Navigazione – Piano del sito
Articles

Une mise en cause du contrôle des « nomades » (Tsiganes) relatif à la loi du 16 juillet 1912 : résistances et détournements

Challenging the control of « nomads » (Gypsies) relating to the 1912 law: resistances and diversions
Emmanuel Filhol

Riassunti

Bien que la plupart des familles tsiganes aient dû se soumettre aux multiples procédures de contrôle et d’identification individuel ou collectif imposés par les pouvoirs publics en France pendant près de soixante ans (de 1913 à 1970) pour pouvoir voyager, on ne saurait négliger les diverses manœuvres tactiques auxquelles recoururent certains Tsiganes (hommes et femmes) à l’encontre de ces logiques policières d’assujettissement dont ils furent l’objet. Qu’il s’agisse, en particulier, du non renouvellement des carnets anthropométriques, ou de la dissimulation de la plaque d’immatriculation. Ou encore de leurs commentaires critiques et ironiques. On cherchera aussi à se demander si au sein des pouvoirs publics ceux qui étaient chargés d’appliquer cette législation apportèrent des réserves et contribuèrent à en limiter les abus.

Inizio pagina

Note della redazione

Intervention d’Emmanuel Filhol (13 décembre 2016) dans le cadre du séminaire GERN (CESDIP, Université de Vienne – Autriche – et Fondation de l’Université de Cergy-Pontoise) « Histoire des techniques d’identification, de contrôle et de surveillance des personnes (XIXe-début XXe siècle) organisé par Pierre Piazza et Peter Becker aux Archives nationales (site de Pierrefitte-sur-Seine).

Testo integrale

Présentation

1Mon intervention porte sur les formes de résistance que des Tsiganes et des familles tsiganes ont pu mettre en œuvre lorsqu’ils se sont trouvés confrontés aux dispositifs de surveillance et de contrôle résultant de l’adoption de la loi du 16 juillet 1912. Dans un second temps, j’aborderai la question de savoir si, au sein des pouvoirs publics, les différents représentants des institutions (mairie, police, gendarmerie, justice) chargés d’appliquer cette législation ont pu faire preuve, en certaines circonstances, de tolérance et de compréhension, voire de contestation, pour limiter les abus liés aux mesures prévues par cette loi.

  • 1 Voir Emmanuel Filhol, Le contrôle des Tsiganes en France (1912-1969), Paris, Karthala, 2013.

2Mais d’abord, quelques remarques générales au sujet de la loi de juillet 1912 destinée à réglementer sur le territoire français l’exercice et la circulation des professions ambulantes1.

3Celle-ci distingue trois catégories : les marchands ambulants, les forains et les nomades. À l’encontre des « nomades », à savoir surtout des « Bohémiens » et « Romanichels » (autrement dit des Tsiganes français et étrangers, même si la catégorie inclut aussi les forains étrangers), les mesures d’identification et de contrôle sont, de loin, les plus sévères et discriminatoires. En effet, pour pouvoir circuler, ils doivent être détenteurs dès l’âge de 13 ans d’un carnet anthropométrique.

Carnet anthropométrique de Louis Reinard

Carnet anthropométrique de Louis Reinard

Collection particulière d’Emmanuel Filhol

Collection particulière d’Emmanuel Filhol

Collection particulière d’Emmanuel Filhol

Collection particulière d’Emmanuel Filhol

Collection particulière d’Emmanuel Filhol

Collection particulière d’Emmanuel Filhol

Collection particulière d’Emmanuel Filhol

Collection particulière d’Emmanuel Filhol

Collection particulière d’Emmanuel Filhol

Collection particulière d’Emmanuel Filhol

Collection particulière d’Emmanuel Filhol

Collection particulière d’Emmanuel Filhol

Collection particulière d’Emmanuel Filhol

Collection particulière d’Emmanuel Filhol

4Ce document contient leurs photographies de face et de profil, leurs empreintes digitales, ainsi que leur signalement descriptif très détaillé établi selon la « méthode Bertillon » qui était appliquée auparavant aux criminels récidivistes. De plus, les « nomades » ont l’obligation d’y faire apposer, tous les jours ou deux jours en moyenne, un visa d’arrivée et de départ dans chacune des communes où ils stationnent. À cela s’ajoutent les contrôles sanitaires auxquels ils sont soumis, qui doivent impérativement figurer sur le carnet anthropométrique (lequel est à renouveler quand toutes les cases des visas ont été remplies, de même que les photographies et les mensurations lorsque des changements morphologiques surviennent avec l’âge). Enfin, un carnet collectif obligatoire pour la famille est imposé qui soumet chacun de ses membres à une identification précise, comportant, entre autres, l’état civil, les empreintes digitales des enfants âgés de 2 à 13 ans, les modifications intervenues au sein de la composition du groupe ou encore celles introduites dans la description du véhicule. Tous ces renseignements sont consignés sur des notices que conservent les préfectures et le ministère de l’Intérieur.

République française, Ministère de l’Intérieur, Loi du 16 juillet 1912 et décret du 16 février 1913 sur l’exercice des professions ambulantes et la circulation des nomades complétés par les circulaires du Ministre de l’Intérieur des 3 et 22 octobre 1913, Paris, Henri Charles-Lavauzelle éditeur militaire, 1914. Modèle de notice individuelle d’un nomade

République française, Ministère de l’Intérieur, Loi du 16 juillet 1912 et décret du 16 février 1913 sur l’exercice des professions ambulantes et la circulation des nomades complétés par les circulaires du Ministre de l’Intérieur des 3 et 22 octobre 1913, Paris, Henri Charles-Lavauzelle éditeur militaire, 1914. Modèle de notice individuelle d’un nomade

Collection particulière de Pierre Piazza

Collection particulière de Pierre Piazza

Collection particulière de Pierre Piazza

  • 2 Marc Réville, « Rapport fait au nom de la commission relative à la répression du vagabondage », Jou (...)

