Navigation – Plan du site
Articles

Surveillance des identités et régime colonial en Indochine, 1890-1912

Ilsen About

Entrées d’index

Géographique :

France
Haut de page

Texte intégral

1En août 1905, le journal La Vie illustrée, un important journal illustré de l’époque, présente en couverture une grande enquête consacrée à « La traite des jaunes ». En pleine page, une photographie montre une personne assise sur une étrange chaise au centre d’un dispositif complexe composé d’un appui-tête, d’une manivelle, de tiges métalliques manipulées par un autre individu au premier plan. La légende de l’image indique : « À leur arrivée à Saïgon, les immigrants chinois sont “ bertillonnés ” comme des criminels ».

La Vie illustrée, août 1905

La Vie illustrée, août 1905
  • 1  Axa (Zo d’), De Mazas à Jérusalem, Paris, Chamuel, 1895 ; Dau Melhau (Jan) (éd.), « Zo d’Axa l’End (...)
  • 2  Axa (Zo d’), « L’Amérique hospitalière. Vue de derrière », La Vie illustrée, 28 novembre 1902. (...)

2Ce reportage est signé par Zo d’Axa, pseudonyme de l’anarchiste et libertaire Alphonse Gallaud de la Pérouse (1864-1930), descendant du navigateur. Ancien militaire en Afrique, et déserteur, éditeur de revues littéraire de l’anarchie à Paris, il est poursuivi par la justice, détenu à la prison de Mazas, s’exile en Angleterre en 1892 et voyage en Orient avant de revenir en France où il est emprisonné une nouvelle fois1. Il reprend ses activités d’écrivain engagé, en particulier durant l’Affaire Dreyfus, et décide, en 1902, d’entreprendre un grand voyage autour du monde. Observateur attentif de la répression et opposant des partisans de l’ordre, il rapporte dans ses reportages la vie des opprimés et des laissés-pour-compte comme dans cet article de 1902 où il décrit la sélection imposée aux candidats à l’immigration sur l’île d’Ellis Island à New-York2. C’est donc en témoin attentif des contraintes que rencontrent les migrants que Zo d’Axa rend compte des contrôles exercés par l’administration française en Indochine.

3Il raconte tout d’abord les conditions dans lesquelles se déroule le transport de centaines de milliers d’immigrants chinois, le remorquage dans des chaloupes où ils sont comprimés les uns contre les autres, la vaccination à la chaîne sans que l’aiguille soit désinfectée :

  • 3  Axa (Zo d’), « La traite des jaunes », La Vie illustrée, 25 août 1905.

« De la cale jusqu’au pont d’un des navires frétés pour ce service spécial, des hommes, des femmes, des enfants sont entassés dans une promiscuité repoussante. À peine nourris, rationnés d’eau, croupissant dans l’ordure, ils sont voués à toutes les lèpres3».

4Son récit insiste surtout sur « l’organisation administrative adoptée par le gouvernement » pour soumettre les immigrants à la fois au paiement d’une taxe, dite taxe d’immatriculation, et aux procédures d’identification. Tout en soulignant le rôle négatif de ces méthodes dans la libre circulation d’une main d’œuvre pourtant nécessaire à l’économie, il remarque la transformation des individus en « marchandise humaine », soumise à des procédures réservées aux criminels :

  • 4  Ibid.

« Après les formalités de l’empreinte, c’est au photographe d’opérer : on prend des faces et des profils, on tire épreuve des oreilles ; puis on mesure, on mesure encore, assis, debout, les bras en croix… Tous ces suspects porteront la leur4 ».

  • 5  Cf. Paoli (Louis), « L’anthropométrie en Algérie », Bulletin de la Société générale des prisons, 1 (...)

5L’instauration de services d’identification dans l’empire colonial français reste une question encore très peu étudiée. Les méthodes de l’identité judiciaire développées à Paris par Alphonse Bertillon au début des années 1880 sont appliquées très rapidement dans les différentes colonies de l’empire mais les modalités d’application de ces méthodes et leurs fonctions demeurent encore méconnues. Il semble que ce soit en Tunisie qu’apparaît pour la première fois, hors de métropole, un premier service d’identification judiciaire, en 1890, précédant de quelques années l’apparition de structures similaires au Maroc, en AOF, AEF, Madagascar puis, dans l’entre-deux-guerres, à Lattaquié, en Syrie sous mandat français. En Algérie, Bertillon joue un rôle direct dans la création, au début des années 1890, d’un « service d’identification anthropométrique ». Inauguré à Alger, son activité est par la suite déterminante dans la mise en place des forces de police dans l’ensemble du territoire5. Une première approche sur cette question permet de comprendre les différentes fonctions confiées à ces services : fortifier l’action de la police judiciaire, renforcer l’exécution de la justice, améliorer le système pénitentiaire, moderniser les services administratifs d’état civil. Mais plus généralement, ces services semblent avoir été destinés à accroître les moyens répressifs à l’égard des populations indigènes placées sous l’autorité de l’administration française.

  • 6  Pour une vue très succincte, et datée, des cadres de la police dans les colonies après 1945, cf. L (...)

6En entrouvrant le continent immense des recherches sur les politiques de sécurité développées dans les colonies françaises, l’interaction dynamique entre l’Empire et la métropole sur le plan des méthodes policières surgit immédiatement6. La mise en place à grande échelle de systèmes d’enregistrement et d’identification des catégories les plus fragiles de la société coloniale (employés subalternes au service des colons, vagabonds, criminels, prostitués et migrants) laisse apparaître en outre les éléments d’un projet visant à « pacifier » les territoires coloniaux, occupés parfois au terme de guerre de conquêtes militaires, bien souvent soumis à la menace de révoltes armées ou de rébellions. La surveillance des individus et le renforcement des procédures d’identification semblent avoir permis en outre de stabiliser le régime hiérarchisé de la société coloniale : les catégories déterminées par le droit et les pratiques de segmentation de la population trouveraient ainsi dans une définition précise des identités un instrument particulièrement utile.

7Dans le cas de l’Indochine, l’existence d’un dossier important dans les archives d’Outre-mer relatif aux premières applications de la dactyloscopie et au rôle qu’a joué le service d’identification dans la régulation de l’immigration chinoise a révélé tout l’intérêt de cette question. Dans un contexte particulier qui conjugue à la fois le projet de sécurisation de la colonie et la volonté de renforcer la régulation d’une immigration de masse, l’apport des nouvelles méthodes d’identification est perçu comme une solution globale. Mais les contestations opposées par les migrants eux-mêmes et leurs représentants, dont Zo d’Axa se fait l’écho, posent directement en question la légitimité d’un tel système et conduisent le gouvernement général à le modifier de nombreuses fois entre 1890 et 1912. Ces évolutions traduisent d’un côté l’adaptation progressive d’un système d’identification entièrement original qui vise à améliorer le système judiciaire et à réguler l’immigration, mais aussi à organiser la circulation physique et professionnelle des individus tout en déterminant la perception de taxes spéciales. Cette accumulation de fonctions attribuées à l’identification en Indochine entraîne une mutation inévitable d’un système particulièrement complexe à partir duquel il est possible de souligner le caractère innovant du « laboratoire colonial » en matière d’enregistrement individuel et de contrôle des populations.

La création du service central d’identification à Saïgon

  • 7  Archives Nationales, Centre des Archives d’Outre-Mer (désormais CAOM), Fonds Indochine, dossier 5. (...)
  • 8  Lorin (Amaury), Paul Doumer, gouverneur général de l’Indochine (1897-1902). Le tremplin colonial, (...)
  • 9  Merle (Isabelle), « Retour sur le régime de l’indigénat : genèse et contradictions des principes r (...)

8Au début du mandat de Paul Doumer comme Gouverneur général d’Indochine (1897-1902), un arrêté, daté du 8 octobre 1897, détermine la création d’un service d’identification anthropométrique. Dès sa fondation, celui-ci est rattaché au service de l’immigration7. Futur président de la République, entre 1931 et 1932, Paul Doumer est alors ministre des Finances lorsqu’il est nommé à ce poste en remplacement d’Armand Rousseau8. Envoyé dans une phase difficile de transition, il reçoit pour mission d’achever la pacification du Tonkin, de relever économiquement la colonie française et d’y restaurer l’autorité. S’appuyant sur un renforcement des structures administratives et sur le lancement d’un vaste programme de constructions, en particulier des infrastructures ferroviaires, Doumer entreprend également de rendre plus efficaces les forces de police et de gendarmerie et, plus généralement, le contrôle des populations « indigènes »9.

  • 10  CAOM, Fonds Indochine, dossier 37.963, Lettre du 23 mars 1929, Pottecher au Gouverneur de l’Indoch (...)
  • 11  CAOM, Fonds Indochine, dossier 5.730, Lettre, s.d. [vers 1898], « Demande d’objets de matériel néc (...)
  • 12  Dans les années précédentes, l’anthropométrie était employée en Indochine dans le cadre d’études d (...)

