Navigation – Plan du site
Articles

La pendule du forçat Dubois

Il y a 200 ans, le mouvement perpétuel comme leurre… Fenêtre sur bagne !
Jean-Marc Duhé et Denis Roland

Résumé

Cet article propose d’interroger un singulier témoin du bagne de Rochefort : la pendule du forçat. Autour de cet objet, exposé au musée de la marine à Rochefort, deux points de vue sont confrontés.

Le premier point de vue consiste à replacer la pendule dans le cadre muséal. Rapport au lieu bien sûr, marqué par l’intérêt d’une ville qui redécouvre son passé. Rapport au musée surtout qui s’interroge sur la place du bagne portuaire dans ses collections ; ce qui amène, en prenant du recul, à réfléchir à ses fonctions et à ses modalités. Concernant la pendule, cela revient ainsi à se demander comment adapter le récit aux attentes du public tout en y intégrant les dernières avancées scientifiques.

Le second point de vue consiste à replacer la pendule dans l’histoire de l’horloger François Dubois, forçat détenu au bagne de Rochefort au début du XIXe siècle. En effet, cette pendule a bien été fabriquée à Rochefort par le forçat Dubois. Cependant des trouvailles inédites remettent en cause les anecdotes jusqu’alors véhiculées sur cette pendule pour laisser place à une histoire, au final, bien plus rocambolesque que la légende tout en renouvelant notre regard sur le quotidien de l’institution d’enfermement. Découvertes archivistiques et réflexions sur la médiation d’un sujet sensible conduisent à repenser tout un pan de l’histoire du bagne et le discours de sa transmission.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

bagnes, faux-monnayage

Géographique :

Rochefort
Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Figure 1 : La pendule du forçat Dubois

Figure 1 : La pendule du forçat Dubois

Musée National de la Marine (Rochefort)

  • 1 L’expression “forçat” est plus appropriée qui renvoie au lexique de l’époque.

1Le Musée National de la Marine à Rochefort expose une pendule dite du “bagnard”1 : elle figure dans la modeste collection du musée comptant trois pièces directement rattachées au bagne portuaire en activité dans ce port entre 1766 et 1852.

2Cet article croise deux regards sur cet objet : le premier est celui de l’attaché de conservation du musée dans lequel est présentée cette étrange pendule ; le second est celui d’un historien menant une recherche sur le bagne de Rochefort ; de leurs interactions naît un échange, notamment un échange de points de vue, au sens de points d’observation.

3À l’homme de musée, la pendule pose la question de la mise en scène de l’objet à l’intérieur des collections du musée, question relevant des problématiques actuelles et complexes du musée, en particulier ses fonctions, la conception de parcours de visite, la construction de thématiques ou encore l’accompagnement du public. Elle pose aussi la question de la place de l’institution carcérale dans l’histoire maritime locale et dans la mémoire collective, et des moyens de rendre le bagne compréhensible à tous aujourd’hui.

  • 2 Concept emprunté à Judith Butler dans Trouble dans le genre. Pour un féminisme de la subversion, (t (...)

4L’historien de l’établissement punitif quant à lui se délecte d’abord de voir « donner corps » au bagne, car, sans adhérer à l’idée d’une volonté d’effacement délibéré de son existence, force est de reconnaître que peu de traces matérielles ont résisté à l’épreuve du temps, fut-il aussi court. Il s’agit alors pour lui de chercher à comprendre comment la fabrication de cette pendule a été possible dans le contexte du bagne de l’arsenal de Rochefort. Toutefois, à côté de cette toile de fond, le cas étudié permet également d’interroger le potentiel analytique du concept d’agency2 pour examiner la logique des acteurs de ce lieu d’enfermement. Autrement dit, si la pendule du forçat ouvre bien une fenêtre sur le fonctionnement du bagne, c’est à la fois l’institution et les hommes qui la pratiquent qu’elle rend visibles.

5En plongeant au cœur de l’intrigue, la pendule constitue l’une des pièces centrales du procès du forçat Dubois qui s’est déroulé durant l’été 1816. Cette affaire apparaît donc comme une lucarne entrouverte sur le bagne de Rochefort ; un entrebâillement qui invite à s’interroger sur ce que l’on sait vraiment de ce bagne comme à admettre ce que l’on en ignore encore. Car, et là réside l’essentiel, les sources de ce procès dessinent un récit totalement renouvelé autour de cette singulière pendule, qui se trouve mêlée à une invraisemblable supercherie. Le procès qui s’ensuit fait la lumière sur une réalité travestie ; l’affaire livre ainsi une vérité profonde et déroutante. L’objet jusque-là anecdotique et esthétique acquiert de ce fait la valeur d’un témoin, dont l’histoire remet en cause certaines idées reçues sur l’institution pénitentiaire.

La pendule du bagnard. L’objet et son discours

Un objet singulier

  • 3 Numéro d’inventaire 5 SO 25

6Dans les riches collections du musée de la Marine, la pendule de Dubois3 apparaît comme un objet pour le moins étrange, insolite, voire quelque peu égaré. Ni modèle de navire, ni tableau, ni dessin, ni gravure, ni outil d’ouvrier, elle tranche d’abord par sa nature : qu’est-ce qu’une horloge peut bien raconter de l’histoire de la Marine ? Elle tranche aussi par sa singulière beauté, avec ses trois grands engrenages, sa solide symétrie et son laiton flamboyant, bien susceptible d’attirer l’œil du visiteur, fut-il quelque peu distrait. Si elle peut évoquer des instruments de navigation par son esthétique technologique et par son matériau, elle n’en demeure pas moins une pendule, fort remarquable sans doute, mais tout de même rien d’autre qu’une pendule qu’on s’attendrait plutôt à trouver dans un musée de l’horlogerie ou un centre de culture scientifique. Sans être très grand, l’objet, qui mesure 76 cm de haut, 40 cm de large et 13 cm de profondeur, reste assez imposant. Sa fonction d’horloge, que son cadran rend immédiatement visible, reste intrigante tant sa forme et la complexité d’un mécanisme apparent sont peu familiers.

  • 4 Sur l’histoire du musée, voir Alain Niderlinder, « le musée de la marine et ses collections », Nept (...)
  • 5 Dans une note au directeur de l’artillerie navale du 23 décembre 1929, Dick Lemoine résume sa démar (...)
  • 6 France, Charenton-le-Pont, Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, 0081/017/0041, 3e dossie (...)

7Jusqu’à récemment, la plus ancienne trace que nous avions de cet objet remontait à 1882, où il est mentionné parmi l’ensemble d’objets présentés dans l’arsenal, au musée des Modèles4. Installée dès le début du XIXe siècle, cette modeste institution, assez semblable par sa nature aux musées de tradition qui accompagnent les implantations militaires, conserve des témoignages des grandes heures de l’arsenal : innovations techniques, navires glorieux, souvenirs de grandes figures et de personnalités marquantes s’y entassent dans une idée de lieu de mémoire et de mise en scène soucieuse de prestige et d’identité. En 1927, l’arsenal de Rochefort est fermé. Le musée des Modèles, alors installé à l’étage du pavillon sud de la corderie, n’est plus accessible aux visiteurs. L’archiviste du port, le capitaine de vaisseau Dick Lemoine porte dès 1929 un projet de musée naval5, qu’il souhaite installer dans l’ancien commissariat de la Marine désormais vacant. Le musée ouvre en 1936. La pendule y est présentée, dans la salle consacrée aux instruments de navigation et aux innovations. Pendant la guerre, Rochefort est située en zone occupée et, de juin 1940 à août 1944, le bâtiment où est installé le musée est réquisitionné par les Allemands. Après la guerre, le mauvais état du bâtiment, dont les boiseries sont infestées de termites, ne permet pas d’ouvrir à nouveau le musée au public6. Les collections, dont notre pendule, y sont stockées dans trois salles en attendant des jours meilleurs. Lesquels arrivent en 1973 lorsqu’après d’importants travaux de rénovation, le musée de la Marine ouvre ses portes pour un été, avant une ouverture définitive en 1974. La pendule figure dans le parcours permanent et n’a jamais cessé d’être présentée depuis, résistant à toutes les évolutions de l’institution muséale et à toutes les modifications du parcours permanent.

Un objet, un récit

8Du musée des modèles au musée naval, puis au musée de la Marine : l’histoire de la pendule est somme toute conforme à celle de la plupart des œuvres exposées aujourd’hui au musée. Mais ce n’est pas tout. Cet objet est arrivé jusqu’à nous avec une histoire.

9Le musée des Modèles est confié à un responsable, généralement un ingénieur du port, qui y consacre le temps qu’il peut. En 1882, l’ingénieur Villaret entreprend de rédiger des notices d’un certain nombre des objets qui lui sont confiés. La pendule retient son attention : la technicité de l’objet fait naturellement écho à sa propre culture et lui offre l’occasion de grands développements sur la question du mouvement perpétuel, dont il démontre, avec son savoir de la fin du XIXe siècle, l’impossibilité. La pendule porte alors le titre de : Essai d’horloge à mouvement perpétuel. Ce n’est qu’au dernier chapitre d’un raisonnement exclusivement consacré à la physique que Villaret aborde l’histoire : 

  • 7 France, Paris, Archives du musée national de la Marine, Dossier d’œuvre.

L’horloge enfermée sous cette vitrine a été dit-on confectionnée par un forçat de Rochefort appelé Dubois qui avait réussi à obtenir la permission de se livrer à ce travail, en se faisant fort d’exécuter une horloge qui marcherait indéfiniment. On ajoute que sous ce prétexte, il se procurait divers objets-outils, que l’on soupçonna devoir servir à une évasion, et que l’autorisation d’en introduire de nouveaux lui fut retirée lorsque son travail était fort avancé. On dit enfin que pour se venger de cette interdiction, il détruisit ou fit disparaître les organes qui auraient assuré à sa pendule une marche indéfinie. Mais comme nous venons de le démontrer, d’une manière générale cette marche indéfinie eût, en tout état de cause, été irréalisable7.

  • 8 Port de Rochefort. Marine nationale. Musée naval. Inventaire Arts et sciences. Commencé le 15 novem (...)
  • 9 Voir en particulier le dossier conservé aux Archives Municipales de Rochefort. Sur la rénovation du (...)

10Dans le musée naval de Dick Lemoine, c’est toujours son caractère scientifique qui retient l’attention et l’inventaire de 1936 l’enregistre sous le nom Pendule : essai de mouvement perpétuel8. En 1973, son caractère de souvenir du bagne prend le dessus, au sein d’un musée qui commence à se soucier fortement de raconter l’histoire de l’arsenal de Rochefort. Ce basculement de signification est indissociable du grand mouvement de rénovation qui démarre alors dans la ville. Depuis 1944, les bâtiments de l’arsenal, incendiés par l’occupant allemand, sont devenus une friche industrielle et nul ne se soucie d’histoire maritime dans cet après-guerre plutôt sombre. Ville de garnison, où est implantée une base américaine jusqu’en 1964, Rochefort se signale par sa saleté et sa violence plutôt que par sa culture et son attractivité touristique. Le passé maritime ne préoccupe guère les habitants. Les premiers essais de rénovation de la corderie par l’Amiral Maurice Dupont, commandant de l’arrondissement maritime de Rochefort-La Pallice de 1964 à 1967, puis le classement de l’édifice au titre des monuments historiques en 1967 sous l’impulsion de Jean Verney, directeur du Comité régional des affaires culturelles, changent doucement la donne. Le tournage en ville des Demoiselles de Rochefort à l’été 1966 auquel participe de nombreux habitants, modifie la perception que les Rochefortais se font de leur ville, et l’on sait la place de la sensibilité collective dans la définition-même du patrimoine. Les années 1970 concrétisent ces intuitions et lancent, par la volonté de la municipalité, un chantier de 20 ans de rénovation de l’arsenal9. Cette ville qui retrouve les traces de son passé, qui s’investit de nouveau dans son histoire maritime, fait émerger des sujets enfouis qui prennent une place nouvelle. Responsables politiques, historiens et habitants s’interrogent sur les lignes de force de cette longue histoire qui renaît. C’est par cet effort que le bagne s’impose peu à peu comme un sujet central, à la fois affectif et érudit. Sans ce contexte de rénovation patrimoniale, la pendule de Dubois serait sans doute restée une curiosité élégante de l’histoire des techniques illustrant l’impasse intellectuelle du mouvement perpétuel.

  • 10 Après la fermeture du bagne en 1852, le bâtiment est reconverti en atelier de menuiserie. Cet ateli (...)
  • 11 Cette plaque de fonction, mal documentée, date des années 1830, Inv 29 ME 13
  • 12 Rien n’indique que cette serrure fermait un accès au bagne : seul l’imaginaire carcéral autorise ce (...)
  • 13 Deux noix de coco à motifs maritimes, Inv 49 OA 106 et 107, une noix à motifs ornementaux et allégo (...)

11Au cours des années 1970-80, il est donc devenu indispensable d’aborder la question du bagne. Comment le faire dans un musée, où la médiation est encore peu présente et où les objets porteurs de ce récit sont peu nombreux ? Car c’est l’une des caractéristiques des bagnes d’arsenaux : ils ont généré une masse d’archives considérables, mais fort peu d’objets : le forçat est plus palpable aux archives qu’au musée. C’est là que prend sa source, ce qu’on pourrait appeler le syndrome de la noix de coco. Les forçats fabriquaient en effet des objets décoratifs, poires à poudre, tabatières, boîtes, qu’ils étaient autorisés à vendre pour améliorer leur pécule. Parmi les matériaux auxquels ils ont recours, les noix de coco gravées se signalent par leur iconographie maritime variée, souvent inédite, et leur style à la fois naïf et maîtrisé qui ouvrent la voie vers une histoire incarnée, sensible, à laquelle on aspire alors. Il n’est guère étonnant que ces travaux de forçats aient été recherchés. Le musée national de la Marine, qui n’en conserve alors que 7, fait l’acquisition de 25 noix gravées en 1976. La pendule de Dubois se trouve ainsi accompagnée de la cloche du bagne10, d’une plaque de shako de garde-chiourme11 ; d’une grosse clé et sa serrure12 et de 4 noix de coco gravées13, complétées de quatre tabatières en bois ou en paille. L’ensemble constituant une vitrine en accord avec la nouvelle importance acquise par le sujet. Dans cet ensemble, la vitrine se signale plus que jamais par son esthétique, son caractère insolite et le nom qui lui est associé.

Un forçat nommé Dubois

12Dans le même temps où elle acquiert un statut de témoin pittoresque du bagne, la pendule fait aussi l’objet d’une relecture visant à la documenter et à mieux comprendre ce qu’elle peut raconter de l’institution carcérale. Le mécanisme de l’horloge, son allure générale, les préoccupations théoriques dont elles semblent être porteuses autorisent une datation comprise entre 1780 et 1820, fourchette large dictée par la prudence : l’objet est de toute façon étrange et peut échapper aux modes de son temps. Le récit de l’ingénieur Villaret fait naturellement l’objet de toutes les attentions. Il place l’histoire sous le signe du doute : l’horloge a été dit-on confectionnée par un forçat de Rochefort. La mémoire de l’événement semble s’être transmise oralement au sein du musée des modèles, dont c’est peut-être aussi une fonction, mais aucune source solide ne vient l’étayer. Heureusement, le texte de Villaret livre un nom, promesse de bien des découvertes.

  • 14 France, Service Historique de la Défense de Rochefort (SHDR), registres matricules du bagne, 1O24, (...)

13Il est vrai cependant que Dubois n’est pas le plus aisé des patronymes pour qui part à la chasse dans les archives : un nom moins fréquent aurait sans doute facilité le travail, et les registres matricules du bagne de Rochefort, conservés au Service historique de la Défense, n’ont pas manqué de fournir leur lot de Dubois. En s’en tenant aux 40 ans retenus pour dater l’objet, une bonne quinzaine de prétendants sont apparus. Ils sont matelot, scieur de long, menuisier, vigneron, maréchal-ferrant, perruquier, sellier-bourrelier, et le plus souvent sans métier : rien qui ne soit très compatible avec le savoir-faire dont témoigne notre horloge14 … avant la découverte du candidat idéal : François Dubois, matricule 3146, horloger de son état. Affaire à suivre donc !

La machine à mouvement perpétuel15, témoin de quel bagne ?

  • 15 Désignation utilisée par l’intendant du port de Rochefort Baillardel de Lareinty dans SHDR –2E2-191 (...)
  • 16 Marc Bloch, Apologie pour l’histoire, Paris, Armand Colin, 7e édition, 1974 (1e édition : 1949), p. (...)
  • 17 Paul Veyne, Comment on écrit l’histoire, Paris, Le Seuil, collection « Points histoire » n°H226, 19 (...)
  • 18 Antoine Prost, Douze leçons sur l’histoire, Paris, Le Seuil, collection « Points histoire » n°H225, (...)
  • 19 Cette origine est attestée par les sources suivantes :
  • 20 Désignation également utilisée par l’intendant du port de Rochefort Baillardel de Lareinty dans SHD (...)

14Mieux connaître16 en histoire implique de s’efforcer à faire refluer l’incertitude - notamment, à renoncer à la conjecture au profit de preuves établies, fût-ce au moyen d’une vérité17 incomplète18 – et ce, sans prétendre tout savoir, tout connaître. Ainsi, attester l’origine de la pendule19 permet certes de légitimer son exposition dans les galeries du musée national de la Marine à Rochefort : cette mécanique20 est bien l’œuvre d’un condamné du bagne de Rochefort, mais sans que cela suffise à classer définitivement le dossier. En effet, une fois confirmés l’identité et le statut de son auteur, l’expôt soulève un faisceau de nouvelles questions tenant à la fabrication au bagne d’un objet hors du commun et, pour commencer, à se demander que sait-on de ce forçat horloger ? De sa motivation à concevoir cette pendule ? Des conditions de sa réalisation ? Ensuite, et plus largement, quel bagne cette belle machine donne-t-elle à voir ?

Le forçat Dubois au bagne de Rochefort

  • 21 Les dates d’arrivée et de sortie du bagne de chaque condamné figurent sur sa fiche individuelle dan (...)

15Pour la très grande majorité des condamnés, en dehors des dates qui bornent le passage au bagne21, les archives restent muettes en ce qui concerne le déroulement concret de leur peine ; tenter cette reconstitution s’avère de ce fait une opération sinon hasardeuse, toujours laborieuse et le plus souvent infructueuse. Au pire, ces données font totalement défaut ; au mieux, elles sont éparpillées dans une abondante documentation administrative qui ne livre ses secrets qu’à une fourmi opiniâtre placée sous une bonne étoile.

