développement de ses postulats puisque de toutes les façons il s’agirait de la manifestation d’une hystérie accomplie. Certains analystes vont jusqu’à dire : « L’homosexualité féminine n’existe pas », donc elle n’est même pas considérée comme sujet d’étude.

25On voit bien pourquoi, l’auteure Gayle Rubin a pu dire à plusieurs reprises que la psychanalyse n’est qu’une « théorie féministe manquée », dans le sens où, malgré les efforts de Freud pour faire entendre que c’était le patriarcat qui rendait les femmes malades, lui-même était pris par le langage de son époque et il tenait des propos phallocentriques. Nous trouvons dans son texte « La morale sexuelle civilisée » un exemple de sa sensibilité envers la cause féminine quand il dit :

  • 6 Sigmund Freud, La morale sexuelle “civilisée”, in La vie sexuelle, Paris, PUF, 1908, p. 39.

« Il faut au contraire qu’une jeune fille soit en très bonne santé pour “supporter” le mariage. Le remède à la maladie nerveuse issue du mariage serait bien plutôt l’infidélité conjugale […] mais dans le conflit entre ses désirs et son sens du devoir, elle se réfugie une fois de plus dans la névrose. Rien ne protège aussi sûrement sa vertu que la maladie6 ».

26Néanmoins, les postfreudiens ont oublié par moments les fondements de la théorie psychanalytique et ils ont considéré l’homosexualité comme une pathologie, comme s’il s’agissait d’une phobie (évitement craintif des organes génitaux du sexe opposé). Le traitement analytique devait les soigner, en changeant son orientation sexuelle.

27Ce n’est qu’après l’introduction du terme de Jouissance dans l’enseignement de Lacan que la psychanalyse a pu sortir de ce discours moralisant et rétrograde dans lequel le Complexe d’Œdipe l’avait enfermé. La tentative pour donner une hiérarchie, une priorité ou un fondement à une pratique sexuelle parmi les autres est toujours un effort du discours du Maître, comme dirait Lacan. Il n’y a pas une façon de jouir harmonieuse, stable et naturelle. On ne peut pas adapter la jouissance ni la maîtriser.

28La jouissance dérange, elle est brutale et elle ne convient pas. Elle est prise dans la répétition et c’est bien pour cela que la psychanalyse continue à exister. Parler d’une sexualité perverse est très redondant, ce serait comme dire sexualité sexuée, dans le sens où, finalement, ce que la psychanalyse nous apprend est que toute sexualité est perverse.

Haut de page

Bibliographie

Freud Sigmund, La naissance de la psychanalyse : lettres à Wilhelm Fliess, notes et plans (1887-1902), Paris, PUF, 1956.

Trois essais sur la théorie sexuelle (1905-1925), Paris, Gallimard, coll. Folio / Essais, no6, 1989.

Un souvenir d’enfance de Léonard de Vinci (1910), Paris, Seuil/Points, coll. Essais, n°658, 2011.

« La Disparition du complexe d’Œdipe » (1923), La Vie sexuelle, Paris, PUF, coll. Bibliothèque de psychanalyse, 2002, p. 117-122.

« Sur la sexualité féminine » (1931), La Vie sexuelle, Paris, PUF, 1982, p. 139-155.

Lacan Jacques, « Les complexes familiaux » (1938), in Autres écrits, Paris, Seuil, Coll. Champ Freudien, 2001, p. 23-84.

Le Séminaire, livre I, Les Écrits techniques de Freud (1953-1954), texte établi par J.A. Miller, Paris, Seuil, coll. Champ Freudien, 1981.

Le Séminaire, livre IV, La relation d’objet (1956-1957), texte établi par J.-A. Miller, Paris, Seuil, coll. Champ Freudien, 1994.

Le Séminaire, livre V, Les formations de l’Inconscient (1957-1958), texte établi par J.-A. Miller, Paris, Seuil, coll. Champ Freudien, 1998.

Le Séminaire, livre XI, Les Quatre Concepts fondamentaux de la psychanalyse (1964), texte établi par J.-A. Miller, Paris, Seuil, coll. Champ Freudien, 1973.

Le Séminaire, livre XX, Encore (1972-1973), texte établi par J.-A. Miller, Paris, Seuil, coll. Champ Freudien, 1975.

Rubin Gayle, «The Traffic in Women: Notes on the 'Political Economy' of Sex», in Rayna Reiter, ed., Toward an Anthropology of Women, New York, Monthly Review Press, 1975.

« Penser le sexe : pour une théorie radicale de la politique de la sexualité » (1984), Marché au sexe, Paris, EPEL, 2002.

Haut de page

Notes

1 Sigmund Freud, Conférences d’introduction à la psychanalyse, 1916-1917, Paris, Gallimard, “Vingtième conférence, la vie sexuelle humaine”, 1999, p. 385-405.

2 Ibidem.

3 Jacques Lacan, Le séminaire, livre XI, Les quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse (1964), Paris, Seuil, 1973, p. 114.

4 Jacques Lacan, Le Séminaire, livre I, Les Écrits techniques de Freud (1953-1954), Paris, Seuil, 1981, p. 159-160.

5 Sigmund Freud, Un souvenir d’enfance de Léonard de Vinci (1910), Paris, Seuil/Points, coll. Essais, n°658, 2011, p. 97.

6 Sigmund Freud, La morale sexuelle “civilisée”, in La vie sexuelle, Paris, PUF, 1908, p. 39.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mari Paz Rodríguez Diéguez, « La psychanalyse, est-elle homophobe? », Criminocorpus [En ligne], Sujets déviants, sujets pervers. Pathologie mentale, sexualité et expérience de l'autre, Communications, mis en ligne le 16 février 2017, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/3439

Haut de page

Auteur

Mari Paz Rodríguez Diéguez

Maria Paz Rodriguez (Univ. Paris 8-Hôpital Ville-Evrard) est psychanalyste à Paris et psychologue clinicienne au sein de l’EPS de Ville Evrard. Docteur en psychanalyse par l’Université de Paris 8, elle a soutenu sa thèse en janvier 2015, intitulée “De l’énigme au paradigme: la psychanalyse n’est pas homophobe”. Actuellement elle est formatrice pour les équipes soignantes aux hôpitaux psychiatriques.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page