Navigation – Plan du site
Présentation du dossier

Figures de faux-monnayeurs du Moyen Âge à nos jours

Olivier Caporossi
Traduction(s) :
Counterfeiters from the Middle Ages to the present day

Entrées d’index

Géographique :

France
Haut de page

Texte intégral

Les Faux Monnayeurs de PuteauxAfficher l’image
Crédits : Collection particulière
  • 1 Dubuis (Olivier F.), Le faux monnayage dans le Pays de Vaud (1715-1750), Lausanne, Éditions du Zèbr (...)

1Le faux-monnayage implique tous les particuliers qui abusent de la monnaie : fabricateurs, distributeurs, rogneurs, billonneurs1, voire le prince contrefacteur. En fait, toute autorité dont la détention du jus monetae est considérée comme usurpée, ou dont l’usage est stigmatisé comme illégal et contraire à l’intérêt général, relève des problématiques du faux-monnayage. Le faux, parce qu’il nécessite la construction de cette qualification, ne saurait se réduire à la seule évaluation des métaux précieux qu’il contient. Du Moyen Âge à l’époque contemporaine, si l’invention du faux en matière monétaire résulte de l’activité des contrefacteurs, elle dépend également de la réception des fausses pièces par les collectivités humaines. Il s’ensuit divergences d’appréciations de la valeur et conflits politiques. Mais ce sont d’abord les tribunaux qui produisent un premier portrait du faux-monnayeur et qui le font évoluer. Les travaux réunis ici permettent d’approcher la figure du faux-monnayeur – principalement en France et en Espagne – et sa construction de la fin du Moyen Âge au XXe siècle. Ces études de cas – qui sont autant de figures différentes de faux-monnayeurs – nous laissent entrevoir les transformations que suscitent le regard de l’institution judiciaire et celui de la société sur les enjeux représentés par la criminalité monétaire et le faux-monnayage.

La fabrique du faux-monnayeur

  • 2  Dessert (Daniel), Fouquet, Paris, Fayard, 1987.
  • 3  Faure (Edgar), La banqueroute de Law, 17 juillet 1720, Paris, Gallimard, 1977.
  • 4  Dessert (Daniel), Argent, pouvoir et société au Grand Siècle, Paris, Fayard, 1984.
  • 5  Petitfils (Jean-Christian), L’affaire des Poisons. Crimes et sorcellerie au temps du Roi-Soleil, P (...)
  • 6  Jankowski (Paul), L’affaire Stavisky : anatomie d’un scandale politique, Paris, Fayard, 2000.

2Du jugement de Jacques Cœur en 1453, à l’affaire du surintendant Nicolas Fouquet accusé, en 1661, de péculat et de billonnage sur ordre du roi Louis XIV et de Colbert2 ; ou encore au jugement de John Law, dont la banqueroute commence dès lors qu’il est convaincu de fausseté en 17203 ; l’ombre du faux monétaire traverse ainsi les grands procès politiques des trésoriers et des financiers du roi4. Mais, la figure du faux-monnayeur déborde largement le cadre des financiers et vient porter le scandale au cœur de la cour de France ou des élites politiques de la troisième république. L’affaire des poisons (1679) qui finira par impliquer la maitresse de Louis XIV, madame de Montespan, commence par la découverte de faux-monnayeurs alchimistes5. L’affaire Stavisky, qui ébranla la classe politique française des années 1930, trouve son origine dans l’arrestation du directeur du crédit municipal de Bayonne, Gustave Tissier pour fraude et circulation de faux billets6.

  • 7  Caporossi (Olivier), « Le crime de monnaie des morisques au début du XVIIe siècle. Fausse monnaie (...)
  • 8 Donnet (André), La véritable histoire de Joseph-Samuel Farinet, faux-monnayeur, Lausanne, Payot, 19 (...)

3Enfin, le visage du contrefacteur s’incarne dans la figure sociale du bandit, ennemi du roi et de la patrie. C’est le cas du bandit morisque qui au début du XVIIe siècle défie la monarchie hispanique en Catalogne et dans le royaume de Valence7, et dont Victor Hugo garde encore la mémoire au XIXe siècle dans L’homme qui rit (1869). On peut le dire aussi de la figure du royaliste qui, dans l’esprit des partisans de la Révolution Française, falsifie les assignats pour comploter contre la République française. Mais la figure du bandit contrefacteur est autant stigmatisée qu’elle est célébrée. Elle devient celle du héros de la résistance face à un pouvoir souverain qui s’abat sur des territoires périphériques, d’un Farinet qui s’érigerait en justicier des plus démunis8.

