Navigation – Plan du site
Articles

Comment la photographie a inventé l’identité. Des pouvoirs du portrait

Stéphanie Solinas

Entrées d’index

Géographique :

France
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Le portrait carte est un portrait photographique de 6x9 cm, collé sur un carton de format légèreme (...)
  • 2  Agulhon (Maurice), Marianne au pouvoir, L’imagerie et la symbolique républicaine de 1880 à 1914, P (...)
  • 3  Boisjoly (François), La photo-carte, Portrait de la France au XIXe siècle, Lyon, Lieux Dits, 2006, (...)

1Le 27 novembre 1854, quinze ans après la naissance de la photographie, Eugène Disdéri dépose le brevet de la photo-carte de visite, ou portrait carte1. Par l’utilisation d’une chambre noire à quatre ou six objectifs associée à un « châssis multiplicateur », il peut juxtaposer plusieurs prises de vue sur une même plaque négative ; de ce fait, il réduit grandement le coût de l’image photographique. Historiquement réservé aux puissants, le portrait devient dès lors accessible au plus grand nombre. Si Napoléon III (dont Disdéri vend l’image à plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires), avec « son sens de la propagande indispensable en démocratie plébiscitaire2 », prolonge l’utilisation du portrait comme affirmation de son pouvoir en utilisant l’outil moderne qu’est la photographie, les deux mille quatre cents cartes de visite qui sortent quotidiennement des ateliers parisiens de Disdéri3 montrent que le portrait n’est plus le privilège des maîtres – une révolution qui ouvre la voie au travail d’Alphonse Bertillon. Dans les années 1880, ce dernier instaure le principe du portrait photographique comme mise en évidence de l’unique aux corps des criminels mêmes, définit ainsi des corps politiques et crée, sur cette base, l’identité attribuée progressivement à l’ensemble de la société. Par ses conditions de mise en oeuvre, par les caractères propres du médium photographique, l’identité photographiée, forme individuelle qui n’existe paradoxalement que dans le collectif, participe ainsi des modalités modernes d’application du pouvoir.

La volonté de voir

Un homme de son temps

2Alphonse Bertillon (1853-1914) est le fils du Dr Louis-Alphonse Bertillon, membre fondateur de la Société de Statistique de Paris et de l’École d’anthropologie. Sur recommandation de son père, à vingt-six ans, il est recruté par la Préfecture de Police de Paris pour établir les fiches signalétiques de malfaiteurs. Constatant l’inefficacité du classement alphabétique utilisé, il met au point des méthodes d'analyse anthropométriques permettant une meilleure organisation des fiches existantes, appliquées dès 1882 par la Préfecture de Police, et auxquelles, en 1885, il décide d’ajouter de manière systématique pour les nouvelles fiches une image photographique codifiée.

  • 4  « Le problème de l’identité n’a commencé à recevoir des solutions scientifiques que lors de la fon (...)
  • 5  Adolphe Quételet (1796-1874), statisticien belge, a énoncé une loi scientifique qui affirme qu’il (...)
  • 6  Au XIXe siècle, « la plaque photographique est la vraie rétine du savant» dira Jules Janssen (1824 (...)

3Afin de confondre les récidivistes, que la loi du 27 mai 1885 sanctionne d’une pénalité aggravée, la « relégation coloniale », le souhait de Bertillon est de pouvoir affirmer avec certitude l’identité d’un prévenu. Fortement influencé par son environnement familial de tradition savante, où les méthodes d’investigation sont l’observation et la classification, Bertillon réinvente le système de l’Identité judiciaire. De ses innovations naîtra, en 1893, le Service de l’Identité judiciaire qu’il dirigera, regroupant les services d’anthropométrie, de photographie et les sommiers judiciaires. Mais c’est à la tête du Service photographique de la Préfecture de Police, de 1888 à 1893, qu’il met véritablement en place son vaste système d’identification des prévenus : le « bertillonnage ». Résolu à employer les théories et techniques scientifiques4 de son temps, Bertillon observe et classifie, se fondant sur les postulats de la loi de Quételet5 et l’outil photographique6. Et qu’y avait-il à observer ? Le corps de l’individu, qui a donc été envisagé comme lieu d’accès privilégié à l’identité.

