Navigation – Plan du site
Articles

Le Bertillonnage à New York : professionnalisation et image de la police (1896-1914)

Yann Philippe

Entrées d’index

Géographique :

France
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Bertillon (Suzanne), Vie d’Alphonse Bertillon, inventeur de l’anthropométrie, Paris, Gallimard, 19 (...)

« Tu ne peux pas t’imaginer à quel point tu es célèbre là-bas [aux États-Unis]. Même les gens les plus humbles, lorsqu’ils voyaient ou entendaient mon nom, me demandaient si j’avais quelque parenté avec l’illustre auteur des impressions digitales, car de tous tes travaux, c’est là-bas le plus populaire. […]. Cela m’a valu beaucoup de considération de toutes parts1 ».

1Dans un livre consacré à la mémoire de son oncle, Suzanne Bertillon rapporte ainsi des propos que son père aurait tenus à Alphonse Bertillon, lequel ne s’était jamais rendu aux États-Unis. Cette conversation donne un aperçu de l’imaginaire attaché à sa personne et, plus largement, à l’identification policière dans les États-Unis du début du xxe siècle. Peu importe que ces paroles aient été réellement prononcées ou que Bertillon ne soit pas « l’inventeur » des empreintes digitales, tant les preuves de la fascination générale pour la « science » nouvelle de l’identification qu’il a développée sont nombreuses. L’objet de cet article, est d’interroger, à travers Bertillon, la place prise par de nouvelles modalités policières d’identification (photographies judiciaires, mesures anthropométriques, empreintes digitales) dans la société new-yorkaise du tournant du xxe siècle.

  • 2  Becker (Peter), « Les étranges chemins de la perfection. L’innovation criminologique en Allemagne (...)

2On souhaite ici mettre l’accent sur la diffusion des innovations techniques en soulignant que ces dernières n’existent pas par elles-mêmes – comme immédiatement disponibles dans un espace international et autonome de l’innovation et du progrès – mais qu’elles sont indissociables d’initiatives, de processus, d’individus, de groupes, de réseaux. Bref, ne s’imposant pas naturellement sous l’effet d’un progrès un peu abstrait, elles sont liées aux sociétés qui les « invitent », les « accueillent » et les « naturalisent » selon des modalités qui leur sont propres. Il s’agit donc à la fois de prendre la mesure de la diffusion internationale des innovations en matière de police scientifique et judiciaire et d’apprécier les « conditions “ locales ” dans lesquelles se négocie la mise en application de nouvelles techniques » venues de l’étranger2.

  • 3  Miller (Wilbur R.), Cops and Bobbies: Police Authority in New York and London, 1830-1870, 2e éd., (...)

3Le NYPD (New York Police Department) a été fondé au milieu du xixe siècle comme une force municipale et démocratique sur le principe alors couramment partagé selon lequel les devoirs des représentants du gouvernement étaient suffisamment simples et évidents pour que des hommes de bon sens puissent rapidement en acquérir la compétence. Simple citoyen à qui des pouvoirs légaux avaient été délégués, le policier new-yorkais était souvent peu formé et placé sous l’autorité de dirigeants civils venus du monde politique3. À la fin du xixe siècle, la science nouvelle de l’identification contribue à remettre en cause cette définition car elle dote le policier d’un savoir spécifique l’isolant du reste de la société. On appréhendera ici ce phénomène en insistant à la fois sur sa dimension institutionnelle (comment le NYPD a-t-il été amené à adopter les innovations du bertillonnage ?) et sur sa dimension culturelle (quelles formes de fascination suscitent-elles dans le public ?).

Les chemins institutionnels de l’innovation policière à New York

  • 4  Sur cet aspect, cf. About (Ilsen), « Les fondations d’un système national d’identification policiè (...)

