Navigation – Sitemap
Présentation de la journée d'étude

Prison et méthode de recherche : présentation

Claire de Galembert, Anaïs Henneguelle und Caroline Touraut

Volltext

  • 1 Claude Faugeron, Antoinette Chauvenet et Philippe Combessie, Approches de la prison, Bruxelles, De (...)
  • 2 Élodie Béthoux, « La prison : recherches actuelles en sociologie (note critique) », Terrains & trav (...)
  • 3 Gilles Chantraine, Par-delà les murs. Expériences et trajectoires en maison d’arrêt, Paris, Presses (...)
  • 4 Philippe Combessie, Sociologie de la prison, Paris, La Découverte, coll. « Repères Sociologie », 20 (...)
  • 5 Cléopâtre Montandon, « La déviance : un champ d'analyse problématique », Cahiers du service de la r (...)
  • 6 Léonore Le Caisne, Prison. Une ethnologue en centrale, Paris, Odile Jacob, 2000, 394 p.
  • 7 Manuela Ivone Cunha, « Trajets et dérives autour d'une prison de femmes », Ethnologie française, 1/ (...)
  • 8 Gaëtan Cliquennois, « Problèmes méthodologiques inhérents à une recherche sociologique qualitative (...)
  • 9 Corinne Rostaing, « La compréhension sociologique de l’expérience carcérale », Revue européenne de (...)
  • 10 Corinne Rostaing, « On ne sort pas indemne de prison. Le malaise du chercheur en milieu carcéral », (...)
  • 11 Léonore Le Caisne et Laurence Proteau, « La volonté de savoir sociologique à l’épreuve du terrain. (...)
  • 12 Omar Zanna, « Un sociologue en prison », Nouvelle revue de psychosociologie, 2010/1 (n° 9), p. 149- (...)
  • 13 Myriam Joël, « Enquêter en prison auprès de femmes impliquées dans des violences sexuelles sur mine (...)

La littérature académique sur la prison en France n’a cessé de gagner en importance et de se diversifier depuis les années 90. Ces connaissances scientifiques ont été nourries par l’implication de nombreuses disciplines : sociologie, anthropologie, démographie, histoire, sciences politiques, etc. Les objets et les problématiques de recherche se sont multipliés. S’il existe quelques livres ou articles destinés à faire la synthèse de ce qui est devenu un champ d’analyse spécialisé (Faugeron, Chauvenet et Combessie 19961, Béthoux 20002, Chantraine 20043, Combessie 2009 [2001]4…), peu de textes ont traité la question spécifique de la méthodologie de l'enquête en prison. L’on retrouve bien sûr des textes épars sur le sujet : Montandon (1986)5, Le Caisne (2000)6, Cunha Manuela (2001)7, Cliquennois (2006)8, Rostaing (20069 et 201010), Le Caisne et Proteau (2008)11, Zanna (2010)12, Joël (2015)13 par exemple. Mais l’on ne dispose pas à ce jour de réflexion collective sur les méthodologies d'enquête mises en œuvre pour aborder ce terrain particulier.

  • 14 Howard Becker, Les ficelles du métier. Comment conduire sa recherche en sciences sociales, Paris, L (...)

1C’est ce constat d’éparpillement et le désir d’ouvrir une conversation sur le sujet de la méthodologie qui nous ont encouragées à proposer une journée d’étude intitulée « Prison et méthodes de recherche ». Le temps nous semblait venu de solliciter la communauté de chercheurs travaillant sur la question carcérale pour proposer une mise en commun. Le principal objectif à l’origine de cette initiative consistait à échanger sur nos « ficelles » (Becker 2002 [1988]14) dans une perspective d’enrichissement collectif et pédagogique. L’ambition était d’ouvrir un espace de discussion sur nos pratiques de la recherche et nos petites « cuisines internes ». Dans cette optique, nous avons souhaité solliciter des chercheurs de disciplines variées et recourant à des traditions, des paradigmes et des méthodes des sciences sociales divers : méthodologie qualitative et quantitative, approches par entretiens ou par observations, ethnographie, archives, fichiers statistiques, etc.

  • 15 Georges Benguigui, Antoinette Chauvenet et Françoise Orlic, Le monde des surveillants de prison, Pa (...)

2Au-delà de l’enjeu strictement méthodologique et de notre curiosité pour l’univers carcéral, il nous apparaissait stimulant de considérer la manière dont l’enquête en prison, bouscule le chercheur, met à l’épreuve non seulement ses pratiques, ses convictions méthodologiques et épistémologiques mais aussi son ethos professionnel et sa déontologie. Parce qu’elle nous entraîne sur l’un de ces terrains limites que l’on qualifie volontiers de « minés » ou de « difficile », la recherche en prison nous semble de nature à pouvoir fonctionner comme un analyseur de nos pratiques professionnelles et de ce que sont nos métiers de chercheurs en sciences sociales. Or, comme y invitaient déjà Georges Benguigui, Antoinette Chauvenet et Françoise Orlic, cités dans l’un des textes de ce dossier, « il faudra expliciter un jour ce que le terrain de la prison apporte à la sociologie de l’enquête sociologique du point de vue de la question de la trahison de ses objets, et ce en dépit d’un souci permanent d’objectivité » (1994, p. 715).

