Navigazione – Piano del sito
Articles

Le lieutenant Camille Pierre, un passeur des innovations criminalistiques policières dans les pratiques judiciaires des gendarmes à la Belle Époque

Laurent López

Riassunti

À partir des années 1880, les nouveaux procédés d’identification développés par Alphonse Bertillon à la Préfecture de police de Paris représentent des moyens modernes et efficaces de police judiciaire face à une criminalité perçue comme irrésistible. Parmi ceux-ci, le signalement descriptif, ou « portrait parlé », est réputé permettre la reconnaissance infaillible d’un individu dont les traits du visage auraient été minutieusement décrits par cette technique particulière. Fait notable, sans doute inédit et sans équivalent alors, cette technique est enseignée aux divers acteurs de la police française – policiers de la Préfecture de police, de la Sûreté générale, mais aussi gendarmes et gardes républicains -. L’application de cette technique de signalement emprunte divers canaux de diffusion au sein de chaque institution, avec des résultats inégaux. Rompant avec les représentations communes, l’un des effets inattendus de l’apprentissage et de l’utilisation du « portrait parlé » est de favoriser le rapprochement entre policiers et gendarmes.

Inizio pagina

Note della redazione

Intervention de Laurent López (12 décembre 2016) dans le cadre du séminaire GERN (CESDIP, Université de Vienne – Autriche – et Fondation de l’Université de Cergy-Pontoise) « Histoire des techniques d’identification, de contrôle et de surveillance des personnes (XIXe-début XXe siècle) organisé par Pierre Piazza et Peter Becker aux Archives nationales (site de Pierrefitte-sur-Seine).

Note dell'autore

Les idées exprimées par l’auteur dans cet article n’engagent pas la responsabilité du Service historique de la Défense et du ministère des armées.

Testo integrale

1Rendant hommage au capitaine Camille Pierre, cette notice nécrologique du Journal de la Gendarmerie datant de janvier 1904 méconnaît son rôle capital dans l’histoire de la police judiciaire pratiquée par les gendarmes.

Journal de la Gendarmerie du 15 janvier 1904

Journal de la Gendarmerie du 15 janvier 1904

collection particulière de l’auteur

2Son action de vulgarisation des techniques anthropométriques nées à la préfecture de police de Paris dans service de l’Identité judiciaire dirigé par Alphonse Bertillon est pourtant essentielle pour dater l’émergence d’un enseignement de ce qui est aujourd’hui appelé police technique et scientifique (Bertillon préférait à son époque les termes de « police moderne » ou « police technique » pour désigner l’emploi de nouveaux procédés d’identification).

3Né en 1867 dans la Meurthe, à Hénaménil, Camille Pierre s’engage dans l’infanterie en 1886. Élevé au grade de sous-lieutenant cinq ans plus tard, il est admis dans le régiment d’infanterie de la Garde républicaine à partir de décembre 1894 où il y devint lieutenant. Promu capitaine, il avait été affecté, peu avant son décès, à Bar-le-Duc le 31 décembre 1903. Dans cette école de la gendarmerie qu’est la Garde Républicaine à la fin du XIXe siècle, le militaire témoigne rapidement de ses qualités. Ainsi, lors de l’inspection générale de la Garde en 1900, le travail du lieutenant Pierre sur l’instruction pratique du tir est remarqué par le chef de légion, qui entend le proposer comme nouveau règlement applicable à la légion en la matière.

  • 1 Camille Pierre, Étude résumée des principaux caractères du signalement descriptif dit portrait parl (...)

4Mais c’est l’étude résumée des principaux caractères du signalement descriptif dit portrait parlé (méthode Bertillon) à l’usage des militaires de la gendarmerie publiée en 1904 qui constitue son œuvre cardinale posthume. Il y décrit une des techniques anthropométriques élaborées sur l’île de la Cité et précise, dans son avant-propos, qu’il n’a « d’autre but que de permettre aux militaires de la gendarmerie d’arriver rapidement à lire et à utiliser les fiches signalétiques des repris de justice, criminels à rechercher, etc., qui leur sont adressées, sous la forme du “portrait parlé” par le service de Sûreté générale du Ministère de l’Intérieur1 ». Ce petit ouvrage de 71 pages vise, plus largement, à familiariser les gendarmes avec des procédés modernes de police judiciaire et marque le rôle de la Garde républicaine comme vecteur d’innovation criminalistique dans la gendarmerie à la Belle Époque.

5La description de cette genèse de l’usage de procédés anthropométriques dans la gendarmerie invite, plus profondément, à voir comment se déroulait leur apprentissage. D’une part, les leçons apprises étaient-elles employées hors les murs des casernes, sur le terrain de l’enquête ? D’autre part, leur usage avait-il quelque utilité dans la productivité répressive des gendarmes ? Plus largement encore, on verra dans un dernier temps comment la diffusion d’un langage policier commun a pu favoriser le rapprochement relatif des forces de l’ordre, ce qui nuance fortement la représentation commune d’une « guerre des polices », que ne vérifie pas l’historien, comme le souligne, par exemple, la faction de ce garde républicain dans le service de l’Identité judiciaire.

Mensurations réalisées au sein du service de l’Identité judiciaire de la préfecture de police de Paris situé sous les combles du palais de Justice à Paris. Un garde républicain assiste à la séance

Mensurations réalisées au sein du service de l’Identité judiciaire de la préfecture de police de Paris situé sous les combles du palais de Justice à Paris. Un garde républicain assiste à la séance

collection particulière de Pierre Piazza

Une « armée du crime » qui déferlerait dans nos sillons

  • 2 Nous nous permettons de renvoyer à notre article « Sauver la France, défendre la République, protég (...)

