Navigation – Plan du site
Articles

Le bertillonnage en Amérique du Sud

Diego Galeano et Mercedes García Ferrari
Traduction(s) :
El bertillonage en el espacio atlántico sudamericano
The bertillonage in the South American Atlantic World

Texte intégral

1Durant la seconde moitié du XIXe siècle, plusieurs pays sud-américains entament des réformes policières dans le cadre de la construction des États nationaux. Certains « modèles policiers », bien acceptés sur le plan culturel en Europe à l'époque, vont servir d'instruments de légitimation des projets de modernisation institutionnelle mis en œuvre localement. Paris, et plus généralement le « modèle français », est alors de loin la source d'inspiration favorite des réformistes sud-américains, qui se rendent souvent en France pour étudier la situation et assister aux divers congrès internationaux, revenant ensuite au pays avec une mine de notes et observations consignées dans leurs carnets de voyage.

2Parallèlement à cette importation massive de modèles et de technologies policières, d'intenses mouvements migratoires transocéaniques modifient rapidement la composition de la société et les formes de socialisation dans les grandes métropoles d'Amérique du Sud. Durant tout le XIXe siècle et au début du XXe, l'Argentine, le Brésil et l'Uruguay accueillent à eux seuls près de 90 % de l'immigration européenne en Amérique latine. Croissance rapide de la population, urbanisation galopante, mobilité sociale et professionnelle en constante progression, liberté de mouvement non seulement à l'intérieur des territoires nationaux, mais aussi à travers des frontières internationales poreuses : autant de facteurs qui accroissent la peur de la criminalité, de l'usurpation d'identité et des risques liés à l'anonymat, faisant surgir un certain nombre d'inquiétudes précises.

3Dans ce contexte, le bertillonnage débarque étonnamment tôt en Amérique du Sud, bien qu'il ne connaisse pas le même succès partout. Cet article explore la mise en œuvre du système en Argentine, en Uruguay et au Brésil. Il évalue les raisons d'une introduction si précoce et les limites imposées par cet univers particulier de la façade atlantique sud-américaine, notamment en termes de communication entre les diverses forces de police et de variété des contextes auxquels le nouveau système d'identification a dû s'adapter. Dans toute l'Amérique latine, la méthode a ses partisans et ses détracteurs, et d'ailleurs d'autres pays des Andes et de la façade Pacifique – Mexique, Équateur, Pérou et Chili – prennent des initiatives institutionnelles très concrètes en ce sens. Nous nous limiterons dans cet article aux trois pays atlantiques susmentionnés, qui concentrent l'essentiel de l'immigration enregistrée par le continent sur cette période. Ce choix est également dicté par l'espace commun que forment ces trois territoires nationaux en raison des routes de circulation atlantiques.

« South America » in Americanized Encyclopedia Brittanica, vol. 1, Chicago, 1892 (zones mises en évidence par les auteurs)

« South America » in Americanized Encyclopedia Brittanica, vol. 1, Chicago, 1892 (zones mises en évidence par les auteurs)

4Les principales escales sur la route des grands vaisseaux venus d'Europe sont alors les ports brésiliens de Recife, San Salvador de Bahia, Rio de Janeiro et Santos. Les navires progressent vers le sud jusqu'au Rio de la Plata, dont les eaux baignent les ports de Buenos Aires et Montevideo, chacun sur sa rive. Tel est le chemin suivi par les émigrés européens qui ont choisi cette partie du continent pour « réussir en Amérique », comme on dit à l'époque. C'est dans ces ports également qu'accosteront un certain nombre de visiteurs prestigieux – Enrico Ferri, Gina Lombroso, ou encore Edmond Locard – venus constater de leurs propres yeux les fabuleux progrès accomplis par les grandes cités du bout du monde.

L'ouverture : le voyage à Paris

  • 1  Silvado (João B.), O serviço policial em Paris e Londres,Rio de Janeiro, Imprensa Nacional, 1895. (...)

