Navigation – Plan du site
2011

Un « régicide républicain » : Paul Doumer, le président assassiné (6 mai 1932)

Amaury Lorin

Résumés

Lorsque le 6 mai 1932, le Russe Pavel Gorguloff, fondateur (et unique membre) d’un parti fasciste russe, tire sur Paul Doumer, treizième président de la IIIe République française élu à peine un an plus tôt contre Aristide Briand, c’est l’incarnation même du modèle républicain qui est touchée en plein cœur. Tragique apothéose, ultime sacrifice pour un homme qui, quelques années plus tôt, a successivement perdu quatre de ses cinq fils, victimes de la Grande Guerre. Connu pour sa détermination réarmer la France face à la montée des périls, Doumer se savait menacé. Qualifié tout à la fois de « régicide républicain » et de « Sarajevo de la Seconde Guerre mondiale » par les contemporains, le 6 mai 1932 apparaît comme un événement charnière : quatorze ans après la « der des ders », la France passe de l’après-guerre à un nouvel avant-guerre en pleine et inexorable montée des fascismes en Europe.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Lorin (Amaury), « Mai 1931 : un fils d’ouvrier à l’Élysée », L’Histoire, n° 364, mai 2011, p. 34-3 (...)
  • 2  Beauvois (Yves), Léon Noël, de Laval à de Gaulle via Pétain(1888-1987), Villeneuve d’Ascq, PUS, 20 (...)
  • 3  Lettre de Léon Noël, ambassadeur de France, membre de l’Institut, à Henri Berr, directeur du Centr (...)

1En 1932, Suzanne Deutsch de la Meurthe, descendante d'un passionné d'aviation, fait don à l'État de l'usufruit du domaine de Boulains en Seine-et-Marne. Une maison de convalescence y est installée pour le personnel de l'armée de l'Air et de l'aviation civile. Le château est situé à 70 km de Paris. Lui-même passionné d’aviation, le président Doumer, élu le 13 mai 1931 contre Aristide Briand1, tient à inaugurer en personne la « maison des Ailes » le 2 avril 1932. Léon Noël, alors directeur de la Sûreté générale et secrétaire général du ministère de l’Intérieur, l’accompagne dans ce déplacement2. Pendant le trajet, le président s’étonne des mesures d’ordre. Elles lui semblent excessives et superflues. Noël invoque la nécessité d’éviter aux carrefours tout obstacle susceptible de compromettre une exactitude à laquelle Paul Doumer est particulièrement attaché. Après un instant de silence et de méditation, le président répond doucement à Noël : « à mon âge, ce serait une belle fin de mourir assassiné3 ».

  • 4  Kémoularia (Claude de) [gendre d’Édouard Julia], Une vie à tire-d’aile : mémoires, Paris, Fayard, (...)
  • 5  Julia (Édouard), « Avec le président Doumer », Le Temps, 11 mai 1932, rééd. in Julia (Édouard), Pa (...)
  • 6  Ibid.

2Quelques semaines plus tard, à la fin du mois d’avril 1932, Édouard Julia, le collaborateur et l’ami de sa vie, qu’il a connu en Indochine, fait observer au président que s’exposer dans des foules mêlées représente un danger4. Doumer récidive. Il répond à son ami de trente ans, ébahi : « que voulez-vous ? À mon âge, s’il m’est donné de tomber pour le pays, qu’espérer de mieux5 ? ». Pensée sincère et conception stoïque, débarrassées de toute emphase lyrique. Dans sa tenue morale, Paul Doumer intègre le sacrifice. Non pas de renoncement ou d’effacement mais de défi et de dédain. « Pour bien vivre », répète souvent le président à son ami, « il faut toujours être prêt à bien mourir6 ». Un enseignement transmis à ses fils, dont quatre sont morts des suites de la Grande Guerre, prônant l’holocauste à la manière de ces Romains mettant l’honneur au-dessus de toute affection. La mort, liée au devoir, Doumer semble presque l’appeler. Une seule angoisse peut le faire fléchir : la séparation de Blanche, son épouse au grand cœur, qui, pendant plus d’un demi-siècle, est le miroir de sa conscience, à travers tous les espoirs et toutes les douleurs. Mais il sait que, par une sanctification mystérieuse, ils seront toujours présents l’un à l’autre.

  • 7  Archives de l’Académie des sciences d’outre-mer (ASOM), comptes-rendus des séances, t. XIX, 1933, (...)
  • 8  Jevakhoff (Alexandre), Les Russes blancs, Paris, Tallandier, 2007, note 18, p. 565.

3Le 1er mai 1932, Doumer paraît soucieux. Il hésite avant de sortir pour sa promenade matinale quotidienne. Une lettre est sur la table du vestibule. Nerveux, il la prend et la repose plusieurs fois. C’est une menace de mort portant une signature de consonance étrangère. « Peu de chose », dit le président avant d’ajouter, la mine grave : « c’est sans importance7 ». Quelques jours plus tôt, le commissariat de police du VIIIe arrondissement de Paris a reçu une lettre du colonel Fedossenko de retour de Berlin, annonçant la préparation d’un attentat contre le président de la République française8. Autant d’indices qui ne laissent rien présager de bon.

Le salon des écrivains combattants

  • 9  Centre historique des Archives nationales (CHAN), 1 AG 72, maison militaire, sorties du président (...)
  • 10  Beaupré (Nicolas), Écrire en guerre, écrire la guerre : France, Allemagne (1914-1920), Paris, CNRS (...)

4Un grand déjeuner réunit la « doumérie » le 6 mai 1932 en l’honneur de l’émir Faysal d’Irak, en visite officielle en France. Parmi les invités, on note la présence de Si Kaddour Ben Ghabrit, recteur de la mosquée de Paris, du maréchal Franchet d’Espérey, des généraux Gamelin, Gouraud et Weygand, de Jean Chiappe, préfet de police de Paris. Détestant traîner à table, le président demande que le service ne soit pas trop long en raison de sa pressante obligation à 15 heures : l’inauguration du salon des écrivains combattants, à laquelle il tient. Celui-ci a lieu à l’hôtel Salomon de Rothschild, 11 rue Berryer dans le VIIIe arrondissement de la capitale, situé sur le terrain d’une ancienne propriété d’Honoré de Balzac où celui-ci mourut en 1850 et démolie depuis9. Union des « revenants » de la guerre, l’association des écrivains combattants est fondée le 27 juin 1919. Parmi les objectifs exposés dans son manifeste, poursuivre « l’ardente fraternité nouée sur le front »10. Roland Dorgelès, Claude Farrère, Maurice Genevoix comptent parmi ses présidents d’honneur. Depuis le 12 décembre 1925, l’association organise chaque année un après-midi du livre au cours duquel les auteurs les plus marquants viennent eux-mêmes vendre leurs ouvrages en les dédicaçant au nom de l’acheteur. Les bénéfices de ces après-midis alimentent les caisses de solidarité et de secours de l’association.

  • 11  Farrère (Claude), Les civilisés, Paris, Ollendorff, 1905, prix Goncourt 1905, rééd. Paris, Kailash (...)
  • 12  Lorin (Amaury), Le tremplin colonial : Paul Doumer, gouverneur général de l’Indochine (1897-1902), (...)

5D’ordinaire hostile aux manifestations officielles, le président Doumer, bibliophile passionné, est heureux de se retrouver le 6 mai 1932 parmi des gens de lettres, ses confrères et d’anciens soldats, ses amis, dans un milieu essentiellement français. Une élégante et mondaine assistance anime les salons de l’hôtel. Le public, généreux, semble oublier la crise pendant quelques heures. L’inauguration officielle par le président de la République a été fixée à 15 heures par le protocole. Claude Farrère, président de l’association, auteur des Civilisés (prix Goncourt 1905)11, accueille le président, accompagné du capitaine de vaisseau Le Bigot, membre de la maison militaire de l’Élysée. Des ministres, François Piétri, Paul Reynaud, Auguste Champetier de Ribes, sont également à ses côtés. Claude Farrère est une vieille connaissance de Paul Doumer. Alors officier de vaisseau, Farrère sert en effet dès 1898 à l’état-major du vice-amiral de Beaumont, commandant l’escadre française d’Extrême-Orient. Paul Doumer est alors gouverneur général de l’Indochine depuis un an12. Ce qui fait dire à Farrère : « dans le chef de l’État, je reconnais toujours le gouverneur général d’il y a trente-quatre ans, pareillement alerte, si jeune que c’en est paradoxal ».

  • 13  Vicheney (Dimitri), « Le tragique destin de Paul Doumer », Bulletin de la Société historique et ar (...)
  • 14  Berr (Henri), op. cit., p. 20.
  • 15  Farrère (Claude), 6 mai 1932, brochure éditée par l’Association des écrivains combattants et dédié (...)
  • 16  Bibliothèque de l’Assemblée nationale (BAN), Ms 1686 (PB 9970), lettre de Paul Doumer, président d (...)

6Arrivé dès 14 heures parmi les premiers à l’hôtel de Rothschild, un visiteur russe, Pavel Gorguloff, se fait remarquer par son comportement étrange. Il est accueilli par ces mots malheureux : « vous êtes notre premier visiteur ! Vous allez nous porter bonheur13 ! ». Après avoir acheté deux livres et s’être présenté sous le faux nom de Paul Brède, l’homme continue en effet de rôder autour du stand de Claude Farrère. On lui demande de s’écarter à l’arrivée du président. Suivant l’usage, Paul Guichard, directeur général de la police municipale de la ville de Paris, précède le président en compagnie de Serge Leroux, commissaire divisionnaire du service de sécurité de l’Élysée. Ses anges gardiens ? D’un geste, le président les écarte, n’aimant guère être entouré et entendant se mêler à la foule. « J’aime mieux être bousculé que de faire bousculer les autres », avoue-t-il14. Le président traverse la première salle au milieu d’une nombreuse assistance. Alors qu’il est sur le point de pénétrer dans la seconde, un puis deux coups de feu se font entendre. Le visage du président change d’expression. Ses genoux fléchissent. Paul Doumer s’écroule. Trois autres coups de feu suivent. Les petites détonations n’arrêtent plus, toujours menues, espacées, tranquilles, infernales15. L’homme à lunettes noires, prétendument blessé des yeux, continue très froidement de tirer, coup par coup, sur le président abattu, évanoui, à terre. S’ensuit un tumulte atroce, effarant. Une confusion indescriptible. La foule se rue. Des femmes hurlent. D’autres s’évanouissent. Une voix interroge : « y a-t-il un médecin dans la salle ? ». Une infirmière volontaire, la princesse tonkinoise Hoang Thi The, fille du De Tham et filleule du président « dévouée à la France »16, prodigue les premiers soins à son parrain.

7Une balle a traversé la région de la base du crâne et est sortie au niveau de la pommette droite. L’autre est rentrée au niveau de l’aisselle et ressortie derrière l’épaule. Elle a complètement sectionné l’artère axillaire, en provoquant une très abondante hémorragie. Grièvement blessé, le président septuagénaire est rapidement transporté à l’hôpital Beaujon tout proche, 208 rue du faubourg Saint-Honoré.

Le président assassiné, évacué vers l’hôpital Beaujon (6 mai 1932). Il y succombera le lendemain à ses blessures (L’Illustration, hors-série, mai 1932).

  • 17  Berr (Henri), op. cit., p. 20.

8L’interne renseigne la fiche d’admission d’urgence. Profession : « président de la République ». Adresse : « palais de l’Élysée ». Le président a déjà perdu deux litres de sang. À son arrivée, la résistance du blessé stupéfie les médecins. « Nous allons le sauver », disent ces derniers. « Il a un cœur de quarante ans17 ! ». Les circonstances dans lesquelles les premiers soins sont administrés au président sont toutefois évoquées dans le milieu médical comme un exemple d’erreurs à éviter en traumatologie d’urgence. On insiste en particulier sur le retard fatal avec lequel la plaie de l’aisselle est explorée. L’hémorragie due à la lésion subie à l’artère axillaire aurait pu facilement être stoppée si l’interne de garde avait rapidement « clampé » celle-ci, c’est-à-dire placé un clamp, sorte de pince permettant d’interrompre temporairement la circulation du sang dans un vaisseau.

Un « régicide républicain »

  • 18  Ibid., p. 21.
  • 19  Vicheney (Dimitri), op. cit., p. 64.
  • 20  CHAN, 603 AP/4.
  • 21  Ibid., Les Écoutes, 10 mai 1932.
  • 22  Ibid.

9Le blessé manifeste entre-temps des signes de conscience. Venant à peine de recouvrer l’usage de la parole, le président demande anxieusement : « ce n’est pas un Français, n’est-ce pas18 ? ». Son premier mot. Tomber sous les coups d’un Français serait pour lui une cruelle injustice, doublée d’une amère déception. Tandis que tomber, comme ses fils, pour la France, sans doute est-ce, pour Doumer, la mort idéale. « Dommage », ajoute Doumer. « Nous avions une après-midi chargée ! ». Ces paroles laissent supposer que sa plaie céphalique n’est pas irrémédiable. Ces éléments plaident, selon le docteur Jacques Couvreur, en faveur d’un « décès par anémie, dépassée19 ». Une polémique sur les mauvais soins apportés au président après l’attentat ne tarde pas à éclater parmi d’autres20. Un chirurgien anonyme rapporte ainsi implacablement : « le président de la République française est mort, en 1932, treize heures après sa blessure dans un poste chirurgical moderne, d’une hémorragie artérielle tardivement traitée. Le diagnostic était certain (hémorragie, disparition du pouls). Il fallait lier l’artère d’extrême urgence et faire une ou deux transfusions. La ligature d’une artère est une opération simple, classique. Elle aurait dû être faite immédiatement avant tous les autres soins21 ». Raté par l’assassin, on dit que le président Doumer a été achevé à coups de gaffes : « aucune des deux balles n’était mortelle. Un simple pecquenaud ramassé dans la rue et soigné par le plus humble des médecins de campagne s’en fût tiré22 ».

  • 23  La présidence de la République, Revue des deux mondes, t. 50, 1939, p. 346.
  • 24  Vincent (Karelle), Le régicide, de Saint-Réjant à Gorguloff (1800-1932) : perception et représenta (...)
  • 25  Lacroix (Bernard) et al. (dir.), Le président de la République : usages et genèses d’une instituti (...)