6Dans une France perçue comme submergée par une « armée du crime » protéiforme (l’expression faisant alors florès dans la presse, les milieux politiques et les spécialistes du crime : les discours alarmistes des uns résonnant avec les paroles inquiètes des autres), les forces de l’ordre sont sommées d’agir. Elles doivent faire face à des menaces successives et concomitantes qui, depuis les années 1870, revêtent les figures de l’espion allemand, du récidiviste, de l’anarchiste, du chemineau, de l’apache ou du criminel international2. La récidive est la première préoccupation des pouvoirs publics en matière sécuritaire une fois la « République des républicains » installée, comme le signale l’influente Revue pénitentiaire en 1878. Plusieurs articles alors publiés dans cette revue sont consacrés à la mendicité pour stigmatiser le vagabondage et la « délinquance d’habitude » qui en serait l’effet nécessaire. Avec la loi du 27 mai 1885, le ministre de l’Intérieur, René Waldeck-Rousseau soutient ardemment la relégation des condamnés dans les colonies comme un moyen urgent de protection sociale.

7Très peu de temps auparavant, un commis aux écritures à la préfecture de police de Paris prétendait offrir à ce dessein les conditions de sa réalisation. Alphonse Bertillon affirme en effet avoir conçu une méthode anthropométrique infaillible pour identifier un individu récidiviste qui, lors d’une première arrestation, serait mensuré avec les procédés élaborés.

Une méthode pour identifier les criminels : les mensurations anthropométriques et le signalement descriptif d’Alphonse Bertillon

Une méthode pour identifier les criminels : les mensurations anthropométriques et le signalement descriptif d’Alphonse Bertillon

La Science française, « L’anthropométrie et le service d’identité », 10 mars 1892, n° 54, p. 442.

collection particulière de Pierre Piazza

La Vie Populaire, « Le nouveau signalement anthropométrique », 11 août 1903, n° 87, p. 1380.

collection particulière de Pierre Piazza

8L’éradication de la récidive serait en marche, de concert avec celle des virus promise au même moment par la révolution pastorienne. Le contexte criminel assure alors le succès institutionnel et judiciaire du bertillonnage, car la succession des faits criminels paraît, aux yeux de spécialistes qui s’expriment par exemple dans la Revue pénitentiaire ou les Archives de l’anthropologie criminelle, hypothéquer la République et mettre à bas le droit à la sûreté de ses citoyens.

  • 3 Compte Général de l’Administration de la Justice Criminelle en France pour 1892, Paris, Imprimerie (...)

9Au début des années 1890, le péril que feraient courir les récidivistes au pays s’amplifierait selon les plus alarmistes. Mais ceux-ci auraient désormais une caractéristique sociale précise, selon le garde des sceaux Ludovic Trarieux, car « les accusés sans domicile fixe sont en nombre toujours croissant ». Et, plus inquiétant, « ce qui n’est pas douteux, en dépit de toutes les atténuations numériques, c’est le progrès de la récidive et le caractère professionnel, de plus en plus marqué, qu’elle imprime à notre criminalité3 ». À cette menace s’en ajoute une autre, autrement plus explosive, avec la multiplication des attentats anarchistes au début des années 1890, mais dont les premiers sont commis durant la décennie 1880, déjà.

Le Monde Illustré, « La dynamite à Paris », n° 1827, 2 avril 1892

Le Monde Illustré, « La dynamite à Paris », n° 1827, 2 avril 1892

collection particulière de Pierre Piazza

La criminalistique pour résoudre la crise de la répression

  • 4 L’essor de l’anthropométrie judiciaire, dont l’identification des criminels constitue la finalité, (...)
  • 5 Alphonse Bertillon, Identification anthropométrique, instructions signalétiques, Melun, Imprimerie (...)

10Formant un système original de mensurations et de photographies des individus arrêtés, le « bertillonnage » bénéficie d’un contexte politique et idéologique particulièrement favorable dans la République parlementaire et positiviste4. Cette anthropométrie consiste à mesurer d’abord le corps dans son ensemble, puis minutieusement les bras et des doigts de la main gauche, les jambes, et, surtout, la tête. Alphonse Bertillon estime que sept mensurations sont nécessaires pour reconnaître infailliblement un individu déjà passé par son service. De plus, par la constitution d’un fichier commodément utilisable, Bertillon promet une reconnaissance rapide des récidivistes à une époque où il affirme, dans son ouvrage Identification anthropométrique, instructions signalétiques : qu’ « Avons-nous besoin de dire aux “initiés” que, dans l’état actuel des choses et étant donné l’imperfection des signalements mis d’habitude à la disposition des professionnels eux-mêmes, il n’y a pas un seul exemple véridique d’une arrestation déterminée uniquement par la description physique du sujet5 ».

Exemple de représentation du fichier anthropométrique institué par Alphonse Bertillon publiée dans la presse

Exemple de représentation du fichier anthropométrique institué par Alphonse Bertillon publiée dans la presse

Le Journal illustré, « Salle des casiers de classification », 16 novembre 1890, n°46, p. 364.

collection particulière de Pierre Piazza

11Ses réussites sont consacrées par l’application systématique de l’anthropométrie aux détenus conduits au dépôt de la préfecture de police, à partir de 1888, et également par la création du service de l’Identité judiciaire en 1893. Par la suite, en mars 1895 est institué un cours de signalement descriptif, ou « portrait parlé », pour les policiers parisiens alors que l’apprentissage du signalement anthropométrique était prioritairement réservé au personnel pénitentiaire des prisons parisiennes depuis deux ans.

Le cours de « portrait parlé » institué par Alphonse Bertillon

Le cours de « portrait parlé » institué par Alphonse Bertillon

L’Illustration, « L’enseignement des traits caractéristiques du visage à la préfecture de police », 13 mai 1899, n° 2933, p. 308.

collection particulière de Pierre Piazza

  • 6 Id., p. 137.
  • 7 Alphonse Bertillon, « Résultats obtenus par l’Anthropométrie au point de vue de la criminalité. Que (...)

