Navigation – Plan du site
Communications

Performer un mauvais genre : la demi-mondaine au XIXe siècle

Lola González Quijano

Résumés

Alors que le désir sexuel masculin est essentialisé et normalisé, se développe au cours du XIXe siècle tout un discours sur les prostituées qui va de la caricature méprisante à la pathologisation. La demi-mondaine, dont la définition oscille donc entre la prostituée de luxe et la maîtresse richement entretenue, échappe partiellement à ces représentations stigmatisantes. Elle constitue même, à partir de la Monarchie de Juillet, une figure érotique incontournable de la production littéraire, théâtrale et picturale des plaisirs de Paris. Afin de mettre en lumière le rôle des pratiques dans l’élaboration de la subjectivité des individus, cet article analyse les éléments qui caractérisent la demi-mondaine et favorisent l’ascension sociale des individus au sein de la hiérarchie vénale. La façon dont les demi-mondaines se doivent de performer un « mauvais genre » féminin pour exercer leur activité est ensuite mis en perspective avec l’écriture autobiographique que certaines mènent à la fin de leur vie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Alain Corbin, Les Filles de noce. Misère sexuelle et prostitution au XIXe siècle, Paris, Aubier, 19 (...)
  • 2 Alexandre Parent-Duchâtelet, De la prostitution dans la ville de Paris, considérée sous le rapport (...)
  • 3 En dehors de l’ouvrage majeur de Parent-Duchâtelet, citons F.-F.-A Béraud, Les Filles publiques de (...)
  • 4 Cesare Lombroso, Guglielmo Ferrare, La Femme criminelle et la Prostituée, Paris, F. Alcan, 1896 ; P (...)

1Les formes prises par la prostitution parisienne au XIXe siècle sont révélatrices des ambivalences de la société française vis-à-vis de l’amour vénal. Ainsi, le système réglementariste, théorisé par Alexandre Parent-Duchâtelet et diffusé en Europe sous le nom de « système français », se met en place à Paris dès la première moitié du XIXe siècle. Sous-tendu par l’idée que la prostitution est un mal nécessaire et inévitable, il est caractérisé par l’inscription des prostituées auprès de la Préfecture de police de Paris, l’existence de bordels officiels, « les maisons de tolérance », et l’obligation pour les filles publiques de se soumettre à des visites médicales régulières1. Les partisans du système réglementariste considèrent les prostituées comme aussi inévitables dans une agglomération d’hommes que « les égouts, les voiries et les dépôts d’immondices2 » et justifient l’instauration des maisons de tolérance par la nécessité pour les hommes de pouvoir satisfaire leurs besoins génésiques le plus rapidement et le plus sainement possible. Tandis que le désir sexuel masculin est essentialisé et normalisé, se développe tout un discours sur les prostituées qui va de la caricature méprisante à la pathologisation, des ouvrages hygiénistes du début du siècle3 à la criminologie de la Belle Époque4.

  • 5 Lola Gonzalez-Quijano, Capitale de l’amour. Filles et lieux de plaisirs à Paris au XIXe siècle, Par (...)
  • 6 Le Demi-monde, pièce crée au Théâtre du Gymnase le 20 mars 1855.
  • 7 Alexandre Dumas fils, Théâtre complet avec préfaces inédites, tome 2, Paris, Calmann Lévy, 1898, p. (...)
  • 8 Le Trésor de la langue française précise notamment que la définition qu’en donne Alexandre Dumas fi (...)

2Dans le même temps, se développe au Palais-Royal puis sur les Grands Boulevards, une prostitution clandestine et bourgeoise qui associe les plaisirs de la chair et de l’amour vénal à ceux de la ville et qui, dans la seconde moitié du XIXe siècle, va contribuer à faire de Paris la capitale d’un tourisme sexuel international5. À cette vie parisienne faite de plaisirs, de loisirs et de consommation sont associées différentes figures de femmes vénales – lorettes, soupeuses, célébrités chorégraphiques, cocottes – regroupées dans cet article sous la forme générique de « demi-mondaines ». L’expression de demi-monde est inventée par Alexandre Dumas fils en 18546 en référence au « monde » ou au « grand monde » parisien pour désigner « la classe des déclassées » : « ce monde commence où l’épouse légale finit, et il finit où l’épouse vénale commence, il est séparé des honnêtes femmes par le scandale public, des courtisanes par l’argent7. » Néanmoins, le terme remporte un très vif succès et très vite sert à qualifier « l’ensemble des femmes entretenues, des gens équivoques dans la mouvance de la vie mondaine8 ».

  • 9 Charles Bernhehim, Figures of Ill Repute: Representing Prostitution in Nineteenth-Century France, D (...)

3La demi-mondaine, dont la définition oscille donc entre la prostituée de luxe et la maîtresse richement entretenue, échappe partiellement aux représentations stigmatisantes de la prostituée telles qu’elles sont forgées au XIXe siècle. Elle constitue même, à partir de la Monarchie de Juillet, une figure érotique incontournable de la production littéraire, théâtrale et picturale des plaisirs de Paris9. Afin de mettre en lumière le rôle des pratiques, et des modèles sexuels qu’elles sous-tendent, dans l’élaboration de la subjectivité des individus, la première partie de cet article entend montrer comment les demi-mondaines se doivent de performer un « mauvais genre » féminin pour exercer leur activité pour ensuite analyser comment ces dernières racontent, voire justifient, leur vie à la fin de leur carrière.

Être et paraître demi-mondaine

  • 10 Jonathan Katz, L’Invention de l’hétérosexualité, Paris, EPEL, 2001 ; Louis-Georges, L’Invention de (...)
  • 11 Sarah Maza, The Myth of the French Bourgeoisie: an Essay on the Social Imaginary, 1750-1850, Cambri (...)

4Alors que des auteurs comme Jonathan Katz ou Louis Georges Tin insistent sur l’émergence au XIXe siècle de la bicatégorisation hétérosexualité/homosexualité pour penser la sexualité10, mes travaux sur la prostitution considèrent les distinctions entre « bonne » et « mauvaise » hétérosexualité, entre hétérosexualité « mauvais genre » et hétérosexualité « respectable » comme participant bien davantage à la stratification des espaces sociaux et géographiques, et surtout que l’invention des formes prises par l’hétérosexualité moderne est indissociable de l’essor de la bourgeoisie. Si l’existence même de cette dernière, notamment d’un point de vue socio-économique, a été remise en cause pour la période 1750-185011, il semble en effet possible d'affirmer que, sur le plan du genre, des sexualités et des rapports entre hommes et femmes, il existe une culture hétérosexuelle bourgeoise ; que cette culture n’est ni innée, ni apparue ex-nihilo mais qu’elle se construit et s’élabore tout au long du XIXe siècle à travers un jeu de définitions, d’oppositions et de rivalités, notamment politiques, vis-à-vis de ces deux autres groupes sociaux – dont la définition objective est toute aussi problématique – que sont l’aristocratie et le peuple.

