Navigation – Plan du site
Articles

L’étranger, le soldat et le bandit. Trois figures judiciaires du faux-monnayage hispanique transfrontalier à la fin du XVIIe siècle

Olivier Caporossi

Résumés

L’étranger, le soldat démobilisé et le bandit de grand chemin sont les trois principales figures du faux monnayage hispanique que poursuivent les tribunaux du roi Charles II (1665-1700) dans les espaces frontaliers espagnols à la fin du XVIIe siècle. La défense de la souveraineté monétaire du dernier des Habsbourg obligeait les justices royales à stigmatiser les crimes de monnaie comme la conséquence d’une longue déchéance morale et sociale du délinquant. Elle impliquait aussi la mise sous tutelle des autorités judiciaires locales par le conseil de Castille.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Santiago Fernández (Javier de), Política monetaria en Castilla durante el siglo XVII, Valladolid, (...)

1Les quelques affaires judiciaires relatées ici doivent nous permettre de comprendre les coulisses de la répression du faux-monnayage et de l’introduction de fausse monnaie et de nous interroger sur ce que représentaient les faux-monnayeurs pour la monarchie hispanique. À la veille des réformes monétaires de 1680-1686 qui provoquent une brutale déflation1, le faux-monnayage professionnel se développe à l’occasion des crises monétaires qui sévissent depuis le début du XVIIe siècle, et durant lesquelles la différence entre la valeur des monnaies et leurs cours officiel permet d’obtenir des bénéfices. Les procès de la justice municipale contre les marchands faux-monnayeurs de Bilbao (1669-1670) et ceux du corregidor de Bayona au sud de la Galice (1671-1676) mettent au jour des organisations collectives supérieures à une dizaine de personnes. Mais, si la réduction des trois quarts de la valeur nominale des monnaies de billon établie en 1680 et la dévaluation du réal de 20 % décidée en 1686, stabilisent le système monétaire castillan, la pratique du faux-monnayage se poursuit. Le supplice d’un bandit à Elorrio, ville de Biscaye proche de la frontière avec le Guipuzcoa, montre que le danger que représentent les faux-monnayeurs est toujours d’actualité en 1690.

  • 2  Martín Rodriguez (Jacinto), “Figura histórico-jurídica del Juez Mayor de Vizcaya”, Anuario de hist (...)

2L’examen des sources judiciaires du conseil de Castille et de la seigneurie de Biscaye, parfois incomplètes, dévoile une répression plurielle, où apparaissent différentes échelles juridictionnelles : la justice municipale incarnée par ses échevins (alcades), la justice provinciale du grand juge de Biscaye2, et le conseil de Castille, cour suprême du royaume.

3Toutes ces instances judiciaires semblent dépendre de représentations particulières du faux-monnayeur communes car liées à des peurs sociales. Les nombreux conflits des Habsbourg de Madrid avec la France ont, durant tout le XVIIe siècle, laissé mûrir la crainte d’introductions massives de faux billons par les marchands français circulant dans la péninsule ibérique. C’est l’une des représentations principales du faux-monnayage étranger. La perte de la couronne du Portugal après une longue guerre (1640-1668) conduit à s’inquiéter du contrôle de cette frontière. Les frères Bugarin, dont l’organisation criminelle est intégrée par d’anciens soldats démobilisés ou déserteurs symbolisent l’héritage de la défaite des Habsbourg au Portugal. Enfin, la figure criminelle du brigand de grand chemin, qui alimente depuis le XVIe siècle la littérature des occasionnels, donne au portrait judiciaire du faux-monnayeur d’Elorrio, ses aspects les plus sombres.

4L’étranger, le soldat et le bandit constituent donc trois figures majeures du dangereux faux-monnayeur, dont les autorités judiciaires, et une partie de la population, craignent la force.

La main de la France : les procès de Bilbao (1669-1670)

  • 3  Archivo Histórico Nacional (AHN), Consejos, legajo 25925, ex. 4.