4À la fin du xixe siècle, le NYPD, comme la majorité des autres polices municipales américaines, a mauvaise réputation. Pour un grand nombre d’observateurs, le revers de la démocratie est la politisation, l’incompétence et la corruption des policiers. Aussi, à cette période, un mouvement de réforme policière émerge-t-il. Dans ce contexte, les procédures rationalisées d’identification deviennent, comme en Europe, un élément clef de professionnalisation et de modernisation policière4. À New York cependant, leur adoption répond à des enjeux spécifique surtout liés à l’identité des innovateurs et à l’origine des innovations. L’introduction des mensurations anthropométriques de Bertillon et des empreintes digitales présente à cet égard des différences significatives.

L’adoption controversée du Bertillonnage

  • 5  New York Times, 17 et 20 janvier, 13 février, 7 mars, 1896.

5Le recours au système de Bertillon pour l’identification des criminels est décidé officiellement par le NYPD en mars 1896. Pourtant, sa mise en place institutionnelle est retardée pendant près d’un an en raison de la coupure entre dirigeants civils et policiers professionnels. En effet, la première décision en faveur de l’adoption de ce système est prise par le Conseil des hauts-commissaires, un organe de direction composé de dirigeants civils n’ayant jamais été policiers. Or, le haut-commissaire à l’initiative de cette décision confie n’avoir qu’une très faible connaissance du bertillonnage. Il le défend néanmoins en avançant l’argument du retard : il lui apparaît inconcevable qu’une grande métropole comme New York n’ait pas encore adopté cet outil de progrès à la différence des villes européennes, mais aussi d’autres villes américaines comme Chicago. En revanche, pour le chef du Bureau des détectives, cet argument est fallacieux. Fondant son jugement sur son expérience professionnelle, le capitaine O’Brien (policier de carrière) déclare par exemple à la presse que le système de Bertillon n’a « absolument aucune utilité5 » !

  • 6  Rodgers (Daniel T.), Atlantic Crossings : Social Politics in a Progresive Age, Harvard UP, Cambrid (...)

6La généralisation du bertillonnage dans les polices du monde industrialisé, dont celle de New York, semble avoir donné a posteriori raison aux politiques contre les policiers. Signifie-t-elle alors la victoire de l’ouverture internationale des premiers sur le repli local, corporatiste et routinier des seconds ? L’époque, appelée « progressiste » aux États-Unis (1880-1920), constitue un moment privilégié de discussion des modèles venus de l’étranger, singulièrement d’Europe, et contribue à ébranler le mythe de l’exceptionnalisme américain6. La référence européenne est donc loin d’être neutre. Pour les dirigeants réformateurs, tout juste arrivés au pouvoir après un scandale majeur de corruption policière, s’inspirer de modèles extérieurs revient à critiquer l’archaïsme et le localisme policiers.

  • 7 New York Times, 21 mai 1905, 7 février 1909 ; Van Wagner (Ernest L.), New York Detective, New York, (...)
  • 8 New York Times, 18, 25 et 27 février 1897.

7La référence européenne heurte au contraire la susceptibilité professionnelle des policiers qui valorisent un mouvement modernisateur propre à leurs rangs. Dans cette mythologie, la figure d’innovateur est tout particulièrement réservée à l’ancien policier Thomas Byrnes. Acteur majeur du NYPD de la fin du xixe siècle, longtemps à la tête du Bureau des détectives, il a su, en matière d’identification, développer des fichiers photographiques et constituer, aux yeux des policiers, une force de police n’ayant rien à envier à la Sûreté ou à Scotland Yard. Les détectives sont donc engagés, bien avant 1896, dans des coopérations internationales et des échanges de données sur les criminels reposant sur la constitution de fichiers. Dès lors, leurs réticences à l’encontre du système de Bertillon relèvent en partie de leur fierté et de leur pratique professionnelles. Les policiers perçoivent les initiatives des dirigeants civils en matière policière comme des lubies d’amateurs trop influencés par la presse, les romans policiers et des exemples étrangers mal maîtrisés. Le système de Bertillon – qui s’apparente de surcroît à un système issu de la recherche scientifique et non de la pratique policière – est perçu comme complexe à mettre en œuvre et divers témoignages attestent que les policiers ont eu du mal à se l’approprier. Ainsi, beaucoup considèrent les mesures corporelles comme fastidieuses et surtout peu rigoureuses car leurs résultats peuvent varier en fonction de ceux qui les réalisent7. Le caractère heurté du processus de diffusion scientifique tient donc en l’occurrence à la coupure entre ceux qui proposent les innovations et ceux qui les appliquent. Le conflit sur Bertillon introduit même une césure supplémentaire au sein des dirigeants civils entre ceux qui hésitent à rendre opérationnel un service d’identification qui tomberait aux mains de policiers qui n’y adhèrent pas, et ceux qui tiennent malgré tout à le développer. Bénéficiant de la paralysie ainsi provoquée au sein du Conseil des hauts-commissaires, les policiers en profitent pour récupérer la maîtrise du « département Bertillon » qui passe, en 1897, sous la responsabilité du Bureau des détectives et donc – ironie de l’histoire – d’O’Brien8 !