12Contrairement au signalement anthropométrique, le signalement descriptif n’a pas besoin d’appareils de mesure. L’œil et la mémoire de l’agent expérimenté constituent ses seuls outils d’identification. D’abord destiné au personnel du dépôt de la préfecture de police, le cours de « portrait parlé » dispense un savoir professionnel empirique, définit par son inventeur comme « la description minutieuse d’un individu faite spécialement en vue de sa recherche et de son identification sur la voie publique6 ». Le « portrait parlé » est donc opportunément présenté comme l’arme décisive des forces de l’ordre contre une criminalité conquérante ; il répond aux contempteurs des polices et des gendarmeries qui leur reprochent l’incapacité à repérer les malfaiteurs qui sillonneraient impunément le pays. Bertillon assure ainsi qu’« il a été possible de retrouver au milieu de plus de cent détenus […], des individus dont […] le portait parlé, avait été rédigé hors de la présence du sujet, sur sa photographie prise lorsque, simplement prévenu, il avait encore barbe, cheveux et habit de ville7 ».

Des gendarmes et des policiers partageant le même enseignement

  • 8 Ignace-Émile Forestier, Gendarmes à la Belle Époque, Paris, France-Empire, 1983, p. 118.
  • 9 France, Archives de la préfecture de police (APP désormais), DB 44. Rapport de la Direction général (...)
  • 10 APP, DB 47. Léopold Achille, Rapport pour le projet de budget de la Ville de Paris, annexe 18, n° 9 (...)

13 Mais comment cette technique née à la préfecture de police gagne-t-elle la gendarmerie ? Ignace-Émile Forestier se souvient que « tous les jeudis après-midi, nous allions au service anthropométrique de la préfecture de police, quai des Orfèvres, où nous suivions des cours de “portrait parlé”8 ». Le décret du 6 mars 1895, qui portait création du « cours dit de signalement et de reconnaissance anthropométriques à l’usage des agents relevant du service de la Sûreté, du service des garnis, des brigades de Recherches et du contrôle Général fut ensuite [souligné dans le texte] étendu progressivement aux fonctionnaires et agents des commissariats ». Puis, « des cours particuliers furent successivement ouverts pour les inspecteurs de la police des chemins de fer […], pour les élèves officiers de l’école de Gendarmerie […], les gardiens de prison » ; « des commissaires de police de la Ville de Paris, des officiers de la Garde républicaine et de la Gendarmerie, des fonctionnaires de nationalité étrangère […] obtinrent l’autorisation administrative de suivre ces leçons9 ». S’ajoutèrent à cette théorie, les policiers des brigades mobiles, qui fréquentent en nombre croissant le cours, à partir de 190810. Or durant les décennies 1880 et 1890, le manque de cohésion entre les différents acteurs de l’ordre public est particulièrement souligné pour expliquer la hausse de la criminalité, comme cela a été précédemment souligné.

14De manière notoirement inédite, une formation professionnelle commune est donc non seulement dispensée à des représentants des principales forces policières de la République au début du XXe siècle, mais celle-ci associe également des personnels aux fonctions et aux grades divers. La dualité de la police française se retrouve dans ses multiples composantes ; civiles, d’une part, et militaires, d’autre part : policiers parisiens de la préfecture de police et fonctionnaires de la Sûreté générale, pour les premières ; élèves-officiers de la gendarmerie départementale et officiers de la garde républicaine, pour les secondes (le tableau ci-dessous inséré indique leur proportion par rapport au nombre total d’élèves).

  • 11 Ibid. Rapport du contrôle général de la direction des Recherches dressant le bilan de l’enseignemen (...)

Statistiques des élèves ayant suivi le cours de signalement descriptif entre 1902 et 191211

Statistiques des élèves ayant suivi le cours de signalement descriptif entre 1902 et 191211

15Si la présence des militaires aux côtés des policiers peut surprendre a priori, elle s’explique notamment par la création, le 3 janvier 1901, de l’École des sous-officiers de la gendarmerie. Ses élèves sont accueillis pendant six mois à la caserne Schomberg, voisine de la préfecture de police, et encadrés par des officiers de la garde républicaine. Sortis du rang, ces aspirants au grade de sous-lieutenant reçoivent un enseignement essentiellement militaire, complété par le cours de « portrait parlé ». Faut-il voir dans cet apprentissage une révolution culturelle dans la gendarmerie en matière de police judiciaire au début du XXe siècle ?

  • 12 Ignace-Émile Forestier, op.cit., p. 117-122.
  • 13 Ibid., p. 121.

16Obtenant son brevet en 1907, le sous-officier Forestier évoque plus particulièrement les séances de reconnaissance organisées dans la cour de la citadelle policière12. Loin de considérer celles-ci comme un divertissement incongru, les exercices sont pris très au sérieux par des gendarmes, « tous quelque peu inquiets ». Forestier rapporte qu’« il s’agissait de trouver, parmi une centaine d’individus, appartenant tous au service de la Sûreté et allant et venant dans la cour, celui dont M. David nous aurait remis la fiche. Cette fiche ne comportait ni l’âge, ni la taille de l’intéressé ; nous avions dix minutes pour l’étudier et retenir trois signes bien déterminés. Nous devions ensuite mettre la fiche dans notre poche et partir à la recherche de notre homme ; les candidats à l’examen étaient compris dans le groupe des suspects possibles13 ».