5L’identification des personnes et le quadrillage de leur existence quotidienne qui sont mis en œuvre par les pouvoirs publics visent ainsi à une surveillance étroite des Tsiganes « nomades ». L’objectif recherché répond tout à fait au vœu formulé par Marc Réville, député du groupe des républicains radicaux et démocratiques qui – avec le gouvernement Clemenceau  – prit une part active dans l’élaboration de la loi de juillet 1912. Ainsi, déclare ce parlementaire en juillet 1908, il s’agit de soumettre les « romanichels » à un règlement permettant « de savoir toujours où ils sont, d’où ils viennent, où ils vont »2. Il est intéressant de noter au passage que Marc Réville est membre de la Ligue des droits de l’homme en 1903 et qu’il est en outre le fils d’un pasteur protestant, Albert Réville, qui occupa la première chaire de l’histoire des religions au Collège de France.

  • 3 Le Matin, « Un péril errant. Bohémiens et Romanichels. La terreur des campagnes », 4 mars 1907.

6Il convenait par conséquent de prendre des mesures énergiques contre les « nomades », étant donné leur dangerosité, comme l’affirment par exemple tout net les intertitres d’un article paru en 1907 à la une du journal Le Matin3 : « Vagabonds. Pillards. Propagateurs d’épidémie. Voleurs. Empoisonneurs. Insaisissables. Hors la loi ». Doit-on s’étonner, dans ces conditions, que cette législation de 1912, soutenue par les conseils généraux et les élus du Parlement, à l’exception des rangs de l’extrême gauche, ait été bien accueillie par la presse ?

Exemples d’articles illustrés parus dans la presse en 1913 (Le Matin et Le Miroir) qui se félicitent de l’instauration du carnet anthropométrique permettant de contrôler plus étroitement les « nomades »

Exemples d’articles illustrés parus dans la presse en 1913 (Le Matin et Le Miroir) qui se félicitent de l’instauration du carnet anthropométrique permettant de contrôler plus étroitement les « nomades »

Collection particulière de Pierre Piazza

Collection particulière de Pierre Piazza

7Quant aux spécialistes de droit, il suffit de lire les thèses soutenues entre 1913 et 1935 qui se rapportent à l’étude de la loi pour s’en convaincre, car leurs auteurs se réjouirent unanimement de son utilité très grande.

Rédigé par le colonel de Gendarmerie Pierre-Gaston Vohl, cet ouvrage publié en 1937 rassemble et commente les nombreux textes (lois, décrets, arrêtés et circulaires) qui – entre 1912 et 1936 – concernent les formalités administratives auxquelles doivent se soumettre les individus menant une « vie errante » et en particulier celles relatives à la « surveillance des nomades »

Rédigé par le colonel de Gendarmerie Pierre-Gaston Vohl, cet ouvrage publié en 1937 rassemble et commente les nombreux textes (lois, décrets, arrêtés et circulaires) qui – entre 1912 et 1936 – concernent les formalités administratives auxquelles doivent se soumettre les individus menant une « vie errante » et en particulier celles relatives à la « surveillance des nomades »

Collection particulière de Pierre Piazza

8Je voudrais donc évoquer ici quelques-unes des manières de faire et de dire en tant qu’elles désignent des opérations d’écart et de détournement/retournement déployées par certains Tsiganes ou familles tsiganes, en examinant les formes subreptices qu’a pu prendre la créativité dispersée, tactique et bricoleuse de ces individus ou de ces familles pris dans les filets de la surveillance et du contrôle policier instaurés par la loi de 1912. Quelles manipulations ont-ils fait jouer avec les mécanismes de la discipline en ne s’y conformant que pour tenter de les tourner, de les déplacer ?

  • 4 Michel de Certeau, L’invention du quotidien I. Arts de faire (1980), Paris, Gallimard, 1990, p. 65.

9Pour rendre compte des formes de résistance dont usèrent parfois les Tsiganes, j’aimerais emprunter à l’historien Michel de Certeau la distinction que celui-ci introduit dans son livre L’invention du quotidien entre stratégies et tactiques. Face aux logiques de stratégies, c’est-à-dire de mise en ordre sociopolitique et technologique qu’impliquent les dispositifs de domination, qui assurent le fonctionnement du pouvoir, en particulier sur les lieux, sur les institutions, ou dans les pratiques discursives, par le quadrillage d’un système, il existe des procédures de subversion auxquelles les « dominés » ont recours, à travers des ruses et des surprises tactiques. Celles-ci caractérisent dans les cultures populaires des pratiques inventives qui profitent de l’occasion et des circonstances : « bons tours du “faible” dans l’ordre établi du “fort”, art de faire des coups dans le champ de l’autre, astuces de chasseurs, mobilités manœuvrières et polymorphes, trouvailles jubilatoires, poétiques et guerrières4 ».

Manières de faire et de dire comme opérations d’écart, de détournement

  • 5 France, Bordeaux, Archives départementales (AD) de la Gironde, 4 M 285, Nomades : notices individue (...)