  • 9  Traimond (Bernard), « La fausse monnaie au village. Les Landes aux XVIIIe et XIXe siècles », Terra (...)

4Cette héroïsation du bandit contrefacteur en fait le succès. Ainsi les « mémoires » du faussaire britannique Charles Black connurent une grande fortune au moment de leur parution en 1989. Les sources historiques des grandes affaires de faux-monnayage ne se résument donc pas aux actes de procès politiques majeurs et retentissants. Les canards de l’Ancien Régime, la presse, les pamphlets politiques, et la littérature sont autant de supports à la construction de l’image sociale du faux-monnayeur. Les récits peuvent même déboucher sur une tradition légendaire, comme celle de la femme faussaire dans les Landes aux XIXe et XXe siècles9.

Les tribunaux et les faux-monnayeurs

5Les articles réunis ici sur les grandes figures du faux-monnayage français et espagnol, en privilégient les procédures judiciaires extraordinaires ou qui eurent un impact important sur l’opinion publique, lui reconnaissant ainsi son caractère scandaleux. Ils recouvrent une large période chronologique : du XVe siècle au XXe siècle. Ce sont d’abord les sources judiciaires qui permettent de comprendre la construction de la figure criminelle du faux-monnayeur : une lettre de grâce concédée par Charles VII en 1449, trois procès pour fausse monnaie examinés par le conseil de Castille contemporains du règne de Charles II d’Espagne (1665-1700), la documentation judiciaire du parlement de Toulouse et du Languedoc à la fin du règne de Louis XIV (1643-1715). L’étude de cas des faux-monnayeurs de la fin du Moyen Âge et de l’Ancien Régime montre la difficulté des autorités judiciaires à qualifier les crimes de monnaie et à les fonder en crime de lèse majesté. L’autre point commun de ces trois travaux réside sans doute dans l’intervention directe du monarque, soit à travers l’usage de la grâce, soit à travers des commissions aux pouvoirs de juridiction étendus, comme celle des magistrats espagnols à la frontière entre la Galice et le Portugal, ou celle du commissaire général de la cour des monnaies de Lyon pour la Provence et le Languedoc (1710-1713), Saint Maurice.

6Les travaux concernant la période contemporaine confrontent sources judiciaires et regards extérieurs. Étienne Hofman réussit à reconstituer le débat public qu’instaure la publication d’un article de Benjamin Constant sur l’affaire Charles Lainé dans le département du Nord en 1818. Cela ne signifie pas la disparition du rôle de l’institution judiciaire. C’est un magistrat qui dénonce la condamnation à mort du serrurier de Givenchy le Noble aux rédacteurs de La Minerve française, journal d’opposition libérale. Sébastien Soulier s’attache à analyser les 16 affaires d’émission et de fabrication de pièces de fausse monnaie jugées par la cour d’assises du Puy de Dôme (1852-1914) à partir de la chronique judiciaire. L’histoire des escroqueries du libraire Paul Valentin Dupray de la Mahérie, plus complexe, est abordée par Viera Rebolledo Dhuin. Dupray de la Mahérie, associé au prince de Crouy-Chanel, fait faire par Berthomé, un caissier du Sous comptoir des chemins de fer, des faux billets à ordre dont il réussit à tirer trois millions de francs. Condamné pour diverses escroqueries, de détournement et d’usage de faux en 1866, le libraire bénéficie d’une grâce impériale en janvier 1867 et reprend ses activités frauduleuses, inventant une fausse banque pour soutirer des participations financières aux milieux catholiques. À la fin de sa vie, il fabrique de faux titres pour obtenir du Saint Siège 50 millions de francs. Cette multiplication des points de vue et des matériaux est encore plus présente dans le travail de l’anthropologue Bernard Traimond, à la recherche d’une femme faussaire dans les Landes de Gascogne, dont la trace n’a pu être retrouvée dans les archives judiciaires de Mont de Marsan. Reste alors à déconstruire l’histoire d’une famille, d’une maison, et son discours sur une affaire disparue, sur une femme faussaire qui aurait vécu à la croisée de deux siècles, entre 1689 et 1720. C’est l’accumulation des discours sur cette femme faussaire, notamment entre le début du XIXe siècle et le premier XXe siècle, qui représente la principale dynamique de cette fabrique de la figure de la femme faussaire.

