Navigation – Plan du site
Présentation du dossier

Histoire de la police. Quelques réflexions sur l’historiographie française

Jean-Marc Berlière

Entrées d’index

Géographique :

France
Haut de page

Notes de l’auteur

En complément à cet article, on pourra consulter une bibliographie sélective sur l’histoire de la police

Texte intégral

Un objet longtemps perdu des sciences sociales

1Si l’exigence scientifique se mesure au déficit de la connaissance et à l’importance de l’objet étudié, on peut admettre que l’institution policière a longtemps constitué, de ce double point de vue, un cas exemplaire. Mais parce qu’elle occupe dans l’État et la société une position stratégique, parce qu’elle constitue un enjeu et un instrument de pouvoir essentiels, tout ce qui concerne la police ou presque doit faire l’objet d’une réflexion dont l’actualité démontre régulièrement la nécessité.

2Longtemps délaissée par les sociologues et politistes, la police constitue aujourd’hui pour eux, à la demande de l’institution elle-même, un champ privilégié d’investigation. L’histoire doit fournir la trame de cette réflexion en situant les problèmes dans le temps long, en éclairant leurs racines, et ainsi contribuer à sortir du flou, du mythe, de l’irrationnel, de la fantasmagorie, de la recherche du sensationnel, du plaidoyer pro domo ou de « l’intoxication » - pas toujours volontaire- qui ont longtemps caractérisé, pour l’essentiel, les ouvrages consacrés à la question.

3Car curieusement, et bien qu’elle soit souvent au centre même des préoccupations et des recherches de l’historien, la police est longtemps restée un « trou noir » dans l’historiographie française contemporaine qui, de ce fait, a longtemps accumulé un retard conséquent sur les pays anglo-saxons. Alors que des corps de métiers des plus marginaux suscitaient d’éminentes études, les policiers semblaient transparents aux yeux des historiens du mouvement social ou de la société ; on utilisait leur travail, on citait abondamment leurs analyses, leurs rapports, leurs interventions, sans jamais se préoccuper de leurs auteurs. Le contraste apparaît d’autant plus criant que les sources policières sont largement utilisées sans que, finalement, on sache qui parle, à qui, comment, pourquoi... c’est-à-dire sans pouvoir répondre à tous les questionnements d’une critique interne que la nature particulière de ces sources rend plus indispensable que jamais.

  • 1 À titre d’exemple, les ouvrages généralement considérés comme des références sur la période de l’Oc (...)

4Alors que la plupart des hommes politiques d’importance du XIXe et du XXe siècle et nombre de corps de hauts fonctionnaires ont suscité des travaux de qualité, aucune étude n’existait sur les directeurs de la Sûreté - générale puis nationale - ou ces personnages-clés que furent les préfets de police, rien encore sur des gens au rôle pourtant essentiel et discuté comme Jean Chiappe, Roger Langeron, Jean Baylot, Maurice Papon pour n’en citer que quelques uns. La police, les policiers et leur rôle dans les années trente, a fortiori sous l’Occupation 1, à la Libération, dans les crises de la IVe République, les guerres coloniales, n’ont guère suscité que des ouvrages essentiellement accusateurs ou apologétiques, qui tiennent du mythe, rarement de l’histoire. Pour l’essentiel, l’histoire de la police était une spécialité de journalistes ou de policiers.

  • 2 On ne peut ignorer par exemple le discrédit certain dont ont souffert l’histoire et les archives ad (...)
  • 3 Le sociologue Dominique Monjardet qui a rencontré les mêmes réticences chez ses collègues parlait d (...)

5Les causes de ce déficit historiographique, de ce silence scientifique sont multiples 2 ; certaines, liées à l’aspect très polémique de ces questions et des événements, tiennent à des considérations plus psychologiques que scientifiques. On ne saurait trop insister sur l’absence dramatique d’acculturation du monde universitaire à l’égard des questions d’ordre public et d’une institution qui symbolise les « forces de répression » et que la vulgate marxiste - qui a durablement marqué des générations d’historiens et d’universitaires en France - assimilait au « chenil du capital » déniant ainsi toute légitimité scientifique à un objet « politiquement incorrect 3. » Cette image trouble rejaillissait assez largement sur le chercheur qui s’aventurait sur ce terrain et qui était au mieux perçu comme un naïf manipulé par une institution experte dans cette pratique, au pire dénoncé comme un intellectuel organique ou un « idiot utile » pour reprendre des expressions de Gramsci et Lénine deux maîtres à penser du monde intellectuel de l’après-guerre à l’après 68...

6Ajoutons que le mépris des universitaires pour la police n’avait d’égal que le dédain, voire la répugnance du monde policier pour une recherche perçue comme une mise en accusation permanente, pour des investigations vécues comme le préalable à des attaques et pamphlets contre-productifs dans la mesure où ils approfondissaient malentendu et incompréhension. L’institution policière qui ne craint rien plus que la lumière - « la force de la police c’est que l’on ignore ses faiblesses » écrivait Fouché il y a deux siècles - mettait un malin plaisir à multiplier les obstacles sur la route des chercheurs obstinés : « terrains » refusés aux sociologues, archives fermées aux historiens.

7Il est certain par ailleurs que deux difficultés concrètes avaient de quoi rebuter l’historien décidé à transgresser suspicions, tabous et fantasmes :

    • 4 Déficit en voie d’être comblé par les travaux de Catherine Denys, Vincent Milliot, Vincent Denis et (...)

    ce qu’on pourrait appeler une aspiration par le vide due au manque d’études historiques en amont. Comment parler avec pertinence de la « police de Vichy » sans connaître celle de l’entre-deux-guerres ? Comment parler de cette dernière sans connaître l’organisation, les réformes, mises en place par la IIIe République et les revendications de la société policière exprimées par ses organisations amicales et associatives ? Comment comprendre les choix policiers de la fin du XIXe siècle sans connaître les héritages du Second Empire, des monarchies censitaires, de la Révolution, de l’Ancien régime, qui ont constitué jusqu’à peu, de véritables terrae incognitae pour l’histoire de la police 4 ?

  • le problème des sources était (reste en partie) encore plus dissuasif : triées avant versement, parfois inexistantes du fait des naufrages et catastrophes successifs liés à l’histoire politique et militaire de la France des deux derniers siècles, elles étaient, quand elles existaient et qu’on réussissait à les localiser, d’un accès difficile - c’est un euphémisme - et elles sont d’un volume et d’une présentation qui semblent défier toute tentative raisonnable d’exploitation.

  • 5 Par « police », on entendra ici tout à la fois l’institution et la société policières, mais égaleme (...)

8Si elles ont été trop longtemps abandonnées aux non spécialistes, les recherches sur la police5 sont aujourd’hui arrivées à un tournant. Après avoir longtemps constitué « une inconnue » des sciences sociales l’institution policière est enfin devenue un objet de recherche comme un autre, investi par des chercheurs de disciplines différentes à commencer par la sociologie et la science politique.