10Dès les premiers mois d’application de la loi du 16 juillet 1912 (à partir d’octobre 1913), des Tsiganes – surtout ceux qui voyagent isolément – tentent d’échapper à l’encartement que les autorités leur imposent. Ils circulent sans carnet anthropométrique. Y compris pendant la Grande Guerre, au cours de laquelle les Tsiganes français en âge d’être mobilisés combattent sur le front. Ainsi, Charles Hoffmann, « artiste violoniste », réfugié du Nord, et réformé à Foix en juin 1915, se déplace sans carnet d’identité en Gironde alors que sa famille demeurant à Lille en est pourvue. Arrêté par la gendarmerie, Hoffmann est condamné à un mois de prison par le tribunal correctionnel5.

Carte postale (début XXe siècle) illustrant le contrôle de « nomades » par la gendarmerie au cours de leurs déplacements

Carte postale (début XXe siècle) illustrant le contrôle de « nomades » par la gendarmerie au cours de leurs déplacements

Collection particulière de Pierre Piazza

  • 6 Voir Emmanuel Filhol, « Discursivités et pratiques tsiganes : autour de la loi de 1912 sur les “nom (...)

11Il arrive aussi que des Tsiganes âgés, devenus semi-sédentaires, se débarrassent des carnets anthropométriques ou, bien plus tard, du carnet de circulation. C’est ce que fait par exemple Joseph Renard lorsqu’il s’établit dans les Landes : « Je les ai foutus au feu. Et depuis, j’ai rien du tout, juste mon permis de pêche et mon permis de conduire. Allez, j’ai eu assez de papiers comme ça. J’ai plus rien du tout6 ».

  • 7 AD Gironde, 4 M 300, Nomades : notices individuelles 1920-1929.

12Autre forme de résistance, cette fois pour éviter les multiples contrôles auxquels le carnet anthropométrique d’identité les assujettit : utiliser certaines ambiguïtés de la loi qui leur permet de se faire enregistrer comme marchands ambulants et surtout comme forains. Détenteurs d’un carnet de forain, le Tsigane n’est plus soumis aux visas d’arrivée et de départ d’une commune. De plus, ce type de carnet ne donne pas lieu à l’établissement de notices pour les enfants âgés de moins de 13 ans. Le cas de Louise Ziegler, Manouche, est à ce titre éclairant, puisqu’elle possède un carnet de forain délivré à Brest en mars 1920 ; mais ce carnet lui sera retiré par la préfecture de la Gironde qui lui impose en décembre 1922 un carnet anthropométrique7.

  • 8 Voir Emmanuel Filhol, « L’exclusion et la tragédie des Tsiganes dans l’histoire : Dites-le avec des (...)

13Si des Tsiganes parviennent à obtenir un carnet de forain, sans pratiquer pour autant une activité qui s’y rapporte, comme Jeanne Bénony (vannière), il en est d’autres, en revanche, dont l’activité principale correspond bien à celle de forain. Par exemple, vers la fin des années 1930, la grand-mère manouche Mimi de l’écrivain rom Matéo Maximoff, qui projette des films muets tandis que l’oncle Pipia possède un stand de tir8.

  • 9 France, Agen, Archives départementales du Lot-et-Garonne, 1825 W 22, Forains. Nomades. Hôteliers, 1 (...)

14Il convient aussi de souligner que, désireux de se soustraire au début de la Seconde Guerre mondiale à l’obligation d’assignation à résidence décrétée en avril 1940 par la République finissante, des Tsiganes catégorisés comme « nomades » selon la loi de 1912 s’efforcèrent d’obtenir le statut de forains leur permettant d’échapper à cette contrainte. En octobre 1941, le préfet du Lot écrit au préfet du Lot-et-Garonne : « Je vous serais très obligé de bien vouloir faire rechercher le nommé Adel Pierre […] qui a présenté à mes services une demande d’un carnet d’identité de forain. La préfecture du Nord m’avise qu’il n’était pas titulaire d’un carnet de forain mais d’un carnet anthropométrique de nomade9 ».

  • 10 AD Gironde, 4 M 278, Nomades : notices individuelles 1920-1929.

15Mentionnons également cette autre pratique : la démarche entreprise à titre individuel ou collectif qui consiste à demander à être rayé du régime administratif des « nomades », en faisant valoir l’existence d’une résidence fixe où l’on compte se sédentariser (même s’il s’agit souvent d’une sédentarisation provisoire). En janvier 1924, c’est la procédure engagée par un Tsigane qui déclare vouloir se fixer là où habite son beau-père (« propriétaire de l’ancien moulin Barbot, au Tourne, près de Langoiran »). Sa requête est rejetée par un inspecteur de la police mobile qui apporte les précisions suivantes : « Le domicile qu’il invoque à Langoiran chez son beau-père n’est pour lui qu’une résidence de passage ; il se déplace rapidement et fréquente les départements limitrophes. Afin qu’il soit pareillement surveillé, il est nécessaire qu’il soit toujours placé sous le contrôle des nomades10 ».

  • 11 AD Gironde, 4 M 277.

16Cependant, il arrive parfois que de telles sollicitations aboutissent. Ainsi, ayant décidé de se sédentariser (momentanément) en septembre 1930, grâce à l’aide apportée par le maire d’une petite commune, Émile Adams se voit retirer comme il le souhaite son carnet anthropométrique et le carnet collectif de sa famille. L’inspecteur de police mobile qui se prononce sur ce cas écrit alors : « La famille Adams, très estimée par le maire de Générac, s’est vu céder par celui-ci un lopin de terre afin d’y pouvoir construire une habitation, ce qui permettrait par la suite d’abandonner comme domicile les roulottes11 ».