3Cette journée, organisée par l’Institut des Sciences Sociales du Politique (ISP) et le laboratoire Institutions et Dynamiques Historiques de l’Économie et de la Société (IDHES) de Cachan en partenariat avec la Direction de l’Administration Pénitentiaire (DAP), s’est tenue le 3 décembre 2015 à l’École Normale Supérieure de Cachan. Elle a connu un réel succès. Celui-ci s’est d’abord manifesté par la réactivité de la communauté de chercheurs travaillant sur la prison à notre sollicitation ainsi que par l’appétence avec laquelle les intervenants ont pris part à l’événement. Une des richesses de la journée et du présent dossier qui en découle a résidé dans l’échange qu’il a permis entre des chercheurs rôdés à la prison et ayant à leur actif une réflexion sur leur expérience (telles Corinne Rostaing ou Léonore Le Caisne) et des contributeurs nouveaux venus sur le terrain carcéral ou apprentis chercheurs, dont des doctorants. De plus, la journée a attiré un public nombreux et non exclusivement composé de chercheurs. Elle a attiré en effet des professionnels variés et des militants de nombreuses associations gravitant autour du monde carcéral (comme le GENEPI, l’OIP, la FARAPEJ, etc.). Preuve sans doute qu’au-delà des questions de méthodes, c’est bien ce qu’elles permettent de découvrir qui est en jeu : la méthode n’est jamais une fin en soi. Cette diversité des ancrages (académique, pénitentiaire, associatif ou militant) n’est pas sans enseignement sur la particularité d’un terrain de recherche qui conduit assez vite au débat avec les praticiens. Ceux-ci conçoivent les connaissances de sciences sociales comme des ressources utiles sinon nécessaires à la réflexion sur leurs pratiques, ce qui n’est peut-être pas si souvent le cas. Les échanges et débats furent d’autant plus riches qu’ils n’ont ainsi jamais perdu de vue la réalité humaine que la conversation strictement scientifique finit parfois par rejeter au second plan.

4Deux principales lignes de questionnements ont guidé nos discussions durant la journée et parcourent en conséquence le présent dossier.

  • 16 Claire Renzetti et Raymond Lee, Researching sensitive topics, Londres, Sage Publications, 1993, 312 (...)
  • 17 Florence Bouillon, Marion Fresia et Virginie Tallio (dir.), Terrains sensibles : expériences actuel (...)
  • 18 Dionigi Albera, « Terrains minés », Ethnologie française, 1/2001, vol. 31, p. 5-13.
  • 19 Magali Boumaza, Aurélie Campana, « Enquêter en milieu « difficile ». Introduction », Revue français (...)

5La première a concerné la manière dont l’enquêteur s’ajuste à ce terrain réputé difficile. La prison compte indéniablement parmi les « terrains sensibles », au sujet desquels la littérature méthodologique s’est montrée foisonnante depuis une vingtaine d’années (par exemple Renzetti et Lee 199316 et plus récemment Bouillon, Fresia et Tallio 200617). S’interroger de la sorte nécessite pourtant de se méfier du risque de réification. Il faut se garder en effet de distinguer radicalement le milieu carcéral comme un terrain par essence « miné »18 et d’y voir absolument un terrain plus complexe que tout autre lieu d’enquête. La prison n’est pas, à moins de circonstances exceptionnelles, de ces terrains qui menacent le chercheur dans son intégrité physique. En revanche, elle correspond plus à un contexte de danger situationnel. Le sociologue peut avoir du mal à y entrer, il peut y faire face à des réactions d’hostilité ou de défiance et éprouver des difficultés à y trouver sa juste place. Assimilé à un intrus aux acteurs qui peuplent l’univers pénitentiaire, il se doit, plus qu’ailleurs, de donner des gages à la fois de son empathie et de distanciation. L’exercice est d’autant plus délicat qu’il se trouve souvent pris entre deux groupes fonctionnellement antagonistes : celui des personnes détenues et celui des personnels pénitentiaires. Classé du côté des dominants, il est nolens volens porteur d’une forme de violence symbolique pour nombre de ses interlocuteurs (Boumaza et Campana 200719) et se doit de désamorcer les tensions que cela peut générer.

6À ceci s’ajoutent les contraintes institutionnelles auxquelles se heurte le chercheur. Elles découlent des logiques d’enfermement, de segmentation et de sécurité propres à la prison. L’un des risques est notamment de se laisser piéger par cette tension entre les deux « camps » en présence. Quelles sont dès lors les stratégies et les « tactiques d’adaptation » à mettre en œuvre pour s’ouvrir des marges de manœuvre et négocier sa place sans s’aliéner à l’un d’eux ? Des interrogations à propos de l’emprise de l’institution sur son travail, ce qu’elle donne à voir ou refuse de montrer aux regards extérieurs du chercheur, sur les possibilités d’accroitre le champ de visibilité sur ce terrain traversent aussi les réflexions proposées.