  • 7  Relevé de douze mensurations osseuses : taille, voûte, envergure, buste, longueur et largeur de la (...)
  • 8  Couleur de l’iris, de la barbe et des cheveux.
  • 9  Description du visage de profil (contour, front, nez, oreille droite, lèvres, menton) et de face ( (...)
  • 10  Relevé des marques particulières et cicatrices, tatouages, furoncles, grains de beauté, etc. prése (...)
  • 11  Numéro, nom, prénoms, surnoms et pseudonymes, date et lieu de naissance, noms des parents, profess (...)
  • 12  Bertillon (Alphonse), La photographie judiciaire, Paris, Gauthier-Villars, 1890, p. 106.
  • 13  La première valeur numérique prise en compte pour le classement est la longueur de tête. Elle perm (...)

4Le « bertillonnage » repose sur la réalisation systématique de fiches signalétiques individuelles, de format 14, 6 x 15 cm. Chaque fiche comprend au recto une double photographie de face et de profil, les observations anthropométriques7, les renseignements chromatiques8 et les renseignements descriptifs9. Au verso, les marques particulières10 et les renseignements sociologiques11 sont indiqués. Il est également l’établissement d’un système élaboré d'archivage et de gestion des fiches et de leurs photographies. Proposant de « classer les photographies de ces individus en suivant un ordre analogue à celui des flores, catalogues, etc., de telle sorte que l'on soit toujours à même de retrouver, dans la suite, dans une collection pouvant comprendre plusieurs millions d'épreuves, le portrait d'un récidiviste qui serait signalé comme dissimulant sa véritable identité sous un faux nom12 », Bertillon prend pour base de sa classification les longueurs osseuses mesurées sur les prévenus13.

L’invention de l’identité photographiée

  • 14  Ibid., p. 1.
  • 15  En 1912, il fera adopter la réduction au 1/5: « La ressemblance est ainsi beaucoup plus frappant (...)
  • 16  « Cette indication, reproduite ainsi sur le cliché par la photographie elle-même, permettra, en se (...)

5En 1890, dans son ouvrage La photographie judiciaire, Bertillon « dogmatise »14 l’usage de la photographie pour représenter l’identité dans une logique d’identification. Le « résumé des instructions techniques sur la photographie judiciaire » présente en vingt points détaillés l’éclairage, la réduction, la pose, la tenue du sujet, le format et le collage des épreuves, ainsi que des remarques générales, pour obtenir des photographies signalétiques. Avec Bertillon, l’image de l’identité sera : deux photographies en noir et blanc (face et profil droit) sur un fond uniforme (de blanc à gris clair) réalisées en lumière diffuse venant de la gauche, cadrées aux épaules, réduites à l'échelle 1/7e15, sans aucune retouche, présentant «un numéro d'ordre »16. Le regard de l’individu sera horizontal et dirigé droit devant lui, la tête reposant sur l’appui-tête de la chaise de pose.

  • 17  Locard (Edmond), op.cit., p. 8.

6Si Bertillon partage avec Disdéri l’application la photographie à l’échelle des masses, avec ses photographies centrées sur le corps de l’individu, devant un fond uniforme, sans accessoires, il rompt cependant avec son prédécesseur. Le portrait carte de Disdéri, avant d’être l’image d’un individu, était un système de signes et de codes traduisant l’appartenance – ou l’envie d’appartenance – à une classe précise de la société. Par l’organisation d’éléments d’un décor, il était la mise en scène d’un écrivain, un religieux, un militaire ou une actrice, plutôt que l’homme ou la femme dans son unicité. Alors qu’en criminalistique, « l’identité est l’ensemble des caractères par lesquels un homme définit sa personnalité propre et se distingue de tout autre17 ». Ainsi, bien plus qu’une différence formelle, c’est la conception même de l’identité qui sépare Bertillon de Disdéri. De l’identité comme appartenance à une communauté, elle devient individuelle, centrée sur le corps dans ce qu’il a d’unique. Avec Bertillon, l’identité trouve sa forme moderne.

7Individuelle, donc. Corporelle. En surface. Accessible par la représentation : on peut la donner à voir, en faire un objet autonome, la détacher de son sujet, l’observer. Elle est une image, photographique, de petit format, reproductible, en série, sans recherche, sans retouche. Elle est objectivement accessible, stable, quantifiable, descriptible, comparable. Elle est une réduction de l’individu : réduction d’échelle, mais aussi mise à plat du volume (passage de trois à deux dimensions), fragmentation du corps (restreint au visage, même à sa moitié droite dans le cas du profil, morcelé en éléments disparates dans les marques particulières et l’anthropométrie – et dans les tableaux synoptiques et planches utiles au « portrait parlé » présenté plus loin), nivelage de la posture par redressement du corps (appui-tête), et immobilisation (le temps de la pose).

  • 18  Bertillon (Alphonse), La photographie judiciaire, op.cit., p. 7.