  • 12 Anne Martin-Fugier, La Bourgeoise : femme au temps de Paul Bourget, Paris, Éditions Grasset et Fasq (...)
  • 13 Alice Primi, Femmes de progrès : Françaises et Allemandes engagées dans leur siècle (1848-1870), Re (...)
  • 14 Alain Corbin (dir.), L’Avènement des loisirs (1850-1960), Paris, Aubier, 1995 ; Jean-Pierre Roux, J (...)

5Alors que les modèles aristocratique ou bourgeois d’hétérosexualité accordent tous deux une importance centrale mais divergente à la femme mariée et à son rôle de maîtresse de maison et de « gestionnaire » des sociabilités du couple et de la famille12, le succès des demi-mondaines ne cessent de croître durant la seconde moitié du XIXe siècle. En effet, la très forte division sexuée de l’espace et des rôles diffusée par la morale bourgeoise après la Révolution de 184813 conjuguée aux évolutions qui touchent le domaine des loisirs et de la consommation14 a considérablement transformé les plaisirs de la ville. Si une partie des sociabilités continue de se jouer autour des salons et des jours de réception organisés par les femmes, les hommes se retrouvent de plus en plus souvent entre eux et hors domicile. Cercles et clubs sont des espaces exclusivement masculins mais sorties au théâtre, au bal ou au restaurant ainsi que certaines soirées privées sont très souvent mixtes. Les formes de sociabilité et d’homosocialité masculine qui s’y exercent s’accompagnent désormais de la fréquentation de femmes du demi-monde et non plus de celle des femmes de la bonne société.

  • 15 Lola Gonzalez-Quijano, Filles publiques et femmes galantes. Des sexualités légitimes et illégitimes (...)

6L’émergence de l’archétype de la demi-mondaine est donc à lire comme le produit des nouvelles images de « la femme » vertueuse ou vénale qui apparaissent au XIXe siècle et de la dichotomie croissante dans l’imaginaire social entre sexualité de reproduction et de plaisir15.

  • 16 Gabrielle Houbre, Le Livre des courtisanes : archives secrètes de la police des mœurs (1861-1876), (...)

7Malgré la grande diversité de leurs parcours biographiques et matrimoniaux lors de leur entrée dans le monde de la galanterie (célibataire, veuve, mariée, séparée)16, les demi-mondaines se doivent de jouer les femmes affranchies du joug du mariage. Elles faisaient bien entendu commerce de leur corps mais aussi de toute leur personne dans la mesure où c’étaient leur réputation et leur image qui assuraient l’essentiel de leur valeur marchande. Elles savaient se vendre et performaient dans cette optique une sexualité ou plutôt une féminité « mauvais genre » sur différents plans.

  • 17 Virginia Rounding, Les Grandes Horizontales : vies et légendes de quatre courtisanes du XIXe siècle(...)

8Ce qui distingue tout d’abord la demi-mondaine de la simple fille publique ce n’est pas le fait de se prostituer c’est son mode de vie. Il fallait participer à la vie mondaine parisienne : apparaître aux premières du théâtre, aux grandes courses hippiques, fréquenter les établissements les plus prestigieux de la vie parisienne (soupers dans les grands restaurants du boulevard, bals au jardin Mabille ou au Casino), donner des réceptions dans son hôtel particulier ou son appartement somptueux, etc. La célébrité des courtisanes se construisait autour du luxe et des dépenses « insensées » que faisaient pour elles leurs amants prestigieux17. Les grandes demi-mondaines de l’époque, les Cora Pearl, les Liane de Pougy ou les Jeanne de Tourbey étaient pour les têtes couronnées européennes qu’elles firent tourner.

9Ces relations n’étaient un mystère pour personne et au contraire largement médiatisées, à défaut d’être officialisées. Un client devenait ainsi le protecteur officiel, statut qui n’impliquait pas forcément une réciprocité de sentiments mais qui conférait une aura et une réputation certaines dans le monde parisien. Valtesse de la Bigne lança par exemple sa carrière en tirant notamment profit d’une nuit passée avec Napoléon III (sans que l’on puisse affirmer que cette nuit eut réellement lieu). L’événement peut sembler anodin au lecteur d’aujourd’hui, mais sous le Second Empire, la faveur de l’empereur et, dans une moindre mesure, celle du prince Jérôme Bonaparte, assuraient un éclat et une publicité, incomparable à la femme choisie. Anna Deslions, Marguerite Bellanger, Jeanne de Tourbey, Gioja leur doivent en grande partie leur réputation et leur carrière. Il s’agit pour elles de trouver des clients qui soient non seulement capables de dépenser des sommes folles mais surtout de faire parler de leurs amantes et d’ainsi accroître leur réputation sur le marché.

  • 18 Gabrielle Houbre, Le Livre des courtisanes, op. cit., p. 195.

10En effet, une grande partie des demi-mondaines et des actrices célèbres n’ont des amants célèbres que pour les autres. Maîtresses soi-disant richement entretenues, elles fréquentent les maisons de rendez-vous pour pallier des besoins d’argent pressants ou plus largement pour faire face à des endettements chroniques, sinon constants. Certaines parviennent ainsi à gagner presque toute leur fortune ou s’assurent l’indépendance économique qu’elles ne pourraient obtenir avec un unique protecteur ; parfois même cette situation leur permet de cumuler ces deux avantages. Valtesse de la Bigne entretint toute sa vie un épais mystère autour de l’identité de ses amants, à l’exception des plus prestigieux. On peut le comprendre : au vu des sources consultées et de sa biographie, elle semble avoir gagné sa fortune en additionnant les faveurs anonymes plutôt qu’en acceptant les seules grâces de quelques riches protecteurs. C’est ainsi qu’apparemment elle put s’offrir elle-même sa villa de Ville-d’Avray en 1875, et peut-être même son hôtel du boulevard Malesherbes, malgré les rumeurs qui en font un cadeau du prince Sagan. Sarah Bernhardt, elle aussi, cumulait protecteurs affichés et passes tarifées au moment où elle fit édifier son hôtel particulier de l’avenue de Villiers pour 500 000 francs-or18.