  • 20 Howard S. Becker, “Whose Side Are We On ?”, Social Problems, vol. 14, n° 3, 1967, p. 239-247.
  • 21 Daniel Bizeul, « Le récit des conditions d’enquête : exploiter l’information en connaissance en cau (...)
  • 22 Daniel Cefaï et Valérie Amiraux, « Les risques du métier : engagements problématiques en sciences s (...)

7Le second ensemble de questionnements, étroitement lié au premier, porte sur l’engagement du chercheur. Plus qu’ailleurs, la vigilance est requise et l’explication des attendus éthiques et moraux plus ou moins implicite lors du « récit des conditions d’enquête » (Becker 196720, Bizeul 199821). Impossible d’échapper à la question de son propre positionnement sur le sujet même si, encore une fois, il y a là un questionnement qui excède ce seul terrain et que la posture de proximité et de distanciation parcourt les sciences sociales (Céfaï et Amiraux 200222).

  • 23 Patricia Bouhnik, Toxicos. Le goût et la peine, Paris, La Découverte, coll. « Alternatives sociales (...)
  • 24 « Dans la plupart des travaux publiés, les dimensions personnelles du travail de terrain ont été te (...)

8Le terrain carcéral confronte inévitablement à des dilemmes éthiques et moraux. Le chercheur évite rarement les moments de doutes, les interrogations sur sa capacité à comprendre ce que vivent réellement les enquêtés, sur la légitimité de sa démarche, sur le sens de sa présence, du travail qu’il est en train de faire : « au nom de quel souci de connaissance peut-on faire effraction dans l’intimité des personnes et susciter des récits sur des épisodes sensibles de leurs trajectoires ? » (Bouhnik, 2007, p. 1223). La logique de distanciation – si tant est qu’elle soit recherchée …– est mise à rude épreuve : la rupture épistémologique, la méthodologie, le protocole d’enquête, l’endossement du rôle de sociologue, de politiste ou d’historien sont de peu de secours face à l’exposition à la souffrance et à la violence qui habitent le monde carcéral. Il n’a d’autre choix que la confrontation avec ses émotions – indignation, dégoût, peur, désespoir parfois… – s’il veut parvenir à les objectiver un tant soit peu24.

  • 25 Christophe Broqua, « L’ethnographie comme engagement : enquêter en terrain militant », Genèses, n° (...)
  • 26 Daniel Cefai et Valérie Amiraux op. cit., 2002,
  • 27 Caroline Touraut, La famille à l’épreuve de la prison, Paris, PUF, collection Le lien social, 2012.

9S’il est, quoiqu’il souhaite, rudement pris à parti intra-muros, le chercheur ne l’est pas moins extra-muros : les passions et les débats suscités par cette institution sont devenus si clivants qu’ils imposent de se questionner sur l’engagement pris dans et par-delà le travail de recherche. Ils rendent l’objectivité scientifique toujours un peu douteuse et la neutralité axiologique wébérienne – sacro-sainte consigne de la démarche sociologique – presque hors de portée (Broqua, 2009)25. De telles situations placent souvent le chercheur dans une posture « d’engagement problématique » : il se voit contraint à « de difficiles transactions avec [lui]-même, avec les enquêtés et avec leurs mondes » (Cefaï et Amiraux 2002, p. 1826). En conséquence, comment le chercheur peut-il et/ou doit-il se positionner par rapport aux décisions et aux débats politiques ? Quels liens nouer avec les instances de contrôle ou les associations militantes ? Ces interrogations concernent aussi la publication des résultats qui, elle aussi, exige une attention particulière sous peine d’instrumentalisation des résultats. Dès lors comment diversifier les formes de restitution et de valorisation de la recherche afin de contribuer au mieux à nourrir les débats et à apaiser les fantasmes qui suscite la prison ? Peut-on tout dire et tout écrire sur cet objet ? Encore une fois, rien là de propre à l’univers carcéral, même si toutes recherches sur des populations vulnérables, stigmatisées, souvent confrontées à des situations sociales invisibles et épreuves méconnues (Touraut, 201227) exacerbent les enjeux autour des usages qui peuvent en être faits.

10À ces questionnements les auteurs de ce dossier répondent diversement, en fonction de leur discipline, de leur posture de recherche, de leurs objets d’étude et de l’aspect de l’expérience de recherche ou méthodologiques qu’ils ont choisi de livrer ici. L’échantillon de contributions retenu, à défaut de prétendre à la moindre exhaustivité, témoigne de l’amplitude des contrastes des partis-pris possibles.