  • 22 SHDR - Série O – 1O-35 – matricule de l’an 9 à l’an 11 – Folio 194.
  • 23 Le 9 juillet 1803.
  • 24 D’après nos travaux, la durée moyenne de détention pour les 4 885 forçats entrés au bagne de Rochef (...)

16Dans le registre 1O-35 de la matricule de la chiourme22, sous le numéro 3146, l’information marginale nous apprend que François Dubois est arrivé par la chaîne du midi le 30 messidor an XI23 et qu’il a été détaché de la chaîne le 4 avril 1816. Il a donc passé 4 654 jours au bagne de Rochefort, soit 12 ans 8 mois et 27 jours. Généralement, c’est à ce stade que prennent fin les certitudes. Or, ici, une aiguille dénichée dans une meule de foin nous en dit plus et nous amène à repérer trois périodes dans l’exécution de cette longue peine24 : après avoir partagé le sort commun des forçats (1), Dubois obtient un emploi de faveur (2) jusqu’à ce que ses mauvais penchants ne reprennent le dessus (3).

L’arrivée au bagne de Rochefort ou la chute aux enfers25

Le contexte de l’incorporation de François Dubois au bagne de Rochefort

Banale illustration du silence de la masse des condamnés, aucun écrit personnel de François Dubois n’est parvenu jusqu’à nous. Par conséquent, ce récit restera dépourvu du témoignage de son personnage central qui entre au bagne de Rochefort à l’époque du Consulat.

  • 26 Peu de travaux universitaires ont été consacrés à cette période troublée ; notons 1/ Jean-Claude Bo (...)
  • 27 En ce qui concerne les bagnes, la Révolution a accouché d’une souris : dans un premier temps, certa (...)

Entre aurore et crépuscule, nous sommes alors à peu près à égale durée des prémisses de la Révolution (1789) et de la fin du Premier Empire (1815), un quart de siècle charnière de notre histoire nationale qui semble être un angle mort de l’histoire des bagnes portuaires26. Au début de cette période, l’abolition de la peine de mort domine les débats des Constituants sur le nouvel ordre judiciaire. Suscitant des échanges moins vifs, le sort des forçats et le devenir des bagnes figurent pourtant aussi à l’ordre du jour des séances préparatoires au Code pénal de 1791. Un vent nouveau paraît vouloir tout discuter, semble pouvoir tout emporter ; au sujet des bagnes, ce n’était qu’une bourrasque, malgré les indéniables transformations, l’essentiel va perdurer. Tempête dans un verre d’eau, non seulement les bagnes des arsenaux vont rester en service, mais, durant le Premier Empire, ils vont plutôt prospérer27, à la fois différents et profondément les mêmes.

  • 28 SHDR – série A – 2A3-004 – Lettre n°859 du préfet maritime du port de Rochefort au ministre de la M (...)
  • 29 SHDR – série A – 2A3-004 – Lettre n°1170 du préfet maritime du port de Rochefort au ministre de la (...)
  • 30 Nous avons déjà évoqué la relation entre la capacité d’accueil et l’effectif du bagne in Jean-Marc (...)
  • 31 SHDR – série A – 2A3-004 – Lettre n°712 du préfet maritime du port de Rochefort au ministre de la M (...)
  • 32 SHDR – série A – 2A3-004 – Lettre n°857 du préfet maritime du port de Rochefort au ministre de la M (...)
  • 33 SHDR – série A – 2A3-004 – Lettre n°819 du préfet maritime du port de Rochefort au ministre de la M (...)
  • 34 France, Service Historique de la Défense de Vincennes (SHDV) – série DD5 – DD5-049 – F°18 – Rapport (...)
  • 35 SHDR – série A – 2A2-027 – Lettre n°50 du ministre de la Marine au préfet maritime du port de Roche (...)

À Rochefort, là où est intégré Dubois, deux thèmes majeurs préoccupent les autorités portuaires dans le second semestre de l’an XI. Tout d’abord, l’insolite parenthèse ayant conduit à confier la garde de condamnés blancs à des hommes de couleur issus des troupes coloniales se referme28. Obstinément, la pratique de ce service ingrat semble éroder les meilleures résolutions, dépraver les hommes. La solution du moment ? Installer une vraie compagnie de gardes-chiourmes29 ! Autre question lancinante30 : l’effectif de la chiourme de Rochefort donne lieu à un véritable bras de fer entre les autorités du port et le ministère de la Marine. Dans un premier temps, le préfet maritime tente un coup de bluff pour obtenir l’agrandissement de son bagne31. Il n’obtient pas gain de cause, mais, ayant écarté l’expédient d’un bagne flottant32, il se résigne à accepter un surprenant marché : admettre 260 nouveaux condamnés amenés par la chaîne de Paris contre le transfert sur Lorient de 120 forçats détenus à Rochefort33 : s’agit-il d’une mesure de police de la chiourme ou cette étrange tractation ne vise-t-elle pas plutôt à régénérer la main-d’œuvre carcérale34 ? Toujours est-il que le bagne affiche complet35, aussi, un court moment, le ministre de la Marine envisage-t-il de détourner sur un autre port, la chaîne du midi habituellement destinée à Rochefort. En fin de compte, cette chaîne y parvient au début de l’été. Bref, il s’en fallut de peu que Dubois ne fut envoyé ailleurs.

Sur les traces du matricule 3146 dans les archives biographiques du bagne

  • 36 Les lacunes de la collection détenue au SHD de Rochefort peuvent être comblées par le double détenu (...)

Le fonctionnement du bagne repose sur une organisation bureaucratique ayant engendré une abondante production documentaire. Parce que le registre de la matricule des forçats était le pivot de l’activité du service local des chiourmes, il apparaît comme l’un des fleurons de la série O – “Institutions de répression” des archives de l’antenne de Rochefort du service historique de la défense (SHDR) qui détient une collection quasiment complète de l’ouverture à la fermeture du bagne36.

  • 37 Ainsi le forçat n°3146 – François Dubois figure dans trois registres matricules ; deux à Rochefort, (...)
  • 38 Il s’agit des condamnés dirigés sur Rochefort, même s’ils n’y sont pas parvenus : donc on y inscrit (...)

Pour des raisons de sécurité et de contrôle, le registre matriculaire est tenu en trois exemplaires, conservés à l’époque dans trois lieux différents37. Cet épais registre recense les forçats destinés au bagne38 et y présente les informations réglementaires utiles à l’exécution de la peine de chacun d’entre eux. Le portrait dressé n’est pas un fidèle miroir, sa production manuelle n’est pas sans faille, néanmoins cette image imparfaite, reflet du regard de l’administration sur ses détenus, constitue la mémoire principale du passage des forçats dans un bagne. Et, étant exhaustive, il s’agit de l’information minimale sur le séjour au bagne de chaque condamné. Contentons-nous ici de reprendre les renseignements tels qu’ils figurent dans le registre 1O-35 sans les commenter afin de ne pas dénouer trop tôt les fils de l’intrigue.

Figure 2 : Matricule 3146 : François Dubois – Registre 1O-35

Figure 2 : Matricule 3146 : François Dubois – Registre 1O-35

Musée National de la Marine (Rochefort)

  • 39 On observera que la peine de François Dubois comporte quatre volets : à titre principal, la peine d (...)
  • 40 20 mars 1803
  • 41 30 mars 1803
  • 42 9 juillet 1803
  • 43 Alliez de Vincelotte est l’éphémère commissaire du bagne entre le 16 janvier 1816 et le 18 mai 1816

 Identité

François Dubois, n°3146

 Origines

Fils de feu Jacques et de feue Marie Anne Manchinne, marié à Elizabeth Gousquet, profession d’horloger, natif de Rome en Italie

 Signalement

Âgé de trente-huit ans, taille de 1 m 759 mm, cheveux châtains, sourcils idem, barbe un peu brune, visage ovale plein, front bien fait, yeux bleus enfoncés, nez long, bouche grande, menton rond plein, une verrue au bas de l’oreille gauche, une autre au-dessous de l’œil même côté, marqué de la lettre F.

 Jugement39

Condamné à Agen par jugement du tribunal criminel spécial du département du Lot et Garonne, le vingt-neuf ventôse an onze40 pour émission de fausse pièce de monnaie à quinze ans de fers et à être flétri de la lettre F sur l’épaule droite, cy 15 ans.

Exposé le 9 germinal an XI41

 Exécution de la peine

Chaîne du midi arrivée le 20 messidor an XI42

Détaché de la chaîne le quatre avril 1816 en vertu de l’ordre de Son Excellence le Ministre de la Marine du 26 mars 1816 et remis au Sieur Autissier, gendarme maritime, d’après le réquisitoire de Monsieur Huquetau de Gautret, Procureur du Roi près le tribunal de Rochefort. Signés : Autissier, Alliez de Vincelotte43.

  • 44 Marc Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p.35 : « Le bon historien ressemble à l’ogre de la (...)
  • 45 France, Montpellier, Archives départementales de l’Hérault (34) – Commune de Montpellier : liste de (...)
  • 46 Marie-Agnès Dequidt montre que « les horlogers […] présentent une réelle diversité, tout en étant i (...)
  • 47 Montpellier compte 33 202 habitants en 1789 (16e ville de France) et 33 913 en 1801 (13e ville).
  • 48 En 1793, le Genevois Laurent Mégevand fonde avec 80 confrères le premier pôle industriel horloger à (...)
  • 49 Sans entrer dans les controverses méthodologiques, depuis le recteur Maggiolo, les historiens utili (...)
  • 50 Une femme et trois enfants, mais nous notons aussi l’absence d’autres parents.
  • 51 Les onze témoins cités sur les actes d’état-civil sur les cinq actes d’état-civil ne semblent pas ê (...)
  • 52 Le 29 ventôse an XI, soit le 20 mars 1803.

Ces données fournissent quelques pistes qui nous font espérer enrichir notre connaissance de l’existence de Dubois avant son incarcération. Cependant, il ne suffit pas de flairer le gibier, il faut encore le saisir au collet44. Hélas, notre enquête reste bredouille sur sa naissance à Rome ou sur son procès tenu à Agen. La chasse n’est pourtant pas si mauvaise puisque l’exploration des registres de l’état-civil45 apporte de nouveaux fragments au tableau. Tout d’abord, ces documents confirment la permanence de son état d’horloger sur les dix ans qui précèdent sa condamnation, même si son statut professionnel fait défaut46. Le type de métier détermine souvent le lieu de résidence ; c’est à Montpellier (Hérault)47 que notre horloger est établi, donc loin de l’industrie horlogère naissante48 ; selon toute vraisemblance, son activité s’exerce dans un petit atelier qui relève de l’artisanat urbain. Remarquons ensuite que François Dubois appartient à cette moitié instruite de la population masculine qui sait signer son acte de mariage49. Mais surtout, nous lui découvrons une famille50 et un cercle de sociabilités sans doute fondées sur des amitiés professionnelles ou de voisinage51. Évidemment, ces sources n’expliquent pas comment cette vie, sous les dehors de la respectabilité, va basculer dans l’illégalité. Toujours est-il qu’au début de l’an XI52, le tribunal criminel du Lot-et-Garonne le condamne pour émission de fausses pièces de monnaie à l’exposition et à la flétrissure de la lettre F pour faussaire, enfin à quinze ans de fers. Trois mois et demi après sa condamnation, il arrive au bagne de Rochefort pour y purger sa peine.

L’affectation aux travaux de fatigue (juillet 1803 à septembre 1805 ?)

  • 53 SHDR - série E –2E2-186 – Lettre n°296 de l’intendant du port de Rochefort au ministre de la Marine (...)

17C’est Félix Baillardel de Lareinty, intendant du port de Rochefort qui, dans sa lettre datée du 11 mars 1816 au ministre de la marine et des colonies, relate les premiers instants du forçat Dubois au bagne : « Le 9 juillet 1803, François Dubois, […] fut attaché à la chaîne au port de Rochefort. Destiné aux travaux, il tomba malade53 ».

  • 54 Code pénal de 1791, 1e partie : Des condamnations – Titre 1er : Des peines en général – Article 6 : (...)
  • 55 SHDR - série E- 1E-179 – f° 117 - Dépêche ministérielle du 04/05/1766 – « L’intention du Roy [est] (...)

Que signifie « destiné aux travaux » ?
Selon le Code pénal de 1791, les condamnés à la peine des fers doivent être employés aux travaux forcés54. Or, à Rochefort, depuis l’implantation du bagne, comme dans les autres ports, les travaux forcés concernent des activités réalisées dans l’arsenal, mais, s’agissant d’un port fluvial, s’y ajoute le halage des navires le long de la Charente, la cordelle55.

  • 56 Puisque les travaux forcés constituent une sanction pénale, pourquoi en dispenser celui qui commet (...)
  • 57 Par exemple, le commissaire Millet indique un traitement de faveur au profit du condamné Bergès qui (...)
  • 58 Les pratiques de l’affectation du nouvel arrivant illustre ce conflit, même si elles varient dans l (...)
  • 59 L’affectation systématique aux travaux de fatigue des néo-arrivants a déjà été soulignée in Jean-Ma (...)

À dire vrai, tous les forçats ne logent pas à la même enseigne : sont ainsi dispensés de travail, d’une part, évidemment, les malades, les invalides et les incurables, d’autre part, et cela peut sembler un défi au bon sens56, les condamnés que l’on maintient en salle par mesure de sûreté ou suite à une punition. Reste alors la masse des autres forçats assignés aux travaux forcés dont ils tirent leur nom. Cependant, tous les travaux ne comportent pas le même degré de pénibilité ; l’usage distingue ainsi la grande fatigue de la petite fatigue. La cordelle et les travaux de force relèvent de la grande fatigue ; les forçats y effectuent un labeur de bêtes de somme. Par opposition, la petite fatigue concerne des emplois de faveur réalisés dans le bagne, auprès de l’hôpital de la marine, dans les ateliers ou détails de l’arsenal, voire en ville. Loin d’être arbitraire, l’affectation des forçats conditionne l’efficacité du système des travaux forcés en combinant des pressions contraires57, d’une part, une logique économique qui préconise l’utilisation rationnelle des compétences des condamnés au profit de la marine, d’autre part, une logique pénitentiaire qui vise au maintien de l’ordre dans le bagne et à un traitement égalitaire dans l’exécution de la peine58. À Rochefort, il semblerait que la grande fatigue apparaisse comme le lot commun de la plupart des condamnés, en particulier un passage obligé pour les nouveaux arrivants59 , un temps de mise à l’épreuve.

  • 60 Au 1er janvier 1800, il existe 3 horlogers parmi les 1153 premiers forçats de la matricule, soit un (...)
  • 61 En toute logique nous n’avons pas retrouvé trace de François Dubois dans les journées d’ouvriers de (...)

Donc, conformément à ce canevas, François Dubois, lorsqu’il entre au bagne, est d’abord destiné aux travaux ; comprendre aux travaux de fatigue et même plus précisément aux travaux de grande fatigue. En conséquence, on peut en inférer que son métier d’horloger ne constitue pas une compétence suffisamment attractive60 pour lui éviter les travaux les plus pénibles sans que nous puissions savoir précisément à quels travaux il fut effectivement affecté61.
En revanche, nous savons qu’alors « il tomba malade [et qu’il fut envoyé] à l’hôpital ».

  • 62 SHDR – Série F – 2F1 – Registres d’entrée à l’hôpital : 2F1-113 – Floréal an XI à fructidor an XI – (...)
  • 63 Soit le 9 août 1803.
  • 64 Benjamin Delorge, Le service de santé au bagne de Rochefort (1766-1852), [Thèse de doctorat en méde (...)
  • 65 Soit le 1er octobre 1803.

18Essayons de suivre cette piste en compulsant les registres des entrées à l’hôpital de la marine62 ! De fait, nous y retrouvons sa trace : le 21 thermidor an XI63, soit un mois après son arrivée, même si nous ignorons à quelle date précise il a été affecté à la fatigue, François Dubois est admis pour cause de fièvres à l’hôpital. Nous ferons observer que son admission au bagne se produit juste au début de l’habituel pic des fièvres caniculaires64, habituel, mais néanmoins plus accentué cette année-ci [voir figure 03], et qui amènent notre forçat à l’hôpital. Il en sort le 8 vendémiaire an XII65, après un séjour de 53 jours.

  • 66 D’après SHDR – Série F –2F1-111 à 2F1-122 - Registre des entrées à l’hôpital de la marine de l’an X (...)

Figure 3 : Effectif mensuel des personnes séjournant à l’hôpital de la marine entre pluviôse an X (janvier/février 1802) et décembre 180866.

Figure 3 : Effectif mensuel des personnes séjournant à l’hôpital de la marine entre pluviôse an X (janvier/février 1802) et décembre 180866.
  • 67 Dans notre programme de recherche, nous n’avons pas encore traité le lien entre le type de travaux (...)
  • 68 Malgré les travaux de dessèchement des marais datant de la décennie 1780, les marais proches de Roc (...)
  • 69 À cet égard, Benjamin Delorge, op. cit., p. 69 remarque que les médecins Retz en 1784 et Lucadou en (...)
  • 70 La mise en œuvre de la prescription légale affectant les forçats aux travaux les plus pénibles (Cod (...)
  • 71 SHDR – Série E - 1E-462 – Lettre sans n° du 28/12/1784 – sans f° - de l’intendant au ministre : « [ (...)
  • 72 Benjamin Delorge, op. cit., p. 46 : « Les carences alimentaires, en diminuant la résistance physiqu (...)
  • 73 Geneviève Carrière et Bruno Carrière, « Santé et hygiène au bagne de Brest au XIXe siècle », Annale (...)

19Dans sa missive du 11 mars 1816, l’intendant de Rochefort formule un terrible syllogisme67 : « destiné aux travaux, il tomba malade [et fut transféré] à l’hôpital ». La fièvre68 ne frappe pas aveuglément, elle touche d’abord les personnes les plus vulnérables69. Or, en ce début de XIXe siècle, être affecté aux travaux de grande fatigue à Rochefort devait représenter au final un facteur de risque accru, car c’est être soumis aux travaux les plus pénibles70, par tous les temps71, avec une ration alimentaire manifestement insuffisante72 alors que les conditions d’hygiène du forçat s’avèrent rudimentaires73.

20Pour en revenir au forçat Dubois, entre le 21 thermidor de l’an XI (09/08/1803) et le 5e jour complémentaire de l’an XIII (22/09/1805), il effectue cinq séjours à l’hôpital qui représentent en moyenne deux jours d’hôpital par semaine sur les deux premières années d’incarcération. Puis après, plus rien ; l’on ne l’y revoit plus !