Réunir gendarmes, gardes républicains et policiers par l’apprentissage d’un langage anthropométrique commun : le signalement descriptif ou cours de « portrait parlé » à la préfecture de police à Paris

Réunir gendarmes, gardes républicains et policiers par l’apprentissage d’un langage anthropométrique commun : le signalement descriptif ou cours de « portrait parlé » à la préfecture de police à Paris

Le Monde et la Science, « Identification. Anthropométrie judiciaire », n° 32, vers 1910, p. 1024.

collection particulière de Pierre Piazza

Un pionnier et un instituteur de la gendarmerie en chose policière : le capitaine Lanty et le lieutenant Camille Pierre

Un ouvrage fondamental dans l’histoire de l’apprentissage de la police judiciaire par les gendarmes. Camille Pierre, Étude résumée des principaux caractères du signalement descriptif dit portrait parlé (méthode Bertillon) à l’usage des militaires de la gendarmerie, Paris, Lavauzelle, 1904, 1ère édition

Un ouvrage fondamental dans l’histoire de l’apprentissage de la police judiciaire par les gendarmes. Camille Pierre, Étude résumée des principaux caractères du signalement descriptif dit portrait parlé (méthode Bertillon) à l’usage des militaires de la gendarmerie, Paris, Lavauzelle, 1904, 1ère édition

collection particulière de Pierre Piazza

  • 14 Le lieutenant Pierre est nommé à la garde républicaine en novembre 1902. Relevons que le capitaine (...)
  • 15 Camille Pierre, op. cit., p. 7. L’officier exagère la modernité de ces fiches qui, encore au début (...)
  • 16 APP, DB 48. Résumé du cours donné à l’école de signalements, 86 p.
  • 17 Ce sont encore deux gradés de la garde républicaine qui assurent un cours de photographie judiciair (...)

17Deux ans après l’entrée des gendarmes dans le cours dispensé à la préfecture de police, le lieutenant Camille Pierre14 publie un manuel décrivant la technique du « portrait parlé ». L’officier de la garde républicaine – sa position expliquant son projet – se propose d’être un médiateur permettant aux gendarmes de comprendre les signalements adressés par leurs interlocuteurs judiciaires, pénitentiaires ou policiers. Il ambitionne néanmoins de voir les militaires ne pas être de simples exécutants, mais de se réapproprier la technique en rédigeant eux-mêmes des « signalements descriptifs abrégés »15. Précisons que, nulle part, le militaire ne signale son emprunt direct aux manuels qui accompagnent les leçons données par les adjoints d’Alphonse Bertillon16, ce qui souligne à la fois la notoriété de la technique et, peut-être, la préoccupation de favoriser son adoption par les gendarmes en atténuant son origine. L’ouvrage exprime, néanmoins, l’évolution des représentations de la police parisienne parmi de jeunes officiers pour qui s’estompe l’ombre tutélaire et infamante de Vidocq. La participation de quelques officiers de la garde à ces leçons et à l’encadrement des élèves officiers, mais également la proximité géographique, l’entente née des rapports quotidiens avec les policiers parisiens favorisent l’incorporation d’éléments de leur culture professionnelle17. C’est probablement l’initiative de ce militaire – personnelle ou commandée par sa hiérarchie ? En tout cas encouragée par celle-ci – qui donne lieu à une vaste interrogation au sein de l’arme sur la compréhension et l’utilisation de la méthode par les gendarmes de tous grades.

  • 18 8 novembre 1901, n° 2, 162, p. 716.

18Jusqu’à présent, cet ouvrage laissait penser que Camille Pierre était autant un pionnier qu’un instituteur de la gendarmerie en matière de police judiciaire « moderne », pour reprendre une épithète que Bertillon lui-même employait. Il apparaît néanmoins que le travail éditorial de cet officier se situe dans le sillage d’un autre. En effet, le Journal de la Gendarmerie mentionne le témoignage de satisfaction accordé au capitaine Lanty, chef de la section de Montrouge, « pour son travail relatif à la vulgarisation dans la gendarmerie des signalements descriptifs établis suivant la méthode Bertillon18 ». Peu avant, il était associé aux félicitations du général inspecteur Mourlan, louant les conditions de la mise en place et de l’organisation de l’école des officiers de la gendarmerie dans la caserne des Célestins. On peut raisonnablement penser que Lanty, précurseur dans sa circonscription, a favorisé l’implantation de cet enseignement anthropométrique dans les nouveaux cours à destination des élèves-officiers, enseignement formalisé par Camille Pierre dans son ouvrage.

  • 19 France, Service historique de la Défense, SHD – GN, 16 E 658. Rapport de l’inspection de la brigade (...)
  • 20 SHD – GN, 953 bis. Note de service du commandant de l’arrondissement de Romorantin, 13 septembre 19 (...)

19De nombreux exemples accréditent l’idée d’une diffusion aussi rapide que large et enthousiaste du « bertillonnage » parisien dans les rangs des gendarmes. Ainsi, en Charente, ce sont les annotations relatives à l’introduction de l’enseignement du « portrait parlé » qui portent les premières remarques, mêmes indirectes, sur l’exercice de la police judiciaire, alors, qu’en général, les rapports d’inspection demeurent essentiellement consacrés à l’hippologie et aux manœuvres à pied ou à cheval. L’officier en visite encourage les efforts de ses subordonnés en recommandant qu’« il y a lieu de continuer l’étude du signalement descriptif ; les gendarmes R. et F. sont à même d’établir une fiche signalétique. Les deux autres militaires sont en bonne voie19 ». Ailleurs, en adressant à ses subordonnés le volume de Camille Pierre, le lieutenant Chabannes a pour but, conformément aux ordres de ses supérieurs, de « permettre aux chefs de brigade de déchiffrer et au besoin d’établir succinctement un signalement descriptif […]. Les gradés devront donc l’étudier et en enseigner les parties principales aux gendarmes inscrits au tableau d’avancement pour le grade de brigadier. Le même enseignement pourra être donné dans des théories facultatives aux gendarmes les mieux doués20 ».

