Navigation – Plan du site
Articles

Pierre Chommeliz, faux-monnayeur du désastre, au milieu du XVe siècle

Pierre Prétou

Résumés

Au milieu du XVe siècle, une lettre de rémission pardonne Pierre Chommeliz pour ses crimes de faux-monnayeur. La rhétorique royale, en s’appesantissant sur les malheurs subis par l’homme, ouvre une lecture désastreuse expliquant les contrefaçons de notre homme. Simultanément, l’archive livre un fonctionnement symptomatique des réseaux criminels de la fin du Moyen Âge, mais esquisse également les logiques de la répression royale. L’écriture du malheur de la vie du suppliant vient consolider la majesté monétaire du Valois démontrant ici que ce cas, s’il était propice à la répression féroce, l’était également à la grâce bienveillante. Parce qu’il était réputé détruire les hommes, au moins discursivement, le crime de faux-monnayage entrait dans les crimes supérieurs retenant toute l’attention du pouvoir royal.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  ANF, JJ 179, n° 210, fol. 119. Transcription en annexe.

1La vie criminelle de Pierre Chommeliz, habitant du pays de Velay, révélée par une lettre de grâce délivrée par Charles VII en 14491, met en lumière les mécanismes par lesquels le faux-monnayage médiéval s’insinuait dans une société meurtrie par les opérations militaires de la fin de la guerre de Cent Ans. Prisonnier évadé à la date de sa grâce, Pierre Chommeliz avait subi d’intenses informations criminelles avant de trouver refuge auprès d’un proche de la Cour des Valois, lequel lui permit de rencontrer avec bonheur la miséricorde souveraine. À suivre l’archive, le sinistre qu’il avait subi des soldats qui écorchaient les campagnes expliquait ses méfaits de contrefacteur. De victime, il était devenu coupable par l’alchimie d’une étrange imitation criminelle. Déterminée par le contexte guerrier, écrasée par la destruction du patrimoine personnel, la vie de cet homme n’était-elle qu’un fétu de paille ballotté par les malheurs du temps ? Le document, exceptionnellement détaillé en raison de l’existence d’une enquête menée contre le suppliant, dévoile les sources médiévales d’une déviance menant au crime, lui-même relaté avec acuité. La trajectoire suivie par Pierre Chommeliz apparaît donc comme une occasion exemplaire de reconstituer les usages des bandes de faux-monnayeurs de la fin du Moyen Âge. Toutefois, le récit de ses mésaventures, particulièrement appuyé par la rhétorique de la Chancellerie de France, autorise une autre lecture. Instrumentalisée par la mise en sujétion monétaire entreprise par le Valois dans la décennie 1440, l’écriture judiciaire de la vie criminelle de Pierre Chommeliz dresse une justification hasardeuse de ses agissements. Trempée dans l’encre du désastre, cette écriture tente de souligner la gravité des faits tout en les associant à une autre gravité – les malheurs du temps – afin de rehausser simultanément le pouvoir de grâce et le cas réservé, en minimisant in fine le crime.

« Il fut tout destruit » : le faux-monnayage comme réponse au désastre

  • 2  Voir par exemple : Wright (N.A.R.), « Pillagers and brigands in the Hundred Years War », Journal o (...)
  • 3  Gauvard (Claude), « Pardonner et oublier après la guerre de Cent ans. Le rôle des lettres d’abolit (...)

