Navigation – Plan du site

Frédéric Chauvaud, Gilles Malandain (dir.), Impossibles victimes, impossibles coupables. Les femmes devant la justice (XIXe-XXe siècles)

Jean-Claude Farcy
Référence(s) :

Frédéric Chauvaud, Gilles Malandain (dir.). Impossibles victimes, impossibles coupables. Les femmes devant la justice (XIXe-XXe siècles), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009, 315 p.

Texte intégral

  • 1  Bard (Christine), Chauvaud (Frédéric), Perrot (Michelle), Petit (Jacques-Guy) (dir.). Femmes et ju (...)

1Depuis le colloque Justice et différences des sexes XIXe-XXe siècles, tenu à Angers en mai 2001, les rencontres scientifiques semblent s’être multipliées sur les rapports entre justice et genre comme sur la déviance féminine, souvent à l’initiative d’historiens et toujours avec leur large participation, tels ceux tenus en mars et octobre 2008, le premier à la Sorbonne, sur les Figures de femmes criminelles, le second, sur Femmes déviantes, femmes victimes : l’ambivalence des femmes en justice, à Poitiers. Indicateur du dynamisme de l’histoire du genre comme de l’histoire de la justice et du crime, écho des interrogations très contemporaines sur la place des femmes – victimes et actrices – dans les nouvelles formes de criminalité, ces rencontres laissent augurer d’une progression des connaissances et d’un approfondissement des problématiques. De ce point de vue, la publication par Frédéric Chauvaud et Gilles Malandain des actes du colloque de Poitiers permet de juger des progrès de la recherche historique depuis le premier colloque cité1.

2Par rapport à ce dernier, qui explorait l’ensemble des directions possibles, de l’enquête à la sanction pénale en passant par la place des femmes dans l’appareil judiciaire, l’ouvrage de Frédéric Chauvaud et Gilles Malandain apparaît plus centré sur la déviance féminine (incriminée le plus souvent mais pas exclusivement, puisque la prostitution est prise en compte), le titre même annonçant clairement un effort réel de problématisation autour de l’interrogation des rapports entre justice et genre : les rôles sociaux qui confèrent aux femmes, au moins jusqu’aux dernières décennies du XXe siècle, une position subordonnée dans la société et au sein de la famille, codifiés par le droit et redoublés par les représentations (image de la femme douce, vertueuse, bonne mère et bonne ménagère, etc…) sont déterminants pour rendre compte à la fois de la discrétion des femmes parmi les prévenus et accusés, de verdicts souvent indulgents à leur égard comme parfois de la sévérité de la justice quand cette déviance est perçue comme remettant en cause la domination masculine. C’est bien le fil directeur de l’ouvrage, chaque contribution s’inscrivant dans cette grille d’analyse, et, pour plusieurs d’entre elles, cherchant à l’approfondir en dépassant la simple variation autour de la dialectique victime/coupable.