9Dans ce contexte, la création d’un nouveau service d’identification répond à la volonté de réguler l’immigration chinoise qui accompagne la relance économique de la colonie. Initialement, ce service est placé sous les ordres d’un cadre de l’administration française, Victor Joseph Pottecher, qui prend la tête de cette structure entre 1897 et 1903 avec le titre de chef du service de l’immigration et de l’identification10. Il est alors chargé d’effectuer lui-même la formation des fonctionnaires placés à son service et assure l’acheminement du matériel nécessaire à son instauration. Depuis Paris, Bertillon contribue personnellement à l’établissement des listes et à la vérification des instruments, règles, toiles cirées graduées et compas, commandés en 26 exemplaires, des appareils photographiques et d’une chaise de pose11. Ce matériel est en tous points identique à celui employé à la Préfecture de police et témoigne du rôle majeur joué par le service de Bertillon dans l’exportation des nouvelles méthodes d’identification en Indochine. Un « appareil photographique de campagne » et un autre « matériel complet de mensuration dans sa boîte » s’ajoutent à l’inventaire, indiquant la vocation du service à effectuer des relevés d’identification en dehors des locaux de police12.

  • 13  CAOM, Fonds Indochine, dossier 5.730, Note du 15 décembre 1897.

10Ce service se destine en premier lieu à l’identification des condamnés, prévenus et détenus en vue de reconnaître les récidivistes. Suivant l’arrêté qui précise ses missions, le champ d’application du service s’étend aux « engagés indigènes ou autres asiatiques au service des Européens, mais seulement sur la demande des patrons ou engagistes ». Ces dernières catégories comprennent également les tirailleurs annamites au service du Gouvernement général et, en réalité, tout indigène travaillant au service de l’administration. Le pouvoir colonial imposait donc désormais aux personnes placées sous son autorité de se soumettre à une identification judiciaire. Dès sa mise en fonction, le service établit ainsi avant la fin de l’année 1897 toutes les photographies des « boys », des prisonniers et des tirailleurs retraités engageant une campagne étendue d’enregistrement individuel des personnes13.

  • 14  CAOM, Fonds Indochine, dossier 5.687, Rapport au Gouverneur général, 5 octobre 1897, « Homologatio (...)

11Initialement, ce service avait vocation à intervenir dans un domaine bien plus élargi. En effet, il devait être en charge « de la mensuration et de l’établissement des collections de tous les signalements d’Asiatiques étrangers résidant sur le territoire de la Colonie ». Toutefois, l’administration, « convaincue des difficultés à astreindre à la mensuration anthropométrique les asiatiques immigrants », fut obligée d’y renoncer quelques jours avant la prise de l’arrêté14. En 1929, Pottecher explique en d’autres termes les problèmes posés alors par la création du service :

  • 15  CAOM, Fonds Indochine, dossier 37.963, Lettre du 23 mars 1929, Pottecher au Gouverneur de l’Indoch (...)

« En principe, le conseil colonial avait décidé d’appliquer l’anthropométrie indifféremment aux immigrants et à l’Identité judiciaire. Mais en présence des conséquences qu’allait avoir une identification certaine des asiatiques étrangers, des intérêts très divers se liguèrent pour y faire obstacle. C’est pourquoi le “ Bertillonnage ” fut déclaré attentatoire à la dignité humaine15 ».

12Ce témoignage, qui permet de mettre en évidence les contestations accompagnant le développement de l’identification judiciaire en Indochine, est tout à fait précieux. Il atteste en effet des tensions entre les autorités françaises et les organisations chinoises représentant les nombreux immigrants qui travaillaient en Indochine.

L’immigration chinoise en Cochinchine

  • 16  L’Indochine regroupait trois provinces : au Nord, le Tonkin (capitale Hanoï), au centre, l’Annam ( (...)
  • 17  CAOM, Fonds Indochine, dossier 39.836, Note sur la réglementation de l’immigration chinoise en Coc (...)
  • 18 Munholland (J. Kim), « “ Collaboration Strategy ” and the French Pacification of Tonkin, 1885-1897  (...)

13L’immigration chinoise en Indochine, et dans la région de Saïgon en particulier – la Cochinchine – est un phénomène permanent de l’histoire du XIXe siècle16. Suspendue durant la période de conquête, entre 1858 et 1885, elle reprit avec les développements de la vie commerciale durant la période coloniale17. La fin de la guerre entre la France et la Chine, entre 1881 et 1885, pour la maîtrise du Tonkin, fut suivie de l’arrivée de plusieurs vagues d’immigrants qui se succèdent jusqu’au début du XXe siècle18. Dès les années 1860, dans les territoires pacifiés, le pouvoir colonial tente d’imposer des moyens destinés à réguler cet afflux de population afin d’exercer un contrôle sur sa répartition dans les différents secteurs de l’économie. L’évolution de cette législation permet d’expliquer à la fois le durcissement réglementaire intervenu en 1897 et l’origine des résistances survenues en opposition à la généralisation des empreintes digitales.

  • 19  CAOM, Fonds Indochine, 39.836, Note sur la réglementation de l’immigration chinoise en Cochinchine (...)

14En 1862, tous les résidents asiatiques de la Cochinchine, sans distinction, se voient imposer un permis de séjour renouvelable chaque année et payant qui permet le prélèvement d’un impôt de capitation imposé à tous les migrants et, progressivement, à tous les travailleurs indigènes. Le prélèvement systématique de cette taxe, dont la valeur augmente régulièrement, devient dès lors l’une des préoccupations majeures des autorités. En 1863, afin d’individualiser la taxation imposée aux migrants, l’usage de registres spéciaux se répand et, l’année suivante, les Chinois sont soumis à une demande d’autorisation de séjour. Cette mesure est notamment destinée à « suivre les mouvements de ces immigrants » chinois qui se rendent à Saïgon19. Dans le même temps, des mesures spéciales sont prises afin d’assurer l’exercice d’une surveillance et d’une police spécifique des populations chinoises, en particulier dans les quartiers où ils résident. Un « inspecteur des affaires chinoises » est alors en charge de cette police spéciale.

  • 20  CAOM, Fonds Indochine, dossier 39.836, Arrêté et circulaire du 3 décembre 1874, « Instruction sur (...)

15Entre les années 1860 et 1870, des congrégations et des corporations d’ouvriers s’établissent progressivement, assurent le dialogue avec la puissance coloniale et prennent en charge le débarquement des immigrants. À partir de 1871, la mise en place d’une législation fiscale plus sévère entraîne l’organisation d’un recensement général de la population chinoise et sa division en trois catégories : les notables – propriétaires et commerçants –, les inscrits – autres patentés et propriétaires – et les ouvriers, coolies et serviteurs. Les premiers sont soumis au port d’une carte-passeport et les autres à celui d’un livret-carte, dont le coût varie selon les catégories auxquelles ils appartiennent. En 1874, la création d’un bureau d’immigration fixe de nouvelles mesures de police générale et engage un durcissement des mesures de contrôle. Ainsi, les livrets jusqu’alors délivrés aux vagabonds qui leur permettaient de se soustraire à l’impôt sont supprimés et remplacés par des cartes d’entrée et des cartes de séjour. Dans le même temps, de nouveaux registres matricules enregistrent tous les immigrants qui obtiennent en retour un numéro inscrit sur des cartes individuelles de signalement imposées par les autorités20.

  • 21  CAOM, Fonds Indochine, dossier 39.836, Arrêté du 23 janvier 1885.

16Par la suite, les réglementations adoptées accentuent la rigueur des formes de contrôle et traduisent le souci renouvelé de l’administration d’opérer une surveillance toujours plus stricte de l’immigration chinoise. En 1876, un nouveau texte organique assouplit la taxation en exemptant les Chinois de la 3e catégorie durant la première année de leur séjour mais impose un laissez-passer pour la circulation intérieure. Afin d’exercer un contrôle étroit de la mobilité des immigrants, cette mesure renforce ainsi l’association entre la carte et son numéro de série d’une part et le lieu de résidence d’autre part. L’impératif visant à stabiliser cette population en mouvement se manifeste régulièrement dans la période suivante et se trouve répété dans l’unification de tous les textes précédents qui intervient en 188521.

  • 22  CAOM, Fonds Indochine, dossier 39.833, Arrêté du 27 février 1899.

17En 1890, face à l’afflux croissant des immigrants chinois, les mesures de surveillance sont encore renforcées. En cas d’infraction, la responsabilité des congrégations est engagée et les dispositions pénales aggravées : des peines d’emprisonnement supérieures à 15 jours et des amendes pouvant aller jusqu’à 1 000 francs sanctionnent toute infraction à la législation sur l’immigration. Un corps de fonctionnaires spécialisés est institué quelques années plus tard sous la forme d’une « escouade de police détachée au service de l’immigration » qui vérifie spécialement l’application de la réglementation et exerce les contrôles d’identité dans les zones urbaines et rurales22. En 1897, alors que le service d’immigration s’adjoint le service d’identification, une division des immigrants en six nouvelles catégories, suivant leurs richesses et leur statut, impose une nouvelle immatriculation des Chinois et entraîne le quasi doublement des taxes sur l’immigration. Organisé par les agents de cette police spécialisée, un vaste recensement est entrepris sur l’ensemble du territoire de la Cochinchine.

  • 23  CAOM, Fonds Indochine, dossier 5.687, Lettre du 23 avril 1897 de M. Vidal ; Lettre du 10 mai 1897, (...)