5Les dernières années du XIXe siècle voient de nombreux officiers de police sud-américains parcourir l'Europe en « mission de recherche » officielle. Les destinations les plus prisées sont Paris et Londres, ce qui ne doit rien au hasard, tant ces missions confiées à l'élite policière sont étroitement liées au périple européen quasiment obligatoire pour la jeunesse dorée de l'Amérique latine de l'époque. Toutefois, dans le journal qu'ils présentent en guise de rapport à la fin de leur mission, nos voyageurs officiels insistent sur le fait que leur voyage transatlantique est motivé par le « besoin pratique » d'explorer l'Europe en quête des dernières innovations policières1.

6C'est ainsi que le bertillonnage se fraie très vite un chemin vers l'Amérique du Sud. Les premiers contacts avec Alphonse Bertillon ont lieu au Congrès international d'anthropologie criminelle de Rome, en 1885. L'Argentine, notamment, se veut à la pointe de l'assimilation des idées de la Scuola positiva de l'anthropologie criminelle – c'est ainsi que sera fondée, dès 1888 à Buenos Aires, sa Société d'anthropologie judiciaire (Sociedad de Antropología Jurídica). Les membres de cette société sont étroitement liés à l'université et au gouvernement.

7Parmi les figures de proue de ce mouvement se trouvent les frères Agustín et Luis María Drago. Ce dernier, avocat pénaliste, est l'auteur du premier traité de criminologie publiée en Amérique latine (Los hombres de presa), traduit en italien avec une préface de Cesare Lombroso. Agustín Drago, médecin légiste, a l'occasion de s'entretenir avec Bertillon lors de son séjour en Europe, fin 1887. À son retour à Buenos Aires, au début de l'année suivante, il se met aussitôt en devoir de persuader les autorités de police d'ouvrir un bureau d'identité judiciaire – et il y parvient.

  • 2  Actes du Deuxième Congrès International d’Anthropologie Criminelle, Biologie et Sociologie (París, (...)

8Lors du second Congrès international d'anthropologie criminelle (Paris, 1889), le représentant argentin présente une proposition demandant l'approbation d'une méthode d'identification fondée sur le système anthropométrique. Dans cette proposition, l'intervenant souligne le besoin de « diffuser [le système] dans le monde », étant donné son bilan très positif, non seulement à Paris mais encore à Buenos Aires et dans certaines villes des États-Unis, dont Chicago. Toutefois, Bertillon lui-même viendra modérer ce propos, soulignant le fait que le gouvernement argentin est alors le seul à avoir adopté officiellement la méthode anthropométrique, puisque ce sont des initiatives privées qui ont permis de l'introduire aux États-Unis2.

9Le rôle pionnier de Buenos Aires en matière de criminologie et de méthodes policières s'explique par une combinaison de facteurs qui ont fait de cette ville un porte-étendard de la modernisation de l'Amérique du Sud.

Buenos Aires, porte-drapeau de la modernisation

10En 1880, Buenos Aires est devenue une cité pleinement autonome, et après plusieurs décennies de luttes intestines, a fini par s'imposer comme capitale indiscutable de la république d'Argentine. La « Génération des années 1880 » – surnom donné à l'élite qui gouvernera le pays jusqu'en 1916 – est plutôt libérale sur le plan politique et économique, mais reste conservatrice en matière sociale. Intellectuels argentins et républicains brésiliens synthétisent leurs projets nationaux respectifs en adoptant la même devise, « Ordre et progrès », inspirée par les idées d'Auguste Comte.

11Buenos Aires représente à la fois un champ d'expérimentation et un immense défi pour le gouvernement. L'État ayant fortement encouragé l'immigration d'origine européenne, le dernier quart du XIXe siècle enregistre une croissance démographique sans précédent, qui fait de la ville le plus grand centre urbain d'Amérique latine et pourrait en faire à terme la deuxième ville du continent après New York.

12En 1880 toujours, la nouvelle capitale argentine dispose de sa propre force, la Police de la Capitale, issue d'une scission avec la Police de la province de Buenos Aires. Symbole de ce changement institutionnel, on inaugure en 1888 un bâtiment tout à fait extravagant pour accueillir le quartier général central, ainsi que le bureau de l'identité judiciaire, avec ses instruments tout neufs en provenance directe de France.