Figure 4 : 1e partie de la peine de François Dubois entre le 20 messidor an XI (30/07/1803) et le 5e jour complémentaire an XIII (22/09/1805)

Figure 4 : 1e partie de la peine de François Dubois entre le 20 messidor an XI (30/07/1803) et le 5e jour complémentaire an XIII (22/09/1805)
  • 74 Sur les 472 forçats admis au bagne en 1803, 316 décèdent au cours de leur peine, soit 66,9% :

21En effet, après sa dernière hospitalisation et jusqu’à sa sortie du bagne, soit une période de près de dix ans, François Dubois disparaît des tablettes médicales. Il a donc survécu à l’épreuve des deux premières années de bagne qui, à cette époque, emportait près d’un forçat sur deux74.

22Sa santé s’est-elle améliorée ? Ou plutôt qu’est-ce qui peut laisser penser qu’il se soit rétabli ? Peut-être son organisme s’est-il accoutumé aux conditions du milieu ?
En tout cas, échapper aux travaux de grande fatigue devait être une obsession, une question de vie ou de mort ! Sur ce point, nous formulons l’hypothèse qu’il lui aura fallu deux ans pour parvenir à en être exempté et que ses hospitalisations à répétition devaient correspondre à une période d’affectation aux travaux de fatigue ; ensuite seulement, il a dû bénéficier d’une situation protégée. Pour survivre, son dessein semble clair ; au lieu de la transgression, Dubois choisit la docilité active : se rendre utile plutôt que se rebeller ou que chercher à s’évader.

Un atelier d’horlogerie au bagne comme planche de salut

La survie de Dubois au bagne passe par un projet original : créer un atelier d’horlogerie. L’idée paraît simple ; en réalité, elle est peu banale pour un condamné aux fers ordinaire à qui toute initiative est normalement proscrite. Nous allons tenter de comprendre comment tout cela a été possible.

Dubois met ses compétences au service de la Marine

L’habileté constitue le nœud de cette affaire ; à l’évidence, Dubois est un homme habile dans la maîtrise de son art, certes, mais il est surtout habile à tisser les liens d’un réseau d’influences.

  • 75 SHDR – Série O - 1O-17 - Lettre sans n° du 14/08/1813 du commissaire du bagne au préfet maritime :  (...)
  • 76 SHDR - Série E –2E2-186 – Lettre n°296 de l’intendant du port de Rochefort au ministre de la Marine (...)
  • 77 France, Paris, Archives nationales de France (AnF) - série BB –BB21/201 – Dossier 1937 S3 – année 1 (...)

Sur le plan professionnel d’abord, c’est un horloger hors pair. Avant l’affaire qui causa sa perte en 1816, Millet, le commissaire du bagne de 1808 à 1815, louait déjà son savoir-faire75. Une fois l’affaire révélée au grand jour, les éloges se poursuivent : pour l’intendant Lareinty, Dubois est « supérieur en horlogerie à tous les artistes [sic] de cette ville76 », tandis que le Comte de Campenne, prévôt de la Cour prévôtale du département de la Charente-Inférieure, surenchérit en soutenant qu’il « fait porter l’art de la mécanique à son plus haut point de perfection77 ». Modérons le propos, ces dernières louanges ne sont peut-être pas dénuées de partialité, voire d’intentions, l’intendant ne cherche-t-il pas à laver son administration de tout soupçon de laxisme ? Le prévôt à plaider la cause de l’horloger pour solliciter une clémence royale ?

  • 78 SHDR - Série E –2E2-186 – Lettre n°296 de l’intendant du port de Rochefort au ministre de la Marine (...)
  • 79 SHDR - Série E –2E2-186 – Lettre n°296 de l’intendant du port de Rochefort au ministre de la Marine (...)
  • 80 SHDR - Série E –2E2-186 – Lettre n°296 de l’intendant du port de Rochefort au ministre de la Marine (...)

Ce savoir-faire professionnel reconnu n’aurait pourtant sans doute pas suffi s’il n’était doublé d’un sens aigu du faire savoir et d’un incontestable pouvoir de persuasion ! Lareinty, de nouveau, met en lumière le secret de son charisme : il est « doué d’un beau physique, [et s’exprime] avec grâce78 », ce qui lui attache la confiance de personnes influentes79. Or, une fois dans la place, par sa loyauté, il se construit un réseau de solides protections80.

L’incroyable ici tient dans la minceur de la brèche : il existait une infime possibilité de mener à bien un tel projet et pourtant Dubois va bien passer par le chas de cette aiguille. Comment y parvient-il ? En établissant des relations privilégiées avec sa clientèle !

  • 81 SHDR - Série E –2E2-186 – Lettre n°296 de l’intendant du port de Rochefort au ministre de la Marine (...)
  • 82 Cet hospice est une salle intermédiaire où les forçats ayant séjourné à l’hôpital se rétablissent a (...)
  • 83 SHDR - Série E –2E2-186 – Lettre n°296 de l’intendant du port de Rochefort au ministre de la Marine (...)
  • 84 Selon nous, de la fin 1805 à mars 1816.

Quelle est donc cette clientèle ? Initialement, il s’agit de personnes de son entourage81 : personnel du bagne, de l’hôpital de la marine, voire de l’arsenal ; peut-être aussi d’autres détenus. À partir de ce premier cercle, à la faveur du « bouche à oreille » ou plus sûrement d’actives entremises, l’horloger obtient l’autorisation d’établir, intra-muros, un petit atelier d’horloger. Installé, atelier et couchage, dans la salle des convalescents82, il travaille désormais pour la marine, tout en continuant à offrir ses services à ses premiers clients. Ce faisant, il jouit d’une certaine liberté et d’une autonomie relative puisque ces nouvelles attributions l’amènent à sortir du bagne « une fois par semaine, sous la surveillance d’un garde, pour monter ou réparer les horloges, et pendules placées dans les divers établissements de la Marine83 ». Mais, une fois implantée, comment expliquer qu’une telle activité ait pu se poursuivre pendant une dizaine d’années84 ? Comment expliquer le miracle de sa longévité ?

Une « petite entreprise » au cœur du bagne

  • 85 SHDR – Série O - 1O-17 - Lettre sans n° du 14/08/1813 du commissaire du bagne au préfet maritime.

Au fil du temps, cet atelier est devenu une affaire florissante qui propose des prestations destinées à une clientèle élargie dont la qualité est reconnue et à des tarifs défiant toute concurrence. Une intervention, en août 1813, du commissaire Millet, responsable des chiourmes, visant à régler une anicroche, sinon un litige, en matière de prix nous en fournit un instantané édifiant85.

  • 86 Reste néanmoins qu’il est possible que quelque intermédiaire se soit graissé la patte au passage, c (...)

Informé que l’horloger Dubois pratique des tarifs prohibitifs pour son ouvrage, le commissaire du bagne le convoque pour lui adresser une remontrance. La vive réaction du pouvoir exécutif du bagne s’explique par le fait que, d’une part, le client concerné n’est pas n’importe qui, il s’agit de Monsieur de Sérigny, présentement maire de Rochefort, et, d’autre part, que l’incident est arrivé aux oreilles du Préfet maritime, plutôt remonté, si l’on ose dire. L’anecdote montre d’abord que l’activité de l’atelier a franchi les murs de l’arsenal : en l’occurrence, il s’agissait de réparer la montre à répétition du premier magistrat de la ville. En réponse à cette admonestation, le forçat Dubois a rédigé une missive destinée au commissaire du bagne, mais que nous n’avons hélas pas retrouvée. Sa teneur nous est toutefois délivrée par le commissaire Millet qui indique qu’au lieu du prix exorbitant de 38 francs, Dubois prétend n’avoir perçu que 10 francs86. Ce sont surtout les arguments subséquents du chef du bagne qui retiennent notre attention :

1/ 10 francs, le prix demandé par Dubois ne paraît pas excessif au responsable des chiourmes en comparaison du prix du marché qu’il a lui-même observé, à savoir 12 francs…
2/ … d’autant plus, que Dubois lui semble meilleur que tous les autres horlogers de la ville…
3/ … même si ces derniers supportent des frais (impôts, patentes) auxquels échappe l’atelier d’horlogerie du bagne.

  • 87 SHDR - 1O-17 - Lettre sans n° du 14/08/1813 du commissaire du bagne au préfet maritime : « je me pl (...)

C’est Ubu avant l’heure : bien qu’il légitime finalement les pratiques commerciales de Dubois, le commissaire Millet se gargarise pourtant d’avoir remis à sa place le condamné en exigeant plus de « prudence et de ménagement » dans son comportement87. Au fil du temps pourtant, cette activité prospère et s’étoffe d’une petite équipe autour de Dubois.

Le personnel de l’atelier d’horlogerie du bagne

  • 88 SHDR - série E –2E2-186 – Lettre n°296 de l’intendant du port de Rochefort au ministre de la Marine (...)

Tel qu’il est décrit dans le courrier de Lareinty88, l’atelier d’horlogerie du bagne est organisé sur le modèle de l’entreprise privée avec un patron, deux ouvriers et un apprenti.

  • 89 SHDR - série E –2E2-186 – Lettre n°296 de l’intendant du port de Rochefort au ministre de la Marine (...)

Au sommet d’abord, même si Dubois demeure sous la surveillance du sous-côme Blondeau89, sa fonction lui octroie un traitement de faveur, notamment une certaine liberté, et ce d’autant plus que « sa conduite [est] exempte de reproches ». Ainsi, rappelons-le, il est autorisé à dormir dans son atelier, ce qui le dispense du couchage collectif et du régime commun du bagne.

  • 90 D’après SHDR - série O – 1O-37 - f°155, JF Labesse, n°6796, serait peintre en bâtiment.
  • 91 AnF - série BB –BB21/201 – Dossier 1937 S3 – année 1816 – Lettre du Comte de Campenne, prévôt de la (...)

Les ouvriers ensuite. La pendule exposée au musée de la marine à Rochefort fait ici son entrée en scène : l’intendant signale que « Jean-François Labesse, forçat n°6751, et Etienne Mertz, n°6796, tous deux horlogers90 sont employés par Dubois à une mécanique qu’il appelle le mouvement perpétuel ». Dubois en est donc bien le concepteur91, mais sa réalisation serait confiée par Dubois à ses deux ouvriers ; répartition des travaux qui a tout lieu de surprendre dans la mesure où la fabrication de cette pendule devait représenter un projet plus ambitieux que le quotidien de l’horloger : le montage et la réparation des instruments de computation.

L’apprenti, enfin ! À n’en pas douter, l’aspect le plus insolite dans l’effectif de cet atelier inédit concerne la présence d’un apprenti qui démontre la force de persuasion de Dubois. En effet, ce dernier, arguant en 1814 que sa vue décline, demande la permission de faire venir au bagne son fils alors âgé de 15 ans pour en réaliser l’apprentissage professionnel. Le comportement irréprochable de notre horloger explique sans doute que les autorités portuaires accèdent à sa requête. Très vite, désireux d’éviter à son fils de mauvaises fréquentations, il demande et obtient encore que son rejeton puisse dormir dans une chambre voisine de Blondeau, à proximité de l’atelier d’horlogerie. Un apprenti, âgé de 15 ans, qui n’est pas lui-même condamné, mais qui est le fils d’un forçat, et qui couche dans un bâtiment relevant du service des chiourmes, c’est une première, mais aussi un bien curieux privilège !

  • 92 SHDR – série O - 1O-18 - Lettre n°231 du 05/04/1816 du commissaire du bagne à M. le Procureur du ro (...)

Un autre point a retenu notre attention que nous voudrions rapidement évoquer. Un courrier daté du 5 avril 181692 émanant du commissaire du bagne mentionne le prêt de deux polissoirs par le forçat Besson, également horloger, au forçat Dubois. En creux, cette parenthèse montre l’existence d’une solidarité intra-professionnelle, mais aussi la possibilité pour un forçat-ouvrier de conserver ses propres outils à l’intérieur du bagne et donc de les prêter. Autrement dit, le bagne ne semble pas abolir les pratiques et usages professionnels, au contraire.

Pour en revenir à la situation de Dubois à l’intérieur du bagne, indéniablement, c’est à son seul mérite qu’il doit cette belle réussite matérielle qui lui épargne la rigueur du régime du bagne, voire lui procure un certain confort et une reconnaissance certaine. Qui plus est, l’intendant avance que Dubois « n’a jamais abusé de l’espèce de liberté qui lui [est] accordée ». Ce point reste cependant à vérifier !

L’irrésistible attraction du crime, la rechute inexorable

Le 6 mars 1816, le mirage se dissipe pour faire surgir, dans les plis du réel, une machination frauduleuse ourdie au sein même du bagne, donc au cœur d’un lieu censé punir le crime.

Le beau coup de filet de Drouhet, commissaire de police à Rochefort

  • 93 France, La Rochelle, Archives Départementales de la Charente-Maritime (ADCM) – Série M – Cote 4 M3 (...)
  • 94 ADCM – Série U – Cote U6120 – Commission rogatoire du juge d’instruction en date du 23 mars 1816 du (...)
  • 95 Par comparaison, les appointements annuels du sous-commissaire de marine Alliez, alors chef du serv (...)
  • 96 ADCM – Série M – Cote 4 M3 article 9 – Rapport du commissaire de police de Rochefort, Drouhet, au m (...)
  • 97 AnF - série BB –BB21/201 – Dossier 1937 S3 – année 1816 – Lettre du Comte de Campenne, prévôt de la (...)
  • 98 ADCM – Série M – Cote 4 M3 article 9 – Rapport du commissaire de police de Rochefort, Drouhet, au m (...)
  • 99 SHDR – Série O - 1O-18 - Lettre n°209 du 08/03/1816 du commissaire du bagne à l’intendant du port d (...)
  • 100 AnF - série BB –BB21/201 – Dossier 1937 S3 – année 1816 – Lettre du Comte de Campenne, prévôt de la (...)

Dans son rapport au maire de la ville, le commissaire Drouhet, visiblement plus à l’aise dans l’action qu’une plume à la main, relate cette belle prise93. Le mercredi 6 mars 1816 donc, avec le concours du conducteur de la voiture de la ligne Rochefort – La Rochelle94, le commissaire de police fait appréhender François Dubois fils dès sa descente de diligence par deux agents de police : le jeune homme de 17 ans transporte avec lui trois sacs contenant un lot de 552 pièces de cinq francs, fausses évidemment, représentant un poids de 13,8 kg de pièces pour une valeur de 2 760 francs95. À l’évidence, il s’agit d’une belle pêche et il est de bonne guerre que le commissaire s’en fasse des gorges chaudes96 : « soupçonnant depuis longtemps [que] le nommé Dubois, forçat horloger au bagne et son fils, fabriquaient et émettaient de la fausse monnaie, j’ai surveillé le départ du dernier, les voyages fréquents avaient éveillé mes soupçons ». Si l’on se fie au Comte de Campenne pourtant, le flair du policier de Rochefort y compte pour peu, la révélation du « pot aux roses » proviendrait plutôt de la délation du forçat Aaron Hadmard, ex-commissaire de police, il est vrai97. Or, si nous ne savons pas comment Hadmard, le mouchard, et Drouhet, le policier municipal, ont pu se rencontrer sans l’entremise du chef des chiourmes qui ne découvre l’affaire qu’une fois celle-ci éventée, il n’en demeure pas moins que c’est bien le commissaire Drouhet, et non la police interne du bagne, qui met fin à ce trafic. Donc c’est bien le policier qui dirige l’arrestation du fils Dubois, puis sollicite des autorités portuaires le concours du commissaire du bagne pour procéder à la perquisition de l’atelier du faussaire où il met la main sur « différents objets qui prouvent la culpabilité de Dubois père98», à savoir : « une boîte contenant du plâtre réduit en poudre, deux petits lingots en étain ou composition, une liasse de lettres et papiers, une bolée de terre de pipe et quatre pièces de cinq francs99 », mais il met également en lumière la répartition des rôles entre le père et le fils, « c’est au bagne que la fabrication a eu lieu. L’individu accusé de l’avoir faite jouissait d’une telle liberté qu’il a pu sans peine y procéder. Quant à l’émission, elle est incontestable puisque son fils, qui lui servait de commis-voyageur, a été arrêté, en partant, nanti de 2 600 francs [sic] en fausses pièces de 5 francs 100 ».

Même si personne ne songe à ne lui en faire grief, on pourrait pourtant reprocher au commissaire Drouhet sa précipitation car, en arrêtant prématurément le fils Dubois à la sortie de la diligence, le policier se prive d’atteindre les contacts auprès desquels le jeune Dubois allait écouler les fausses pièces. Or, à notre connaissance, ces complicités extérieures ne seront pas retrouvées.

  • 101 À cet égard, on notera les propos contradictoires du prévôt de la Cour prévôtale, voir AnF - série (...)

En interne, peut-être pour masquer leur laxisme, les autorités du port ne manquent pas de réagir prestement, d’abord en plaçant en isolement et évidemment séparément les trois horlogers de l’atelier, tous suspects ; ensuite en incarcérant le sous-côme Blondeau à la prison Saint-Maurice en raison de sa négligence aveugle. À nos yeux, le naïf sous-officier des chiourmes fait figure de victime expiatoire d’une administration défaillante101 qui semble vouloir dissiper sous une réponse énergique et sévère tant son incurie à avoir laissé se développer en son antre une activité frauduleuse que son incapacité à la découvrir. Bref, une manière de s’en laver les mains en rejetant la faute sur un lampiste plutôt que d’assumer ses responsabilités !

Le stratagème de la machination de Dubois

À défaut des pièces du procès qui s’ensuit, les bribes des enquêtes policières (municipale et interne au bagne) et de l’instruction judiciaire que nous avons pu rassembler nous permettent de nous former une idée, même incomplète, de l’organisation frauduleuse fomentée par le forçat Dubois qui, s’il ne nie pas les faits, s’enferme dans le mutisme, se refusant à livrer ses éventuels comparses comme le secret de ses intentions.

Condamné treize ans plus tôt à une peine de quinze ans de fers pour émission de fausse monnaie, le forçat Dubois récidive donc, mais, cette fois-ci, de l’intérieur du bagne et avec le concours de son fils auquel il a effectivement transmis toutes les ficelles de son art.

  • 102 AnF - série BB –BB21/201 – Dossier 1937 S3 – année 1816 – Lettre du Comte de Campenne, prévôt de la (...)

Selon le prévôt de Saintes, il ne fait « aucun doute que [c’est] au bagne que la fabrication a eu lieu102 ». Or, pour mener à bien son funeste dessein, Dubois a dû résoudre différents problèmes tenant au moment, aux acteurs, au lieu et aux moyens du forfait. Comment s’y est-il pris ?