Le récit judiciaire et extrajudiciaire d’un parcours criminel

7Ce sont justement les récits que mettent en avant les auteurs de ce dossier thématique. Le récit, qui doit expliquer le parcours du délinquant jusqu’au crime de monnaie est d’abord judiciaire, c'est-à-dire produit par et pour l’institution judiciaire. Nourri des éléments de l’enquête (témoignages et indices saisis lors des perquisitions), il porte la chronique d’une déchéance morale individuelle. L’histoire du crime de faux-monnayage est celui d’un déclassement. L’histoire criminelle de Pierre Chommeliz est, dans le discours de la chancellerie du roi de France Charles VII, celle d’une victime de la guerre de 100 ans finissante et des malheurs du temps qui l’auraient ruiné (perte de son troupeau dans le Velay) et réduit aux pires méfaits. Elle appartient au système de la grâce, justifiant la clémence de Charles VII. L’infortune frappe aussi Domingo de Orma, marchand ruiné et poursuivi pour dettes à Bilbao, qui en 1670 est accusé de participer à un réseau de faux-monnayage dont les ramifications s’étendraient jusqu’à Bayonne. Ce déclassement est d’autant plus souligné que le suspect appartient aux serviteurs du roi : officiers de l’armée comme Francisco Bugarin en 1672 à Gondomar, près de la frontière entre la Galice et le Nord du Portugal, ou robins comme le licencié Pedro Bugarin, frère et complice du premier, voir conseiller au parlement de Toulouse, comme Joseph Marie de Villespassans en 1713. Pour les tribunaux de l’Ancien Régime, tant français qu’espagnols, la chute morale de l’accusé prend un sens tout particulier et appuie plus encore que pour les autres identités sociales du faux-monnayeur, l’idée d’une trahison du service royal. Les accusés ne peuvent plus dès lors être considérés comme des faussaires occasionnels : ils sont des criminels endurcis capables d’organiser une véritable entreprise criminelle.

8Le récit de la déchéance se poursuit au XIXe siècle, renforcé par la presse. Selon Sébastien Soulier, les 28 affaires que juge la cour d’assises du Puy de Dôme entre 1852 et 1914, montrent des accusés dont le parcours criminel est très diversifié : vols, vagabondage, mendicité, coups et blessures, désertion, délits de chasse et de pêche, contrebande d’allumettes, proxénétisme, attentat aux mœurs. Mais le déclassement se suffit à lui-même pour que la presse locale puisse qualifier le récit de leur vie d’ « existence d’hommes hors la loi, et en lutte avec la société et ses représentants ». C’est le danger social que représente le faux-monnayeur qui est ici souligné. L’idée selon laquelle les faux-monnayeurs sont organisés en groupes criminels perdure et renforce le préjugé du complot à leur égard.

9L’identité professionnelle des faux-monnayeurs devient un signe de culpabilité dès lors qu’elle est liée à une compétence technique que l’on associe aux métaux, à leur transformation ou à leur manipulation. C’est le cas des fondeurs, des orfèvres, des ferrailleurs, et des serruriers. En 1818, la découverte de son matériel professionnel dans sa demeure près d’Arras, suffit à transformer le serrurier Charles Lainé en faussaire, et d’en faire le responsable d’un terrible complot, permettant d’envisager sa condamnation à mort. Mais l’affaire Lainé suscite de la société un discours concurrent, l’article et la brochure de Benjamin Constant, qui remet en cause la thèse des autorités judiciaires. Les défenseurs de Lainé transforment les données de l’enquête policière pour dénoncer la haine du gendarme Jean Baptiste Gaillard, bonapartiste, pour l’accusé, royaliste reconnu. Contrairement aux affaires de faux-monnayage du Puy de Dôme de la seconde moitié du XIXe siècle, toute la presse ne conforte pas le récit judiciaire. L’affaire Lainé devient le récit d’une erreur judiciaire dont Étienne Hofmann démonte tous les mécanismes. Le scandale de l’affaire Lainé sort du cadre étroit des procédures judiciaires pour toucher l’« opinion publique » à partir d’un récit extrajudiciaire.

  • 10  Traimond (Bernard), Ethnologie historique des pratiques monétaires dans les Landes de Gascogne, Th (...)