L’acceptation moins conflictuelle des empreintes digitales

8L’adoption, en 1906, des empreintes digitales comme procédé d’identification policière révèle une configuration différente. Dans ce cas, l’innovation est portée par un policier professionnel – le sergent Joseph A. Faurot – et résiste à un changement de direction à la tête du NYPD. Officiellement missionné par le haut-commissaire McAdoo, Faurot part à Londres, en décembre 1905, pour étudier l’utilisation des empreintes par Scotland Yard. Mais, quand il revient à New York en février 1906, en fervent adepte de la nouvelle technique, la direction du NYPD a changé et il lui faut convaincre le nouveau haut-commissaire (Bingham).

9 C’est donc le voyage d’études du policier qui valide ici l’innovation. De plus, Faurot, est un spécialiste qui a travaillé à l’identification dès la mise en place du bertillonnage en 1897. Par ailleurs, il réussit rapidement à convaincre ses collègues encore sceptiques en résolvant de manière spectaculaire plusieurs affaires. C’est pourquoi, le système des empreintes apparaît rapidement comme un savoir pratique, décisif et facilement appropriable. Même si l’innovation est ensuite récupérée par la direction, sa continuité est garantie par le corps policier. Enfin, la référence à l’Europe a perdu sa portée polémique, comme le montre l’esquisse par Faurot, en 1911, d’une théorie géographique de l’innovation qui respecte la fierté professionnelle des policiers et l’idée conventionnelle d’un génie pratique américain :

  • 9 New York Times, 10 septembre 1911 (traduction des articles de presse par l’auteur).

« Ils font du très bon travail à l’étranger, mais pour la rapidité d’adaptation et d’application et pour l’intelligence dans la maîtrise des méthodes, les Américains surpassent n’importe qui […]. Les modes en matières de méthodes policières comme en matière de vêtements féminins ont pour point de départ Paris. Mais le développement des méthodes atteint son plus haut point de perfectionnement de ce côté de l’Atlantique9 ».

10Enfin, la maîtrise de l’identification, permet aux détectives d’afficher un savoir professionnel et valorisant, qui vient contrebalancer l’image négative héritée du xixe siècle et contribue à reconfigurer la profession.

Au-delà des polémiques : consensus sur la nécessité de promouvoir un savoir spécialisé

  • 10  NYPD, Rapport annuel, 1911, p. 5 et 67.

11La controverse initiale au sujet de Bertillon ne doit pas dissimuler le consensus qui s’établit au tournant du xxe siècle entre dirigeants, policiers et experts, sur la nécessité d’un savoir spécialisé pour les détectives. Une large partie de ce savoir est constituée par les techniques d’identification qui doivent donc faire l’objet d’une formation spécifique. Ainsi, en 1911, est fondée l’école des détectives afin d’enseigner à ceux-ci les méthodes les plus récentes en matière d’identification criminelle (portrait-parlé, empreintes, etc.)10.

12L’identification n’apparaît donc pas seulement comme une innovation : elle transforme en profondeur le métier de policier. Comme il a été souvent remarqué, la révolution de l’identification tient moins à l’apparition de nouvelles techniques qu’à la possibilité d’associer les données obtenues avec des fichiers de criminels. À l’instar de Paris auparavant, la maîtrise d’un stock d’informations croissant n’est possible que grâce à une bureaucratisation et à une centralisation des procédures qui consacrent l’ascension de certains policiers dont les capacités administratives et le profil d’experts attirent l’attention de la hiérarchie et de la presse.