8Disdéri, avec ses mises en scène, ses ornements, ses drapés, appartenait encore au temps des peintres – au temps du portrait comme signification du pouvoir des puissants. Bertillon appartient résolument à celui des photographes ; quelles sont dès lors les conséquences sur les modalités d’application du pouvoir au travers du portrait ? Les caractéristiques propres du nouveau médium, révélées dans l’écart qui prendra forme entre les ambitions de Bertillon et la réalité de la pratique photographique, constituent des éléments de réponse. L’idée semblait pourtant simple : « En Photographie judiciaire, pour voir apparaître une solution nette et précise, il suffit de mettre de côté toute considération esthétique et de ne s'occuper que du point de vue scientifique et plus spécialement policier 18 ». Mais la photographie est une mécanique indocile.

Une mécanique indocile

Ce que n’est pas la photographie

  • 19  Ibid., p. 9-10.

9« À égalité de degré dans la médiocrité, la Photographie aura toujours sur le portrait [peint] la supériorité que lui donne son exactitude documentaire […] Car enfin, sauf exception, l’objectif ne saurait mentir19 ». Bertillon confie à la photographie la tâche policière de représenter l’identité parce qu’il l’envisage comme un enregistrement scientifique, mécanique, fidèle et précis de la réalité. Pourtant, le dispositif précisément codifié qu’il instaure afin obtenir des photographies d’identité judiciaire montre que l’exactitude de l'image photographique n’est pas, en elle-même, le gage d’une restitution objective du réel. Ainsi, la frontalité, le profil, le fond neutre, l’éclairage ou encore la pose sont autant d’éléments émanant d’une volonté d’objectiver l’outil photographique. Plutôt que des preuves d’objectivité, ils sont les signes et les codes d’un nouveau type de mise en scène photographique, destinée ici à exprimer l’objectivité.

  • 20  Bertillon insiste au point cinq du résumé des instructions techniques sur la photographie judiciai (...)
  • 21  Cette volonté se prolonge dans la photographie « métrique » appliquée aux scènes de crime.

10Parallèlement à la réglementation des prises de vue, à l’autre bout de la chaîne de l’image, par l’invention du « portrait parlé », Bertillon cherche à diriger l’interprétation des images signalétiques faite par ses agents, par l’imposition d’un corpus descriptif. Il met en place un vocabulaire normalisé pour caractériser précisément chacune des parties du visage et devant permettre l'identification exacte des traits morphologiques (tels que le nez ou l'oreille) et des caractéristiques pigmentaires de la peau, des yeux, des cheveux, de la barbe, etc. Ainsi, seuls les mots semblent pouvoir dire ce qui doit être vu. De la photographie, ils sont le sens, la légende – de « leyenda » : « ce qui doit être lu. » La volonté de pouvoir mesurer sur l’image les proportions du corps de l’individu20 est l’autre tentative directe de Bertillon d’extraire des informations du document photographique, de le rendre lisible21. De l’identité, Bertillon voudrait que la photographie soit une preuve dans le processus de comparaison attaché à l’opération de reconnaissance, ainsi qu’un moyen d’accès infaillible et incontestable. Pour tenter d’y parvenir, il réalise qu’il doit objectiver artificiellement le document photographique, en le soumettant à l'anthropométrie et au langage.

  • 22  Bertillon (Alphonse), Les signalements anthropométriques, méthode nouvelle de détermination de l'i (...)
  • 23  « Quel repris de justice pourrait échapper à la vigilance de la police ? Qu’il échappe des murs où (...)
  • 24  Van Lier (Henri), Philosophie de la photographie, Bruxelles, Palais des Beaux-Arts, 1981, cité in (...)

11Ainsi, il semblerait que si la photographie « ne ment pas », c’est simplement parce qu’elle ne dit rien. C’est pour cela que Bertillon admet que, somme toute, « la photographie aide peu22 ». Sa pratique lui montre qu’elle n’est pas ontologiquement objective, ni naturellement lisible, synthétique, analytique ou universelle. Le système inventé par Bertillon pour donner à voir l’identité ne restitue pas l’identité dans une vérité scientifique, mais selon des conventions lui donnant une apparence d’objectivité qu’il établit lui-même en découvrant, à l’usage, ce que n’est pas la photographie. D’un siècle à l’autre, à l’« image accusatrice23 » promue par Ernest Lacan – rédacteur en chef de la revue La Lumière – se substitue l’idée du philosophe belge Henri Van Lier : « La photographie peut être une pièce à conviction instructive et irréfutable. C’est si évident qu’il ne faut pas y insister. Mais en même temps, il arrive fréquemment qu’on ne sache pas trop ce qu’elle prouve24 ».