11Ce n’est effectivement pas la même chose d’aborder la réclusion comme le fait Jean-Lucien Sanchez à partir des archives sur le bagne de Cayenne ou à partir des statistiques pénitentiaires comme Anaïs Henneguelle que de mener une enquête ethnographique qui plonge dans le chaos, le tumulte et la violence carcéraux comme le font Léonore Le Caisne, Corinne Rostaing ou David Scheer par exemple.

12Ce que montrent les contributions des deux premiers, c’est justement la manière dont ces sources refroidies font écran à la réalité et en particulier les biais qu’elles créent. Jean-Lucien Sanchez insiste ainsi sur le décalage de points de vue produit par des sources presqu’exclusivement administratives, produites par la bureaucratie coloniale. Le peu de traces laissées par les reclus du bagne – leur correspondance avec les agents de l’administration – sont elles-mêmes surdéterminées par les contraintes de la relation de domination, si bien qu’elles ne livrent finalement qu’un prisme déformant sur une réalité au final difficilement accessible. L’historien ne peut que prendre acte des limites de son matériau et tenter tant bien que mal de restituer l’expérience des relégués. Voilà pourtant qui n’exclut pas l’engagement. La motivation profonde de l’entreprise de numérisation des archives menée par Jean-Lucien Sanchez depuis de nombreuses années rend compte de son intérêt pour le bagne de Cayenne et de sa détermination à partager avec d’autres chercheurs les données qu’il a collectées lors de son travail. Faciliter l’accès à des sources difficilement disponibles sinon via la mise en place d’une plateforme numérique accessible à tous n’a d’autre objectif que celui de préserver cette mémoire.

13Si la frontière du temps rend l’accès direct à la vie de son terrain impossible à l’historien, tel n’est pas le cas de l’économètre qu’est Anaïs Henneguelle lorsqu’elle fait le choix de mener une analyse des données statistiques produites par la Direction de l’Administration Pénitentiaire pour tenter de mieux cerner les effets des aménagements de peine sur la récidive. En restituant cette expérience de recherche doctorale, elle montre comment l’interrogation sur ce qu’elle considérait comme des sources objectives, les statistiques pénitentiaires, se transforme en doute sur leur fiabilité et reconfigure radicalement son objet de recherche et sa posture. L’économètre se convertit alors en sociologue pour remonter toute la chaîne de collectes de données statistiques : la voilà plongée avec son carnet d’enquête ethnographique dans le tumulte bruyant des greffes pénitentiaires pour observer comment les agents renseignent, tant que bien que mal, un logiciel qui ne s’avère être autre qu’une application de gestion de la détention. Et l’auteur de nous raconter ses premiers pas de terrain en détention, milieu qu’elle connaît par ailleurs à travers ses engagements au GENEPI. Elle revient en particulier sur ses difficultés à se positionner sur ce terrain, du fait des perceptions multiples qu’elle suscite chez des enquêtés qui la perçoivent tantôt comme liée à la DAP, tantôt comme une étudiante en thèse sans comprendre toujours de quoi il en retourne, ou encore comme génépiste pour ceux qui l’ont connue avant sa thèse à la faveur de cet engagement. La valeur heuristique de son travail sur la statistique pénitentiaire se déplace alors : d’information sur la réalité des trajectoires celle-ci se meut en révélateur stupéfiant de la faiblesse de l’encadrement des agents chargés d’une collecte d’informations, destinées à leurs yeux non pas à produire de la connaissance objective sur les détenus mais à gérer la détention. Ce sont pourtant bien à travers ces chiffres – à la fiabilité toute relative – que l’administration rend compte de la réalité de ses usagers et que s’élaborent les politiques publiques.

  • 28 Daniel Cefaï, Paul Costey, Édouard Gardella, Carole Gayet-Viaud, Philippe Gonzalez, Erwan Leméner, (...)
  • 29 Léonore Le Caisne, op. cit., 2000.