18Si les Asiatiques immigrants en Indochine font l’objet de mesures particulières d’identification dès les années 1860, le principe d’une identification des indigènes dans leur ensemble se diffuse simultanément. Peu avant la création du service anthropométrique, un arrêté du 5 novembre 1896 matérialise cette évolution en obligeant tous les indigènes engagés par des colons à se munir d’une carte spéciale tenant lieu de carte de séjour ou d’identité. Conçue en accord avec le Comité du syndicat des planteurs, celle-ci contenait un signalement et une photographie et portait l’indication de la résidence et le nom du patron pour lequel ils travaillaient. En six mois, quelque 1 800 cartes sont ainsi mises en circulation. L’usage de ce document n’est pourtant pas immédiat comme en témoigne une lettre adressée le 23 avril 1897 à l’administration par un dénommé Vidal qui, responsable d’une exploitation agricole, émet « le vœu tendant à régulariser les rapports entre le colon et l’indigène au point de vue surtout de l’exploitation du sol et de sa mise en culture23 ». Dans cette lettre, il met en cause les difficultés à « fixer » les travailleurs indigènes, accusés d’inconstance, voire de malhonnêteté à l’égard des colons :

  • 24  Ibid.

 « L’indigène est enclin par tempérament ou par habitude à rompre les engagements qu’il a contractés et pour lesquels il a reçu des sommes plus ou moins considérables selon la durée ou l’importance du rôle qu’il doit remplir. Certain qu’il pourra toujours prendre la fuite et se retirer sur un autre point de la colonie, il laisse l’agriculteur sans moyens d’exploiter ses terres ou même de cueillir ses récoltes et va rechercher ailleurs un nouvel engagement qu’il rompra de la même façon et avec la même certitude d’impunité24 ».

  • 25  Ibid.

19Pour ces raisons, l’auteur de cette lettre réclame la mise en place d’une carte individuelle de séjour permettant de surveiller les déplacements des indigènes d’un village à un autre et de pallier les difficultés du contrôle individuel des travailleurs. Il suggère ainsi de prendre un arrêté « imposant à chaque Annamite la possession d’une carte, que ces Annamites ne puissent changer, dans aucun village, ni ville, sans autorisation des autorités, avec certificat qui lui sera délivré avec les noms de son père, mère, et le sien avec son âge, de cette façon, il ne pourra changer de nom, et les recherches nous viendront plus faciles, sans cela ils nous quittent quand ils veulent nous laissant leurs cartes, et vont dans une ville ou village, demandent une carte de séjours, en donnant les noms qu’ils leur plaisent25 ».

20Ce témoignage est particulièrement révélateur des raisons expliquant l’institution d’un système individuel de contrôle des travailleurs indigènes et montre aussi, de l’intérieur, le fonctionnement du régime d’exploitation de cette population. L’ambition des exploitants est de contraindre chaque travailleur à se mettre à leur service et d’empêcher la libre circulation, considérée comme une entrave à la bonne marche du travail agricole. Cette lettre permet aussi de mettre en lumière la lente diffusion des mesures d’identification sur le territoire de la colonie puisque à la date de son envoi, une mesure contraint déjà en théorie tous les travailleurs à se munir du document proposé. D’autre part, les difficultés que pose la reconnaissance des individus et l’impossibilité de procéder à des vérifications solides d’identité auprès d’un service central indiquent le besoin qu’ont les administrateurs de recourir à de nouvelles technologies d’identification. C’est dans un tel contexte que la carte d’identité imposée aux Annamites, à la fin de 1896, est conçue pour comprendre sur l’un de ses volets une empreinte digitale particulière, celle des trois phalanges de l’index droit, appelée diêm-chi, tandis que l’identification anthropométrique et dactyloscopique des immigrants chinois est introduite en Indochine, non sans susciter une vive opposition.

Systèmes dactyloscopiques et administrations coloniales

  • 26  CAOM, Fonds Indochine, dossier 5.729, Lettre du 27 juillet 1898, de A. Rolland, Président de la Ch (...)

21Dès l’introduction des relevés anthropométriques destinés à l’identification des immigrants chinois, un puissant mouvement de contestation se manifeste. Les critiques, qui se répètent tout au long de l’année 1897, émanent essentiellement des congrégations. Celles-ci refusent de voir appliquer aux migrants chinois en général, et aux notables en particulier, une pratique jusqu’alors réservée aux suspects et aux criminels. Les protestations qui parviennent au gouvernement général et les manifestations d’hostilité qui, très vraisemblablement, entravent le fonctionnement du service, conduisent les autorités à renoncer au relevé intégral des mesures du corps. En signe d’apaisement, seules deux d’entre-elles, la taille du sujet et celle du buste, sont conservées. Cette modification remet en cause la nature même du classement anthropométrique des fiches, lequel est fondé sur la prise en compte de nombreuses mesures corporelles. Elle entraîne la nomination, à l’été 1898, d’une commission chargée d’examiner les conditions visant à améliorer le système existant26.

  • 27  CAOM, Fonds Indochine, dossier 39.836, Note sur la réglementation de l’immigration chinoise en Coc (...)

22Les travaux de cette commission aboutissent à l’établissement de « rôles numériques » et de « rôles nominatifs » destinés à contrôler la résidence et la perception de l’impôt. À partir de 1899, un fichier centralisé est constitué à Saïgon et réunit tous les renseignements concernant les travailleurs chinois. Le contrôle de l’immigration est alors placé sous la surveillance d’un « personnel de contrôle », composé d’« identificateurs auxiliaires » dépendants du service de l’immigration et de l’identification, qui est chargé « de la surveillance et du contrôle des immigrants » dans les villes de Saïgon, et en particulier de son quartier chinois, Cholon27.

23La nature du système de classement demeure toutefois problématique. Inspirée par plusieurs modèles préexistants, Pottecher élabore en effet un nouveau système fondé sur une étude approfondie des empreintes digitales :

  • 28  CAOM, Fonds Indochine, dossier 37.963, Lettre du 23 mars 1929, Pottecher au gouverneur de l’Indoch (...)

 « C’est alors que, d’après certaines remarques que j’avais faites sur les empreintes digitales, tant à la Préfecture de police qu’au Bengal (Système Francis Galton), je fus amené à diriger mes recherches dans un sens tout à fait nouveau, pour trouver un mode de classification rapide, sûr et exempt de toute mensuration autre que celle de la toise, usitée dans tous les pays du monde. C’est dans ces conditions, après de longs mois de travail à la loupe sur des milliers d’empreintes, que j’ai créé le système qui fonctionne toujours dans la colonie, après plus de trente années d’existence28 ».

24Ce témoignage, rédigé en 1929, rend compte des conditions d’urgence qui contraignent Pottecher à élaborer lui-même un système dactyloscopique répondant aux exigences propres du service qu’il dirige. Il fait notamment allusion à l’expérience accumulée les années précédentes dans les Indes anglaises voisines, et en particulier au Bengale (province qui recouvre aujourd’hui le Bangladesh et une partie de l’Inde) dont la mention est loin d’être fortuite. Enfin, comme l’indique un rapport en 1908, l’adoption de la dactyloscopie en Indochine repose aussi sur l’observation d’un usage de cette méthode par les Chinois eux-mêmes :

  • 29  CAOM, Fonds Indochine, dossier 4.162, Pottecher, « Projet d’innovation ».

 « Il est facile d’en obtenir des empreintes très nettes avec l’encre d’imprimerie et il a été d’autant plus facile de faire accepter cette formalité des Chinois qu’ils usent eux-mêmes de ce procédé pour confirmer leur signature, dans des actes importants, par l’apposition de l’empreinte d’un ou de plusieurs de leurs doigts29 ».

25Cette annotation rappelle directement les conditions dans lesquelles les premiers relevés d’empreintes furent réalisés par des administrateurs britanniques. Par un glissement singulier de pratiques qui transfère un mode d’identification civile, utilisé à la fois en Chine et en Inde, la dactyloscopie s’impose, en effet, dès les années 1870 comme une des nouvelles méthodes policières d’enregistrement et de contrôle des individus dans les Indes anglaises.

  • 30  Stigler (Stephen M.), « Galton and Identification by Fingerprints », Genetics, 140, 1995, p. 857-8 (...)
  • 31  Srivatsan (R.), « Native Noses and Nationalist Zoos: Debates in Colonial and Early Nationalist Ant (...)
  • 32  Risley (Herbert Hope), The Tribes and Castes of Bengal, Calcutta, The Bengal Secretariat Press, 18 (...)