17On ne saurait non plus négliger les micro-résistances dont témoignent de petits faits et gestes par lesquels les Tsiganes – en l’occurrence une femme – manifestent leur capacité inventive de dissimulation et de détournement. Voici l’anecdote que raconte Marcelle Picque, dite Ninine, à propos de la plaque de contrôle rendue obligatoire à l’arrière du véhicule comprenant un numéro d’immatriculation et l’inscription « Loi du 16 juillet 1912 » :

  • 12 Entretien réalisé en 2006 par l’auteur et cité dans Emmanuel Filhol, « Le carnet anthropométrique d (...)

« Et pour la plaque d’immatriculation, pardi, la plaque, cette plaque, elle était pas bonne pour nous […]. Alors dès qu’on nous voyait arriver, nous avions une plaque, la loi du 16 juillet 1912, elle était bleue émaillée, avec quatre vis qui se vissaient à notre arrière de l’auto, et là nous étions bien remarqués, et tout le monde se fermait. Voyez, ils avions peur de cette plaque. Ils prenions cette plaque pour… et cette plaque il fallait qu’elle soit marquée sur le carnet collectif. Et finalement cette plaque elle me gênait derrière et moi, je la faisais défaire et je la faisais mettre dans mon coffre, pour moins qu’on nous arrête […]. Un beau jour, nous étions arrêtés dans un emplacement dans le Pays basque, il a venu la gendarmerie, les motards nous contrôler ; ils ont dit : “votre plaque derrière, votre plaque de la loi du 16 juillet 1912, comment ça se fait que vous l’avez pas, sinon on vous met le PV”. Alors j’ai dit, monsieur, écoutez, excusez-moi, les vis n’ont pas tenu, regardez, je l’ai mis dedans, dedans mon coffre de l’auto. Bon, il a dit, “elle doit être derrière”. Finalement le gendarme il a pris le tournevis et il nous l’a vissée derrière. Bon, on est restés avec la plaque, derrière… jusqu’à temps qu’on s’en va de cette commune, mais après nous l’avions dévissée et remis derrière12 ».

Plaque d’immatriculation imposée aux « nomades » par la loi du 16 juillet 1912

Plaque d’immatriculation imposée aux « nomades » par la loi du 16 juillet 1912

Collection particulière d’Emmanuel Filhol

  • 13 Ibid., p. 266.

18C’est conjointement sur le plan du langage que se donnent à entendre des vérités subjectives susceptibles d’être interprétées comme protestations de l’inconscient. Pour désigner leur carnet, ce que les Manouches nomment « o lil » (« les papiers »), ou « o peso lil » (« le gros carnet »), Monsieur Toto Hoffmann parle du « carnet antipométrique »13. À lui seul, le lapsus « antipométrique » exprime on ne peut mieux la déshumanisation, autrement dit la dépersonnalisation – comme non reconnaissance de l’autre en tant que sujet – et la chosification qu’engendre le traitement des Tsiganes à travers ces carnets.

19Les commentaires critiques et ironiques constituent par ailleurs une manière qu’ont les Tsiganes de prendre le dessus sur des agents censés connaître la loi, en transformant une situation qui leur est initialement défavorable. La scène narrée par Marcelle Picque, qui vit près de Limoges, ne manque pas de saveur :

  • 14 Témoignage cité par Emmanuel Filhol, Le contrôle des Tsiganes en France (1912-1969), op. cit., p. 2 (...)

« Comme nous étions deux, trois caravanes, ça faisait à peu près une dizaine de carnets, mais ça faisait un bon moment que j’écoutais toujours tamponner, l’arrivée et le départ, y mettait le tampon dessus [il s’agit de l’adjoint au maire]. Mais je disais à ma cousine, c’est pas possible qu’il mette si longtemps pour signer une dizaine de carnets, et j’ai frappé ; j’ai dit, monsieur, s’il vous plaît, qu’est-ce que vous tapez partout ? Y me dit, “bin, je marque, je remplis tout votre carnet”. Il avait déjà mis une dizaine de tampons dessus le même carnet. Ah non, y faut mettre qu’une arrivée là et le départ ici, c’est tout, vous voyez y a dix carnets, vous mettez dix arrivées, et comme on partira vous remarquerez dix départs. Et là le gars s’est trouvé tout con, il a dit “excusez-moi je savais pas, moi je croyais que c’était dans tous les carnets qu’il fallait faire ça”. Je dis écoutez, jusqu’à demain on aurait été encore chez vous14 ».

Type de registre employé dans les communes françaises afin de procéder à l’identification et au contrôle des « nomades »

Type de registre employé dans les communes françaises afin de procéder à l’identification et au contrôle des « nomades »

Collection particulière de Pierre Piazza

Collection particulière de Pierre Piazza

20Ne pourrait-on pas enfin considérer le fait de s’accommoder de la loi en donnant l’impression d’y adhérer, comme une façon habile d’en tirer profit, pour sa vie quotidienne ? On découvre dans les archives des carnets anthropométriques très bien tenus, recouverts de papier cartonné, contenant parfois à l’intérieur un buvard, destiné à sécher le tampon du visa afin d’éviter que l’encre ne vienne salir l’autre page du carnet. Ce sont les femmes qui s’occupent des papiers. En montrant le soin avec lequel elles entretiennent ces carnets, cela permet aux familles de passage dans une commune d’être peut-être mieux perçues par les autorités, davantage acceptées, en sorte que les hommes puissent exercer leurs activités avec plus de facilité.