Ce qu’est l’identité par la photographie

  • 25  Dubois (Philippe), op.cit., p. 70-72.

12Par sa nature d’image indicielle – une représentation obtenue par contiguïté physique du signe et de son référent –, ce que la photographie est à même de prouver, c’est la présence physique du prévenu, à un moment donné, dans les services de police. Les conséquences directes du principe de contiguïté référentielle selon Pierce, et après lui Dubois : « avant toute chose, [la trace photographique] désigne un objet ou un être particulier, dans ce qu’il a absolument d’individuel » (principe de singularité) ; « la photographie certifie, ratifie, authentifie, mais cela n’implique pas pour autant qu’elle signifie » (principe d’attestation) ; « la photographie, non seulement atteste, mais plus dynamiquement encore, désigne » (principe de désignation)25. La photographie ne dit rien, mais elle implique pleinement le sujet lui-même dans l’expérience. En cela, la photographie de l’identité individuelle, c’est l’individu.

  • 26  Bertillon (Alphonse), La photographie judiciaire, op.cit., p. 104.

13Cependant, la photographie, aussi proche qu’elle soit de l’objet qu’elle représente et dont elle émane, n’en reste pas moins absolument coupée de lui. Dubois souligne qu’à l’illusion d’une identification avec le réel, la photographie oppose la nécessité d’un clivage constitutif. La photographie de l’identité individuelle est certes l’individu, mais mis à distance, dupliqué afin de pouvoir mieux le regarder. En effet, la photographie non seulement atteste la présence d’un être singulier, mais le désigne. Alors, à qui le montre-t-elle ? Dans le système de Bertillon, de manière évidente, aux agents de police chargés d’établir l’identité du prévenu, qu’ils obtiennent nécessairement par comparaison avec les portraits d’autres individus classés et archivés dans des fichiers. De là émerge la dimension nécessairement collective de l’identité. Bertillon, conscient que « le principal obstacle [dont la photographie judiciaire ait à triompher pour assurer l'identité des malfaiteurs professionnels] résulte avant tout du nombre presque infini d'épreuves qu'une collection de ce genre atteint rapidement dans les grandes capitales26 », continue à définir l’identité, par le rôle essentiel conféré au fichier dans l’identification. Elle est un matériau accumulable, à organiser. Elle est un outil d’identification. Elle individualise pour mieux exposer au regard de l’État. Elle ne peut exister qu’en référence au collectif. En définitive, la photographie de l’identité individuelle selon Bertillon, c’est une dynamique entre l’individu et l’État, entre l’individu et le corps social, une attestation d’existence en société.

  • 27  Bertillon (Alphonse), Les signalements anthropométriques, méthode nouvelle de détermination de l’i (...)

14Le déploiement du système de l’identification sur l’ensemble de la population tendra à le confirmer. Pourtant, plus d’un siècle après la démonstration de ses limites, on peut se demander pourquoi la photographie est toujours une pièce fondamentale de l’identité officielle. Dans la réponse de Bertillon évoquant le rôle secondaire de la photographie dans les opérations d’identification, semble décidément pouvoir se lire un sens plus global : « la photographie ne sert presque plus et n’est plus qu’un moyen de contrôle 27 ».

La multiplication des corps politiques

Une photographie pour tous

  • 28  Sekula (Alan), « The Body and the Archive »in Bolton (Richard), The Contest of Meaning, Critical H (...)
  • 29  Depuis, cette loi ayant été abrogée par décret du 22 octobre 1955, le port de la carte d’identité (...)
  • 30  Cf. notamment Piazza (Pierre), « La “ carte d’identité de Français ” sous Vichy » in Crettiez (Xav (...)

15Avec Bertillon, la photographie est venue pour établir et délimiter le terrain de l’Autre28. Par l’émergence des corps politiques – corps singuliers dont l’identité est le point de contact entre l’individu et la société selon des modalités de pouvoir –, par l’application progressive de la représentation de l’identité selon Bertillon à l’ensemble de la société, la photographie, pour finir, établit et délimite le terrain de chacun. Comme l’a souligné Pierre Piazza, les techniques bertillonniennes vont pas à pas concerner les criminels, les nomades, les étrangers puis, à partir de la loi du 27 octobre 194029, tout citoyen de plus de seize ans, qui sera tenu de se faire délivrer par les autorités une carte personnelle comportant son portrait et ses empreintes digitales30. Aujourd’hui, les documents d'identité et de voyage français, notamment la carte nationale d'identité et le passeport, ainsi que les permis de conduire et les titres de séjours pour étrangers doivent obligatoirement être porteurs d’une photographie d’identité.