13Comment une puissance secondaire venant à peine d'accéder au statut d'État-nation après une longue période de conflit politique a-t-elle pu jouer un rôle de pionnier dans l'introduction de cette technologie ? Cela s'explique en grande partie par les liens étroits qu'entretiennent alors entre elles les élites dirigeantes, par la circulation internationale des théories scientifiques, et enfin par le développement d'institutions bureaucratiques, avec le projet délibéré de faire de Buenos Aires un modèle pour la région. D'autre part, le nouveau système d'identification arrive à point nommé, dans un contexte de mutations démographiques et urbaines radicales, qui vont s'intensifier après 1880.

Dias (Arthur), Do Rio a Buenos Aires : Episodios e impressões d'uma viagem, Rio de Janeiro, Imprensa Nacional, 1901, p. 100.

14C'est dans la ville de Buenos Aires que l'immigration aura le plus fort impact : en 1869, 40 % des habitants de la ville étaient nés en-dehors du pays ; en 1895, ils sont 52 % ; et en 1914 près de la moitié de la population est composée d'étrangers. Durant cette période, la population de Buenos Aires a explosé, passant de 200 000 à 1, 5 millions d'habitants. Si l'Italie et l'Espagne restent les principaux pourvoyeurs de flux migratoires, la ville devient une métropole cosmopolite où sont parlées presque toutes les langues d'Europe. L'enthousiasme provoqué dans un premier temps par l'afflux de cette main-d'œuvre indispensable commence à céder le pas à l'inquiétude, et c'est avec suspicion que l'on considère les nouveaux venus. Comment identifier les individus dans cette masse d'arrivants aux origines généralement impossibles à établir ?

Le Service anthropométrique

  • 3  “ Orden del día 3 de abril de 1889 ”, Libro de Órdenes del Día 1889, Centro de Estudios Históricos (...)

15C'est donc sans surprise que la suggestion d'Agustín Drago suscite un enthousiasme immédiat. La chose est d'autant moins étonnante que dans la rue, les méthodes policières traditionnelles ont depuis longtemps montré leurs limites, compte tenu des difficultés rencontrées pour former un corps d'officiers de police professionnels suffisamment stable. En 1889, le chef de la police publie une circulaire portant création du Service anthropométrique. Les raisons invoquées sont diverses : croissance démographique, augmentation supposée de la criminalité, besoin de « critères scientifiques » pour identifier les récidivistes afin de permettre aux tribunaux de les sanctionner de manière adéquate, volonté de permettre à l'institution de coller aux « évolutions européennes », succès avéré de l'identité judiciaire parisienne, et enfin tendance des suspects à dissimuler leur véritable identité derrière des données manifestement fausses3.

  • 4 Cf. Ruggiero (Kristin), Modernity in the Flesh. Medicine, Law and Society in Turn-of-the-Century Ar (...)

16En outre, la population concernée par cette méthode d'identification est très étendue, puisqu'elle comprend toutes les personnes arrêtées ou emprisonnées. Le ministre de la Justice est censé autoriser l'identification de la population carcérale déjà jugée et condamnée, et les juges donneront le feu vert à l'identification des prévenus. Ce service pionnier se heurte pourtant très vite à un certain nombre de contraintes. L'autorisation tant attendue qui devait permettre d'identifier la population carcérale dans son ensemble ne viendra jamais, quant aux juges, ils accèdent fréquemment aux plaintes des prévenus qui refusent de se soumettre aux nouvelles pratiques d'identification. Aussi bien les mesures que les photographies anthropométriques sont considérées comme une « atteinte à la réputation » des suspects4.

17La police de la capitale prend ses premières photographies d'identification dès 1880, lorsque le premier studio est ouvert dans les locaux du quartier général de la police en vue de photographier les récidivistes (ladrones conocidos). Peu avant l'inauguration du service d'anthropométrie judiciaire, la police de Buenos Aires demande à Bertillon ses conseils pour améliorer ce processus. À partir de 1889, après l'adoption par les services de police argentins de la photographie anthropométrique standard, de face et de profil, le nombre d'individus photographiés – de toutes classes sociales – augmentera constamment.