  • 6 Comme le notait l’éditorial du premier numéro de Crime, Histoire et Société (Droz, Genève), en 1997 (...)
  • 7 Parmi les plus anciens citons ceux de Marie-Thérèse Vogel , Les polices des villes entre local et n (...)
  • 8 Histoire et dictionnaire de la police, Robert Laffont (collection Bouquins), 2005. La simple lectur (...)

9Dans le domaine historique, nous l’avons dit, les choses ont également passablement évolué ces dernières années 6. L’auteur de ces lignes, qui n’a cessé de prêcher en ce sens depuis les années 1980 et de pratiquer un « entrisme institutionnel » parfois délicat, toujours suspect, espère y être pour quelque chose. La mise en place d’une politique d’aide à la recherche dans le cadre de l’Institut des Hautes Etudes de la Sécurité Intérieure (IHESI) créé sous l’impulsion de Pierre Joxe en 1989, a encouragé la mise en route et favorisé la diffusion d’un certain nombre de travaux. 7 L’IHESI, dont la politique n’a cessé de fluctuer au rythme des alternances démocratiques, est par ailleurs à l’origine d’une publication 8 - largement médiatisée du fait de la personnalité de ses deux préfaciers, MM. de Villepin et Sarkozy - qui si elle n’est pas l’instrument scientifique qu’elle aurait pu être, n’en est pas moins venue combler un vide et démontrer l’intérêt officiel et public pour une histoire trop longtemps méprisée.
En dépit de ces avancées beaucoup reste à faire.

Police et polices : des objets de questionnements multiple, un chantier en plein essor

  • 9 cf. le rôle joué par les commissaires parisiens dans le coup d’état du 2 décembre 1851, qui, à l’ex (...)
  • 10 De l’enquête du « limier », aux développements de la « police technique et scientifique » (PTS), il (...)
  • 11 Pour quelques réflexions et exemples, cf. J.-M. Berlière, « L’impossible pérennité d’une police rép (...)

10Bras séculier du pouvoir, rempart du régime, institution chargée de protéger les personnes, les biens et l’ordre public et de garantir la sûreté définie comme un des droits de l’homme en août 1789, mais aussi parfait instrument de coup d’état 9, « la police » - en fait, en France, et pendant toute cette période, il faut parler DES polices - peut être considérée comme l’ordre même qui préside à une société. Son action, ses pratiques 10, ses pouvoirs, l’usage qui en est fait, les instructions qu’elle reçoit, son attitude et sa manière de les appliquer, les espaces d’autonomie et d’initiative dont elle dispose, caractérisent autant un régime, une période, l’état réel des libertés que la législation ou le discours politique officiels 11. Mais elle est bien d’autres choses encore puisqu’elle constitue tout à la fois :

    • 12 Comme on a pu le voir aussi bien au moment de la Commune de Paris, sous l’Occupation, ou encore à l (...)

    un rouage important du fonctionnement de l’État, du contrôle de la société et donc un enjeu parfois capital du champ politique 12

  • un organisme de régulation des rapports et des conflits sociaux, un rouage essentiel - et nécessaire - du « vivre ensemble » dans la cité.

    • 13 La floraison actuelle de recherches, de travaux, l’investissement du champ par les modernistes perm (...)

    un métier dont il importe de comprendre les caractères, les ressorts essentiels et les étapes de leur constitution en « savoirs » spécifiques et professionnels 13

    • 14 . C’est toute la complexité et une grande partie de l’intérêt du syndicalisme policier dont la lent (...)

    une société particulière traversée de rivalités, compétitions, porteuse de valeurs et de règles propres, poursuivant des intérêts particuliers et autonomes quoique hétérogènes 14, présentant des traits originaux et entretenant des rapports complexes et contradictoires avec l’opinion publique, les partis politiques et les différents gouvernements ou régimes qui se sont succédé en France.

11On le voit à ce rapide inventaire, la police constitue un objet de questionnements multiples et il semble inutile d’insister sur l’intérêt qu’il y a de poursuivre, d’approfondir, d’élargir le travail de recherche et de réflexion systématique entrepris. La richesse de la problématique, la multiplicité des questions et des champs justifient la nécessité d’études exhaustives qui pour nous en tenir à la seule période contemporaine doivent porter sur :

  • l’institution policière elle-même : ses divisions, son fonctionnement ou ses dysfonctionnements, ses nombreuses réformes, les différents services et les missions qui leur sont imparties... Du maintien de l’ordre au contre-espionnage, des CRS à la DST, de la Préfecture de police aux polices municipales, de la police judiciaire des Brigades mobiles à la « police politique » des RG, ce sont des dizaines de sujets qu’il faudra encore systématiquement étudier pour dresser un tableau précis et nuancé des évolutions, ruptures, continuités, des pratiques, des modalités de recrutement, etc...

    • 15 Sur le sujet, Jean-Marc Berlière, « La cour du 19 août 1944 : essai sur la mémoire policière », in (...)
    • 16 Notons à ce propos l’intérêt de l’étude de la féminisation de la police à laquelle Geneviève Pruvos (...)

    la « société policière » qui présente des traits caractéristiques - mentalités, mémoire lacunaire et sélective 15, cultures, savoirs, revendications corporatives - qu’il importe d’étudier de façon dynamique par rapport à une évolution perceptible tout au long du XXe siècle dans ses rapports avec la société et l’opinion publique 16.

    • 17 Qu’on songe aux ouvrages de Léon Daudet comme La police politique, ses moyens, ses crimes, Paris, D (...)
    • 18 De telles études gagneraient énormément à reposer sur un corpus de travaux locaux, de monographies, (...)

    les rôles de l’une et de l’autre et les enjeux qu’elles ont toujours représentés, le poids réel des lobbies et des syndicats policiers, ceux des logiques bureaucratiques, des luttes internes entre services, la volonté de préserver privilèges et autonomies organisationnels, la réalité ou la fantasmagorie des « crimes et provocations » dont on crédite généreusement la police 17 nécessitent de toute évidence d’être étudiés, éclairés, démontrés ou démythifiés 18...

Quelques pistes de recherches et quelques questionnements...

12On a (trop) longtemps pensé « la police » essentiellement dans ses rapports au crime et à la criminalité, à la norme et à la déviance, à l’ordre et au désordre, à la violence... Mais d’autres questions essentielles nécessitent d’être sans cesse travaillées et affinées.