  • 11  Van Wagner (Ernest L.), op. cit., p. 3-22 ; NYPD, Rapport annuel, 1907, p. 17.
  • 12 NYPD, Rapport annuel, 1911, p. 4.

13Faurot, après une solide éducation scolaire, a suivi quelques cours de management. Avant lui, William P. Sheridan, fort de sa formation universitaire et de son surnom de « statisticien », supervise la constitution initiale des fichiers. En raison de sa double formation médicale et sténographique qui lui a valu d’occuper essentiellement jusque-là des fonctions administratives, Ernest L. Van Wagner obtient de réorganiser, à partir de 1906, le fichier des criminels11. En 1911, la « Galerie des Voyous » perd ses guillemets, son nom pittoresque et devient le moderne Bureau d’identification criminelle. Rassemblant les photographies, les mensurations de Bertillon et les empreintes digitales, celui-ci est placé sous l’autorité d’un officier compétent (Faurot) et non plus sous la responsabilité du chef du Bureau des détectives12.

Fascination et transformation de l’image de la police

14Comprendre la place prise par l’identification au sein du NYPD implique cependant de ne pas s’en tenir à une lecture purement institutionnelle du phénomène. L’identification représente en effet un phénomène ample qui dépasse la seule organisation policière, en raison notamment de la fascination qu’elle exerce sur le public new-yorkais. Cette fascination constitue le contexte des innovations et contribue significativement à modifier l’image de la police dans la société.

L’héroïsation par la presse de la figure de l’expert

  • 13 New York Times, 30 mai 1909.
  • 14 New York Times, 15 février 1914.

15La presse est le témoin en même temps que l’acteur privilégié de cette fascination. Au tournant du xxe siècle, si les nouvelles méthodes d’identification policières bénéficient d’une couverture importante, elles sont aussi érigées au rang de sujet journalistique à part entière. Bertillon devient une figure connue du public new-yorkais, celle du « célèbre expert français », du « précurseur de l’identification », etc. Ce phénomène atteste le caractère international de la discussion des questions de police scientifique et renseigne sur la façon dont se sont constituées de véritables « autorités » en matière d’identification. De 1888 à 1914, (date de la mort de Bertillon), plus de 200 articles du New York Times mentionnent le nom de Bertillon (Alphonse essentiellement). La plupart d’entre eux traitent brièvement de la diffusion de ses innovations et de l’introduction du système anthropométrique dans les prisons ou les polices américaines. Certains font cependant la chronique des inventions en tant que telles. La succession des initiatives de Bertillon est déclinée en une sorte de feuilleton qui présente certaines d’entre elles comme étant au fondement de la création d’une « nouvelle science ». Il arrive même que les tribunes de Bertillon dans la presse parisienne soient considérées par le New York Times comme des événements et fassent l’objet d’un compte-rendu. Un long article prenant la forme d’un double portrait de l’homme et de l’Identité judiciaire parisienne, complété par un entretien de Bertillon, est publié en 1909 sous le titre « Identifier les criminels à travers le monde13 ». Enfin la mort de Bertillon fait l’objet d’un article, puis d’un éditorial qui conclut sur son héritage marquant et durable ainsi que sur l’idée selon laquelle le système des empreintes « est simplement une extension du principe de Bertillon14 ».

16S’impose de la sorte une héroïsation du traitement de l’innovation : les progrès de l’identification sont traités comme une aventure de l’esprit humain dans laquelle se distinguent un petit nombre d’individus identifiés comme des remparts contre les ennemis de la société que sont les criminels. Ces experts se distinguent par leur capacité à construire un savoir sur les criminels : capacité à déchiffrer le corps humain pour déceler des éléments d’identification et les conserver sous forme de données reproductibles (anthropométrie et portrait-parlé), à interpréter les scènes de crimes pour établir des liens avec des individus absents ou des crimes passés. Le caractère reproductible de ce savoir en fait également un pouvoir à distance sur les criminels, comme le montre le sous-titre du portrait consacré à Bertillon : « Comment le célèbre expert français peut localiser en cinq minutes un voyou sur un autre continent ». Au cœur de la fascination internationale pour l’identification prédomine donc l’idée d’une nouveauté liée à la circulation de l’information. Enfin, il faut noter l’aspect pédagogique des nombreux articles qui donnent à voir ces données d’identification voyageant à travers le monde : reproduction de photographies de criminels à plusieurs années d’intervalle, décomposition des éléments du visage (oreilles, yeux), etc.