26Le modèle britannique d’un usage extensif de la dactyloscopie dans ce but est désormais mieux connu. L’étude de Chandak Sengoopta a par exemple montré que les empreintes digitales constituèrent l’un des outils administratifs performants employés par la Grande-Bretagne pour gouverner ses immenses possessions indiennes30. Peu préparé à l’administration et au maintien de l’ordre d’un tel territoire, les autorités britanniques s’appuyèrent principalement sur la formation d’administrateurs spécialisés et sur une connaissance géographique des terres afin de mettre en marche la colonisation. La révolte des Cipayes (Sepoy Mutiny) en 1857 suscita l’inquiétude des colons et apparaît comme le point de départ des politiques successives de contrôle. Parallèlement, l’administration coloniale britannique recourt, dans la deuxième moitié du XIXe siècle, à de nombreuses enquêtes anthropologiques destinées à mieux appréhender les populations et à légitimer scientifiquement une pratique de domination en démontrant la singularité raciale des peuples indiens. La division en castes de la société indienne devait justifier ainsi une définition raciale des communautés et autoriser l’usage des techniques alors courantes de description des corps31. C’est dans ce contexte que paraît, en 1892, une vaste enquête sur le Bengale entièrement fondée sur l’anthropométrie32. La possibilité d’individualiser les modes de surveillance paraissait cependant peu envisageable à travers un système de mensurations jugé trop complexe. Mais la nécessité de personnaliser avec exactitude l’action judiciaire constituait un impératif si important qu’il contribua à la recherche de nouveaux procédés.

  • 33  Parmi les nombreux travaux publiés à l’époque, manuels ou traités, on peut citer : Galton (Francis (...)
  • 34  Locard (Edmond), Traité de criminalistique, vol. 4, Les Preuves de l’identité, Lyon, Joannès Desvi (...)

27Au cours des années 1870, un administrateur civil, William James Herschel (1833-1917), expérimente l’identification dactyloscopique auprès du tribunal criminel d’un district de Calcutta. À la même époque, Henry Faulds (1843-1930), fonctionnaire britannique envoyé au Bengale en 1872, puis auprès d’une concession britannique au Japon en 1874, collecte durant ses voyages des milliers d’empreintes qu’il retranscrit suivant une technique personnelle. En prenant modèle sur l’usage courant en Inde, en Chine et au Japon, des signatures digitales sur les documents écrits, officiels ou non, l’intérêt pour les dessins digitaux gagne peu à peu la Grande-Bretagne, en particulier par l’intermédiaire de Charles Darwin qui transmet une lettre de Faulds à son cousin, Francis Galton. Herschell, Faulds, Galton, ainsi qu’Edward Richard Henry (1850-1931), lui aussi fonctionnaire civil en Inde, élaborent, dans les années 1890, les premières études scientifiques consacrées aux empreintes digitales33. Henry, nommé Inspecteur général de la police du Bengale en 1891, favorise l’introduction du système anthropométrique qui est appliqué à tous les prévenus de la province à partir de 1893. Il met aussi au point un premier code de classification dactyloscopique en 1897. Cette même année, un décret impose l’emploi des empreintes digitales dans toutes les Indes anglaises34. Rapidement, la dactyloscopie est employée à des fins d’identification civile : fonctionnaires indigènes, militaires et migrants sont ainsi concernés. Au début du XXe siècle, la méthode est ensuite utilisée par les services judiciaires en Grande-Bretagne suivant les principes et les pratiques expérimentés aux Indes.

  • 35  À l’appui de sa démonstration, le chef du service d’immigration et de l’identification en Indochin (...)
  • 36  Cole (Simon A.), Suspect Identities. A History of Fingerprinting and Criminal Identification, Camb (...)
  • 37  Locard (Edmond), Traité de criminalistique, vol. 1, Les Empreintes et les traces dans l’enquête cr (...)

28Il faut insister sur la rapide diffusion, durant les années 1890, des méthodes d’identification dans la majorité des colonies indiennes sous occupation britannique. L’introduction de la dactyloscopie en Indochine prend ainsi la valeur d’un exemple supplémentaire des multiples « laboratoires coloniaux de l’identification » où sont expérimentées non seulement l’application massive des méthodes à de vastes segments de la population mais aussi leur généralisation à des catégories qui ne ressortent pas du champ judiciaire. Sous l’influence britannique, en Afrique du Sud, en Égypte, à Singapour, l’anthropométrie puis la dactyloscopie sont ainsi employées, dès la fin du XIXe siècle, par les services judiciaires et les services d’immigration35. Cette expérience coloniale de la dactyloscopie renvoie par ailleurs à une circulation remarquable des technologies d’identification. Le déplacement des savoirs policiers en matière de contrôle des populations et de surveillance des individus emprunte une multiplicité d’itinéraires, des métropoles vers les colonies et inversement, mais aussi entre les différents empires coloniaux qui voient des pratiques et des méthodes circuler d’un territoire à un autre. Les espaces coloniaux font tout particulièrement apparaître la compétition à laquelle se livrent les experts en identification pour faire connaître et imposer les différents systèmes qu’ils inventent successivement36. Comme le remarque Edmond Locard dans les années 1930, le « système entièrement original » adopté en Indochine tient une place singulière dans cette compétition mondiale et révèle aussi le rôle méconnu des colonies françaises dans le développement des techniques coloniales d’identification37.

  • 38  Ibid., p. 295-304. Locard évoque également le rapport manuscrit d’un certain Philip, Rapport du se (...)

29Inspiré par l’expérience britannique, Pottecher met au point à la fois un code dactyloscopique et un mode de classement originaux. Son procédé repose sur la décomposition des empreintes en huit formes fondamentales désignées par des abréviations38. L’application du système fut cependant relativement complexe en raison du mode de classement adopté et des nombreuses difficultés d’ordre pratique qu’elle fît naître. Le manque de formation des employés est par exemple à l’origine de la confection de nombreuses fiches erronées qui encombrent le fichier à ses débuts. Afin d’améliorer le relevé des empreintes, leur saisie et le classement des fiches, un apprentissage spécial est délivré aux employés du service et des pénalités sont introduites : une amende de 50 centimes, prélevée sur le salaire des agents, est ainsi imposée pour chaque erreur commise.

  • 39  About (Ilsen), « Les fondations d’un système national d’identification policière en France (1893-1 (...)
  • 40  Locard (Edmond), Traité de criminalistique, vol. 4, Les preuves de l’identité, Lyon, Joannès Desvi (...)

30L’augmentation rapide du volume du fichier entraîne dans le même temps une réorganisation des espaces et des principes d’administration du service. Pottecher procède à l’installation de nouveaux meubles, casiers et cabriolets répartis dans une salle plus adaptée. Suivant les principes proposés par Bertillon, des améliorations sont également apportées dans la gestion même des fiches39. Un jeu de couleurs est ainsi adopté pour distinguer les catégories auxquelles chaque individu doit être rattaché : fiches vertes pour les enfants, jaunes pour une minorité chinoise particulière, etc. En 1904, le fichier contient 200 000 fiches, dont 120 000 d’Asiatiques étrangers. Treize ans plus tard, un rapport établit leur nombre à 700 000 : 400 000 fiches du service d’immigration et 300 000 du service d’identité judiciaire. Cet accroissement notable traduit l’importance de l’investissement de l’administration coloniale dans cette entreprise40.

Contrôle, identification et contestations

  • 41  AN, CAOM, Fonds Indochine, dossier 5.729, Courrier du 17 août 1903, Chefs des congrégations au Gou (...)

31Le système dactyloscopique installé en Indochine provoque, dans les années 1900, de nouvelles protestations qui prennent pour cible l’usage des empreintes digitales et, plus généralement, l’ensemble du dispositif d’identification appliqué aux migrants41. En effet, le déroulement des opérations d’enregistrement et d’identification multiplie aux yeux des congrégations chinoises les atteintes à la dignité des personnes.

  • 42  AN, CAOM, Fonds Indochine, dossier 5.729, Chef du service de l’immigration et de l’identification (...)
  • 43  « Des coolies annamites entourent les immigrants, s’emparent presque de force de leurs colis pour (...)

32Les immigrants chinois arrivaient généralement par bateaux. Ils étaient tout d’abord examinés à bord par un service sanitaire42. Lorsque l’autorisation était donnée, des chaloupes couvertes équipées par les congrégations les transportaient jusqu’à un magasin où étaient entreposés les bagages dans l’attente du contrôle des douanes. Afin d’éviter les vols observés lors des arrivées, l’administration avait décidé la construction, en 1899, d’un vaste hangar, appelé Xom-Chiêu. Le dépôt des effets personnels donnait lieu au paiement d’une taxe par les migrants eux-mêmes et chacun d’entre eux recevait un ticket portant le numéro d’un des nombreux casiers installés dans le magasin. Ces opérations ne se déroulaient pas sans heurts avec les Annamites employés par les autorités françaises43.

33À la suite de ces débordements et de nombreuses plaintes déposées, le service procède à une séparation physique entre les employés annamites et les Chinois. Après le dépôt de leurs affaires personnelles, les migrants embarquaient sous escorte dans de nouvelles chaloupes puis ils étaient transportés vers un débarcadère où se trouvaient les bureaux du service de l’immigration et de l’identification. Soumis à un bref examen médical, ils étaient ensuite vaccinés, puis identifiés : la prise des empreintes digitales des deux mains, de mesures corporelles comme la taille du sujet et celle du buste était réservée aux hommes de plus de 15 ans. Ils étaient également soumis au relevé de l’empreinte des plis internes des phalanges de l’index de la main gauche. Enfin, un relevé précis des traits du visage et le relevé des marques particulières complétaient le signalement individuel. Les femmes et les enfants de plus de 7 ans subissaient, quant à eux, une procédure allégée. En 1903, l’ensemble de ces relevés est dénoncé vigoureusement par les congrégations qui insistent sur leur caractère infamant, en particulier à l’égard des femmes :

  • 44  Ibid.