3Cet angle d’approche privilégie, dans l’ensemble, l’étude des représentations de la place du rôle des femmes dans la déviance et devant la justice, dans les trois parties de l’ouvrage que l’on mette en cause leur statut de victimes, que l’on discute de leur responsabilité pénale ou que l’historien examine quelques figures « héroïsées » qui ont marqué les contemporains. Victimes, les femmes le sont-elles complètement au regard des juges, de leur entourage et de l’opinion ? À cette question des réponses variées sont données dans six contributions portant sur les attentats à la pudeur, l’empoisonnement, la prostitution et les représentations données par la presse et la caricature. A travers l’exemple du Var du XIXe siècle Céline Regnard-Drouot montre que le récit des femmes victimes d’attentat à la pudeur s’efforce de combattre la suspicion qui pèsent sur elles (provocation, vie déréglée) en se présentant comme de « bonnes victimes » (résistance à la violence, défense de leur honneur, volonté de laver la souillure physique et morale) pour répondre à l’attente de l’institution judiciaire, la parole féminine étant alors le « miroir des normes régissant le comportement féminin idéal en matière de sexualité » (p. 41). Dans les affaires d’empoisonnement, la rumeur accuse souvent la femme, selon le stéréotype des plus répandus de la femme sournoise, dissimulatrice, faible et trouvant dans l’arsenic le moyen d’éliminer le mari gênant. Céline Bertrand vérifie cette représentation prégnante même dans les cas d’empoisonnements accidentels (avant les progrès de l’expertise en la matière) et dans celui l’affaire Henriette Canaby, inspiratrice de Thérèse Desqueyroux de Mauriac. Elle montre que le soupçon persiste même en cas d’acquittement tant le crime subvertit les rôles d’épouse et de gardienne du foyer dévolus à la femme dans la société. Avec la lecture des comptes-rendus d’assises publiés entre 1886 et 1914 dans la Gazette des tribunaux, Anne Durepaire, revient sur le crime passionnel. L’indulgence des jurés vaut surtout pour les cas d’infidélité évidents, quand la « femme mariée se conforme bien à son rôle de mère et ménagère ». Elle est difficilement obtenue pour les célibataires, toujours suspectes, à moins qu’elles ne réussissent à démontrer une séduction dolosive. Laurence Montel s’attache à suivre l’évolution du discours ambigu sur les prostituées à travers l’exemple du cas marseillais suivi du début du XIXe siècle au milieu du siècle suivant, dans ses rapports avec la pratique des autorités (législation, réglementation locale et surveillance policière) et l’évolution de la criminalité (rôle des souteneurs et de la traite des blanches dans la naissance du crime organisé). La criminalisation du proxénétisme a fait progresser le statut victimaire de la prostituée, sans effacer le soupçon qui pèse sur ces femmes « libres » de leur corps et faisant commerce de leur sexualité. La même évolution se constate dans le regard médical. L’affaiblissement du réglementarisme s’accompagne d’un changement dans le traitement de la contagion vénérienne : considérées comme des prisonnières (coupables ?) à l’Infirmerie spéciale de la Préfecture de police de Paris ouverte en 1836, les prostituées atteintes tendent à être considérées comme des malades ordinaires (victimes ?) au début du XXe siècle quand elles sont traitées à l’hôpital Broca, sous tutelle de l’Assistance publique (Claire Barillé, Sandie Servais). La prostituée est abondamment présente, à la même époque, sous le crayon de Jean-Louis Forain : Solange Vernois propose une analyse stimulante de ses « grues » en parallèle avec le roman contemporain de Huysmans, Marthe, que le caricaturiste a illustré. La vision est noire : la prostitution ordinaire, résultat de la pauvreté, est assimilée à une servitude pesante et sans issue. Soumise à la violence du souteneur, la prostituée, figure extrême de la dévalorisation de l’être humain et de la soumission à l’ordre établi, devient le symbole de l’injustice et de « l’exploitation des pauvres par les riches et les puissants » (p. 76).

4On retrouve la figure de la prostituée dans la seconde partie de l’ouvrage consacrée à la responsabilité pénale, mais elle est alors associée au cas particulier d’une criminalité en série originale, celle des deux sœurs Raya et Sekina, dans la ville d’Alexandrie des années 1919-1920 où le contexte politique, économique et social de l’Égypte sous domination anglaise joue un rôle déterminant pour expliquer la naissance de l’entreprise criminelle de ces tenancières de maisons closes qui font assassiner des prostituées pour les dépouiller. Amal Hachet replace la responsabilité pénale (peu discutée dans le procès) dans le cadre plus général de la compréhension d’un crime à forte empreinte narcissique, les victimes, considérées comme un déchet social par les coupables, présentant aux yeux de ces derniers le miroir de leur déclassement social dans le contexte de la première guerre. Les autres contributions analysent plus précisément la question de la responsabilité des femmes dans la pratique judiciaire qu’il s’agisse d’une criminalité de droit commun ou de la répression des mouvements sociaux et politiques. Laurence Guignard en propose une vue d’ensemble, pour les crimes jugés aux assises, en analysant le processus de « naturalisation des femmes qui, par l’intermédiaire de la folie, frappe leurs actes criminels d’irresponsabilité » (p. 120), dans le premier XIXe siècle, même si la justice, « protégeant un ordre sexué », sait graduer l’indulgence en fonction du respect des normes en la matière. La figure de la femme folle, proposée par une partie du corps médical, n’est qu’une des réponses possibles, utilisée au cas par cas, en fonction d’une individualisation des peines qui permet aux juges d’adapter la sanction au respect des normes sociales en vigueur. Ces dernières fustigent les « mauvaises mères » mais avec des nuances que les décisions des jurés mettent en lumière. Caroline Campodarve-Puente en donne un nouvel exemple pour la Charente-Inférieure du XIXe siècle. Dans ce département rural, la répression de l’infanticide (dont modalités et contexte social et familial sont bien connus depuis la thèse d’Annick Tillier) est en relation avec l’âge, le statut matrimonial et la conduite des mères. Les cas, plus rarement jugés, d’avorteuses ou de mères maltraitant leurs enfants, vont dans le même sens.Quant à l’inceste féminin, signalé par les médecins, il fait figure de tabou, tant sa présence dans les archives judiciaires est des plus discrètes (Fabienne Giuliani). Il semble que la représentation de la maternité protectrice ait ici constitué un obstacle puissant à la reconnaissance judiciaire et sociale de la transgression de l’interdit, redoublée par celle de Marie-Antoinette - accusée d’un tel crime lors de son procès - et largement présentée comme victime au XIXe siècle. Avec les découpeuses de châles coalisées, dans le Paris de 1831, contre l’introduction de machines qui entraîne suppression d’emplois et abaissement des salaires, l’attitude des magistrats professionnels rappelle celle adoptée lors de la répression judiciaire des femmes participant aux émeutes de subsistances, mobilisant les notions d’impulsivité et d’irrationalité - associées au sexe féminin - comme valeur d’excuse et d’atténuation de la sanction : en ce sens la grève (par la rareté de la présence féminine à cette époque) et le procès correctionnel sont « deux moments forts de l’exclusion des femmes » (François Jarrige, p. 131). À l’exception toutefois des périodes révolutionnaires pendant lesquelles les femmes font une entrée remarquée sur la scène politique au XIXe siècle. L’exemple de la Commune, analysé avec précision et rigueur par Quentin Deluermoz est significatif. La justice militaire comme la justice correctionnelle (qui juge la participation à la Commune sous le délit d’usurpation de fonctions) sanctionnent sévèrement (plus que pour les hommes pour ce qui est des conseils de guerre) les Communardes qui ont joué un rôle politique ou militaire important (cas emblématique des « pétroleuses ») tout en étant clémentes (absence de poursuite, non lieu, peines légères) pour les celles dont on estime qu’elles ont été entraînées par leur « nature » de femme ou manipulées par l’Internationale. Dans les deux cas, les rapports sociaux à dominante masculine jouent : sanction lourde pour celles qui les ont remis en cause, indulgence pour les autres, perçues comme « victimes » et dont la participation à la vie politique est niée, relevant de l’impensable.