  • 103 La principale source est SHDR - série E –2E2-186 – Lettre n°296 de l’intendant du port de Rochefort (...)
  • 104 SHDR – série O - 1O-18 - Lettre n°209 du 08/03/1816 du commissaire du bagne à l’intendant du port d (...)
  • 105 SHDR – série O - 1O-18 - Lettre n°209 du 08/03/1816 du commissaire du bagne à l’intendant du port d (...)

En obtenant le privilège de coucher dans l’atelier d’horlogerie séparé du bagne, le forçat Dubois fait d’une pierre trois coups. La dualité du local, à la fois atelier et chambre, lui offre le moment propice, à la brune, pour agir en toute tranquillité. En effet, la nuit éloigne de l’atelier les ouvriers horlogers tenus de regagner leur place au dortoir du bagne, mais aussi le garde-chiourme qui, en fin de journée, relâche sa surveillance. Par ailleurs, le crépuscule réunit père et fils, les isolant dans leur carrée, à l’abri des regards indiscrets. Ces conditions remplies, reste encore le mode opératoire ! En voici les grandes lignes telles que les documents collectés103 nous les laissent entrevoir :
1/ Les faussaires doivent d’abord se procurer la matière : il s’agirait de plâtre et d’étain104. Sur ce point, il convient de rendre hommage à l’habileté de Dubois qui, plutôt que d’échafauder un trafic clandestin, se fait livrer gratis par la marine. C’est ici, en fait, que la machine à mouvement perpétuel entre dans les plans de Dubois : elle apparaît comme un adroit subterfuge requérant un approvisionnement justifié en matières, finalement détournées au profit du complot caché, qui plus est, au vu et au su de tous.
2/ Les matériaux doivent ensuite être fondus pour obtenir un mélange composite. Pour ce faire, il faut maintenant un fourneau. C’est un nouveau défi ! Qu’à cela ne tienne, au motif de douleurs causées par le froid et l’humidité, la salle des convalescents est située non loin des berges de la Charente, Blondeau octroie à Dubois père le droit d’alimenter un petit brasier pour chauffer son atelier. Toujours aux frais de la marine, cela s’entend.
3/ Le métal obtenu est enfin coulé dans des moules105 pour donner aux fausses pièces la forme et l’apparence de vraies pièces de cinq francs. Cependant, cette fausse monnaie est-elle vraiment ressemblante à l’originale ? Selon l’auteur du rapport au Roi pour le recours en grâce, la qualité de ces fausses pièces se démarque nettement de la médiocrité des copies habituelles.

  • 106 AnF - série BB –BB21/201 – Dossier 1937 S3 – année 1816 – Rapport du Procureur de la Cour royale de (...)
  • 107 AnF - série BB –BB21/201 – Dossier 1937 S3 – année 1816 – Rapport du Procureur de la Cour royale de (...)

Autrement dit, on le voit, l’ampleur et la perfection de cette fraude106 exige un procédé complexe qui amène l’auteur du même rapport107 à douter que Dubois puisse être le seul instigateur d’un forfait de cette échelle et qui peut expliquer les foudres des autorités portuaires contre ce jobard de Blondeau qui n’y a vu que du feu.

  • 108 AnF - série BB –BB21/201 – Dossier 1937 S3 – année 1816 – Rapport du Procureur de la Cour royale de (...)
  • 109 AnF - série BB –BB21/201 – Dossier 1937 S3 – année 1816 – Rapport du Procureur de la Cour royale de (...)
  • 110 AnF - série BB –BB21/201 – Dossier 1937 S3 – année 1816 – Lettre du Comte de Campenne, prévôt de la (...)

Vient ensuite l’émission de la fausse monnaie, c’est-à-dire sa mise en circulation. Concernant l’affaire Dubois, pour l’auteur du recours en grâce108, « l’émission […] est incontestable, puisque [c’est le] fils qui servait de commis-voyageur ». Les versions se contredisent cependant sur l’ancienneté du trafic : d’après le rapport au Roi pour le recours en grâce citant l’arrêt de la cour de Saintes, la diffusion des fausses pièces n’est attestée que sur deux mois109 tandis que le prévôt de Saintes110 indique que « [la] fabrication […] date depuis longues années [sic] ».

  • 111 SHDR – série O - 1O-17 - lettre n°82 du 19/03/1814 du commissaire du bagne au chef d’administration (...)

L’hypothèse d’une mise en circulation à partir du bagne est également plausible, peut-être à titre expérimental, mais, en tout état de cause, pour des volumes moindres que l’écoulement externe. La découverte fortuite en 1814 d’une fausse pièce de cinq francs, utilisée par un forçat pour acheter un pain en ville conduit Millet111, le commissaire du bagne, à interroger les deux forçats impliqués, puis à demander l’ouverture d’une enquête judiciaire par le commissaire-rapporteur du tribunal maritime spécial. Hélas, là-encore, nous en ignorons les conclusions.

Cependant, jamais avare de détails, le commissaire Millet enrichit notre information sur la qualité de la contrefaçon : « La différence que j’ai remarquée en confrontant cette pièce avec plusieurs autres bonnes est si peu sensible qu’il est fort facile de s’y méprendre ; le chiffre 5, par exemple, et le mot francs sont plus grands et plus forts, la gravure de la tête et la couronne de lauriers paraît aussi un peu plus forte et plus imparfaite ; on remarque aussi dans les mots, “Dieu protège la France”, quelques légères irrégularités dans le caractère. Il faut convenir que, malgré tous ces défauts presqu’imperceptibles, il est évident que la pièce a été soigneusement travaillée ; quoique d’un autre métal, elle a le même poids que les pièces de 5 francs ; je serais porté à croire qu’elle a été frappée dans une matrice et qu’elle n’a pas été coulée ».

Figure 5 (vraie) pièce de 5 francs 1813 – H – argent 900/1000 – 25 g – 37mm (source : © numismatique-suffren.com)

Figure 5 (vraie) pièce de 5 francs 1813 – H – argent 900/1000 – 25 g – 37mm (source : © numismatique-suffren.com)

AVERS : NAPOLÉON EMPEREUR

REVERS : EMPIRE FRANçAIS

Tête laurée de Napoléon Ier à droite.

La lettre d’atelier se situe à droite du millésime (H = hôtel de monnaie de la Rochelle) et à gauche on trouve le différent du graveur (Nicolas Antoine BRENET).

TRANCHE : dessin en creux « DIEU PROTEGE LA FRANCE ».

  • 112 SHDR – Série O - 1O-17 - lettre n°82 du 19/03/1814 du commissaire du bagne au chef d’administration (...)

À dire vrai, rien ne permet de soutenir avec aplomb que cette fausse pièce était déjà l’œuvre de Dubois, mais la qualité de l’imitation, soulignée par le chef des chiourmes, porte à le croire, même si l’enquête diligentée en 1814 ne parvient pas à remonter jusqu’au faussaire. Toutefois, ironie ou bravade, le forçat incriminé avoue « qu’elle lui avait été donnée à la paie, il y a environ quatre mois112 ». Autrement dit, la pièce viendrait de l’administration même du bagne ! En passant, relevons qu’à Rochefort, en 1814, certains travaux effectués par les condamnés donnaient déjà lieu à un pécule avant même la généralisation de cette pratique à tous les arsenaux maritimes dans la décennie suivante.

Retour au début mars 1816. Une fois le fils Dubois interpellé et son père mis au cachot, place à la justice ! Bien que la fabrication de la fausse monnaie ait eu lieu dans l’enceinte de l’arsenal, l’affaire Dubois échappe au tribunal maritime pour ressortir à la juridiction de droit commun puisque c’est le jeune Dubois qui a été intercepté. D’ailleurs, les forces de l’ordre espèrent sans doute mettre la main sur des complices externes au bagne. Bref, c’est l’ordre de la société qui est en jeu plus que celui du bagne qui n’était que le nid du crime.

Le jugement des Dubois, père et fils

  • 113 AnF - série BB –BB3/124 – Affaires prévôtales. La fausse-monnaie représente 249 cas sur un total de (...)
  • 114 ADCM – Série U – Cote U6120 – Programme pour la cérémonie d’installation qui aura lieu le 29 avril (...)
  • 115 Pierre Hourmat, « La cour prévôtale des Basses-Pyrénées (1816-1818) », Annales du Midi : revue arch (...)
  • 116 ADCM – Série U – Cote U6120 – Sauf erreur de notre part, le procès Dubois est la 4e affaire jugée p (...)
  • 117 AnF - série BB –BB21/201 – Dossier 1937 S3 – année 1816 – Lettre du Comte de Campenne, prévôt de la (...)
  • 118 AnF - série BB –BB21/201 – Dossier 1937 S3 – année 1816 – Lettre du Comte de Campenne, prévôt de la (...)

Dévoilée le 6 mars 1816, l’affaire Dubois est donc portée, trois mois et demi après, devant la cour prévôtale de Saintes113, rétablie depuis peu114. Voulue par les ultra-royalistes et instituée par la loi du 20 décembre 1815, l’éphémère justice prévôtale de la Restauration avait vocation à être une justice expéditive et sévère, jugeant en dernier ressort et sans recours, après une rapide instruction115. Le procès des Dubois dure trois semaines, du 21 juin au 13 juillet 1816. Hélas, les pièces de ce nouveau procès restent introuvables116. Hélas, trois fois hélas ! Même si l’on peut en douter, celles-ci nous auraient peut-être permis d’accéder aux discours des acteurs. Disons plus sûrement à leurs silences ou à leurs lignes de défense : au mutisme de Dubois117, à la version des autorités du port, soucieuses de taire ou de masquer leurs responsabilités118.

Reste alors à être tout yeux, tout oreilles, aux quelques échos indirects qui évoquent ce procès.

  • 119 SHDR – Série E - 2E2-186 – Lettre n°801 de l’intendant au ministre du 13/06/1816
  • 120 AnF - série BB –BB21/201 – Dossier 1937 S3 – année 1816 – Lettre du Comte de Campenne, prévôt de la (...)
  • 121 D’après SHDR - série O –1O-36 et 1O-37 pour les forçats concernés, voir les mentions marginales.

Ainsi, la correspondance administrative relative au service des chiourmes mentionne cinq forçats entendus comme témoins119 : Labesse et Mertz, les deux ouvriers de Dubois que nous avons déjà croisés, ils sont d’abord soupçonnés de complicité, puis finalement disculpés ; Besson, l’autre forçat horloger ; Hadmard, père et fils, les fines mouches120. Leur témoignage ne parviendra pas jusqu’à nous. L’intendant de Rochefort souhaitait que ces témoins soient présents dès l’ouverture des débats, ils ne seront détachés de la chaîne que le 5 juillet 1816 pour être ramenés au bagne le 17 juillet suivant121.

  • 122 ADCM – 2MI906 – Journal du département de la Charente Inférieure, année 1816, p. 296-297.
  • 123 Sur la disproportion sur la sévérité du châtiment en cas d’émission de fausse-monnaie, voir Frédéri (...)

23Un entrefilet dans la presse régionale122 nous apprend ensuite que, par arrêt de la Cour prévôtale, « en date du 13 juillet 1816, François Dubois fils [et] François Dubois père, […] ont été condamnés à la peine de mort, en vertu des articles 132, 59 et 60 du Code pénal123 […] ». Quant aux faits, on leur reproche d’avoir « mis en circulation des pièces de cinq francs, fausses, ayant cours légal en France, sachant qu’elles étaient vraiment fausses ».

  • 124 AnF - série BB –BB21/201 – Dossier 1937 S3 – année 1816 – Rapport du Procureur de la Cour royale de (...)
  • 125 AnF - série BB –BB21/201 – Dossier 1937 S3 – année 1816 – Rapport du Procureur de la Cour royale de (...)

24De son côté, le Procureur de la Cour royale de Poitiers, dans son rapport au Roi pour le recours en grâce, confirme que, malgré les soupçons pesant sur le forçat Dubois, la Cour prévôtale n’a pas pu démontrer sa culpabilité dans la fabrication des fausses pièces124. Ceci explique pourquoi il n’est coupable que de complicité dans l’émission de la fausse monnaie qui, elle, ne fait aucun doute. Néanmoins, cette restriction n’empêche pas sa condamnation à la peine capitale, voire elle peut justifier que le Procureur de la Cour royale de Poitiers ne suive pas, concernant le père, le prévôt de Saintes qui recommande les Dubois à la clémence du Roi. Pour le Procureur de Poitiers, en effet, le père semble être la seule tête pensante de cette fraude, aussi peu importe la perte d’un talent rare, il s’agit de protéger la société d’un individu dangereux et manipulateur. Quant à son fils, il propose d’alléger sa peine en raison de sa jeunesse qui le plaçait sous l’influence néfaste du père125.

  • 126 AnF - série BB –BB21/201 – Dossier 1937 S3 – année 1816 – Réponse à la demande de grâce – 17/08/181
  • 127 ADCM – Série E – Cote 2E439/30– Registre des décès 1815-1818 à Saintes – p.102 – Acte n°142
  • 128 AnF - série BB –BB21/201 – Dossier S6-2267 – année 1825 – Demande de grâce du 02/12/1825

25En bout de chaîne, si l’on ose dire, le Roi126 emboîte le pas du Procureur de la Cour royale de Poitiers : selon le registre de l’état-civil de Saintes127, François Dubois, âgé de cinquante ans, décède le 27 août 1816 à onze heures et quart, sans mention de la cause de son décès sur l’acte qui le constate ; le fils Dubois, âgé de dix-sept ans, est transféré à la maison centrale de Limoges pour y subir une peine de vingt ans de prison ; neuf ans plus tard, le 2 décembre 1825128, sa bonne conduite lui permet d’obtenir remise du restant de sa peine, nous perdons alors sa trace.

Le fin mot de l’histoire : entre histoire ordinaire et l’extraordinaire de l’histoire

Difficile de mettre un point final à l’affaire Dubois, car, même après l’exécution du faussaire, divers faits viennent encore ranimer la flamme de l’intrigue. Néanmoins, l’heure du bilan a bien sonné et, même si certaines questions demeurent en suspens, il est temps de nous demander en quoi cette histoire enrichit notre connaissance du fonctionnement du bagne de Rochefort.
Nous voudrions ici en tirer un rapide tableau.

Épilogues en série pour une affaire qui tarde à s’achever

26Avec l’exécution du forçat à la fin août 1816, le dossier Dubois devrait être refermé ; l’affaire va pourtant connaître encore quelques soubresauts, présentés ici au fil du temps.

Juillet / août 1816 à décembre 1818, le toupet du chef des chiourmes

  • 129 SHDR – Série O - 1O-18 – Lettre n°1181 du 20/11/1818 du commissaire du bagne à M. l’Intendant de la (...)

27Une fois le procès terminé, la machine à mouvement perpétuel est de retour à Rochefort. Sur ordre de l’Intendant du port, on la remise dans la salle des petits modèles de l’arsenal. Il faudra attendre encore plus d’un siècle pour qu’on la déménage au Musée Naval de Rochefort ouvert en 1936 et dans lequel elle est exposée depuis lors. Bien avant ce transfert, en décembre 1818, pour couvrir les frais de procès supportés par la caisse des forçats, après avoir vendu les « effets d’habillement, livres et autres objets d’horlogerie qui appartenaient au forçat Dubois », le commissaire du bagne en réclame le paiement à la caisse des fonds libres129. On peut miser que sa demande restât lettre morte.

Septembre 1816, pour solde de tout compte

  • 130 S’agit-il de François, emprisonné à la maison centrale de Limoges, ou d’un autre fils dont nous ign (...)
  • 131 SHDR – Série O - 1O-18 – Lettre n°417 du 04/09/1816 du commissaire du bagne à M. Baudouin, ancien c (...)

28Quelques jours après l’exécution du condamné, début septembre 1816, Dubois fils130, par l’entremise du commissaire des chiourmes131, relance Monsieur Baudouin, un client de son père, ancien officier d’administration de marine à Rochefort, afin de recouvrer une somme de 75 francs due pour des travaux d’horlogerie. Cette relance, banale opération dans une entreprise quelconque, donne à voir le recours à des techniques de gestion assurant le fonctionnement courant de cette activité artisanale exercée en milieu carcéral : une clientèle, des pratiques financières (le crédit), des outils de gestion (un suivi des créances) ; bref, toute une organisation administrative.

Décembre 1816, faire flèche de Dubois

  • 132 SHDR – Série E - 2E1-78 – Dépêche ministérielle n°50 à l’intendant en date du 24/12/1816
  • 133 SHDR – Série E - 2E2-191 – Lettre n°14 (et 90) de l’intendant au ministre de la marine en date du 1 (...)
  • 134 Gilles Malandain, dans « le procès de la Méduse », conférence CERMA du 30/09/2015, a souligné la di (...)

29Quel écho connaît l’affaire Dubois ? Même si l’activité de faux-monnayage perpétrée au bagne remonte jusqu’aux oreilles ministérielles, les responsables de l’arsenal maritime semblent d’abord éviter les fourches caudines de leur hiérarchie. Toutefois, lorsqu’en fin d’année 1816, la rumeur d’un trafic de fausses pièces de dix centimes sur Rochefort parvient au ministre de la police générale, ce dernier ne manque pas de solliciter une mise au point à son homologue de la marine qui diligente immédiatement une enquête au niveau local132. Celle-ci montrera finalement que la rumeur était un faux bruit133. Que penser de ce tapage ? La requête du comte Decazes, ministre de la police générale, était-elle une autre manœuvre politicienne visant à déstabiliser le vicomte du Bouchage, alors ministre de la marine134, ou s’agit-il d’une première flèche contre le bagne, cet antre du vice, dont Dubois contribue à ternir la triste réputation ?

Janvier 1818, le trésor caché de Dubois

  • 135 SHDR – Série O - 1O-18 – Note sans n° du 24/01/1818 du commissaire du bagne à M. Quillet, chef du s (...)
  • 136 SHDR – Série O - 1O-18 – Lettre n°919 du 05/02/1818 du commissaire du bagne à M. l’Intendant de la (...)
  • 137 Si ce n’est la requête présentée par le commissaire du bagne pour obtenir un dédommagement concerna (...)

30Ultime sursaut : en janvier 1818, des déplacements de terres opérés dans le jardin vivrier du bagne conduisent à mettre la main sur un lot de 75 fausses pièces de cinq francs et « un creuset contenant la matière avec laquelle les pièces ont été fabriquées » 135. Sans l’ombre d’un doute, ces reliques sont attribuées à Dubois et le commissaire du bagne se réjouit de cette découverte fortuite. Après la récupération de vingt pièces supplémentaires d’abord subtilisées par les découvreurs, le magot de Dubois est remis par le responsable des chiourmes à son supérieur hiérarchique136, ce qui met un point final à l’affaire Dubois dans nos sources137.