  • 19 Sculpteur et diplomate espagnol (1873-1923), il devient l’amant de Cléo de Mérode vers 1906. Leur r (...)
  • 20 Odile Nouvel-Kammerer (dir.), L'Extraordinaire hôtel Païva, Paris, Les Arts Décoratifs, 2015.
  • 21 Victor Champier, L’Hôtel Païva, impr. de G. Gounouilhou, 1902.
  • 22 André Rouillé, L’Empire de la photographie : photographie et pouvoir bourgeois (1839-1870), Paris, (...)

11Les demi-mondaines ont une place spécifique dans la production artistique de l’époque. Loin de se faire uniquement portraiturer ou sculpter par leurs amants – Cléo de Mérode et Luis de Périnat19, Valtesse et Henri Gervex, Méry Laurent et Édouard Manet –, elles ont souvent commandité et encouragé la production de leur image. L’hôtel de la Païva peut être vu comme le paroxysme de ce phénomène. Sa construction et son aménagement, d’une durée de plus de dix ans ont été étroitement suivis par sa propriétaire qui choisit chaque artiste et chaque artisan en concertation avec son architecte20. Symbole de son éclatante réussite sociale, plus que de la richesse de son compagnon (puis mari), il est à la fois écrin et monument à la gloire de la courtisane qu’elle fut. Elle aurait d’ailleurs servi de modèle à certaines des statues exposées dans l’hôtel et à la figure de la Nuit du plafond peint par Baudry au-dessus du grand salon21. À cette époque, aucune autre courtisane ne pouvait déployer un tel faste. Mais beaucoup se faisaient faire leur portrait auprès de talents reconnus et/ou à des portraitistes mondains. Giovanni Boldini peignit ainsi Cléo de Mérode, Sarah Bernhardt, Lina Cavalieri, Réjane, etc. À l’époque, faire faire son portrait, ou son buste, s’apparentait à un acte d’apparat, de reconnaissance sociale qui n’était pas propre aux femmes galantes22. Mais chez elles, il accompagnait une publicisation de leur image indissociable de leur métier. Leur carrière profitant d’ailleurs souvent plus des scandales et des polémiques agitant le monde des arts et des lettres que de la qualité des œuvres produites. La Femme piquée par un serpent de Jean-Baptiste Clésinger moulée d’après Apollonie Sabatier fit scandale au Salon de 1848, tout comme La Danseuse d’Alexandre Falguière au Salon de 1896, dont Cléo de Mérode prétendait n’avoir posé que pour la tête. Deux œuvres qui firent polémique à propos du travail de leurs auteurs (accusés d’avoir travaillé à partir de moulages sur nature), de l’identification de leurs modèles et des représentations du nu féminin. Pour devenir une demi-mondaine connue, il faut donc exposer son anatomie et si possible faire scandale en posant pour une œuvre d’art, en montant sur scène, en alimentant les rubriques de la presse mondaine, etc.

  • 23 Walter Benjamin, L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique, Paris, Gallimard, 2000.
  • 24 Henri Audigier, La Patrie, 7 octobre 1860, cité par Gabrielle Houbre, Le Livre des courtisanes, op. (...)

12L’essor de la photographie et de sa commercialisation est inséparable de la reproduction des portraits des grandes courtisanes et actrices. Pour des raisons de moralité qui font s’entrecroiser les problèmes du commerce de l’image à l’heure de sa reproductibilité mécanique23 et celui des représentations de la femme, elles étaient les figures féminines les plus diffusées. Préjugés moraux qui transparaissent bien dans cette tirade d’Henri Audigier, chroniqueur à La Patrie : « Passe pour ces demoiselles qui se font croquer sous les costumes les plus incomplets et dans les attitudes les plus … pittoresques. […] Mais si j’avais l’honneur d’être le mari de telle femme estimable et charmante, dont le portrait est en vente, il me répugnerait de penser que ce portrait peut tomber dans certaines mains et être affiché dans certaines collections […] Pour un franc cinquante, le premier gandin qui passe sur le boulevard peut acquérir en photographie la plus jolie, la plus noble, la plus vertueuse femme de Paris24. » Les portraits de courtisanes garnissaient les vitrines des photographes, les rayons des marchands de journaux et des magasins de curiosités, les registres des maisons de rendez-vous et parfois les tiroirs des jeunes hommes. La très grande majorité de ces photographies n’étaient pas pornographiques. Leur érotisme tenait au déshabillé ou à l’exotisme des costumes, à l’originalité des postures et des mises en scène, à la beauté de la plastique ou des traits, mais surtout à l’aura « sulfureuse » des modèles.

  • 25 Cité par Yolaine de la Bigne, Valtesse de la Bigne ou le pouvoir de la volupté, Paris, Perrin, 1999 (...)
  • 26 Roberto Polo, « Édouard Lièvre, un créateur des arts décoratifs au XIXe siècle », L’Estampille-L’Ob (...)

13Compte-tenu de la dichotomie du siècle entre sexualité de reproduction et sexualité de plaisir, il s’agit donc pour les demi-mondaines d’incarner une figure de femme non-respectable et par là même fatale, et de représenter en quelque sorte l’antithèse de la femme bourgeoise, et pas seulement au lit. Bien sûr, l’acte sexuel revêtait une importance capitale, visible dans les soins apportés au choix de la literie et à la décoration de la chambre à coucher. Les lits de courtisanes étaient des monuments à la gloire de l’amour. La description de celui de Nana est d’ailleurs l’un des points d’orgue du roman d’Émile Zola, destinée à montrer sa toute-puissance. Celui de la Dame aux Camélias est décrit par Alexandre Dumas fils comme « un magnifique lit Boulle posé sur une estrade, avec des cariatides de dix pouces à chaque pied, représentant des faunes et des Baccantes. Les colonnes plates de ce lit sont surmontées d’aiguières entrelacées de vignes au milieu desquelles jouent des amours25 ». Le lit des courtisanes était un outil de travail tout autant qu’un meuble de parade élevé à la glorification de sa propriétaire. Ce qui explique que Valtesse de la Bigne dépense une cinquantaine de mille francs pour la réalisation du sien. Conçu par Édouard Lièvre, et encore visible au musée des Arts décoratifs, il est bâti en bois et en bronze doré. Décoré d’amours et de faunes grimaçants, un blason portant la lettre V surmontée d’une couronne marque la prétendue noblesse de la courtisane tandis que la balustrade est garnie de cassolettes enflammées, symboles des fièvres amoureuses26.