Buvard retrouvé à l’intérieur d’un carnet anthropométrique en vue d’y sécher les tampons (visas) qui y sont apposés

Buvard retrouvé à l’intérieur d’un carnet anthropométrique en vue d’y sécher les tampons (visas) qui y sont apposés

Collection particulière d’Emmanuel Filhol

  • 15 AD Gironde, 3 U 8185, Répertoire alphabétique du tribunal correctionnel de Lesparre, 1945-1946.

21Il reste cependant que, d’une façon générale, la dimension répressive de la loi s’imposa en vue de produire ses effets escomptés (des familles se sédentarisant définitivement). En attestent les amendes et les condamnations d’emprisonnement (de huit jours à trois mois) pour défaut de vaccination, défaut de visas ou de carnet, non renouvellement du carnet, récidive, infligées aux « nomades » par les tribunaux correctionnels, même à l’encontre de Tsiganes qui sortaient des camps d’internement. Ainsi, Denise Holmaert, sera condamnée pour défaut de visas en septembre 1945, puis en juillet 194615.

Tolérance et modération dans l’application de la loi

22Qu’en est-il maintenant de l’attitude prise par les pouvoirs publics en ce qui concerne l’exécution de la loi ? Y a-t-il eu des critiques et des contestations du caractère discriminatoire de cette législation, ou du moins des cas où la tolérance et la modération vis-à-vis des familles tsiganes ont prévalu contre l’arbitraire des règlements et sanctions prescrits par la loi ? Je dois dire que j’en ai rencontré peu, d’où l’intérêt qu’ils revêtent dans le cadre de cette contribution.

  • 16 Séance de la Société générale des Prisons du 17 juin 1914, « L’application de la loi sur les nomade (...)

23En juin 1914, lors d’une séance de la société générale des Prisons consacrée à l’évaluation de l’application de la loi de 1912 (20 000 « nomades » sont alors déjà encartés), un procureur de la République mentionna le cas d’un « nomade roulottier » qu’il avait eu à traiter au tribunal, dont la fille, âgée de 13 ans et deux mois, était dépourvue de carnet. Comme le père était tout de même porteur du carnet familial, il lui procura un sauf-conduit facilitant son déplacement jusqu’à la ville la plus proche pour se faire délivrer le carnet anthropométrique de sa fille : « Je crois, expliqua-t-il, ne pas avoir exagéré la rigueur d’une loi qui ne peut être rigoureuse que pour les coupables, et je ne voulais pas mettre cette enfant en prison ». Ce qui ne plut guère au sénateur Étienne Flandin, dont on sait le rôle important qu’il a joué dans l’élaboration de la loi de juillet 1912 : « Monsieur le procureur de la République de Mortagne paraît vouloir faciliter la circulation des nomades. Or le législateur s’est inspiré d’une pensée diamétralement opposée […] Il convenait de multiplier les exigences de la loi de telle sorte que la terre de France apparût aux romanichels comme une région peu hospitalière16 ». Une sévérité non démentie par la suite, on l’a vu.

  • 17 AD Gironde, 4 M 299, Nomades : notices individuelles 1920-1929.

24Confrontées à certaines situations de détresse, des mairies ont aussi su être compréhensives et se comporter avec humanité. François Veys, Tsigane suisse, père de sept enfants nés en France, exerce la profession d’acrobate et de vannier. Arrêté par la gendarmerie, à cause d’un carnet anthropométrique périmé, il se rend en famille à la préfecture pour être soumise aux procédures exigées en vue de l’établissement d’un nouveau carnet. Six mois plus tard, en juillet 1927, l’adjoint au maire de Saint-Médard-d’Eyrans écrit une lettre au préfet dans laquelle il explique que François Veys est tombé malade et connaît des difficultés financières. En conséquence, il demande qu’on lui accorde un délai nécessaire pour payer (25 francs) sa plaque de contrôle et aller chercher son carnet collectif, « d’autant plus qu’actuellement, sa femme encore nourrice, est malade […]. Ils sont venus dans notre région pour faire les foins, mais le temps les empêche de travailler, ils sont dans la misère, j’ai dû leur faire donner du pain hier soir ; ils mourraient de faim17 ».

  • 18 Citée par Emmanuel Filhol, « Le sort des Tsiganes dans le Limousin pendant la Seconde Guerre mondia (...)

25Relevant de la loi de 1912, des Tsiganes qu’on assigna à résidence à partir d’un décret datant du 6 avril 1940 furent parfois autorisés par l’administration à se déplacer au-delà du périmètre imposé. Arrêtée par des gendarmes pour circulation en dehors de la résidence assignée, Marie Lacroix déclare : « J’ai été astreinte à résider avec ma famille à Lubersac (Corrèze) en 1940. Cette assignation à résidence m’a été prescrite par le sous-préfet de Brive, qui m’autorise également à circuler librement sur les cantons d’Ayen-Juillac et Vigeois18 ».

  • 19 Voir Emmanuel Filhol, Marie-Christine Hubert, Les Tsiganes en France. Un sort à part 1939-1946, Par (...)

26En septembre 1940, dans le département de la Dordogne, un maréchal des logis sollicite sa hiérarchie et obtient qu’une famille tsigane puisse quitter sa résidence assignée pour aller faire les vendanges : « L’hiver dernier G. a perdu sa monture qui est morte de froid. Depuis il n’a aucun animal de trait pour déplacer sa roulotte […]. À mon avis, il serait humain de lui accorder l’autorisation qu’il sollicite, ce qui lui permettrait de se procurer quelques ressources, à l’approche de la saison d’hiver19 ».