10La présidence de la République a une importance particulière aux yeux des Français parce qu’elle représente une certaine stabilité du pouvoir23. Évènement inattendu et traumatique, suscitant tout un ensemble de paroles et de comportements réflexes, le régicide met véritablement à nu la société qui y est confrontée. Si l’originalité du cas Doumer mérite sans doute d’être relativisée sur une plus longue durée24, le drame du 6 mai 1932 est davantage vécu par les Français comme un véritable crime de lèse-nation que comme un simple crime de lèse-majesté. Le régicide, entendu au sens de l’attentat envers le souverain (« rex aedere », littéralement « tuer le roi »), est en effet une atteinte profonde à l’ordre et à l’autorité. Attaquant directement l’État, il le blesse dans sa chair à travers le corps de celui qui le représente, le symbolise voire l’incarne. Il peut ainsi, à juste titre, être considéré comme une des plus grandes agressions auxquelles le pouvoir est susceptible d’être confronté. Car le poids politique et symbolique de la personne visée confère au régicide une charge émotionnelle considérable. Représentant le principe d’autorité, gardien de la constitution, au-dessus des querelles politiques et des intérêts partisans25, c’est précisément parce que le président remplit une fonction essentiellement symbolique – la IIIe République se construit en opposition à toute incarnation personnelle du pouvoir – que sa mort revêt une dimension particulière. C’est ainsi la personne visée qui constitue l’élément rattachant le « présicide » au régicide.

  • 26  Archives de la préfecture de police de Paris (PPP), EA148(1), L’émotion dans les départements, Le (...)
  • 27  Adam de Villiers (Valentine), Paul Doumer parle, Paris, Tallandier, 1932, p. 69.
  • 28  Julia (Édouard), op. cit.

11La nouvelle de l’assassinat du président, transmise vers 16 heures par la TSF, se répand rapidement dans tout le pays, soulevant une émotion et une indignation très grandes26. Paris devient étrangement silencieuse. Une foule muette stagne aux points de renseignements. Les rumeurs les plus folles circulent. Des groupes disent que le président a été abattu dans la rue, que l’assassin, lynché par la foule, n’en aurait pas réchappé27. On attend avec anxiété l’arrivée des premières feuilles, qui disparaissent en quelques minutes. Des éditions spéciales sortent en fin d’après-midi. La presse est alors à l’apogée de ses tirages. La nouvelle effarante de l’assassinat du président de la République française fait la une de la presse internationale. Les kiosques à journaux sont pillés. À chaque nouvelle édition, c’est une ruée sur les cyclistes. On espère que tous les détails seront donnés et, surtout, dans l’immédiat, que Paul Doumer ne succombera pas. L’attentat devient l’objet unique et central des conversations. Un peuple en larmes bat les murs de l’hôpital où agonise le président de la République, étendu sur la table d’une salle de chirurgie, sanglant mais lucide et calme. Son vieil ami Julia choisit de répondre par un mensonge à la question que lui pose Doumer sur les circonstances qui l’ont jeté là. « Est-ce bien la vérité ? Vous savez que je suis homme à tout entendre28 ». Doumer accepte la fable de Julia, se demandant seulement si « l’accident » dont il a été victime n’a pas été intentionnel tant cette éventualité est admise par lui. « Les Français ne peuvent pas me vouloir de mal », murmure le président à son ami Julia dans un délire où passent les dernières prières de sa mystique nationale.

  • 29  Claude Pompidou parlera en 1987 de l’Élysée comme de la « maison du malheur » treize ans après la (...)
  • 30  Doumer (Andrée), Mon grand-père Paul Doumer, journal inédit, non publié, 63 p., préface d’Édouard (...)
  • 31 Ibid.

12Commence une longue veillée funèbre. Écrasée de douleur, Blanche est soutenue par ses deux filles. À 22 heures, le ministre de l’Intérieur publie le communiqué suivant : « à six heures du soir, alors que les phénomènes du choc étaient atténués grâce à plusieurs transfusions, les chirurgiens ont procédé à la ligature de l’artère axillaire que la balle avait complètement sectionnée. Actuellement, température 37°2, pouls 120. État toujours grave ». Quarante minutes plus tard, un nouveau communiqué est donné à la presse : « état stationnaire. Pas d’amélioration. Pas d’aggravation ». Le même communiqué est reproduit à minuit. Mais à 1 heure 55, Albert Mahieu, ministre de l’Intérieur, donne lecture à la presse d’un communiqué plus inquiétant : « les phénomènes cérébraux en rapport avec la lésion à la base du crâne s’accentuent. La faiblesse augmente. L’état du président est de plus en plus grave ». Puis, à 2 heures 30 : « le président est entré dans le coma ». Le 7 mai 1932 à 4 heures 37, dans l’aube qui blêmit, le décès du président Paul Doumer des suites de ses blessures est officiellement constaté et enregistré à l’état-civil de la mairie du VIIIe arrondissement de Paris. Réveil déchirant pour la famille du président dans la « maison du malheur »29. Les robes noires, déjà sur les chaises, doivent être essayées et portées pour pénétrer dans le salon vert30. Atroce chose que d’être livré en spectacle pour un chagrin aussi immense. Figée dans la douleur, Blanche est comme partie avec son mari. Poussant soudain des cris d’orfraies, elle annonce : « je refuse le Panthéon ! Ils me l’ont pris toute sa vie, ils me l’ont tué ! Je veux au moins être avec lui dans la mort ! »31. Blanche tient à ce que Paul rejoigne au cimetière de Vaugirard leurs fils décédés avant lui. Plus rien ne pourra jamais plus l’atteindre. Elle tient une main froide dans les siennes. C’est tout ce qui lui reste de cinquante-quatre ans de bonheur.

  • 32  Ben-Amos (Avner), Funerals, Politics and Memory in Modern France (1789-1996), Oxford, OUP, 2000, p (...)

13Des lettres et télégrammes de condoléances affluent des autorités du monde entier, reflétant l’émotion doublée d’inquiétude de la communauté internationale devant un crime aussi abject. Une foule grave et belle s’étend à perte de vue rue du faubourg Saint-Honoré. Les pèlerins s’engouffrent avec le vent dans l’Élysée, dont les draperies noires se gonflent comme des voiles de malheur. Le peuple de France couvre de sa procession le long tapis funèbre qui indique le chemin à travers les salons et le jardin d’hiver jusqu’à la dépouille mortelle du président. Cent cinquante mille personnes passent, ouvriers en costume de travail, mutilés se traînant sur leurs béquilles, enfants et vieillards bouleversés, déposant des monceaux de frêles petits bouquets32.

  • 33  Gousseff (Catherine), L’exil russe : la fabrique du réfugié apatride (1920-1939), Paris, CNRS, 200 (...)
  • 34  Cœuré (Sophie), La grande lueur à l’Est : les Français et l’Union soviétique (1917-1939), Paris, L (...)
  • 35  Archives départementales de la Corse-du-Sud (ADCS), 38 PER 58, Bastia-Journal, 7 mai 1932.

14Alors que le stéréotype emblématique du « grand prince devenu chauffeur de taxi » nourrit le mythe français du « Russe blanc », l’émigration russe se sent fragilisée par l’assassinat du président Doumer33. D’autant plus qu’à partir de 1932-1933, des informations sur le développement d’un mouvement profasciste et les infiltrations d’agents hitlériens parmi les antibolchevistes russes parviennent de plus en plus fréquemment à la police française34. Dans un réflexe xénophobe, celui de la France du début des années 30, l’origine étrangère de Gorguloff, « un de ces farouches assassins échappé de ces pays barbares auxquels la France trop généreuse, trop accueillante, ouvre si largement ses frontières35 », est aussitôt stigmatisée. Au temps du grand afflux d’étrangers en France (2,7 millions au recensement de 1931), l’argumentaire xénophobe classique (délinquance, instabilité, absence d’insertion, parasitisme social, etc.) joue contre l’assassin.

Le désarroi de la communauté russe de France

15L’arme du crime utilisée par Gorguloff est un revolver Browning S 15 cm (Herstal, Belgique). Ce qui se fait alors de mieux et qu’il n’aurait sans doute pas pu se procurer seul.

L’arme du crime utilisée par Gorguloff pour abattre le président Doumer le 6 mai 1932 : un revolver Browning S 15 cm, Herstal, Belgique, ce qui se fait alors de mieux et qu’il n’aurait pas pu se procurer seul.

Cliché Amaury Lorin, avec l’aimable autorisation d’Isabelle Astruc, conservateur, musée de la préfecture de police de Paris.

  • 36  PPP, musée de la préfecture de police de Paris.
  • 37  Bouhey (Vivien), Les anarchistes contre la République : contribution à l’histoire des réseaux sous (...)
  • 38  Moncel (Monique), « Il y a cinquante ans : le docteur Gorguloff, l’étrange assassin du président D (...)

16Ce qui accrédite la piste affolante d’un tueur bras armé d’une organisation. Mais laquelle ? D’autant plus qu’une deuxième arme identique (canon de 12 cm) est retrouvée sur lui36. Rapidement maîtrisé, Gorguloff est arrêté par la police non sans avoir été sérieusement tabassé par les témoins de son acte. Ses lèvres tuméfiées marmonnent d’interminables monologues, incohérents. L’homme se débat violemment avec l’espoir, peut-être, de fuir dans la terrible confusion. La rumeur présente aussitôt Gorguloff comme « un anarchiste », ce qu’il n’est nullement. Une étiquette posthume qui lui colle longtemps à la peau. Comme si, aussitôt un attentat commis en France, l’auteur ne pouvait être qu’anarchiste37. Gorguloff est bien plutôt le fondateur (et unique membre) d’un parti fasciste russe tôt doté d’un hymne et d’un emblème, ce qui, du point de vue des idées politiques et dans le contexte de l’Europe du début des années 1930, ne revêt pas du tout la même signification. Il est conduit au commissariat voisin de Saint-Philippe-du-Roule, où il est interrogé par le commissaire Marcel Guillaume, qui aurait inspiré à Georges Simenon la création du personnage de Maigret. Le commissaire est relayé dans son interrogatoire par M. Fougery, doyen des juges d’instruction, qui vient d’être chargé de cette affaire de tout premier ordre. Après ces préliminaires, l’assassin est incarcéré à la prison parisienne de la Santé dans le XIVe arrondissement de la capitale. Soumis à une série d’interrogatoires, Gorguloff affirme avoir agi seul et avoir été poussé à tuer Paul Doumer en raison d’une force quasi-hypnotique correspondant à une idée fixe : sauver la Russie du bolchevisme38. À la question « Pourquoi s’en prendre au président français ? », réponse : « la France est complice des autorités soviétiques, elle a laissé tombé les armées blanches qui combattaient le bolchevisme, elle a reconnu le gouvernement soviétique en 1924, elle a signé des traités avec l’URSS ».

Maîtrisé par les forces de police, l’assassin du président, roué de coups par la foule du salon des écrivains combattants, est aussitôt embarqué au commissariat de police du VIIIe arrondissement de Paris, près de l’église Saint-Philippe-du-Roule (L’Illustration, hors-série, mai 1932).

  • 39  Foshko (Katherine), France’s Russian Moment : Russian Émigrés in Paris and Interwar French Society(...)
  • 40  Milza (Pierre), Voyage en Ritalie, Paris, Plon, 1993.
  • 41  Harismendy (Patrick), « L’assassinat du président Sadi Carnot à Lyon », in Garnot (Benoît) (dir.), (...)
  • 42  Vicheney (Dimitri), op. cit., p. 63.
  • 43  PPP, BA1683, note de la préfecture de police de Paris, 9 mai 1932.

17Les exilés russes vivant en France, particulièrement nombreux depuis 191739, craignent que ne se reproduisent, dans l’émotion, les mêmes réactions de la part des Français que celles qui virent le jour contre les Italiens après l’assassinat du président Sadi Carnot, poignardé le 25 juin 1894 par l’anarchiste Sante Caserio lors de l’exposition de Lyon : nombreuses agressions physiques contre ces nouveaux immigrés, devenus des « ritals », pillage et destruction de magasins tenus par des Italiens40. Un lourd climat anti-italien s’installa alors en France, attribuant à un groupe humain tout entier la responsabilité collective d’un crime commis de façon isolée par un de ses membres41. Rien de tout cela n’arrive en 1932, sauf quelques exceptions, comme celle d’un docker bordelais ayant tout de même poignardé son collègue russe pour venger Paul Doumer42. Malgré tout, les milieux anarchistes italiens de la région parisienne appréhendent que le gouvernement applique des mesures de répression à l’égard de tous les réfugiés politiques en France sans distinction43.

  • 44  Ibid., La Renaissance, 7 mai 1932.
  • 45  PPP, BA2041, note de la préfecture de police de Paris, 8 mai 1932.
  • 46  PPP, EA148(1), Le Petit Matin, 7 mai 1932.
  • 47  Ibid.

18Dans ce contexte, il est recommandé à la communauté russe de faire profil bas, d’éviter de parler russe ou de déployer ostensiblement un journal russe en public. Ces précautions n’empêchent pas l’expression par les Français de nombreuses remarques désobligeantes à l’encontre des Russes qu’ils côtoient, voisins, commerçants, collègues, camarades d’école. Valérian Dovgalevsky, ambassadeur de l’URSS à Paris, assure le gouvernement français que cet « abominable attentat » a été accueilli avec « une indignation unanime » en Russie. Les organisations d’émigrés sont unanimes à condamner ce crime et à assurer la France de leur fidélité. Le lendemain de l’attentat, une réunion de protestation est organisée dans les locaux de la rédaction du journal russe La Renaissance, 2 rue de Sèze à Paris44. Tous les représentants des organisations russes sont invités à y assister afin de témoigner sa solidarité à l’opinion française. Environ 200 personnes représentant 80 organisations russes de la capitale y assistent45. Une lettre de condoléances est adressée à Blanche Doumer. Le comité central des réfugiés russes, créé en 1925 et présidé par Basile Maklakoff, condamne le crime odieux en publiant un communiqué46. Il est suivi par l’avocat Alexandre Zagorsky, président de l’association des intellectuels russes en France47.

  • 48  Ibid., note de la préfecture de police de Paris, 12 mai 1932.
  • 49  Ibid.
  • 50  Ibid.
  • 51  « Désespéré par l’assassinat de M. Doumer, un Russe se suicide », Le Populaire, 9 mai 1932 ; « Un (...)
  • 52  Vicheney (Dimitri), op. cit.

19Le métropolite Euloge, haut dignitaire de l’Église orthodoxe, fait célébrer une messe de requiem à la mémoire de Paul Doumer le 12 mai 1932 à la cathédrale orthodoxe de la rue Daru à Paris48. Un millier de personnes y assistent, dont de nombreuses personnalités de l’émigration russe. Alexandre Kazem-Bek, chef du parti des « Jeunes Russes » (« Mladorossy » en russe) fait participer ses membres en uniforme aux funérailles du président Doumer49. Le 9 mai 1932, la presse russe puis française annonce le suicide de Serge Dimitrieff, ancien sous-lieutenant de cavalerie russe : ne pouvant supporter le déshonneur d’être le compatriote de Gorguloff, il se serait jeté par la fenêtre du haut des cinq étages de son domicile50. Sur sa table, reproduisent les journaux, son carnet aurait été retrouvé avec ces quelques mots : « je meurs pour la France51 ». Cette version des circonstances de la mort de Dimitrieff a toutefois été récemment remise en cause par plusieurs historiens russes. Selon eux en effet, le décès de Dimitrieff aurait pu être présenté à dessein comme un sacrifice purificateur par des journalistes russes afin de calmer les ressentiments antirusses en France52.