La diffusion du signalement descriptif dans les brigades et le travail quotidien des gendarmes

  • 21 SHD – GN, 83 E 37. Rapport du commandant de l’arrondissement de Brignole, 8 février 1905.
  • 22 Id. Alfredo Niceforo, La police et l’enquête judiciaire scientifique, op. cit., p. 354-356 donne de (...)
  • 23 Pour les brigadiers et les candidats à ce grade, l’apprentissage du « portrait parlé » est prévu po (...)
  • 24 SHD – GN, 31 E 30. Rapport de l’adjudant Moulis, commandant [par intérim] l’arrondissement de Toulo (...)

20Cet exemple pose toutefois aussi le problème concret de la possibilité de diffusion d’une méthode ardue parmi un personnel au niveau scolaire hétérogène, et dont les moins instruits savent à peine lire et écrire. D’autre part, il impose de s’interroger sur la diversité des réactions vis-à-vis d’une technique qui souffre, en tout cas pour certains, du double défaut d’avoir une origine policière et de leur être imposée. Ainsi, les gendarmes du Var reçoivent favorablement cette nouveauté en précisant que « tous les chefs de brigade et candidats connaissent d’une façon satisfaisante les principaux caractères du signalement descriptif dit “Portrait parlé”. Ils sont, presque tous, susceptibles de déchiffrer et, au besoin, d’établir succinctement un signalement descriptif21 ». L’officier « apprécie moins les notations abrégées qui compliquent sans grande nécessité le système, en rendent l’étude plus longue, plus fastidieuse, la lecture des fiches plus difficile22 ». Si cet avis dénote l’intérêt de l’officier pour la technique policière, il est difficile, cependant, d’imaginer qu’en quelques semaines, à raison d’une conférence mensuelle23, au mieux, par le chef de brigade, ses subordonnés aient pu assimiler les nombreux termes utilisés pour la description, dont il souligne la complexité. Néanmoins, mettre en valeur les nouvelles compétences de ses subordonnés revient implicitement à se féliciter de ses capacités à transformer des habitudes professionnelles routinières. Quoiqu’il en soit, progrès réels ou exagérés, l’affirmation révèle que la transformation des procédés judiciaires, à partir de techniques élaborées à la préfecture de police n’est pas rejetée a priori. Un sous-officier du sud-ouest exprime ce même désir d’introduire dans la gendarmerie des innovations en matière d’identification. Il soutient « qu’il y aurait avantage à rendre obligatoire dans la Gendarmerie l’étude sommaire [souligné par le rédacteur] du signalement descriptif établi suivant la méthode Bertillon » et de le substituer « aux données insuffisantes et généralement banales du signalement réglementaire actuel ». À ses yeux, « l’étude obligatoire pour les gradés et les candidats, celle facultative pour les gendarmes les moins doués, a permis de constater qu’ils peuvent facilement arriver à saisir les notations […] les plus caractéristiques24 ».

La tactique du gendarme rétive à la police technique

21Le chef d’escadron commandant la compagnie de la Charente se montre plus réservé quant à la réception et l’utilisation de la méthode Bertillon. En effet, s’il indique que « l’étude résumée des principaux caractères du signalement descriptif a été faite consciencieusement par les militaires de la compagnie », il précise aussitôt que « cette étude exige de l’attention et surtout un certain effort de mémoire qui fait souvent défaut même avec la meilleure volonté » car « il faut […] un temps assez long afin que les particularités du “portrait parlé”, les expressions servant à les traduire par écrit ou à les désigner verbalement soient suffisamment sues ». Paradoxalement, il affirme que les résultats obtenus pour l’ensemble de la compagnie sont les suivants :

Tableau des effectifs ayant suivi l’enseignement de la technique du signalement descriptif dans la compagnie de Charente en 1904 et estimation de leur succès [retranscription]

Résultats

1° Sous-officiers :

1 adjudant

15 maréchaux des logis

Bon

Bon

2° 23 brigadiers

Bon

3° 11 candidats brigadiers

Bon

4° Gendarmes :

60

79

Bon

Assez bon

  • 25 SHD – GN, 16 E 5. Rapport, 13 février 1905.

22La conclusion de son rapport est très significative car « tout en reconnaissant l’utilité incontestable de ce système et l’avantage qu’il y a à rendre obligatoire dans l’arme la connaissance du “portrait parlé” », l’officier souligne qu’« il convient de rester dans des limites restreintes de façon à ne pas considérer les militaires de la gendarmerie comme des agents de police, laissant aux professionnels le soin de procéder par des moyens spéciaux aux arrestations sensationnelles, ce qui constitue leur métier et leur raison d’être25 ».

23Ce rejet légèrement méprisant de la méthode définit d’abord, a contrario, ce que doit être l’image une « bonne » gendarmerie aux yeux de cet officier. Cependant, à une époque où la lutte contre la criminalité devient une demande sociale forte, refuser cette pression, même au nom d’arguments légitimes, revient à laisser le champ libre aux initiatives policières. La création des brigades mobiles en 1907 doit ainsi sans doute autant à ces réticences qu’aux efforts de Célestin Hennion et au soutien de Georges Clemenceau.

  • 26 SHD – GN, 37 E 16. Rapport du chef d’escadron commandant la compagnie d’Indre-et-Loire au sujet de (...)