 « Les soussignés vous prient, M. le Gouverneur Général, de donner des ordres pour que les immigrants soient traités comme des hommes et non comme des chiens ou des porcs par le chef et les agents de l’Immigration et pour que les femmes immigrantes et les enfants ne soient pas soumis à la formalité de la mensuration. Il ne saurait vous échapper ce qu’il y a de blessant pour la pudeur des femmes et des jeunes filles à être palpées sur différentes parties du corps par plusieurs personnes sous le prétexte de rechercher les marques ou signes propres à établir leur identité44 ».

  • 45  Ibid.

34Dans les documents transmis aux congrégations, les autorités françaises refusent initialement de considérer les procédures d’identification comme attentatoires à la dignité et elles minimisent les violences exercées sur les migrants. Les représentants chinois évoquent cependant les brutalités répétées : « Pendant le trajet ou pendant les opérations de mensuration, il est bien rare que l’immigrant ne reçoive quelques horions ou n’essuie quelques injures des agents du Service45 ». Le même courrier évoque un cas, qui ne semble pas isolé, du chef d’une congrégation « battu et grièvement blessé » par Pottecher lui-même et insiste sur « le régime de crainte et de terreur imposé aux congrégations par le chef du service de l’immigration ».

  • 46  Ibid. Le rapport se réfère à un arrêté du 20 décembre 1902.

35L’identification à proprement parler constituait l’élément central de la procédure d’enregistrement et de surveillance des individus placés sous l’autorité de ce service. À la suite des vérifications d’identité, chaque migrant recevait un bulletin individuel et signalétique, créé en 1901, comportant ses empreintes et un « numéro distinct tiré d’une série unique pour toute la colonie ». Cette immatriculation était reportée sur les trois autres bulletins individuels destinés au service central. Une carte photographique, introduite en 1902, vint ensuite compléter le dispositif. Elle se destinait initialement aux émigrés des trois premières catégories, les plus fortunées, afin de leur permettre de débarquer seuls sur présentation d’un permis de débarquement46. Après 1903, cette carte fut généralisée à tous les migrants en remplacement du bulletin de signalement « dont la lecture demande un certain temps », explique le directeur du service d’identification en 1908. La possession de cette carte personnelle répondait à l’obligation imposée à tous les migrants de présenter à toute réquisition des agents de la force publique une preuve d’identité.

36Assistés par de nombreux employés annamites, les agents du service pouvaient immatriculer entre 500 à 600 individus en moyenne par jour et parfois même jusqu’à 1 200. Un bilan chiffré des hommes immatriculés pour les années 1898-1903 donne une idée de l’accroissement presque constant de l’immigration chinoise dans la seule Cochinchine et de l’activité croissante du service d’identification.

Nombre des immigrants chinois (hommes de plus de 15 ans) entrés en Cochinchine entre 1898 et 1903

Nombre des immigrants chinois (hommes de plus de 15 ans) entrés en Cochinchine entre 1898 et 1903

AN, CAOM, Fonds Indochine, dossier 5.729, rapport du 23 novembre 1903, F. Marty (Chef du service de l’immigration et de l’identification), « Réponse à une pétition formulée par des notables chinois de Cholon », 17 p.

37Cet afflux considérable et quotidien implique rapidement une pratique mécanique d’enregistrement qui fait peu de cas des différences sociales entre les migrants et génère des protestations répétées de la part des plus aisés d’entre eux. C’est pour cette raison que l’administration coloniale tend à remettre en cause le principe d’une identification systématique afin de préserver l’équilibre fragile des relations tissées avec les congrégations :

  • 47  Sur le déroulement des procédures d’identification, cf. CAOM, Fonds Indochine, dossier 5.729, Chef (...)

« La prise du signalement en présence de la foule pressée des immigrants a paru (…) froisser quelques notables chinois : on leur a donné immédiatement satisfaction en aménageant à leur intention, dans un local du service séparé, un salon où ils se rendent directement et dans lequel les formalités administratives sont remplies avec toute la discrétion qu’ils peuvent désirer47 ».

38Pour tous les autres, l’identification de masse demeure cependant la règle. Elle est légitimée par la nécessité d’individualiser le contrôle d’une immigration sur laquelle l’administration tente d’exercer son emprise :

  • 48  Ibid.

 « Il est à remarquer en effet qu’aucun des asiatiques étrangers qui mettent le pied pour la première fois en Cochinchine n’est porteur d’un document écrit quelconque permettant d’établir avec précision son individualité, son origine, ses antécédents, etc… Il débarque le plus souvent sans autre bagage que les vêtements qu’il a sur lui. Il est donc de nécessité absolue de lui créer de toutes pièces une identité bien déterminée et assez précieuse pour qu’elle ne puisse prêter à confusion48 ».

  • 49  Ibid.

39Le besoin de procéder à un enregistrement individuel des migrants répond aussi à l’enjeu financier immense que représente cette immigration. Après avoir retiré aux congrégations le pouvoir d’immatriculer et de percevoir des taxes qui leur étaient concédées autrefois, la taxation individuelle, à l’arrivée puis chaque année, permettait la perception de sommes considérables. En 1908, un rapport évalue à 1 349 400 francs la somme perçue durant l’année précédente, issue à 90 % de l’impôt d’immatriculation49. Alors que cette perception est contestée par les autorités chinoises, comme le montre la teneur d’un courrier parvenu à l’ambassade de Chine en France en 1903, son organisation fait l’objet d’intenses tractations avec les congrégations. Mais le service d’immigration conserve le monopole de cette perception et il met tout en œuvre pour remplir une fonction qui s’avère extrêmement rentable pour l’administration, engagée alors dans de vastes projets de défrichement et de construction. Grâce à une stricte organisation bureaucratique du service, jusqu’à 1 800 cartes par jour et près de 1 900 procédures quotidiennes de renouvellement sont réalisées. Si les effets négatifs de l’identification de masse et les contestations apparaissent au grand jour, le gouvernement général de la colonie n’entend donc aucunement changer le système mis en place :

  • 50  CAOM, Fonds Indochine, dossier 5.729, Courrier du 11 décembre 1903, Secrétariat général du Gouvern (...)

 « En ce qui concerne certaines vexations signalées (…), elles résultent d’abus individuels et la police locale doit seule intervenir pour les réprimer, sans qu’il soit nécessaire de rien modifier à l’organisation même du service de l’immigration, du moins jusqu’à nouvel ordre50 ».

40Rapidement, la situation bascule cependant au début de 1904. Suite aux violences répétées et à la fronde qui gagne la communauté chinoise, les autorités de la colonie décident d’intervenir. Pottecher est mis à pied et remplacé par l’un de ses collaborateurs, Marty, dont la nomination permet d’obtenir la bienveillance temporaire des congrégations. Néanmoins, la pression reste constante et les représentants de la communauté chinoise exigent l’abandon du système dactyloscopique d’enregistrement. En quelques années, le service d’identification va donc considérablement alléger le protocole employé depuis 1898.

  • 51  CAOM, Fonds Indochine, dossier 5.729, Rapport au gouverneur général du 30 mai 1904, « Au sujet du (...)

41Le mouvement qui s’amorce comprend une réduction des relevés corporels et l’essor des moyens d’identification à distance constitués par des cartes d’identité mises progressivement en circulation. Dès 1903, les mesures du corps, l’empreinte de l’index et le portrait parlé sont écartés et seuls sont maintenus les relevés des empreintes digitales et des marques particulières. En 1904, les Asiatiques étrangers qui quittent la Cochinchine par voie de mer doivent obtenir un passeport ou un certificat de départ pour être autorisés à embarquer afin d’obliger le paiement d’une taxe pour tout départ de la colonie51. L’année suivante, une « carte d’identité spéciale sans photographie » d’un format réduit est délivrée aux chefs et sous-chefs des congrégations. Mais l’inquiétude demeure de voir apparaître une équivalence de traitement entre les indigènes annamites et les immigrants chinois. L’identification apparaît alors, aux yeux des administrateurs coloniaux, comme un instrument de régulation de la société coloniale qui garantit des hiérarchies fixées et entretenues par l’autorité :

  • 52  Sur le déroulement des procédures d’identification, cf. CAOM, Fonds Indochine, dossier 5.729, Chef (...)

 « […] nous devons […], si nous voulons rester les maîtres paisibles de ce pays, tout en accueillant dans la mesure du possible les revendications des Chinois, ne rien faire qui soit de nature à les placer dans une situation prépondérantes à l’égard des Annamites, car ce serait humilier profondément ces derniers […]52 ».

42Le risque de voir compromettre l’autorité de la puissance colonisatrice et la sécurité du pays conduisent à accepter certains arguments avancés depuis 1897. Un décret du 11 octobre 1904 permet ainsi au Conseil du gouvernement de prononcer des peines d’interdiction de séjour, de résidence forcée ou d’internement pour une durée maximale de dix ans à l’encontre de toute personne coupable de fait d’insurrection. Quelques années plus tard, un rapport du service porte un regard rétrospectif sur les critiques faites à l’organisation de l’identification et tente d’expliquer les échecs de son fonctionnement qui sont désormais pris au sérieux :

  • 53  CAOM, Fonds Indochine, dossier 5.729, Étude sur le fonctionnement du service de l’immigration…, op (...)