  • 53  PPP, BA2041, note de la préfecture de police de Paris, 11 mai 1932.
  • 54  Ibid., L’Humanité, 11 mai 1932.
  • 55  Cœuré (Sophie), op. cit.
  • 56  PPP, BA2041.

20L’affaire se politise aussitôt. Les articles publiés par L’Humanité au sujet de l’assassinat du président de la République sont inspirés par les dirigeants de l’Internationale communiste, qui suivent de près la marche de l’affaire53. Chaque jour, la direction du parti communiste français reçoit des directives du Komintern prescrivant aux communistes français d’intensifier leur campagne contre les Russes blancs et de dénoncer la complicité voire la responsabilité du gouvernement d’André Tardieu. L’attentat serait « une manœuvre tendant à précipiter la guerre contre l’URSS54 ». Le PCF édite des affiches invitant les travailleurs parisiens à s’unir, à manifester et à lutter. Il s’agit d’exploiter l’assassinat à des fins révolutionnaires. Le gouvernement français est ainsi accusé par les communistes internationaux et français d’avoir lui-même organisé le meurtre du président de la République pour préparer l’opinion publique à une répression sans précédent à l’égard des organisations révolutionnaires et à une intervention armée contre l’Union soviétique55. Le 11 mai, la société des amis de l’URSS fait éditer 100 000 exemplaires d’un tract intitulé « L’Union soviétique en danger, le Sarajevo français, c’est la guerre contre l’URSS56 ».

  • 57  Prost (Antoine), Les anciens combattants et la société française (1914-1939), Paris, FNSP, 3 t., 1 (...)
  • 58  Zola (Émile), « J’accuse », L’Aurore, 13 janvier 1898.
  • 59  Barbusse (Henri), « Un réquisitoire implacable : j’accuse ! », L’Humanité, 12 juillet 1932, rééd. (...)

21Le numéro du 12 juillet 1932 de L’Humanité publie, sur deux pages spéciales, un vibrant réquisitoire sur l’affaire Gorguloff signé Henri Barbusse, auteur du Feu, président de l’association républicaine des anciens combattants57. Dans cet article violent, hardiment intitulé « J’accuse » en référence au célèbre précédent de Zola trente-quatre ans plus tôt dans l’affaire Dreyfus58, l’auteur entend démontrer que le président du Conseil est « le véritable responsable de l’assassinat » du président de la République : « j’accuse tous les gouvernements français qui se sont succédés depuis la guerre d’avoir accueilli, encouragé, aidé, payé et armé les sociétés de moins en moins secrètes de gardes blancs, qui constituent une organisation internationale de criminels ayant pour but le meurtre et la guerre. J’accuse les gouvernements d’être responsables des assassinats successivement commis par ces bandits, dont les énormes, multiples et opulents groupements étendent leurs tentacules sur le monde entier et ont leur foyer en France59 ». L’heure est grave.

Les obsèques nationales et l’inquiétude dans le monde

  • 60  Doumer (Andrée), op. cit., p. 54.
  • 61  Ben-Amos (Avner), op. cit. ; Baudot (Pierre-Yves), « La fabrication d’une cérémonie funèbre : la m (...)
  • 62  PPP, SD6807.
  • 63  Archives départementales du Cantal (ADC), 43 M 8, télégramme officiel (extrême urgence) du ministè (...)
  • 64  Honoré Lorin (1908-2007) et Camille Lorin (1914-2007), entretien avec l’auteur, 25 décembre 2006.
  • 65  Dorgelès (Roland), « Les obsèques », in Farrère (Claude), op. cit., p. 21.
  • 66  CHAN, 603 AP/1, Le Temps, 8 mai 1932.

22Paris offre à Paul Doumer son hommage le plus rare : le silence, écrasant, bouleversant60. Des funérailles nationales sont organisées le 12 mai 1932 à la cathédrale Notre-Dame de Paris et au Panthéon61. À huit heures précises, les six chevaux du corbillard conduits en main par des laquais en grande livrée de deuil se mettent en marche funèbre. À Notre-Dame, le cardinal Verdier, archevêque de Paris, donne l’absoute devant 6 000 personnes62. La messe en fa de Widor est jouée par les grandes orgues, les trompettes de la Garde républicaine et la société des concerts du Conservatoire. Puis le Libera me de Fauré s’élève en plain-chant. En signe de deuil national, les drapeaux sont mis en berne sur les bâtiments publics pendant un mois63. Dans toutes les écoles de France, une minute de silence est observée64. Tout Paris fait la haie, de l’Élysée à Notre-Dame, de la cathédrale au Panthéon, où les mutilés de la Grande Guerre sont venus rendre hommage au chef de l’État65. Le pays tout entier escorte son président assassiné, « Français de modeste naissance ayant mérité, par son labeur et son civisme, d’être élevé au rang du patriciat […] et résumant en lui les facultés et les sentiments de la France66 ». Le peuple français témoigne son immense pitié dans ce père malheureux, qui, quatre fois, a suivi tête baissée le corps meurtri de ses fils, vieil homme sorti de ses rangs à qui soixante ans de labeur ont coûté plus de larmes que d’honneur. Et son sang, pour finir.

  • 67  PPP, EA148(1), Pierre Deloncle, « Paul Doumer colonial », in Paul Doumer (1857-1932), sa vie, sa m (...)

23Après la cérémonie religieuse, le cortège reconstitué se rend au Panthéon. Entre les colonnes du péristyle, le catafalque dresse très haut le cercueil symbolique drapé de tricolore tandis que la bière elle-même trouve sa place dans le soubassement. L’éloge, retransmis à la radio et reproduit dans L’Intransigeant du 13 mai 1932, est prononcé par André Tardieu, président du Conseil. Au premier rang des princes qui suivent le cercueil de Paul Doumer, on remarque un jeune homme grave aux traits fin. Sa Majesté Bao Dai, empereur d’Annam, est bouleversée. Sa présence apporte « l’hommage filial de l’Indochine au défunt gouverneur général67 », écrit Pierre Deloncle, secrétaire général du Comité de l’Indochine, un an après l’Exposition coloniale. Parmi les innombrables délégations qui assistent aux obsèques du président, celle des Croix de feu regroupe pas moins de 2 000 de ses membres, avec à sa tête le colonel de la Rocque. Le comité France-Orient, dont Doumer fut président, est également représenté par une importante délégation.

  • 68  PPP, EA148(1), Les émouvantes funérailles du président Paul Doumer, Le Petit Parisien, 13 mai 1932

24Toutes les villes de France tiennent, en s’associant aux cérémonies de la capitale, à affirmer le caractère de deuil national de cette journée. Au 48e congrès national de la Ligue de l’enseignement, qui s’ouvre le 12 mai à Toulouse, au Capitole, Étienne Billières, maire de la ville, prononce l’éloge funèbre du président défunt en dehors de toute solennité et au lieu des discours prévus68. Les délégués des soixante fédérations départementales communient ainsi dans le deuil national, rendant hommage à l’ardeur avec laquelle Paul Doumer, professeur dans les Vosges, avait soutenu les progrès de la jeune Ligue cinquante ans plus tôt. À Marseille, tous les établissements publics et privés ont leurs drapeaux en berne, ainsi que les bateaux ancrés dans les ports. À Bordeaux, le maire fait sonner la grosse cloche du beffroi de l’ancien hôtel de ville Saint-Éloi, qui ne retentit qu’aux dates solennelles de l’histoire de France. La municipalité du Val d’Ajol et la Légion vosgienne des anciens combattants font célébrer un office à l’église. À l’issue du service, les anciens combattants, toute la population du village et les enfants des écoles se rendent au cimetière sur la tombe du docteur Armand Doumer, fils du président défunt, où des gerbes sont déposées. Et cetera.

  • 69  François-Poncet (André), Souvenirs d'une ambassade à Berlin (septembre 1931-octobre 1938), Paris, (...)
  • 70  PPP, EA148(1), Le Petit Matin, 8 mai 1932.
  • 71  Ibid.
  • 72  PPP, EA148(1), « L’hommage de l’étranger », in « Paul Doumer (1857-1932), sa vie, sa mort, ses obs (...)

25De nombreuses cérémonies religieuses et solennelles sont célébrées en Europe et dans le monde entier en l’honneur du président Doumer. À Rome, la messe pour le repos de l’âme de Paul Doumer est célébrée dans l’église nationale de Saint-Louis-des-Français. Mussolini y est représenté par Dino Grandi, ministre des Affaires étrangères. Une messe de requiem est dite en l’église Saint-Paul de Berlin en présence du chancelier Brüning, délégué par le président Hindenburg. Le chancelier rend une visite personnelle à André François-Poncet, ambassadeur de France à Berlin69. Otto Meissner, secrétaire d’État à la présidence du Reich, accomplit une démarche analogue70. L’hommage de l’étranger est unanime. Paul Doumer est partout présenté comme « l’exact représentant des vertus françaises71 ». La presse allemande n’oublie pas toutefois que le président Doumer fut un patriote ardent ni qu’il a été, à la présidence de la République, le candidat de partis nationaux défenseurs du « diktat » de Versailles. En Italie, la presse fasciste proteste avec indignation contre les informations voulant à tout prix présenter l’auteur de l’attentat comme un fasciste. Ce qu’il est pourtant. Le Messagero écrit notamment : « la signification calomnieuse de cette affirmation arbitraire ne mérite pas d’être relevée72 ».

  • 73  Centre des archives nationales (CAN) n° 1, Hanoi, fonds de la mairie d’Hanoi (MH), D.84, n° 3238, (...)
  • 74  CAN n° 1, MH, D.84, n° 3238, décès de Paul Doumer, président de la République française.
  • 75  Ibid.
  • 76  CAN n° 1, fonds de la résidence supérieure au Tonkin (RST), D.84, n° 71651, décès de Paul Doumer, (...)
  • 77  Ibid.
  • 78  ADCS, 1 M 333, assassinat du président Doumer (1932), télégrammes et cahiers de condoléances.
  • 79  ADCS, 38 PER 94, Bastia-Journal, 8 mai 1932.
  • 80  Lorin (Amaury), « Mandat local et carrière nationale sous la IIIe République : Paul Doumer, sénate (...)
  • 81  Pellegrinetti (Jean-Paul), « Henri Pierangeli », in Serpentini (Antoine-Laurent) (dir.), Dictionna (...)
  • 82  ADCS, 1 M 333, Paul Séguin, préfet de Corse, aux maires du département, Ajaccio, 23 février 1933.
  • 83  Giansily (Pierre-Claude), « Approches de la sculpture en Corse aux XIXe et XXe siècles », Études c (...)

26En Indochine, l’odieux attentat soulève une indignation profonde. Les réjouissances publiques prévues à l’occasion de la Fête de Jeanne d’Arc sont annulées et les édifices publics sont cravatés de crêpe noire73. Un flot de condoléances annamites, dont les administrateurs rendent compte aux résidents supérieurs, fuse des provinces de toute l’Union74 : les mandarins et principaux notables expriment leur « sincère affliction devant la disparition du grand Français et du grand Indochinois, dont le nom restera étroitement lié à celui de la colonie75 ». Le 19 mai, une oraison funèbre est prononcée à la pagode Dong Thuan (Haiduong) à la mémoire de Paul Doumer. Cette imposante cérémonie bouddhique est célébrée à la demande des autorités communales indigènes76. Le 8 juin, le conseil municipal d’Hanoi décide de baptiser un quai Paul Doumer 77. L’assassinat du président provoque également une « véritable consternation »78 en Corse, dont la préfecture à Ajaccio est submergée de messages de condoléances79. L’île s’enorgueillit d’avoir su, en 1912, remettre le grand citoyen à la place qu’il méritait80. Un comité est constitué par Henri Pierangeli81, ancien conseiller général et député, en vue d’ériger un monument à la mémoire du président Doumer, quai du Nouveau-port à Bastia82. Un buste en marbre du président Doumer est commandé par la ville de Bastia au sculpteur Yves Borghesi83. Certaines municipalités, telles que Viggianello, refusent toutefois de mettre le drapeau en berne le jour des funérailles officielles du président Doumer, ce qui est dénoncé au préfet par quelques citoyens anciens combattants.

L’assassin et ses mobiles

  • 84  Vicheney (Dimitri), op. cit., p. 57.
  • 85  Falk (André), « Un tueur nommé délire : l’assassinat du président Doumer (6 mai 1932) », in Guille (...)
  • 86  Rabaut (Jean), Jaurès et son assassin, Paris, Centurion, 1967.
  • 87  CHAN, 603 AP, fond Henri Géraud.

27En abattant Paul Doumer, Gorguloff veut à la fois punir la France et attirer l’attention du monde sur les malheurs du peuple russe. Objectif doublement atteint. Supprimer le chef de l’État en pleine effervescence électorale peut terriblement bouleverser un pays. En même temps, les motivations de Gorguloff ne rejoignent pas les préoccupations principales de la société française de 1932 : amener la France à déclarer la guerre à la Russie est un sujet sur lequel la population française, davantage préoccupée par les premières manifestations de la crise économique et par le développement des ligues factieuses, n’est pas mobilisée a priori. Dans les carnets retrouvés sur Gorguloff, on peut lire des phrases délirantes du genre : « et à présent, écoute-moi, ô France ! Moi, chef des fascistes russes, je tue moi-même le président de la République française Paul Doumer… Et maintenant, j’ai accompli mon devoir envers ma patrie, la Russie nationale84 ! ». Devant ce fatras mystico-patriotique, l’idée qui va guider ses avocats pour sauver la tête de leur client sera de plaider la folie. Ceux-ci sont au nombre de trois, commis d’office : maîtres Marcel Roger, Pierre Xardel et Henri Géraud. Ce dernier n’est pas un inconnu85. Un des ténors du barreau, il s’est fait connaître en plaidant dans des affaires célèbres. Il a en particulier obtenu l’acquittement de Rémi Couillard, domestique de Madame Steinheil, maîtresse du président de la République Félix Faure, accusé de complicité dans le meurtre de sa patronne, puis, surtout en 1919, de Raoul Villain, assassin de Jean Jaurès le 31 juillet 191486. D’emblée, une grosse pression s’exerce sur le dossier, attestée par l’innombrable correspondance reçue par maître Géraud87, des autorités religieuses lui demandant sa clémence aux milliers de lettres de citoyens français bouleversés par l’attentat du président Doumer – ainsi Myriam, « une petite Française qui a bien de la peine » –, des mots anonymes d’insultes aux messages de confrères ou d’aliénistes viennois psychoanalyticiens.

  • 88  Vicheney (Dimitri), op. cit., p. 57.
  • 89  Falk (André), op. cit., p. 151.
  • 90  Richard (Abraham), Alexandre Kerensky, the first love of the Revolution, New York, Columbia Univer (...)
  • 91  Le « Printemps hôtel » existe toujours au 31 rue du Commerce (XVe arrondissement de Paris).