24En 1905, de tels arguments sont développés par le chef d’escadron commandant la compagnie d’Indre-et-Loire à la suite du jugement sans équivoque introduisant son rapport : « L’étude du portrait parlé entreprise dans les brigades de gendarmerie n’a donné jusqu’ici que des résultats peu satisfaisants26 ». Il poursuit en soulignant que « cette étude est pénible et rebutante pour la moyenne des militaires de la Gendarmerie qui, ayant déjà tant de règlements, de lois et d’arrêtés à bien connaître, se trouvent sans avoir le secours de gens compétents et habitués par une longue pratique à l’application de cet ouvrage, en face d’un livre assez rébarbatif leur imposant une méthode dont ils ne voient pas très clairement, en ce qui les concerne, l’utilité ». Les gendarmes seraient d’autant moins enclins à s’approprier la technique que « les autorités militaires, administratives et judiciaires ne transmettent à la gendarmerie que des signalements à l’ancienne méthode, signalements que les gendarmes peuvent facilement graver dans leur esprit car ils se traduisent par quelques désignations simples avec lesquelles chacun est familiarisé dès sa jeunesse ». Plus pratiquement, lors des enquêtes, « ces quelques souvenirs sont rapidement évoqués lorsque l’occasion se présente d’arrêter un individu signalé, et dans cette circonstance un coup d’œil peut suffire, alors qu’un minutieux examen serait nécessaire pour appliquer le signalement descriptif et que ce minutieux examen ne serait pas toujours possible ». L’officier préfère, selon sa propre expression, laisser la rédaction de tels portraits à des « professionnels » aguerris pour limiter les risques d’erreurs judiciaires, « car il importe de remarquer que l’application de cette méthode exige de longs tâtonnements et une longue pratique, et il est à craindre que les militaires de la gendarmerie, livrés à eux-mêmes pour cette étude, ne soient jamais que de mauvais portraitistes ». L’officier, pragmatique, conclut son appréciation en estimant qu’avant tout enseignement obligatoire dans la gendarmerie, la généralisation préalable de la méthode serait souhaitable pour enlever « aux militaires de l’arme toute possibilité de ne pas la connaître et de ne pas la pratiquer ».

Le gendarme mène l’enquête

Le gendarme mène l’enquête

Le signalement, Georges Delaw, estampe pour publication dans la presse, vers 1900

BnF, Gallica

Le Rire, « Le signalement », n° 30, 29 août 1903

Le Rire, « Le signalement », n° 30, 29 août 1903

collection particulière de Pierre Piazza

Chromolithographie publicitaire, fin XIXe siècle

Chromolithographie publicitaire, fin XIXe siècle

collection particulière de Pierre Piazza

25En dépit des réticences individuelles et des limites institutionnelles à l’essor de la diffusion du « portrait parlé » dans la gendarmerie, la technique reste enseignée jusqu’à la veille de la Première Guerre mondiale et même après, comme le signale cette couverture de l’ouvrage signé du colonel Albert Michel en 1923.

Un enseignement policier qui perdure malgré l’abandon de son usage

Un enseignement policier qui perdure malgré l’abandon de son usage

Albert Michel, Le Portrait Parlé. Guide de poche pour l’établissement, en tous lieux, du signalement descriptif, Paris, Charles-Lavauzelle & Cie, 1923.

BnF, Gallica

26L’ouvrage du lieutenant Pierre manifeste l’évolution des représentations des jeunes officiers vis-à-vis de la police parisienne, qui ne représente désormais plus un repoussoir mais un modèle. Plus largement, au sein de la gendarmerie, la tentative d’importation de la technique policière donna lieu à une vaste interrogation sur l’utilisation de la méthode par les militaires et sur la nécessité, en y recourant, de moderniser de leurs pratiques d’identification.

  • 27 Augustin Wailly, « Le signalement descriptif dans la Gendarmerie », Progrès de la Gendarmerie, 15 j (...)
  • 28 Plus de précisions dans notre ouvrage, La guerre des polices n’a pas eu lieu. Gendarmes et policier (...)

27La question de l’adoption du signalement descriptif dans la gendarmerie mit également à jour un des malaises de l’arme à la Belle époque. Car certains gendarmes prônent vivement l’importation des techniques policières et érigent le service de la Sûreté parisienne en modèle, car, comme le souligne Augustin Wailly en 1914, « si, pour les policiers parisiens […], savoir relever et appliquer sans erreur le signalement d’un individu est jugé indispensable, ne devrait-il pas en être de même pour la gendarmerie entière […]27 ? ». En opposant sa vision à celle des officiers, partisans des « vieilles méthodes », ce gendarme construit ainsi un clivage qui diviserait le corps des officiers et celui des sous-officiers quant à la volonté de pratiquer une police judiciaire moderne28.

Inizio pagina

Bibliografia

Achille Léopold, Rapport pour le projet de budget de la Ville de Paris, annexe 18, n° 98, 1909.

Bertillon Alphonse, Identification anthropométrique, instructions signalétiques, Melun, Imprimerie administrative, 1893, nouvelle éd. avec album.

Bertillon Alphonse, « Résultats obtenus par l’Anthropométrie au point de vue de la criminalité. Quelles sont les lacunes à combler ? », Compte rendu des travaux du quatrième congrès international d’anthropologie criminelle, Genève, Georg et Cie, 1897.

Forestier Ignace-Émile, Gendarmes à la Belle Époque, Paris, France-Empire, 1983.

López Laurent, « Sauver la France, défendre la République, protéger les citoyens : les forces de l'ordre et les injonctions sécuritaires de la Belle Époque », in Lisa Bogani, Julien Boucher et Jean-Claude Caron (dir.), La citoyenneté républicaine à l’épreuve des peurs, Rennes, PUR, 2016.

López Laurent, La guerre des polices n’a pas eu lieu. Gendarmes et policiers, coacteurs de la sécurité publique sous la Troisième République (1870-1914), Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, coll. Mondes contemporains, 2014.

Niceforo Alfredo, La police et l’enquête judiciaire scientifique, Paris, librairie universelle, 1907.