  • 31  Guibert (Hervé), L’image fantôme, Paris, Éditions de Minuit, 1981, p.135.

16Sur ces documents, comme le relève Hervé Guibert contrôlé à la douane de Friedrichstrasse en quittant Berlin-Est : « La photo est la preuve absolue : accolée à des chiffres, des dates, des noms, des tampons et des signatures, elle vous assigne votre droit à être de l’un ou de l’autre côté du mur31 ». C’est elle, en effet, qui confère aux documents d’identité actuels leur valeur immédiate d’identification. N’est-ce pas étonnant que l’élément qui « aide peu » du système de l’identification mis en place par Bertillon, la photographie, pis encore, la photographie de face, soit celui qui ait perduré, pour devenir « preuve » dans les procédés d’identification actuels ?

  • 32  Bertillon (Alphonse), La photographie judiciaire, op.cit., p. 18.
  • 33  Ibid.
  • 34  Locard (Edmond), op.cit., p. 570.
  • 35  « La fiche bertillonnienne porte en elle tous les éléments nécessaires pour identifier un criminel (...)
  • 36  Cf. l’analyse du dispositif panoptique de Bentham par Michel Foucault in Surveiller et punir, Pari (...)

17Des images signalétiques du XIXe siècle, c’est en effet uniquement le portrait photographique de face que l’identité officielle non-criminelle moderne a conservé. Bertillon, spécialement attaché à la vue de profil pour sa dimension « scientifique » – il la qualifiait de « coupe anatomique32 »–, lui adjoignait néanmoins la vue de face, dont « l'expérience démontre qu’[elle est] mieux reconnu[e], et par le sujet lui-même, et par le public33 ». Que le sujet se reconnaisse dans sa photographie n’est probablement pas un problème qui importe à Bertillon. C’est pour la capacité du portrait de face à être reconnu par les « gens non-habitués aux manœuvres de l’identification34 » qu’il l’utilise. En 1933, Edmond Locard, revenu des possibilités photographiques auxquelles Bertillon pouvait encore croire en son temps le confirmera ; il ne concède plus comme utilité à la photographie que cette ouverture à l’altérité quand il décrit la fiche bertillonnienne : elle« permet la reconnaissance par les témoins, grâce à la photographie35 ». La photographie, avant même son organisation en fichiers, porte donc en elle-même la charge collective de l’identité. La photographie de l’identité individuelle, c’est non seulement les agents de police, mais bien la société toute entière, l’Autre. Mieux, puisqu’elle s’adresse aux potentiels « témoins », c’est le contrôle de l’État qui s’exerce par le regard de l’Autre, selon le modèle panoptique – un dispositif de surveillance, qui fonctionne à plein régime à partir du moment où la permanence du contrôle traverse le corps et la conscience de celui qui est contrôlé36.

L’État, c’est moi

  • 37  Phéline (Christian), op.cit., p. 137.
  • 38  Guibert (Hervé), op.cit., p. 56.

18« Est désormais coupable – ou pour le moins suspect – non plus celui dont l’appareil répressif détient une photographie mais au contraire celui qui ne peut faire valoir cette image sans laquelle il n’est pas socialement lui-même37 ». Par cette remarque, Christian Phéline identifie subtilement le double transfert de la responsabilité de la production du portrait photographique comme matérialisation du renversement qui s’est opéré dans les modalités de la preuve. La photographie demandée à chacun n’est plus produite par les services de police, et c’est désormais à l’individu lui-même de présenter son image en montrant ses papiers, la preuve de son identité. Le pouvoir de surveillance de la photographie s’est étendu à l’ensemble de la société, et dans le même temps, la responsabilité de se représenter et de justifier son identité a été déléguée à chacun. Tous concernés. Pourquoi ne l’aurions-nous pas été ? Certes, la seule preuve que l’individu puisse donner de son identité se situe maintenant hors de lui-même, dans son adéquation à l’image officiellement reconnue de lui ; mais cette photographie, c’est lui. Retrouvons Guibert, au moment du renouvellement de sa carte d’identité ; à l’employé de mairie, il demande de pouvoir récupérer la photographie de sa carte expirée, son « visage antérieur », car « c’était peut-être la seule photo que je possédais de moi à cet âge-là, avec cette tête-là, quelqu’un d’autre38 ». La photographie de l’identité individuelle, c’est l’individu et c’est la société toute entière ; c’est Soi, comme un Autre.