  • 27 D’après Gustave Claudin, elle aurait introduit en France le maquillage contemporain, et recevait de (...)

14Les caractéristiques attribuées à la demi-mondaine sont en tout point opposées aux qualités de la bourgeoise, de la maîtresse de maison et de la mère dans une moindre mesure. Sur le plan vestimentaire, cette différence était flagrante, même si toutes les femmes ne se pliaient pas aux convenances vestimentaires bourgeoises. Ainsi, une femme « comme il faut » se devait de porter des vêtements et des accessoires sobres, commodes (selon les critères de l’époque) aux teintes discrètes : des couleurs pastel par exemple plutôt que vives. Il fallait être convenablement habillée mais sans coquetterie, ni affectation. Cora Pearl se maquillait outrageusement27, se teignait les cheveux, était recouverte plutôt que couverte de bijoux, et il semblerait même qu’elle ait pu teindre son chien en bleu pour l’assortir à une de ses robes. Les femmes galantes se faisaient remarquer par la coupe originale et/ou les couleurs éclatantes de leurs vêtements, de leur chapeau et de leurs accessoires ainsi que par leur usage du maquillage.

  • 28 Zed (pseud d’Albert De Maugny), Le Demi-Monde sous le Second Empire : souvenirs d’un sybarite, Pari (...)

15Elles étaient également connues et réputées pour leur extravagance et leur caractère fantasque. Objets de prestige et de luxe, elles étaient, pour leurs clients et admirateurs, des marqueurs de réussite sociale. Le portrait que le comte Albert de Maugny fait des dix ou douze courtisanes de marque qui mettaient Paris sens dessus dessous est révélateur de ce que l’on attendait d’elles : « Chez elles, pas la moindre préoccupation de l’avenir, pas l’ombre d’envie de se faire des rentes, d’épargner pour leurs vieux jours. Elles n’y pensent même pas. Elles croquent des fortunes sans y prendre garde, elles gaspillent, avec désinvolture et insouciance, l’or qu’on leur jette à pleines mains et, en véritables et grandes courtisanes qu’elles sont, la dèche ne les effraie ni ne les abat. La médiocrité seule, l’existence bourgeoise leur ferait horreur28. » Les grandes horizontales se devaient d’être frivoles, dépensières et capricieuses : se faire servir entièrement nue sur un lit de violettes comme plat à ses invités (Cora Pearl) ; danser le chahut sur un parterre d’orchidées hors de prix (toujours Cora Pearl) ; dormir dans un cercueil (Sarah Bernhardt) ; avoir une parure de nuit à plus de deux mille francs pour chacun de ses amants, dans la couleur qu’il aime (Anna Deslions), etc.

  • 29 Marie Colombier, Mémoires, 3 vol., Paris, Ernest Flammarion, 1898-1900, tome 1, p. 152.
  • 30 Zed, Le Demi-Monde, op. cit., p. 9.

16De façon générique, ces excentricités creusent le fossé entre courtisanes et femmes honnêtes. Mais elles participent aussi à la carrière de chaque courtisane, qui vend ainsi tant son image que sa singularité. La beauté, le charme ou l’intelligence ne suffisent pas à devenir demi-mondaine. C’est sa réputation et sa célébrité qui assurent aux courtisanes leur valeur marchande. Certaines assumaient d’ailleurs complètement leur métier. Marie Colombier relate cette anecdote dans ses Mémoires à propos d’Esther Guimond : « À la descente du bateau à Naples, comme on examinait son passeport, on lui demanda sa profession : “rentière”. Les douaniers, ne comprenant pas, lui firent répéter. Alors, impatiente : “Courtisane, s’exclama-t-elle, et retenez-le bien pour le dire à l’Anglais qui est là-bas”29 ». De nombreuses autobiographies évoquent Giulia Barucci qui n’hésitait pas à proclamer fréquemment : « Je souis la Vénous de Milo ! Je souis la première p... [pute] dé Paris30 ! » Le succès des demi-mondaines du XIXe siècle dont certains noms évoquent encore aujourd’hui sensualité, érotisme et richesse, tient donc largement au modelage de leur conduite sur les canons féminins de l’époque. Le demi-monde, celui merveilleux et galant d’une partie de la littérature romanesque et panoramique, est une invention, un imaginaire masculin vendu par des femmes.

Se justifier par l’écriture

  • 31 Céleste Mogador, Adieux au monde, Paris, Locard-Davi et De Vresse, 4 vol., 1854.
  • 32 Céleste Mogador, Mémoires de Céleste Mogador, Paris, Librairie Nouvelle, 1858.
  • 33 Mémoires d’une honnête fille, Paris, A. Faure, 1865. Il semblerait que l’ouvrage puisse être attrib (...)
  • 34 Comtesse de Chabrillan, Un Deuil au bout du monde : suite des Mémoires de Céleste Mogador, Paris, L (...)

17Afin de comprendre comment cette performance du mauvais genre a pu influencé la subjectivité des femmes qui furent demi-mondaines au XIXe siècle, il semblait intéressant d’analyser la façon dont certaines ont pu narrer leur vie à la fin de leur carrière. Ce travail s’appuie sur un corpus d’une vingtaine de mémoires et de livres autobiographiques parus entre 1854 pour les mémoires de Céleste Mogador (1824-1909) et 1955 pour celles de Cléo de Mérode (1875-1966). Le point commun de toutes ces auteures, c’est leur célébrité. Célébrité qui est la raison implicite de leurs écrits – tant de leur point de vue personnel que de celui de leur éditeur. Adieux au monde, les Mémoires de Céleste Mogador paraissent pour la première fois en 185431. Ils sont très rapidement condamnés à la destruction pour outrage aux bonnes mœurs – ce qui n’a généralement pour effet que d’attiser la curiosité des lecteurs et de faire monter les prix de la vente sous le manteau). Effectivement ils font l’objet d’une réédition à peine quatre ans après en 185832 puis d’une autre en 1876 chez le même éditeur. Mémoires qui font aussi l’objet d’un probable faux en 1865 chez un autre éditeur33 et d’une suite en 1876 avec Un deuil au bout du monde34.