Remarques conclusives

27En guise de conclusion, je souhaiterais relater deux épisodes qui me semblent assez significatifs du type de résistance utilisée par les Tsiganes et dont la portée symbolique pourrait éclairer une facette propre à leur stylistique de l’existence.

  • 20 Le 29 octobre 2016, sur le site de l’ancien camp de Montreuil-Bellay (Maine-et-Loire), le président (...)

28La loi de 1912, qui ne sera modifiée qu’en 1969, le carnet de circulation se substituant alors au carnet anthropométrique, a eu des incidences indirectes dramatiques sur le sort des Tsiganes en France pendant les deux guerres mondiales. Car les Tsiganes encartés ont été internés dans les camps, d’abord les « Romanichels » alsaciens-lorrains durant la Première Guerre mondiale, ensuite les « nomades » français entre octobre 1940 et mai 194620.

  • 21 Voir Emmanuel Filhol, Un camp de concentration français. Les Tsiganes alsaciens-lorrains à Crest 19 (...)

29Au camp de Crest, près de Valence, le jeune instituteur Kessler, réfugié de Colmar, faisait la classe aux enfants tsiganes. Il leur apprit à chanter La Marseillaise. Un soir de septembre 1916, deux Tsiganes musiciens, transgressant l’interdit du couvre-feu fixé à 21 heures, jouent de l’accordéon, tandis que les internés se mettent à danser. L’effervescence gagne, et s’empare du groupe. Le bruit ne cessant pas, le personnel de garde tente de faire évacuer la salle et de rétablir le silence : « Leur rébellion, écrit le directeur du camp, a provoqué une manifestation dans l’établissement de la part d’une trentaine d’internés qui ont processionné dans les couloirs en chantant La Marseillaise »21. La Marseillaise, autrement dit – malice par où se condense la mètis des Tsiganes alsaciens insurgés – l’hymne patriotique français appelant à la défense de la liberté contre la tyrannie, un chant qui plus est composé en avril 1792 par Rouget de Lisle à Strasbourg !

  • 22 Emmanuel Filhol, Le contrôle des Tsiganes en France (1912-1969), op. cit.,
    p. 241-242.

30Dans le camp d’internement de Poitiers, où furent regroupés à partir de décembre 1940 de nombreuses familles tsiganes, puis les Juifs, Toto Hoffmann, alors âgé de 14 ans, se souvient qu’il y avait un certain Benoni, vieux tsigane italien, Sinti, « très gentil », qui s’occupait particulièrement des enfants. Pour compenser imaginairement la faim qui les tenaillait tous, y compris les enfants, celui-ci leur racontait « des histoires, beaucoup sur les nobles, de noblesse. Des histoires de ducs, de duchesses, voyez, de rois… Et il finissait toujours par un festin. Quand il parlait, on était tout ouïe. Et alors il racontait, c’était un Sinti italien, “mes enfants, vous comprenez, quand il y a eu ce beau mariage, du duc untel avec la fille d’untel, ils se sont mariés… Ils ont fait un festin formidable ! Des faisans, il y avait des faisans, il y avait des poulets, il y avait des cochons, des porcelets, à la broche”, etc. Alors l’eau lui coulait de la bouche, il racontait tout ça22 ».

  • 23 Voir Joseph Valet, Contes Manouches, Clermont-Ferrand, chez l’auteur, 1988.
  • 24 Sur cet aspect, voir François de Vaux de Foletier, Les Tsiganes dans l’Ancienne France, Paris, Soci (...)

31Voilà de quoi s’est nourrie aussi – entre autres – la culture tsigane au cours de son histoire : le conte, si valorisé chez les Manouches et les Roms23, l’amour de leurs enfants, le bon accueil reçu jadis auprès des nobles en leurs châteaux dans l’Ancienne France24.

Inizio pagina

Bibliografia

Certeau Michel de, L’invention du quotidien I. Arts de faire (1980), Paris, Gallimard, 1990.

Filhol Emmanuel, Un camp de concentration français. Les Tsiganes alsaciens-lorrains à Crest 1915-1919, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 2004.

Filhol Emmanuel, « Le sort des Tsiganes dans le Limousin pendant la Seconde Guerre mondiale », Revue des Lettres, Sciences et Arts de la Corrèze, Tome 108, 2005-2006, p. 67-90.

Filhol Emmanuel, Hubert, Marie-Christine, Les Tsiganes en France. Un sort à part 1939-1946, Paris, Perrin, 2009.

Filhol Emmanuel, « L’exclusion et la tragédie des Tsiganes dans l’histoire : Dites-le avec des pleurs de Matéo Maximoff », Versants. Revue suisse des littératures romanes, vol. 57/1, 2010, p. 125-147.

Filhol Emmanuel, « Le carnet anthropométrique des nomades », in Pierre Piazza (dir.), Aux origines de la police scientifique. Alphonse Bertillon, précurseur de la science du crime, Paris, Karthala, 2011, p. 252-273.

Filhol Emmanuel, « Discursivités et pratiques tsiganes : autour de la loi de 1912 sur les “nomades” en France », Droit et Cultures, n° 64, 2012/2, p. 183-206.

Réville Marc, « Rapport fait au nom de la commission relative à la répression du vagabondage », Journal Officiel, Chambre des Débats, mars 1909, p. 2157-2172.