5Un Français de Bayonne, Pedro de Ugaz, dont les biens sont confisqués sur ordre du capitaine Juan de Barraycua, chevalier de Saint-Jacques et alcade de Bilbao3, est arrêté. Son emprisonnement permet l’arrestation de ses supposés complices. L’un d’entre eux, le capitaine Juan de Montano est interrogé dès le 9 décembre 1669. Échevin du conseil de San Jurce, il reconnaît fréquenter les autres complices supposés de l’entreprise criminelle, Francisco de Zecanda, Martin de Cehabarria, Joseph de Visategui, Domingo de Larrave et le prisonnier Pedro de Ugaz. Dans l’interrogatoire qu’il mène, Juan de Barraycua insiste sur le rôle supposé de toutes ces personnes dans la fabrication de fausse monnaie et dans sa diffusion sur la côte espagnole à partir des ports français d’Hendaye et de Bayonne. L’accusation portée par Juan de Barraycua se fait ensuite plus précise : des maisons serviraient de dépôt à Bilbao et dans ses environs, c’est-à-dire dans des lieux dépeuplés où vivraient des maîtres artisans français, fabricateurs de fausse monnaie et bien équipés en marteaux et en faux coins du roi d’Espagne. Les campagnes basques seraient envahies par des faux-monnayeurs français. En réalité, au moment où l’alcade de Bilbao interroge Juan de Montano, plusieurs perquisitions de ses auxiliaires ont permis de découvrir dans la maison de Juan de Otaola une grande quantité de faux doublons et dans celle de Concepción de Goyareu un millier de faux réaux. Les maisons de Mariana de Llona près de Bilbao sont elles aussi inspectées (le 16 octobre 1669). Les gens de l’alcade ordinaire y trouvent 69 pains de goudron et des ouvrages de métal. L’accusé, Juan de Montano nie les faits qui lui sont reprochés mais finit par avouer qu’il s’est rendu chez Domingo de Orma pour lui remettre du sucre et du plomb, après que ce dernier ait conclu avec un certain Dubrocart la vente de bois et d’une embarcation.

6Un autre témoin, Domingo de Zalduamaguregui, habitant de Bilbao, est interrogé le 20 décembre suivant pour savoir si le Français Pedro de Ugaz vient régulièrement à Bilbao depuis 1668 et s’il est bien maître de pinasse à Bayonne. Considérant l’instruction de cette affaire close, l’alcade de Bilbao en transmet les actes au conseil de Castille sous le contrôle duquel il était placé, étant donné la nature des accusations – fabrication et introduction de fausse monnaie d’or, d’argent et de billon – qui pouvaient relever de la justice réservée du roi, et de ce fait, du conseil de Castille (appelé aussi conseil royal), cour suprême de la monarchie hispanique.

7Parallèlement, dès 1670, une deuxième procédure pénale est ouverte par l’autre alcade de Bilbao, le capitaine Pablo de Alçueta y Bertiz à l’encontre de Juan de Otoala y Ruchi, Martin de Echabarria, Joseph de Ussategui, Francisco de Zecanda et Domingo de Larrave, tous en fuite. Les autorités judiciaires font traduire du français au castillan, les livres et papiers saisis chez Juan de Otaola. C’est à partir de cette découverte que sont réalisés de nouveaux interrogatoires et de nouvelles arrestations. Concepción de Goyarens, âgée de 34 ans, est assignée à sa résidence, rue Tenderia à Bilbao et prétend ne pas savoir lire ses propres livres de comptes, qui ont été saisis avec l’ensemble de ses biens. Ces livres de comptes sont ensuite vérifiés, amenant les enquêteurs à interroger Damian de Guendica, Pedro de Zavalaorue, ainsi que deux anglais, Ricardo Aclan et Nicolas Chines qui exhibent leurs propres livres de compte pour montrer qu’ils concordent avec ceux de Concepción de Goyarens. Les Anglais déclarent que l’accusée leur doit 6076 réaux de billon et 40 réaux d’argent. Une dernière relation, Bartolomé Baqur, déclare avoir reçu de Concepción de Goyarens pour paiement d’une dette, la somme de 19032 réaux d’argent qu’il a inscrite dans son livre, et rajoute qu’elle doit encore 2953 réaux d’argent à son frère. Ils n’en sont pas moins suspectés de complicité et leur maison est placée sous la surveillance de deux gardes. L’emprisonnement de Concepción de Goyarens a fait grand bruit et de nombreux créanciers viennent désormais réclamer leur dû auprès du juge.