  • 35 Sylvie Jouanny, L’Actrice et ses doubles : figures et représentations de la femme de spectacle à la (...)
  • 36 Polaire, Polaire par elle-même, Paris, Figuière, 1933.
  • 37 Eugénie Buffet, Ma vie, mes amours, mes aventures ; confidences recueillies par Maurice Hamel, Pari (...)

18La littérature romanesque que l’on pense à des personnages comme Nana, Rosanette, Coralie ou Esther de la Comédie humaine mais aussi la presse, et dans une moindre mesure la littérature panoramique, ont forgé tout au long du XIXe siècle des figures de courtisanes et d’actrices bien difficile à dépasser. Plus se développent les discours sur l’actrice et la courtisane, plus s’élabore un mythe, une image de plus en plus désincarnée et stéréotypée du personnage35. Les biographies de demi-mondaines et d’actrices qui prolifèrent à la fin du XIXe siècle sont à donc à lire en complément, en opposition en illustration à un discours qui leur préexiste. Les discours sur l’actrice et sur la prostituée forment donc implicitement un modèle, qu’il soit suivi ou transgressé. Face à cela, ce qui semble le plus frappant dans les productions autobiographiques d’actrices et de courtisanes consultés c’est moins leur façon de s’identifier ou de remettre en question ce modèle, ou de se positionner par rapport à leur activité que leur désir de pouvoir dire « je » et d’écrire leur vie. L’écriture autobiographique est pour ces femmes une réappropriation de leur histoire et de sa narration qui semble avoir été déterminant dans l’aboutissement des processus d’écriture et de publication. Ce dont certains titres des mémoires semblent parfaitement révélateurs comme Polaire par elle-même36 ou Ma vie, mes amours, mes aventures pour le livre d’Eugénie Buffet37.

  • 38 Philippe Lejeune, Le Pacte autobiographique, Paris, Le Seuil, 1975.
  • 39 Eugénie Buffet, op. cit., p. 7.

19Les auteures se présentent souvent comme porteuses ou plutôt détentrices d’une vérité dont l’authenticité est sans sensée être certifié par le vécu et sa transmission directe au lecteur38. Eugénie Buffet écrit ainsi à propos de son livre de souvenir : « J’ai obéi surtout à la volonté de ne pas mentir. Je me suis appliqué à retenir l’attention de mes lecteurs par le récit toujours exact d’une vie féconde en aventures et en incidents de toutes sortes. J’ai raconté, tels qu’ils se sont produits, des événements, la plupart sensationnels, auxquels j’ai été personnellement mêlée, et je n’ai pas hypocritement à l’instar de beaucoup d’autres, essayé de dissimuler certaines vérités, dans le but de conquérir les faveurs de ceux-ci ou de conserver l’admiration de ceux-là. Je n’ai pas hésité à soulever quelques voiles ou à donner le mot de quelques énigmes qui, sans moi, j’ose le dire, fussent sans doute, demeurées indéchiffrables39 ! »

  • 40 Fanny Lear, Le Roman d'une Américaine en Russie, accompagné de lettres originales, Paris, A. Lacroi (...)

20En écrivant, ces femmes donnent leur vision du demi-monde. Mais surtout elles relatent, justifient, expliquent une vie qui a déjà été largement commentée, et surtout par des hommes. Dans sa préface d’un Roman d’une Américaine en Russie, très largement autobiographique, Fanny Lear expose : « Mon intention est simplement de rétablir des faits dénaturés par des nouvellistes malveillants ou mal renseignés. Devenue, sans qu'il y ait eu intention ni faute de ma part, le point de mire de ces messieurs qui m'ont produite aux yeux de leurs lecteurs sous le jour le plus faux, – situation peu agréable à toute personne de mon sexe –, j'ai pensé qu'il serait tout aussi à propos de me mettre en pleine lumière, en ayant soin toutefois d'observer la décence et d'épargner le moindre désagrément au jeune homme qui fait l'objet de ce livre40. »

  • 41 Ghail Pheterson, Le Prisme de la prostitution, Paris, L’Harmattan, 2001.

21Ces publications ont en réalité les mêmes travers et les mêmes biais que d’autres autobiographies. Sous couvert d’authenticité, de vérité et de témoignages inédits, il s’agit avant tout de faire l’apologie de son auteure et de présenter celle-ci sous son meilleur jour. Il ne s’agit pas effectivement de dire la vérité mais de se raconter. Les grandes demi-mondaines de l’époque étaient de véritables icônes médiatiques aux carrières internationales. Si la plupart d’entre elles publièrent leurs mémoires sur le tard poussées notamment par le besoin d’argent, cela n’exclut pas un réel désir de donner leur version de l’histoire et notamment en ce qui concerne leur amours (monnayées ou non). Ce qui amène à la dualité et à l’ambiguïté originelle de ces mémoires : à savoir que leurs auteurs tirent leur célébrité, leur succès et leur richesse de leur activité prostitutionnelle et c’est ce qui attire une bonne partie de leurs lecteurs, mais que cette activité prostitutionnelle est dans le même temps extrêmement dévalorisée et stigmatisante pour les femmes qui l’exercent41. Dans ces conditions, comment raconter la prostitution ?

  • 42 Sarah Bernhardt, Ma double vie, Paris, E. Fasquelle, 1907.
  • 43 Céleste Mogador, Les Mémoires de Céleste Mogador, Paris, Librairie Nouvelle, 1859, p. I et III.

22La première narration possible est celle du silence d’outre-tombe sur ses activités prostitutionnelles. Parmi les auteures consultées, seule Sarah Bernhardt s’y risque avec un aplomb sans faille ; mais il faut dire que sa position de « monstre sacré » pour reprendre l’expression de Cocteau, le lui permet. Ainsi, la première fois qu’elle parle de son fils naturel – Maurice Bernhardt, issu d’une liaison avec le prince Henri de Lignes –, dans Ma double vie42, il a deux ans. Pour les autres, qui ne peuvent ou ne veulent cacher complètement la façon dont elles se sont enrichies, la tâche est plus ardue. Certaines prennent des précautions dès la préface ou l’avant-propos de leur livre en faisant la distinction entre la narration de leur vie et une possible apologie de la prostitution, en soulignant que leur vie mérite d’être racontée mais ne doit en aucun cas servir d’exemple. À ce titre, la préface de Céleste Mogador est particulièrement savoureuse : « Lorsque j’ai écrit ces mémoires en 1852, j’ignorais ce que l’avenir me réservait ; qui aurait pu s’en douter ? Ce n’était point une idée impudente qui me les dictait, ce n’était point une provocation, un outrage à la moralité publique, comme on a cherché à le faire croire […] Je ne voulais pas exciter de pauvres créatures à suivre mon exemple, à marcher sur mes traces ; je voulais leur montrer les écueils de ce genre de vie, leur prouver qu’une honnête fille, respectée dans sa misère, est plus heureuses que ces réprouvées auxquelles il ne reste pour l’avenir que le mépris et l’abandon43. »

  • 44 Eugénie Buffet, op. cit., p. 33.