2Dès sa déclinaison d’identité, Pierre Chommeliz entre dans le récit comme une victime de la guerre de Cent Ans. Vers 1443, il aurait été un simple paysan exploitant paisiblement une terre et quelques têtes de bétail en Velay. Sur un coup du sort, il perd tout face aux routiers qui incendient sa maison, volent ses outils et emportent son bétail. La soldatesque du comte de Dammartin et du Bâtard d’Armagnac, deux capitaines mandatés par Charles VII dans la région, semble avoir été la cause de cette infortune. Notre suppliant entre alors dans cet état de « totale destruction » occasionné par les gens de guerre et généralement souligné par les suppliques du milieu du XVe siècle2. Rien de surprenant ici pour qui connaît la litanie des violences liées à la guerre de Cent Ans. Elles sont toutefois ici d’une exceptionnelle gravité, comme le souligne l’incendie de la maison, crime excessivement grave et considéré comme irrémissible3. Toujours est-il que Pierre Chommeliz n’a plus aucun moyen de se refaire et entre en « grant poureté » malgré sa charge de femmes et d’enfants. Cette existence, saisie par les routiers qui écorchent le pays par défaut de solde régulière, semble alors irrémédiablement compromise. Elle justifie le désespoir de l’homme, réduit au statut de journalier et qui tente d’acquérir de nouveaux outils par la location de sa force de travail. C’est là le contexte émouvant, selon la Chancellerie, qui explique la fragilisation et la vulnérabilité au geste criminel. De victime, Pierre Chommeliz devint coupable. Le déni de justice qui régnait dans la région fit que notre suppliant, ne pouvant faire restaurer son dommage, entreprit de se refaire aussi vite qu’il avait perdu son patrimoine. Le mal subi entraîne la malfaisance : un autre homme sort alors de l’ombre, lequel pistait visiblement les cohortes de malheureux qui émaillaient l’habituelle traîne du passage des compagnies du roi. Jean Baratier, par « séduction », approcha Pierre Chommeliz. Il est le seul criminel incontestable de notre archive, chargé par le suppliant de toutes sortes de responsabilités l’ayant mené à méfaire par « induction ». Notre personnage néfaste mit le suppliant à l’épreuve de la confiance en lui offrant de petits travaux – la réalisation d’une treille pour son jardin – avant de lui proposer le crime, par « grant parolles », lesquelles désignent ici l’ampleur d’un projet criminel. Le récit soulignait donc le désordre qui résultait du passage des compagnies du roi dans ces pays. C’est ce désordre qui avait précipité Pierre Chommeliz vers la malfaisance. Il subissait un déni de justice et n’avait pas obtenu réparation. Pour notre archive, l’injustice entraînait logiquement le crime, tapi dans son milieu propice afin de mieux subvertir les victimes : elles rejoignaient alors le mode de vie criminel et triomphant du moment. C’est là une forme de « perdition de la personne » que le désastre occasionnait en cette fin de guerre de Cent Ans selon l’archive. Elle impliquait une forme de responsabilité royale dans la diffusion des faux écus surdorés dans des pays malmenés par la guerre.

« Le péril à mectre » : l’art d’écouler le faux dans un réseau criminel

  • 4  Les monnaies « noires » étaient ainsi dénommées parce que, ne contenant que peu de métal précieux, (...)

