Navigation – Sitemap

Pierre Piazza, Un œil sur le crime. Naissance de la police scientifique. Alphonse Bertillon de A à Z

Bayeux, OREP Éditions, 2016, 79 p.
Jean-Lucien Sanchez
Version(en):

Pierre Piazza, Un œil sur le crime. Naissance de la police scientifique. Alphonse Bertillon de A à Z, Bayeux, OREP Éditions, 2016, 79 p.

Volltext

1Pierre Piazza, maître de conférences en science politique à l’Université de Cergy-Pontoise, est spécialiste de l’histoire du « bertillonnage » et des techniques d’identification anthropométrique du XIXe au XXe siècle. Avec ce nouvel opus, il poursuit la longue investigation qu’il a consacrée à un personnage central de cette histoire et fondateur de la police scientifique moderne, Alphonse Bertillon. De sa thèse soutenue à l’université de Paris I en 2002 et publiée chez Odile Jacob en 2004 (Histoire de la carte nationale d’identité, Odile Jacob, 2004) aux multiples contributions qu’il a conduites, notamment, sur Criminocorpus (comme le dossier Bertillon, bertillonnage et polices d’identification, qui a donné lieu à une publication collective chez l’éditeur Karthala, ou bien la collection « police scientifique et bertillonnage » dont il est responsable), Alphonse Bertillon, le « Sherlock Holmes français », est l’objet de la part de cet auteur d’un riche investissement qui se décline sous diverses formes : ouvrages et articles scientifiques, exposition virtuelle ou exposition physique (comme « Un œil sur le crime. A. Bertillon, précurseur de la police scientifique » organisée au musée de Vire du 29 avril au 1er novembre 2015).

2Ce nouvel ouvrage prolonge ces travaux et, tout en se montrant extrêmement rigoureux sur le plan scientifique, adopte un format de lecture assez original : l’abécédaire. À une courte introduction suivie d’une chronologie se succèdent 26 chapitres qui introduisent chacun un thème traité par lettre, de A jusqu’à Z. Cet exercice, devant lequel n’auraient pas reculé Georges Perec ou Raymond Queneau, impose une contrainte à l’historien que l’auteur parvient à surmonter avec brio. Le premier article, « Anthropométrie judiciaire », permet d’emblée au lecteur pas forcément familier avec le « bertillonnage » de disposer d’une définition claire ainsi que du contexte d’émergence de cette technique. Mais à l’image du jeu du baccalauréat, si certaines entrées ne présentent pas de prime abord de difficulté particulière pour être associées à un mot (comme les lettres A, B, C, D, etc.), l’exercice pouvait s’avérer beaucoup moins aisé avec d’autres (comme les lettres X, W, H, K, etc.). Mais l’auteur parvient à donner une définition originale à chacune. Ainsi, la lettre « H » renvoie à « Hélix », c’est-à-dire à une petite « bordure » ou « gouttière » située au niveau de la zone supérieure de l’oreille qui constitue, pour Alphonse Bertillon, un des éléments de l’oreille à relever lors d’un signalement. L’évocation de ce qui pourrait apparaître de prime abord comme un simple détail lui permet dans les faits d’analyser la place centrale qu’occupe cet organe dans le relevé anthropométrique qui représente aux yeux de Bertillon « le facteur d’identification le plus important du visage humain » (p. 32). Au gré des chapitres, le lecteur a accès aux multiples facettes de cette technique qui s’enchâssent dans des jeux d’échelle très divers, lui permettant par-là de disposer d’un ensemble relativement homogène et complet : le « bertillonnage » est analysé sous de nombreux angles (son institutionnalisation au chapitre « Services d’identification », ses résultats au chapitre « Reconnaissances », ses évolutions au chapitre « Lignes papillaires », etc.) mais également à travers ses différentes aires d’application (comme aux chapitres « Indochine » ou « Uniformisation » qui évoquent l’extension de l’usage de cette technique dans les colonies et à l’étranger). Mais s’il offre une vue d’ensemble très large sur l’usage de cette technique, l’auteur ne manque pas de présenter également ses limites comme le « Dynamomètre d’effraction » (censé reproduire les efforts musculaires déployés par un voleur au moment d’une effraction) ou l’expertise graphologique très hasardeuse réalisée par Bertillon lors du procès Dreyfus, intitulée le « Kutsch », du nom de la réglette graduée utilisée par Bertillon pour prouver très maladroitement la culpabilité du capitaine. Suite à son retentissement en France et au-delà, le « bertillonnage » a également eu un impact culturel sur la société de son temps que l’auteur analyse à travers les « Goguenardises » de la presse qui n’hésitaient pas à brocarder Bertillon et sa technique, ou sa « Valorisation », notamment lors de l’Exposition universelle de 1889 où Bertillon se vit décerner une médaille d’or. En parallèle, chaque chapitre est illustré par une iconographie très riche et très fournie issue du Service régional d’Identité judiciaire de la préfecture de Police de Paris (SRIJ/PP) et des collections privées de Pascal Vincent Bertillon et de l’auteur. Parmi ces images, pour la plupart inédites et remarquables par leur variété, l’auteur insère, en guise de chapitre conclusif, « Zoométrie », un ensemble de relevés signalétiques d’animaux (dont l’empreinte d’un nez de vache) qui, outre leur aspect pour le moins cocasse, souligne le large spectre que balayait cette technique qui représenta une véritable révolution en son temps (à l’image de la pasteurisation dans le domaine médical) et qui demeure à l’origine de la police scientifique moderne.

3Cet ouvrage met à la disposition des lecteurs une synthèse de près de quinze ans de recherche et de travaux conduits par Pierre Piazza sur le thème du « bertillonnage » et de la police scientifique. Son format original, par entrées, permet au grand public comme aux chercheurs d’accéder avec intérêt à cette histoire passionnante qui résonne toujours dans notre actualité immédiate.

Seitenanfang

Zitierempfehlung

Online-Version

Jean-Lucien Sanchez, « Pierre Piazza, Un œil sur le crime. Naissance de la police scientifique. Alphonse Bertillon de A à Z », Criminocorpus [Online], 2017, Online erschienen am: 09 Mai 2017, abgerufen am 19 August 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/3479

Seitenanfang

Autor

Jean-Lucien Sanchez

Jean-Lucien Sanchez, docteur en histoire de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, est l’auteur d’une thèse intitulée « La relégation des récidivistes en Guyane française. Les relégués au bagne colonial de Saint-Jean-du-Maroni, 1887-1953 » soutenue en 2009 sous la direction de Gérard Noiriel. Chargé d'études historiques au ministère de la Justice (DAP/PMJ5), il est responsable de la réalisation des expositions pour le CLAMOR et chercheur associé au CESDIP (UMR 8183). Il travaille sur l’histoire pénale et coloniale de la Troisième République, plus particulièrement sur les bagnes coloniaux de Guyane française. Jean-Lucien Sanchez est membre du comité de rédaction et chargé d’édition (expositions virtuelles) de Criminocorpus.

Weitere Artikel des Autors

Seitenanfang

Urheberrechte

Tous droits réservés

Seitenanfang