23Ces bonnes intentions une fois énoncées, elles sont cependant vite oubliées au profit de descriptions acritiques des joies et des plaisirs du demi-monde : soupers dans les plus grands restaurants parisiens galants, soirées au théâtre ou au bals, bijoux, robes et réceptions splendides, voyages merveilleux, amants princiers, etc. Ainsi Eugénie Buffet ne relate de ses premières années parisiennes que la vie « ouatée et légère » que lui faisait le comte : « quelles distractions charmantes et de tous les instants il me procurait : le matin, j’étais, aux bois, une amazone accomplie ; l’après-midi je conduisais une charrette anglaise et un amour de petit poney ; le soir je brillais et j’extravaguais, à des dîners somptueux, où toutes la bande des pschuteux, des aristos, et des théâtreux, se retrouvait ! et c’était la griserie des courses, les salles de jeux, et le Jardin de Paris, où après les repas du soir, toutes les jolies femmes de mon temps se donnaient rendez-vous44. » La plupart des auteures ne parlent jamais de prix ou de tarifs concernant leurs amours. Les Mémoires font ainsi vivre un monde de dons, de cadeaux et de présents offerts par des amants amoureux, généreux et toujours désintéressés. Les représentations du demi-monde et les trajectoires féminines qui émergent de ces mémoires semblent peu aptes à dissuader les ouvrières « honnêtes mais pauvres » du bien-fondé de leur vertu. Le récit-type de ces Mémoires est ainsi celui du succès, d’une ascension sociale parfois vertigineuse. S’il suit l’ordre du temps, il est avant tout la narration d’une réussite qui mène l’auteure d’une naissance obscure à un sommet qu’elle estime avoir atteint et à une réussite qui mérite d’être racontée.

  • 45 Yvette Guilbert, La Chanson de ma vie : mes mémoires, Paris, Éditions Grasset, 1927.
  • 46 Jean-Michel Chaumont, Le Mythe de la traite des blanches : enquête sur la fabrication d’un fléau, P (...)
  • 47 Cora Pearl, Mémoires, op. cit.
  • 48 Céleste Mogador, Mémoires, op. cit.

24Toutes ou presque relatent des enfances/adolescences difficiles avec et/ou des problèmes familiaux (beau-père violent, parents absents, morts, disparus), des problèmes économiques (chômage, « arrêt maladie », salaire de misère, etc.)45. Sans chercher à discuter la véracité de leurs propos, la narration de ce passé peut servir deux objectifs. D’une part, mettre en avant la singularité de l’auteur et l’exception de son parcours. Justifier d’autre part, le recours à la prostitution/aux relations tarifées ou du moins à l’insérer dans une structure narrative qui fait sens pour les lecteurs de l’époque, celle de la nécessité économique ou de la violence subie. Il est de toute façon moralement impossible pour ces femmes d’écrire que la prostitution a pu être un choix parmi d’autres. Il s’agit en quelque sorte d’une ligne rouge à ne pas franchir si l’on veut rester une femme galante respectable, surtout dans le contexte médiatique de la fin du XIXe siècle où la presse fait ses choux gras d’histoire de prostitution forcée et de traite des blanches46. Cette tension entre ce qui peut être dit, ce qu’elles ont envie de dire et ce qui s’est passé amène à des récits équivoques pour ne pas dire invraisemblables. Cora Pearl raconte qu’un dimanche exceptionnellement elle se rendit seule à l’église et que c’est sur le retour qu’un homme lui promettant des bonbons, l’amena boire du gin dans une taverne puis la viola et que de honte, elle ne retourna jamais chez elle47. Céleste Mogador rapporte qu’après avoir fui les attouchements de son « beau-père », elle fut recueillie par une prostituée au grand cœur. Arrêtée par erreur en compagnie de celle-ci, elle passe quelques temps à la prison hôpital de Saint-Lazare pour prostitution clandestine ; mais c’est une tragique erreur puisque ce n’est qu’à sa sortie qu’elle entre vierge dans un bordel sans savoir réellement ce qu’elle aura à y faire48.

  • 49 Marie Colombier, Mémoires, Paris, Flammarion, 1898, tome 1, p. 146.

25Dans ces récits, on a l’impression de passer directement de la misère et du malheur originel au succès et à la reconnaissance. Leurs auteurs ayant tendance à raccourcir ou à passer sous silence leurs moments de « vache maigre », les périodes où elles n’étaient que des femmes galantes ou des actrices anonymes. Les auteurs se positionnent également par rapport à leurs paires sur le plan moral. Tout en voulant montrer que les hommes sont capables de tous les cadeaux et de toutes les folies pour elles, les auteurs nient toute « vénalité excessive » comme d’avoir causé la ruine définitive de leurs amants ou d’avoir profité de la jeunesse, de l’inexpérience et de la minorité de certains. Dans ses mémoires, Marie Colombier dénonce la façon dont elle a été traitée par la presse lorsqu’elle quitte Charles de Bériot pour Henri Leroy et récuse toute vénalité dans cette affaire : « ce furent des scènes de rupture, suivies de réconciliations : les journaux s’en emparèrent, commentèrent les faits, créèrent la légende d’une femme sans cœur et dépensière qui, après avoir ruiné son amant, l’abandonnait ; les pertes que Charles avait faites à la Bourse ne comptaient plus ; on oubliait la vie large et facile qu’il avait menée, mangeant à même un patrimoine très modeste49. »

  • 50 Lola Gonzalez-Quijano, Capitale de l’amour, op. cit. et Gabrielle Houbre, Le Livre des courtisanes, (...)
  • 51 Christian Corvisier, Cléo de Mérode et la photographie : la première icône moderne, Paris, Éditions (...)
  • 52 Cléo de Mérode, Le Ballet de ma vie, cité par Christian Corvisier, op. cit., p. 49-50.