3Jean Baratier avait recruté un agent de plus dans un réseau qui semblait déjà bien étoffé mais dont Pierre Chommeliz ne serait qu’un des innombrables pions aveugles. Sa tâche était de tenter d’écouler de faux écus, par petites quantités de deux à trois pièces seulement. Le principe était simple : notre suppliant achetait les faux pour un faible coût à Baratier, puis il tentait de les employer sur le marché à leur pleine valeur théorique. À Baratier donc de fournir des écus « adoubés » comme bons, à Chommeliz de les écouler à l’occasion d’une transaction commune. La relation des deux hommes, fondée sur la vente privée, interdisait que l’on remontât trop vite au véritable faux-monnayeur. Jean Baratier fabriquait et vendait à ses agents, mais il ne s’exposait pas personnellement au péril de justice : il était bien plus rentable de faire arpenter les marchés à sa cohorte de petites gens ruinée par le contexte militaire. Toutefois, le criminel avait résolu de bien conseiller ses acheteurs. Il leur recommandait d’éviter les « gens congnoissans en or » et de privilégier les « gens de villages qui ne si connaissent pas si avant ». En creux, ce conseil révélait une solide expérience du risque lié à l’activité criminelle : il fallait viser les fragilités de cette société face au savoir de l’or et donc ne jamais tenter de grosses opérations qui placeraient immanquablement cette activité en pleine lumière. De même, il convenait d’éviter les marchands ainsi que les foires où ils se rencontraient. C’était là une précaution vitale sur laquelle Baratier insista lourdement. Notre fabricant de fausse-monnaie démultipliait les profits par de petites transactions frauduleuses, en lâchant les opérateurs face aux victimes réputées les plus vulnérables. Au final, Pierre Chommeliz « fit mectre », c'est-à-dire écouler, une quinzaine de pièces tout au plus. Les écus et gros d’apparence argentée acquis auprès de Baratier étaient assez grossiers, ce qui laisse supposer que ses monnaies n’étaient pas flanquées, mais moulées. Jean Baratier n’était donc pas à la tête d’un atelier clandestin, ce qui relativise sérieusement son importance dans la réalisation du crime. La suite du récit allait le confirmer. Pierre Chommeliz, effrayé par un échec, semblait vouloir cesser immédiatement ses activités de contrefacteur. Toutefois, Jean Baratier, qui trouvait désormais son homme d’autant plus fiable qu’il était poursuivi par la justice, se décida à lui faire une nouvelle offre afin de ne pas perdre son instrument. Cette offre le ferait se hisser dans la hiérarchie du réseau criminel. Il proposa à Chommeliz de devenir fabricant. Pour ce faire, il lui vendit non des pièces, mais des moules, charge à lui de fabriquer et de trouver ceux qui écouleraient. Tandis que le graveur demeure inconnu de nous, ces moules confirment la mauvaise qualité de la fausse-monnaie ici évoquée. Le suppliant les décrit comme produisant des monnaies noires et des gros « mous comme la cire »4. La nature de la contrefaçon demeurait donc inchangée, tandis que l’implication du suppliant dans le crime s’était lourdement accentuée.

« S’en fouy incontinent parmy les bois » : la seconde destruction du contrefacteur

  • 5  Sur les faux-monnayeurs en général au Moyen Âge : Feller (Laurent), Faux-monnayeurs et fausses mon (...)
  • 6  Bompaire (Marc) et Dumas (Françoise), op. cit., p. 109-132.
  • 7  Pour une vision d’ensemble des moyens de la justice et de la criminalité : Gauvard (Claude), « De (...)