13Une question s’impose que l’existence d’une Police nationale semble avoir fait perdre de vue : à qui appartiennent les pouvoirs de police ? On le sait, la réponse est très différente selon les pays, leur histoire, leur cultures, les époques. Si tout semble opposer les traditions anglo-saxonnes et française, on oublie trop souvent que la police française fut essentiellement municipale jusqu’en 1941 et que si, au XIXe siècle, le pouvoir central s’était réservé la nomination des maires, ces derniers sont devenus, par la loi Goblet (1882) et la loi municipale (1884) les chefs véritables de la police (sauf à Paris, Lyon et quelques villes dont les polices furent étatisées). Ils le resteront jusqu’en 1941 et on a vu depuis 1978 réapparaître des polices municipales.

  • 19 Naissance de la police privée. Détectives et agences de recherches en France (1832-1942), Paris, Pl (...)
  • 20 Frédéric Ocqueteaux, « Gardiennage, surveillance et sécurité privée. Commerce de la peur et/ou peur (...)

14Autres point relativement aveugle en dépit du livre de Dominique Kalifa 19 qui en éclaire très judicieusement la naissance et le rôle de Vidocq son père putatif : le problème de la police privée dont on connaît le rôle, dans les pays anglo-saxons où la tradition des « thief-catchers », « chasseurs de primes » et autres « privés » est bien vivante. En dehors des travaux de sociologues 20 le champ de la police et de la sécurité privée reste largement un terrain historiographique à investir.

  • 21 La réalité d’une démocratie ne tiendrait-elle pas en partie à l’épaisseur de la marge qui sépare in (...)

15Si nous nous en tenons à la police considérée comme un « instrument de l’État », une question essentielle paraît alors bien être celle des rapports police/état, notamment celle de la police dans l’Etat : autonomie, instrumentalisation, soumission ou concurrence ? Quel fut le rôle effectif, réel, joué par police et policiers dans la vie politique, institutionnelle et dans l’État. Quelles sont leurs responsabilités dans des événements que la France a traversés depuis trois quarts de siècle 21 ?

  • 22 La philosophe Hélène L’Heuillet parle à juste titre de « la puissance d’enchantement » de la police (...)

16L’intervention et l’action - officielles ou occultes - des polices et des policiers dans la vie politique sont souvent évoquées par les contemporains et les médias - de façon à la fois critique et allusive - en terme de « manipulations ». Si on dénonce de façon rhétorique « la main de la police », il n’existe pas d’analyse historique, précise, systématique d’un phénomène indéfiniment soupçonné, inlassablement dénoncé, mais rarement voire jamais démontré. 22 De surcroît, ce rôle est généralement perçu uniquement d’un point de vue fonctionnel, « instrumental » : police et policiers participent de la défense de l’État et du régime, de leur efficacité, de leur zèle, de leur attitude, de leur perception des événements, des techniques ou moyens mis en œuvre, dépendra la pérennité d’un régime. Dans ce domaine, il s’agit de rompre avec une vision purement mécaniste de l’histoire et d’interroger le degré d’autonomie des structures intermédiaires.

17D’une façon générale on connaît mal quelles sont les parts respectives des décisions étatiques et de l’administration dans les politiques publiques. La police, pas plus qu’une autre administration, n’échappe aux logiques et aux inerties bureaucratiques et fonctionnelles. Prenons l’exemple de l’opération montée par la Préfecture de police et connue sous le nom de « Rafle du Vel’ d’Hiv » : Quelle fut la part d’initiative des hauts fonctionnaires de la sous-direction des étrangers et des affaires juives et de la Police municipale chargés par le gouvernement de Vichy de l’organisation de la rafle et celle des agents d’exécution eux-mêmes ? Quel fut, ce jour-là, le degré d’autonomie des « structures intermédiaires » ? De quels poids pesèrent respectivement la culture d’obéissance qui constitue l’essence même de la police face aux instructions venues des plus hauts échelons de l’Etat, de pures routines bureaucratiques, une sensibilité xénophobe voire antisémite, et la volonté - terrible dans ses effets - de prouver au vainqueur que l’administration policière parisienne valait sa réputation et savait - à l’occasion - se montrer plus efficace que la Gestapo ou que les officines parallèles qui proliféraient alors et mettaient les policiers de métier dans une situation de concurrence inédite et inconfortable ?

  • 23 L’étude des rapports de la police au politique doit inviter à questionner le caractère opératoire d (...)

18Cette série de questions en appelle tout naturellement une autre relative au problème des sensibilités politiques et de la culture professionnelle d’une institution et d’une société policières dont l’essence même impose une neutralité, un devoir d’obéissance et de réserve qui les lie au pouvoir politique qui les utilise. Dans ces conditions est-il légitime de parler d’une « police républicaine » 23 ou de « la police de Vichy » ? Dans quelle mesure la nature d’un régime marque et conditionne-t-elle l’attitude et l’action des policiers ? Y eut-il une « police de Vichy », une « police de la Libération », au sens où il y aurait eu une « police républicaine » dénoncée par la droite extrême à partir de l’affaire Dreyfus ou bien n’y a-t-il jamais que la police - ou plutôt des polices - poursuivant leurs propres logique et intérêts ?

19Une des problématiques essentielles concerne l’identification des ruptures et des continuités, tant au niveau des missions, des pratiques que des hommes.

  • 24 Jean-Marc Berlière, « Permanence et renouvellement des policiers : le problème des épurations (1940 (...)

20Il est intéressant d’observer combien en matière de police la continuité semble dominer : les régimes passent, la police demeure, poursuivant des objectifs qui lui sont propres, apparemment indifférente au pouvoir en place et à sa nature dans la mesure où les policiers en obtiennent la satisfaction de leurs revendications ou à tout le moins cette marge d’autonomie dans laquelle ils se meuvent et veulent continuer à se mouvoir. De même que la IIIe République avait finalement récupéré et adopté -notamment en conservant cette « institution consulaire » qu’était la Préfecture de police- l’héritage napoléonien pourtant honni, de même, le gouvernement de Vichy prolongea les réformes mises en place par la IIIe République en adoptant le projet d’étatisation des polices municipales que défendaient les commissaires de police depuis le début du siècle. D’une façon générale les policiers de Vichy et de l’occupation, ceux de la « rafle du vel’ d’hiv’ » et des groupes de lutte antiterroriste, sont-ils les mêmes que ceux de la fin des années trente ? Seule l’étude précise des flux de recrutement, des épurations des années 1940-1944 permet de répondre - avec nuance - à cette question 24.

  • 25 On dispose depuis peu d’une comparaison entre les occupations de la Belgique en 1914-1918 et 1940-1 (...)

21La période de l’Occupation allemande (1940-1944) 25 apporte de nouvelles modalités et de nouvelles pratiques de recrutements, de nouvelles règles de promotions. Il importe d’interroger cette pérennité qui peut faire d’un membre d’un Groupe Mobile de Réserve ayant marché sur le maquis des Glières, un officier des Compagnies Républicaines de Sécurité.

  • 26 Sur ce sujet, cf. J.-M. Berlière, Les Policiers sous l’Occupation à partir des archives inédites de (...)