 « […] la cause primordiale des critiques qui ont éclaté contre le service de l’immigration lors de sa réorganisation a été le rattachement à ce service de celui de l’identification judiciaire. On en a conclu que l’on voulait mensurer les Chinois comme des criminels et tout le mal est venu de là. Cette combinaison a peut-être paru nécessaire au début, pour former le personnel technique chargé de procéder avec rapidité, méthode et précision à la prise d’un signalement et à un classement rationnel de ces signalements ; mais aujourd’hui il n’en est plus de même ; le service de l’immigration peut fonctionner seul et il gagnerait à se séparer de son parasite compromettant qui, de son côté, rendrait encore plus de services qu’il n’en rend s’il devenait indochinois et s’il était rattaché au service pénitentiaire53 ».

  • 54  CAOM, Fonds Indochine, dossier 39.833, Télégramme du 7 mars 1906, Gouvernement général à Gouverneu (...)
  • 55  CAOM, Fonds Indochine, dossier 5.730, Arrêté du 9 mars 1906 qui abroge officiellement le Service d (...)
  • 56  CAOM, Fonds Indochine, dossier 5.729, Télégramme du 15 février 1907, Gouvernement général à Gouver (...)
  • 57  CAOM, Fonds Indochine, dossier 5.730, Arrêté du 24 décembre 1906.

43Ces propositions furent adoptées en partie, donnant un sens nouveau à la politique d’identification menée par l’administration coloniale. En 1906, le gouvernement général convoque une nouvelle commission qui se réunit à de nombreuses reprises pour élaborer une réglementation nettement plus libérale54. En octobre de la même année, un arrêté décide ainsi le démantèlement du service et, en décembre, un nouveau service de l’identité en Cochinchine est créé55. Par ailleurs, le service de l’immigration de la Cochinchine, dirigé alors par M. Le Bret, demeure actif pour les villes de Saïgon et Cholon. Celui-ci est chargé d’appliquer un contrôle des migrants et la surveillance des asiatiques étrangers, en théorie « avec l’assistance des congrégations » réorganisées en fonction des pays d’origine et placées sous la direction de chefs et sous-chefs. Ces derniers dépendaient des autorités qui leur permettaient de prendre en charge la perception de l’impôt et d’assurer une « police des congrégations » fondée sur la tenue des registres nominatifs. Un « personnel de contrôle » composé pour partie d’agents européens, indigènes et chinois assurait en outre la délivrance des laissez-passer provisoires délivrés pour une durée de 30 jours au-delà desquels il devait être remplacé par un permis de séjour : « Identification judiciaire ou mensuration constituent un service à part et ne concerne que les criminels », mentionne l’ordre de création de la commission de révision56. Les transformations les plus importantes sont celles relatives à l’abandon de toute mesure corporelle d’identification et à la diminution notable des pénalités prévues en cas d’infraction. Ces mesures qui concernent les immigrants chinois, activement défendues par les congrégations, coïncident avec l’extension de mesures d’identification sévères mises en œuvre à l’encontre de tous « les ouvriers et boys asiatiques » auxquels on applique le relevé du signalement et des mensurations anthropométriques57. L’administration semble donc concéder d’un côté un assouplissement des mesures d’identification à destination des migrants mais elle maintient et renforce d’un autre côté le contrôle des communautés asiatiques, chinoises et indigènes qui travaillent au service des occidentaux.

  • 58  CAOM, Fonds Indochine, dossier 5729, Arrêté du 16 août 1907.
  • 59  Cf. en particulier Recueil des textes concernant le titre d’identité en Indochine, mise à jour au (...)

44Suivant un nouveau rapport, la mise en œuvre de ces nouvelles dispositions ne permet cependant pas d’imposer un contrôle effectif sur les migrants et de nombreux individus semblent échapper à tout enregistrement, compromettant ainsi le recouvrement des taxes. L’affrontement entre les autorités coloniales et les congrégations au sujet de la surveillance des migrants oppose donc d’une part la nécessité de préserver l’ordre social et d’autre part la difficile mise en pratique d’une surveillance individuelle des indigènes en général, et des asiatiques étrangers en particulier. C’est pourquoi le recours à un document d’identité portatif s’impose finalement comme solution : cet outil permet d’assurer un enregistrement individuel peu contraignant et de généraliser les pratiques de contrôle dans le temps et l’espace. Ainsi en 1907, un arrêté prévoit la mise en circulation d’une nouvelle carte d’identité58. Celle-ci comporte l’état civil, un numéro d’immatriculation, la congrégation à laquelle l’individu est inscrit, une signature, une photographie et un timbre mobile indiquant le paiement annuel de l’impôt personnel. Cette « carte photographique d’identité » devient alors le pivot des procédures de surveillance en Indochine59.

  • 60  CAOM, Fonds Indochine, dossier 39.828, Note du 12 décembre 1911, Chef du bureau politique du cabin (...)
  • 61  CAOM, Fonds Indochine, dossier 39.828, Lettre du 10 avril 1912 ; Lettre du 24 juillet 1912, Chambr (...)
  • 62  CAOM, Fonds Indochine, dossier 39.828, Lettre du 29 mai 1912, Gouverneur de la Cochinchine à gouve (...)

45Dans un mouvement de balancier, l’abandon apparent des mesures corporelles d’identification à l’arrivée des migrants s’accompagne de la mise en circulation de cartes photographiques, parfois munies de signalements et d’empreintes lorsqu’elles concernent telle ou telle catégorie professionnelle ou sociale. L’administration coloniale n’abandonne donc jamais complètement l’instrument extrêmement utile constitué par les nouvelles méthodes d’identification des personnes dans la mise en œuvre d’une surveillance de la population indigène ou chinoise. Par la suite, la volonté de restaurer des moyens plus radicaux se manifeste régulièrement. Suivant un arrêté du 23 janvier 1912, le bulletin individuel avec empreintes digitales pour les asiatiques étrangers de la 4e et 5e catégorie est ainsi rétabli. De plus, les photographies destinées aux cartes d’identité sont soumises à un renouvellement plus fréquent. Comme le souligne une note émanant du Chef du bureau politique du cabinet du Gouverneur général, ce rétablissement concerne alors ces « catégories d’asiatiques généralement sans ressources et qu’il convient de surveiller spécialement60 ». Cette mesure suscite immédiatement une pétition initiée par les corporations et de la chambre de commerce chinoise de Cholon qui évoquent « un système inquisitorial et humiliant », « l’humiliation d’être estampillés » et fustigent l’extension d’un « traitement réservé aux criminels61 ». Les autorités françaises rejettent à nouveau ces accusations, dénonçant selon les termes employés « une source imaginaire de vexations et d’humiliations62 ». Les impératifs de « sécurité publique et d’ordre administratif », la nécessité d’un « contrôle efficace de l’immigration chinoise, sans cesse croissante » légitiment alors le rétablissement des empreintes digitales à des fins d’identification pour les immigrants chinois. Pour justifier sa décision, le gouverneur de la Cochinchine insiste à nouveau sur l’usage des empreintes non seulement dans certains passeports délivrés par la diplomatie française, à Hong Kong notamment, mais aussi dans la signature des correspondances échangées par les Chinois.

  • 63  Cf. About (Ilsen) et Denis (Vincent), Histoire de l’identification des personnes, Paris, La Découv (...)
  • 64 Cf. McKeown (Adam), Melancholy Order. Asian Migration and the Globalization of Borders, New York, C (...)

46À la veille de la Première Guerre mondiale, les principaux éléments d’un système généralisé de contrôle de la population sont mis en place. L’introduction des méthodes d’identification en Indochine reflète une expérience inédite au regard de l’histoire contemporaine de l’identification des personnes63. Suivant le modèle des services similaires apparus en Europe à la même période, le bureau chargé de l’immigration et de l’identification témoigne de la place accordée par les hautes autorités à une question – l’attribution certaine d’une identité civile et judiciaire – qui détermine désormais la mise en œuvre des politiques de sécurité. Le rôle d’un expert, Pottecher, le développement de technologies spécifiques à travers la dactyloscopie, les transformations de nature administrative apportées à l’édifice bureaucratique qui gère les fichiers et la mémoire policière des individus traduisent une importation réussie d’un dispositif scientifique, administratif et policier élaboré à la même période dans la plupart des grandes métropoles européennes. Mais ce transfert d’un savoir policier en Indochine ne se limite pas à un simple déplacement : il traduit les conditions dans lesquelles des méthodes prévues pour mieux identifier les récidivistes sont étendues à des populations désignées par leur statut au sein de la société coloniale. Les migrants chinois sont ainsi visés par la généralisation de ces mesures en raison de leur position au bas de l’échelle sociale : à la fois étrangers et migrants, soupçonnés de dissimuler leur identité et de contourner les lois qui administrent l’exploitation économique de la colonie, redoutés pour leur cohésion apparente, cette population place l’administration coloniale aux limites de sa capacité à réguler la circulation et l’orientation professionnelle de vastes populations placées sous son autorité. Les mesures qui leur sont appliquées peuvent ainsi être inscrites parmi les procédures visant à renforcer le contrôle individuel et collectif des migrants asiatiques en Asie et en Amérique64. Dans le contexte de l’Indochine, les tensions qui surgissent entre les congrégations et le Gouvernement général traduisent les difficultés rencontrées dans la généralisation des méthodes d’identification mais elles doivent être relativisées.