Photographies de face et de profil prises au Service anthropométrique le 26 septembre 1889

Photographies de face et de profil prises au Service anthropométrique le 26 septembre 1889

Source : Fichier 5 : Pablo Llanes, de nationalité uruguayenne in Galería de ladrones, 1888-1891, tome I, Buenos Aires, Imprenta y Encuadernación de la Policía de la Capital, 1892.

  • 5  García Ferrari (Mercedes), Ladrones conocidos / Sospechosos reservados. Identificación policial en (...)

18Malgré les critiques, la mise en œuvre du système anthropométrique amènera une croissance significative du nombre d'individus identifiés, y compris en termes de diversité. En 1889, la police dispose dans ses fichiers d'environ 300 photographies de récidivistes, tous urbains et pauvres ; au tournant du siècle, le service d'anthropométrie judiciaire totalise plus de 15 000 fichiers, aussi bien des agents de police que des manouvriers, des marchands, des employés ou des ingénieurs5.

Bertillon ou Vucetich

19Dans les années 1890, le service de police de la province de Buenos Aires introduit lui aussi un certain nombre de changements. Cette province, la plus importante et la plus riche d'Argentine, a dû se réorganiser, la ville de Buenos Aires ayant été placée sous l'autorité directe du gouvernement fédéral. Aux termes de cette réorganisation, le centre administratif de la province a été transféré à La Plata, cité construite tout spécialement à 60 kilomètres au sud de Buenos Aires. La police provinciale y a installé sa direction en 1884, emménageant en même temps que le gouvernement de la province.

20Cette même année débarque en Argentine un jeune homme originaire de l'actuelle Croatie : Juan Vucetich. À La Plata, l'immigrant anonyme trouve une ville jeune, qui ne s'encombre d'aucune tradition, dont le modeste service de police est en cours de réorganisation. Ces circonstances particulières vont lui donner l'occasion de se faire rapidement une situation. En 1889, il est nommé à la tête du service des statistiques. Peu de temps après, on le retrouve à Buenos Aires, où il suit l'enseignement de Drago, qui le forme au bertillonnage. Tandis qu'il prépare la mise en œuvre du système anthropométrique à La Plata, il découvre les travaux de Francis Galton sur la dactyloscopie. En 1891, La Plata ouvre son service d'anthropométrie judiciaire, qui exploite aussi bien la méthode Bertillon que la décadactyloscopie (enregistrement des empreintes des dix doigts).

Vucetich montrant comment mesurer le périmètre crânien d'un suspect

Vucetich montrant comment mesurer le périmètre crânien d'un suspect

Source :Vucetich (Juan), Instrucciones Generales para la Identificación Antropométrica, La Plata, Tipografía de la Escuela de Artes y Oficios de la Provincia, 1893.

  • 6  Lettre d'Alphonse Bertillon à Juan Vucetich, 22 juin 1893, Correspondances France, Italie, Anglete (...)

21En 1893, comme Vucetich s'inquiète du manque de formation de ses officiers, Bertillon lui offre la possibilité de traduire gratuitement son ouvrage Instructions signalétiques, qui vient de paraître. Seule condition : Vucetich doit acheter le tableau des nuances de l’iris humain imprimé à Paris, et Bertillon offre de renoncer à ses droits d'auteur pour compenser le coût d'impression supplémentaire occasionné par l'inclusion de ce tableau dans la traduction en langue espagnole6. Or Vucetich n'a nullement l'intention de traduire l'ouvrage de Bertillon, ayant lui-même publié, quelques mois avant le début de leur correspondance, un manuel de son cru – Instrucciones Generales para la Identificación Antropométrica – basé sur le système Bertillon, de manière à pouvoir former ses officiers et disséminer la nouvelle méthode. Une partie du livre est consacrée à la dactyloscopie.

22Vucetich, très éclectique et relativement irrévérencieux vis-à-vis des théories et pratiques de l'identification développées en Europe, délaisse rapidement les directives du bertillonnage pour créer son propre système : on se contente de certaines données morphologiques assez simples, on relève les marques et cicatrices distinctives, et en fait de mesures anthropométriques, seule la taille de l'individu est prise en compte. En 1896, ce système est officiellement adopté par la police de la province de Buenos Aires.