Sutre Adèle, « “Are you a Gypsy ?” : l’identification des Tsiganes à la frontière américaine au tournant du XXe siècle », Migrations Société, vol. 26, n° 152, mars-avril 2014, p. 57-73.

Valet Joseph, Contes Manouches, Clermont-Ferrand, chez l’auteur, 1988.

Vaux De Foletier François, Les Tsiganes dans l’Ancienne France, Paris, Société d’Édition Géographique et Touristique, 1961.

Inizio pagina

Note

1 Voir Emmanuel Filhol, Le contrôle des Tsiganes en France (1912-1969), Paris, Karthala, 2013.

2 Marc Réville, « Rapport fait au nom de la commission relative à la répression du vagabondage », Journal Officiel, Chambre des Débats, mars 1909, p. 2170.

3 Le Matin, « Un péril errant. Bohémiens et Romanichels. La terreur des campagnes », 4 mars 1907.

4 Michel de Certeau, L’invention du quotidien I. Arts de faire (1980), Paris, Gallimard, 1990, p. 65.

5 France, Bordeaux, Archives départementales (AD) de la Gironde, 4 M 285, Nomades : notices individuelles 1920-1929, lettre du sous-préfet de Blaye au préfet de la Gironde, 18 septembre 1915.

6 Voir Emmanuel Filhol, « Discursivités et pratiques tsiganes : autour de la loi de 1912 sur les “nomades” en France », Droit et Cultures, n° 64, 2012/2, p. 196.

7 AD Gironde, 4 M 300, Nomades : notices individuelles 1920-1929.

8 Voir Emmanuel Filhol, « L’exclusion et la tragédie des Tsiganes dans l’histoire : Dites-le avec des pleurs de Matéo Maximoff », Versants. Revue suisse des littératures romanes, Vol. 57/1, 2010, p. 131.

9 France, Agen, Archives départementales du Lot-et-Garonne, 1825 W 22, Forains. Nomades. Hôteliers, 1920-1945.

10 AD Gironde, 4 M 278, Nomades : notices individuelles 1920-1929.

11 AD Gironde, 4 M 277.

12 Entretien réalisé en 2006 par l’auteur et cité dans Emmanuel Filhol, « Le carnet anthropométrique des nomades », in Pierre Piazza (dir.), Aux origines de la police scientifique. Alphonse Bertillon, précurseur de la science du crime, Paris, Karthala, 2011, p. 270-271.

13 Ibid., p. 266.

14 Témoignage cité par Emmanuel Filhol, Le contrôle des Tsiganes en France (1912-1969), op. cit., p. 257. Le sens de la répartie (et de l’humour) chez les Tsiganes traduisant, en tant que manœuvre énonciative, la capacité à s’imposer sur l’interlocuteur, se retrouve dans d’autres situations. En particulier, comme l’a étudié Adèle Sutre, à l’occasion d’entretiens avec les inspecteurs de l’immigration canadienne, lorsque des migrants tsiganes au début du siècle dernier voulaient entrer en Amérique du Nord : en 1913 à Montréal, un Tsigane interrompt l’inspecteur qui s’apprête à lui poser une question en anglais : « Are you… [sous-entendu, a Gypsy] / Je vous comprends mieux en français ». L’inspecteur appelle alors un interprète qui lui demande la langue qu’il préfère utiliser. Le Tsigane répond que, finalement, il préférerait que le reste de l’entretien se déroule en italien. Pendant quelques minutes, la direction de l’entretien a échappé aux inspecteurs au profit de l’interrogé ; celui-ci joue de sa maîtrise de plusieurs langues pour imposer la langue de l’échange, se permettant même de changer d’avis » (Adèle Sutre, « “Are you a Gypsy ?” : l’identification des Tsiganes à la frontière américaine au tournant du XXe siècle », Migrations Société, vol. 26, n° 152, mars-avril 2014, p. 72).

15 AD Gironde, 3 U 8185, Répertoire alphabétique du tribunal correctionnel de Lesparre, 1945-1946.

16 Séance de la Société générale des Prisons du 17 juin 1914, « L’application de la loi sur les nomades », Revue pénitentiaire et de droit pénal, n° 6-12, juin-décembre 1914, p. 823.

17 AD Gironde, 4 M 299, Nomades : notices individuelles 1920-1929.

18 Citée par Emmanuel Filhol, « Le sort des Tsiganes dans le Limousin pendant la Seconde Guerre mondiale », Revue des Lettres, Sciences et Arts de la Corrèze, Tome 108, 2005-2006, p. 83.

19 Voir Emmanuel Filhol, Marie-Christine Hubert, Les Tsiganes en France. Un sort à part 1939-1946, Paris, Perrin, 2009, p. 82.

20 Le 29 octobre 2016, sur le site de l’ancien camp de Montreuil-Bellay (Maine-et-Loire), le président de la République François Hollande a reconnu la grande responsabilité de la France dans l’internement de milliers de Tsiganes par le régime de Vichy sur ordre allemand.

21 Voir Emmanuel Filhol, Un camp de concentration français. Les Tsiganes alsaciens-lorrains à Crest 1915-1919, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 2004,
p. 162.

22 Emmanuel Filhol, Le contrôle des Tsiganes en France (1912-1969), op. cit.,
p. 241-242.

23 Voir Joseph Valet, Contes Manouches, Clermont-Ferrand, chez l’auteur, 1988.

24 Sur cet aspect, voir François de Vaux de Foletier, Les Tsiganes dans l’Ancienne France, Paris, Société d’Édition Géographique et Touristique, 1961.