  • 39  Foucault (Michel), op.cit., p. 162.
  • 40  Analysée par Louis Marin in Le portrait du roi, Paris, Éditions de Minuit, 1981, p. 15.

19Pourquoi la photographie est-elle toujours l’élément fondamental de l’identification ? Parce que c’est avec elle qu’est venue la société moderne. Par son apparence d’objectivité et sa forme « plate », elle a répondu à une volonté de savoir scientifique fondée sur l’observation et la classification. Par sa capacité à individualiser, elle a été l’outil en adéquation avec la préoccupation manifeste depuis la Révolution Française d’identifier l’individu dans son unicité pour le mettre en relation directe avec l’État. Par son aptitude à résumer l’individu, elle a permis d’imposer un mode particulier d’organisation de la société. Par son art d’impliquer l’individu, par la dynamique qu’elle instaure entre Soi et l’Autre, elle a rendu possible l’application moderne du pouvoir selon Foucault : une société où les dispositifs visent, à travers une série de pratiques et de discours, de savoirs et d’exercices, à la création de corps dociles mais libres qui assument leur identité et leur liberté de sujet dans le processus même de leur assujettissement. « La coercition disciplinaire établit dans le corps le lien contraignant entre une aptitude majorée et une domination accrue39 » explique Foucault. Dans sa photographie, l’individu se reconnaît et reconnaît aussi l’État ; il assimile la surveillance de l’État en lui pour acquérir et jouir de son identité en société. Aussi, paradoxalement, à l’instar du roi Louis XIV dans sa déclaration au Parlement en avril 165540, tout individu peut maintenant dire : « L’État, c’est moi » !

20Ainsi, la photographie a rendu possible l’exercice du pouvoir moderne au sein de la société, en prolongeant et inversant les modalités d’application de la conception historique du portrait comme affirmation d’un pouvoir : l’espace de la représentation reste le lieu d’affirmation d’un pouvoir, mais le pouvoir s’est déplacé du côté du regardé à celui du regardeur. Le peuple-regardeur contraint face à l’éclat de la représentation du souverain-regardé, s’est transformé en individu-regardé pris dans la multiplication des dispositifs de contrôle de l’État-regardeur ; le spectateur s’est transformé en spectacle. Par la photographie, d’un pouvoir visible, un pouvoir « invisible » est advenu, avec, singulièrement, une prolifération d’images. Nos identités définies selon l’héritage de Bertillon existent essentiellement dans leur représentation, inventée et généralisée dans un but de gestion des individus. Dans l’application de la photographie à l’échelle des masses, Alphonse Bertillon a gagné sur Eugène Disdéri la bataille du nombre.

Haut de page

Bibliographie

Agamben (Giorgio), Qu’est-ce qu’un dispositif ?, Paris, Rivages poche/Petite Bibliothèque, 2007.

Bertillon (Alphonse), La photographie judiciaire, Paris, Gauthier-Villars, 1890.

Bertillon (Alphonse), Identification anthropométrique, Instructions signalétiques, nouvelle édition avec album, Melun, Imprimerie administrative, 1893.

Boisjoly (François), La photo-carte, Portrait de la France au XIXe siècle, Lyon, Lieux Dits, 2006.

Bolton (Richard), The Contest of Meaning, Critical Histories of Photography, Cambridge, MIT Press, 1992.

Crettiez (Xavier) et Piazza (Pierre) (dir.), Du papier à la biométrie, Paris, Presses de Sciences Po, 2006.

Dubois (Philippe), L’Acte photographique, Paris, Nathan, 1990.

Foucault (Michel), Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975.

Guibert (Hervé), L’image fantôme, Paris, Éditions de Minuit, 1981.

Locard (Edmond), Traité de criminalistique, Les preuves de l’identité, tomes III et IV, Lyon, Joannès Desvigne & fils Libraires-Editeurs, 1933.

Marin (Louis), Le portrait du roi, Paris, Éditions de Minuit, 1981.

Phéline Christian, L’image accusatrice, Les Cahiers de la Photographie, n° 17, Paris, 1985.

Haut de page

Notes

1  Le portrait carte est un portrait photographique de 6x9 cm, collé sur un carton de format légèrement supérieur, au dos duquel figure généralement le nom, l'adresse et les attributions du sujet présent au recto.

2  Agulhon (Maurice), Marianne au pouvoir, L’imagerie et la symbolique républicaine de 1880 à 1914, Paris, Flammarion, 1989, p. 22.