Description des cicatrices et marques distinctives sur le devant du corps (en haut à gauche) ; Instructions pour la prise d'empreintes digitales (en haut à droite) ; Instructions pour la photographie des suspects (en bas)

Description des cicatrices et marques distinctives sur le devant du corps (en haut à gauche) ; Instructions pour la prise d'empreintes digitales (en haut à droite) ; Instructions pour la photographie des suspects (en bas)

Source : Vucetich (Juan), Instrucciones Generales para el Sistema de Filiación “Provincia de Buenos Aires”, Segunda Edición. La Plata, Talleres Solá, Seré y Comp., 1896.

Du sud au nord

23Dans toute l'Amérique latine, Vucetich fait rapidement autorité en matière d'identification humaine. En Uruguay, la police de Montevideo traverse elle aussi une période marquée par de nombreuses réformes, dont l'instauration d'un service d'identification et d'anthropométrie, situé dans les locaux de la préfecture de police et opérationnel en 1895, en même temps que le service de photographie. Il est officiellement inauguré en 1896, grâce à l'assistance technique de Vucetich. À travers tout le pays, les postes de police sont censés envoyer quotidiennement les détenus pour identification. Les données concernant les policiers sont également enregistrées et conservées avec leurs états de service.

24Malgré les relations étroites qu'entretient Vucetich avec la police uruguayenne, c'est à Montevideo que se développe l'opposition la plus forte à la dactyloscopie dans la région : l'anthropométrie y compte de fervents partisans. Entre 1898 et 1899, le service d'anthropométrie et d'identification commence à opérer sous l'égide de l'administration pénitentiaire. Les mesures anthropométriques ne concernent que la population des condamnés incarcérés ; l'approche est résolument axée sur la médecine légale. Le directeur, Alfredo Giribaldi, est convaincu de la supériorité de l'anthropométrie sur la dactyloscopie, laquelle a pourtant suscité un fort enthousiasme lors du troisième Congrès scientifique latino-américain organisé en 1905 à Rio de Janeiro.

25Cette situation s'explique peut-être par certaines différences non négligeables entre les deux pays voisins, et notamment la persistance de conflits intérieurs en Uruguay jusqu'en 1904, l'immigration et les transformations urbaines ayant eu d'autre part un impact moins important qu'en Argentine. Le pic migratoire s'est produit relativement tôt en Uruguay, dès les années 1860, avec un déclin régulier par la suite. Ainsi, tandis qu'à Buenos Aires la proportion d'étrangers augmentait, elle diminuait à Montevideo. Par conséquent, dans les années 1890, les autorités de police uruguayennes n'étaient pas spécialement préoccupées par la question de l'anonymat croissant de la population urbaine.

26Autre différence notable : la forte centralisation administrative uruguayenne. Toutes les administrations gouvernementales sont concentrées dans la capitale, ainsi que l'essentiel de la population, le système judiciaire et les prisons. Dès lors, le pays peut se contenter d'un service d'identification unique, avec un personnel stable et hautement qualifié. Pour Giribaldi, l'identification n'est pas une question de police, c'est avant tout un problème de médecine légale. À ce titre, l'anthropométrie permet de récolter auprès de la population carcérale des données exploitables en matière de criminologie. Longtemps, les débats feront rage au sein de la Société de médecine de Montevideo, mais finalement, en 1906, la police finira par créer un service de dactyloscopie, sans que l'Uruguay abandonne l'anthropométrie pour autant. En 1912, la méthode était toujours en usage, comme le démontre la création, cette même année, du Registre national des récidivistes, basé sur les mesures anthropométriques des personnes condamnées.

Le Brésil à la traîne

  • 7  Quesada (Ernesto), Comprobación de la reincidencia. Buenos Aires, Imprenta y Casa Editora de Coni (...)