Métamorphose de la figure du policier new-yorkais

  • 15  New York Times, 21 mai 1905.

17Ce traitement journalistique de l’identification a une influence sur la situation policière locale en ce qu’il contribue à dessiner une nouvelle figure du policier new-yorkais. Le détective traditionnel était souvent vu comme une figure de l’ombre immergée dans les bas-fonds qui, localement, se contentait de réguler la criminalité au lieu de lutter véritablement contre elle. L’image qui se dessine désormais est celle d’un détective scientifique, inséré dans des réseaux internationaux, travaillant sans relâche dans les bureaux d’un service d’identification ouvert jour et nuit. Le détective devient « l’ennemi secret, invisible et implacable de ceux qui peuplent le monde des ombres15 ». Il se distingue progressivement à la fois de l’homme ordinaire et des criminels. L’imaginaire démocratique du milieu du xixe siècle qui faisait du policier un homme ordinaire est ainsi dépassé par le caractère spécifique, un peu ésotérique et presque magique du nouveau savoir dont le détective dispose sur les criminels.

  • 16  Pour les deux citations concernant Sheridan, New York Times, 21 mai 1905.
  • 17  New York Times, 29 décembre 1909.

18 La fascination pour l’identification est ainsi l’occasion de réaliser des portraits de détectives dont le caractère hyperbolique tend à doter les policiers de pouvoirs quasi surhumains. En 1905, le sergent Sheridan est ainsi décrit comme « la terreur des voyous » : un individu doué de « facultés extraordinaires », de « pouvoirs remarquables », d’un « œil et d’une mémoire photographiques » ; quelqu’un qui, connaissant « 50 à 60 000 personnes », est de surcroît capable d’identifier « un suspect qu’il n’avait jamais vu mais dont il avait examiné la photographie sept ans auparavant ». Ce dernier élément révèle un trait général dans la nouvelle figure policière : le pouvoir à distance, permis par la circulation des informations, opère mécaniquement une distanciation entre le policier et le monde des bas-fonds. Pour agir sur la criminalité, le policier n’a plus besoin de s’immerger en son sein au risque d’y perdre son intégrité. Il peut à présent mobiliser son savoir et celui de l’institution pour dominer les criminels : « Tous les malfaiteurs du pays qui ont été entre les mains des autorités ici ou ailleurs sont enregistrés avec précision dans sa mémoire, bien qu’il n’ait personnellement rien aperçu d’eux »16. Sheridan est un fichier de police à lui tout seul17. D’humain trop humain au xixe siècle, le détective devient une figure sinon surhumaine, du moins héroïque, dont l’aura romanesque se situe entre fiction et réalité.

  • 18  New York Times, 5 février 1906, 22 décembre 1907, 24 septembre 1911, pour les trois références suc (...)

19La jonction entre fiction et réalité est constamment présente dans le traitement de l’identification par la presse. Quand Faurot rentre de son voyage d’études sur les empreintes à Londres, le New York Times évoque la résolution spectaculaire d’une affaire qui aurait « déconcerté Sherlock Holmes ». Quand le même journal interroge le haut-commissaire Bingham sur ses projets d’utilisation de la photographie sur les scènes de crime, le journaliste évoque les « procédés de Sherlock Holmes ». Enfin quand celui-ci publie un très long article de fond sur les progrès de la police scientifique et de la détection des criminels professionnels, son titre est le suivant : « Le Sherlock Holmes moderne est un homme de science18 ». Innombrables, les exemples montrent que le personnage de Conan Doyle fait figure d’interlocuteur quasi existant dans la discussion des réalités policières, au point qu’il est plus fréquemment fait référence à lui qu’à son auteur.