14Sans surprise l’ethnographie a la part belle dans ce dossier. Les contributions ici rassemblées montrent cependant des gradations dans l’« engagement ethnographique » pour reprendre le terme de Daniel Cefaï (2010)28. Certains optent pour une ethnographie radicale, comme Léonore Le Caisne. Celle-ci, en faisant un retour sur sa recherche menée à la centrale de Poissy29, revendique ce que l’on pourrait appeler une heuristique de l’errance ethnographique, aux antipodes des recommandations du catéchisme positiviste enjoignant à la mise à distance de ce qui est observé. Accepter de se laisser prendre et même happer par son terrain au point de s’y perdre et de ne plus rien y comprendre est pour elle une condition nécessaire à la construction de l’objet, à condition bien sûr de procéder à un important travail réflexif. Il importe d’être attentif à la manière dont les protagonistes de cet univers assignent des places à l’ethnologue qui, se livrant en quelque sorte en pâture aux appropriations diverses de ses enquêtés, devient l’outil même de l’exploration de ce monde qu’il cherche à comprendre. L’enquête n’est dès lors pas sans risque. Les certitudes et représentations dont était – presque à son insu – bardée l’ethnologue vacillent pour faire place à la confusion, au désarroi et au doute sur sa capacité à rendre compte de la vérité de son terrain, d’accéder au sens profond de l’expérience vécue de ses enquêtés. Mais si le prix à payer est élevé – se sentir ballotté par les flots du terrain – il devient la clef indispensable de compréhension d’un monde dont on ne peut saisir l’économie qu’en renonçant à ses représentations initiales et acceptant ce « lâcher prise ». La quête de l’introuvable « parole vraie », d’un monde social qu’on présuppose limpide se meut alors pour Léonore Le Caisne en constat : d’une part les détenus en centrale sont avant tout des hommes ordinaires et il n’y a pire obstacle pour atteindre leur vérité que nos représentations imaginaires et fantasmagoriques sur le « vrai criminel » ; d’autre part, la confusion créée par les discours contradictoires d’interlocuteurs qui adhèrent à ces représentations sans pourtant y croire n’est autre que le signe et le produit du chaos carcéral. Celui-ci découle des injonctions paradoxales d’un monde qui oblige à naviguer sans cesse entre les contraintes de la vie collective en détention, laquelle suppose d’endosser cette figure du « vrai criminel », et les contraintes générées par ce qui conditionne la sortie, la présentation de soi comme « réinsérable ».

15David Scheer rejoint la radicalité de la posture ethnographique adoptée par Léonore Le Caisne. Tout comme elle, il annonce d’emblée la couleur en faisant état de son « total désaccord » avec l’idée que la subjectivité ne saurait avoir son mot à dire dans le travail d’enquête. En référence à G. Devereux, il revendique l’exploitation de l’intersubjectivité entre le chercheur et les êtres croisés sur le terrain. Il n’y a pas là l’application de leçons théoriques mais plutôt apprentissage par essai-erreur. David Scheer raconte en effet comment ses premiers jours de terrain ont fait voler en éclat le dispositif d’enquête – grilles d’entretien, tableaux destinés à cartographier l’espace etc. – élaboré en amont. D’abord en raison des contraintes propres à un monde qui impose sans arrêt ses contraintes en termes de temps et d’espace. Mais surtout parce qu’il a pu mesurer la richesse de ce qui se livrait à l’observation flottante ou dans les échanges informels. Tout comme Léonore Le Caisne, il rend compte d’une expérience d’errance – qui se traduit physiquement par une circulation sans but entre les différents mondes et espaces de la prison – durant laquelle ce n’est pas tant le chercheur qui s’immerge dans son terrain que le terrain lui-même qui l’immerge, lui imposant ses contraintes, ses logiques et ses places. C’est donc là encore dans cette forme de lâcher prise que se forge une posture de recherche alliant mobilité et indétermination, la rigueur scientifique laissant la part belle à l’intuition, à la créativité et au bricolage. Mais ceci ne peut avoir de sens scientifique que sous réserve de soumettre le travail d’enquête en train de se faire à l’auto-questionnement. David Scheer exemplifie son propos de quatre situations limites auxquelles cette « démarche » (au sens à la fois intellectuel et physique du terme) l’a confronté. Elles témoignent de la manière dont le chercheur s’expose à être pris à parti à travers les rôles pluriels que lui assignent les acteurs qu’il côtoie quotidiennement. À l’instar de ce moment où il devient, malgré lui, l’allié de détenus tentant de faire échapper un téléphone à la fouille, ou de cet autre où un directeur lui demande ce qu’il pense de la conduite d’une surveillante qui a eu maille à partir avec un détenu. Le jeu de proximité et de distance est ici poussé à son comble, la mise à distance s’appuyant sur cette vigilance réflexive de chaque instant conduisant le chercheur à passer au crible de l’auto-questionnement chaque situation, d’en faire une lecture critique pour saisir ce qu’elle dit de l’univers sur lequel il travaille et sur son propre positionnement par rapport à l’objet de sa recherche.