22La permanence des hommes et cette apparente logique de continuité ne doivent pas masquer nombre de ruptures fondamentales et irréversibles que la Libération et l’évolution ultérieure vont encore renforcer. Les caractères essentiels d’une police républicaine dont l’illusion avait pu naître sous la IIIe République- n’ont pas survécu aux conditions particulières de l’occupation, de la lutte clandestine, de la répression et des persécutions dont la police fut chargée, pas plus qu’aux règlements de compte dont elle fut le théâtre et aux luttes ouvertes dont elle fut l’enjeu. De même, l’épuration de 1944-1945, qui marque, en violant la loi non écrite de l’irresponsabilité policière, la fin de la solidarité de fait entre le pouvoir et la police, constitue une autre rupture majeure 26.

Un terrain privilégié : l’ère des crises

23Pour aborder ces questions un champ privilégié d’observation semble offert par les périodes de crise, de décomposition ou de recomposition politiques qui mettent à nu les mécanismes et les rouages des pouvoirs.

24Une période marquée par la succession rapide de plusieurs régimes politiques, une occupation étrangère, la tentative d’instaurer un ordre nouveau, quelques velléités révolutionnaires, le tout dans une atmosphère souvent délétère et marquée par l’incertitude, la précarité, l’éphémère ou l’illusion, l’effondrement des valeurs, la décomposition d’un système, la trahison des élites traditionnelles, semble particulièrement désignée comme champ privilégié d’investigation.

25Qu’en fut-il précisément du (des) rôle(s) des polices et du jeu des policiers en 1934, en 1936-1937, en 1940, en 1944 ou en 1958 ? Quels ont été le poids, les responsabilités et l’importance réels de l’appareil policier et des hommes dans cette période agitée et cruciale qui voit la fin de la IIIe République, la naissance de l’« État français », l’Occupation, la Libération, la naissance et la mort de la IVe République ? L’analyse - du point de vue qui est le nôtre - de ces épisodes, des « affaires » et des crises qui les jalonnent, paraît propre à mettre en lumière :

  • le rôle des différents services, la marge d’autonomie dont ils disposent, la logique de leur travail, les conséquences de leurs rivalités

  • le rôle de certains lobbies ou groupes comme la Maçonnerie dont l’influence semble considérable dans les années trente et explique certains paradoxes de l’Occupation.

  • le degré de perméabilité de ces services aux partis ou idéologies (ligues, extrême droite, communistes à la Libération, gaullistes en 1958)

  • les luttes de factions en leur sein et leurs conséquences

  • le jeu de quelques personnalités, notamment des cadres syndicaux, des chefs de service ou des directeurs et préfets de police

  • l’importance et les répercussions de tel ou tel épisode, telle ou telle période sur la carrière administrative des uns et des autres

    • 27 D’ailleurs la question du statut des polices entre pouvoirs locaux et pouvoirs centraux doit, comme (...)

    le poids de ce que j’appellerai le « lobby » policier que l’on voit particulièrement à l’œuvre dans des questions comme celle de l’étatisation de la police 27.

  • le problème de la doctrine et de la politique de maintien de l’ordre mises en œuvre aux débuts de la Ve République tout en essayant d’éclairer les rapports entretenus par le pouvoir gaulliste avec une police dont l’action a pesé d’un poids certain dans l’effondrement de la IVe République et l’installation du nouveau pouvoir en 1958.

  • 28 En ce sens la période de la Libération semble bien constituer la véritable rupture dans cette conti (...)

26Épurations et crises politique constituent donc, a priori, des moments privilégiés pour traquer ruptures et continuités et mesurer l’instrumentalité ou l’autonomie policières. Parce qu’on ne saurait faire grief à un fonctionnaire d’avoir servi avec zèle et obéissance le régime en place, en dehors de quelques individus trop marqués, on épure traditionnellement peu la police. Or ce pacte non écrit a été rompu en 1944-1945. Même si - Guerre froide oblige - on a vite réintégré des spécialistes alors jugés irremplaçables de la lutte anticommuniste, on n’en a pas moins brisé un ressort de l’État 28.

Conclusion : pour un retour aux sources

27Ces quelques directions de recherches montrent l’importance centrale des sources qu’elles soient primaires ou secondaires.

Des sources délicates...

  • 29  Sonia Combe, Archives interdites. Les peurs françaises face à l’histoire contemporaine, Albin Mich (...)

28Entre faux tabous et vrais fantasmes, la question des archives contemporaines connaît, en France depuis quelques temps, une médiatisation qui -au-delà des débats engagés, mais pas toujours bien dominés- incite à une réflexion globale. Dans la masse des archives contemporaines, celles produites par l’institution policière occupent une position particulière que la polémique qui oppose « historiens raisonnables » et activistes du « droit de mémoire » a bien mise en évidence 29.

29Il faut reconnaître que leur nature même, les mythes qui entourent les dossiers élaborés par les services politiques, autant que le rôle attribué à la police dans l’histoire contemporaine, leur confèrent un attrait et un intérêt que nul ne peut ignorer, en même temps qu’une spécificité bien connue des chercheurs : le ministère de l’Intérieur et plus encore la Préfecture de police ont longtemps constitué « l’îlot de résistance » le plus déterminé à la politique libérale de communication mise en place par la loi de 1979 : ce qui a pour conséquence de focaliser l’attention et de susciter les critiques les plus violentes concernant la rétention des archives.

30Aux problèmes de versement et de consultation posés par les archives policières s’ajoute celui de leur exploitation. Une connaissance plus précise des fonctionnements, des méthodes, des objectifs de l’institution policière, du recrutement et de la culture professionnelle des fonctionnaires, de l’organisation des services qui produisent ces archives permettrait certainement à ceux qui en font un usage abondant, de mieux comprendre les caractères singuliers d’une source certes primordiale, mais dont on ne saurait exagérer la portée et méconnaître les limites donc les précautions -méthodologiques, mais également éthiques- que leur usage implique nécessairement.

...mais abondantes et en plein renouvellement

31Contrairement à ce qu’ont pu affirmer péremptoirement un certain nombre d’auteurs, les sources policières de la période existent bel et bien, elles constituent même une masse dont la seule évocation donne le vertige. Si leur accessibilité est souvent difficile -généralement pour des raisons diverses qui tiennent autant à leur nature particulière, aux mythes et polémiques qui les entourent, qu’aux longues réticences de l’administration à divulguer ses méthodes, mais aussi ses faiblesses, ainsi qu’à une méconnaissance profonde du travail des historiens par les policiers- l’urgence n’en est que plus grande de les inventorier, de les exploiter avec une rigueur qui constitue la meilleure réponse aux craintes des uns ou aux fantasmes des autres.

  • 30 Il faut rendre hommage aux archivistes, aux membres de la CADA et de la mission des Archives de Fra (...)

