Navigation – Plan du site

Jean-Noël Luc (dir.), Soldats de la loi : La gendarmerie au XXe siècle

Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, coll. Mondes contemporains, 2010, 534 p.
Didier Epelbaum
Référence(s) :

Jean-Noël Luc (dir.), Soldats de la loi : La gendarmerie au XXe siècle, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, coll. Mondes contemporains, 2010, 534 p.

Texte intégral

1Ils étaient les « juges bottés » du roi. La Révolution française leur a attribué trois grandes missions : « protéger le citoyen, garder, conserver l’État, défendre la nation ». Aujourd’hui, on les surnomme plus volontiers : « Soldats de la loi ». L’expression colle si bien aux gendarmes qu’il est difficile de ne pas l’utiliser comme titre ou sous-titre de tout ouvrage qui leur est consacré. C’est aussi le cas de cette publication dirigée par Jean-Noël Luc, mais celle-ci se détache du peloton par son caractère exhaustif et documenté et la rupture avec les propensions hagiographiques. Ce livre prend acte du « développement tardif de l’histoire universitaire de la gendarmerie » et rattrape beaucoup de temps perdu. Il bénéficie d’un phénomène particulier : la conjonction des travaux universitaires et des recherches des gendarmes historiens qui reflètent une pratique nouvelle de la transparence dans cette arme.

2Plusieurs contributions se révéleront indispensables à ceux qui s’intéressent à la gendarmerie : l’historique depuis la révolution (Jean-Noël Luc), les mutations de l’entre-deux-guerres, le sujet encore tabou et toujours passionnant de la guerre d’Algérie ; Jacques Frémeaux dénonce à ce propos « ceux qui croient devoir, par une interprétation erronée des volontés exprimées en haut lieu, et en opposition avec les intentions d’ouverture des personnels des centres d’archives, faire de la dérogation un instrument de censure […] ». Le rôle des gendarmes dans les colonies et dans la décolonisation, certains aspects des années noires de Vichy, la Résistance et l’épuration administrative sont décrites méticuleusement. Passionnante étude de Marc Bergère sur l’épuration administrative des officiers de gendarmerie à la Libération : il efface l’idée reçue d’une impunité des gendarmes, alors que 20 % des officiers ont été inquiétés et 15 % rayés des cadres… Toutes les administrations ne peuvent pas en dire autant.

3L’analyse pousse jusqu’à la fin du XXe siècle : la féminisation de la gendarmerie, en retard par rapport aux autres armes. « Seule une toute petite minorité de femmes exercent des responsabilités et les unités de gendarmerie mobile leurs restent interdites en dehors des postes d’officiers » (Anne Geesen). Le DRH de la gendarmerie invoque des raisons « culturelles » qui empêcheraient les femmes de porter le bouclier et le casque, d’être confrontées à des manifestants, de supporter la promiscuité et les longs déplacements ! Mixité entamée mais bien inachevée.

  • 1  En octobre 2010, le général d’Armée Denis Vaultier, commandant la région de gendarmerie d'Aquitain (...)
  • 2  « Gendarmerie et gendarmes du XXe siècle », 13 et 14 juin 2003.
  • 3  Entre autres : Didier Epelbaum, Obéir. Les déshonneurs du capitaine Vieux, Drancy 1941-1944, Paris (...)

4On peut regretter dans ce travail riche et passionnant l’inégalité d’intérêt, ou de qualité, des différentes contributions. Il n’est pas sûr que la prévôté de l’armée d’Orient pendant la Première Guerre mondiale intéresse un large public, ou la petite histoire des gendarmes de Mayotte. La seconde limite de cet ouvrage tient à l’absence du chapitre le plus noir des pages noires de l’histoire de la gendarmerie. Alors que l’on étudie volontiers l’engagement des gendarmes dans les FFI et les FFL, l’arrestation des requis du STO ou la participation de gendarmes à des pelotons d’exécution de résistants (Bernard Mouraz), on fait l’impasse sur leur contribution à la « solution finale », l’exécution de la moitié des arrestations de Juifs en France, en 1941-1944, la garde des camps d’internements, l’escorte des convois de déportation vers la Pologne. On comprend d’autant moins cette absence que le livre affirme lui-même l’intérêt de ce territoire de recherche : « la gendarmerie reste un objet d’étude fondamental pour comprendre la période de Vichy » (Rémi Dalisson). Mais ce trou de mémoire ne reflète manifestement aucune volonté de censure1. L’ouvrage est en partie composé de communications présentées lors d’un colloque de 2003 à la Sorbonne2 et de travaux réalisés au sein d’un séminaire ouvert à la suite de cet événement. Jean-Luc Noël nous assure qu'il aurait abordé le sujet sans aucune réticence si le calendrier lui avait permis de tenir compte d’études publiées depuis la fabrication de « Soldats de la loi »3.

5Compte tenu de la variété des sujets abordés et d’annexes très riches en données statistiques et bibliographiques, cet ouvrage est le document indispensable à tout chercheur ou simple curieux qui veut se plonger dans l’histoire complexe de la gendarmerie contemporaine.

Haut de page

Notes

1  En octobre 2010, le général d’Armée Denis Vaultier, commandant la région de gendarmerie d'Aquitaine a organisé un colloque intitulé « Nuit, ombres et lumière » avec l’idée de « regarder notre histoire en face », en particulier le rôle des gendarmes à la déportation des Juifs de France. Les actes du colloque seront publiés ultérieurement.

2  « Gendarmerie et gendarmes du XXe siècle », 13 et 14 juin 2003.

3  Entre autres : Didier Epelbaum, Obéir. Les déshonneurs du capitaine Vieux, Drancy 1941-1944, Paris, Stock, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Epelbaum, « Jean-Noël Luc (dir.), Soldats de la loi : La gendarmerie au XXe siècle », Criminocorpus [En ligne], Années antérieures, mis en ligne le 24 octobre 2011, consulté le 27 mars 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/432

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page