Qu’est-ce que l’affaire Dubois nous apprend du fonctionnement du bagne ?

Derrière l’objet, il y a l’homme. Derrière l’homme, il y a l’institution. Il y a encore l’abîme de tout ce qui nous échappe, irrémédiablement, l’abîme de chaque âme devant la béance du bagne.

Le factuel ordinaire du bagne

Le bagne de Rochefort est donc la toile de fond, le décor de cette histoire peu banale. La pendule du Musée de la Marine ouvre bien une fenêtre sur le bagne ; accoudé sur son rebord, on peut y observer la vie ordinaire du bagne : l’arrivée d’une nouvelle chaîne, l’affectation des forçats aux travaux du port, le traitement différentiel des condamnés, la maladie qui frappe ces hommes diminués, la mort qui fauche sa moisson de condamnés. En somme, la violence ordinaire du quotidien d’une institution cul-de-sac !

Le factuel extraordinaire du bagne

  • 138 Contrairement au camp d’extermination, le bagne n’est pas un lieu de non-droit, voir Giorgio Agambe (...)
  • 139 SHDR - Série E –2E2-191 – Lettre n°14 (et 90) de l’intendant du port de Rochefort au ministre de la (...)

31Dans ce lieu d’enfermement à ciel ouvert, même s’il ne s’agit pas d’un camp de la mort138, le condamné ne s’appartient plus. Durant le déroulement de sa peine, il est remis à la Marine qui s’évertue de le contenir entre ses murs, l’utilise en fonction de ses besoins, l’entretient en fonction de ses moyens. Dans ce cadre contraint, il n’y a pas de place pour l’individu. Pourtant, dans un minuscule interstice, et avec l’aval du pouvoir en place, le forçat Dubois parvint à faire valoir ses compétences professionnelles pour créer son propre atelier d’horlogerie. Le fait est unique en son genre : c’est une fleur en plein désert ! C’est là que se situe l’extraordinaire de l’affaire Dubois139.

32Hélas, la tentation était-elle trop forte ? Dubois transforme cette heureuse initiative en paravent servant à masquer une escroquerie. En effet, le forçat pervertit l’incroyable faveur dont il bénéficiait pour installer le crime au sein même du bagne, au nez et à la barbe de tous et, qui plus est, avec la complicité de son fils. Or, à l’intérieur des murs du bagne, tout le monde s’épie, se jalouse, se suspecte. Ainsi, le trafic louche des Dubois est-il éventé – vite ou pas ? – par Aaron Hadmard, un autre forçat, ancien policier, qui voit dans la délation l’opportunité de soutirer quelque avantage. Hadmard joue une autre partition, dont l’histoire, sans doute moins attachante, car moins noble et plus banale, reste cependant à écrire.

Les lacunes du dossier

33Pour revenir aux frasques de Dubois dont la machine à mouvement perpétuel apparaît comme l’outil de la mystification, donc une preuve à charge, si la recherche opiniâtre dans les archives a permis d’exhumer les grandes lignes de cette histoire, il n’en demeure pas moins que le tableau conserve plusieurs zones d’ombre rebelles sur lesquelles ont naufragé nos efforts. Le contexte familial figure parmi les points ayant résisté à nos investigations : les origines socio-familiales, la place dans cette histoire de sa femme et de sa fille, toutes deux introuvables, ou encore le sort de son fils après son séjour carcéral. Idem pour les complicités qui n’ont pas été démasquées. Toutefois, la lacune principale, à nos yeux, est l’absence des pièces de l’instruction et du procès de 1816. En effet, insistons sur ce point, on peut penser que celles-ci auraient permis d’accéder à la version de Dubois, mais aussi aux discours des autres protagonistes : forçats ou agents de l’administration ; voire, on peut rêver, à la manière dont le bagne portuaire instrumentalise cette affaire pour façonner sa mémoire, forger des légendes ou des exemplarités. Car, pour renouer avec le cœur de notre recherche, le plus surprenant n’est-il pas de constater que l’affaire n’éclabousse ni l’administration des chiourmes, ni même l’institution ?

Une défaillance pour laquelle l’administration des chiourmes plaide non coupable

Comment peut-on expliquer que les autorités portuaires ayant initialement donné leur aval pour l’atelier d’horlogerie, puis n’ayant rien vu venir de cette fabrication de fausse monnaie, n’ayant rien découvert enfin, aient été épargnées par la critique ?

Quels acteurs locaux ont autorité sur le bagne ?

  • 140 Pérault (1793-1806), Franquet (1806-1807), Millet (1808-1815), Pasquet (1814), Goguet (1815-1816) e (...)
  • 141 À partir de 1835, il peut s’agir d’un officier de marine ; néanmoins, à Rochefort, seuls des offici (...)
  • 142 Risques liés aux condamnés (évasions, désordres ou qualité des travaux forcés) mais aussi risques l (...)

Tout d’abord, de qui parle-t-on ? À la tête du bagne, se trouve un commissaire de marine ; à défaut, un sous-commissaire de marine ; c’est lui qui exerce le pouvoir exécutif. Directement en contact avec le terrain, il tient les rênes d’une institution organisée autour de trois fonctions : la surveillance des forçats, les soins aux condamnés et l’activité des bureaux. Durant son long séjour au bagne de Rochefort, Dubois a vu passer pas moins de six commissaires des chiourmes140. Par comparaison avec le directeur de la prison pénale, le chef du bagne ne relève pas d’une administration spécialisée, c’est un officier de plume de la marine141 nommé pour diriger un service de l’arsenal maritime. Toutefois, les candidats à cette fonction ne devaient sans doute pas être légion, car les chiourmes constituaient une affectation éprouvante, non sans risques142 et peu susceptible de servir une carrière, peut-être même une voie de garage ? Toujours est-il qu’aux yeux des forçats, le chef du bagne, c’est lui !

  • 143 Institué par Napoléon : décret du 7 floréal an VIII (27 avril 1800).
  • 144 Encore appelé, selon les périodes, intendant de la marine ou commissaire général.

Au-dessus de celui-ci, interlocuteurs directs du ministre de la marine, se trouvent le préfet maritime143 et le chef d’administration144 qui ont autorité sur le bagne. Ce sont eux d’ailleurs qui proposent au ministre de tutelle un candidat à la direction du détail des chiourmes.

La tentative de détournement politique de l’affaire Dubois

  • 145 SHDR - Série E –2E2-186 – Lettre n°296 de l’intendant du port de Rochefort au ministre de la Marine (...)
  • 146 SHDR - Série E –2E2-186 – Lettre n°296 de l’intendant du port de Rochefort au ministre de la Marine (...)
  • 147 Mesure de police, SHDR - Série E –2E2-186 – Lettre n°296 de l’intendant du port de Rochefort au min (...)

Dans un premier temps, ces autorités portuaires réagissent avec transparence, zèle et fermeté. Transparence vis-à-vis du ministère de la marine ; l’intendant résume l’affaire en détail au ministre, mais son compte-rendu ne manque tout de même pas d’audace puisque le responsable de l’arsenal en impute la faute à l’absence de règlement intérieur du bagne et à la permissivité de ses prédécesseurs145. Zèle ensuite pour collaborer à son élucidation146 et fermeté enfin pour rétablir l’ordre dans le bagne147, ou du moins affirmer que les chiourmes sont sous contrôle. Puis, le temps aidant, l’affaire se tasse : les responsables locaux du bagne, le bagne lui-même en tant qu’institution, sont passés entre les gouttes !

  • 148 SHDR - Série E –2E1-78 – Dépêche ministérielle n°50 du ministre de la Marine à l’intendant du port (...)
  • 149 SHDR - Série E –2E1-78 – Dépêche ministérielle n°50 du ministre de la Marine à l’intendant du port (...)
  • 150 SHDR - Série E –2E1-78 – Dépêche ministérielle n°50 du ministre de la Marine à l’intendant du port (...)
  • 151 SHDR - Série E –2E1-78 – Dépêche ministérielle n°50 du ministre de la Marine à l’intendant du port (...)

En fin d’année 1816 pourtant, le ministre de la police générale revient à la charge148. Tirant profit de la rumeur149 d’une nouvelle émission de fausses pièces de dix centimes, il interpelle son homologue de la marine : la condamnation à mort de Dubois n’a pas mis fin aux trafics illicites dans le bagne. Le laxisme de l’administration locale est alors pointé du doigt150. Rappelons-le, cette démarche n’est sans doute pas dénuée d’arrières pensées politiciennes. Nonobstant celles-ci, c’est une critique virulente à l’encontre de l’administration qui semble ne pas maîtriser la circulation des forçats, véritable talon d’Achille du bagne dans l’affaire Dubois. Or, justement, la maîtrise des déplacements des condamnés aux travaux forcés constitue l’un des critères essentiels d’efficacité de l’administration du bagne.
Le ministre de la police générale en demande des comptes151.
Comment les autorités portuaires peuvent-elles s’en défendre ?

La réponse des autorités portuaires

Une réponse en deux temps est formulée : la vérification de l’absence de trafic de fausses pièces de monnaie sur Rochefort discrédite l’attaque de Decazes ; mieux, elle fournit à l’intendant du port de Rochefort l’occasion de faire valoir la qualité de son administration.

  • 152 SHDR - Série E –2E2-191 – Lettre n°14 (et 90) de l’intendant du port de Rochefort au ministre de la (...)

Concernant la fausse monnaie, c’est en effet un coup d’épée dans l’eau : le rapport du chef des chiourmes montre que non seulement les condamnés aux travaux forcés n’ont pas émis de fausses pièces de dix centimes, donc, comme le confirment les autorités locales, il ne circule pas de fausses pièces à Rochefort152. Les potentiels émules de Dubois sont sous contrôle !

  • 153 SHDR - Série E –2E2-191 – Lettre n°14 (et 90) de l’intendant du port de Rochefort au ministre de la (...)

Dès lors, après avoir expliqué que le trafic initié par Dubois constitue un cas isolé que seules des circonstances exceptionnelles avaient rendu possible, mais finalement imputable à une faiblesse coupable des autorités portuaires de l’époque153, l’intendant Lareinty se fend d’un long plaidoyer des mesures prises sous son administration :

  • 154 SHDV – Série DD - DD5-054 – F°374 – Lettre du ministre de la marine du 28/01/1817 au ministre de la (...)

L’adaptation des règles de fonctionnement du bagne : neuf jours après le début de l’affaire Dubois, l’intendant adopte de nouvelles dispositions concernant la circulation des forçats154 ;

  • 155 SHDR - Série E –2E2-191 – Lettre n°14 (et 90) de l’intendant du port de Rochefort au ministre de la (...)

La nomination à la tête du bagne d’un homme efficace : jamais un éloge aussi vibrant n’a été formulé au profit du chef des chiourmes et de ses méthodes novatrices d’administration : le sous-commissaire Flamant est dépeint comme l’homme de la situation155, bien choisi, cela s’entend, par l’intendant ;

  • 156 SHDR - Série E –2E2-191 – Lettre n°14 (et 90) de l’intendant du port de Rochefort au ministre de la (...)

L’amélioration progressive des forces de surveillance : il s’agit là d’une carence habituelle du bagne, aussi l’intendant se targue des maigres progrès toujours longs à obtenir en la matière156.

La lucarne se referme. Reste la pendule. Elle ne fonctionne pas, mais sans doute son concepteur n’a-t-il jamais pensé la faire fonctionner : le mouvement perpétuel est une chimère. Dubois a toujours su que la pendule ne fonctionnerait pas. Elle n’est ni une avancée scientifique ou un progrès technologique, ni une œuvre d’art, seulement un leurre ! Enfin pas seulement, c’est aussi le témoignage d’une page extraordinaire de l’histoire du bagne de Rochefort, celle d’une double mystification lorsqu’à la machination de Dubois fait écho l’enfumage des administrateurs du bagne sur les failles de l’institution pénitentiaire.

Raconter le bagne. À qui profite l’histoire ?

Le musée comme carrefour

L’historien est donc passé. Il a fait son travail de fouilles, de classement et d’organisation d’un ensemble documentaire varié, dispersé, qu’il a fallu relier, agencer et analyser. Au musée à présent de diffuser les fruits de son travail. Car c’est bien là son rôle que d’être un passeur entre des spécialistes et un public à qui cette histoire appartient et dont en théorie il n’est pas séparé. Les objets présentés dans les parcours permanents ou les expositions temporaires sont autant de témoins et chacun doit pouvoir entendre ce témoignage. Le musée a besoin pour cela du travail des historiens, qui ont mené l’enquête, mais il doit aussi tenir compte de la diversité de ses publics. La grande révolution des musées a été celle de la médiation. Pour s’en tenir à la France, elle ne s’est pas faite au même rythme, mais les 30 dernières années ont vu un profond rééquilibrage : du musée centré sur ses seules collections, dont il s’agit le plus souvent de présenter le plus de pièces possibles, sans grand souci d’explication, le paysage est devenu celui d’un musée où les objets ont une signification, une raison d’être à leur emplacement, et qui sont entourés d’outils de transmission de plus en plus nombreux. Un parcours permanent n’est plus un but en lui-même, mais un support pour proposer de nombreuses voies d’entrée : aux traditionnels panneaux de salles, cartels et visites guidées s’ajoutent des visites thématiques parfois en costumes, des ateliers, des audioguides, des supports d’aide à la visite, des outils numériques, des jeux, des supports tactiles, sonores, olfactifs, et une ouverture à toutes les formes d’expression susceptibles d’éclairer le sujet du musée : théâtre, lecture, musique, conte, art plastique. Le visiteur est désormais au centre, et ses attentes, que des efforts d’évaluation tentent de mieux saisir, sont variées. Toutes les curiosités doivent être satisfaites.

C’est dans ce mouvement que l’histoire du bagne est, comme les autres, à repenser. L’ensemble présenté dans une seule vitrine ne résiste pas à l’analyse des sources : en 2007, les noix de coco gravées et les tabatières rejoignent un ensemble autour de l’art populaire maritime ; clé et serrure sont placées en réserve et une nouvelle vitrine est réalisée autour du bagne avec les trois seuls objets qui peuvent y prétendre : la cloche du bagne, une plaque de garde-chiourme et la pendule de Dubois.

Le forçat super star

Car, et c’est bien là l’essentiel, si ce qui est perçu des attentes des visiteurs est la préoccupation majeure, il n’en demeure pas moins que l’offre doit ici précéder la demande. L’imaginaire du bagne est si prenant, on souhaite si vivement imaginer des objets portant la trace des mains de forçat, que tous les objets ont tendance à lui être reliés. Le musée, appuyé sur les acquis des recherches historiques, doit trouver sa voie entre ses missions de diffusion d’une histoire juste, précise et le risque de décevoir un public dont on casserait en quelque sorte les rêves. Dans le domaine maritime, les forçats et les pirates sont les plus concernés par cette difficulté à démêler le vrai, souvent complexe, prosaïque et pas toujours enthousiasmant, du faux, captivant, émouvant et franchement plus palpitant.

  • 157 Les Misérables paraît en 1862. Le bagne de Rochefort est alors fermé depuis 10 ans, celui de Brest (...)
  • 158 Pierre Zaccone (1817-1895), auteur de romans noir à succès aujourd’hui bien oublié, situe volontier (...)

L’histoire du bagne est particulièrement investie par l’imaginaire. Les contemporains de l’institution l’ont investi d’une charge affective considérable qui rend le sujet passionnant, mais en complique quelque peu la transmission. Pour les Romantiques, le forçat incarne à merveille un type ultime, l’homme chargé de toutes les noirceurs ou celui qui expie, l’homme mauvais ou l’emblème de l’injustice sociale. Le plus célèbre de tous les forçats, Jean Valjean, est un personnage de fiction157. Grande figure littéraire, reprise par le cinéma, incarnée par les plus célèbres acteurs du temps, il fixe pour nous tous une image du bagne où la réalité de l’institution se perd. Que peut un pauvre conservateur de musée avec trois pauvres objets face à Victor Hugo ou à Gérard Depardieu, sinon les intégrer à son discours ? Moins prestigieux mais tout aussi importants, des auteurs comme Pierre Zaccone158 synthétisent toute une série de légendes, de figures et d’images suffisamment fortes pour être reprises constamment, et parfois par des historiens, comme la réalité-même du bagne. Parce que l’univers du bagne est terrifiant, parce qu’il recèle de violences que l’homme fait à l’homme, parfois aussi par le plaisir équivoque que l’on prend à la contemplation de la souffrance des autres, les romans noirs et les récits sinistres n’ont pas besoin d’être fondés pour que tout le monde y croit. Nous y croyons simplement parce qu’ils correspondent à l’idée ancrée en nous de ce qu’était le bagne et parce que nous voulons y croire.

Partir de l’image collective pour aller vers le discours exigeant de l’histoire, ne pas se priver de l’attractivité du sujet, de la curiosité affective qu’il recèle : voilà la position du musée. C’est d’autant plus nécessaire qu’à cet imaginaire artistique s’ajoute un risque d’anachronisme important. Pour nous, gens du début du XXIe siècle, l’entassement de condamnés aux travaux forcés évoquent confusément d’autres systèmes concentrationnaires, d’autres camps dont la nature est pourtant bien différente. Mais comment se défaire d’un fonds d’images aussi prégnant et aussi important que celui des camps de concentration ? À Brest, à Toulon ou à Rochefort, des citoyens proposent régulièrement d’ériger un monument à la mémoire des forçats morts dans les bagnes portuaires : démarche sensible et généreuse, mais dont l’histoire ne s’accommode pas facilement. Démarche qui traduit surtout la difficulté d’aborder avec sérénité un siècle de présence des bagnes dans les arsenaux français.