10L’étude de cas consacré au libraire Paul Valentin Dupray de la Mahérie (1828-1911) par Viera Rebolledo Dhuin montre comment le récit de la déchéance de l’escroc, d’abord fondé sur les archives judiciaires est repris par la presse, qui dénonce le faussaire spéculateur et diabolique. Celle-ci opère cependant une transfiguration du libraire faussaire en héros romanesque lorsque Paul Valentin Dupray de la Mahérie est à nouveau poursuivi par la justice pour escroquerie (1911). Cette distanciation entre le récit judiciaire et le récit de presse s’opère progressivement entre 1866 et 1910-1911. Lorsque le récit judiciaire disparaît, la construction de la figure du faux-monnayeur n’appartient plus qu’au mythe, aux folkloristes et aux romanciers qui le bâtissent peu à peu. L’héroïsation romanesque prend alors une nouvelle tournure. C’est ce que montre le travail de Bernard Traimond sur la femme faussaire des Landes de Gascogne10. Sous la plume du folkloriste gascon Félix Arnaudin (1844-1921), les conflits de la famille De Rauzet avec la population d’Escource dans les Landes (1689-1720) deviennent la base d’un récit légendaire sur les activités frauduleuses de la « Dame de Z », modèle littéraire de la femme faussaire. Le récit se libère totalement de l’évènement judiciaire qui ne renvoie à aucune fabrication de fausse monnaie. La fausse monnaie n’existe plus que dans le récit extrajudiciaire du folkloriste.

  • 11  Hobsbawm (E.J), Les bandits, Paris, La Découverte, 1999.
  • 12  Ramuz (C.F.), Farinet ou la fausse monnaie, Paris, Grasset, rééd. 1961.

11La figure du faux-monnayeur telle qu’elle apparaît dans les différents travaux présentés ici, s’écarte de l’image du bandit social forgée par E.J. Hobsbawm11. Elle ne renvoie guère plus au bandit au grand cœur qu’au brigand vengeur des plus opprimés. L’héroïsation du faussaire Farinet opérée par Ramuz semble rester une exception12. Sous l’Ancien Régime, le monde social du faussaire est bien souvent celui des élites. Dans la société du XIXe siècle, il représente un danger social pour les autorités judiciaires sans pour autant que la population voie en lui un justicier à admirer.

Haut de page

Notes

1 Dubuis (Olivier F.), Le faux monnayage dans le Pays de Vaud (1715-1750), Lausanne, Éditions du Zèbre, 1999, p. 122.

2  Dessert (Daniel), Fouquet, Paris, Fayard, 1987.

3  Faure (Edgar), La banqueroute de Law, 17 juillet 1720, Paris, Gallimard, 1977.

4  Dessert (Daniel), Argent, pouvoir et société au Grand Siècle, Paris, Fayard, 1984.

5  Petitfils (Jean-Christian), L’affaire des Poisons. Crimes et sorcellerie au temps du Roi-Soleil, Paris, Perrin, 2010. Lebigre (Arlette). L’affaire des Poisons, Paris, Complexe, 1989.

6  Jankowski (Paul), L’affaire Stavisky : anatomie d’un scandale politique, Paris, Fayard, 2000.

7  Caporossi (Olivier), « Le crime de monnaie des morisques au début du XVIIe siècle. Fausse monnaie et fausse religion dans la propagande anti-morisque », Cahiers de la Méditerranée, décembre 2009, n° 79, p. 223-240.

8 Donnet (André), La véritable histoire de Joseph-Samuel Farinet, faux-monnayeur, Lausanne, Payot, 1980.

9  Traimond (Bernard), « La fausse monnaie au village. Les Landes aux XVIIIe et XIXe siècles », Terrain revue d’ethnologie de l’Europe, 1994, n°23, p. 27-44.

10  Traimond (Bernard), Ethnologie historique des pratiques monétaires dans les Landes de Gascogne, Thèse d’histoire sous la direction de Maurice Agulhon, Université de Paris I Sorbonne, 1991, vol. 1, p. 66-97.

11  Hobsbawm (E.J), Les bandits, Paris, La Découverte, 1999.

12  Ramuz (C.F.), Farinet ou la fausse monnaie, Paris, Grasset, rééd. 1961.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Caporossi, « Figures de faux-monnayeurs du Moyen Âge à nos jours », Criminocorpus [En ligne], Figures de faux-monnayeurs du Moyen Âge à nos jours, Présentation du dossier, mis en ligne le 13 novembre 2011, consulté le 29 mai 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/460

Haut de page

Auteur

Olivier Caporossi

Maître de conférences en histoire moderne à l’université de Pau et des Pays de l’Adour.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page