28La folie de Gorguloff aurait pu être admise par la justice car son comportement en prison est des plus étranges : tantôt il tient à ses gardiens des discours décousus et prophétiques, tantôt il se plonge dans un mutisme total et lit les Évangiles88. À travers toutes ces élucubrations, le patient juge Fougery réussit toutefois à reconstituer ce que fut la vie de Gorguloff jusqu’au 6 mai 1932. La mère de Gorguloff habite en URSS, où, comme en France, on se passionne pour cette affaire. Contactée par des journalistes soviétiques, elle reconnaît formellement son fils sur les photos. Né le 29 juin 1895 dans une « stanitsa » (village de cosaques) de la ville de Labinsk (Caucase), Gorguloff entreprend des études de médecine à Ekaterinodarsk89. La guerre de 1914 l’empêche de les mener à terme. Il est en effet alors mobilisé dans un régiment de cosaques. À la première révolution de 1917, il se rallie à Kerinsky90 avant de se ranger aux côtés des blancs et de devoir émigrer en Pologne puis à Prague en 1921. Ses épouses (il est alors double bigame) se plaignent d’être battues par lui. Il achève ses études de médecine et ouvre un cabinet médical, connu pour avoir pratiqué des avortements clandestins. Il publie divers livres et se lance en politique, fondant un parti fasciste « vert ». Celui-ci prévoit un programme extravagant, notamment la création d’un triumvirat dont il aurait été le président. Le dédain avec lequel ministères et directeurs de journaux accueillent le programme du parti de Gorguloff décide ce dernier à l’imposer par un éclat. Dans son esprit tourmenté germe la pensée du crime. Expulsé de Tchécoslovaquie en 1930, Gorguloff se réfugie alors en France. Il habite d’abord à Billancourt chez un certain Nekrassoff dans le quartier alors peuplé d’ouvriers russes de Renault. Gorguloff déménage ensuite à Paris dans un hôtel situé au 31 rue du Commerce portant le nom de « Pensez-y »91. Il y ouvre de nouveau un « cabinet médical » destiné aux nombreux émigrés russes de ce quartier et fait paraître des annonces dans le quotidien monarchiste d’extrême-droite La Renaissance pour les réunions politiques de son parti. Expulsé de France en décembre 1931 pour exercice illégal de la médecine, il revient à Paris le 4 mai 1932 pour s’installer rue Victor Cousin dans un hôtel proche de la Sorbonne. Le 5, il va prier longuement à Notre-Dame et passe le reste de la journée à s’enivrer de bar en bar. Le 6, il se rend dès le matin à l’association des écrivains combattants et se fait délivrer, au nom de Paul Brède, une carte d’entrée pour la vente des livres organisée par cette association.

  • 92  Fau-Vincenti (Véronique), « La bataille de l’article 64 », L’Histoire, numéro spécial « Le crime » (...)
  • 93  CHAN, 603 AP/3, tribunal de la Seine, rapport médico-légal des docteurs Truelle, Rogues de Fursac (...)
  • 94  CHAN, 603 AP/4, expertises médicales contradictoires de Gorguloff (1931-1932).
  • 95  « La journée des aliénistes au procès de Gorguloff », Le Journal, 27 juillet 1932.

29Ses trois avocats demandent au juge d’instruction de faire procéder à une expertise médicale sur l’état mental de Gorguloff. Tâche délicate, pour la justice des hommes, que de juger le brouillard d’une conscience. Le 31 mai, une commission d’experts comprenant les psychiatres Genil-Perrin, Truelle et Rogues de Fursac, médecins en chef des asiles publics d’aliénés de la Seine, examine l’accusé et ne trouve pas de trace de folie au sens de l’article 64 du Code pénal de 181092. Celui-ci précise qu’« il n'y a ni crime ni délit lorsque le prévenu était en état de démence au temps de l'action ». Un rapport médico-légal de quatre-vingts pages est versé au dossier93. L’hypothèse du crime par passion politique est examinée mais Gorguloff, ne présentant ni troubles mentaux ni anomalies psychiques susceptibles d’atteindre sa responsabilité pénale, est déclaré entièrement responsable de ses actes. Les avocats demandent aussitôt une contre-expertise. Effectuée par les docteurs Logre et Lorrain, elle conclut dans un sens diamétralement opposé que Gorguloff, cas-frontière, est un psychopathe délirant, une sorte de « demi-fou lucide de type régicide94 ». Le cas semble inédit. Débats d’experts d’une discipline en pleine construction95. Crime d’Œdipe ? Freud est également convoqué. Gorguloff aurait tué en Doumer un père, père de famille nombreuse et père de la patrie française, vieillard à la barbe blanche, symbole de paternité. Dans ces conditions, la responsabilité se trouverait, à leurs yeux, très atténuée. Pour appuyer la thèse de la folie, les avocats invoquent le fait que le surnom de « Brède », pris par Gorguloff, signifie « délire » en russe. La preuve est-elle suffisante ?

Le procès et l’exécution publique

  • 96  « Le procès Gorguloff », Aux écoutes, 26 juillet 1932.
  • 97  CHAN, 603 AP/1, Paris-Midi, 13 mai 1932.
  • 98  Berstein (Gisèle et Serge), Dictionnaire historique de la France contemporaine (1870-1945), Bruxel (...)
  • 99  Marcou (Lilly), Ilya Ehrenbourg, Paris, Plon, 1992 ; Ehrenbourg (Ilya), Les deux pôles : souvenirs(...)
  • 100  Cœuré (Sophie), op. cit., p. 188.

30Le procès de l’assassin du président Doumer s’ouvre le 26 juillet 1932 devant la cour d’assises de la Seine. Des mesures d’ordre exceptionnelles sont prises. C’est, annonce-t-on, un roman à la Dostoïevski qui va se dérouler96. Tous les ingrédients sont réunis pour passionner l’opinion publique mondiale. L’affaire déchaîne les passions. Journaux américains et anglais se disputent le droit de publier des extraits du manuscrit de Gorguloff, Le roman d’un cosaque97. Dans la salle des assises, de nombreux écrivains et journalistes ont été dépêchés par les rédactions du monde entier. On note la présence de Pierre Mac Orlan et Pierre Dominique98. Derrière la cour, l’écrivain et journaliste russe Ilya Ehrenbourg, envoyé à Paris pour le compte des Izvestia99 avant de devenir l’année suivante le correspondant à Paris de la Pravda100. L’attentat, politique, frappe les esprits car il prend pour décor la rue, la place publique.

  • 101  Garçon (Émile), Code pénal annoté, t. 1, Paris, Sirey, 1952, p. 415.
  • 102  Reproduit dans Garçon (Émile), op. cit., p. 415.

31Aucune disposition n’existe dans le droit pour qualifier l’assassinat du président de la République. Avec l’avènement de la IIIe République, l’article 86 du Code pénal, sanctionnant l’attentat contre l’empereur et, accessoirement, la famille impériale, est considéré comme tacitement abrogé101. Il faut attendre un décret-loi du 29 juillet 1939 pour que l’on entérine définitivement sa suppression du Code pénal. Pénalement, on considère l’attentat contre le président de la République sur le même plan que l’atteinte à un individu ordinaire. Aussi Gorguloff est-il, comme le fut Caserio, jugé par la cour d’assises. On retrouve de la part des autorités, déterminées à assurer au crime un châtiment exemplaire, un refus de l’assimilation pénale au crime politique, soustrait à la peine de mort depuis 1848. Une démarche d’autant plus aisée que la notion même de « crime politique » n’a jamais été définie par la loi. Un arrêt de la Cour de Cassation tranche la question en 1932. Celui-ci fait suite au pourvoi formé par Gorguloff après sa condamnation à mort stipulant qu’« en violation des articles 5 de la constitution du 4 novembre 1848, 1er de la loi du 8 juin 1850 et 86 du Code pénal, l’arrêt de la cour d’assises de la Seine avait appliqué la peine de mort à un crime dont le caractère politique ressortait de l’acte d’accusation et des termes mêmes de la déclaration du jury ». L’appel est rejeté le 20 août 1932 sous motif que « l’article 5 de la constitution […] ne profite qu’aux crimes et aux délits politiques et non à l’assassinat qui, par sa nature et quels qu’en aient été les motifs, constitue un crime de droit commun102 ». Son geste pénalement relégué à un simple homicide, Gorguloff va pouvoir payer de sa vie l’offense qu’il a faite à l’État.

  • 103  « Le procès Gorguloff », Aux écoutes, 26 juillet 1932.
  • 104  Ibid.
  • 105  Ibid.

32La prison a eu beau le faire fondre, amenuiser ses traits, on devine une structure de brute, de gorille aux instincts primitifs, note-t-on de l’assassin103. Les descriptions qui sont faites de Gorguloff dans la presse insistent toutes sur son apparence bestiale. Ses mains énormes, ses méplats accentués, son regard de bête traquée sous le cheveu rebelle témoignent, à n’en point douter, de sa brutalité104. Le tout trempé de cet évangélisme slave où le sadisme côtoie le masochisme105. D’étranger, Pavel Gorguloff devient non-civilisé. La mystérieuse âme slave est assurément différente de la logique cartésienne. Les portraits se focalisent sur ce caractère. Finalement, « Gorguloff ne serait-il pas un simulateur ? », titre Le Figaro du 27 juillet 1932. Gorguloff n’est pas fou, son comportement tient simplement au fait qu’il appartient à une ethnie différente de la « nôtre ». D’où cette réplique des avocats : « s’il était Français, on le mettrait à l’asile ! ». Le procureur Donat-Guigue réclame le châtiment suprême. Un réquisitoire sévère aux dramatiques accents hugoliens. Les avocats ont alors la lourde tâche de défendre leur client. En vain.

  • 106  PPP, BA1683, « Gorguloff est condamné à mort », Le Quotidien, 28 juillet 1932.
  • 107  CHAN, 603 AP/1, Vautel (Clément), Le Journal, 31 juillet 1932 ; Naquet (Emmanuel), « La Ligue des (...)
  • 108  CHAN, 603 AP/3.
  • 109  PPP, BA1683, « L’affaire Gorguloff n’est point terminée : Chiappe doit être révoqué ! », L’Humanit (...)

33Gorguloff est condamné à mort le 27 juillet. Il accueille le verdict avec indifférence, le cou nu comme déjà prêt au supplice106. Toutes les circonstances atténuantes sont repoussées. Son pourvoi est rejeté par la cour de cassation. Les avocats tentent alors, de nouveau en vain, de provoquer une révision du procès. Il ne reste plus que l’hypothèse d’une grâce présidentielle de la part du nouveau président de la République, Albert Lebrun. Appuyés par Victor Basch au nom de la Ligue des droits de l’homme107, les avocats introduisent une telle demande. Ils sont reçus à Rambouillet par le président Lebrun, qui les écoute très attentivement et demande à réfléchir. Il se dit dans l’opinion que cela dépendra de Madame Doumer, qu’elle seule pourra sauver « le malheureux »108. La commission des recours rend un avis défavorable. L’Humanité réclame alors la révocation de Jean Chiappe, préfet de police de Paris, proche de l’extrême-droite109.

  • 110  PPP, BA1683, « On a tué un fou : l’exécution de Gorguloff a eu lieu hier matin », Le Peuple, 15 se (...)
  • 111  PPP, BA1683.
  • 112  Ibid., « La guillotine a fonctionné », La dernière heure, 15 septembre 1932.
  • 113  PPP, BA1683, « Les derniers instants de l’assassin Gorguloff exécuté hier matin », Le Journal, 15 (...)

34Le 13 septembre, le président refuse solennellement la grâce de Gorguloff. La clémence, même envers un fou, semble inconvenante. L’opinion publique ne l’accepterait pas. À l’aube du 14 septembre, celui-ci est amené à la guillotine dressée boulevard Arago devant la prison de la Santé. Auparavant, il reçoit la visite du pope Léon Gillet, auquel il se confesse et qui le fait communier. On ajoute à cela deux verres de rhum. Le Russe refuse la cigarette. Les dernières paroles de Gorguloff sont : « Russie, sainte Russie, ma patrie110 ». Les exécutions capitales restant publiques jusqu’en 1939, la foule parisienne, évaluée à 3 000 personnes111, est venue en masse pour assister à l’exécution. Elle se presse sur tout le boulevard Arago entre la rue Saint-Jacques et la place Denfert-Rochereau. Des grappes humaines sont même juchées sur le Lion de Belfort pour ne rien perdre du spectacle de la décapitation de Gorguloff. L’exécution a lieu à 5 heures 57 entre deux haies de cavaliers, sabre au clair. Avec une rapidité qui surprend même les habitués de ces scènes dramatiques112. Il ne se passe pas dix secondes en effet entre le temps où Gorguloff apparaît dans l’ouverture du fourgon, mené par deux chevaux noirs, et celui où le couperet tombe. Il ne se passe pas une minute non plus avant que le panier d’osier dans lequel le corps roule et où l’un des aides verse la tête soit lui-même fermé, notent les observateurs avec précision113.

  • 114  PPP, EA148(1), Marlotte (Édouard), « Le "dictateur vert" assassine le président de la République » (...)
  • 115  Ibid.
  • 116  Rudé (George), La foule dans la Révolution française, Paris, Maspéro, 1982.
  • 117  PPP, BA1683.
  • 118  Ehrenbourg (Ilya), Les deux pôles : souvenirs, op. cit., p. 290.

35« Une tête mal taillée », fait remarquer le bourreau Deibler, exécuteur en chef des arrêts criminels de France, sa besogne faite114. Remarque énigmatique : le couperet a-t-il tranché de travers ou le bourreau considère-t-il que son client manquait de raison ? Le corps est transporté dans le fourgon qui s’en va vers le cimetière d’Ivry. Là a lieu un simulacre d’inhumation. À 6 heures, le boulevard Arago est déblayé. La machine est nettoyée, démontée et emportée. Les barrages rompus, la foule se précipite vers l’endroit où a eu lieu l’exécution. Du sable frais marque la place où la guillotine, quelques instants plus tôt, a fait expier son crime à Gorguloff115. Une occasion rêvée pour la presse populaire britannique de publier des articles tendancieux réactivant les vieux clichés de la folie révolutionnaire française116. Des scènes de désordre voire d’orgie expiatoire pendant l’exécution du criminel sont décrites, des femmes chantant et dansant autour de l’échafaud encouragées par une foule hystérique117. Pour Ilya Ehrenbourg, le procès de Gorguloff est plus sérieusement une introduction psychologique aux dix années qui suivent : « le mot de guerre se fait familier. Les hommes commencent partout à sombrer dans la cause. Plane une odeur de sang118 ».

Un complot ?

  • 119  Colloque « Régicide et meurtre de l’homme d’État : histoires, formes, représentations », Universit (...)