Un récit à repenser

34Aussi insuffisante qu’elle puisse être, la pendule de Dubois a cependant la charge d’évoquer une institution dont l’intérêt affectif ne se dément pas, et dont la complexité est plus que jamais éclatante C’est sans doute cela qui forme l’inflexion la plus importante dans le discours qui désormais l’accompagne. Les découvertes archivistiques et leur exploitation n’ont pas seulement fait passer la pendule de Dubois du doute vers la certitude, de la légende réelle ou supposée vers l’objet ancré dans une histoire documentée. Elles ont surtout modifié le témoignage que véhicule cet objet : le récit était jusqu’ici orienté vers la part d’imaginaire accompagnant depuis toujours les récits sur le bagne et insistait sur la difficulté de démêler le vrai du faux. C’est l’anecdote confinant à la rumeur qui faisait l’essentiel du discours. Aujourd’hui c’est la complexité de l’institution qui est mise en avant, la diversité des statuts des forçats, les étonnants espaces de liberté de cet espace hiérarchisé. La pendule livre désormais une image dynamique du bagne, faite d’adaptations et de réactions, à rebours d’une vision statique et en quelque sorte monobloc, ce qui bouleverse aisément les présupposés sur l’institution. Dans le discours des guides, dans les éléments textuels, dans le point d’écoute du parcours audioguidé, c’est ce qui est mis en avant. L’étape suivante consisterait à concevoir une scénographie adaptée, palliant la faiblesse des objets, recourant davantage à l’iconographie, au son, mettant en scène les sources et valorisant le caractère mouvant du bagne. Une sacralisation délibérément excessive de la pendule pourrait permettre de jouer avec son côté leurre, en prenant le visiteur à son piège pour mieux lui révéler la complexe réalité qu’elle cache. Tout ceci implique une reprise, par ailleurs fort nécessaire, de l’ensemble du parcours, et l’inscription de la thématique du bagne dans le projet scientifique et culturel du bagne. Sans attendre la mise en œuvre d’un tel chantier, nécessairement inscrit dans le long terme, le musée national de la Marine teste depuis février 2017 une visite thématique quotidienne sur le sujet dans l’autre lieu qu’il a mission de valoriser à Rochefort, l’école de médecine navale, et sa collection de crânes phrénologiques de forçats morts à l’hôpital de la marine. Bien différente sans doute des réflexions sur la pendule de Dubois, cette tentative s’efforce de ramener localement une mémoire du bagne fondée sur des sources.

Peu d’objets donc, un vif intérêt pour ce moment d’histoire, une charge émotionnelle importante : tout fait du bagne portuaire un sujet à part dans le récit de l’arsenal. Car c’est bien aussi en le replaçant dans son contexte maritime, qui est le sujet du musée, que l’institution doit être présentée. L’exemple de la pendule du forçat Dubois et les découvertes archivistiques dont elle a fait l’objet invitent à revisiter le discours qui l’accompagne et à repenser l’histoire-même du bagne. Le discours du musée, pour qui en douterait, n’est nullement un savoir intangible, mais ne peut prétendre être qu’un état de connaissance. C’est que le musée, malgré son image d’institution figée dans la poussière des temps, est soumis aux modes. L’histoire du bagne, comme tous les sujets denses et forts, synthétise mieux que les autres cette relativité du discours historique et muséal. Le bagne et son histoire vivent avec leur temps.

Haut de page

Notes

1 L’expression “forçat” est plus appropriée qui renvoie au lexique de l’époque.

2 Concept emprunté à Judith Butler dans Trouble dans le genre. Pour un féminisme de la subversion, (traduction de Cynthia Kraus) Paris, La Découverte, 2005, l’agency exprime la capacité d’agir des personnes dans une situation donnée.

3 Numéro d’inventaire 5 SO 25

4 Sur l’histoire du musée, voir Alain Niderlinder, « le musée de la marine et ses collections », Neptunia, n°194, juin 1994, p.49-57 et n°195, septembre 1994, p. 41-50 ; Neptunia n°196, décembre 1994, numéro spécial consacré à Rochefort.

5 Dans une note au directeur de l’artillerie navale du 23 décembre 1929, Dick Lemoine résume sa démarche des dernières semaines : « J’ai été informé que le Musée naval de Rochefort, pris provisoirement en charge par le service de l’Artillerie, à la suite de la suppression de la direction locale des Constructions Navales, n’est plus accessible au public et ne peut le redevenir en raison de sa situation dans l’ancien arsenal. L’objet d’un musée étant, par définition, de contribuer à l’éducation du public ; il semble nécessaire de rechercher pour celui de Rochefort un emplacement en ville. Or il existe un immeuble qui parait tout désigné pour cela. C’est celui qui a abrité jusqu’en 1927 les Services de l’Intendance maritime. » (Archives du musée national de la Marine, Rochefort)

6 France, Charenton-le-Pont, Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, 0081/017/0041, 3e dossier, Remise en état des locaux du musée naval endommagés par les troupes d’occupation de juin 40 à août 45.

7 France, Paris, Archives du musée national de la Marine, Dossier d’œuvre.

8 Port de Rochefort. Marine nationale. Musée naval. Inventaire Arts et sciences. Commencé le 15 novembre 1936, Salle 8 (salle Boulineau). L’objet y est noté comme entré en collection le 21 août 1936. Inventaire manuscrit de la main de Dick Lemoine, Archives du musée national de la Marine, Rochefort.

9 Voir en particulier le dossier conservé aux Archives Municipales de Rochefort. Sur la rénovation du patrimoine de Rochefort, Denis Roland, « Arsenal nous voilà ! Du complexe militaro-industriel à l'espace touristique », dans les Actes du colloque sur les arsenaux qui s’est tenu à Bordeaux en octobre 2016, à paraître aux Presses Universitaires de Paris Sorbonne, 2017.

10 Après la fermeture du bagne en 1852, le bâtiment est reconverti en atelier de menuiserie. Cet atelier est détruit par un incendie en 1888 et c’est alors qu’on récupère cette cloche, elle-même probablement récupérée à bord d’une frégate. Elle a été fondue en 1791. Inv. 5 SO 23,

11 Cette plaque de fonction, mal documentée, date des années 1830, Inv 29 ME 13

12 Rien n’indique que cette serrure fermait un accès au bagne : seul l’imaginaire carcéral autorise cette association. Il est plus probable que cette clé monumentale était en lien avec l’une des portes de l’arsenal. Inv 5 SO 22

13 Deux noix de coco à motifs maritimes, Inv 49 OA 106 et 107, une noix à motifs ornementaux et allégorique, 49 OA 109 et une noix signée de Rétaux dit Saint Onge, aspirant tailleur de pierre, 49 OA 108

14 France, Service Historique de la Défense de Rochefort (SHDR), registres matricules du bagne, 1O24, 1O25, 1O27, 1O30, 1O31, 1O38

15 Désignation utilisée par l’intendant du port de Rochefort Baillardel de Lareinty dans SHDR –2E2-191 – Lettre sans n° de l’intendant du port de Rochefort au ministre de la Marine du 18/01/1817.

16 Marc Bloch, Apologie pour l’histoire, Paris, Armand Colin, 7e édition, 1974 (1e édition : 1949), p. 25 : « l’histoire […] est un effort vers le mieux connaître. » 

17 Paul Veyne, Comment on écrit l’histoire, Paris, Le Seuil, collection « Points histoire » n°H226, 1971, p. 10 « […] les historiens racontent des événements vrais qui ont l’homme pour acteur ; l’histoire est un roman vrai. […] »

18 Antoine Prost, Douze leçons sur l’histoire, Paris, Le Seuil, collection « Points histoire » n°H225, 1996, p. 288 : « Les vérités de l’histoire sont relatives et partielles. » 

19 Cette origine est attestée par les sources suivantes :

SHDR – Série E – 2E2-186 – Lettre n°296 de l’intendant du port de Rochefort au ministre de la Marine du 11/03/1816 ;

SHDR – Série E – 2E2-191 – Lettre sans n° de l’intendant du port de Rochefort au ministre de la Marine du 18/01/1817 ;

Pour le dépôt à la salle des petits modèles : SHDR – Série O – 1O-18 – Lettre n°1181 du commissaire du bagne à l’intendant du port de Rochefort.

20 Désignation également utilisée par l’intendant du port de Rochefort Baillardel de Lareinty dans SHDR –2E2-191 – Lettre sans n° de l’intendant du port de Rochefort au ministre de la Marine du 18/01/1817.

21 Les dates d’arrivée et de sortie du bagne de chaque condamné figurent sur sa fiche individuelle dans les registres de matricule des chiourmes (SHDR – série O – Registres 1O-24 à 1O-44).

22 SHDR - Série O – 1O-35 – matricule de l’an 9 à l’an 11 – Folio 194.

23 Le 9 juillet 1803.

24 D’après nos travaux, la durée moyenne de détention pour les 4 885 forçats entrés au bagne de Rochefort entre le 01/01/1800 et le 31/12/1813 s’établit à 1673 jours, soit un peu plus de 4 ans et 7 mois.

25 Alighieri Dante, La divine comédie, tome 1 - l’Enfer, vers n°9, chant III, 1314 : Lasciate ogni speranza o voi che'ntrate (traduction : Vous qui entrez, abandonnez tout espoir !)

26 Peu de travaux universitaires ont été consacrés à cette période troublée ; notons 1/ Jean-Claude Bouhier, Le bagne du port de Rochefort à l’ombre de la Révolution (1785-1795), [mémoire de maîtrise en histoire sous la direction de Jacques Perret, Université de Poitiers], 1990, 153 p. et surtout 2/ Frédérique Joannic-Seta, Le bagne de Brest – Naissance d’une institution carcérale au siècle des Lumières, [Thèse de doctorat d’histoire soutenue à l’Ecole des Chartes en 1998, sous la direction d’André Zysberg], Rennes, Presses Universitaires de Rennes – collection Histoire, 2000, 360 p. qui consacre son chapitre VII à l’évolution de l’institution sous la Révolution, p.147-170.

27 En ce qui concerne les bagnes, la Révolution a accouché d’une souris : dans un premier temps, certains crimes sont dépénalisés (braconnage, faux-saunage), la peine des galères disparaît au profit de la peine des fers, mais on ouvre de nouveaux bagnes (En 1803, le pays compte six bagnes : trois nouveaux, Lorient, Nice et Cherbourg, tout trois plus modestes (moins de 10% des condamnés à eux trois), s’ajoutent désormais aux trois principaux bagnes hérités de l’Ancien Régime : Toulon, Brest et Rochefort) et, pour l’essentiel finalement, les condamnés continuent à accomplir leur peine dans les arsenaux maritimes. L’effectif des bagnes portuaires résume cette contradiction :

Image 1000020100000237000000354926798C.png

Source : statistiques des bagnes - année 1850, Paris, Imprimerie Nationale, Ministère de la marine et des colonies, 1851, p. 7-8.

28 SHDR – série A – 2A3-004 – Lettre n°859 du préfet maritime du port de Rochefort au ministre de la Marine du 9 ventôse an 11 (28 février 1803) : [Après avoir rédigé une pétition, les] « noirs et hommes de couleur employés à la garde de la chiourme de ce port [ont fait connaître au Préfet Maritime leur désir de ne pas] continuer leur service de pertuisaniers ».

29 SHDR – série A – 2A3-004 – Lettre n°1170 du préfet maritime du port de Rochefort au ministre de la Marine du 23 germinal an 11 (13 avril 1803) : En attendant d’avoir fini de « recruter […] une compagnie de gardes-chiourmes organisée comme celle du port de Brest », le préfet maritime doit parvenir à endiguer les abandons de poste des militaires coloniaux.

30 Nous avons déjà évoqué la relation entre la capacité d’accueil et l’effectif du bagne in Jean-Marc Duhé, Les murs du bagne de l’arsenal de Rochefort, CERMA (Centre d’études rochefortaises maritimes), tome 31 : les bagnes des arsenaux (Cahiers du cycle de conférences organisé en 09/2014), Rochefort, Cerma, 2015, p. 70-80

31 SHDR – série A – 2A3-004 – Lettre n°712 du préfet maritime du port de Rochefort au ministre de la Marine du 9 pluviôse an 11 (29 janvier 1803) : « il faut, ou augmenter les logements du bagne, ou suspendre les envois de criminels. ».

32 SHDR – série A – 2A3-004 – Lettre n°857 du préfet maritime du port de Rochefort au ministre de la Marine du 7 ventôse an 11 (26 février 1803) : « je n’avais aucun bâtiment flottant pour faire un bagne supplémentaire ».

33 SHDR – série A – 2A3-004 – Lettre n°819 du préfet maritime du port de Rochefort au ministre de la Marine du 29 pluviôse an 11 (18 février 1803), puis 2A3-004 – Lettre n°964 du préfet maritime du port de Rochefort au ministre de la Marine du 29 ventôse an 11 (18 mars 1803).

34 France, Service Historique de la Défense de Vincennes (SHDV) – série DD5 – DD5-049 – F°18 – Rapport du 2 octobre 1813 – Nous avons relevé un échange similaire entre les bagnes de Gênes et La Spezzia portant sur « 109 forçats dont 75 invalides et 34 suspects qui ne sont d’aucune utilité pour les travaux » contre des condamnés « propres à être employés aux travaux qui s’exécutent [dans le port de Gênes] ».

35 SHDR – série A – 2A2-027 – Lettre n°50 du ministre de la Marine au préfet maritime du port de Rochefort du 29 prairial an 11 (18 juin 1803) : « J’ai remarqué […] que le bagne contenait le 16 du même mois (5 juin 1803) 1715 forçats, je vous invite à me faire connaître s’il peut recevoir à la fin de messidor prochain les 130 nouveaux condamnés du département de la Gironde ».

36 Les lacunes de la collection détenue au SHD de Rochefort peuvent être comblées par le double détenu au SHD de Vincennes (série DD5).

37 Ainsi le forçat n°3146 – François Dubois figure dans trois registres matricules ; deux à Rochefort, SHDR - série O – 1O-31 (bureau local du contrôle) - f°38-v ; 1O-35 (bureau local des chiourmes) – f° 194 et le troisième à Vincennes, SHDV – série DD5 – DD5-231 (bureau central des chiourmes) – f°287. Certaines informations peuvent légèrement varier d’un registre à l’autre.

38 Il s’agit des condamnés dirigés sur Rochefort, même s’ils n’y sont pas parvenus : donc on y inscrit notamment les forçats morts en route.

39 On observera que la peine de François Dubois comporte quatre volets : à titre principal, la peine de 15 ans de fers [conformément à l’article 1 – Partie II – titre I - section VI du code pénal de 1791], et, à titre accessoire, l’exposition [cf. article 28 – Partie I – titre I - du code pénal de 1791] et la marque [la condamnation de Dubois à être flétri sur l’épaule droite de la lettre F pour faussaire est surprenante, car la flétrissure est abolie par l’article 2 du décret du 26/09/1791 puis rétablie par Napoléon Bonaparte, article 20 du Code pénal de 1810] qui revêtent une dimension de supplice, cf. Michel Foucault, Surveiller et punir – Naissance de la prison, Paris, Gallimard, collection Tel, n°225, 1975, p.41-42 ; mais sans oublier le transport par la chaîne, cf. Sylvain Rappaport, La chaîne des forçats (1792-1836), Paris, Aubier, Collection historique, 2006, p.12, « le voyage est pour le condamné l’une des étapes de la sanction ».

40 20 mars 1803

41 30 mars 1803

42 9 juillet 1803

43 Alliez de Vincelotte est l’éphémère commissaire du bagne entre le 16 janvier 1816 et le 18 mai 1816.

44 Marc Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p.35 : « Le bon historien ressemble à l’ogre de la légende. Là où il flaire la chair humaine, il sait que là est son gibier. »

45 France, Montpellier, Archives départementales de l’Hérault (34) – Commune de Montpellier : liste des actes d’état-civil retrouvés.

Acte de mariage avec Jeanne Henriette Bousquet le 20 février 1793 [5Mi1/94 F°3-v°],

Acte de naissance de Célestine le 19 ventôse an II (03/03/1794) [5Mi1/32 F°67-v°],

Acte de décès de Célestine le 13 germinal an III (02/04/1795) [5Mi1/110 F°101],

Acte de naissance de Célestine (même prénom que sa sœur décédée) le 7 ventôse an IV (26/02/1796) [5Mi1/33 F°79],

Acte de naissance de François (même prénom que son père) le 25 prairial an VI (13/06/1798) [5Mi1/33 F°79].

Il existe plusieurs divergences entre les données de la matricule et les actes d’état-civil qui nous recommandent une vigilance à l’égard de la fiabilité de ces sources manuscrites.

46 Marie-Agnès Dequidt montre que « les horlogers […] présentent une réelle diversité, tout en étant insérés dans un métier marqué par des caractéristiques communes et des liens étroits. » in Samuel Guicheteau, « Marie-Agnès Dequidt, Horlogers des Lumières, Temps et société à Paris au XVIIIe siècle », Annales historiques de la Révolution française, n°381, 2015, p. 249-250. En effet, poursuit-elle, « […] tous n’ont pas le même statut ni la même implication dans la société. La hiérarchie de la communauté de métier du XVIIIe siècle est là pour le rappeler, comme, au XIXe siècle, la différence entre patrons et ouvriers » in Marie-Agnès Dequidt, « Temps et société : les horlogers parisiens (1750-1850) », Revue d’histoire du XIXe siècle [en ligne], Thèses et HDR soutenues, mis en ligne le 29 décembre 2010. URL : http://rh19.revues.org/4090.

47 Montpellier compte 33 202 habitants en 1789 (16e ville de France) et 33 913 en 1801 (13e ville).

48 En 1793, le Genevois Laurent Mégevand fonde avec 80 confrères le premier pôle industriel horloger à Besançon. Musée de l’histoire du temps à Besançon.

49 Sans entrer dans les controverses méthodologiques, depuis le recteur Maggiolo, les historiens utilisent les signatures des actes de mariage pour tenter de mesurer le degré d’alphabétisation d’une population. On retient généralement l’idée de variations dans le temps et dans l’espace. Ainsi, concernant les variations dans le temps, sur la base des signatures au mariage, Maggiolo indique que le taux d’alphabétisation des jeunes adultes était en France en 1686-1690, de 29% pour les hommes et de 14% pour les femmes. En 1786-1790, au moment du déclenchement de la Révolution, les hommes étaient à 47%, les femmes à 27%. Au lendemain de la Commune de Paris, en 1871-1875, la proportion des hommes sachant signer s’élevait à 78%, celle des femmes à 66%. D’après Michel Fleury et Pierre Valmary, « Les progrès de l’instruction élémentaire de Louis XIV à Napoléon III d’après l’enquête de Louis Maggiolo (1877-1879) », Population, 1957, p.71-92

50 Une femme et trois enfants, mais nous notons aussi l’absence d’autres parents.

51 Les onze témoins cités sur les actes d’état-civil sur les cinq actes d’état-civil ne semblent pas être des parents ; ils ont de 29 à 68 ans [quatre d’entre eux, sont sexagénaires]. Les métiers mentionnés laissent penser qu’ils appartiennent au même milieu social, à côté des métiers proches : bijoutier et orfèvre, François Dubois côtoie peintre, vitrier, apothicaire, maître de langues, négociant ou encore cordonnier.

