Navigation – Plan du site

Jean-Marc Berlière et René Lévy, Histoire des polices en France. De l’Ancien régime à nos jours

Paris, Nouveau Monde éd., 2011, 767 p.
Laurent López
Référence(s) :

Jean-Marc Berlière et René Lévy, Histoire des polices en France. De l’Ancien régime à nos jours, Paris, Nouveau Monde éd., 2011, 767 p.

Texte intégral

  • 1  Berlière (Jean-Marc), Le monde des polices en France, XIXe-XXe siècles, Bruxelles, Complexe, coll. (...)
  • 2  Berlière (Jean-Marc) et Lévy René (dir.), Le témoin, le sociologue et l'historien : Quand des poli (...)

1Ceux qui auront découvert l’histoire de la police et des policiers avec l’ouvrage de l’historien dijonnais Jean-Marc Berlière, publié en 19961, verront dans ce livre une suite trop longtemps attendue et un approfondissement désormais indispensable, enrichi des apports de la sociologie, représentée par René Lévy. La collaboration des deux scientifiques illustre la fécondité, pour ne pas écrire la nécessité, du croisement de l’archive et du témoignage comme ces complices anciens de la chose policière l’avaient déjà démontré par leurs livres en commun2 ou le séminaire co-animé avec Dominique Monjardet dans les années 1990. La journée d’hommage à Jean-Claude Farcy – cité par l’ouvrage pour ses travaux sur la gendarmerie ou ceux plus conséquents sur la justice et ses personnels –, qui s’est déroulée le 21 juin 2011 à la Sorbonne, fut l’illustration de ces belles affinités électives entre historiens, sociologues et politistes autour des questions de police, de justice ou de déviances.

2Si Le monde des polices publié en 1996 participait au défrichement d’une historiographie bourgeonnante dont Jean-Marc Berlière était alors le pépiniériste éclairé et éclaireur, cette Histoire des polices en France surgit aujourd’hui dans une forêt aussi luxuriante que diverse, dont l’auteur souligne les essences les plus remarquables. Depuis une vingtaine d’années, les productions universitaires touchant aux forces de l’ordre et à leurs agents se sont en effet multipliées. Les dynamismes respectifs du Centre d’études sociologique sur le Droit et les institutions pénales (Cesdip, Université Saint-Quentin-en-Yvelines) – travaillant sur les problématiques des déviances, de la justice et des forces de l’ordre – et celui du Centre d’histoire du XIXe siècle (Universités Paris I et Paris IV) – dont certains chercheurs oeuvrent à retracer, sous la conduite de Jean-Noël Luc, l’histoire de la gendarmerie – sont, à cet égard, exemplaires.

3Les chapitres déjà présents dans l’édition de 1996 ont été réécrits pour être considérablement enrichis à l’aune des travaux produits depuis. Le format éditorial aura probablement conduit à ne pas reprendre en notes de bas de page la conséquente bibliographie de fin d’ouvrage. D’autres parties sont, en revanche, totalement neuves, en liaison avec l’actualité politique de la question. Car depuis une dizaine d’années, les réformes des polices se multiplient, « réformes » dont certaines sont d’ailleurs plus des retours vers le passé – les futurs historiens diront s’il s’agit de régressions – que des innovations – les mêmes estimeront si celles-ci constituent des progrès. Les chapitres sur « la condition professionnelle » des policiers – mot à décliner également au féminin depuis 1935 – et celui sur le syndicalisme policiers se complètent avec justesse. Le chapitre 8 rappelle avec à propos que la nouvelle vigueur actuelle des polices municipales françaises tend à recréer les difficultés prévalant jusqu’à l’étatisation de l’appareil policier français. On a, en effet, oublié que la police nationale n’existait pas sous la Troisième République. Qu’un président de la République se prétendant l’héritier du gaullisme mette à mal l’épithète « nationale » accolée à la police en 1966 n’est pas le moindre des paradoxes de la période récente.