Une fiction aussi alimentée par la police

  • 19  Thomas (Ronald R.), Detective Fiction and the Rise of Forensic Science, Cambridge, Cambridge Unive (...)
  • 20  Bertillon (Suzanne), op. cit., p. 197-198 ; R. Thomas, op. cit. , p. 5.

20Ronald R. Thomas a montré comment l’autorité des experts de police scientifique s’est établie grâce la production, à la dissémination et à l’intersection de différents types de textes : littéraires, juridiques, scientifiques et politiques19. Le plus étonnant est cependant de constater que les policiers ont eux-mêmes recours à la fiction. Ainsi, Alphonse Bertillon confie avoir admiré le génie et la logique rigoureuse de Conan Doyle au point de vouloir la voir adopter par les policiers professionnels. Edmond Locard recommande la lecture de Sherlock Holmes à ses collègues et étudiants pour les mêmes raisons20.

  • 21 New York Times, 17 avril 1906.

21Les forces de police américaines utilisent elles-mêmes la publicité positive de la fiction. Pas loin de New York, le chef de la police de Jersey City, écrit en 1906 une pièce de théâtre intitulée Scènes dans un poste de police de Jersey City dans laquelle une scène montre des détectives identifiant avec succès un prisonnier refusant de reconnaître son identité. Les mesures Bertillon sont mises en scène par l’adéquation successive des différentes mesures au dossier existant21.

  • 22 The Line-Up at Police Headquarters, commercialisé en juin 1914 à New York (realisé par Frank Beal e (...)

22En 1914, les spectateurs new-yorkais découvrent sur les écrans un film semi-documentaire, réalisé avec la collaboration du NYPD, dans lequel George Dougherty joue son propre rôle d’adjoint au chef de la police et de directeur du Bureau des détectives22. Le film offre un statut composite, mêlant aventures rocambolesques et scènes quasi-documentaires Les premières scènes montrent ainsi Dougherty faisant découvrir à des visiteurs aisés les locaux et procédures de l’Identité judiciaire : les policiers au travail consultent attentivement des photographies de criminels, mesurent un suspect puis prennent ses empreintes digitales. La caméra détaille les procédures suivies avant de montrer les empreintes en gros plan. Les visiteurs ébahis figurent à l’évidence les doubles d’un spectateur naturellement édifié par les procédures d’identification : illustration même du progrès, celles-ci sont données à voir comme des procédures techniques destinées à protéger la société.

  • 23  New York Times, 2, 4, 5, 8, 9, 10, 22, 26 juin ; 1er, 2 et 3 juillet 1909.

23Au-delà du processus de construction de cette fascination, les innovations en matière d’identification policière suscitent néanmoins aussi d’importants débats relatifs aux conséquences néfastes que leur mise en œuvre concrète engendre en matière d’atteintes aux libertés. En 1909, le scandale Duffy – un jeune homme arrêté de manière répétée parce que les policiers ont conservé illégalement sa photographie – le montre significativement. À travers cette affaire, se pose avec acuité le problème des dérives policières liées au fichage des personnes et se manifeste l’importance que revêtent les questions policières dans le jeu politique municipal23.

Haut de page

Bibliographie

About (Ilsen), « Les fondations d’un système national d’identification policière en France (1893-1914), Anthropométrie, signalement et fichiers », Genèses, n° 54, mars 2004, p. 28-52.

Becker (Peter), « Les étranges chemins de la perfection. L’innovation criminologique en Allemagne et en Autriche au xixe siècle » in Noiriel (Gérard) (dir.), L’identification. Genèse d’un travail d’État, Paris, Belin, 2007, p. 97-123.

Bertillon (Suzanne), Vie d’Alphonse Bertillon, inventeur de l’anthropométrie, Paris, Gallimard, 1941.

Miller (Wilbur R.), Cops and Bobbies : Police Authority in New York and London, 1830-1870, 2e éd., Columbus, Ohio State University Press, 1995 (1973).