5La dernière partie fait revivre quelques figures célèbres, « figures héroïques », de Charlotte Corday à Marthe Hanau. La première, présentée par Guillaume Mazeau, s’interroge sur l’évolution de la construction d’une « victime de l’histoire », très développée dans les milieux conservateurs et largement diffusée dans l’opinion. Fanny Brugnon, à travers l’évocation de Germaine Berton (anarchiste qui assassine en 1923 le secrétaire de rédaction de l’Action Française pour venger Jean Jaurès), analyse les réactions face à la violence politique féminine : au-delà d’une déviance perçue contre nature (usage de la violence, action politique qui plus est dans le sens d’une dissolution sociale que représente l’anarchisme), le discours du procès comme la relative mansuétude du jugement témoignent d’une volonté de dépolitisation, d’un retour aux représentations morales du geste pour renforcer un ordre dominant qui exclut les femmes de la vie politique. Cet aspect se retrouve aussi, en partie, pour la participation à la vie économique moderne, notamment financière, dans les affaires célèbres de Thérèse Humbert à la fin du XIXe siècle (Frédéric Chauvaud) et de la banquière Marthe Hanau, dans l’entre-deux-guerres (François Dubasque). La première, virtuose de l’escroquerie jouant habilement des ressources de la procédure pour maintenir la fiction de l’héritage Crawford, dupe les « gogos » de son milieu, ce qui n’est guère fait pour susciter l’indignation populaire. Par ailleurs, son procès ne remet guère en cause les liens entre affaires et politique : les représentations de la femme dissimulatrice et séductrice l’emportent. Avec Marthe Hanau, le contexte politique prend plus de poids. « Virago » de la finance, femme de pouvoir peu scrupuleuse en affaires, elle s’aliène les milieux financiers traditionnels comme certains milieux politiques (la chronologie des condamnations épouse la conjoncture politique), et ne peut guère être considérée comme une « forme de résistance à l’oppression masculine » (p. 260). Par contre les cas de Mme Cailleaux (Jérôme Grévy) comme de Mata Hari (Éric Kocher-Marboeuf) s’intègrent davantage dans les schémas plus classiques de la femme en justice, « criminelle mais non déviante » dans le premier cas, « bouc émissaire » devant la justice militaire dans le second. La première, dans son geste (l’assassinat de Calmette, directeur du Figaro, en mars 1914) comme au procès s’efface entièrement derrière son mari, son acquittement étant dans la nature des rapports sociaux dominants : épouse de ministre, bourgeoise et femme, elle est « politiquement mineure », « socialement irresponsable » et « faible et victime ». Dans le cas de Mata Hari, on peut s’interroger sur la figure d’une femme déviante ou émancipée (pour sa vie amoureuse « hors normes »), mais si réalité de l’espionnage (des deux côtés des camps en guerre), son exécution en 1917 tient beaucoup au contexte qui a conduit la justice militaire à « transformer une mondaine en bouc émissaire ». Les affaires criminelles célèbres sont souvent reprises dans les médias. Elles ont servi de support à la série télévisée En votre âme et conscience de 1956 à 1969 où la criminalité féminine est surestimée. L’étude de Myriam Tsikounas, en restituant très précisément le contexte d’élaboration et de réception de l’émission montre bien que le « monde judiciaire figuré » est dépendant des contraintes du média, de la censure, de l’évolution des mœurs comme de la volonté pédagogique et de la personnalité de chacun des deux réalisateurs. On est assez loin alors de la vision proposée par la presse, à l’exemple de celle de province que Geoffrey Fleuriaud analyse pour le Poitou de l’entre-deux-guerres à travers les comptes rendus de vols commis par les femmes. Pour un crime qui est surtout masculin, l’irruption des femmes ne peut que témoigner de leur « nature psychologique » particulière (avarice, gourmandise, envie), voisine de la « débauche ». La propension de cette presse à mettre en avant les vols commis au préjudice de l’époux (non poursuivables pénalement), présentée comme la résultante de l’infidélité, témoigne de la crainte face à la timide émancipation féminine en cours.