52 Le 29 ventôse an XI, soit le 20 mars 1803.

53 SHDR - série E –2E2-186 – Lettre n°296 de l’intendant du port de Rochefort au ministre de la Marine du 11/03/1816.

54 Code pénal de 1791, 1e partie : Des condamnations – Titre 1er : Des peines en général – Article 6 : « Les condamnés à la peine des fers, seront employés à des travaux forcés au profit de l'État, soit dans l'intérieur des maisons de force, soit dans les ports et arsenaux, soit pour l'extraction des mines, soit pour le dessèchement des marais, soit enfin pour tous autres ouvrages pénibles, qui, sur la demande des départements, pourront être déterminés par le corps législatif. »

55 SHDR - série E- 1E-179 – f° 117 - Dépêche ministérielle du 04/05/1766 – « L’intention du Roy [est] de faire établir à Rochefort une chiourme composée de 5 à 600 forçats pour servir comme à Brest et à Toulon aux travaux du port et suppléer de plus aux gens de liberté que l’on employe [sic], souvent même par corvée, à la cordelle pour conduire en rivière les vaisseaux qui sont en armement, [...]. »

56 Puisque les travaux forcés constituent une sanction pénale, pourquoi en dispenser celui qui commet des méfaits dans l’accomplissement de sa peine ?

57 Par exemple, le commissaire Millet indique un traitement de faveur au profit du condamné Bergès qui réunit deux éléments positifs :  une peine courte et  des compétences professionnelles : « [...] je l’avais mis quelques jours après son arrivée dans un poste tranquille et peu pénible où il pouvait même s’appliquer une partie de son temps à acquérir de nouvelles connaissances, du moins à ne pas oublier le peu qu’il sait. » - SHDR – Série O - 1O-17 – Lettre n°348 du 23/11/1813 – f°80-v° du commissaire du bagne à M. Casteni de Monget et Burgaux, département des Landes.

58 Les pratiques de l’affectation du nouvel arrivant illustre ce conflit, même si elles varient dans le temps et dans l’espace. D’un côté, le principe d’égalité voudrait que tous les condamnés soient égaux devant les travaux de force, idée que Frédérique Joannic-Seta attribue aux philosophes des Lumières, ibid., p. 149 « les philosophes désirent l’égalité du châtiment, pour éviter que les artisans ou autres forçats dotés d’un métier soient dispensés des travaux de force au détriment des ruraux ou autres condamnés exerçant des activités sans équivalent au bagne ». Selon le manuscrit du forçat Clémens, Souvenirs du bagne (de Rochefort), Cote 8182E et cote R1C, exemplaire Dupont conservé à la médiathèque de Rochefort, sans lieu, sans date, in « un récidiviste », f°6, il semblerait que le mélange des hommes soit la règle : « l’homme égaré et le grand scélérat, l’homme sage et l’homme déhonté, l’homme timide et le tapageur ; tous, sont confondus ensemble à leur arrivée au bagne ». De l’autre, l’efficacité économique justifie la recherche et l’utilisation des compétences utiles à la Marine, pratique instaurée par Félix Baillardel de Lareinty passé à Toulon en 1817. Cf. Bernard Cros, Les forçats et les ouvrages d’art, in Jean-Paul Meyrueis et André Berutti (coordonné par), Le bagne de Toulon (1748-1873), Toulon, Autres Temps éditions, collection « Temps mémoire », 2010, p. 113 « […] L’habitude est rapidement prise, à chaque arrivée de chaîne au bagne, d’identifier les hommes possédant une aptitude particulière […]. »

59 L’affectation systématique aux travaux de fatigue des néo-arrivants a déjà été soulignée in Jean-Marc Duhé, Les murs du bagne de l’arsenal de Rochefort, CERMA (Centre d’études rochefortaises maritimes), tome 31 : les bagnes des arsenaux (Cahiers du cycle de conférences organisé en 09/2014), Rochefort, Cerma, 2015, p. 70-80.

60 Au 1er janvier 1800, il existe 3 horlogers parmi les 1153 premiers forçats de la matricule, soit une proportion de 0,26%, ce qui en fait un métier peu représenté.

61 En toute logique nous n’avons pas retrouvé trace de François Dubois dans les journées d’ouvriers des années 1803 et 1804. SHDR série P.

62 SHDR – Série F – 2F1 – Registres d’entrée à l’hôpital : 2F1-113 – Floréal an XI à fructidor an XI – Folios 091 et 134 v° et 2F1-114 – Vendémiaire an XII à ventôse an XII – F°026-v°.

63 Soit le 9 août 1803.

64 Benjamin Delorge, Le service de santé au bagne de Rochefort (1766-1852), [Thèse de doctorat en médecine], Université de Bordeaux II, 23 novembre 1972, p. 66 : « Il faut entendre par [maladie épidémique] le paludisme qui ravageait la ville de Rochefort du début du mois de juillet à la fin du mois de septembre [soit de fin messidor à début vendémiaire dans le calendrier républicain], et dont les séquelles persistaient encore plusieurs mois chez les malades les plus affaiblis ». 

65 Soit le 1er octobre 1803.

66 D’après SHDR – Série F –2F1-111 à 2F1-122 - Registre des entrées à l’hôpital de la marine de l’an X à décembre 1808.

67 Dans notre programme de recherche, nous n’avons pas encore traité le lien entre le type de travaux et hospitalisation pour fièvre, mais nous espérons pouvoir obtenir une mesure, même grossière, de cette relation.

68 Malgré les travaux de dessèchement des marais datant de la décennie 1780, les marais proches de Rochefort restaient infestés d’anophèles, vecteurs de paludisme.

69 À cet égard, Benjamin Delorge, op. cit., p. 69 remarque que les médecins Retz en 1784 et Lucadou en 1787 avaient constaté que « la fièvre frappait presqu’électivement les étrangers. Mais une fois que l’organisme de ceux-ci s’était équilibré avec le milieu, ils jouissaient de la même immunité que les naturels du pays ». Autrement dit, le cas de Dubois semble illustrer cette vulnérabilité des néo-arrivants.

70 La mise en œuvre de la prescription légale affectant les forçats aux travaux les plus pénibles (Code pénal de 1791, partie I, titre I, article 6 et Code pénal de 1810, article 15) n’implique pas un traitement égalitaire pour tous les forçats. Ainsi, la 1e classification de 1783 conduit à différencier les condamnés de façon à soumettre les forçats les plus durs au régime pénitentiaire le plus sévère. Cf. Jean-Marc Duhé, op. cit., p. 70-80.

71 SHDR – Série E - 1E-462 – Lettre sans n° du 28/12/1784 – sans f° - de l’intendant au ministre : « […] dans le temps de la canicule on est forcé de renvoyer en grande partie les ouvriers du port et […] il ne reste pour ainsi dire que les forçats pour tous les travaux et mouvements qui s’y font. »

72 Benjamin Delorge, op. cit., p. 46 : « Les carences alimentaires, en diminuant la résistance physique des forçats aux attaques du paludisme, ont largement contribué à faire de Rochefort, la fosse commune des galériens ». 

73 Geneviève Carrière et Bruno Carrière, « Santé et hygiène au bagne de Brest au XIXe siècle », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, tome 88, numéro 3, 1981, p. 347 : « Un forçat inapte par son travail à justifier les dépenses de nourriture, d’habillement et de surveillance qu’il suscite, coûte cher, surtout s’il est hospitalisé. Partant de ce principe, la Marine s’est attachée dans les premières décennies du XIXe siècle à limiter le nombre des journées d’hôpital dévoreuses d’hommes et d’argent ».

74 Sur les 472 forçats admis au bagne en 1803, 316 décèdent au cours de leur peine, soit 66,9% :

Image 10000201000002370000008837D874F1.png

Donc, deux tiers des forçats entrés au bagne en 1803 y décèdent, dont un peu moins de la moitié (47,1%) avant deux ans de captivité.

75 SHDR – Série O - 1O-17 - Lettre sans n° du 14/08/1813 du commissaire du bagne au préfet maritime : « […] quelques horlogers de cette ville moins habiles que Dubois […] ». Par ailleurs, le vocabulaire utilisé dans cette lettre révèle la position particulière de François Dubois dans la chiourme puisque le commissaire Millet le qualifie de condamné (1 fois) lorsqu’il lui reproche un abus de liberté et donc lorsqu’il exerce le pouvoir de commandement, mas d’horloger (2 fois) et d’ouvrier (1 fois) lorsqu’il lui faut reconnaître les mérites de ce condamné.

76 SHDR - Série E –2E2-186 – Lettre n°296 de l’intendant du port de Rochefort au ministre de la Marine du 11/03/1816.

77 France, Paris, Archives nationales de France (AnF) - série BB –BB21/201 – Dossier 1937 S3 – année 1816 – Dossier de recours en grâce de Dubois François, père et fils – Document 6 - Lettre de demande de grâce du Lieutenant Général – Baron Campredon du 19/06/1823

78 SHDR - Série E –2E2-186 – Lettre n°296 de l’intendant du port de Rochefort au ministre de la Marine du 11/03/1816.

79 SHDR - Série E –2E2-186 – Lettre n°296 de l’intendant du port de Rochefort au ministre de la Marine du 11/03/1816 : « il profita des premiers moments de convalescence pour offrir, dans l’intérieur de l’hospice, ses talents en horlogerie et en mécanisme. » 

80 SHDR - Série E –2E2-186 – Lettre n°296 de l’intendant du port de Rochefort au ministre de la Marine du 11/03/1816 : « il fut recommandé au commissaire des chiourmes ».

81 SHDR - Série E –2E2-186 – Lettre n°296 de l’intendant du port de Rochefort au ministre de la Marine du 11/03/1816 : « il […] obtint la permission de travailler pour les employés de la Marine seulement. »

82 Cet hospice est une salle intermédiaire où les forçats ayant séjourné à l’hôpital se rétablissent avant de réintégrer le bagne.

83 SHDR - Série E –2E2-186 – Lettre n°296 de l’intendant du port de Rochefort au ministre de la Marine du 11/03/1816.

84 Selon nous, de la fin 1805 à mars 1816.

85 SHDR – Série O - 1O-17 - Lettre sans n° du 14/08/1813 du commissaire du bagne au préfet maritime.

86 Reste néanmoins qu’il est possible que quelque intermédiaire se soit graissé la patte au passage, comme il semble que cela soit d’usage dans les bagnes. Voir Frédérique Joannic-Seta, op. cit., p. 132-134.

87 SHDR - 1O-17 - Lettre sans n° du 14/08/1813 du commissaire du bagne au préfet maritime : « je me plais à croire que la leçon que je [lui] ai donnée ne sera pas perdue ».

88 SHDR - série E –2E2-186 – Lettre n°296 de l’intendant du port de Rochefort au ministre de la Marine du 11/03/1816.

89 SHDR - série E –2E2-186 – Lettre n°296 de l’intendant du port de Rochefort au ministre de la Marine du 11/03/1816 : tout du moins, c’est Blondeau qui est affecté à sa surveillance spéciale en 1816 ; cette surveillance devait être une bonne planque !

90 D’après SHDR - série O – 1O-37 - f°155, JF Labesse, n°6796, serait peintre en bâtiment.

91 AnF - série BB –BB21/201 – Dossier 1937 S3 – année 1816 – Lettre du Comte de Campenne, prévôt de la Cour prévôtale du département de la Charente-Inférieure, au ministre de la Justice en date du 15 juillet 1816.

92 SHDR – série O - 1O-18 - Lettre n°231 du 05/04/1816 du commissaire du bagne à M. le Procureur du roi, près le tribunal de première instance à Rochefort.

93 France, La Rochelle, Archives Départementales de la Charente-Maritime (ADCM) – Série M – Cote 4 M3 article 9 – Rapport du commissaire de police de Rochefort, Drouhet, au maire de la ville, M. de Sérigny, en date du vendredi 8 mars 1816.

94 ADCM – Série U – Cote U6120 – Commission rogatoire du juge d’instruction en date du 23 mars 1816 du juge Seignette. Ce document précise le rôle de François Chaillelaud, conducteur de la diligence, dans l’arrestation de François Dubois fils.

95 Par comparaison, les appointements annuels du sous-commissaire de marine Alliez, alors chef du service des chiourmes, âgé de 54 ans, s’élèvent à 2 400 francs sur l’année 1816, SHDR, série E, 3E-377.

96 ADCM – Série M – Cote 4 M3 article 9 – Rapport du commissaire de police de Rochefort, Drouhet, au maire de la ville, M. de Sérigny.

97 AnF - série BB –BB21/201 – Dossier 1937 S3 – année 1816 – Lettre du Comte de Campenne, prévôt de la Cour prévôtale du département de la Charente-Inférieure, au ministre de la Justice en date du 15 juillet 1816. « On n’est parvenu à la découverte de cette affaire qu’avec le secours d’un galérien, nommé Aaron Hadmard, père, détenu pour cause de faillite […] ».

98 ADCM – Série M – Cote 4 M3 article 9 – Rapport du commissaire de police de Rochefort, Drouhet, au maire de la ville, M. de Sérigny, en date du vendredi 8 mars 1816.

99 SHDR – Série O - 1O-18 - Lettre n°209 du 08/03/1816 du commissaire du bagne à l’intendant du port de Rochefort.

100 AnF - série BB –BB21/201 – Dossier 1937 S3 – année 1816 – Lettre du Comte de Campenne, prévôt de la Cour prévôtale du département de la Charente-Inférieure, au ministre de la Justice en date du 15 juillet 1816.

101 À cet égard, on notera les propos contradictoires du prévôt de la Cour prévôtale, voir AnF - série BB –BB21/201 – Dossier 1937 S3 – année 1816 – Lettre du Comte de Campenne, prévôt de la Cour prévôtale du département de la Charente-Inférieure, au ministre de la Justice en date du 15 juillet 1816. D’un côté, le prévôt pointe du doigt le laxisme des administrateurs du bagne « […] L’individu accusé […] jouissait d’une telle liberté qu’il a pu sans peine y procéder […] » ; de l’autre, il apporte son soutien à l’intendant « Je crois devoir vous dire, en finissant, que Mr. Lorinthy [sic], intendant de la marine, à Rochefort, nous a secondés de tous ses moyens, pour découvrir le délit dont il s’agit et qui existait longtemps avant qu’il fût placé dans ce port. Ses principes et son dévouement pour le Roi sont les sûrs garants que son zèle ne démentira pas le nôtre, dans toutes les recherches ultérieures que nous pourrons faire ».

102 AnF - série BB –BB21/201 – Dossier 1937 S3 – année 1816 – Lettre du Comte de Campenne, prévôt de la Cour prévôtale du département de la Charente-Inférieure, au ministre de la Justice en date du 15 juillet 1816.

103 La principale source est SHDR - série E –2E2-186 – Lettre n°296 de l’intendant du port de Rochefort au ministre de la Marine du 11/03/1816 : « Le forçat Dubois s’étant plaint cet hiver de quelques douleurs, dont il attribuait la cause au froid et à l’humidité, obtint encore la permission de coucher dans la chambre occupée par son fils. Sa conduite en apparence exempte de reproche de ce détenu, qui n’avait plus que 30 mois de fers à subir sur les 15 années de chaîne auxquelles il avait été condamné, écartait jusqu’au plus léger soupçon et sa demande lui fut accordée.

Cette faveur n’eut point été dangereuse, si le sous-côme Blondeau, par ignorance ou par faiblesse, n’eut consenti à ce que le forçat Dubois conservât le soir dans sa chambre un brasier alimenté avec du charbon.

Il paraîtrait que c’est à l’aide de ce brasier que Dubois père & fils auront fait cuire les moules qui ont pu servir à la fabrication de la fausse monnaie saisie sur Dubois fils. »

104 SHDR – série O - 1O-18 - Lettre n°209 du 08/03/1816 du commissaire du bagne à l’intendant du port de Rochefort.

105 SHDR – série O - 1O-18 - Lettre n°209 du 08/03/1816 du commissaire du bagne à l’intendant du port de Rochefort : « […] le commissaire de police a saisi une certaine quantité de poudre blanche qui, analysée par le pharmacien en chef de l’hôpital, a offert en résultat un composé de gypse et de phosphate calcaire avec lequel il est facile de faire des moules propres à fabriquer la fausse monnaie. »

106 AnF - série BB –BB21/201 – Dossier 1937 S3 – année 1816 – Rapport du Procureur de la Cour royale de Poitiers au Roi pour le recours en grâce en date du 31 juillet 1816 : « Ordinairement la recommandation que présentent les juges en faveur des individus condamnés en pareille matière se fonde sur le petit nombre des pièces émises et sur la grossièreté de l’imitation … il n’en est pas ainsi dans l’espèce. »

107 AnF - série BB –BB21/201 – Dossier 1937 S3 – année 1816 – Rapport du Procureur de la Cour royale de Poitiers au Roi pour le recours en grâce en date du 31 juillet 1816 : « Il paraît que Dubois père est l’auteur d’une fabrication de fausse monnaie dont l’atelier existait dans l’intérieur du bagne même. Toutefois l’arrêt porte qu’il n’est pas suffisamment justifié que Dubois soit l’auteur de cette fabrication et la condamnation n’est motivée que sur sa participation à l’émission seulement. »

108 AnF - série BB –BB21/201 – Dossier 1937 S3 – année 1816 – Rapport du Procureur de la Cour royale de Poitiers au Roi pour le recours en grâce en date du 31 juillet 1816.

109 AnF - série BB –BB21/201 – Dossier 1937 S3 – année 1816 – Rapport du Procureur de la Cour royale de Poitiers au Roi pour le recours en grâce en date du 31 juillet 1816 : « Ce qu’il y a de reconnu constant par l’arrêt, c’est que dans le courant des mois de mars et de février derniers, Dubois fils a mis en circulation des pièces de cinq francs fausses. »

110 AnF - série BB –BB21/201 – Dossier 1937 S3 – année 1816 – Lettre du Comte de Campenne, prévôt de la Cour prévôtale du département de la Charente-Inférieure, au ministre de la Justice en date du 15 juillet 1816.

111 SHDR – série O - 1O-17 - lettre n°82 du 19/03/1814 du commissaire du bagne au chef d’administration de marine à Rochefort – f°112-v° et f°113

112 SHDR – Série O - 1O-17 - lettre n°82 du 19/03/1814 du commissaire du bagne au chef d’administration de marine à Rochefort – f°112-v° et f°113

113 AnF - série BB –BB3/124 – Affaires prévôtales. La fausse-monnaie représente 249 cas sur un total de 2 280 cas prévôtaux, soit un peu plus de 10%.

114 ADCM – Série U – Cote U6120 – Programme pour la cérémonie d’installation qui aura lieu le 29 avril 1816.

115 Pierre Hourmat, « La cour prévôtale des Basses-Pyrénées (1816-1818) », Annales du Midi : revue archéologique, historique et philologique de la France méridionale, Tome 77, n°74, 1965, p. 409-425. 