16D’une certaine manière, par l’usage qu’elle fait de l’observation participante en prenant part à des ateliers de théâtre d’improvisation en détention, Chloé Branders se situe dans un positionnement comparable. Devenant actrice en même temps qu’observatrice, l’auteure cherche à comprendre les enjeux et les ressorts de la création collective théâtrale et artistique dans le cadre contraint des lieux d’enfermement. À partir d’improvisations au cours desquelles elle est partie prenante, Chloé Branders observe, note, consigne non seulement la manière dont les détenus se saisissent des thèmes qui leur sont proposés mais également ses propres émotions et ressentis face aux situations rencontrées. Le trac et l’angoisse de ne pas être à la hauteur mais également de ne pas savoir répondre correctement lors des interactions qu’elle entretient par ce biais avec les personnes détenues – interactions parfois empreinte de provocations – sont partie prenante de son expérience de recherche particulière. Adoptant une posture fortement réflexive dans l’analyse de son matériau, elle relate finalement l’intensité de son implication sur son terrain. Ainsi de cette scène où les différents participants à l’atelier ont pour consigne de s’avancer à tour de rôle pour fixer dans les yeux la personne qui se trouve en face d’eux ; l’intensité du regard porté se révèle très inconfortable pour l’observatrice extérieure, qui doit déployer une grande énergie quant à sa présentation de soi. Si le lâcher-prise est une option de recherche, elle peut s’avérer dangereuse quand certaines situations menacent de basculer, comme lorsqu’un détenu devient trop familier en l’appelant « ma petite puce ». L’équilibre est difficile à trouver et la chercheuse se trouve toujours sur la ligne de crête. Chloé Branders se réfère d’ailleurs à la notion de péril développée et conceptualisée par Riccardo Cappi, afin de rendre compte de la particularité de ces activités d’improvisation en prison, séances au cours desquelles les détenus sont sans cesse mis à l’épreuve. Elle témoigne par-là de sa conception de la construction de son objet : un objet non déterminé a priori mais se construisant au fil de son rapport au terrain. Ce travail puise tout son sens dans la démarche inductive mise en œuvre, où le péril devient finalement une « éthique de la posture ». Pour Chloé Branders, il s’agit par ce texte « d’expliquer comment la chercheuse a su pénétrer, expérimenter, éprouver et faire l’expérience de la création collective théâtrale dans le contexte spécifique de la prison ».

17La posture de Corinne Rostaing – sociologue et non ethnographe –, bien qu’elle se prévale aussi de l’enquête ethnographique, est moins radicale. Son enquête s’effectue moins par immersion que par « imprégnation » : il n’est pas question d’errance ici mais d’une « sociologie de l’action en train de se faire » qui, bien que plus conventionnelle dans sa méthodologie, n’en bouscule pas moins la conception que l’auteure se fait du métier de sociologue. Ce retour sur expérience – une expérience de plus de vingt ans où Corinne Rostaing a multiplié les angles d’attaques (prisons de femmes, relations carcérales, art en prison, violence, religion…) – est l’occasion d’un généreux partage de ses « ficelles », d’autant plus précieuses qu’elles résultent de l’expérimentation d’une posture d’enquête au long cours. Il s’agit, selon ses propres mots, de « relater, aussi précisément que possible, les manières de faire concrètement du terrain en prison ». Inspirée par les sociologues de la tradition de Chicago, l’auteure revient d’abord sur la nécessité, à son sens, de mener des enquêtes de longue durée, au plus près de l’action en observant directement « les choses qui se déroulent, là où elles se déroulent ». Le texte revient sur les difficultés rencontrées dans le « terrain miné » de la prison, où la sociologue se confronte à la peur, à l’attente, au sentiment de déranger et à la subordination à ceux qui possèdent les clefs. L’une des ficelles concerne ainsi la « démarche », que Corinne Rostaing veut à la fois patiente et exigeante : patiente pour rendre sa présence « acceptable » et pour chercher des alliés, exigeante pour ne pas se plier sans cesse aux contraintes sécuritaires du milieu carcéral et dépasser la simple vision que l’institution cherche à donner d’elle-même. Une autre ficelle consiste dans le jeu avec la pluralité lors de la démarche d’enquête ; pluralité des méthodes, pluralité des lieux d’enquête et pluralité des points de vue. En particulier, se rendre dans plusieurs établissements permet de nouer des contacts à la fois avec les détenus et les surveillants selon l’endroit où l’on se trouve, alors qu’au sein de la même prison s’intégrer au sein de ces deux groupes antagonistes relève d’un véritable « jeu d’équilibriste ». De là, l’auteure aborde également les questions éthiques : comment appréhender la question des causes de l’incarcération sans jugement ? Comment produire un discours sociologique qui ne soit pas uniquement un discours partisan de dénonciation ? Par ce retour sur expérience, ce texte livre de nombreux conseils pour aborder le terrain de la prison, terrain particulièrement « enveloppant » pour reprendre les termes mêmes de l’auteure, tout en soulevant des questionnements moraux auxquels se trouve confronté tout chercheur entamant un travail sur la/en prison.