27Plus au nord, les élites brésiliennes débattent du bertillonnage depuis l'avènement de la première république. De nombreux textes attestent de l'existence d'un service anthropométrique à Rio de Janeiro dès 1889, puis en 1893 à Ouro Preto et 1898 à Sao Paulo7. Mais si l'on en croit les archives de la police, le XIXe siècle s'achèvera sans que le système soit réellement appliqué de manière systématique.

28Comment expliquer cette différence avec Buenos Aires ? Si les changements démographiques et les flux migratoires d'origine européenne sont moins spectaculaires qu'en Argentine, ils ne sont pas négligeables pour autant : de 1872 à 1920, la population de la capitale est multipliée par quatre – passant de 274 972 habitants à 1 157 141 – et dans les années 1890, presque un tiers de la population de la ville est d'origine étrangère. Certes, on reste loin du cosmopolitisme de Buenos Aires, mais la vie dans la capitale brésilienne est telle que les risques associés à l'anonymat et à la complexité croissante de ce creuset de population engendrent des craintes très similaires.

29Ainsi, l'échec du bertillonnage au Brésil ne saurait être attribué ni à l'absence d'experts en la matière, ni aux caractéristiques démographiques et urbaines du pays. C'est plutôt le manque de cohésion interne des élites dirigeantes durant la dernière décennie du XIXe siècle qui est en cause. La république brésilienne étant née d'un coup d'État militaire, le pays est déchiré par de profondes querelles entre factions rivales.

  • 8  Article 70 du Règlement intérieur de la police, inColeção das leis da República dos Estados Unidos (...)

30Il faut attendre 1898 pour enregistrer un certain progrès : le nouveau président du Brésil place Joao Silvado à la tête de la police de Rio de Janeiro. Celui-ci impose un nouveau mode de fonctionnement, avec notamment une procédure obligatoire d'identification anthropométrique « selon le système d'Alphonse Bertillon8 ». Malheureusement, cette initiative arrive au mauvais moment, car la méthode de Vucetich a pris de l'avance. Très populaire déjà à Rio de Janeiro, elle va pour ainsi dire tuer le bertillonnage dans l'œuf. En 1903, au moment de la création effective du bureau de l'identification judiciaire, son directeur, Félix Pacheco, contacte Vucetich et entame d'emblée une collaboration étroite avec lui.

Juan Vucetich et Félix Pacheco travaillant ensemble au bureau de l'identification de Rio de Janeiro

Juan Vucetich et Félix Pacheco travaillant ensemble au bureau de l'identification de Rio de Janeiro

Source : Renascença. Revista mensal de letras, sciencias e artes, no 49, Rio de Janeiro, mars 1908, p. 89.

31Cette idée d'un « système policier scientifique, positif et moderne » sera le fil conducteur entre ces timides approches du bertillonnage à la fin du XIXe siècle et le système de Vucetich, qui finira par s'imposer. La propagation de la dactyloscopie au Brésil doit beaucoup à la simplicité de la prise d'empreintes, facile à enseigner aux policiers de base, et peu coûteuse en équipement.

Épilogue : le réseau dactyloscopique

  • 9  Conferencia Internacional de Policía.Convenio celebrado entre las policías de La Plata y Buenos Ai (...)

32L'enthousiasme suscité par la création du service anthropométrique de Buenos Aires s'est très rapidement reporté sur la dactyloscopie. La consolidation des échanges entre les diverses forces de police sud-américaines a beaucoup fait pour populariser la dactyloscopie au fil des rencontres et congrès dans la région, et notamment la première Conférence des polices d'Amérique du Sud, qui s'est tenu à Buenos Aires en 1905. C'est Vucetich qui sera la grande vedette de cette manifestation où se pressent les représentants de l'Argentine, du Chili, du Brésil et de l'Uruguay. La conférence se conclut sur la signature d'un accord de partage des « informations utiles en matière policière », sur la base du système de Vucetich, tout en conservant la composante « photographie judiciaire » du bertillonnage9.

  • 10  Galeano (Diego), “ Inter-Urban Policing Networks. The Rise of South American Police Cooperation, 1 (...)