3  Boisjoly (François), La photo-carte, Portrait de la France au XIXe siècle, Lyon, Lieux Dits, 2006, p. 35.

4  « Le problème de l’identité n’a commencé à recevoir des solutions scientifiques que lors de la fondation des services d’Identité Judiciaire et des laboratoires de Police, c’est-à-dire tout à fait à la fin du XIXe siècle », Locard (Edmond), Traité de criminalistique, Les preuves de l’identité, tomes III et IV, Lyon, Joannès Desvigne & fils Libraires-Éditeurs, 1933, p. 11.

5  Adolphe Quételet (1796-1874), statisticien belge, a énoncé une loi scientifique qui affirme qu’il n’existe pas sur Terre de mensurations de l’ossature humaine complètement identiques pour deux personnes données.

6  Au XIXe siècle, « la plaque photographique est la vraie rétine du savant» dira Jules Janssen (1824-1970), astronome, cité in Lemagny (Jean-Claude) et Rouillé (André) (dir.), Histoire de la photographie, Paris, Larousse-Bordas, 1998 (1996), p. 71. La photographie, aide-mémoire plus précis, plus mécanique, plus fiable, donc, que son concurrent de l’époque, le dessin, s’impose comme l’outil absolu des sciences d’observation. Les savants accordent leur crédit « scientifique » à l’apparence d’objectivité de cette nouvelle technique et multiplient ses usages.

7  Relevé de douze mensurations osseuses : taille, voûte, envergure, buste, longueur et largeur de la tête, longueur et largeur de l'oreille, longueur du pied gauche, du médius gauche, de l'auriculaire gauche, de la coudée gauche.

8  Couleur de l’iris, de la barbe et des cheveux.

9  Description du visage de profil (contour, front, nez, oreille droite, lèvres, menton) et de face (contour, implantation des cheveux et de la barbe, sourcils, paupières, bouches, rides, expression) et description générale (corpulence, habillement, attitude, allure, divers).

10  Relevé des marques particulières et cicatrices, tatouages, furoncles, grains de beauté, etc. présents à la surface du corps du prévenu.

11  Numéro, nom, prénoms, surnoms et pseudonymes, date et lieu de naissance, noms des parents, profession, dernière résidence, papiers d’identité, relations, services militaires, condamnations antérieures, leur nombre, cause et lieu de la détention antérieure, motif actuel, spécification du délit, renseignements divers.

12  Bertillon (Alphonse), La photographie judiciaire, Paris, Gauthier-Villars, 1890, p. 106.

13  La première valeur numérique prise en compte pour le classement est la longueur de tête. Elle permet de séparer l'ensemble des photographies en trois groupes de même effectif : petites longueurs de tête, moyennes longueurs de tête, grandes longueurs de tête. Chacun de ces trois groupes est ensuite réparti, « suivant le même principe et sans plus s'occuper aucunement de la longueur de tête, en trois séries suivant la largeur de tête de chacun » (Ibid., p.107). Le processus de division des différents groupes continue ensuite à partir de six autres mesures : la longueur du doigt médius gauche, puis la longueur du pied, la longueur de la coudée, la hauteur de la taille, et enfin la couleur des yeux (qui fournit à elle seule sept divisions) et la longueur du doigt auriculaire.

14  Ibid., p. 1.

15  En 1912, il fera adopter la réduction au 1/5: « La ressemblance est ainsi beaucoup plus frappante, il y a plus de relief, plus de vie », Locard (Edmond), op.cit., p. 580.

16  « Cette indication, reproduite ainsi sur le cliché par la photographie elle-même, permettra, en se reportant au registre, de retrouver facilement le nom, l'état civil et les mensurations de chaque sujet », Bertillon (Alphonse), op.cit., p. 79.

17  Locard (Edmond), op.cit., p. 8.

18  Bertillon (Alphonse), La photographie judiciaire, op.cit., p. 7.

19  Ibid., p. 9-10.

20  Bertillon insiste au point cinq du résumé des instructions techniques sur la photographie judiciaire sur la précision de l’échelle de la prise de vue, destinée à garantir la possibilité d’utiliser le cliché comme base de mesure anthropométrique : « Pour déterminer rapidement la position respective de la chaise et de l'appareil, faire asseoir un sujet de bonne volonté sur la chaise de pose, en lui faisant maintenir verticalement dans le plan de sa face contre l'angle externe de l’œil gauche une réglette de bois mince sur laquelle on aura eu soin de coller au préalable une bande papier blanc de 0, 28 m. Le photographe, d'autre part, tenant à la main une carte de bristol de 0, 04 m de largeur, éloignera ou rapprochera son appareil jusqu'à ce que les 0, 28 m de la réglette donnent sur la glace dépolie de la chambre noire une image réduite à 0, 04 m, comme il pourra s'en assurer facilement en y superposant sa carte étalon » (Ibid., p. 76).