36Paul Doumer est le deuxième chef de l’État de la IIIe République qui meurt assassiné mais l’unique président de la République victime d’un attentat au XXe siècle119. Avant lui, Sadi Carnot est en effet poignardé le 25 juin 1894 à Lyon par l’anarchiste italien Caserio. Plus chanceux, le président Loubet échappe miraculeusement, à sa sortie de l’Opéra rue de Rohan le 31 mars 1905, à un attentat alors qu’il accompagne le roi Alphonse XIII, à qui est destinée la bombe. Le 14 juillet 1922 avenue des Champs-Élysées, l’anarchiste Charles Jouvet tire plusieurs coups de revolver sur la voiture du préfet de police, qu’il prend à tort pour celle d’Alexandre Millerand, président de la République. La liste des hommes politiques assassinés sous la IIIe République française ne s’arrête pas là. Jean Jaurès est assassiné le 31 juillet 1914 au Café du Croissant à Paris par Raoul Villain, un étudiant nationaliste. Louis Barthou, ministre des Affaires étrangères, meurt le 9 octobre 1934 à Marseille lors de l'attentat commis contre le roi Alexandre 1er de Yougoslavie.

  • 120  Monier (Frédéric), Le complot dans la République : stratégies du secret de Boulanger à la Cagoule, (...)
  • 121  Jevakhoff (Alexandre), op. cit.
  • 122  Cœuré (Sophie) et Monier (Frédéric), « Paul Gorgulov, assassin de Paul Doumer (1932) », Vingtième (...)
  • 123  Beuve-Méry (Hubert), Paroles écrites : mémoires, Paris, Grasset, 1991, p. 51-55 ; Greilsamer (Laur (...)

37L’attentat intervient deux jours avant le second tour d’élections législatives qui annoncent un raz de marée de la gauche. Dans ce contexte politique interne, il est tentant de présenter le meurtre comme un complot120. Complot rouge ourdi par l’Internationale communiste ? Complot blanc étayant l’idée d’un « contre-État » des Russes blancs121 en France ? Complot brun, les nazis manipulant l’assassin ? Tentative de différer les élections et saisir l’occasion d’une prise de pouvoir musclée ? Les lectures du crime sont plurielles et confuses122. Les différentes campagnes de propagande autour de conjurations imaginaires indiquent cependant l’importance du choc éprouvé par l’opinion publique. L’acte purement individuel d’un déséquilibré est l’hypothèse la plus rassurante. C’est cette thèse qui finit par s’imposer, notamment grâce aux efforts du jeune Hubert Beuve-Méry, trente ans, futur fondateur du Monde (1944), envoyé par la rédaction du Matin et en complet désaccord avec elle sur ce dossier123.

  • 124  Descaves (Max), « Gorguloff va être jugé », Vu, 10 juillet 1932.
  • 125  CHAN, F7, 15960/3 ; Bourgeois (Guillaume), « Laurent-Darnar », in Pennetier (Claude) (dir.), Dicti (...)
  • 126  Franklin-Marquet (Henry), Ceux qui ont tué Paul Doumer : la vérité sur l’affaire Gorguloff, préfac (...)
  • 127  CHAN, 603 AP/1, L’Action française, 7 mai 1932.
  • 128  Ibid., Brémond (général), « Attentats », Vu, 10 juillet 1932.
  • 129  Archives de l’Internationale communiste, Moscou, Centre russe de conservation et d’étude des docum (...)

38L’enquête du juge d’instruction Fougery est formelle : le crime de Gorguloff est le fait d’un solitaire124. Il n’aurait pas été payé. Il n’aurait pas obéi non plus à des suggestions d’autrui (agents soviétiques ou cosaques blancs). Il n’y aurait pas eu de ramifications politiques. Il n’y aurait eu ni complice ni complot. Or pour de nombreux observateurs, il est évident que Gorguloff est l’exécuteur des ordres d’une organisation politique puissante. Les autorités ont intérêt à régler l’affaire au plus vite sinon à l’étouffer, ce qui fait dire à certains commentateurs que l’instruction du juge Fougery aurait été frelatée. Le vrai procès a-t-il été escamoté ? Personne en France ne saura jamais si Gorguloff était partisan des Russes blancs ou des Soviets et pour le compte de qui il a agi et même s’il a agi pour quelqu’un ou non. Ses confidences laissent supposer des liens étroits avec les milieux d’extrême-droite des émigrés russes. Il professe en outre une grande admiration pour Mussolini et pour Hitler. S’appuyant sur ces zones d’ombre, Henry Franklin-Marquet – pseudonyme emprunté par Pierre Laurent-Darnar, cadre du parti communiste français125 –, dans un livre préfacé par le député communiste Paul Vaillant-Couturier et intitulé La vérité sur l’affaire Gorguloff126, s’aligne sur la thèse soviétique selon laquelle l’assassinat de Paul Doumer résulterait d’une action montée par les organisations paramilitaires des émigrés russes de tendance monarchiste, les fameux « gardes blancs »127. L’auteur affirme que le juge d’instruction Fougery, chargé de l’affaire, logerait un cosaque et aurait un chauffeur-garde blanc… Un silence absolu sur le crime est ordonné dans les journaux soviétiques128. Staline fait répondre autoritairement au correspondant du Daily Chronicle qu’il ne peut dire quoi que ce soit sur l’assassinat de Paul Doumer129.

  • 130  PPP, BA2041, Daudet (Léon), « La maçonnerie et l’assassinat de Paul Doumer », L’Action française, (...)
  • 131  Koudriavtsev (Sergueï), Une version de l’affaire Gorguloff (en russe), Moscou, Gileïa, 1999.

39Gorguloff aurait été choisi en raison de son caractère exalté et de sa relative faiblesse d’esprit. Selon une autre version circulant « sous le manteau », Doumer, de toute façon connu pour sa détermination à réarmer la France le plus vite possible face à la montée des périls qu’il pressentait, non sans raison, était dans le collimateur des mouvements d’obédience fasciste et nazie. Léon Daudet, polémiste de L’Action française ne ratant pas une occasion de s’en prendre à la République, dresse plus tard un parallèle périlleux entre les affaires Gorguloff et Stavisky130 : le « transfuge Doumer » aurait été condamné à mort par « des policiers de la rue des Saussaies », sentence exécutée par « le policier Gorguloff », de même que « l’escroc Stavisky » devait être mis à mort « sur ordre de Camille Chautemps affolé »… L’affaire Gorguloff continue de frapper les esprits. En 1999, le romancier russe Sergueï Koudriavtsev publie Une version de l’affaire Gorgulov131, roman étrange composé de documents mais n’apportant rien de neuf à l’épais dossier.

  • 132  Monniot (Albert), « Paul Doumer », in Les morts mystérieuses : les crimes de la mafia, Paris, Nouv (...)
  • 133  Lucile Pasquier-Doumer (petite-fille de Paul Doumer), entretien avec l’auteur, 31 mai 2005.

40Quelques faits troublants peuvent étayer la thèse du complot. Quelle qu’en soit la couleur.    Cette idée, reformulée au fur et à mesure des événements, perdure ainsi tout au long des années 1930132. Le témoignage inédit de Lucile, la petite-fille du président, est accablant. Invitée avec sa cousine Andrée par leur grand-père à assister au salon du livre des écrivains combattants du 6 mai, elles en sont finalement tenues à l’écart au dernier moment par ce dernier133. Prémonition ? Paul Doumer se sait de plus en plus menacé. Veut-il épargner à ses petites-filles chéries le risque de scènes violentes ? Les circonstances de l’assassinat du président Doumer continuent de jeter le trouble dans les esprits. Doumer serait tombé sous les balles de tous ceux qui, craignant une deuxième guerre mondiale qui aura toutefois lieu, ne veulent pas d’une France forte, militarisée, se préparant à la guerre.

La vacance du pouvoir et l’urgence de la succession

  • 134  Reynaud (Paul), L’Intransigeant, 8 mai 1932 : « À la veille de la guerre, le sang de Jaurès a cime (...)
  • 135  PPP, DB531.
  • 136  Ibid., Le Petit Parisien, 24 mai 1932.
  • 137  Ibid., Burnat (André), L’Intransigeant, 27 novembre 1963.

41Devant l’émotion suscitée par l’assassinat de Paul Doumer et la vacance angoissante du pouvoir à la tête de l’État, André Tardieu, président du Conseil, publie un « message à la nation » dès le 8 mai 1932. Le texte, bref, paraît en particulier en première page de l’édition du 8 mai 1932 du Petit-Matin. L’objectif est de rassurer le peuple français auquel le message est adressé. Le gouvernement souhaite faire de l’élection du successeur de Doumer « un geste d’unanimité exprimant une parfaite solidarité nationale134 ». Dans l’immédiat, le service de sécurité du président, accablé de critiques, est accusé de manquements. Aucune précaution particulière n’a en effet été prise le 6 mai 1932. Parmi les conséquences immédiates de l’assassinat du président Doumer, le décret du 21 mai 1932 rattache le service de Sûreté de la présidence de la République à la préfecture de police de Paris135. Les choses ne traînent pas. Les différents responsables sont réunis le 13 mai 1932 dans le cabinet d’André Tardieu, président du Conseil. Raison de fait : le président réside généralement dans la capitale. C’est donc à la préfecture de police, pourvue des moyens matériels les plus immédiats et les plus puissants, que doit incomber la surveillance du palais de l’Élysée. Raison de droit : la question de la répartition de la dépense étant secondaire en l’espèce pour les Français, un compromis interviendra plus tard entre la ville de Paris et l’État à ce sujet. Cette mesure constitue en fait un retour à un ancien état des choses existant avant 1893. À cette date, le conseil municipal de Paris ayant refusé de voter les crédits nécessaires à la préfecture de police pour la surveillance de l’Élysée, on décide alors de confier celle-ci à la Sûreté générale. On regrette qu’il ait fallu attendre le tragique assassinat du président Doumer pour revenir à la tradition historique136. La polémique est relancée à l’occasion de l’assassinat du président américain John F. Kennedy le 22 novembre 1963 à Dallas. « Un tel attentat serait impossible en France », assure L’Intransigeant : « toutes les fenêtres sont surveillées, tous les immeubles sont visités137 ».

  • 138  Berstein (Serge), La France des années 30, Paris, Armand Colin, 1995, « La victoire des radicaux a (...)
  • 139  PPP, BA 1683, « La composition de la nouvelle Chambre : élections législatives des 1er et 8 mai 19 (...)
  • 140  Castagnez (Noëlline) et al. (dir.), Socialistes et radicaux : querelles de famille, Paris, Presses (...)
  • 141  PPP, BA 1683, « L’impression à Washington », Le Matin, 10 mai 1932.

42Le succès des partis de gauche est confirmé aux élections du 8 mai 1932. La gauche totalisant 334 députés contre 259 pour la droite138, la nouvelle Chambre est ainsi plus à gauche que celle de 1924139. Le parti radical, dont l’expérience politique s’est avérée un échec lors du Cartel des gauches (1924-1926), apparaît six ans plus tard comme porteur de l’espoir des Français. On dirait une loi permanente de pendule, commente-t-on. Le scrutin débouche apparemment sur un « nouveau cartel ». Il y a cependant beaucoup moins d’objectifs communs entre radicaux et socialistes qu’il n’y en avait en 1924140. Herriot, rendu plus prudent par l’expérience, ne fera guère d’efforts pour obtenir la participation de la SFIO à son gouvernement, repoussant notamment tout son programme de nationalisations. L’instabilité et l’impuissance gouvernementales vont profondément secouer le régime. Dans les milieux officiels américains, qui suivent la situation française de près, on espère que le glissement vers la gauche, accusé par le résultat des élections, exercera une influence pacifique sur la situation internationale141. Vœu pieux. Paul Doumer tragiquement assassiné, il convient dans l’immédiat, afin d’éviter une inimaginable vacance du pouvoir, de procéder sans tarder à l’élection d’un nouveau président de la République. La suppléance dévolue automatiquement au président du Sénat, instituée sous la présidence du général de Gaulle, n’existe alors pas encore. Le Congrès est convoqué de sang-froid à Versailles pour le mardi 10 mai 1932, surlendemain du second tour des élections législatives, soit trois jours seulement après le décès de Paul Doumer. La République peut difficilement réagir plus vite.

  • 142  Guitard (Louis), La petite histoire de la IIIe République : souvenirs de Maurice Colrat, Paris, Le (...)
  • 143  Anizan (Anne-Laure), Paul Painlevé (1863-1933) : un scientifique en politique, thèse de doctorat d (...)
  • 144  Le Matin, 10 mai 1932.
  • 145  Journal officiel de la République, 10 mai 1932.
  • 146  Lémery (Henry), D’une République à l’autre : souvenirs de la mêlée politique (1894-1944), Paris, T (...)

43Anatole de Monzie veut faire d’Henry de Jouvenel, son ami d’enfance, un président de la République. Une de ses vieilles idées : Jouvenel chef de l’État et lui-même chef de gouvernement142. Mais le temps passe, les idées se fanent et meurent comme les hommes. Dans l’urgence de la situation, deux candidats apparaissent spontanément à droite et à gauche. À droite, Albert Lebrun, président du Sénat depuis le 11 juin 1931, déjà successeur de Doumer à la présidence de la chambre haute. À gauche, Paul Painlevé, ancien président du Conseil et ancien président de la Chambre143. Un face-à-face bipolaire garant d’équilibre démocratique. En raison toutefois des circonstances dramatiques dans lesquelles intervient cette élection, une sorte d’Union sacrée se fait, aux termes de laquelle ne subsiste qu’une candidature unique144. Painlevé se désiste (avant de mourir l’année suivante), de telle sorte que Lebrun est élu au premier tour de scrutin à une forte majorité de 633 voix sur 826 votants contre 8 à Marcel Cachin, l’éternel candidat communiste, 114 au socialiste Paul Faure, 12 à Painlevé (bien qu’il se soit désisté) et 10 à divers candidats isolés145. En choisissant Lebrun pour remplacer Doumer à l’Élysée, la République ne peut sans doute pas choisir un parlementaire plus soucieux des règles constitutionnelles et des volontés parlementaires, ni d’homme plus respectable mais aussi plus timoré146. Né le 29 août 1871 à Mercy-le-Haut, en Lorraine non annexée, Albert Lebrun, polytechnicien et ingénieur des Mines, est élevé dans la connaissance des durs problèmes de sécurité nationale qui se posent pour la France et ses provinces frontières en particulier. Une connaissance dont il va avoir besoin.

Un « sauveur » titulaire de la gravitas ?