26Ces mémoires ne font pas que souligner l’exceptionnalité et la singularité de leur auteure, elles situent celle-ci dans un monde de princes charmants et de luxe facile complètement factice. En effet, toutes nos auteures passent sous silence le fait qu’en réalité les célébrités galantes de l’époque gagnent l’essentiel de leurs revenus en faisant des passes tarifées dans des maisons de rendez-vous ou en rencontrant des messieurs anonymes par le biais de proxénètes50. Elles ont tout intérêt à garder le silence sur cette réalité. Dans bien des cas, la publication de Mémoires semble donc avoir été la touche finale, la dernière pierre d’un personnage savamment créé tout au long d’une vie, dont les auteures évoquées donnent parfois l’impression de rester prisonnières, voire d’avoir été complètement aspirées par celui-ci à l’instar de Cléo de Mérode. Ainsi la photographie qu’elle a choisie pour illustrer ses Mémoires est peu différente des autres photographies produites au cours de sa carrière puisqu’à partir de 1893, elle impose une seule image d’elle-même, reproduite à l’infini51. Dans ses portraits, elle adopte, comme dans la vie, la coiffure à bandeaux. On ne verra plus ni ses oreilles, ni son sourire, ni ses taches de rousseur (ce qui est également le cas dans les tableaux ou sculptures pour lesquelles elle continue de poser). Si cette stratégie fixe et singularise définitivement Cléo de Mérode, elle se retourne aussi contre elle, contre la personne derrière le personnage : « Quand j’allais danser dans les grandes villes étrangères, ce que j’apercevais tout d’abord chez les marchands de journaux et aux librairies des gares, c’étaient des tourniquets remplis de cartes à mon effigie [...] Cela devenait une telle obsession que, souvent, je renonçais à sortir et préférais me confiner dans ma chambre d’hôtel52. »

27Les images de la courtisane qui circulent dans l’ensemble de la production littéraire et iconographique de la seconde moitié du XIXe siècle étaient en effet si fortes, si prégnantes et si chargées d’érotisme qu’elles façonnaient directement les pratiques prostitutionnelles. Les grandes courtisanes et demi-mondaines du XIXe siècle furent certainement des personnalités exceptionnelles et fascinantes mais cette fascination fonctionnait d’autant mieux que ces femmes la construisaient tout au long de leur carrière. Véritables icônes médiatiques, elles ont bâti des vies excessives, et souvent des vieillesses confortables, sur le fantasme de maîtresse aristocratique qui hantait l’imaginaire social : femme de rêve vivant dans son hôtel particulier ou son appartement somptueux aux frais d’un amant la couvrant également de présents et de bijoux. Face à cela, les mémoires évoqués semblent dans une tension permanente, entre un désir chez ses femmes de raconter leur vie et leur parcours de prostituée (même de luxe) telle qu’elles l’entendent et un besoin de se conformer aux nombreux topoi et stéréotypes de la littérature les concernant et qui furent dans leur carrière, le gage de leur succès.

Haut de page

Notes

1 Alain Corbin, Les Filles de noce. Misère sexuelle et prostitution au XIXe siècle, Paris, Aubier, 1978.

2 Alexandre Parent-Duchâtelet, De la prostitution dans la ville de Paris, considérée sous le rapport de la morale et de l’administration... : suivi d’un Précis hygiénique, statistique et administratif sur la prostitution dans les principales villes de l’Europe, par A.-J.-B. Parent-Duchâtelet … complété par des documents nouveaux et des notes par Adolphe Trébuchet, … et Poirat-Duval, 2 vol., Paris, J.-B. Baillière et fils, 1857, tome 2, p. 338.

3 En dehors de l’ouvrage majeur de Parent-Duchâtelet, citons F.-F.-A Béraud, Les Filles publiques de Paris et la police qui les régit, 2 vol., Paris, Desforges, 1839 ; Aimé Lucas, Les Dangers de la prostitution considérés sous le rapport de l’ordre public, de la morale et de l’administration, Paris, chez l’auteur, 3e édition, 1841.

4 Cesare Lombroso, Guglielmo Ferrare, La Femme criminelle et la Prostituée, Paris, F. Alcan, 1896 ; Pauline Tarnowski, Étude anthropométrique sur les prostituées et les voleuses, Paris, Progrès médical, 1889.

5 Lola Gonzalez-Quijano, Capitale de l’amour. Filles et lieux de plaisirs à Paris au XIXe siècle, Paris, Vendémiaire, 2015.

6 Le Demi-monde, pièce crée au Théâtre du Gymnase le 20 mars 1855.

7 Alexandre Dumas fils, Théâtre complet avec préfaces inédites, tome 2, Paris, Calmann Lévy, 1898, p. 11-12.

8 Le Trésor de la langue française précise notamment que la définition qu’en donne Alexandre Dumas fils, « la classe des déclassées » n’est pas fondée par l’usage.

9 Charles Bernhehim, Figures of Ill Repute: Representing Prostitution in Nineteenth-Century France, Durham, Duke University Press, 1989 ; Mireille Dottin-Orsini, Daniel Grojnowski, Un jolie monde. Romans de la prostitution, Paris, Laffont, 2008 ; Cogeval Guy (dir.), Splendeurs et misères. Images de la prostitution (1850-1910), catalogue de l’exposition, Paris, musée d’Orsay, Flammarion, 2015.

10 Jonathan Katz, L’Invention de l’hétérosexualité, Paris, EPEL, 2001 ; Louis-Georges, L’Invention de la culture hétérosexuelle, Paris, Autrement, 2008.

11 Sarah Maza, The Myth of the French Bourgeoisie: an Essay on the Social Imaginary, 1750-1850, Cambridge, Harvard University Press, 2003.

12 Anne Martin-Fugier, La Bourgeoise : femme au temps de Paul Bourget, Paris, Éditions Grasset et Fasquelle, 1983 ; Alice Bravard, Le Grand monde parisien (1900-1939). La persistance du modèle aristocratique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013.

13 Alice Primi, Femmes de progrès : Françaises et Allemandes engagées dans leur siècle (1848-1870), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010 ; Michèle Riot-Sarcey, La Démocratie à l’épreuve des femmes : trois figures critiques du pouvoir (1830-1848), Paris, Albin Michel, 1994 et Histoire du féminisme, Paris, La Découverte, 2002.