32Ces sources, désormais très libéralement ouvertes 30, viennent par ailleurs d’être complètement renouvelées au point que nous nous trouvons à un tournant décisif de cette histoire.

  • 31  Sophie Coeure, La Mémoire spoliée : les archives des Français : butin de guerre nazi puis soviétiq (...)

33La « découverte », en 1989, aux « Archives spéciales d’état », à Moscou 31, puis le retour en France depuis décembre 1993 d’une grande partie des archives de la Sûreté Générale (« nationale » à partir de 1934) saisies par les services allemands début juillet 1940 et que l’on croyait perdues corps et biens dans l’apocalypse de 1945, comblent ce vide désespérant qui existait dans les archives policières pour la période comprise entre 1914 et 1940. La richesse exceptionnelle de cette livraison -120 tonnes, 10 903 cartons, 1 080 fichiers qui occupent 2 300 mètres linéaires de rayonnages- est encore renforcée par le fait qu’il s’agit d’archives « brutes » de tout tri ou « nettoyage » : elles sont là telles qu’elles ont été produites en leur temps par les services policiers de la IIIe République. Le fait est totalement exceptionnel autant qu’inespéré. Jamais un service de police -surtout politique- n’a versé ses archives sans les avoir expurgées.

34Si cette manne ne renouvellera pas l’histoire sociale et politique de la période, elle va contribuer à grandement éclairer certains épisodes fantasmés de l’entre-deux-guerres et elle constitue à coup sûr l’indispensable propédeutique à toute étude de la police du XXe siècle. Il y a là en effet une extraordinaire opportunité d’étudier le personnel, l’organisation, les réformes de la Sûreté générale, mais surtout les politiques policières des différents gouvernements, les missions, le fonctionnement, les méthodes de l’une des deux grandes administrations policières françaises puisque sont désormais arrivés au Centre des Archives Contemporaines de Fontainebleau, non seulement 602 670 dossiers individuels (7 600 cartons) qui représentent le travail banal et quotidien de surveillance, d’enquêtes, de contrôle, de vérification et de fichage par les services de la Sûreté ; mais encore toute la correspondance administrative des différents bureaux de la rue des Saussaies, l’organisation et les réformes de l’administration de la Sûreté, les dossiers personnels et administratifs de ses policiers...

  • 32 On pense, entre autres, aux thèses de Gaël Eismann sur la justice militaire allemande, de Cédric Ne (...)

35Depuis 1999, les archives de la répression sous la période de l’Occupation sont assez largement ouvertes et leur exploitation est à bien des égards en passe de renouveler l’histoire de la période et notamment de la Résistance, du PCF clandestin... comme l’ont montré un certain nombre d’ouvrages récents et vont le montrer des thèses en cours d’achèvement 32.

  • 33 Notamment les articles et la thèse d’Emmanuel Blanchard sur les rapports - compris dans une perspec (...)

36Il en va de même pour la guerre d’Algérie. Les péripéties et débats liés au procès de Maurice Papon, la soudaine découverte par l’opinion des événements d’octobre 1961 et de février 1962 ont successivement amené le Premier ministre, les ministres de l’Intérieur et de la Culture à annoncer une politique plus libérale de consultation puis « l’ouverture » des archives sur ces différents épisodes. Les quelque 350 cartons mis au jour à la suite de la polémique engendrée à l’époque du procès de Maurice Papon permettent l’éclosion de travaux scientifiques 33 sur une période longtemps obscurcie par mythes et propagandes antagonistes.
Il y a là une matière énorme à exploiter. Il en est une autre...

Histoire orale et récits de vie

  • 34 Sous l’impulsion du conseil scientifique dont il venait de se doter, feu l’Institut des hautes étud (...)
  • 35 La toute prochaine thèse d’Emmanuel Blanchard donne de nombreux exemples des apports et de l’intérê (...)

37On aurait tort, au nom d’une légitime méfiance sur leur rapport compliqué à la réalité, de négliger les sources orales. La possibilité - toujours urgente - de recueillir les souvenirs et témoignages d’anciens policiers doit être largement employée. « Chercher, recueillir les documents est une des parties principales, logiquement la première du métier d’historien » : cette tâche prioritaire de l’historien, prend un relief particulier pour ce qui concerne la police. On ne saurait attendre de quelque policier, aussi bien placé qu’il ait pu être, une vision, une analyse précise de telle ou telle question, de tel ou tel événement, en revanche ces témoignages, croisés entre eux, apportent un lot inattendu de détails et de précisions introuvables dans les archives. Les témoignages donnent à voir les états d’esprit, les comportements, les initiatives personnelles, les mentalités, les sensibilités, les inimitiés, les enjeux internes... qui permettent souvent d’éclairer de façon inattendue un événement, une pratique, une période, un service, une affaire. Confrontés aux sources écrites, les témoignages deviennent une source exceptionnelle. C’est bien pourquoi - sur les conseils éclairés de Dominique Monjardet - nous avons lancé dans le cadre de l’Institut des hautes études de la sécurité intérieure, une collecte d’entretiens et de « récits de vie » auprès d’anciens policiers retraités qui avaient appartenu à différents services ou à différentes polices depuis les années trente. Cet épisode dont nul ne pouvait imaginer que du fait des changements intervenus à la tête de l’IHESI, il ne trouverait son épilogue que 15 ans plus tard 34, montre l’intérêt des archives orales pour l’étude du travail quotidien des policiers, des sous-cultures professionnelles, des recompositions du passé et des métamorphoses de la mémoire. Même s’il s’agit de sources d’une manipulation et d’une interprétation extrêmement délicate, il y a là un matériau d’un grand intérêt pour l’étude des mentalités particulières d’un monde mal connu 35.

  • 36 Pour l’entre-deux-guerres, cf. G.H. Blaney (edit.) Policing Interwar Europe, Continuity, Change and (...)

38Les fenêtres s’ouvrent sur un domaine longtemps négligé de la recherche et elles ne s’ouvrent pas qu’en France. Un récent colloque tenu à Caen (mars 2007) a permis de faire le point sur la situation internationale de la « recherche policière » et de mesurer les progrès accomplis depuis le précédent colloque (Paris, IHESI/IHTP) tenu en... 1996. Aux pays anglo-saxons, à l’Allemagne, à la France... sont venus s’ajouter l’Espagne, Le Portugal, la Turquie, la Grèce, les ex-pays de l’URSS et les ex-démocraties populaires Bulgarie, Roumanie, Tchécoslovaquie... tandis que des travaux de qualités sont en cours en Amérique latine, en Inde, en Afrique 36...

39Rien ne saurait réjouir davantage : la démocratie s’exprime aussi par et dans la liberté de travail, le choix des sujets des historiens.
La police constitue à cet égard un test et un révélateur significatif...