Inizio pagina

Indice illustrazioni

Titolo Carnet anthropométrique de Louis Reinard
Credito Collection particulière d’Emmanuel Filhol
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3584/img-1.jpg
File image/jpeg, 940k
Credito Collection particulière d’Emmanuel Filhol
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3584/img-2.jpg
File image/jpeg, 1,0M
Credito Collection particulière d’Emmanuel Filhol
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3584/img-3.jpg
File image/jpeg, 1,1M
Credito Collection particulière d’Emmanuel Filhol
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3584/img-4.jpg
File image/jpeg, 1,3M
Credito Collection particulière d’Emmanuel Filhol
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3584/img-5.jpg
File image/jpeg, 1,3M
Credito Collection particulière d’Emmanuel Filhol
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3584/img-6.jpg
File image/jpeg, 1,2M
Credito Collection particulière d’Emmanuel Filhol
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3584/img-7.jpg
File image/jpeg, 1,3M
Credito Collection particulière d’Emmanuel Filhol
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3584/img-8.jpg
File image/jpeg, 1,2M
Credito Collection particulière d’Emmanuel Filhol
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3584/img-9.jpg
File image/jpeg, 1,2M
Credito Collection particulière d’Emmanuel Filhol
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3584/img-10.jpg
File image/jpeg, 1,3M
Credito Collection particulière d’Emmanuel Filhol
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3584/img-11.jpg
File image/jpeg, 988k
Credito Collection particulière d’Emmanuel Filhol
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3584/img-12.jpg
File image/jpeg, 1,4M
Credito Collection particulière d’Emmanuel Filhol
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3584/img-13.jpg
File image/jpeg, 1,1M
Credito Collection particulière d’Emmanuel Filhol
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3584/img-14.jpg
File image/jpeg, 956k
Titolo République française, Ministère de l’Intérieur, Loi du 16 juillet 1912 et décret du 16 février 1913 sur l’exercice des professions ambulantes et la circulation des nomades complétés par les circulaires du Ministre de l’Intérieur des 3 et 22 octobre 1913, Paris, Henri Charles-Lavauzelle éditeur militaire, 1914. Modèle de notice individuelle d’un nomade
Credito Collection particulière de Pierre Piazza
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3584/img-15.jpg
File image/jpeg, 1,8M
Credito Collection particulière de Pierre Piazza
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3584/img-16.jpg
File image/jpeg, 1,5M
Credito Collection particulière de Pierre Piazza
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3584/img-17.jpg
File image/jpeg, 1,4M
Titolo Exemples d’articles illustrés parus dans la presse en 1913 (Le Matin et Le Miroir) qui se félicitent de l’instauration du carnet anthropométrique permettant de contrôler plus étroitement les « nomades »
Credito Collection particulière de Pierre Piazza
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3584/img-18.jpg
File image/jpeg, 3,6M
Credito Collection particulière de Pierre Piazza
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3584/img-19.jpg
File image/jpeg, 1,2M
Titolo Rédigé par le colonel de Gendarmerie Pierre-Gaston Vohl, cet ouvrage publié en 1937 rassemble et commente les nombreux textes (lois, décrets, arrêtés et circulaires) qui – entre 1912 et 1936 – concernent les formalités administratives auxquelles doivent se soumettre les individus menant une « vie errante » et en particulier celles relatives à la « surveillance des nomades »
Credito Collection particulière de Pierre Piazza
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3584/img-20.jpg
File image/jpeg, 2,3M
Titolo Carte postale (début XXe siècle) illustrant le contrôle de « nomades » par la gendarmerie au cours de leurs déplacements
Credito Collection particulière de Pierre Piazza
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3584/img-21.jpg
File image/jpeg, 1,1M
Titolo Plaque d’immatriculation imposée aux « nomades » par la loi du 16 juillet 1912
Credito Collection particulière d’Emmanuel Filhol
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3584/img-22.jpg
File image/jpeg, 216k
Titolo Type de registre employé dans les communes françaises afin de procéder à l’identification et au contrôle des « nomades »
Credito Collection particulière de Pierre Piazza
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3584/img-23.jpg
File image/jpeg, 3,1M
Credito Collection particulière de Pierre Piazza
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3584/img-24.jpg
File image/jpeg, 3,1M
Titolo Buvard retrouvé à l’intérieur d’un carnet anthropométrique en vue d’y sécher les tampons (visas) qui y sont apposés
Credito Collection particulière d’Emmanuel Filhol
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3584/img-25.jpg
File image/jpeg, 735k
Inizio pagina

Per citare questo articolo

Riferimento elettronico

Emmanuel Filhol, « Une mise en cause du contrôle des « nomades » (Tsiganes) relatif à la loi du 16 juillet 1912 : résistances et détournements », Criminocorpus [Online], Identification, contrôle et surveillance des personnes, Articles, Messo online il 06 novembre 2017, consultato il 19 novembre 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/3584

Inizio pagina

Autore

Emmanuel Filhol

Emmanuel Filhol est enseignant-chercheur honoraire à l’Université de Bordeaux. Ses travaux de recherche traitent de l’histoire des Tsiganes et de leurs représentations. Membre du laboratoire SPH (Sciences, Philosophie, Humanités), il a publié des ouvrages et articles qui concernent le sort des Tsiganes en France durant les deux guerres mondiales, les discriminations et politiques de contrôle envers ces minorités socioculturelles, l’image des « Bohémiens » et « Nomades » dans le champ du discours lexicographique et littéraire.

Inizio pagina

Diritti d'autore

Tous droits réservés

Inizio pagina