8L’affaire de fausse monnaie connaît un nouveau rebondissement avec l’emprisonnement d’un facteur, Domingo Larrave. Âgé de 25 ans il est installé comme marchand à Naxera avec un certain Francisco. Le juge le soupçonne de s’être rendu dans cette ville le 14 août 1669 après deux jours de voyage, et d’y avoir résidé trois mois dans un couvent franciscain sous la protection du frère Miguel de la Guerta, avant de revenir de nuit à Bilbao, où il a été intercepté alors qu’il voulait ajuster ses comptes avec ses correspondants. Il aurait été prévenu de l’évolution de la procédure pénale par le courrier d’un de ses complices. Domingo Larrave nie ces accusations mais reconnaît s’être rendu à Bayonne pour recevoir de Francisco de Zecanda cinq quintaux de métal et une pinasse. Les lettres saisies sur sa personne montreraient que l’accusé aurait demandé à son frère, Juan de Larrave, un franciscain, de conserver un objet dans son couvent à Naxera. Les nouveaux éléments matériels de l’affaire entraînent l’interrogatoire de nouveaux témoins, dont l’épouse du prévenu, Maria de Ecorriaga qui le 2 février 1670, déclare savoir lire et écrire, avant d’avouer que la lettre retrouvée sur la personne de son mari est bien celle de Juan de Larrave comme le livre de compte saisi. Un autre témoin, Pedro de Abizuvez, reconnaît que l’accusé s’est bien enfui pendant la nuit en 1669, en lui disant que la justice avait procédé à plusieurs arrestations pour faux-monnayage. Un autre témoin, alguazil de Bilbao, Paschoal de Ynchaurraga confirme ces dires et reconnaît que Domingo Larrave a fait irruption dans sa chambre le soir avant de fuir la ville. Suite à ces nouveaux témoignages, le juge décide de réinterroger Domingo Larrave le 6 février 1670. Le magistrat pense qu’il existe une troisième place de faux-monnayeurs – Saint-Jean-de-Luz – et que l’accusé est retourné clandestinement à Bayonne sur un navire français. Domingo Larrave nie cette affirmation mais avoue être l’auteur des lettres saisies (qui prouveraient aux yeux de l’alcade de Bilbao ses allers-retours à Hendaye, Bayonne et Saint-Jean-de-Luz) et connaître Francisco de Zecanda et Domingo de Orma. Les poursuites établies par chacun des alcades ordinaires de Bilbao renvoient à des mêmes personnes, liant les deux procès pour fausse monnaie.

  • 4  AHN, Consejos, legajo 26045.

9Domingo de Orma est désormais poursuivi pour crime de fausse monnaie par l’alcade ordinaire Pablo de Alcueta y Bertis, qui reçoit pour cela une commission privative du conseil de Castille enregistrée le 6 novembre 1670. Mais Domingo de Orma réussit auparavant à être libéré sous caution4. De plus, il est aussi poursuivi pour dettes par la justice du corregidor de Bilbao, ce qui le conduit à trouver refuge dans le couvent de San Agustin de Bilbao, où il se croit protégé par le droit d’asile. Après lui avoir demandé de se livrer à la justice en vain, les hommes du capitaine Pablo de Alcueta y Bertis pénètrent dans le couvent pour l’arrêter et l’emprisonner. Domingo de Orma continue à proclamer son innocence et tente sans succès d’invoquer l’immunité ecclésiastique pour échapper à la torture. L’application de celle-ci achève l’enquête de l’alcade de Bilbao qui transmet les arrêts correspondant au conseil de Castille pour que soit prononcée une sentence.

  • 5  AHN, Consejos, legajo 26045.

10Un autre complément d’enquête est réalisé à l’encontre de Francisco de Zecanda et de son épouse, compromis par les poursuites des deux alcades ordinaires de Bilbao5. Elle aboutit à un arrêt de relaxe pour les deux prévenus contre lesquels la justice de Bilbao reconnaît n’avoir plus aucune charge. Cette libération est contestée par le procureur du conseil de Castille qui demande à ce que cette affaire soit rejugée par les conseillers du roi.

11La chronique de cette procédure pénale révèle la présence d’un portrait judiciaire du Français faux-monnayeur. La fausse monnaie est toujours française. Même si elle est produite dans l’arrière-pays basque, elle demeure française car les matériaux nécessaires à cette entreprise sont supposés avoir été achetés à Bayonne. L’enquête pourtant ne prouve pas que l’entreprise soit dirigée par des Français, malgré l’insistance du juge à faire de Bayonne, Saint-Jean-de-Luz et Hendaye le cœur du réseau criminel. Ce réseau utilise d’ailleurs les routes commerciales terriennes et maritimes de la frontière française comme il en utilise ses hommes. Les différents témoignages contenus dans les actes de ce procès montrent en effet de larges complicités locales. Certains officiers locaux comme un alguazil sont indirectement compromis. Un couvent est accusé de protéger les accusés et de faire le jeu de l’Étranger.