Haut de page

Notes

1 À titre d’exemple, les ouvrages généralement considérés comme des références sur la période de l’Occupation et la France de Vichy, ne mentionnent pas la police ou le font de façon superficielle en quelques formules approximatives qui ne font qu’accroître la confusion. Pour un essai de clarification, cf. J.-M. Berlière, « Les Polices de l’État français : genèse et construction d’un appareil répressif », in B. Garnier, J.-L. Leleu, J. Quellien (dir.) La répression en France 1940-1945, (Actes du colloque, Mémorial de Caen, 8-10 décembre 2005), Caen, Publications du CRHQ, 2007, pp. 107-127.

2 On ne peut ignorer par exemple le discrédit certain dont ont souffert l’histoire et les archives administratives auprès des jeunes chercheurs qui préféraient des sujets moins « vulgaires », des sources plus « nobles », des questionnements moins austères et plus valorisants sur le plan médiatique.

3 Le sociologue Dominique Monjardet qui a rencontré les mêmes réticences chez ses collègues parlait de la police comme d’un « objet sale ».

4 Déficit en voie d’être comblé par les travaux de Catherine Denys, Vincent Milliot, Vincent Denis et l’équipe de jeunes chercheurs participant au programme ANR qu’ils ont lancé depuis 2007 sur la circulation des modèles policiers en Europe, XVIIIe-XIXe siècles (http://irhis.recherche.univ-lille3.fr/ANR-PoliceProg.html). Ce renouveau et ce bouillonnement autour de l’histoire policière sont apparus dans toute leur richesse dans un colloque très important qui s’est tenu à Caen en 2007 - soit 11 ans après celui de l’IHTP/IHESI (Pouvoirs et polices au XXe siècle, Europe, États-Unis, Japon, J.-M. Berlière et D. Peschanski (dir.), Bruxelles, Complexe, 1997) - et dont les actes, qui reflètent la palette des travaux menés, seront publiés à l’automne 2008 (Etre policier. Métiers et cultures policiers en Europe, XVIIIe-XXe siècles, sous la dir. de J.-M. Berlière, C. Denys, D. Kalifa, V. Milliot, Presses Universitaires de Rennes).

5 Par « police », on entendra ici tout à la fois l’institution et la société policières, mais également les réglementations et législations qu’elles sont chargées de faire respecter ou d’appliquer, ce qu’on appelle la « police administrative ». De même, on ne peut totalement négliger les corps non policiers stricto sensu qui sont pourtant chargés de tâches et de missions policières importantes comme la gendarmerie, la douane, les gardes-champêtres, voire les officines para-policières -privées ou officieuses-, les « services » qui ont fleuri à certaines périodes (Second Empire, guerre 14-18 et surtout Vichy et guerre d’Algérie)...

6 Comme le notait l’éditorial du premier numéro de Crime, Histoire et Société (Droz, Genève), en 1997 : « Les recherches historiques sur les institutions pénales, la police, la justice, les peines et la criminalité ont pris une ampleur remarquable depuis une vingtaine d’années. Dans le même temps, l’approche de ces questions s’est profondément transformée »....

7 Parmi les plus anciens citons ceux de Marie-Thérèse Vogel , Les polices des villes entre local et national : l’administration des polices urbaines sous la IIIe République, Thèse de Science politique, IEP Grenoble, 1993 ; Patrick Bruneteaux , La violence d’État dans un régime démocratique : les forces de maintien de l’ordre en France 1880-1980. Thèse de science politique, Paris I Panthéon-Sorbonne, 1993 ; Michel Berges, Corporatisme et construction de l’État. Le champ policier 1852-1940, Thèse de science politique, IEP de Toulouse, 1994 ; Simon Kitson, The Marseille Police in their contexts from Popular Front to Libération, Ph. D., University of Sussex, 1995 ; Annie Lauck, La police de la Restauration, Paris I, 1997 ; Hélène L’Heuillet, Basse politique, haute police. Une approche philosophique de la police. Thèse de philosophie, Paris X -Nanterre, 1999, Alain Pinel, La culture d’obéissance au service de la violence d’état : les Groupes mobiles de réserve (GMR) 1941-1944, Thèse de Science politique, Paris I, 2001... Auxquels sont venues, depuis, s’ajouter les thèses importantes et précieuses de Fabien Gaveau sur la police rurale (L’Ordre aux champs. Histoire des gardes champêtres en France de la Révolution française à la IIIe République. Pour une autre histoire de l’État, Dijon, 2005) et de Quentin Deluermoz (Les Policiers en tenue dans l’espace parisien (1854-1913) : la construction d’un ordre public, Paris 1, 2006), tandis que Laurent Lopez éclaire, article après article, de façon subtile et minutieuse, les rapports (complémentarité ou concurrence ?) des policiers et gendarmes au début du XXe siècle.

8 Histoire et dictionnaire de la police, Robert Laffont (collection Bouquins), 2005. La simple lecture de la liste des contributeurs comme celle des « directeurs » de l’ouvrage permettra de comprendre l’hétérogénéité du propos et la nature « administrative » de certains articles notamment les plus contemporains. Ce déséquilibre et ces défauts tiennent à l’histoire même d’un ouvrage dont la genèse remonte à 1996 et qui ne comptant pas au nombre des priorités d’un certain nombre des directeurs qui se sont succédé à la tête du défunt institut, a bien failli ne jamais voir le jour...

9 cf. le rôle joué par les commissaires parisiens dans le coup d’état du 2 décembre 1851, qui, à l’exception de l’un d’entre eux, acceptèrent d’arrêter des députés dont ils n’ignoraient pas qu’ils étaient couverts par leur immunité parlementaire.

10 De l’enquête du « limier », aux développements de la « police technique et scientifique » (PTS), il y a tout un champ à continuer de creuser, sans oublier la question - polluée par les stéréotypes et les fantasmes - de l’usage de la violence : du « passage au tabac » du XIXe siècle, aux « tortures » de la période de l’Occupation ou de la guerre d’Algérie. (Sur la question des sévices exercés par les tristement célèbres « brigades spéciales » des RG de la Préfecture de police cf. une tentative de mise au point in J.-M. Berlière et F. Liaigre, Liquider les traîtres. La face cachée du PCF (1941-1943), Robert-Laffont, 2007, pp. 238-257).

11 Pour quelques réflexions et exemples, cf. J.-M. Berlière, « L’impossible pérennité d’une police républicaine sous Vichy ? » XXe siècle-Revue d’Histoire, n° 94, avril-juin 2007, pp.183-198 ; « Un maintien de l’ordre entre naufrage des principes démocratiques et faillite de l’État », in S. Berstein, J.-P. Milza et J-F Sirinelli (dir.), Michel Debré, Premier ministre, Paris, PUF, 2005, pp. 539-562 ; « Policiers et pouvoir politique en période de crise : la Guerre d’Algérie (1958-1962) » in J.-M. Berlière., C. Denys, D. Kalifa, V. Milliot (dir.), Métiers de police. Être policiers en Europe, XVIIIe-XXe, Rennes, PUR, à paraître fin 2008

12 Comme on a pu le voir aussi bien au moment de la Commune de Paris, sous l’Occupation, ou encore à la Libération quand les différentes factions essaient de s’emparer de l’institution ou à tout le moins d’en pénétrer les rouages.