18Le texte de Corentin Durand, enfin, décale le propos. Il apporte, au terme de ce dossier, un éclairage plus général et davantage en retrait du terrain, et tout autant essentiel au scientifique travaillant sur milieu carcéral puisqu’il s’interroge sur les modalités de la participation de ce dernier à la « conversation publique » qui a cours sur les thèmes de ses travaux. Son point de départ consiste dans un constat paradoxal : « Florissantes en quantité comme en qualité, elles [les sciences sociales] se voient fréquemment reprocher, par des acteurs institutionnels, associatifs ou médiatiques, leur silence et leur désengagement des questions publiques. » Partant notamment des débats autour de la « criminologie publique », il propose une discussion fine des implications scientifiques et politiques des sciences sociales à travers une réflexion sur ses publics, appliquée à l’étude de la prison. Corentin Durand se fait ici le promoteur d’une « sociologie publique de la prison » à même de nourrir le sens de la recherche, sa légitimité et sa pertinence et pose, dans son texte, quelques jalons à son développement. Il plaide notamment en faveur d’initiatives visant à faire émerger des recherches qui lient plus fortement pertinence sociale et scientifique. Il l’illustre par la création de l’Ouvroir de sciences sociales potentielles – Ouscipo - en 2014, par Liora Israël et lui-même, au sein de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). L’ambition de cette structure est « de mettre en relation des étudiants et des chercheurs de l’EHESS et des structures de la société civile pour identifier ensemble des thématiques de recherche. ». Pour Corentin Durand, le développement de la « sociologie publique » ne peut faire l’économie d’une réflexion sur les publics des recherches en sciences sociales : à qui donnons-nous – devons-nous donner ou voulons-nous donner – des prises sur le monde ? Une question est inextricablement liée aux modalités de valorisation du travail scientifique. Or, celles-ci peinent à se détacher des rapports de pouvoirs et des hiérarchies des légitimités qui caractérisent le milieu académique. Il est nécessaire que le chercheur s’efforce, via des modes d’écriture diverses, des modalités de présentation de ses résultats sous des formats innovants, d’élargir et diversifier les publics de ses travaux de recherche en s’adaptant à leurs attentes et besoins propres. Le propos est bien de nous interpeller sur le sens même d’un travail de recherche qu’il nous appartient à travers la diversification des formes d’enquêtes et de la mise en visibilité de nos résultats de rendre à la fois plus utiles et accessibles non seulement aux pouvoirs publics mais aussi à des publics plus larges. Quoi de plus stimulant au terme de ce dossier que ce plaidoyer enthousiaste nous encourageant à être plus attentifs aux destinataires de nos travaux et d’expérimenter de nouvelles voies de partage et de diffusion du travail scientifique au-delà de l’arène académique ?

Seitenanfang

Anmerkungen

1 Claude Faugeron, Antoinette Chauvenet et Philippe Combessie, Approches de la prison, Bruxelles, De Boeck, coll. « Perspectives criminologiques », 1996, 368 p.

2 Élodie Béthoux, « La prison : recherches actuelles en sociologie (note critique) », Terrains & travaux, 2000/1, n° 1, p. 71-89.

3 Gilles Chantraine, Par-delà les murs. Expériences et trajectoires en maison d’arrêt, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Partage du savoir », 2004, 276 p.

4 Philippe Combessie, Sociologie de la prison, Paris, La Découverte, coll. « Repères Sociologie », 2001, 128 p. ; 2e éd., 2004, 128 p. ; 3e éd., 2009, 128 p.

5 Cléopâtre Montandon, « La déviance : un champ d'analyse problématique », Cahiers du service de la recherche sociologique, Genève, 1975, n°10, p. 1-29.

6 Léonore Le Caisne, Prison. Une ethnologue en centrale, Paris, Odile Jacob, 2000, 394 p.

7 Manuela Ivone Cunha, « Trajets et dérives autour d'une prison de femmes », Ethnologie française, 1/2001, vol. 31, p. 81-87.

8 Gaëtan Cliquennois, « Problèmes méthodologiques inhérents à une recherche sociologique qualitative menée sur les politiques carcérales belges et françaises », Socio-logos [En ligne], 1, 2006, mis en ligne le 19 avril 2006, consulté le 01 juin 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/28.

9 Corinne Rostaing, « La compréhension sociologique de l’expérience carcérale », Revue européenne de sciences sociales, 2006, volume XLIV, n° 135, p. 29-43.

10 Corinne Rostaing, « On ne sort pas indemne de prison. Le malaise du chercheur en milieu carcéral », in Corinne Rostaing, Jean-Paul Payet, Frédérique Giuliani (dir.), La relation d’enquête. La sociologie au défi des acteurs faibles, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Diktat », 2010, p. 23-37.

11 Léonore Le Caisne et Laurence Proteau, « La volonté de savoir sociologique à l’épreuve du terrain. De l’enchantement du commissariat au désenchantement de la prison », Sociétés contemporaines, 2008/4 (n° 72), p. 125-149.

12 Omar Zanna, « Un sociologue en prison », Nouvelle revue de psychosociologie, 2010/1 (n° 9), p. 149-162.

13 Myriam Joël, « Enquêter en prison auprès de femmes impliquées dans des violences sexuelles sur mineurs », Civilisations (64), 2015, p. 69-79.

14 Howard Becker, Les ficelles du métier. Comment conduire sa recherche en sciences sociales, Paris, La Découverte, Coll. « Grands Repères Guides », 1988, traduit en français en 2002, 360 p.

15 Georges Benguigui, Antoinette Chauvenet et Françoise Orlic, Le monde des surveillants de prison, Paris, Presses Universitaires de France, 1994, 232 p.