4La gravité du crime de faux-monnayage, soulignée à plusieurs reprises dans le récit, emporte rapidement Pierre Chommeliz dans le monde des gibiers de justice. Détecté une première fois à cause d’un marchand qui avait expertisé ses monnaies, il ne doit sa survie qu’à sa fuite « combien que sergents et autres chassassent après lui ». Effrayée, sa femme aurait insisté pour qu’il cesse cette activité en avisant « qu’il en pourroit estre destruit s’il estoit sceu ». Face au gain rapide, se dresse la peine de mort proclamée par les hautes justices criminelles5, ainsi que l’émotion sociale vive qui, en l’espèce, avait jeté la population d’un village aux trousses de Pierre Chommeliz. Élaborée par « grant parolles » dans le secret de « l’hostel » privé, la détection de la fausse monnaie justifie les plus grandes férocités justicières de la fin du Moyen Âge : procédure d’office et torture judiciaire suivent de près les affaires venues à la connaissance des juges. À suivre les coutumiers, la peine de mort succédait à celle du bouillon : le contrefacteur était bouilli dans un chaudron avant pendaison6. Toutefois, cette rigueur cache assez mal une hésitation classique des juges face au faux-monnayage, entre justice du vol et justice du cas souverain réservé. Selon les cas, la victime de la contrefaçon est le pouvoir public qui bat monnaie, ou bien l’usager qui a été trompé. Dans les deux cas, le crime est réputé néfaste car commis en secret et nécessitant donc une révélation spectaculaire à l’occasion de l’enquête précédant une peine publique exemplaire. Quid de Pierre Chommeliz ? Sa lettre de grâce vise les baillis royaux, signe de leur intervention dans l’affaire. Une justice locale est également nommée mais elle n’a pas su faire naître une vérité, tant et si bien que le suppliant ne fut condamné qu’à la seule amende et composition pécuniaire envers ses victimes. On retrouve ici notre hésitation. La justice locale a agi pour la restauration du dommage subi mais une justice royale a repris le cas et procédé avec rigueur. Pierre Chommeliz fut emprisonné, fait rare, afin d’obtenir de lui toutes les confessions qui permettraient de reconstituer son réseau. Visiblement, la « science certaine » du juge royal ne s’accordait pas avec la restauration de la paix recherchée dans un premier temps par la magistrature locale. Les informations diligentées par cette dernière demeurent dans le récit de la grâce mais elles s’apparentent à la poursuite du vol : l’intention secrète, le dommage évalué, l’émotion populaire et la traque dans les bois. En revanche, l’intervention royale s’écarte de ce schéma et tous les stigmates de l’infamie s’abattirent sur Pierre Chommeliz : procédure ex officio, détention rigoureuse et emploi d’une procédure extraordinaire qui est souvent la marque des récits criminels détaillés. Le patrimoine de Pierre Chommeliz fut visiblement confisqué et mis dans la main du roi, provoquant ici la destruction du suspect : une seconde destruction donc après celle que notre suppliant avait subi des soldats du roi. Comble de l’infortune, cette paupérisation immédiate explique le décès de celle qui l’avait prévenu du danger : sa femme, mais aussi ses enfants trépassent pendant son incarcération. Réversibilité insoutenable : lui qui voulait entretenir son ménage par le crime, le voit disparaître à cause de celui-ci. Et Pierre Chommeliz d’avoir subi deux fois la destruction par les gens du roi. Cette situation offrait au faux-monnayeur une possibilité d’appuyer son cas pour obtenir la grâce. Encore fallait-il pouvoir se soustraire de la justice royale, ce qu’il fit en s’évadant opportunément, confirmant ici l’état des prisons médiévales7. Sans cette évasion, notre coupable n’aurait pu échapper à la mort car les délais de la grâce l’emportent généralement sur ceux de la mise à mort, une fois l’incarcération survenue.