13 La floraison actuelle de recherches, de travaux, l’investissement du champ par les modernistes permettent de relativiser la place et l’importance du XIXe siècle dans l’apparition et la construction de la modernité et de la professionnalisation policières. Pour des exemples, on se reportera aux ouvrages deVincent Milliot sur les mémoires policiers, de Vincent Denis sur les pratiques d’identification au XVIIIe siècle, à la thèse de Justine Berlière sur la constitution d’un « savoir » policiers et les prodromes d’une professionnalisation - par le biais de la spécialisation - des commissaires du Châtelet dans la deuxième moitié du XXe siècle...

14 . C’est toute la complexité et une grande partie de l’intérêt du syndicalisme policier dont la lente émergence et mise en place se fait du début du XXe siècle jusqu’aux lois de l’après-guerre et dont les divisions comme les interventions - occultes ou officielles - dans le champ politique ces dernières décennies constituent un enjeu qui dépasse la simple cognition scientifique.

15 Sur le sujet, Jean-Marc Berlière, « La cour du 19 août 1944 : essai sur la mémoire policière », in Crime, Histoire et Société, Genève, Droz, n° 1 vol.3, 1er semestre 1999, pp.105-128 ; « Entre pages blanches et légendes : un corps sans mémoire ? », Pouvoirs (Seuil) n° 102, septembre 2002, pp.5-15.

16 Notons à ce propos l’intérêt de l’étude de la féminisation de la police à laquelle Geneviève Pruvost a consacré une thèse remarquable (L’accès des femmes à la violence légale. La féminisation de la police (1935-2005), thèse de sociologie, Ehess Paris, 2005) phénomène dont il importe encore d’éclairer les racines et l’histoire.

17 Qu’on songe aux ouvrages de Léon Daudet comme La police politique, ses moyens, ses crimes, Paris, Denoël, 1934 ou encore Magistrats et policiers, Paris, 1935 qui constituent autant de paradigmes pour la littérature actuelle suscitée par la police dont les différents ouvrages de M. Rajsfus constituent une illustration à la limite de la caricature (cf. par exemple La police hors-la-loi. Des milliers de bavures policières sans ordonnance, Le cherche-midi, 1996).

18 De telles études gagneraient énormément à reposer sur un corpus de travaux locaux, de monographies, de biographies voire une prosopographie des cadres hiérarchiques, d’études particulières limitées à une ville, une personnalité, une institution, un service... ce qui suppose une coordination, des mises en commun, des publications, des mises au point et un état périodique des travaux, etc... Rôle qu’on aurait pu supposer être celui d’un Service historique de la Police Nationale dont la création (arrêté du 9 novembre 2006, JO n° 270 du 22 novembre 2006) s’est jusqu’à maintenant traduite par une inertie et un silence remarquables. À titre anecdotique signalons que l’institution, sollicitée par les organisateurs, n’a pas daigné verser un centime pour un colloque (Caen, 2007) qui entrait pourtant exactement dans le domaine et les missions du SHPN, au moment même où la Police judiciaire fêtait avec faste le « centenaire » de la création des Brigades mobiles au Paradis Latin (sic)...

19 Naissance de la police privée. Détectives et agences de recherches en France (1832-1942), Paris, Plon, 2000.

20 Frédéric Ocqueteaux, « Gardiennage, surveillance et sécurité privée. Commerce de la peur et/ou peur du commerce ? », Cesdip, Déviance et contrôle social, n° 56, 1992 ; Les défis de la sécurité privée. Protection et surveillance dans la France d’aujourd’hui, Paris, L’harmattan, 1997 ; Virginie Malochet, Les Policiers municipaux, PUF, 2007

21 La réalité d’une démocratie ne tiendrait-elle pas en partie à l’épaisseur de la marge qui sépare instrumentalité revendiquée et autonomie de fait des policiers ? Peut-on affirmer qu’une police forte et autonome offre davantage de garanties pour les libertés qu’une police faible et dépendante ? La situation de la police officielle sous l’Occupation permet d’éclairer de façon inattendue cette problématique : un état qui se veut fort et autoritaire est en réalité dépendant des forces de police qui peuvent alors en obtenir des avantages professionnels, corporatifs, matériels vainement attendus d’une démocratie parlementaire ! (cf. J.-M. Berlière, « L’impossible pérennité d’une police républicaine sous Vichy ? » XXe siècle-Revue d’Histoire, n° 94, avril-juin 2007, pp.183-198).

22 La philosophe Hélène L’Heuillet parle à juste titre de « la puissance d’enchantement » de la police et montre le décalage entre les pouvoirs que l’on attribue de façon fantasmatique à des fonctionnaires bien différents dans la réalité de ces « démiurges de la raison d’état » que décrivait Balzac (Hélène L’Heuillet, « La politique c’est la police », La Célibataire (revue lacanienne de Paris), n° 1, automne 1998, pp. 97-112 ; « Le renseignement ou l’impossible maîtrise de la politique », Cahiers de la Sécurité Intérieure, n° 30, automne 1997, pp.103-118).

23 L’étude des rapports de la police au politique doit inviter à questionner le caractère opératoire de concept -celui de police républicaine- qui, après avoir émergé lors de l’affaire Dreyfus et s’être lentement affirmé sous la IIIe République à la fois dans une pratique nouvelle du maintien de l’ordre et une nouvelle définition des missions d’une police politique, fut largement mis à mal par le passage -apparemment sans état d’âme excessif et sans épuration massive- d’une police pourtant largement pénétrée par le radicalisme et la franc-maçonnerie - au service de l’ordre nouveau proclamé par l’État Français. La « police de Vichy » était en partie - et même en totalité pour la Préfecture de police - la police héritée de la république.

24 Jean-Marc Berlière, « Permanence et renouvellement des policiers : le problème des épurations (1940-1953) », Colloque sur « les Polices en transition démocratique », (Berlin, janvier 2000), à paraître en allemand, « III. Republik, Vichy, Besatzungzeit, Befreiung, IV. Republick... Fortbestand und Erneuerung des Polizeipersonals : Das Problem der Saüberungen (1940-1953) » in Fabien Jobard und Herbert Reinke (hrsg), Die Polizeien in der Zeit des Übergangs zur Demokratie, Berlin, LIT Verlag.

