Navegación – Mapa del sitio

Amélie Chabrier et Marie-Ève Thérenty, Détective. Fabrique de crimes ?

Nantes, Éditions Joseph K., 2017, 192 p.
Marc Renneville
Referencia(s):

Amélie Chabrier et Marie-Ève Thérenty, Détective. Fabrique de crimes ?, Nantes, Éditions Joseph K., 2017, 192 p.

Texto completo

1Le magazine Détective s’est imposé de 1928 à 1940 en France comme « Le grand hebdomadaire des faits-divers » ainsi que l’énonce son sous-titre. Composé de 16 pages faisant la part belle à la photographie choc, au photomontage audacieux et aux titres accrocheurs, Détective semble être l’héritier du supplément illustré du Petit-Journal qui mettait régulièrement le sang à la une. Né d’un pari commercial de Gaston Gallimard, la fulgurante réussite de Détective interroge pourtant sans que l’on puisse y répondre par un simple goût du public pour le crime. Il n’y a en effet que peu de points communs entre le premier Détective, ses prédécesseurs et Le Nouveau détective, qui se consacre aujourd’hui encore à la relation d’affaires criminelles. Du Détective Gallimard, on savait jusqu’ici paradoxalement peu de choses en dehors du précieux mémoire de master que lui avait consacré Élisa Baitelli en 2011. La consultation même de la collection complète du titre était difficile et il faut saluer ici l’action de Catherine Chauchard et l’équipe de la Bibliothèque des Littératures policières qui a pris l’initiative de la numérisation et de la mise à disposition en ligne d’une collection complète du journal sur Criminocorpus 1. L’accès à la source étant ainsi facilité, l’ouvrage d’Amélie Chabrier et Marie-Ève Thérenty arrive à point nommé. Sa parution s’inscrit d’ailleurs dans une série d’initiatives prises par les deux auteures qui ont organisé sur ce thème trois journées d’études (Nîmes et Montpellier en 2016, Paris en 2017) et une exposition itinérante qui a rencontré un franc succès public.

2L’ouvrage est bien plus qu’un catalogue d’exposition. Richement illustré et soigneusement mis en page, Détective. Fabrique de crimes ? tient à la fois de l’ouvrage scientifique et du « beau livre ». Les auteures y livrent une histoire très fouillée abordant successivement le contexte de création du journal, les sujets privilégiés par la rédaction, sa dimension scandaleuse, le traitement des photos, la place prépondérante du reporter enquêteur, le brouillage des frontières de la réalité et de la fiction et, enfin, le déclin et la vente du titre par Gallimard.

3Aujourd’hui auréolé du prestige lié à sa maison d’édition et à certains de ses collaborateurs, parmi lesquels les frères Kessel, M. Larique, L. Roubaud, H. Danjou ou G. Simenon, Détective n’a pas toujours eu « bonne presse ». Si sa dimension sulfureuse s’est perdue avec la patine du temps, Détective choquait à son époque tout autant que le Nouveau Détective de nos jours qui bénéficiera peut-être d’une réévaluation dans l’avenir grâce, notamment, aux illustrations d’Angelo di Marco. En 1930, le cinéaste Albert Valentin condamnait sans nuance le titre lancé par Gallimard : « On voit aujourd’hui les intellectuels user immodérément d’une certaine encre qui paraît bien devoir toutes ses propriétés aux excréments de la bourrique et du mouton. C’est elle qui répand sur les pages de divers magazines, Détective par exemple, l’inimitable ton sépia particulier à ses sortes de publications ».