44Une génération spontanée de thuriféraires se forme sitôt Doumer éteint. Le panégyrique de la victime va bon train. La prise de deuil national va de pair avec la construction d’une image consensuelle et apolitique de l’auguste vieillard, dans laquelle l’ensemble de la nation républicaine peut se reconnaître. Consécration d’une vie toute entière gouvernée par le don de soi, la mort de Doumer est présentée comme un sacrifice pour la République. Une véritable martyrologie républicaine se construit autour du défunt. Il s’agit de susciter une dynamique unitaire, de fédérer, de rassembler. La mort tragique du président insuffle un esprit de communion et d’union sacrée dans le recueillement à travers tout le pays. Car, en perdant toute signification politique ou partisane, la représentation posthume de Paul Doumer touche aux fondements mêmes du modèle républicain : la vertu civique, le devoir patriotique, l’ascension sociale par le mérite. Dès lors, en l’assassinant, Gorguloff a tué non pas seulement le chef de l’État mais le père de la patrie, l’incarnation même de la République française. L’attentat commis par Gorguloff acquiert ainsi la dimension d’un « régicide républicain ». Preuve en est la fréquence dans les commentaires des références à Jacques Clément et Ravaillac, assassins d’Henri III et Henri IV. On évoque l’attentat de Caserio, mais aussi ceux commis à l’encontre de Loubet ou de Millerand. L’assimilation peut être expliquée par le besoin, face à un évènement imprévu, de le relier à ce qui est déjà vécu, connu. D’où la référence a ce que l’on juge comme équivalent.

  • 147  Girardet (Raoul), Mythes et mythologies politiques, Paris, Le Seuil, 1986, p. 73.
  • 148  Coornaert (Émile), « Les présidents de la IIIe République », Politique, n° 5, 15 mai 1931, p. 415
  • 149  Anonyme, Un an après… Toute la vérité sur l’assassinat de Paul Doumer, Paris, Imprimerie de la Sei (...)

45L’image post mortem de Paul Doumer rappelle la figure mythique du sauveur politique « à la romaine », inspirée par Cincinnatus, très présente, selon Raoul Girardet, dans la France des années 1920 et du début des années 1930. L’image légendaire du sauveur est celle d’« un vieil homme qui s’est illustré en d’autres temps dans les travaux de la paix ou de la guerre, ayant exercé avec honneur de hautes charges, de grands commandements »147. Ayant fait don de sa personne à la patrie, la tâche du sauveur est d’apaiser et de protéger. Les vertus qu’on lui attribue correspondent très exactement au terme global utilisé par les Latins pour désigner une certaine forme d’exercice de l’autorité politique, celui de gravitas : la fermeté dans l’épreuve, l’expérience, la prudence, le sang-froid, la mesure, la modération, la sagesse circonspecte. D’où, dans les discours de Doumer, la place essentielle occupée par les principes de continuité et de stabilité, les valeurs de permanence et de conservation, dessinant les contours de son magistère dont l’autorité s’exprime sous la forme de préceptes de morale sociale. On trouve ainsi des références à des exempla venus de la Rome antique dans les panégyriques du président Doumer. Il est notamment comparé à Auguste, enfant du peuple parvenu au sommet de l’État148. Tout oppose la vie droite, loyale, entourée d’estime de la victime à la vie incohérente, embrouillée, mystérieuse de l’assassin149.

  • 150  Lorin (Amaury), « Paul Doumer (1857-1932), "bienfaiteur de l’Aisne" : histoire d’une adoption », B (...)
  • 151  Archives départementales de l’Aisne (ADA), AC, E dépôt 401, archives communales de Laon, 2 I 95, c (...)
  • 152  « Le président de la République en Auvergne : inauguration du monument Paul Doumer à Aurillac », L (...)
  • 153  ADC, 2 O 14-7, archives communales de la ville d’Aurillac, monument à la mémoire du président Doum (...)
  • 154  Visite à Aurillac, 2 avril 2008.
  • 155  ADC, 2 BIB 10308, Cérémonies et fêtes en l’honneur de Paul Doumer, plaquette-souvenir des cérémoni (...)
  • 156  Ibid., p. 17.
  • 157  Ibid.

46Le 3 juin 1932, le conseil municipal d’Aurillac donne le nom de Paul Doumer à l’ancienne rue des Tanneurs. Le 27 janvier 1933, Louis Dauzier, maire d’Aurillac, sénateur du Cantal, lance une souscription nationale pour l’érection d’un monument en l’honneur de Paul Doumer à Aurillac. La ville de Laon, où Doumer fit ses débuts en politique comme conseiller municipal dès 1887150, est, le 27 janvier 1933, la première de France à répondre à l’appel aurillacois151. Inauguré le 22 juillet 1934 par Albert Lebrun, président de la République152, le monument est dû à l’architecte parisien Georges Breuil et au sculpteur Armand Martial153. Il se compose d’un long fût cylindrique de granit sur lequel une grande figure élève une couronne d’immortelles vers l’effigie du grand mort, dont le profil est coulé dans le bronze. À la base, quatre bas-reliefs circulaires évoquent les qualités prêtées au président défunt : la volonté, la probité, le devoir, la bonté. Entre ces bas-reliefs, deux inscriptions, dont celle-ci, s’efforcent de camper le personnage : « enfant du peuple, travailleur infatigable, il allia à la plus grande bonté la ténacité et la volonté, dont il reste le magnifique exemple. Il éleva le sentiment du devoir jusqu’au renoncement en sacrifiant la vie de quatre fils sur l’autel de la patrie. Paul Doumer symbolise les vertus de l’âme antique154 ». Les gens d’Aurillac vénèrent la dignité austère de la vie de Paul Doumer, « lointain successeur de Vercingétorix155 ». Probe et laborieuse, elle demeure « l’un des plus parfaits miroirs de l’âme auvergnate156 ». Un hymne à Paul Doumer est composé et joué pour l’occasion. Toutes les provinces françaises rendent hommage au président défunt. Accompagnée de la philharmonique municipale, la bourrée d’Aurillac est dansée. Un groupe artistique de Lorraine exécute rondes et chants, cédant la place aux « reines de Nice » puis à la Société de folklore de Saumur. Avant que les Alsaciens chantent une symbolique Marseillaise à gorge déployée et déposent à leur tour une gerbe de fleurs. La France défile au pied de la statue du président157. Dans l’émotion, l’hagiographie est totale.

  • 158  Vincent (Karelle), « Le régicide en République : Sadi Carnot, 24 juin 1894-Paul Doumer, 6 mai 1932 (...)

47Cela étant, la frénésie commémorative constatée après la mort de Carnot tranche avec un travail de mémoire faisant singulièrement défaut pour Doumer, dont le souvenir n’est plus guère célébré que dans le cercle restreint d’associations particulières158. À son poste depuis sept ans, Carnot avait eu le temps d’occuper l’espace de la fonction présidentielle. Avantage que confère la durée, alors que l’élection de Doumer à la présidence de la République en 1931, symbole du désaveu de la droite de la politique de conciliation de Briand vis-à-vis de l’Allemagne, a suscité une forte hostilité de la gauche et de l’extrême-gauche.

« Mort pour la France » comme ses fils

  • 159  Hillairet (Jacques), Dictionnaire historique des rues de Paris, Paris, Éditions de Minuit, 1997, 1 (...)
  • 160  Frédérique Neau-Dufour, conseillère mémoire, secrétariat d’État à la Défense et aux Anciens combat (...)
  • 161  Philippe Nivet-Doumer (arrière-petit-fils de Paul Doumer), entretien avec l’auteur, 20 décembre 20 (...)
  • 162  Ibid.
  • 163  PPP, EA148(1), « Le souvenir de Paul Doumer », Le Figaro, 8 mai 1967.

48Le paquebot « président Doumer » est lancé à La Ciotat le 22 janvier 1933 par la Société provençale de constructions navales. En présence de nombreuses personnalités (Fernand Bouisson, président de la Chambre des députés, le maréchal Pétain, le contre-amiral Le Bigot, Alexandre Millerand, etc.) et d’une affluence énorme. Blanche, accablée, a accepté le parrainage de la cérémonie mais abrite finalement sa douleur dans un isolement sévère. À Paris, l’avenue de la Muette, dont l’ouverture est amorcée en 1912 et achevée entre 1924 et 1933, reçoit le 12 mai 1933 le nom du président de la République Paul Doumer159. Ensuite, une plaque est apposée en 1933 sur le monument de Navarin (Marne), inauguré en 1924 par le général Gouraud, proche de Paul Doumer : le président assassiné est, comme ses fils tombés des suites de la Grande Guerre, déclaré « mort pour la France ». Martyre de la République, Doumer meurt en soldat, à son poste. Enfin, la poste française rend hommage au président Paul Doumer en émettant un timbre à son effigie en 1934. Jean Perreau-Pradier, benjamin du cabinet de Paul Doumer à l’Élysée, préfet puis conseiller technique au secrétariat d’État aux anciens combattants160, s’efforce jusqu’à sa mort de perpétuer le souvenir de Paul Doumer. Organisant chaque année une cérémonie commémorative le 6 mai au cimetière de Vaugirard avec l’association des écrivains combattants, Perreau-Pradier est, pendant cinquante ans, la cheville ouvrière de la mémoire de Paul Doumer161. Jusqu’à la guerre de 1939-1945, l’association des écrivains combattants dépose une couronne de fleurs le 6 mai de chaque année sur la tombe du président Doumer. Le culte perdure après-guerre. Sous la présidence de René Coty, l’association commémore le centenaire de sa naissance le 22 mars 1957162. À cette occasion, un texte hagiographique de Maurice Genevoix, académicien et écrivain combattant, est lu aux écoliers, collégiens et lycéens de France. Le trente-cinquième anniversaire de la mort tragique du président Doumer est célébré au cimetière de Vaugirard. Pierre Chanlaine retrace les étapes du cursus honorum de Paul Doumer163 : si, dit-il, Paul Doumer avait pu conduire son septennat jusqu’à son terme (1938), le cours de l’histoire n’aurait sans doute pas été tout à fait le même. En particulier, beaucoup de choses auraient été changées dans l’histoire militaire de la France.

  • 164  Philippe Nivet-Doumer, entretien avec l’auteur, 20 décembre 2007.
  • 165  Frémy (Dominique), Quid des présidents de la République, Paris, Robert Laffont, rééd. 1987, p. 352
  • 166  Archives départementales de Paris (ADP), DQ7 / 33907, 9e bureau, 7 octobre 1933, n° 1692, déclarat (...)
  • 167  Le Figaro, 5 avril 1933.
  • 168  « Les obsèques de Mme Paul Doumer », Le Matin, 8 avril 1933.

49Jean-Pierre et René Doumer – fils de Fernand, seul fils survivant de Paul Doumer – n’ayant pas eu de garçon, le patronyme Doumer est en voie de disparition. Un décret présidentiel du 3 juin 1935 permet ainsi à Philippe Nivet, fils d’Andrée Doumer, futur attaché parlementaire de Pierre Messmer, d’ajouter le patronyme Doumer à son nom de famille164. Blanche meurt quelques mois après Paul, non pas des suites d’un « accident de voiture » comme il est écrit à peu près partout, mais de chagrin. Blanche ne se trouve pas non plus dans une « situation financière difficile » à la mort de Paul165. Elle laisse bien plutôt à ses descendants un héritage important, en particulier une coquette somme de près de 2,5 millions de francs, importante pour l’époque166. Le 5 avril 1933, les journaux nationaux rendent tous unanimement hommage à cette grande Française, symbole et modèle de dignité des épouses et des mères françaises, dont on dit qu’elle a touché le fond de la douleur humaine167. La foule déférente vient nombreuse saluer le cercueil de la veuve de l’ancien chef d’État sur le parvis de l’église Notre-Dame-de-Grâce de Passy. La doumérie est réunie au grand complet. « Au nom de toutes les mères françaises », Blanche la discrète avait tenu à raviver la flamme aux côtés de son mari président de la République le 11 novembre 1931168. Son geste avait alors bouleversé la France entière.

  • 169  Agulhon (Maurice), La République, t. 1, « L’élan fondateur et la grande blessure (1880-1932) », Pa (...)
  • 170  Duroselle (Jean-Baptiste), La décadence (1932-1939) et L’abîme (1939-1945), Paris, Imprimerie nati (...)
  • 171  Jouvenel (Bertrand de), Un voyageur dans le siècle (1903-1945), Paris, Robert Laffont, 1979, p. 10 (...)
  • 172  Ford (Franklin), Le meurtre politique : du tyrannicide au terrorisme, Paris, PUF, 1990, p. 21.

50Autant le bref séjour élyséen de Paul Doumer n’a été troublé par aucun fait marquant avant que ne survienne son tragique assassinat, autant le long mandat d’Albert Lebrun, contraint à se retirer en juillet 1940, connaîtra une succession ininterrompue de graves évènements de tous genres, tant à l’intérieur que surtout à l’extérieur, précipitant l’Europe puis bientôt le monde dans un second conflit mondial. La période qui s’ouvre après la disparition de Doumer va désormais être vécue comme une irrépressible marche à la guerre. Le meurtre du président Doumer apparaît ainsi comme un événement charnière. Le 6 mai 1932 marque une nette césure, clôturant un intense cycle républicain, de « l’élan fondateur » à « la grande blessure » selon les mots de Maurice Agulhon169, avant « la décadence » puis « l’abîme » selon ceux de Jean-Baptiste Duroselle170. Quatorze ans après la « der des ders », la France passe tragiquement ce jour-là de l’après-guerre à un nouvel avant-guerre. Un changement de climat qui n’échappe à aucun contemporain171. Le début des années 1930 voit l’invention du crime politique moderne où se noue le lien entre violence politique et États172. Le 6 mai 1932 révèle ainsi l’existence d’au moins deux phénomènes nouveaux : la manipulation à grande échelle des opinions publiques et la crainte d’un terrorisme organisé par les États eux-mêmes. Les hypothèses sur le meurtre de Paul Doumer révèlent le désarroi des contemporains. Des États, rendus responsables occultes de sa mort, sont accusés du meurtre. Cette peur collective, nouvelle, suppose l’existence d’une violence d’État pouvant conduire à la guerre. La Société des nations paraît impuissante à contrer la montée du nazisme, les États-Unis sont plus que jamais isolationnistes. L’Angleterre est farouchement opposée à tout engagement continental. La sécurité de la France ne repose en fait que sur le maintien de la démilitarisation de la rive gauche du Rhin, que les Allemands n’acceptent pas. Sur le plan intérieur, la crise économique commence à faire sentir ses effets : l’État s’endette dangereusement, la production fléchit, la prospérité Poincaré s’éloigne. La société française se réduit peu à peu à une façade.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Sources d’archives

Archives départementales de l’Aisne, E dépôt 40, 2 I 95.

Archives départementales du Cantal, 2 BIB 10308, 2 O 14-7, 43 M 8.

Archives départementales de la Corse-du-Sud, 1 M 333, 38 PER 58, 38 PER 94.

Archives départementales de Paris, DQ7 / 33907 (n° 1692).

Archives de la préfecture de police de Paris, EA148(1), BA1683, BA2041, SD6807.

Centre historique des Archives nationales, 1 AG 72, 603 AP/1, 603 AP/3, 603 AP/4, F7 (15960/3).

Archives d’État du Vietnam, Centre des archives nationales n° 1, D.84 (n° 3238, n° 71651).