« Préférer miséricorde » : la grâce de la ruine

  • 8  Nous renvoyons à l’étude de Contamine (Philippe), Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge, 1 (...)
  • 9  Sur le contexte monétaire général : Spufford (Peter), Money and its use in Medieval Europe, Cambri (...)
  • 10  Un cas exemplaire dans ANF, JJ 179, n° 126, fol. 67. Prétou (Pierre), Crime et justice en Gascogne (...)

5Nulle part la contrefaçon d’une marque souveraine n’est évoquée dans la rémission de Pierre Chommeliz, tant et si bien que l’on en vient à se demander si la contrefaçon ne fut pas, elle aussi, assimilée au vol par la justice retenue du roi. La rhétorique royale emprunte donc ici d’étranges détours déclenchés par l’intervention d’un proche de la cour. Notre suppliant en fuite avait en effet trouvé refuge auprès d’un maréchal de France avant de se mettre à son service. Devenu portier dans une de ses places, c’est ce protecteur qui introduisit la supplique. De gibier de potence, Pierre Chommeliz devint alors un support de miséricorde royale et, en filigrane, un bon sujet du roi vers lequel la sollicitude royale s’était portée. Réversibilité aléatoire supplémentaire ou bien calcul politique ? Nous retiendrons la seconde option. La décennie 1440 est celle de la remise en ordre profonde de l’ost royal. Charles VII avait introduit la réforme dite des « compagnies de l’ordonnance » par laquelle le souverain escomptait mettre un terme aux violences des routiers, une fois ceux-ci gagés et soldés afin qu’ils ne vivent plus sur le pays8. Pierre Chommeliz était l’une des victimes évidentes des écorcheries contemporaines de la réforme. Le roi n’était-il pas responsable des dénis de justice que le midi de la France subissait ? Les suppliques des communautés d’habitants le rappelaient. Toutefois, une autre réforme, celle de l’assainissement monétaire entrepris par Jacques Cœur dans la décennie 1430 venait perturber cette approche en accentuant la force du flanc souverain et, par voie de conséquence, la gravité du crime reproché au suppliant9. Ceci explique l’interprétation subtile qui fut donnée au récit. Ces deux réformes, étaient très liées puisque l’une autorisait l’autre : une fois les moyens de la guerre capitalisés l’on put entreprendre le versement de la solde régulière des compagnies. Toutefois, à la date de l’acte, c'est-à-dire à l’heure de la conquête finale sur la couronne d’Angleterre en Normandie et en Guyenne, les considérations afférentes à la régulation des violences des soldats l’emportèrent à la cour. Il fallait alors rallier les communautés d’habitants afin de mieux écarter les horreurs du passé. La vie de Pierre Chommeliz contenait plusieurs éléments utiles à la rhétorique royale qui, une fois lacée autour du désastre subi, permettrait de faire une réponse globale. Le suppliant fut donc gracié et son récit réinterprété : bien que criminel, il demeurait une victime. La lettre de rémission recueille et insiste lourdement sur les termes de la destruction de l’homme, jusqu’à la faire dire par les morts qui vivaient autrefois avec le suppliant. Convoquée par la narration, l’épouse défunte qui avait suggéré le danger en avait finalement péri. Édifiante démonstration personnifiant la ruine : le désastre était si grand qu’il n’autorisait plus aucune lecture du bien et du mal. Il appartenait donc au souverain de retracer ces limites et c’est pourquoi le déni de justice initial vint expliquer le crime de faux-monnayage. Le roi, en consentant à le pardonner, effaçait l’ensemble sans pour autant l’abolir. L’entregent d’un maréchal de France, chambellan et conseiller du roi n’avait d’évidence pas été étranger à cette délivrance. Toutefois, l’on ne peut douter de l’analyse souveraine et de la réflexion directe du caput regni dans cette affaire : le document fut validé « Par le roi en son conseil » et non « à la relation de », un signe fort établissant la présence physique de Charles VII à l’audience du cas de ce simple malfaiteur. De la contrefaçon assimilée au vol, au crime fait à la chose publique, le conseil royal trouvait ici l’occasion d’un chemin de traverse subtil guidé par un contexte politique. La réponse était donc faite en l’espèce. Elle n’était pas singulière : un lot important de malfaiteurs issus des régions à conquérir trouva une oreille miséricordieuse à la Cour entre 1449 et 145310. Alors que l’habitude était surtout de pardonner les cas d’honneur intelligibles des populations, quelques criminels d’une autre facture rencontrèrent tout de même la miséricorde souveraine.

6Après une vie d’infortune, Pierre Chommeliz trouvait la fortune. Le récit judiciaire de sa vie de faux-monnayeur contenait deux leçons morales. En premier lieu, la contrefaçon provoquait immanquablement le désastre de l’homme car elle revenait à le précipiter dans les abysses du mal. Seul un mal aussi grand pouvait rendre compte du passage à l’acte et, une fois traumatisé par ce désastre similaire qu’était la violence des routiers, Pierre Chommeliz y avait succombé. Jean Baratier, acteur néfaste du récit, rappelait qu’il existait de véritables criminels guettant les bons sujets affaiblis du roi. Ce portrait malveillant déchargeait ici le suppliant tout en sauvant la rhétorique rigoureuse des justices monétaires qui conservaient leur nécessaire gibier de potence. En second lieu, l’analyse de la gravité du crime se révélait essentiellement politique ou guidée par un contexte qui s’ouvrait et se refermait aléatoirement. Le faux-monnayage, s’il survenait d’une responsabilité royale – ici le déni de justice infligé par les compagnies – demeurait susceptible de recueillir la bienveillance du roi, malgré la gravité de l’atteinte. Parce que son récit était une occasion de démontrer l’amour du Valois pour ses sujets, le suppliant ne devait pas rester plus longtemps un coupable infâme. Entre deux destructions de sa personne, la vie de Pierre Chommeliz autorisait une lecture royale magistrale qui ne menaçait pas l’intégrité du cas réservé puisque le souverain était le seul à pouvoir faire une telle démonstration de miséricorde. Au final, l’histoire de ce faux-monnayeur du milieu du XVe siècle révèle l’acuité des regards politiques qui se penchent sur sa vie, au point d’y donner plusieurs interprétations très divergentes. Balloté par ces dernières avant de trouver une conclusion favorable, Pierre Chommeliz rappelle que le crime de faux-monnayage, support d’interminables élaborations, n’est toujours pas caractérisé comme on l’attendrait au milieu du XVe siècle. Le criminel en matière monétaire peut certes léser la majesté mais il peut également la consolider. Chance du suppliant que celle qui lui permit de se ranger dans le second cas.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1  ANF, JJ 179, n° 210, fol. 119. Transcription en annexe.