33Une seconde conférence est organisée à Buenos Aires en 1920 – sans Vucetich, qui a pris sa retraite en 1912. Plus encore que la précédente, cette conférence est axée sur la lutte contre l'anarchie. Les leaders anarchistes sont généralement d'origine européenne : cet aspect sera exploité en les décrivant comme des « bandits itinérants » venus menacer les communautés locales10.

34Les élites conservatrices, à force de se plaindre, finiront par créer un environnement favorable à toute une législation permettant l'expulsion des étrangers « dangereux ». Dans ce contexte, l'échange des fichiers d'identification est considéré comme un enjeu stratégique. Néanmoins, en pratique, les nouveaux protocoles d'échanges ne sont pas toujours suivis, certaines forces de police préférant rester fidèles à l'ancien système dit de « filiation », à quoi s'ajoutent éventuellement des photographies envoyées par courrier.

35L'intensité du conflit entre le bertillonnage et le système de Vucetich, au tournant du siècle, aura éclipsé l'importance du rôle pionnier des bureaux anthropométriques. À ce jour, cette occultation rend très difficile le travail de reconstitution des méthodes en vigueur à l'époque. L'espace accordé à l'anthropométrie dans les documents institutionnels et la littérature policière du moment se réduit comme peau de chagrin jusqu'en 1905, après quoi Giribaldi reste pour ainsi dire le dernier partisan de la méthode. Pour autant, l'importance de l'anthropométrie dans la région ne saurait être sous-estimée, tant elle a contribué au progrès de l'expertise policière. En fait, la plate-forme qu'elle a constituée a permis le développement, tout au long du XXe siècle, d'un réseau très dense d'institutions policières, bien au-delà des capitales de l'Amérique du Sud orientale.

Haut de page

Bibliographie

Caimari (Lila) (dir.), La ley de los profanos. Delito, justicia y cultura en Buenos Aires (1870-1940), Buenos Aires, Fondo de Cultura Económica, 2007.

Galeano (Diego), « Inter-Urban Policing Networks. The Rise of South American Police Cooperation, 1905-1920 » in Congress of the Latin American Studies Association, Toronto, Canada October 6-9, 2010 (consultable en ligne).

García Ferrari (Mercedes), Ladrones conocidos / Sospechosos reservados. Identificación policial en Buenos Aires, 1880-1905, Buenos Aires, Prometeo, 2010.

Mujica Farías (Manuel), La Policía de París, Buenos Aires, Arnold Möen, 1901.

Quesada (Ernesto), Comprobación de la reincidencia, Buenos Aires, Imprenta y Casa Editora de Coni Hermanos, 1901.

Ruggiero (Kristin), Modernity in the Flesh. Medicine, Law and Society in Turn-of-the-Century Argentina, Stanford, Stanford University Press, 2004.

Silvado (João B.), O serviço policial em Paris e Londres, Rio de Janeiro, Imprensa Nacional, 1895.

Vucetich (Juan), Instrucciones Generales para el Sistema de Filiación « Provincia de Buenos Aires », Segunda Edición, La Plata, Talleres Solá, Seré y Comp., 1896.

Vucetich (Juan), Instrucciones Generales para la Identificación Antropométrica, La Plata, Tipografía de la Escuela de Artes y Oficios de la Provincia, 1893.

Haut de page

Notes

1  Silvado (João B.), O serviço policial em Paris e Londres,Rio de Janeiro, Imprensa Nacional, 1895. Mujica Farías (Manuel), La Policía de París, Buenos Aires, Arnold Möen, 1901.

2  Actes du Deuxième Congrès International d’Anthropologie Criminelle, Biologie et Sociologie (París, 1889), p. 379-380.

3  “ Orden del día 3 de abril de 1889 ”, Libro de Órdenes del Día 1889, Centro de Estudios Históricos Policiales Comisario Inspector Francisco L. Romay, Policía Federal Argentina.

4 Cf. Ruggiero (Kristin), Modernity in the Flesh. Medicine, Law and Society in Turn-of-the-Century Argentina, California, Stanford University Press, 2004 ; et García Ferrari (Mercedes), “ Una marca peor que el fuego. Los cocheros de la Ciudad de Buenos Aires y la resistencia al retrato de identificación, ” in Caimari (Lila) (éd.), La ley de los profanos. Delito, justicia y cultura en Buenos Aires (1870-1940), Buenos Aires, Fondo de Cultura Económica, 2007, p. 99-133.