  • 2  On doit cependant signaler quelques coquilles, particulièrement dans la table des matières (Céline (...)

6Au final, l’ouvrage présente donc nombre d’études nouvelles, même si quelques contributions revisitent des affaires déjà étudiées (Germaine Berton) ou si les conclusions rejoignent souvent celles des études antérieures. Mais la problématique annoncée de la coupable et de la victime impossible est bien suivie et permet une approche plus fine des affaires ou des crimes étudiés. La réflexion de Jean-Clément Martin en postface souligne l’intérêt d’une telle démarche et invite à prolonger l’enquête par quelques suggestions. Au-delà de la spécificité des sources judiciaires (résultat autant des normes, de l’imaginaire collectif que des acteurs intervenant dans le processus pénal, des victimes aux magistrats et aux… archivistes !), est mise en valeur la pertinence d’une approche de la criminalité et de la justice en termes de genre. Dans le prolongement de cette réflexion nous voudrions ajouter deux remarques. La première, de méthode, porte sur la nécessité d’une analyse qui prenne davantage en compte, dans les démonstrations conduites, la comparaison avec l’autre moitié de l’humanité. Concrètement, on devrait se demander, quand on analyse les femmes victimes, ce qu’il en est des hommes victimes : la comparaison rendrait sans nul doute plus assurée (à moins qu’elles ne les infirment en partie ?) les conclusions avancées. La contribution sur l’irresponsabilité pénale liée à la folie, et, plus encore, celle sur la Commune montrent la voie à ce qui devrait être une règle de méthode. Plus largement, n’est-ce pas amputer la « réalité » étudiée et surtout l’interprétation que l’on peut en donner, que de réduire l’analyse aux seuls rapports de genre, sans insérer ces derniers dans l’ensemble des rapports sociaux (dont les rapports de classe) ? Ces remarques n’enlèvent rien à l’intérêt d’un ouvrage cohérent (ce qui est à souligner pour la publication des actes d’un colloque), stimulant pour la recherche, et par ailleurs présenté dans une édition de qualité2.

Haut de page

Notes

1  Bard (Christine), Chauvaud (Frédéric), Perrot (Michelle), Petit (Jacques-Guy) (dir.). Femmes et justice pénale XIXe-XXe siècles, Rennes, PUR, 2002, 375 p.

2  On doit cependant signaler quelques coquilles, particulièrement dans la table des matières (Céline Betrand pour Bertrand ; prostitués pour prostituées dans le titre de la contribution de L. Montel ; Frédrique Chauvaud pour Frédéric Chauvaud). Curieusement de telles coquilles étaient également présentes, au même niveau, dans des ouvrages publiés antérieurement par le même éditeur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude Farcy, « Frédéric Chauvaud, Gilles Malandain (dir.), Impossibles victimes, impossibles coupables. Les femmes devant la justice (XIXe-XXe siècles) », Criminocorpus [En ligne], Années antérieures, mis en ligne le 22 octobre 2009, consulté le 29 mai 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/65

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Farcy

Jean-Claude Farcy, chargé de recherche au CNRS, rattaché à l’UMR 5605, Centre Georges Chevrier, Université de Bourgogne (Dijon), travaille sur l’histoire rurale et l’histoire de la justice de la France des XIXe et XXe siècles. Jean-Claude Farcy est membre du comité de rédaction de Criminocorpus.  

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page