Archives de l’Internationale communiste, Centre russe de conservation et d’étude des documents en histoire contemporaine, fonds 495, inventaire 30, dossier 777.

Fonds Philippe Nivet-Doumer (arrière-petit-fils de Paul Doumer), Doumer (Andrée), Mon grand-père Paul Doumer, journal inédit, non publié, préface d’Édouard Herriot, Paris, 1947-1948.

Lucile Pasquier-Doumer (petite-fille de Paul Doumer), entretien avec l’auteur, 31 mai 2005.

Sources et références historiques imprimées

Adam de Villiers (Valentine), Paul Doumer parle, Paris, Tallandier, 1932.

Anonyme, Un an après… Toute la vérité sur l’assassinat de Paul Doumer, Paris, Imprimerie de la Seine, 1933.

Barbusse (Henri), « Un réquisitoire implacable : j’accuse ! », L’Humanité, 12 juillet 1932, rééd. Paris, Bureau d’éditions, 1932.

Baudot (Pierre-Yves), « La fabrication d’une cérémonie funèbre : la mort d’un président de la République en France (1877-1996) », Frontières, vol. 19, n° 1, automne 2006, p. 43-48.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Ben-Amos (Avner), Funerals, Politics and Memory in Modern France (1789-1996), Oxford, OUP, 2000.
DOI : 10.1093/acprof:oso/9780198203285.001.0001

Ben-Amos (Avner), « Les funérailles républicaines », in Duclert (Vincent) et al. (dir.), Dictionnaire critique de la République, Paris, Flammarion, 2002, p. 871-878.

Berr (Henri), Commémoration du président Doumer après vingt ans, Paris, Albin Michel, 1953.

Cœuré (Sophie) et Monier (Frédéric), « Paul Gorgulov, assassin de Paul Doumer (1932) », Vingtième siècle, revue d’histoire, n° 65, janvier-mars 2000, p. 35-46.

Falk (André), « Un tueur nommé délire : l’assassinat du président Doumer (6 mai 1932) », in Guilleminault (Gilbert), Les années difficiles, Paris, Denoël, coll. « Le roman vrai de la Troisième République », 1958, p. 154.

Farrère (Claude), 6 mai 1932, Paris, Association des écrivains combattants, 1932.

Fau-Vincenti (Véronique), « La bataille de l’article 64 », L’Histoire, numéro spécial « Le crime », n° 168, juillet-août 1993, p. 95-97.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Foshko (Katherine), « The Paul Doumer Assassination and the Russian Diaspora in Interwar France », French History, vol. 23, n° 3, septembre 2009, p. 383-404.
DOI : 10.1093/fh/crp054

Foucart (François), Anatole Deibler, profession bourreau, Paris, Plon, 1992.

Ford (Franklin), Le meurtre politique : du tyrannicide au terrorisme, Paris, PUF, 1990.

Franklin-Marquet (Henry), Ceux qui ont tué Paul Doumer : la vérité sur l’affaire Gorguloff, préface de Paul Vaillant-Couturier, Paris, Bureau d’éditions, 1932.

Koudriavtsev (Sergueï), Une version de l’affaire Gorguloff (en russe), Moscou, Gileïa, 1999.

Lorin (Amaury), « Un paranoïaque abat le président Doumer », dossier « Complots : ces meurtriers qui ont bousculé l’Histoire », Historia, n° 747, mars 2009, p. 25-27.

Lorin (Amaury), « Mai 1931 : un fils d’ouvrier à l’Élysée », L’Histoire, n° 364, mai 2011, p. 34-35.

Lorin (Amaury), Une ascension en République : Paul Doumer (1857-1932), d’Aurillac à l’Élysée, thèse de doctorat d’histoire, IEP de Paris, 2011.

Lorin (Amaury), « 6 mai 1932 : Paul Doumer, le président assassiné », L’Histoire, n° 376, mai 2012, à paraître.

Moncel (Monique), « Il y a cinquante ans : le docteur Gorguloff, l’étrange assassin du président Doumer », Historia, n° 426, mai 1982, p. 86-95.

Monier (Frédéric), Le complot dans la République : stratégies du secret de Boulanger à la Cagoule, Paris, La Découverte, 1998.

Monniot (Albert), « Paul Doumer », in Les morts mystérieuses : les crimes de la mafia, Paris, Nouvelles éditions nationales, 1934, p. 224-230.

Vincent (Karelle), Le régicide, de Saint-Réjant à Gorguloff (1800-1932) : perception et représentations, thèse de doctorat d’histoire, Université de Bourgogne, 2000.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Vincent (Karelle), « Le régicide en République : Sadi Carnot, 24 juin 1894 - Paul Doumer, 6 mai 1932 », Crime, histoire et sociétés, vol. 3, n° 2, 1999, p. 73-93.
DOI : 10.4000/chs.891

Haut de page

Notes

1  Lorin (Amaury), « Mai 1931 : un fils d’ouvrier à l’Élysée », L’Histoire, n° 364, mai 2011, p. 34-35.

2  Beauvois (Yves), Léon Noël, de Laval à de Gaulle via Pétain(1888-1987), Villeneuve d’Ascq, PUS, 2001.

3  Lettre de Léon Noël, ambassadeur de France, membre de l’Institut, à Henri Berr, directeur du Centre international de synthèse, 29 octobre 1953, in Berr (Henri), Commémoration du président Doumer après vingt ans, Paris, Albin Michel, 1953, p. 9.

4  Kémoularia (Claude de) [gendre d’Édouard Julia], Une vie à tire-d’aile : mémoires, Paris, Fayard, 2007, p. 87 ; Golen (Henry de), Le président Doumer accuse… En marge de l’histoire, Paris, Maurice d’Hartoy, coll. « Enquêtes et pamphlets », 1932, p. 152.

5  Julia (Édouard), « Avec le président Doumer », Le Temps, 11 mai 1932, rééd. in Julia (Édouard), Papiers (1895-1933), préface de Paul Valéry, Paris, Le Temps, 1936, p. 229-232.

6  Ibid.

7  Archives de l’Académie des sciences d’outre-mer (ASOM), comptes-rendus des séances, t. XIX, 1933, Paris, Société d’éditions géographiques, maritimes et coloniales, 1934, séance du 13 mars 1933, p. 35.

8  Jevakhoff (Alexandre), Les Russes blancs, Paris, Tallandier, 2007, note 18, p. 565.

9  Centre historique des Archives nationales (CHAN), 1 AG 72, maison militaire, sorties du président de la République.

10  Beaupré (Nicolas), Écrire en guerre, écrire la guerre : France, Allemagne (1914-1920), Paris, CNRS, 2006, p. 240-241.

11  Farrère (Claude), Les civilisés, Paris, Ollendorff, 1905, prix Goncourt 1905, rééd. Paris, Kailash, 1997.

12  Lorin (Amaury), Le tremplin colonial : Paul Doumer, gouverneur général de l’Indochine (1897-1902), Paris, L’Harmattan, rééd. 2009.

13  Vicheney (Dimitri), « Le tragique destin de Paul Doumer », Bulletin de la Société historique et archéologique du XVème arrondissement de Paris, n° 28, automne 2006, p. 59.

14  Berr (Henri), op. cit., p. 20.

15  Farrère (Claude), 6 mai 1932, brochure éditée par l’Association des écrivains combattants et dédiée à Mme Paul Doumer « en hommage ému des écrivains combattants », Paris, 1932, p. 21.

16  Bibliothèque de l’Assemblée nationale (BAN), Ms 1686 (PB 9970), lettre de Paul Doumer, président du Sénat, à François Piétri, ministre des Colonies, 18 février 1930, recommandant la princesse annamite pour un emploi.

17  Berr (Henri), op. cit., p. 20.

18  Ibid., p. 21.

19  Vicheney (Dimitri), op. cit., p. 64.

20  CHAN, 603 AP/4.

21  Ibid., Les Écoutes, 10 mai 1932.

22  Ibid.

23  La présidence de la République, Revue des deux mondes, t. 50, 1939, p. 346.

24  Vincent (Karelle), Le régicide, de Saint-Réjant à Gorguloff (1800-1932) : perception et représentations, thèse de doctorat d’histoire, Université de Bourgogne, 2000.

25  Lacroix (Bernard) et al. (dir.), Le président de la République : usages et genèses d’une institution, Paris, FNSP, 1992.

26  Archives de la préfecture de police de Paris (PPP), EA148(1), L’émotion dans les départements, Le Petit Matin, 7 mai 1932.

27  Adam de Villiers (Valentine), Paul Doumer parle, Paris, Tallandier, 1932, p. 69.

28  Julia (Édouard), op. cit.

29  Claude Pompidou parlera en 1987 de l’Élysée comme de la « maison du malheur » treize ans après la disparition de son mari.

30  Doumer (Andrée), Mon grand-père Paul Doumer, journal inédit, non publié, 63 p., préface d’Édouard Herriot, Paris, 1947-1948, p. 52.

31 Ibid.

32  Ben-Amos (Avner), Funerals, Politics and Memory in Modern France (1789-1996), Oxford, OUP, 2000, p. 293.

33  Gousseff (Catherine), L’exil russe : la fabrique du réfugié apatride (1920-1939), Paris, CNRS, 2008, « Les Russes dans la capitale : une présence remarquée », p. 123-153.

34  Cœuré (Sophie), La grande lueur à l’Est : les Français et l’Union soviétique (1917-1939), Paris, Le Seuil, 1999, p. 207.

35  Archives départementales de la Corse-du-Sud (ADCS), 38 PER 58, Bastia-Journal, 7 mai 1932.

36  PPP, musée de la préfecture de police de Paris.

37  Bouhey (Vivien), Les anarchistes contre la République : contribution à l’histoire des réseaux sous la Troisième République (1880-1914), Rennes, PUR, 2008.

38  Moncel (Monique), « Il y a cinquante ans : le docteur Gorguloff, l’étrange assassin du président Doumer », Historia, n° 426, mai 1982, p. 86-95 ; Lorin (Amaury), « Un paranoïaque abat le président Doumer », dossier « Complots : ces meurtriers qui ont bousculé l’Histoire », Historia, n° 747, mars 2009, p. 25-27.

39  Foshko (Katherine), France’s Russian Moment : Russian Émigrés in Paris and Interwar French Society, thèse de doctorat d’histoire, Université Yale, 2008, en particulier chapitre 4 ; « The Paul Doumer Assassination and the Russian Diaspora in Interwar France », French History, vol. 23, n° 3, septembre 2009, p. 383-404.

40  Milza (Pierre), Voyage en Ritalie, Paris, Plon, 1993.

41  Harismendy (Patrick), « L’assassinat du président Sadi Carnot à Lyon », in Garnot (Benoît) (dir.), Ordre moral et délinquance de l’Antiquité au XXe siècle, Dijon, publications de l’Université de Bourgogne, 1994, p. 357-365 ; Harismendy (Patrick). Sadi Carnot, l’ingénieur de la République, Paris, Perrin, 1995.

42  Vicheney (Dimitri), op. cit., p. 63.

43  PPP, BA1683, note de la préfecture de police de Paris, 9 mai 1932.

44  Ibid., La Renaissance, 7 mai 1932.

45  PPP, BA2041, note de la préfecture de police de Paris, 8 mai 1932.

46  PPP, EA148(1), Le Petit Matin, 7 mai 1932.

47  Ibid.

48  Ibid., note de la préfecture de police de Paris, 12 mai 1932.

49  Ibid.

50  Ibid.

51  « Désespéré par l’assassinat de M. Doumer, un Russe se suicide », Le Populaire, 9 mai 1932 ; « Un ancien lieutenant russe se suicide à Paris à cause du crime commis par un compatriote », Le Petit Parisien, 9 mai 1932. L’état-civil de la mairie du IVe arrondissement de Paris enregistre effectivement ce décès, survenu le 7 mai 1932 à 18 heures à l’Hôtel-Dieu.

52  Vicheney (Dimitri), op. cit.

53  PPP, BA2041, note de la préfecture de police de Paris, 11 mai 1932.

54  Ibid., L’Humanité, 11 mai 1932.

55  Cœuré (Sophie), op. cit.

56  PPP, BA2041.

57  Prost (Antoine), Les anciens combattants et la société française (1914-1939), Paris, FNSP, 3 t., 1977 ; Relinger (Jean), Henri Barbusse, écrivain combattant, Paris, PUF, 1994.

58  Zola (Émile), « J’accuse », L’Aurore, 13 janvier 1898.

59  Barbusse (Henri), « Un réquisitoire implacable : j’accuse ! », L’Humanité, 12 juillet 1932, rééd. Paris, Bureau d’éditions, 1932.

60  Doumer (Andrée), op. cit., p. 54.

61  Ben-Amos (Avner), op. cit. ; Baudot (Pierre-Yves), « La fabrication d’une cérémonie funèbre : la mort d’un président de la République en France (1877-1996) », Frontières, vol. 19, n° 1, automne 2006, p. 43-48.

62  PPP, SD6807.

63  Archives départementales du Cantal (ADC), 43 M 8, télégramme officiel (extrême urgence) du ministère de l’Intérieur (Sûreté générale) aux préfets et sous-préfets de France et d’Algérie, 7 mai 1932 ; Ben-Amos (Avner), « Les funérailles républicaines », in Duclert (Vincent) et al. (dir.), Dictionnaire critique de la République, Paris, Flammarion, 2002, p. 871-878.

64  Honoré Lorin (1908-2007) et Camille Lorin (1914-2007), entretien avec l’auteur, 25 décembre 2006.

65  Dorgelès (Roland), « Les obsèques », in Farrère (Claude), op. cit., p. 21.

66  CHAN, 603 AP/1, Le Temps, 8 mai 1932.

67  PPP, EA148(1), Pierre Deloncle, « Paul Doumer colonial », in Paul Doumer (1857-1932), sa vie, sa mort, ses obsèques nationales, L’Illustration, hors-série mai 1932.

68  PPP, EA148(1), Les émouvantes funérailles du président Paul Doumer, Le Petit Parisien, 13 mai 1932.

69  François-Poncet (André), Souvenirs d'une ambassade à Berlin (septembre 1931-octobre 1938), Paris, Flammarion, 1947.

70  PPP, EA148(1), Le Petit Matin, 8 mai 1932.

71  Ibid.

72  PPP, EA148(1), « L’hommage de l’étranger », in « Paul Doumer (1857-1932), sa vie, sa mort, ses obsèques nationales », L’Illustration, hors-série mai 1932.

73  Centre des archives nationales (CAN) n° 1, Hanoi, fonds de la mairie d’Hanoi (MH), D.84, n° 3238, circulaire de Pierre Pasquier, gouverneur général de l’Indochine, aux chefs d’administration locale et aux chefs des services généraux, 7 mai 1932.