Pierre Camille, Étude résumée des principaux caractères du signalement descriptif dit portrait parlé (méthode Bertillon) à l’usage des militaires de la gendarmerie, Paris, Lavauzelle, 1904.

Romarin G., « La formation des techniciens en identification criminelle », RGN, hors-série (La police technique et scientifique), troisième trimestre 1996.

Wailly Augustin, « Le signalement descriptif dans la Gendarmerie », Progrès de la Gendarmerie, 15 juin 1914.

Inizio pagina

Note

1 Camille Pierre, Étude résumée des principaux caractères du signalement descriptif dit portrait parlé (méthode Bertillon) à l’usage des militaires de la gendarmerie, Paris, Lavauzelle, 1904, p. 7.

2 Nous nous permettons de renvoyer à notre article « Sauver la France, défendre la République, protéger les citoyens : les forces de l'ordre et les injonctions sécuritaires de la Belle Époque », in Lisa Bogani, Julien Boucher et Jean-Claude Caron (dir.), La citoyenneté républicaine à l’épreuve des peurs, Rennes, PUR, 2016, p. 179-190.

3 Compte Général de l’Administration de la Justice Criminelle en France pour 1892, Paris, Imprimerie nationale, 1895, p. XXIV.

4 L’essor de l’anthropométrie judiciaire, dont l’identification des criminels constitue la finalité, est un des versants des progrès concomitants de l’anthropologie criminelle, qui cherche à établir les causes des actes homicides.

5 Alphonse Bertillon, Identification anthropométrique, instructions signalétiques, Melun, Imprimerie administrative, nouvelle éd. avec album, 1893, p. LXVII. La première version de cet ouvrage est publiée en 1885.

6 Id., p. 137.

7 Alphonse Bertillon, « Résultats obtenus par l’Anthropométrie au point de vue de la criminalité. Quelles sont les lacunes à combler ? », Compte rendu des travaux du quatrième congrès international d’anthropologie criminelle, Genève, Georg et Cie, 1897, p. 65. Trois ans auparavant, la Revue pénitentiaire affirmait dans un article intitulé « Le Bertillonnage en Angleterre » que « le système anthropométrique de M. Alphonse Bertillon fait peu à peu son tour du monde », avril 1894, p. 578. Les innovations de la préfecture de police ont été l’objet, selon cet article, de toutes les attentions d’une commission anglaise pour lutter contre le récidivisme, nommée par le ministre de l’Intérieur britannique et présidée par le magistrat M. Spearman.

8 Ignace-Émile Forestier, Gendarmes à la Belle Époque, Paris, France-Empire, 1983, p. 118.

9 France, Archives de la préfecture de police (APP désormais), DB 44. Rapport de la Direction générale des recherches, 1903, p. 124.

10 APP, DB 47. Léopold Achille, Rapport pour le projet de budget de la Ville de Paris, annexe 18, n° 98, 1909, p. 133. Selon le rapport rédigé par ce conseiller municipal, une centaine de « mobilards » auraient été brevetés en 1908.

11 Ibid. Rapport du contrôle général de la direction des Recherches dressant le bilan de l’enseignement du signalement descriptif entre 1902 et 1912, 1913.

12 Ignace-Émile Forestier, op.cit., p. 117-122.

13 Ibid., p. 121.

14 Le lieutenant Pierre est nommé à la garde républicaine en novembre 1902. Relevons que le capitaine Journot, mentionné plus loin à divers titres, est seul à être affecté dans cette légion au même moment que le jeune officier. Celui-ci est ensuite nommé capitaine le 31 décembre 1904 et affecté en résidence à Bar-le-Duc. Il décède au début du mois suivant. Service historique de la Défense – département Gendarmerie (SHD – DG désormais), 1 H 2.

15 Camille Pierre, op. cit., p. 7. L’officier exagère la modernité de ces fiches qui, encore au début du XXe siècle, n’emploient que très peu de termes tirés du signalement descriptif, contrairement à celles diffusées une dizaine d’années plus tard.

16 APP, DB 48. Résumé du cours donné à l’école de signalements, 86 p.

17 Ce sont encore deux gradés de la garde républicaine qui assurent un cours de photographie judiciaire au fort de Charenton, en 1949, comme le note G. Romarin dans « La formation des techniciens en identification criminelle », RGN, hors-série, La police technique et scientifique, troisième trimestre 1996, p. 21.

18 8 novembre 1901, n° 2, 162, p. 716.

19 France, Service historique de la Défense, SHD – GN, 16 E 658. Rapport de l’inspection de la brigade de Mansles par le lieutenant commandant l’arrondissement de Ruffec, 17 février 1905.

20 SHD – GN, 953 bis. Note de service du commandant de l’arrondissement de Romorantin, 13 septembre 1904.

21 SHD – GN, 83 E 37. Rapport du commandant de l’arrondissement de Brignole, 8 février 1905.

22 Id. Alfredo Niceforo, La police et l’enquête judiciaire scientifique, op. cit., p. 354-356 donne des exemples de ces « notations abrégées » complexes comme : « frt cic ov de G/3 or à 3 ح cl f α ».

23 Pour les brigadiers et les candidats à ce grade, l’apprentissage du « portrait parlé » est prévu pour le troisième mercredi du mois de janvier 1906, après le cours d’hippologie. Rapport du commandant de l’arrondissement de Rodez sur la « progression instruction théorique et pratique pour le mois janvier », 18 décembre 1905. SHD – GN, 12 E 124.

24 SHD – GN, 31 E 30. Rapport de l’adjudant Moulis, commandant [par intérim] l’arrondissement de Toulouse, 13 février 1905.