47L’humiliation vécue par les individus durant les procédures d’enregistrement, les brimades qui les accompagnent et l’épreuve physique et symbolique qu’elles représentent manifestent la perception de ces mesures par les individus eux-mêmes et en même temps le sens qui leur attribué par les autorités. Durant la période étudiée, l’administration française s’efforce d’atténuer cette épreuve pour les migrants et répond aux critiques pour apaiser les sources de conflits. Mais les fonctionnaires ne renoncent en rien aux principes qui déterminent l’application des mesures étendues d’identification et ils poursuivent leur généralisation. Les nécessités administratives, le souci de certifier l’identité de chacun et de s’opposer aux pratiques criminelles sont avancés comme les justifications essentielles de cette entreprise. Mais l’identification des personnes semble tenir un autre rôle. Cet ensemble de techniques et de pratiques policières s’impose en effet comme une épreuve qui doit permettre de consigner les traces de l’identité avec le plus de rigueur possible et doit marquer le passage d’un seuil : dans le contexte colonial, ce seuil semble devenir un lieu emblématique de marquage des corps et des esprits destiné à imprimer la réalité du régime hiérarchique de la société coloniale.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

About (Ilsen) et Denis (Vincent), Histoire de l’identification des personnes, Paris, La Découverte, 2010.

Cole (A. Simon), Suspect Identities. A History of Fingerprinting and Criminal Identification, Cambridge, Harvard University Press, 2001.

Le Cour Grandmaison (Olivier), De l’indigénat. Anatomie d’un “ monstre ” juridique : le droit colonial en Algérie et dans l’Empire français, Paris, Zone, 2010.

Lorin (Amaury), Paul Doumer, gouverneur général de l’Indochine (1897-1902). Le tremplin colonial, Paris, L’Harmattan, 2004.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Merle (Isabelle), « Retour sur le régime de l’indigénat : genèse et contradictions des principes répressifs dans l’Empire francais », French Politics Culture and society, 20, 2, 2002, p. 77-97.
DOI : 10.3167/153763702782369803

McKeown (Adam), Melancholy Order. Asian Migration and the Globalization of Borders, New York, Columbia University Press, 2008.

Saada (Emmanuelle), « Citoyens et sujets de l’Empire français. Les usages du droit en situation coloniale », Genèses, 53, 2003, p. 4-24.

Sengoopta (Chandak), Imprint of the Raj. How Fingerprinting was born in Colonial India, London, Pan Books, 2007.

Haut de page

Notes

1  Axa (Zo d’), De Mazas à Jérusalem, Paris, Chamuel, 1895 ; Dau Melhau (Jan) (éd.), « Zo d’Axa l’Endehors », Plein Chant, 81-82, 2006.

2  Axa (Zo d’), « L’Amérique hospitalière. Vue de derrière », La Vie illustrée, 28 novembre 1902.

3  Axa (Zo d’), « La traite des jaunes », La Vie illustrée, 25 août 1905.

4  Ibid.

5  Cf. Paoli (Louis), « L’anthropométrie en Algérie », Bulletin de la Société générale des prisons, 1898, p. 1251-1257 ; Var (Jean), « Service anthropométrique à Alger », Journal des commissaires de police, 1905, p. 272-278.

6  Pour une vue très succincte, et datée, des cadres de la police dans les colonies après 1945, cf. Le Clère (Maurice), La police métropolitaine et d’Outre-mer. Organisation, attribution, recrutement, statuts, Paris, Charles Lavauzelle, 1951.

7  Archives Nationales, Centre des Archives d’Outre-Mer (désormais CAOM), Fonds Indochine, dossier 5.687, Arrêté du 8 octobre 1897, Gouvernement général de l’Indochine.

8  Lorin (Amaury), Paul Doumer, gouverneur général de l’Indochine (1897-1902). Le tremplin colonial, Paris, L’Harmattan, 2004 ; Laffaey (John F.), « Lyonnais Imperialism in the Far East 1900-1938 », Modern Asian Studies, 10, 2, 1976, p. 225-248.

9  Merle (Isabelle), « Retour sur le régime de l’indigénat : genèse et contradictions des principes répressifs dans l’Empire francais », French Politics Culture and society, 20, 2, 2002, p. 77-97 ; Saada (Emmanuelle), « Citoyens et sujets de l’Empire français. Les usages du droit en situation coloniale », Genèses, 53, 2003, p. 4-24 ; Le Cour Grandmaison (Olivier), « L’exception et la règle : sur le droit colonial français », Diogène, 212, 2005, p. 42-64 ; Le Cour Grandmaison (Olivier), De l’indigénat. Anatomie d’un “monstre” juridique : le droit colonial en Algérie et dans l’Empire français, Paris, Zone, 2010.

10  CAOM, Fonds Indochine, dossier 37.963, Lettre du 23 mars 1929, Pottecher au Gouverneur de l’Indochine.

11  CAOM, Fonds Indochine, dossier 5.730, Lettre, s.d. [vers 1898], « Demande d’objets de matériel nécessaires au service de l’identification anthropométrique ».

12  Dans les années précédentes, l’anthropométrie était employée en Indochine dans le cadre d’études de nature anthropologique, mais l’influence de ces pratiques sur le développement des méthodes policières d’identification n’est pas avérée ; Cf. CAOM, Fonds Indochine, dossier 12.048, Lettre du 27 novembre 1885, « Envoi d’une lettre de M. Mourel, médecin principal ».

13  CAOM, Fonds Indochine, dossier 5.730, Note du 15 décembre 1897.

14  CAOM, Fonds Indochine, dossier 5.687, Rapport au Gouverneur général, 5 octobre 1897, « Homologation d’un arrêté portant création d’un service d’identification anthropométrique ».

15  CAOM, Fonds Indochine, dossier 37.963, Lettre du 23 mars 1929, Pottecher au Gouverneur de l’Indochine.

16  L’Indochine regroupait trois provinces : au Nord, le Tonkin (capitale Hanoï), au centre, l’Annam (capitale Hué) et au Sud la Cochinchine (capitale Saïgon).

17  CAOM, Fonds Indochine, dossier 39.836, Note sur la réglementation de l’immigration chinoise en Cochinchine, s.d. [avant 1914], 15 p.

18 Munholland (J. Kim), « “ Collaboration Strategy ” and the French Pacification of Tonkin, 1885-1897 », The Historical Journal, 24, 3, 1981, p. 629-650.

19  CAOM, Fonds Indochine, 39.836, Note sur la réglementation de l’immigration chinoise en Cochinchine, s.d., (avant 1914), 15 p.

20  CAOM, Fonds Indochine, dossier 39.836, Arrêté et circulaire du 3 décembre 1874, « Instruction sur l’immigration ».

21  CAOM, Fonds Indochine, dossier 39.836, Arrêté du 23 janvier 1885.

22  CAOM, Fonds Indochine, dossier 39.833, Arrêté du 27 février 1899.

23  CAOM, Fonds Indochine, dossier 5.687, Lettre du 23 avril 1897 de M. Vidal ; Lettre du 10 mai 1897, Lieutenant gouverneur à Gouverneur général, « au sujet d’une demande de M. Vidal planteur ».

24  Ibid.

25  Ibid.

26  CAOM, Fonds Indochine, dossier 5.729, Lettre du 27 juillet 1898, de A. Rolland, Président de la Chambre de commerce, au Gouverneur de la Cochinchine ; Arrêté du 19 juillet 1898.

27  CAOM, Fonds Indochine, dossier 39.836, Note sur la réglementation de l’immigration chinoise en Cochinchine, s.d., (avant 1914), 15 p.

28  CAOM, Fonds Indochine, dossier 37.963, Lettre du 23 mars 1929, Pottecher au gouverneur de l’Indochine.

29  CAOM, Fonds Indochine, dossier 4.162, Pottecher, « Projet d’innovation ».

30  Stigler (Stephen M.), « Galton and Identification by Fingerprints », Genetics, 140, 1995, p. 857-860 ; Cole (Simon), « What Counts for Identity? The Historical Origins of the Methodology of Latent Fingerprint Identification », Science in Context, 12, 1999, p. 139-172 ; Singha (Radhika), « Settle, Mobilise and Verify: Identification Practices in Colonial India », Studies in History, 16, 2000, p. 151-198 ; Cole (Simon A.), « History of Fingerprint Pattern Recognition », in Bolle (Ruud), Ratha (Nalini) (dir.), Automatic Fingerprint Recognition Systems, New York, Springer, 2004, p. 1-25 ; Sengoopta (Chandak), Imprint of the Raj. How fingerprinting was born in colonial India, Londres, Pan Books, 2003 ; Kaur (Jasjeet), Sodhi (G.S.), « The Forgotten Indian Pioneers of Fingerprint Science », Current Science, 88, 1, 2005, p. 185-191.