4Magazine de fait-divers, Détective s’inscrit dans une tradition qui remonte au développement de la presse moderne quotidienne. Si les premiers titres hebdomadaires dédiés au fait-divers apparaissent à la charnière du XIXe-XXe siècle (Le Tribunal illustré, Les faits divers illustrés, L’œil de la police 2), ils ne survivent pas à la Première guerre mondiale. Lorsque Détective est lancé, il est seul sur ce créneau. L’initiative de cette création revient à Gaston Gallimard qui cherche à la fin des années 20 à développer une politique éditoriale commerciale qui lui permettra de poursuivre les publications prestigieuses mais peu rentables de la NRF et de la collection blanche. Probablement inspiré par le succès des nouveaux journaux américains dédiés aux fait-divers criminels (True Detective Mysteries, Best True Fac Detective, Authentic Detective etc.), il rachète Le détective à Henri La Barthe et associe les frères Joseph et Georges Kessel au lancement du nouveau magazine dont la diffusion sera assurée dans les kiosques de gare. Bien que Détective fasse pleinement partie de la stratégie éditoriale de Gallimard, l’éditeur prend soin de mettre le magazine à distance en créant une filiale (ZED Éditions) dédiée à sa commercialisation. Son succès immédiat tient à de multiples facteurs. Tout d’abord, la rédaction, stable, n’a connu qu’un changement de directeur en douze ans (G. Kessel cède la place à Marius Larique en 1932) tandis que l’équipe de collaborateurs est constituée de journalistes ayant confirmé leurs talents de reporter dans de grands quotidiens (Francis Carco, Pierre Mac Orlan, Marcel Montarron, Henri Danjou, Paul Bringuier). Le prix ensuite : 75 centimes pour le lancement du premier numéro, puis un franc chaque jeudi. Ce ne sont d’ailleurs pas seulement les ouvriers qui sont visés mais bien le plus large public possible, ainsi que l’indiquent les publicités destinées à un lectorat aisé. La formule prend si bien qu’il s’agira, de l’aveu même de Gallimard, de son « meilleur succès commercial ». Celui-ci suscitera des titres concurrents, mais seul Police-Magazine – lancé en 1931 – tiendra la distance et la comparaison.

5La recette de la réussite est en effet complexe et elle nécessite la mobilisation de multiples savoir-faire. Il faut avant tout sélectionner les bons sujets, les faits-divers attractifs pour le lectorat de l’époque. Détective consacre ainsi plusieurs articles à des homicides liés au chemin de fer, à l’automobile et aux chauffeurs de taxi, au Browning… Sa hiérarchie du crime le fait placer les apprentis Arsène Lupin en haut de l’échelle, aux côtés des escrocs et des travestis. Si la rédaction varie dans ses jugements sur les hommes du milieu, les bagnards, les détenus et la prostitution, elle exècre les tueurs d’enfants et les crimes sexuels. Elle prend également fait et cause pour la réforme de la justice des mineurs.

  • 3 Voir le beau livre très informé également de Michel Brizot et Cédric de Veigy, VU. Le magazine phot (...)
  • 4 Police-Magazine (collection Bilipo) est en ligne sur Criminocorpus : https://criminocorpus.org/fr/r (...)

6Le lectorat attiré, il s’agit de le saisir. Dans l’immédiateté, par la mise en page de photos visant à impressionner le regard du lecteur. La photo est soigneusement cadrée, découpée et montée mais toujours présentée comme un document témoin. Pierre Lagarrigue jusqu’en 1936, puis Jean-Gabriel Séruzier, pratiquent des mises en pages soignées et souvent inventives dans l’articulation du texte et des illustrations. Si le journal ne parvient pas à la qualité de reproduction de VU3, il sera toujours supérieur sur ce plan à son rival Police-Magazine4. Le lectorat est également retenu par des techniques de fidélisation bien rodées telles que les parutions en feuilleton de nouvelles à intrigue policière, des jeux concours à prime et les rubriques de correspondance avec les abonnés. Enfin et surtout, Détective mène l’enquête. Son équipe de journalistes reporters ne se contente pas des informations livrées par la police ou ses informateurs du milieu, mais se rend sur les lieux, interroge les témoins et devient ainsi, par ses enquêtes officieuses, un concurrent de la police. Détective rouvre des affaires classées, défend la cause des condamnés innocents, retrouve une femme disparue… Ce faisant, il contribue à la mutation d’un imaginaire : en reprenant dans ses articles la trame des fictions policières qui mettent en scène un détective enquêteur, il substitue à cette figure classique de la Detective novel celle du reporter, incarné alors dans la fiction par le personnage de Rouletabille. La limite de ce renversement tient au fait que Détective fonde sa légitimité sur la garantie de la véracité de ses informations, alors même que certaines de ces enquêtes sont partiellement ou totalement bidonnées. Certains journalistes n’existent que par leur pseudonyme, des photos sont arrangées avec des acteurs pour simuler une scène prise sur le vif et les récits s’accompagnent de détails ou de mise en intrigue qui témoignent plus de l’héritage littéraire du romancier que de l’enquête judiciaire.