5  García Ferrari (Mercedes), Ladrones conocidos / Sospechosos reservados. Identificación policial en Buenos Aires, 1880-1905, Buenos Aires, Prometeo, 2010, p. 128-144 et p. 187-195.

6  Lettre d'Alphonse Bertillon à Juan Vucetich, 22 juin 1893, Correspondances France, Italie, Angleterre, Australie (Boîte AZ), répertoire France, Fondo de Juan Vucetich, Museo Policial de la Provincia de Buenos Aires, Inspector Mayor Dr. Constantino Vesiroglos.

7  Quesada (Ernesto), Comprobación de la reincidencia. Buenos Aires, Imprenta y Casa Editora de Coni Hermanos, 1901, p. 87-88.

8  Article 70 du Règlement intérieur de la police, inColeção das leis da República dos Estados Unidos do Brasil. Rio de Janeiro, Imprensa Nacional, 1902, p. 453.

9  Conferencia Internacional de Policía.Convenio celebrado entre las policías de La Plata y Buenos Aires (Argentina), de Rio de Janeiro (Brasil), de Santiago de Chile y de Montevideo (R. O. del Uruguay), Buenos Aires, Imprenta y Encuadernación de la Policía de la Capital Federal, 1905.

10  Galeano (Diego), “ Inter-Urban Policing Networks. The Rise of South American Police Cooperation, 1905-1920, ” in Congress of the Latin American Studies Association, Toronto, Canada October 6-9, 2010 (consultable en ligne).

Haut de page

Table des illustrations

Titre « South America » in Americanized Encyclopedia Brittanica, vol. 1, Chicago, 1892 (zones mises en évidence par les auteurs)
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/399/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Dias (Arthur), Do Rio a Buenos Aires : Episodios e impressões d'uma viagem, Rio de Janeiro, Imprensa Nacional, 1901, p. 100.
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/399/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Photographies de face et de profil prises au Service anthropométrique le 26 septembre 1889
Légende Source : Fichier 5 : Pablo Llanes, de nationalité uruguayenne in Galería de ladrones, 1888-1891, tome I, Buenos Aires, Imprenta y Encuadernación de la Policía de la Capital, 1892.
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/399/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Vucetich montrant comment mesurer le périmètre crânien d'un suspect
Légende Source :Vucetich (Juan), Instrucciones Generales para la Identificación Antropométrica, La Plata, Tipografía de la Escuela de Artes y Oficios de la Provincia, 1893.
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/399/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Description des cicatrices et marques distinctives sur le devant du corps (en haut à gauche) ; Instructions pour la prise d'empreintes digitales (en haut à droite) ; Instructions pour la photographie des suspects (en bas)
Légende Source : Vucetich (Juan), Instrucciones Generales para el Sistema de Filiación “Provincia de Buenos Aires”, Segunda Edición. La Plata, Talleres Solá, Seré y Comp., 1896.
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/399/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Juan Vucetich et Félix Pacheco travaillant ensemble au bureau de l'identification de Rio de Janeiro
Légende Source : Renascença. Revista mensal de letras, sciencias e artes, no 49, Rio de Janeiro, mars 1908, p. 89.
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/399/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Diego Galeano et Mercedes García Ferrari, « Le bertillonnage en Amérique du Sud », Criminocorpus [En ligne], Bertillon, bertillonnage et polices d'identification, Articles, mis en ligne le 19 mai 2011, consulté le 30 juillet 2016. URL : http://criminocorpus.revues.org/399

Haut de page

Auteurs

Diego Galeano

Diego Galeano est sociologue et historien, spécialiste de l'histoire urbaine et de l'histoire sociale de la police et de la criminalité.

Mercedes García Ferrari

Mercedes García Ferrari est professeur assistante au département d'Histoire de l'Université Nationale Général Sarmiento (Argentine). Ses recherches portent sur l'histoire de l'identification en Amérique Latine.19 mai 2011

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page