14 Alain Corbin (dir.), L’Avènement des loisirs (1850-1960), Paris, Aubier, 1995 ; Jean-Pierre Roux, Jean-François Sirinelli (dir.), La Culture de masse en France de la Belle Époque à aujourd’hui, Paris, Fayard, 2002 ; Marie-Emmanuelle Chessel, Histoire de la consommation, Paris, La Découverte, 2012.

15 Lola Gonzalez-Quijano, Filles publiques et femmes galantes. Des sexualités légitimes et illégitimes à l’intérieur des espaces sociaux et géographiques parisiens (1851-1914), thèse sous la direction de Maurizio Gribaudi et Renata Ago, EHESS, 2012

16 Gabrielle Houbre, Le Livre des courtisanes : archives secrètes de la police des mœurs (1861-1876), Paris, Tallendier, 2006.

17 Virginia Rounding, Les Grandes Horizontales : vies et légendes de quatre courtisanes du XIXe siècle, Paris, Éditions du Rocher, 2005.

18 Gabrielle Houbre, Le Livre des courtisanes, op. cit., p. 195.

19 Sculpteur et diplomate espagnol (1873-1923), il devient l’amant de Cléo de Mérode vers 1906. Leur relation se termine en 1919.

20 Odile Nouvel-Kammerer (dir.), L'Extraordinaire hôtel Païva, Paris, Les Arts Décoratifs, 2015.

21 Victor Champier, L’Hôtel Païva, impr. de G. Gounouilhou, 1902.

22 André Rouillé, L’Empire de la photographie : photographie et pouvoir bourgeois (1839-1870), Paris, Le Sycomore, 1982.

23 Walter Benjamin, L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique, Paris, Gallimard, 2000.

24 Henri Audigier, La Patrie, 7 octobre 1860, cité par Gabrielle Houbre, Le Livre des courtisanes, op. cit., p. 24.

25 Cité par Yolaine de la Bigne, Valtesse de la Bigne ou le pouvoir de la volupté, Paris, Perrin, 1999 p. 93.

26 Roberto Polo, « Édouard Lièvre, un créateur des arts décoratifs au XIXe siècle », L’Estampille-L’Objet d’art, n°394, septembre 2004, p. 102-113.

27 D’après Gustave Claudin, elle aurait introduit en France le maquillage contemporain, et recevait de Londres des fioles d’essences et de poudres merveilleuses. C’est elle qui la première porta des cheveux jaunes et imagina d’iriser ses cils, d’illuminer ses yeux et de moirer son front, Mes souvenirs : les boulevards 1840-1870, Paris, Calmann Lévy, 1884, p. 246-247.

28 Zed (pseud d’Albert De Maugny), Le Demi-Monde sous le Second Empire : souvenirs d’un sybarite, Paris, E. Kolb, 1892, p. 5.

29 Marie Colombier, Mémoires, 3 vol., Paris, Ernest Flammarion, 1898-1900, tome 1, p. 152.

30 Zed, Le Demi-Monde, op. cit., p. 9.

31 Céleste Mogador, Adieux au monde, Paris, Locard-Davi et De Vresse, 4 vol., 1854.

32 Céleste Mogador, Mémoires de Céleste Mogador, Paris, Librairie Nouvelle, 1858.

33 Mémoires d’une honnête fille, Paris, A. Faure, 1865. Il semblerait que l’ouvrage puisse être attribué à Alfred Delvau.

34 Comtesse de Chabrillan, Un Deuil au bout du monde : suite des Mémoires de Céleste Mogador, Paris, Librairie Nouvelle, 1876.

35 Sylvie Jouanny, L’Actrice et ses doubles : figures et représentations de la femme de spectacle à la fin du XIXe siècle, Genève, Droz, 2002.

36 Polaire, Polaire par elle-même, Paris, Figuière, 1933.

37 Eugénie Buffet, Ma vie, mes amours, mes aventures ; confidences recueillies par Maurice Hamel, Paris, E. Figuière, 1930.

38 Philippe Lejeune, Le Pacte autobiographique, Paris, Le Seuil, 1975.

39 Eugénie Buffet, op. cit., p. 7.

40 Fanny Lear, Le Roman d'une Américaine en Russie, accompagné de lettres originales, Paris, A. Lacroix, 1875.

41 Ghail Pheterson, Le Prisme de la prostitution, Paris, L’Harmattan, 2001.

42 Sarah Bernhardt, Ma double vie, Paris, E. Fasquelle, 1907.

43 Céleste Mogador, Les Mémoires de Céleste Mogador, Paris, Librairie Nouvelle, 1859, p. I et III.

44 Eugénie Buffet, op. cit., p. 33.

45 Yvette Guilbert, La Chanson de ma vie : mes mémoires, Paris, Éditions Grasset, 1927.

46 Jean-Michel Chaumont, Le Mythe de la traite des blanches : enquête sur la fabrication d’un fléau, Paris, La Découverte, 2009, voire également Jean-Michel Chaumont et Christine Machiels (éds.), Du sordide au mythe : l’affaire de la traite des blanches (Bruxelles, 1880), Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain, 2009 ; Jean-Marc Berlière, La Police des mœurs sous la IIIe République, Paris, Éditions du Seuil, 1992.

47 Cora Pearl, Mémoires, op. cit.

48 Céleste Mogador, Mémoires, op. cit.

49 Marie Colombier, Mémoires, Paris, Flammarion, 1898, tome 1, p. 146.

50 Lola Gonzalez-Quijano, Capitale de l’amour, op. cit. et Gabrielle Houbre, Le Livre des courtisanes, op. cit.

51 Christian Corvisier, Cléo de Mérode et la photographie : la première icône moderne, Paris, Éditions du Patrimoine, 2007.

52 Cléo de Mérode, Le Ballet de ma vie, cité par Christian Corvisier, op. cit., p. 49-50.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lola González Quijano, « Performer un mauvais genre : la demi-mondaine au XIXe siècle », Criminocorpus [En ligne], Sujets déviants, sujets pervers. Pathologie mentale, sexualité et expérience de l'autre, Communications, mis en ligne le 03 avril 2017, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/3465

Haut de page

Auteur

Lola González Quijano

Docteure en histoire, Lola Gonzalez-Quijano (EHESS-CRH-LaDéHis-GENRE) consacre actuellement ses recherches à la vie parisienne au XIXe siècle. Elle a publié en 2015 Capitale de l'amour. Filles et lieux de plaisirs à Paris au XIXe siècle, ouvrage issu de sa thèse sur la prostitution parisienne sous le Second Empire et la IIIe République.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page