25 SHD – GN, 16 E 5. Rapport, 13 février 1905.

26 SHD – GN, 37 E 16. Rapport du chef d’escadron commandant la compagnie d’Indre-et-Loire au sujet de l’étude du « portrait parlé », 14 février 1905.

27 Augustin Wailly, « Le signalement descriptif dans la Gendarmerie », Progrès de la Gendarmerie, 15 juin 1914, p. 260-261.

28 Plus de précisions dans notre ouvrage, La guerre des polices n’a pas eu lieu. Gendarmes et policiers, coacteurs de la sécurité publique sous la Troisième République (1870-1914), préface de Jean-Claude Farcy, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, coll. Mondes contemporains, 2014.

Inizio pagina

Indice illustrazioni

Titolo Journal de la Gendarmerie du 15 janvier 1904
Credito collection particulière de l’auteur
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3632/img-1.jpg
File image/jpeg, 244k
Titolo Mensurations réalisées au sein du service de l’Identité judiciaire de la préfecture de police de Paris situé sous les combles du palais de Justice à Paris. Un garde républicain assiste à la séance
Credito collection particulière de Pierre Piazza
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3632/img-2.jpg
File image/jpeg, 716k
Titolo Une méthode pour identifier les criminels : les mensurations anthropométriques et le signalement descriptif d’Alphonse Bertillon
Leggenda La Science française, « L’anthropométrie et le service d’identité », 10 mars 1892, n° 54, p. 442.
Credito collection particulière de Pierre Piazza
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3632/img-3.jpg
File image/jpeg, 460k
Leggenda La Vie Populaire, « Le nouveau signalement anthropométrique », 11 août 1903, n° 87, p. 1380.
Credito collection particulière de Pierre Piazza
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3632/img-4.jpg
File image/jpeg, 688k
Titolo Le Monde Illustré, « La dynamite à Paris », n° 1827, 2 avril 1892
Credito collection particulière de Pierre Piazza
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3632/img-5.jpg
File image/jpeg, 1,3M
Titolo Exemple de représentation du fichier anthropométrique institué par Alphonse Bertillon publiée dans la presse
Leggenda Le Journal illustré, « Salle des casiers de classification », 16 novembre 1890, n°46, p. 364.
Credito collection particulière de Pierre Piazza
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3632/img-6.jpg
File image/jpeg, 300k
Titolo Le cours de « portrait parlé » institué par Alphonse Bertillon
Leggenda L’Illustration, « L’enseignement des traits caractéristiques du visage à la préfecture de police », 13 mai 1899, n° 2933, p. 308.
Credito collection particulière de Pierre Piazza
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3632/img-7.jpg
File image/jpeg, 780k
Titolo Statistiques des élèves ayant suivi le cours de signalement descriptif entre 1902 et 191211
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3632/img-8.png
File image/png, 76k
Titolo Réunir gendarmes, gardes républicains et policiers par l’apprentissage d’un langage anthropométrique commun : le signalement descriptif ou cours de « portrait parlé » à la préfecture de police à Paris
Leggenda Le Monde et la Science, « Identification. Anthropométrie judiciaire », n° 32, vers 1910, p. 1024.
Credito collection particulière de Pierre Piazza
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3632/img-9.jpg
File image/jpeg, 264k
Titolo Un ouvrage fondamental dans l’histoire de l’apprentissage de la police judiciaire par les gendarmes. Camille Pierre, Étude résumée des principaux caractères du signalement descriptif dit portrait parlé (méthode Bertillon) à l’usage des militaires de la gendarmerie, Paris, Lavauzelle, 1904, 1ère édition
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3632/img-10.jpg
File image/jpeg, 464k
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3632/img-11.jpg
File image/jpeg, 316k
Credito collection particulière de Pierre Piazza
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3632/img-12.jpg
File image/jpeg, 332k
Titolo Le gendarme mène l’enquête
Leggenda Le signalement, Georges Delaw, estampe pour publication dans la presse, vers 1900
Credito BnF, Gallica
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3632/img-13.jpg
File image/jpeg, 108k
Titolo Le Rire, « Le signalement », n° 30, 29 août 1903
Credito collection particulière de Pierre Piazza
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3632/img-14.jpg
File image/jpeg, 372k
Titolo Chromolithographie publicitaire, fin XIXe siècle
Credito collection particulière de Pierre Piazza
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3632/img-15.jpg
File image/jpeg, 284k
Titolo Un enseignement policier qui perdure malgré l’abandon de son usage
Leggenda Albert Michel, Le Portrait Parlé. Guide de poche pour l’établissement, en tous lieux, du signalement descriptif, Paris, Charles-Lavauzelle & Cie, 1923.
Credito BnF, Gallica
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3632/img-16.jpg
File image/jpeg, 95k
Inizio pagina

Per citare questo articolo

Riferimento elettronico

Laurent López, « Le lieutenant Camille Pierre, un passeur des innovations criminalistiques policières dans les pratiques judiciaires des gendarmes à la Belle Époque », Criminocorpus [Online], Identification, contrôle et surveillance des personnes, Articles, Messo online il 10 novembre 2017, consultato il 19 novembre 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/3632

Inizio pagina

Autore

Laurent López

Laurent López est chargé de recherche et d’enseignement au Service historique de la Défense (Bureau Gendarmerie), docteur en histoire contemporaine, chercheur associé au Centre d’Histoire du XIXe siècle (Universités Paris-I et Paris-IV) et au Centre d’études sociologiques sur le droit et les institutions pénales (CESDIP/CNRS/UVSQ), chargé de cours à la Classe préparatoire intégrée de l’École des officiers de la Gendarmerie nationale et aux Universités Paris – Panthéon-Assas et Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines.

Articoli dello stesso autore

Inizio pagina

Diritti d'autore

Tous droits réservés

Inizio pagina