Rodgers (Daniel T.), Atlantic Crossings : Social Politics in a Progresive Age, Harvard UP, Cambridge, Ma, 1998.

Thomas (Ronald R.), Detective Fiction and the Rise of Forensic Science, Cambridge, Cambridge University Press, 2003

Van Wagner (Ernest L.), New York Detective, New-York, Dodd, 1938.

Haut de page

Notes

1  Bertillon (Suzanne), Vie d’Alphonse Bertillon, inventeur de l’anthropométrie, Paris, Gallimard, 1941, p. 196-197.

2  Becker (Peter), « Les étranges chemins de la perfection. L’innovation criminologique en Allemagne et en Autriche au xixe siècle » in Noiriel (Gérard) (dir.), L’identification. Genèse d’un travail d’État, Paris, Belin, 2007, p. 98.

3  Miller (Wilbur R.), Cops and Bobbies: Police Authority in New York and London, 1830-1870, 2e éd., Columbus, Ohio State University Press, 1995, p. 16-44.

4  Sur cet aspect, cf. About (Ilsen), « Les fondations d’un système national d’identification policière en France (1893-1914), Anthropométrie, signalement et fichiers », Genèses, n° 54, mars 2004, p. 28-52.

5  New York Times, 17 et 20 janvier, 13 février, 7 mars, 1896.

6  Rodgers (Daniel T.), Atlantic Crossings : Social Politics in a Progresive Age, Harvard UP, Cambridge, Ma, 1998.

7 New York Times, 21 mai 1905, 7 février 1909 ; Van Wagner (Ernest L.), New York Detective, New York, Dodd, Mead & Co, 1938, p. 22.

8 New York Times, 18, 25 et 27 février 1897.

9 New York Times, 10 septembre 1911 (traduction des articles de presse par l’auteur).

10  NYPD, Rapport annuel, 1911, p. 5 et 67.

11  Van Wagner (Ernest L.), op. cit., p. 3-22 ; NYPD, Rapport annuel, 1907, p. 17.

12 NYPD, Rapport annuel, 1911, p. 4.

13 New York Times, 30 mai 1909.

14 New York Times, 15 février 1914.

15  New York Times, 21 mai 1905.

16  Pour les deux citations concernant Sheridan, New York Times, 21 mai 1905.

17  New York Times, 29 décembre 1909.

18  New York Times, 5 février 1906, 22 décembre 1907, 24 septembre 1911, pour les trois références successives à Sherlock Holmes.

19  Thomas (Ronald R.), Detective Fiction and the Rise of Forensic Science, Cambridge, Cambridge University Press, 2003 (1999), p. 5.

20  Bertillon (Suzanne), op. cit., p. 197-198 ; R. Thomas, op. cit. , p. 5.

21 New York Times, 17 avril 1906.

22 The Line-Up at Police Headquarters, commercialisé en juin 1914 à New York (realisé par Frank Beal et produit par Nonpareil Feature Film Corporation).

23  New York Times, 2, 4, 5, 8, 9, 10, 22, 26 juin ; 1er, 2 et 3 juillet 1909.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yann Philippe, « Le Bertillonnage à New York : professionnalisation et image de la police (1896-1914) », Criminocorpus [En ligne], Bertillon, bertillonnage et polices d'identification, Articles, mis en ligne le 18 mai 2011, consulté le 17 août 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/366

Haut de page

Auteur

Yann Philippe

Yann Philippe, docteur en histoire de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, est l’auteur d’une thèse intitulée Mais que fait la police ? Réformes policières et lutte contre la criminalité à New York  au début du xxe siècle (1906-1918) soutenue en décembre 2006 sous la direction de François Weil. Maître de conférences en histoire et civilisation américaines à l’université de Reims-Champagne-Ardenne (URCA) et affilié au CIRLEP (Centre Interdisciplinaire de Recherche sur les Langues Et la Pensée, Université de Reims) et au CENA (Centre d’Études Nord-Américaines, EHESS), il travaille sur l’histoire policière, politique, sociale et culturelle de New York.  

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page