25 On dispose depuis peu d’une comparaison entre les occupations de la Belgique en 1914-1918 et 1940-1945 : Benoît Majerus, Occupations et logiques policières, Académie royale de Belgique, Bruxelles, 2007, 388 p. (Mémoire de la Classe des Lettres, collection in-8o, 3e série, tome XLIV). Jonas Campion (université catholique de Louvain) travaille sur une comparaison des épurations des gendarmeries française (ex zone rattachée), belge et néerlandaise à la Libération.

26 Sur ce sujet, cf. J.-M. Berlière, Les Policiers sous l’Occupation à partir des archives inédites de l’épuration, Perrin, 2001 ; « L’épuration de la police parisienne 1944-1945 », XXe siècle-Revue d’histoire, n° 49, janv.-mars 1996, p. 63-81.

27 D’ailleurs la question du statut des polices entre pouvoirs locaux et pouvoirs centraux doit, comme celles des « modèles » policiers, des polices coloniales et postcoloniales, de l’internationale policière (CIPC puis Interpol)... constituer des axes majeurs de la recherche à venir.

28 En ce sens la période de la Libération semble bien constituer la véritable rupture dans cette continuité que nous interrogeons. Une rupture essentiellement culturelle : en même temps que leur responsabilité, les policiers découvrent les charmes puissants de la désobéissance, de la conspiration politique, de la grève, en bref de la subversion de toutes les règles qui constituaient la base de leur culture professionnelle. La police -qui n’avait pas toujours échappé à cette tentation- plonge avec délice dans la politique. La IVe puis la Ve République auront l’occasion de découvrir le prix d’une transgression, dont la IIIe République avait pu ou su faire l’économie.

29  Sonia Combe, Archives interdites. Les peurs françaises face à l’histoire contemporaine, Albin Michel, 1994 et 2e édition, La Découverte, 2001 (on ajoutera la lecture de quelques articles polémiques du même auteur : “Libérez les archives” (Libération du 19 mars 1993), « Vichy, les archives et les historiens raisonnables » (Le Monde du 1-2-95), puis on lira les points de vue d’historiens : Éric Conan et Henry Rousso, Vichy, un passé qui ne passe pas, Fayard, 1994 (notamment le chapitre II “Les archives, on nous cache tout, on nous dit rien”) ; Jean-Marc Berliere, « Archives de police : du fantasme au mirage » in L’histoire contemporaine et les usages des archives judiciaires 1800-1939 (J.-G. Petit, F. Chauvaud dir.), Paris, Champion (coll. Archives et histoire), 1998, pp. 291-304 ; « Des archives pour quoi faire ? », Le Débat, n° 115, mai-août 2001, pp. 118-124 ; « Archives de police/Historiens policés ? », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, n° 48-4 bis, (supplément 2001), pp.57-68 ; Duclert Vincent, « La « question archives » en France. Une approche bibliographique », Histoire et archives n° 5, janvier-juin 1999 ; « Les Historiens et les archives », Genèses n° 36, septembre 1999. L’ouverture des archives des ex pays de l’Est a également apporté son lot de « révélations » et de polémiques. Pour faire le point sur les apports des archives des pays de l’Est, cf. Nicolas Werth, « De la soviétologie en général et des archives en particulier », Le Débat, n° 77, nov-déc. 1993, p. 127-144 ; Radke Arne et Zielenski Bernd, « L’héritage équivoque des archives de la RDA », XXe siècle-Revue d’histoire, n° 34, 1992, pp. 53-68 ; Etienne François, « Les trésors de la STASI ou le mirage des archives », Autrement, n° 150-151, janvier 1995, p. 145-151 ; le numéro 52 (2003) de la revue Genèses (éd. Belin) consacré aux « Archives de l’Est »...

30 Il faut rendre hommage aux archivistes, aux membres de la CADA et de la mission des Archives de France au ministère de l’Intérieur, à Claude Charlot directeur des APP : la situation actuelle n’a strictement rien à voir avec un passé révolu. Des milliers de cartons sont désormais consultables et n’attendent que les chercheurs...

31  Sophie Coeure, La Mémoire spoliée : les archives des Français : butin de guerre nazi puis soviétique, Paris, Payot, 2007.

32 On pense, entre autres, aux thèses de Gaël Eismann sur la justice militaire allemande, de Cédric Neveux sur la Lorraine annexée, de Thomas Fontaine sur la déportation, de Franck Liaigre sur les parisiens FTP, de Laurent Thiéry sur la zone rattachée à Bruxelles...

33 Notamment les articles et la thèse d’Emmanuel Blanchard sur les rapports - compris dans une perspective de longue durée (1944-1968) - entre la police parisienne et les Algériens.

34 Sous l’impulsion du conseil scientifique dont il venait de se doter, feu l’Institut des hautes études de la sécurité intérieure (IHESI) a passé en 1999 avec le CESDIP une convention aux fins de reprendre cette collecte et d’en exploiter les témoignages recueillis. Une nouvelle campagne a donc été entreprise menée par les historiens et des sociologues du CESDIP. Un colloque tenu en 2007 à la BnF a permis de montrer l’intérêt, mais aussi les pièges présentés par ces types de sources. Une publication - élargie dans sa problématique et ses échantillons - est prévue fin 2008-début 2009 (J.-M. Berlière et R. Lévy (dir.) L’historien, le sociologue et le témoin. Archives orales et récits de vie, usages et problèmes).

35 La toute prochaine thèse d’Emmanuel Blanchard donne de nombreux exemples des apports et de l’intérêt d’une exploitation raisonnée de ces témoignages utilisés en complément et croisés avec d’autres sources.

36 Pour l’entre-deux-guerres, cf. G.H. Blaney (edit.) Policing Interwar Europe, Continuity, Change and Crisis, 1918-1940, London, Palgrave-Macmillan, 2007 qui vient heureusement compléter les ouvrages collectifs dirigés par Clive Emsley ou Mark Mazower (cf. bibliographie). Par ailleurs, des sujets « parents » ou connexes, eux aussi longtemps négligés ou encombrés d’ouvrages a-scientifiques s’ouvrent à l’investigation d’équipes motivées et bien menées : c’est par exemple le cas du « renseignement » qui, sous l’impulsion de gens comme Sébastien Laurent et Olivier Forcade est devenu le champ d’une recherche dynamique, systématique et prometteuse dans le cadre d’un programme de recherche (http://www.ioif.fr/)de l’ANR « information ouverte-information fermée ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Berlière, « Histoire de la police. Quelques réflexions sur l’historiographie française », Criminocorpus [En ligne], Histoire de la police, Présentation du dossier, mis en ligne le 01 janvier 2008, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/73

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Berlière

Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Bourgogne, chercheur au CESDIP, Jean-Marc Berlière est spécialiste de l’histoire de l’institution et la société policières en France (XIXe et XXe siècles). Jean-Marc Berlière est membre du comité scientifique de Criminocorpus.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page