16 Claire Renzetti et Raymond Lee, Researching sensitive topics, Londres, Sage Publications, 1993, 312 p.

17 Florence Bouillon, Marion Fresia et Virginie Tallio (dir.), Terrains sensibles : expériences actuelles de l’anthropologie. Paris, Éditions de l’EHESS, 2005, 208 p.

18 Dionigi Albera, « Terrains minés », Ethnologie française, 1/2001, vol. 31, p. 5-13.

19 Magali Boumaza, Aurélie Campana, « Enquêter en milieu « difficile ». Introduction », Revue française de science politique, 1/2007, vol. 57, p. 5-25.

20 Howard S. Becker, “Whose Side Are We On ?”, Social Problems, vol. 14, n° 3, 1967, p. 239-247.

21 Daniel Bizeul, « Le récit des conditions d’enquête : exploiter l’information en connaissance en cause », Revue française de sociologie, vol. 39, n° 4, 1998, p. 751-787.

22 Daniel Cefaï et Valérie Amiraux, « Les risques du métier : engagements problématiques en sciences sociales », Cultures et Conflits, 47, 3/2002, p. 15-48.

23 Patricia Bouhnik, Toxicos. Le goût et la peine, Paris, La Découverte, coll. « Alternatives sociales », 2007, 264 p.

24 « Dans la plupart des travaux publiés, les dimensions personnelles du travail de terrain ont été tenues pour négligeables. […] cette pratique a changé de façon significative pendant les années soixante-dix. Les aspects personnels des activités d’enquête sur le terrain ont été de plus en plus explorés : la dynamique de l’implication et ses conséquences, telle l’identification avec les enquêtés, la place des motivations et des sentiments personnels dans le travail de la recherche, le rôle crucial pour les enquêtés de l’équation personnelle de l’enquêteur. » (p. 414) in Daniel Cefaï, L’enquête de terrain, Paris, La Découverte, coll. « Recherches », 2003, 630 p.

25 Christophe Broqua, « L’ethnographie comme engagement : enquêter en terrain militant », Genèses, n° 75, 2009, p. 109-124.

26 Daniel Cefai et Valérie Amiraux op. cit., 2002,

27 Caroline Touraut, La famille à l’épreuve de la prison, Paris, PUF, collection Le lien social, 2012.

28 Daniel Cefaï, Paul Costey, Édouard Gardella, Carole Gayet-Viaud, Philippe Gonzalez, Erwan Leméner, Cédric Terzi (dir.), L’Engagement ethnographique, Paris, Éditions de l’EHESS, coll. « En temps et lieu », 2010, 637 p.

29 Léonore Le Caisne, op. cit., 2000.

Seitenanfang

Zitierempfehlung

Online-Version

Claire de Galembert, Anaïs Henneguelle und Caroline Touraut, « Prison et méthode de recherche : présentation », Criminocorpus [Online], Prison et méthodes de recherche, Présentation de la journée d'étude, Online erschienen am: 30 Juni 2017, abgerufen am 20 Juli 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/3501

Seitenanfang

Autoren

Claire de Galembert

Claire de Galembert, politiste, est chargée de recherche CNRS à l’Institut des sciences sociales du politique (Paris Ouest-Nanterre/ENS de Cachan). Ses travaux portent sur la régulation du religieux ainsi que sur le droit et la justice, et prioritairement depuis 2011 sur la prison. Elle a publié dernièrement, entre autres, De la religion en prison (avec Céline Béraud et Corine Rostaing) Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016) ; « Le " radical ", une nouvelle figure de dangerosité carcérale aux contours flous », Critique internationale, 3/2016 (N° 72), p. 53-71 ; Coordoonné les dossiers La prison comme « laboratoire » des usages sociaux du droit, Droit et Société (87, 2014, avec Corinne Rostaing) et Normativités et réclusion en contexte sécuritaire », Déviance et Société, 4/2016 , vol. 40 (Avec Marie-Sophie Devresse).

Anaïs Henneguelle

Anaïs Henneguelle est doctorante en économie à l’École normale supérieure (ENS) de Paris-Saclay, au laboratoire IDHES (UMR CNRS 8533). Elle travaille sur les statistiques pénitentiaires, de leur construction à leur exploitation économétrique.

Weitere Artikel des Autors

Caroline Touraut

Caroline Touraut, docteur en sociologie, chargée d’études à la DAP, chercheuse associée à l’Institut des sciences sociales du politique (Paris Ouest-Nanterre/ENS de Cachan). Elle a réalisé plusieurs recherches sur la prison. Elle a notamment travaillé sur l’expérience des familles de détenus, sur une action culturelle menée dans une prison pour des personnes condamnées à une longue peine, sur la religion en prison et plus récemment sur le vieillissement et la perte d’autonomie en milieu carcéral. Elle a publié La famille à l’épreuve de la prison, Paris, PUF, Collection Le lien social, 2012. Son prochain ouvrage, sur le thème des personnes âgées en détention, paraîtra en septembre 2017 aux éditions de l’INED.

Seitenanfang

Urheberrechte

Tous droits réservés

Seitenanfang