4Quelques regrets sont toutefois à exprimer. L’absence d’iconographie est d’autant plus visible que la question des représentations est très longuement développée. De même, les rares reproductions d’organigrammes sont de taille trop réduite pour être lisibles ; certaines sont floues. Au titre des regrets, on peut s’étonner que les rapports entre gendarmes et policiers soient toujours dépeints sous l’angle d’une dualité perçue comme synonyme d’antagonisme. Les études sociologiques de Christian Mouhanna ou celles de Jean-Hugues Matelly insistent sur l’entente globale entre ces deux forces de l’ordre.

5Le bel ouvrage de Jean-Marc Berlière et de René Lévy n’épuise pas le sujet ouvert aux recherches futures ; il est plutôt une stimulante invitation à ouvrir de nouvelles pistes et à interroger à nouveaux frais les travaux passés. Même si cela est aujourd’hui peu mis en valeur, une histoire détaillée des structures administratives successives des polices, complétée d’organigrammes précis des services, de cartes montrant l’évolution des découpages territoriaux permettrait de structurer davantage les avancées de l’histoire sociale des policiers, les deux étant évidemment complémentaires. Ceci ne serait pas anodin, comme le montre l’importance de la réorganisation policière actuelle induite par la constitution d’un « Grand Paris ». Dans le même ordre de préoccupations, une étude des transformations de la réglementation informant le métier de police serait fort utile. On touche ici à l’histoire du droit de la force publique, de ses usages, de ses détournements et cet aspect est actuellement à peu près totalement délaissé des historiens du droit. Ainsi, quand en 1930, tous les policiers de la Sûreté générale comptant plus de cinq années de service peuvent prétendre à la qualité d’officier de police judiciaire, cela entraîne des conséquences directes sur les modalités des enquêtes ; cela traduit également des nécessités au sein de l’appareil judiciaire. Relevons juste que la hiérarchie de la gendarmerie refuse alors « vent debout » la même évolution pour ses sous-officiers, ce qui leur donnerait les mêmes attributions qu’aux officiers.

6Des ouvrages indispensables tels que celui-ci sur l’histoire et la sociologie de la force publique mériteraient évidemment le soutien du ministère de l’Intérieur, à l’instar des efforts du ministère de la Défense favorisant les études touchant à la gendarmerie et à la force publique – Prix des Experts attribué en 2011, dans la catégorie Histoire, par exemple, à l’ouvrage de Louis Panel, Forcer au besoin leur obéissance ? La gendarmerie nationale et la grande guerre des Français (1914-1918), et à celui dirigé par Jean-Noël Luc, Soldats de la loi. La gendarmerie au XXe siècle –, de ceux du ministère de la Santé ou de la Justice. Il est surprenant au regard d’autres pays comparables que la France ait renoncé à tout accompagnement institutionnel des recherches universitaires sur la police.

7À n’en pas douter, cet ouvrage aura les mêmes effets incitatifs sur les jeunes étudiants en histoire ou en sociologie, comme cela fut le cas il y une quinzaine d’années pour leurs aînés avec Le mondes des polices.

Haut de page

Notes

1  Berlière (Jean-Marc), Le monde des polices en France, XIXe-XXe siècles, Bruxelles, Complexe, coll. « Le monde de… », 1996, 275 p.

2  Berlière (Jean-Marc) et Lévy René (dir.), Le témoin, le sociologue et l'historien : Quand des policiers se mettent à table, Paris, Nouveau Monde éd., 2010, 430 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent López, « Jean-Marc Berlière et René Lévy, Histoire des polices en France. De l’Ancien régime à nos jours », Criminocorpus [En ligne], Années antérieures, mis en ligne le 09 octobre 2011, consulté le 06 décembre 2016. URL : http://criminocorpus.revues.org/430

Haut de page

Auteur

Laurent López

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page