2  Voir par exemple : Wright (N.A.R.), « Pillagers and brigands in the Hundred Years War », Journal of Medieval History, 9, 1983, p.15-24; Boutruche (Robert), La crise d’une société. Seigneurs et paysans du Bordelais pendant la guerre de Cent ans, Paris, Les Belles Lettres, 1947 ; Timbal (Pierre-Clément), La guerre de Cent ans vue à travers les registres du Parlement (1337-1369), Paris, CNRS, 1961 ; Contamine (Philippe), « L’impact de la guerre de Cent Ans en France sur le plat pays et sur la vie au village », Les villageois face à la guerre, Flaran xxii, Toulouse, 2002.

3  Gauvard (Claude), « Pardonner et oublier après la guerre de Cent ans. Le rôle des lettres d’abolition de la chancellerie royale française », dans Marcowitz (R.) et Paravicini (W.), Pardonner et oublier ? Les discours sur le passé après l’occupation, la guerre civile et la révolution, Munich, R. Oldenburg Verlag, 2009, p. 27-55.

4  Les monnaies « noires » étaient ainsi dénommées parce que, ne contenant que peu de métal précieux, elles noircissaient rapidement en passant de main en main. L’éclat initial était rapidement voilé par la manipulation. Voir Bompaire (Marc) et Dumas (Françoise), Numismatique médiévale, monnaies et documents d'origine française, Turnhout, Brepols, 2000, p. 109-132.

5  Sur les faux-monnayeurs en général au Moyen Âge : Feller (Laurent), Faux-monnayeurs et fausses monnaies en France à la fin du Moyen Age, Paris, Léopard d’or, 1986.

6  Bompaire (Marc) et Dumas (Françoise), op. cit., p. 109-132.

7  Pour une vision d’ensemble des moyens de la justice et de la criminalité : Gauvard (Claude), « De grace especial ». Crime, État et société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 1991.

8  Nous renvoyons à l’étude de Contamine (Philippe), Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge, 1337-1494, Paris et La Haye, 1972.

9  Sur le contexte monétaire général : Spufford (Peter), Money and its use in Medieval Europe, Cambridge, 1988, p. 339 et s. Sur Jacques Cœur et la réforme monétaire : Reyerson (Kathryn), Jacques Cœur, Entrepreneur and King’s Bursar, New York, Pearson Longman, 2005

10  Un cas exemplaire dans ANF, JJ 179, n° 126, fol. 67. Prétou (Pierre), Crime et justice en Gascogne à la fin du Moyen Âge, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, p. 151 et s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Prétou, « Pierre Chommeliz, faux-monnayeur du désastre, au milieu du XVe siècle », Criminocorpus [En ligne], Figures de faux-monnayeurs du Moyen Âge à nos jours, Articles, mis en ligne le 20 novembre 2011, consulté le 30 mars 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/465

Haut de page

Auteur

Pierre Prétou

Pierre Prétou est agrégé d’histoire, certifié en sciences criminelles et maître de conférences en histoire du Moyen Âge à l’université de La Rochelle (CRHIA EA 1163).. Spécialisé en histoire de la justice médiévale dans les espaces atlantiques, il a enquêté sur les régulations judiciaires observables dans l’administration de la justice comme sur la mise en œuvre des médiations pénales. Auteur d’une thèse observant la genèse des encadrements normatifs dans le sud-ouest du royaume de France, il poursuit désormais des travaux sur les tyrannies d’exercice à la fin du Moyen Âge. Pierre Prétou est membre du comité de rédaction de Criminocorpus

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page