116 ADCM – Série U – Cote U6120 – Sauf erreur de notre part, le procès Dubois est la 4e affaire jugée par ce tribunal, mais seuls les arrêts rendus à partir d’août 1816 sont conservés aux ADCM.

117 AnF - série BB –BB21/201 – Dossier 1937 S3 – année 1816 – Lettre du Comte de Campenne, prévôt de la Cour prévôtale du département de la Charente-Inférieure, au ministre de la Justice en date du 15 juillet 1816. Le prévôt suggère que la grâce royale pourrait servir à tirer les vers du nez de Dubois : « […] Je me bornerai seulement à vous dire que si la clémence du Roi le porte à commuer la peine, il faudrait se servir de ce moyen pour obtenir des deux condamnés la révélation de tous les complices et adhérents à cette fabrication […] ». Autrement dit, la justice n’est pas parvenue à les faire parler !

118 AnF - série BB –BB21/201 – Dossier 1937 S3 – année 1816 – Lettre du Comte de Campenne, prévôt de la Cour prévôtale du département de la Charente-Inférieure, au ministre de la Justice en date du 15 juillet 1816. Le prévôt de Saintes apporte son soutien à l’Intendant de la marine : « Je crois devoir vous dire […] que M. Lerinthy [sic], Intendant de la marine, à Rochefort, nous a secondés de tous ses moyens pour découvrir le délit dont il s’agit et qui existait longtemps avant qu’il fût placé dans ce port. »

119 SHDR – Série E - 2E2-186 – Lettre n°801 de l’intendant au ministre du 13/06/1816

120 AnF - série BB –BB21/201 – Dossier 1937 S3 – année 1816 – Lettre du Comte de Campenne, prévôt de la Cour prévôtale du département de la Charente-Inférieure, au ministre de la Justice en date du 15 juillet 1816. Rappelons que c’est le prévôt qui met en évidence le rôle du condamné Hadmard dans l’arrêt du trafic de fausse monnaie.

121 D’après SHDR - série O –1O-36 et 1O-37 pour les forçats concernés, voir les mentions marginales.

122 ADCM – 2MI906 – Journal du département de la Charente Inférieure, année 1816, p. 296-297.

123 Sur la disproportion sur la sévérité du châtiment en cas d’émission de fausse-monnaie, voir Frédéric Lordon, « Imperium – structures et affects des corps politiques », librairie de Paris le 29 septembre 2015 : « Sur les billets, il y avait écrit l’article du Code pénal qui vous condamnait à peu de choses près à avoir la tête tranchée si vous faisiez du faux Talbin […]. Qu’est-ce que cela veut dire ça ? […] C’est l’ordre social tout entier qui est présent et qui se joue dans le fait monétaire, c’est pas du tout un fait d’interaction, c’est vraiment la manifestation du social par excellence. La monnaie est typiquement investie par ce que Durkheim appelle la force morale de la société et cette force morale de la société, c’est la catégorie d’imperium qui travaille là-dedans […]. »

124 AnF - série BB –BB21/201 – Dossier 1937 S3 – année 1816 – Rapport du Procureur de la Cour royale de Poitiers au Roi pour le recours en grâce en date du 31 juillet 1816. « Il parait que Dubois père est l’auteur d’une fabrication de fausse monnaie dont l’atelier existait dans l’intérieur du bagne même. Toutefois, l’arrêt porte qu’il n’en a pas suffisamment justifié que Dubois père soit l’auteur de cette fabrication et la condamnation n’est motivée que sur sa participation à l’émission seulement. »

125 AnF - série BB –BB21/201 – Dossier 1937 S3 – année 1816 – Rapport du Procureur de la Cour royale de Poitiers au Roi pour le recours en grâce en date du 31 juillet 1816. « […] j’ai l’honneur de proposer à VM (Votre Majesté), de maintenir l’exécution de l’arrêt du 13 juillet en ce qui concerne Dubois père et de commuer la peine prononcée contre Dubois fils en celle de vingt années d’emprisonnement dans une maison de force ou de correction où on lui ferait contracter l’habitude du travail, sauf à en abréger la durée si ce condamné s’en rend digne par sa conduite ultérieure. »

126 AnF - série BB –BB21/201 – Dossier 1937 S3 – année 1816 – Réponse à la demande de grâce – 17/08/1816

127 ADCM – Série E – Cote 2E439/30– Registre des décès 1815-1818 à Saintes – p.102 – Acte n°142

128 AnF - série BB –BB21/201 – Dossier S6-2267 – année 1825 – Demande de grâce du 02/12/1825

129 SHDR – Série O - 1O-18 – Lettre n°1181 du 20/11/1818 du commissaire du bagne à M. l’Intendant de la marine à Rochefort. « La caisse des forçats étant à découvert d’une somme de 194 f 26 c, tant pour frais de la procédure que pour transport de la mécanique, dite mouvement perpétuel qui avait été envoyée à Saintes comme pièce à conviction. Le mouvement perpétuel déposé dans la salle des petits modèles par ordre de M. Larenti [sic], étant porté sur l’inventaire de Dubois, je réclame le prix de l’estimation dont le montant doit être payé par la caisse des fonds libres. […] ». Comment expliquer que l’on spolie les héritiers de Dubois des biens du forçat exécuté ?

130 S’agit-il de François, emprisonné à la maison centrale de Limoges, ou d’un autre fils dont nous ignorons l’existence ?

131 SHDR – Série O - 1O-18 – Lettre n°417 du 04/09/1816 du commissaire du bagne à M. Baudouin, ancien commissaire de marine à Rochefort.

132 SHDR – Série E - 2E1-78 – Dépêche ministérielle n°50 à l’intendant en date du 24/12/1816

133 SHDR – Série E - 2E2-191 – Lettre n°14 (et 90) de l’intendant au ministre de la marine en date du 18/01/1817

134 Gilles Malandain, dans « le procès de la Méduse », conférence CERMA du 30/09/2015, a souligné la dimension politique du procès de la Méduse : le pétulant ministre de la police (Decazes) instrumentalisant l’affaire de la Méduse pour tenter de décrédibiliser le « vieux » ministre de la marine (du Bouchage). Il nous semble légitime de nous demander si l’affaire Dubois ne s’inscrit pas dans la même veine.

135 SHDR – Série O - 1O-18 – Note sans n° du 24/01/1818 du commissaire du bagne à M. Quillet, chef du secrétariat de l’Intendant de la marine à Rochefort.

136 SHDR – Série O - 1O-18 – Lettre n°919 du 05/02/1818 du commissaire du bagne à M. l’Intendant de la marine à Rochefort.

137 Si ce n’est la requête présentée par le commissaire du bagne pour obtenir un dédommagement concernant la pendule, cf. SHDR – Série O - 1O-18 – Lettre n°1181 du 20/11/1818 du commissaire du bagne à M. l’Intendant de la marine à Rochefort.

138 Contrairement au camp d’extermination, le bagne n’est pas un lieu de non-droit, voir Giorgio Agamben, Moyens sans fins – notes sur la politique, Paris, Éditions Payot et Rivages, collection poche / Petite bibliothèque, 1995, p. 51 : « La bonne question devant les horreurs commises [dans un camp d’extermination] n’est donc pas celle qui demande hypocritement comment il a été possible de commettre des crimes aussi atroces envers des êtres humains. Il serait plus honnête et surtout plus utile de chercher au moyen de quelles procédures juridiques et de quels dispositifs politiques des êtres humains ont pu être si totalement privés de leurs droits et de leurs prérogatives au point que le fait de commettre à leur égard n’importe quel acte n’apparût plus comme un crime (en effet, à ce point, tout était vraiment devenu possible). »

139 SHDR - Série E –2E2-191 – Lettre n°14 (et 90) de l’intendant du port de Rochefort au ministre de la Marine du 18/01/1817 - « Un seul homme, le forçat Dubois, a pu fabriquer de fausses pièces d’argent parce que sous le prétexte de perfectionner une machine fort ingénieuse qu’il nommait mouvement perpétuel, il avait demandé et obtenu de mes prédécesseurs un degré de liberté qui ne devrait jamais être accordé à un condamné […] »

140 Pérault (1793-1806), Franquet (1806-1807), Millet (1808-1815), Pasquet (1814), Goguet (1815-1816) et Alliez de Vincelotte (1816).

141 À partir de 1835, il peut s’agir d’un officier de marine ; néanmoins, à Rochefort, seuls des officiers d’administration ont rempli cette fonction, ce qui atteste peut-être du peu d’entrain pour ce poste.

142 Risques liés aux condamnés (évasions, désordres ou qualité des travaux forcés) mais aussi risques liés aux agents du service, principalement à la mauvaise conduite des agents de surveillance.

143 Institué par Napoléon : décret du 7 floréal an VIII (27 avril 1800).

144 Encore appelé, selon les périodes, intendant de la marine ou commissaire général.

145 SHDR - Série E –2E2-186 – Lettre n°296 de l’intendant du port de Rochefort au ministre de la Marine du 11/03/1816 : « Il serait à désirer que le règlement général sur les chiourmes […] fut mis en exécution dans les ports, et particulièrement la partie de ce règlement qui concerne la police du bagne. […] je saisis les circonstances de ce délit […] pour rappeler les principales dispositions des anciennes ordonnances et restreindre envers les condamnés les effets d’une tolérance de l’autorité locale souvent portée jusqu’à l’abus. »

146 SHDR - Série E –2E2-186 – Lettre n°296 de l’intendant du port de Rochefort au ministre de la Marine du 11/03/1816 : « Le 7 de ce mois […] j’ai fait accompagner [le commissaire de police de Rochefort] de suite au bagne par le commissaire rapporteur et j’ai ordonné aux administrateurs chargés de la police des chiourmes de l’aider dans toutes les recherches nécessaires pour saisir les outils et matières devant servir de pièces de conviction et découvrir toutes les ramifications d’un délit aussi grave et aussi dangereux dans ses résultats. » et AN (site de Pierrefitte-sur-Seine) - série BB –BB21/201 – Dossier 1937 S3 – année 1816 – Lettre du Comte de Campenne, prévôt de la Cour prévôtale du département de la Charente-Inférieure, au ministre de la Justice en date du 15 juillet 1816 : «  Je crois devoir vous dire, en finissant, que M. Lerinthy [sic], Intendant de la marine, à Rochefort, nous a secondés de tous ses moyens pour découvrir le délit dont il s’agit et qui existait longtemps avant qu’il fût placé dans ce port. Ses principes et son dévouement pour le Roi sont les sûrs garants que son zèle ne démentira pas le nôtre, dans toutes les recherches ultérieures que nous pourrons faire. »

147 Mesure de police, SHDR - Série E –2E2-186 – Lettre n°296 de l’intendant du port de Rochefort au ministre de la Marine du 11/03/1816 : « Dubois, père […] a été mis au cachot : Jean François Labesse autre forçat n°6751 et Etienne Mertz n°6796, tous deux horlogers et ouvriers employés par Dubois […] ont été mis séparément à la double-chaîne […] Le sous-côme Blondeau a été conduit, par mes ordres, dans la prison de la Marine […] » et mesure réglementaire, SHDV – Série DD - DD5-054 – F°374 – Lettre du ministre de la marine du 28/01/1817 au ministre de la police générale : adoption de nouvelles règles de circulation des forçats.

148 SHDR - Série E –2E1-78 – Dépêche ministérielle n°50 du ministre de la Marine à l’intendant du port de Rochefort – Copie annexée de la lettre du ministre de la police générale au ministre de la marine datée du 16 décembre 1816. 

149 SHDR - Série E –2E1-78 – Dépêche ministérielle n°50 du ministre de la Marine à l’intendant du port de Rochefort – Copie annexée de la lettre du ministre de la police générale au ministre de la marine datée du 16 décembre 1816. Non pas des faits, mais une rumeur : « […] il paraît qu’il circule encore dans [Rochefort] une grande quantité de pièces fausses de la valeur de 10 centimes et l’on semble croire qu’elles se fabriquent dans le même bagne. […] Peut-être ces renseignements ne sont-ils pas extrêmement exacts, mais, […] ils me viennent d’un fonctionnaire public […]. »

150 SHDR - Série E –2E1-78 – Dépêche ministérielle n°50 du ministre de la Marine à l’intendant du port de Rochefort – Copie annexée de la lettre du ministre de la police générale au ministre de la marine datée du 16 décembre 1816. « On attribue la facilité que les forçats auraient de se livrer à cette opération criminelle, à la trop grande liberté dont ils jouissent, et dont ils abusent, dit-on, pour se répandre dans la ville de Rochefort. »

151 SHDR - Série E –2E1-78 – Dépêche ministérielle n°50 du ministre de la Marine à l’intendant du port de Rochefort – Copie annexée de la lettre du ministre de la police générale au ministre de la marine datée du 16 décembre 1816. « Je serai obligé [à Votre Excellence = le ministre de la marine] si elle le juge convenable de donner aux agents chargés de la police des chiourmes de Rochefort, l’ordre de faire les dispositions convenables […] pour que les règlements auxquels les forçats sont assujettis, soient fidèlement exécutés. »

152 SHDR - Série E –2E2-191 – Lettre n°14 (et 90) de l’intendant du port de Rochefort au ministre de la Marine du 18/01/1817 – « Votre Excellence verra que [le commissaire du bagne] s’est assuré que les pièces de 10 centimes n’étaient point émises par des condamnés. Mieux encore, c’est qu’il n’y a point de circulation de ces pièces fausses dans la ville, ni les environs. Ce fait m’a été confirmé par les autorités locales. »

153 SHDR - Série E –2E2-191 – Lettre n°14 (et 90) de l’intendant du port de Rochefort au ministre de la Marine du 18/01/1817 - « […] le forçat Dubois […] avait demandé et obtenu de mes prédécesseurs un degré de liberté qui ne devrait jamais être accordé à un condamné […] »

154 SHDV – Série DD - DD5-054 – F°374 – Lettre du ministre de la marine du 28/01/1817 au ministre de la police générale : « [L’intendant de Rochefort] m’a […] envoyé […] un exemplaire d’un arrêté pris par lui dès le 15 mars 1816 pour ne laisser aller aucun forçat dans les rues de la ville ou hors de son enceinte, sans qu’il soit accompagné par un garde, et qu’il soit revêtu de l’habit de la chiourme. Il m’a assuré que ces dispositions [ont été] toutes rigoureusement exécutées. »

155 SHDR - Série E –2E2-191 – Lettre n°14 (et 90) de l’intendant du port de Rochefort au ministre de la Marine du 18/01/1817 - « Je ne terminerai pas ce rapport, Monseigneur, sans rendre témoignage de la bonne administration de la chiourme depuis qu’elle est confiée au sous-commissaire Flamant. L’ordre qui règne dans le bagne est dû plutôt à une surveillance exacte et continue qu’à la sévérité, car jamais les condamnés n’ont été traités avec plus de douceur et d’humanité, et il n’a été donné plus d’attention à ce qui peut contribuer à leur conservation et à leur santé, et pourtant jamais on n’en a tiré autant de parti pour les travaux ; les consignés même inutiles par leur séjour dans les salles où ils prenaient et répondaient les germes de maladie, sont aujourd’hui constamment employés. Le gouvernement y gagne sous le double rapport du travail et de la diminution dans le nombre des malades ; cependant les évasions sont fort rares. »

156 SHDR - Série E –2E2-191 – Lettre n°14 (et 90) de l’intendant du port de Rochefort au ministre de la Marine du 18/01/1817 - « La tenue et la discipline de la compagnie des gardes chiourmes, ont été aussi fort améliorées. Il y avait et il y a même encore beaucoup à faire à cet égard : mais ce sera l’effet du temps qui permettra de congédier successivement les mauvais sujets lorsque leur engagement sera fini, et de choisir avec plus de soin les nouveaux engagés. »

157 Les Misérables paraît en 1862. Le bagne de Rochefort est alors fermé depuis 10 ans, celui de Brest depuis 4 ans. Celui de Toulon ferme 11 ans plus tard.

158 Pierre Zaccone (1817-1895), auteur de romans noir à succès aujourd’hui bien oublié, situe volontiers ses intrigues policières dans l’univers des forçats. Sa monumentale Histoire des bagnes, qui paraît en 1876 se présente comme une enquête au sein des bagnes de Brest, Toulon, Rochefort, Lorient et Cayenne et mêle allégrement réalité et légende. Ses nombreux récits, ses figures de criminels et ses gravures contribuent fortement à fixer un imaginaire du forçat dont nous sommes aujourd’hui les héritiers. Pierre Zaccone, Histoire des bagnes depuis leur création jusqu’à nos jours, Paris, Bunel, 1877.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : La pendule du forçat Dubois
Crédits Musée National de la Marine (Rochefort)
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3491/img-1.png
Fichier image/png, 225k
Titre Figure 2 : Matricule 3146 : François Dubois – Registre 1O-35
Crédits Musée National de la Marine (Rochefort)
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3491/img-2.png
Fichier image/png, 550k
Titre Figure 3 : Effectif mensuel des personnes séjournant à l’hôpital de la marine entre pluviôse an X (janvier/février 1802) et décembre 180866.
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3491/img-3.png
Fichier image/png, 49k
Titre Figure 4 : 1e partie de la peine de François Dubois entre le 20 messidor an XI (30/07/1803) et le 5e jour complémentaire an XIII (22/09/1805)
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3491/img-4.png
Fichier image/png, 17k
Titre Figure 5 (vraie) pièce de 5 francs 1813 – H – argent 900/1000 – 25 g – 37mm (source : © numismatique-suffren.com)
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3491/img-5.png
Fichier image/png, 142k
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3491/img-6.png
Fichier image/png, 142k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Duhé et Denis Roland, « La pendule du forçat Dubois », Criminocorpus [En ligne], Les sources de la recherche, Articles, mis en ligne le 12 juin 2017, consulté le 26 juin 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/3491

Haut de page

Auteurs

Jean-Marc Duhé

Après des études en économie-gestion, puis en ethnologie, Jean-Marc Duhé mène une recherche doctorale en histoire contemporaine sous la direction du Professeur Jean-Paul Barrière, au sein de l’école doctorale SEPT (sociétés, espaces, pratiques, temps) de l’UBFC (Université de Bourgogne-Franche-Comté) sur « L’administration du service des chiourmes de l’arsenal de Rochefort de 1812 à 1852 ».

Denis Roland

Denis Roland est attaché de conservation du patrimoine. Depuis 2003, il est en charge des collections et de la médiation à l’école de médecine navale et au musée national de la Marine à Rochefort.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page