31  Srivatsan (R.), « Native Noses and Nationalist Zoos: Debates in Colonial and Early Nationalist Anthropology of Castes and Tribes », Economic and Political Weekly, 40, 19, 1995, p. 1986-1998.

32  Risley (Herbert Hope), The Tribes and Castes of Bengal, Calcutta, The Bengal Secretariat Press, 1891-1892.

33  Parmi les nombreux travaux publiés à l’époque, manuels ou traités, on peut citer : Galton (Francis), Finger Prints, London, Macmillan and Co, 1892 ; Henry (Edward R.), Classification and Uses of Finger Prints, London, George Routledge and Sons, 1900 ; Faulds (Henry), Guide to Finger-Print Identification, Hanley, 1905 ; Herschel (William J.), The Origin of Finger-Printing, Oxford, Humphrey Milford / Oxford University Press, 1916 ; Henry (Edward Richard), Classification and Uses of Finger Prints, London, George Routledge and Sons, 1900 ; Faulds (Henry), Dactylography or the Study of Finger-Prints, Halifax, Milner & Company, 1912.

34  Locard (Edmond), Traité de criminalistique, vol. 4, Les Preuves de l’identité, Lyon, Joannès Desvigne, 1932, p. 725-726.

35  À l’appui de sa démonstration, le chef du service d’immigration et de l’identification en Indochine cite, en 1908, l’utilisation des empreintes digitales au Transvaal, en Afrique du Sud pour l’identification des coolies chinois. Cf. AN, CAOM, Fonds Indochine, dossier 5.729, Chef du service de l’immigration et de l’identification judiciaire en Cochinchine, Étude sur le fonctionnement du service de l’immigration et sur le régime auquel sont soumis les asiatiques étrangers en Cochinchine, 18 janvier 1908, 41 p.

36  Cole (Simon A.), Suspect Identities. A History of Fingerprinting and Criminal Identification, Cambridge, Mass, Harvard University Press, 2001.

37  Locard (Edmond), Traité de criminalistique, vol. 1, Les Empreintes et les traces dans l’enquête criminelle, Lyon, Joannès Desvigne, 1931, p. 26.

38  Ibid., p. 295-304. Locard évoque également le rapport manuscrit d’un certain Philip, Rapport du service de l’immigration et de l’identité, Gouvernement de la Cochinchine, Avril 1917. Cf. aussi Yvert (Albert), L'Identification par les empreintes digitales palmaires. La dactyloscopie, Lyon, A. Storck, 1904. La méthode Pottecher attribue à chacune des neuf formes fondamentales déterminées une abréviation : stratification droite – sd ; stratification gauche – sg ; stratification intermédiaire – si ; tourne à droite – td ; tourne à gauche – tg ; concentrique – c ; vortex droit – vd ; vortex gauche – vg.

39  About (Ilsen), « Les fondations d’un système national d’identification policière en France (1893-1914). Anthropométrie, signalements et fichiers », Genèses, 54, 2004, p. 28-52.

40  Locard (Edmond), Traité de criminalistique, vol. 4, Les preuves de l’identité, Lyon, Joannès Desvigne, 1932, p. 661-776.

41  AN, CAOM, Fonds Indochine, dossier 5.729, Courrier du 17 août 1903, Chefs des congrégations au Gouverneur général, 12 p. ; Rapport du 23 novembre 1903, F. Marty (Chef du service de l’immigration et de l’identification), « Réponse à une pétition formulée par des notables chinois de Cholon », 17 p.

42  AN, CAOM, Fonds Indochine, dossier 5.729, Chef du service de l’immigration et de l’identification judiciaire en Cochinchine, Étude sur le fonctionnement du service de l’immigration et sur le régime auquel sont soumis les asiatiques étrangers en Cochinchine, 18 janvier 1908, 41 p.

43  « Des coolies annamites entourent les immigrants, s’emparent presque de force de leurs colis pour les transporter à terre et exigent ensuite un salaire exagéré. Des discussions, des rixes éclatent, les agents annamites de l’immigration frappent les immigrants qui finissent par payer », AN, CAOM, Fonds Indochine, dossier 5.729, Rapport du 23 novembre 1903, F. Marty (Chef du service de l’immigration et de l’identification), « Réponse à une pétition formulée par des notables chinois de Cholon », 17 p.

44  Ibid.

45  Ibid.

46  Ibid. Le rapport se réfère à un arrêté du 20 décembre 1902.

47  Sur le déroulement des procédures d’identification, cf. CAOM, Fonds Indochine, dossier 5.729, Chef du service de l’immigration et de l’identification judiciaire en Cochinchine), Étude sur le fonctionnement du service de l’immigration et sur le régime auquel sont soumis les asiatiques étrangers en Cochinchine, 18 janvier 1908, 41 p.

48  Ibid.

49  Ibid.

50  CAOM, Fonds Indochine, dossier 5.729, Courrier du 11 décembre 1903, Secrétariat général du Gouvernement général.

51  CAOM, Fonds Indochine, dossier 5.729, Rapport au gouverneur général du 30 mai 1904, « Au sujet du contrôle du départ des Asiatiques immigrés en Cochinchine » ; CAOM, Fonds Indochine, dossier 39.833, arrêté du 26 juillet 1904, arrêté du 26 juillet 1904.

52  Sur le déroulement des procédures d’identification, cf. CAOM, Fonds Indochine, dossier 5.729, Chef du service de l’immigration et de l’identification judiciaire en Cochinchine), Étude sur le fonctionnement du service de l’immigration et sur le régime auquel sont soumis les asiatiques étrangers en Cochinchine, 18 janvier 1908, 41 p.

53  CAOM, Fonds Indochine, dossier 5.729, Étude sur le fonctionnement du service de l’immigration…, op. cit.

54  CAOM, Fonds Indochine, dossier 39.833, Télégramme du 7 mars 1906, Gouvernement général à Gouverneur général de Saigon ; CAOM, Fonds Indochine, dossier 5.729, Télégramme du 15 février 1907 Gouvernement général à Gouverneur général à Banpong. La commission se compose d’un administrateur colonial, du chef du service de l’immigration, d’un inspecteur des douanes et de deux notables chinois désignés par les congrégations de Cholon.

55  CAOM, Fonds Indochine, dossier 5.730, Arrêté du 9 mars 1906 qui abroge officiellement le Service de l’immigration et de l’identification ; CAOM, Fonds Indochine, dossier 2.483, Arrêté du 16 octobre 1906, « réglementant le personnel européen et asiatique du service de l’immigration en Cochinchine ».

56  CAOM, Fonds Indochine, dossier 5.729, Télégramme du 15 février 1907, Gouvernement général à Gouverneur général à Banpong.

57  CAOM, Fonds Indochine, dossier 5.730, Arrêté du 24 décembre 1906.

58  CAOM, Fonds Indochine, dossier 5729, Arrêté du 16 août 1907.

59  Cf. en particulier Recueil des textes concernant le titre d’identité en Indochine, mise à jour au 1er novembre 1935 pour le Cambodge, Indochine française, Protectorat du Cambodge, Service de la Sûreté, Phnom-Penh, Imprimerie Albert Portail, 1935, 45 p. ; Obrecht (J.), Le Problème de l’identification et l’organisation des services d’identité en Indochine, Hanoi, Imprimerie d’Extrême-Orient, 1942, 51 p.

60  CAOM, Fonds Indochine, dossier 39.828, Note du 12 décembre 1911, Chef du bureau politique du cabinet du Gouverneur général.

61  CAOM, Fonds Indochine, dossier 39.828, Lettre du 10 avril 1912 ; Lettre du 24 juillet 1912, Chambre de commerce chinoise de Cholon.

62  CAOM, Fonds Indochine, dossier 39.828, Lettre du 29 mai 1912, Gouverneur de la Cochinchine à gouverneur de l’Indochine, « au sujet de l’arrêté du 23 janvier 1912 ».

63  Cf. About (Ilsen) et Denis (Vincent), Histoire de l’identification des personnes, Paris, La Découverte, 2010.

64 Cf. McKeown (Adam), Melancholy Order. Asian Migration and the Globalization of Borders, New York, Columbia University Press, 2008.

Haut de page

Table des illustrations

Titre La Vie illustrée, août 1905
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/417/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Nombre des immigrants chinois (hommes de plus de 15 ans) entrés en Cochinchine entre 1898 et 1903
Légende AN, CAOM, Fonds Indochine, dossier 5.729, rapport du 23 novembre 1903, F. Marty (Chef du service de l’immigration et de l’identification), « Réponse à une pétition formulée par des notables chinois de Cholon », 17 p.
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/417/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ilsen About, « Surveillance des identités et régime colonial en Indochine, 1890-1912 », Criminocorpus [En ligne], Bertillon, bertillonnage et polices d'identification, Articles, mis en ligne le 23 mai 2011, consulté le 24 avril 2014. URL : http://criminocorpus.revues.org/417 ; DOI : 10.4000/criminocorpus.417

Haut de page

Auteur

Ilsen About

Ilsen About est enseignant-chercheur à l’Université de Provence et affilié au laboratoire IRIS de l’EHESS.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page