7À côté de ces enquêtes dont les succès (surestimés) sont parfaitement mis en scène au fil des semaines, Détective propose des « grands reportages » dans la lignée d’Albert Londres. Ces reportages paraissent en feuilletons puis en livre (pour certains chez Gallimard). Ils portent sur des sujets classiques tels que le bagne ou les prisons de l’étranger mais aussi sur des causes sociales comme la prostitution, la folie ou la justice des mineurs. Ces enquêtes d’investigation cesseront en 1932 en raison de leur coût. La progression de Détective marque un coup d’arrêt au milieu des années trente. L’affaire Stavisky semble y être pour beaucoup. En montrant la corruption de la classe politique, la complicité des journalistes, voire de certains magistrats, la presse nationale a probablement perdu de sa crédibilité auprès de ses lecteurs. Détective tente ailleurs d’enrayer la baisse de son lectorat en réorientant ses thèmes privilégiés vers le fait-divers politique, l’occultisme et le spiritisme, les sujets à tonalité sexuelle… La rédaction se divise sur les thèmes de la xénophobie et de l’antisémitisme tandis qu’elle dénonce fortement les risques liés à la montée du nazisme. À la fin des années 30, les unes sont de plus en plus sombres et portent sur la guerre, l’espionnage... Chez Gallimard, on note que Détective « prend un air sinistre ». Le dernier numéro paraît le 30 mai 1940. Les locaux de Détective et Voilà sont perquisitionnés par l’armée allemande. Les archives du journal sont pillées et sa précieuse collection de clichés ne sera jamais retrouvée. À la Libération, Gallimard revend le titre pour 5 millions de francs.

8Cet ouvrage consacré à Détective est à la fois bienvenu et passionnant. On prend un grand plaisir à le lire en y trouvant beaucoup d’informations utiles et souvent inédites. Il comble un manque historiographique en permettant de replacer le titre dans son époque et dans l’histoire de l’édition. Une belle réussite.

Inicio de página

Notas

1 La collection de la BiliPo est accessible à l’adresse suivante : https://criminocorpus.org/fr/ref/118/13/

2 La collection de L’œil de la police de la Bilipo est en ligne sur Criminocorpus https://criminocorpus.org/fr/ref/118/14/. Sur ce titre, voir Michel Dixmier et Véronique Willemin, L’œil de la police. Crimes et châtiments à la Belle Époque, Paris, Éditions alternatives, 2007, 143 p.

3 Voir le beau livre très informé également de Michel Brizot et Cédric de Veigy, VU. Le magazine photographique, Paris, Éditions de la Martinière, 2009, 321 p.

4 Police-Magazine (collection Bilipo) est en ligne sur Criminocorpus : https://criminocorpus.org/fr/ref/118/12/

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Marc Renneville, « Amélie Chabrier et Marie-Ève Thérenty, Détective. Fabrique de crimes ? », Criminocorpus [En línea], 2017, Publicado el 25 abril 2017, consultado el 26 junio 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/3474

Inicio de página

Autor

Marc Renneville

Directeur du CLAMOR et de la publication de la plateforme Criminocorpus depuis sa création, Marc Renneville est chercheur au CNRS, membre du centre Koyré. Il mène depuis 2003 des projets de valorisation numérique de l'histoire de la justice, des crimes et des peines. Ses recherches portent sur l’histoire des sciences du crime et du criminel et le rapport entre les savoirs criminologiques et l'application des peines (XIXe-XXe siècles). Il est notamment l'auteur de Le langage des crânes. Une histoire de la phrénologie (Empêcheurs de penser en rond, 2000) et de Crime et folie. Deux siècles d'enquêtes médicales et judiciaires (Fayard, 2003).

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

Tous droits réservés

Inicio de página