74  CAN n° 1, MH, D.84, n° 3238, décès de Paul Doumer, président de la République française.

75  Ibid.

76  CAN n° 1, fonds de la résidence supérieure au Tonkin (RST), D.84, n° 71651, décès de Paul Doumer, président de la République française, ancien gouverneur général de l’Indochine.

77  Ibid.

78  ADCS, 1 M 333, assassinat du président Doumer (1932), télégrammes et cahiers de condoléances.

79  ADCS, 38 PER 94, Bastia-Journal, 8 mai 1932.

80  Lorin (Amaury), « Mandat local et carrière nationale sous la IIIe République : Paul Doumer, sénateur de Corse (1912-1931) », Parlement[s], revue d’histoire politique, hors-série n° 7, à paraître en 2011 ; Lorin (Amaury), « Paul Doumer, sénateur de Corse (1912-1931) : du parachutage à l’acclimatation », Études corses, n° 71, à paraître en 2011.

81  Pellegrinetti (Jean-Paul), « Henri Pierangeli », in Serpentini (Antoine-Laurent) (dir.), Dictionnaire historique de la Corse, Ajaccio, Albiana, 2006, p. 771-772.

82  ADCS, 1 M 333, Paul Séguin, préfet de Corse, aux maires du département, Ajaccio, 23 février 1933.

83  Giansily (Pierre-Claude), « Approches de la sculpture en Corse aux XIXe et XXe siècles », Études corses, n° 61, décembre 2006, p. 106.

84  Vicheney (Dimitri), op. cit., p. 57.

85  Falk (André), « Un tueur nommé délire : l’assassinat du président Doumer (6 mai 1932) », in Guilleminault (Gilbert), Les années difficiles, Paris, Denoël, coll. « Le roman vrai de la Troisième République », 1958, p. 154.

86  Rabaut (Jean), Jaurès et son assassin, Paris, Centurion, 1967.

87  CHAN, 603 AP, fond Henri Géraud.

88  Vicheney (Dimitri), op. cit., p. 57.

89  Falk (André), op. cit., p. 151.

90  Richard (Abraham), Alexandre Kerensky, the first love of the Revolution, New York, Columbia University Press, 1987.

91  Le « Printemps hôtel » existe toujours au 31 rue du Commerce (XVe arrondissement de Paris).

92  Fau-Vincenti (Véronique), « La bataille de l’article 64 », L’Histoire, numéro spécial « Le crime », n° 168, juillet-août 1993, p. 95-97 ; colloque « 1810-2010 : bicentenaire du Code pénal », association française pour l’histoire de la justice, Sénat/Cour de cassation, 25-26 novembre 2010.

93  CHAN, 603 AP/3, tribunal de la Seine, rapport médico-légal des docteurs Truelle, Rogues de Fursac et Genil-Perrin, 31 mai 1932.

94  CHAN, 603 AP/4, expertises médicales contradictoires de Gorguloff (1931-1932).

95  « La journée des aliénistes au procès de Gorguloff », Le Journal, 27 juillet 1932.

96  « Le procès Gorguloff », Aux écoutes, 26 juillet 1932.

97  CHAN, 603 AP/1, Paris-Midi, 13 mai 1932.

98  Berstein (Gisèle et Serge), Dictionnaire historique de la France contemporaine (1870-1945), Bruxelles, Complexe, 1995, « Chiappe, Jean (1878-1940) », p. 146-147 ; Lamy (Jean-Claude), Mac Orlan, l'aventurier immobile, Paris, Albin Michel, 2002 ; Mac Orlan (Pierre), Roman 20-50, n° 47, PUS, juin 2009.

99  Marcou (Lilly), Ilya Ehrenbourg, Paris, Plon, 1992 ; Ehrenbourg (Ilya), Les deux pôles : souvenirs, Paris, Gallimard, 1964, t. IV, p. 286-290 (Memoirs, 1921-1941, Cleveland, World Publishing, 1964, p. 217 et 219).

100  Cœuré (Sophie), op. cit., p. 188.

101  Garçon (Émile), Code pénal annoté, t. 1, Paris, Sirey, 1952, p. 415.

102  Reproduit dans Garçon (Émile), op. cit., p. 415.

103  « Le procès Gorguloff », Aux écoutes, 26 juillet 1932.

104  Ibid.

105  Ibid.

106  PPP, BA1683, « Gorguloff est condamné à mort », Le Quotidien, 28 juillet 1932.

107  CHAN, 603 AP/1, Vautel (Clément), Le Journal, 31 juillet 1932 ; Naquet (Emmanuel), « La Ligue des droits de l’homme de l’affaire Dreyfus à 1940 : engagement et culture politique républicaine », in Baudouï (Rémi) et al. (dir.), Un professeur en République : mélanges en l’honneur de Serge Berstein, Paris Fayard, 2006, p. 58-66.

108  CHAN, 603 AP/3.

109  PPP, BA1683, « L’affaire Gorguloff n’est point terminée : Chiappe doit être révoqué ! », L’Humanité, 11 août 1932.

110  PPP, BA1683, « On a tué un fou : l’exécution de Gorguloff a eu lieu hier matin », Le Peuple, 15 septembre 1932.

111  PPP, BA1683.

112  Ibid., « La guillotine a fonctionné », La dernière heure, 15 septembre 1932.

113  PPP, BA1683, « Les derniers instants de l’assassin Gorguloff exécuté hier matin », Le Journal, 15 septembre 1932.

114  PPP, EA148(1), Marlotte (Édouard), « Le "dictateur vert" assassine le président de la République », série « Les monstres sacrés du crime », Paris-jour, 1er décembre 1961 ; Foucart (François), Anatole Deibler, profession bourreau, Paris, Plon, 1992.

115  Ibid.

116  Rudé (George), La foule dans la Révolution française, Paris, Maspéro, 1982.

117  PPP, BA1683.

118  Ehrenbourg (Ilya), Les deux pôles : souvenirs, op. cit., p. 290.

119  Colloque « Régicide et meurtre de l’homme d’État : histoires, formes, représentations », Université Paris X Nanterre, ENS Saint-Cloud, Société pour l’histoire de la justice, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, novembre 1995.

120  Monier (Frédéric), Le complot dans la République : stratégies du secret de Boulanger à la Cagoule, Paris, La Découverte, 1998.

121  Jevakhoff (Alexandre), op. cit.

122  Cœuré (Sophie) et Monier (Frédéric), « Paul Gorgulov, assassin de Paul Doumer (1932) », Vingtième siècle, revue d’histoire, n° 65, janvier-mars 2000, p. 35-46.

123  Beuve-Méry (Hubert), Paroles écrites : mémoires, Paris, Grasset, 1991, p. 51-55 ; Greilsamer (Laurent), Hubert Beuve-Méry, Paris, Fayard, 1990, p. 56-64.

124  Descaves (Max), « Gorguloff va être jugé », Vu, 10 juillet 1932.

125  CHAN, F7, 15960/3 ; Bourgeois (Guillaume), « Laurent-Darnar », in Pennetier (Claude) (dir.), Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Paris, Éditions ouvrières, t. 33, 1988.

126  Franklin-Marquet (Henry), Ceux qui ont tué Paul Doumer : la vérité sur l’affaire Gorguloff, préface de Paul Vaillant-Couturier, Paris, Bureau d’éditions, 1932 : PPP, BA1683, « Un livre révélateur sur l’assassinat de Paul Doumer », L’Humanité, 23 juillet 1932.

127  CHAN, 603 AP/1, L’Action française, 7 mai 1932.

128  Ibid., Brémond (général), « Attentats », Vu, 10 juillet 1932.

129  Archives de l’Internationale communiste, Moscou, Centre russe de conservation et d’étude des documents en histoire contemporaine, fonds 495, inventaire 30, dossier 777, p. 1-4, Secret : au sujet d’une campagne ultérieure autour de l’assassinat de Doumer, 15 mai 1932.

130  PPP, BA2041, Daudet (Léon), « La maçonnerie et l’assassinat de Paul Doumer », L’Action française, 17 avril 1934.

131  Koudriavtsev (Sergueï), Une version de l’affaire Gorguloff (en russe), Moscou, Gileïa, 1999.

132  Monniot (Albert), « Paul Doumer », in Les morts mystérieuses : les crimes de la mafia, Paris, Nouvelles éditions nationales, 1934, p. 224-230.

133  Lucile Pasquier-Doumer (petite-fille de Paul Doumer), entretien avec l’auteur, 31 mai 2005.

134  Reynaud (Paul), L’Intransigeant, 8 mai 1932 : « À la veille de la guerre, le sang de Jaurès a cimenté l’union sacrée. Puisse le sang de Paul Doumer avoir la même vertu ! » ; « Unanimité nécessaire », Le Temps, 9 mai 1932.

135  PPP, DB531.

136  Ibid., Le Petit Parisien, 24 mai 1932.

137  Ibid., Burnat (André), L’Intransigeant, 27 novembre 1963.

138  Berstein (Serge), La France des années 30, Paris, Armand Colin, 1995, « La victoire des radicaux aux élections de 1932 », p. 56-58.

139  PPP, BA 1683, « La composition de la nouvelle Chambre : élections législatives des 1er et 8 mai 1932 », Le Matin, 10 mai 1932.

140  Castagnez (Noëlline) et al. (dir.), Socialistes et radicaux : querelles de famille, Paris, Presses de Sciences Po-OURS, 2008.

141  PPP, BA 1683, « L’impression à Washington », Le Matin, 10 mai 1932.

142  Guitard (Louis), La petite histoire de la IIIe République : souvenirs de Maurice Colrat, Paris, Les sept couleurs, 1959, p. 139 ; Monzie (Anatole de), Mémoires de la tribune, Paris, Correa, 1943 ; Manigand (Christine), Henry de Jouvenel, Limoges, PULIM, 2000.

143  Anizan (Anne-Laure), Paul Painlevé (1863-1933) : un scientifique en politique, thèse de doctorat d’histoire, IEP de Paris, 2006, p. 763.

144  Le Matin, 10 mai 1932.

145  Journal officiel de la République, 10 mai 1932.

146  Lémery (Henry), D’une République à l’autre : souvenirs de la mêlée politique (1894-1944), Paris, Table ronde, 1964, p. 143.

147  Girardet (Raoul), Mythes et mythologies politiques, Paris, Le Seuil, 1986, p. 73.

148  Coornaert (Émile), « Les présidents de la IIIe République », Politique, n° 5, 15 mai 1931, p. 415

149  Anonyme, Un an après… Toute la vérité sur l’assassinat de Paul Doumer, Paris, Imprimerie de la Seine, 1933, p. 11.

150  Lorin (Amaury), « Paul Doumer (1857-1932), "bienfaiteur de l’Aisne" : histoire d’une adoption », Bulletin de la Société historique de Haute-Picardie, 2011, p. 203-224.

151  Archives départementales de l’Aisne (ADA), AC, E dépôt 401, archives communales de Laon, 2 I 95, correspondance Laon-Aurillac, 27 janvier 1933.

152  « Le président de la République en Auvergne : inauguration du monument Paul Doumer à Aurillac », Le Temps, 23 juillet 1934.

153  ADC, 2 O 14-7, archives communales de la ville d’Aurillac, monument à la mémoire du président Doumer (3 novembre 1934).

154  Visite à Aurillac, 2 avril 2008.

155  ADC, 2 BIB 10308, Cérémonies et fêtes en l’honneur de Paul Doumer, plaquette-souvenir des cérémonies du 22 juillet 1934, ville d’Aurillac, 1934, p. 28.

156  Ibid., p. 17.

157  Ibid.

158  Vincent (Karelle), « Le régicide en République : Sadi Carnot, 24 juin 1894-Paul Doumer, 6 mai 1932 », Crime, histoire et sociétés, vol. 3, n° 2, 1999, p. 73-93.

159  Hillairet (Jacques), Dictionnaire historique des rues de Paris, Paris, Éditions de Minuit, 1997, 10e éd., p. 244.

160  Frédérique Neau-Dufour, conseillère mémoire, secrétariat d’État à la Défense et aux Anciens combattants, courriel à l’auteur, 2 avril 2010.

161  Philippe Nivet-Doumer (arrière-petit-fils de Paul Doumer), entretien avec l’auteur, 20 décembre 2007.

162  Ibid.

163  PPP, EA148(1), « Le souvenir de Paul Doumer », Le Figaro, 8 mai 1967.

164  Philippe Nivet-Doumer, entretien avec l’auteur, 20 décembre 2007.

165  Frémy (Dominique), Quid des présidents de la République, Paris, Robert Laffont, rééd. 1987, p. 352.

166  Archives départementales de Paris (ADP), DQ7 / 33907, 9e bureau, 7 octobre 1933, n° 1692, déclaration de succession de Blanche Richel, veuve du président Paul Doumer.

167  Le Figaro, 5 avril 1933.

168  « Les obsèques de Mme Paul Doumer », Le Matin, 8 avril 1933.

169  Agulhon (Maurice), La République, t. 1, « L’élan fondateur et la grande blessure (1880-1932) », Paris, Hachette, 1990.

170  Duroselle (Jean-Baptiste), La décadence (1932-1939) et L’abîme (1939-1945), Paris, Imprimerie nationale, 1979 et 1982.

171  Jouvenel (Bertrand de), Un voyageur dans le siècle (1903-1945), Paris, Robert Laffont, 1979, p. 107-110.

172  Ford (Franklin), Le meurtre politique : du tyrannicide au terrorisme, Paris, PUF, 1990, p. 21.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Le président assassiné, évacué vers l’hôpital Beaujon (6 mai 1932). Il y succombera le lendemain à ses blessures (L’Illustration, hors-série, mai 1932).
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/435/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende L’arme du crime utilisée par Gorguloff pour abattre le président Doumer le 6 mai 1932 : un revolver Browning S 15 cm, Herstal, Belgique, ce qui se fait alors de mieux et qu’il n’aurait pas pu se procurer seul.
Crédits Cliché Amaury Lorin, avec l’aimable autorisation d’Isabelle Astruc, conservateur, musée de la préfecture de police de Paris.
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/435/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Maîtrisé par les forces de police, l’assassin du président, roué de coups par la foule du salon des écrivains combattants, est aussitôt embarqué au commissariat de police du VIIIe arrondissement de Paris, près de l’église Saint-Philippe-du-Roule (L’Illustration, hors-série, mai 1932).
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/435/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amaury Lorin, « Un « régicide républicain » : Paul Doumer, le président assassiné (6 mai 1932) », Criminocorpus [En ligne], Varia, mis en ligne le 17 novembre 2011, consulté le 27 septembre 2016. URL : http://criminocorpus.revues.org/435

Haut de page

Auteur

Amaury Lorin

Amaury Lorin est enseignant-chercheur en Histoire contemporaine à l’Université catholique de Lille et au Centre d’histoire de Sciences Po. Il a soutenu le 15 novembre 2011 une thèse de doctorat intitulée Une ascension en République : Paul Doumer (1857-1932), d’Aurillac à l’Élysée sous la direction de Serge Berstein à Sciences Po.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page