21  Cette volonté se prolonge dans la photographie « métrique » appliquée aux scènes de crime.

22  Bertillon (Alphonse), Les signalements anthropométriques, méthode nouvelle de détermination de l'identité individuelle, conférence au congrès pénitentiaire de Rome, Paris, Masson, 1886, p. 15.

23  « Quel repris de justice pourrait échapper à la vigilance de la police ? Qu’il échappe des murs où le retient le châtiment ; qu’une fois libéré, il rompe le ban qui lui prescrit une résidence ; son portrait est entre les mains de l’autorité ; il ne peut s’échapper : lui même sera forcé de se reconnaître dans cette image accusatrice », Ernest Lacan, Esquisses photographiques à propos de l’exposition universelle et de la guerre d’Orient (Paris, Grassart, 1856) cité in ouvrage collectif Identités, de Disdéri au photomaton, Paris, Éditions du Chêne, 1985, p. 54.

24  Van Lier (Henri), Philosophie de la photographie, Bruxelles, Palais des Beaux-Arts, 1981, cité in (Dubois) Philippe, L’acte photographique, Paris, Nathan, 1990, p. 82.

25  Dubois (Philippe), op.cit., p. 70-72.

26  Bertillon (Alphonse), La photographie judiciaire, op.cit., p. 104.

27  Bertillon (Alphonse), Les signalements anthropométriques, méthode nouvelle de détermination de l’identité individuelle, conférence au Congrès pénitentiaire de Rome, Paris, Masson, 1886, p. 15, cité in Phéline (Christian), L’image accusatrice, Les Cahiers de la Photographie, n° 17, Paris, 1985, p. 130.

28  Sekula (Alan), « The Body and the Archive »in Bolton (Richard), The Contest of Meaning, Critical Histories of Photography, Cambridge, MIT Press, 1992, p. 345.

29  Depuis, cette loi ayant été abrogée par décret du 22 octobre 1955, le port de la carte d’identité ne relève plus, à proprement parler, d’une obligation légale.

30  Cf. notamment Piazza (Pierre), « La “ carte d’identité de Français ” sous Vichy » in Crettiez (Xavier) et Piazza (Pierre) (dir.), Du papier à la biométrie, Paris, Presses de Sciences Po, 2006, p. 51-69.

31  Guibert (Hervé), L’image fantôme, Paris, Éditions de Minuit, 1981, p.135.

32  Bertillon (Alphonse), La photographie judiciaire, op.cit., p. 18.

33  Ibid.

34  Locard (Edmond), op.cit., p. 570.

35  « La fiche bertillonnienne porte en elle tous les éléments nécessaires pour identifier un criminel ; elle permet la recherche rapide, grâce à la sériation mathématique des mensurations ; elle permet une filature aisée, grâce au signalement parfait qu’est le portrait parlé ; elle permet la reconnaissance par les témoins, grâce à la photographie ; elle permet l’identification judiciaire par le relevé des marques et par les empreintes digitales. », Ibid., p. 77.

36  Cf. l’analyse du dispositif panoptique de Bentham par Michel Foucault in Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975, p. 228.

37  Phéline (Christian), op.cit., p. 137.

38  Guibert (Hervé), op.cit., p. 56.

39  Foucault (Michel), op.cit., p. 162.

40  Analysée par Louis Marin in Le portrait du roi, Paris, Éditions de Minuit, 1981, p. 15.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphanie Solinas, « Comment la photographie a inventé l’identité. Des pouvoirs du portrait », Criminocorpus [En ligne], Bertillon, bertillonnage et polices d'identification, Articles, mis en ligne le 04 mai 2011, consulté le 29 juin 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/351

Haut de page

Auteur

Stéphanie Solinas

 Stéphanie Solinas est une artiste française née en 1978, vivant à Paris et Barcelone. Formée à la photographie à l’ENS Louis Lumière, docteur en Arts Plastiques, elle développe une œuvre variée (photos, livres, installations, etc.), foncièrement photographique, qui n’a de cesse d’interroger ce médium. Son travail est une réflexion à la fois sur l’identité, sur l’image et sur la société qui les élabore. Il est présent dans les collections du Centre Pompidou, de la Bibliothèque nationale de France, et dans des collections particulières.    

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page