Les frères Bugarin, ou la monnaie de la décadence (1671-1701)

  • 6  Archivo Histórico Nacional, Consejos, legajo 26041.
  • 7  Pradilla (Francisco de la), Suma de las leyes, Madrid, Imprenta real, 1644, f. 14.

12L’arrestation de Jacinto Pereyra dans la ville de La Guardia en 1701, recherché pour complicité de faux-monnayage et contrebande de monnaie depuis 1672, conduit le conseil de Castille, soucieux de contrôler la frontière de l’Espagne avec le Portugal au moment où l’installation d’un nouveau prince, Philippe V de Bourbon est contestée par les puissances ennemies de la France (Angleterre, Provinces-Unies, Autriche), à réexaminer l’affaire des frères Pedro et Gregorio Bugarin. C’est au sortir de la guerre du Portugal, dont la reconnaissance de l’indépendance par Charles II (1665-1700) était encore récente (1668), que l’organisation criminelle des frères Bugarin fit scandale, tenant en échec la justice du corregidor de Bayona (près de Vigo)6. Le crime est en effet des plus graves pour le droit castillan. Le juriste Francisco de la Pradilla le présentait déjà dans Suma de leyes comme un crime contre la majesté du roi, dont les auteurs pouvaient être condamnés à la peine de mort et risquaient jusqu’au bûcher7. L’interrogatoire de Jacinto Pereyra réalisé le 13 septembre 1701 met en avant l’impuissance des officiers royaux du dernier Habsbourg, Charles II (1665-1700), symbole d’une dynastie décadente, autant que l’espoir du renouveau suscité par Philippe V de Bourbon, restaurateur de l’autorité monarchique. Le récit de Jacinto Pereyra, examiné à la lumière des actes du procès pénal instruit contre les frères Bugarin par le corregidor de Bayona, en Galice, Pedro Martinez del Barco jusqu’en 1676 et opportunément ressortis des archives par l’huissier du conseil de Castille, véritable cour suprême de la monarchie espagnole, nous livre l’histoire d’une entreprise criminelle, dont la fin souligne les limites de la répression du faux-monnayage dans la société d’Ancien Régime. Le conseil de Castille ne semblait pas avoir encore tranché le cas de Jacinto Pereyra à la fin de l’année 1703.

13Entre mars et novembre 1671, des fausses pièces de quatre réaux distribuées par Francisca Derrego, complice de la bande criminelle, sont reconnues en Galice, et Monzon, ville portugaise située sur la frontière nord avec l’Espagne est vite désignée comme l’épicentre de cette contrebande monétaire. Le corregidor de Bayona décide alors d’ouvrir une enquête préliminaire et se rend à Monzon même, provoquant la fuite des frères Bugarin et de leurs principaux complices. Les deux frères sont vite identifiés comme les chefs d’une bande de faux-monnayeurs et du fait de leur fuite désormais poursuivis pour rébellion contre le roi. Ils trouvent refuge chez un de leurs complices, le capitaine Jacinto Pereyra, habitant de Coro de Porto, au Portugal pendant l’année 1672 puis reviennent en Espagne, à Gondomar, où ils se livrent à nouveau à leur coupable activité de falsification monétaire. La gravité du chef d’inculpation relevant de la lèse-majesté, le conseil de Castille prend l’affaire en main et dirige de Madrid les actions du corregidor. Le corregidor de Bayona reçoit dès juin 1673 une commission privative signée du roi Charles II, lui octroyant des pouvoirs de justice exceptionnels pour instruire ce procès, poursuivre les prévenus et les interroger en usant éventuellement de la torture, et pour prononcer une sentence, qui pourra éventuellement être révisée par le conseil de Castille. Les conseillers de Castille très soucieux de maintenir leur suprématie juridictionnelle en matière de crime de lèse-majesté se montrent attentifs au déroulement de l’affaire et placent le corregidor (qui dépend de leur juridiction) sous une étroite surveillance. Cette commission privative accordée au corregidor est certes limitée à cette affaire et aux nouveaux complices qu’il pourrait découvrir, mais elle oblige toutes les autorités locales de la justice à lui venir en aide et à lui obéir dans ce cadre-là. L’alcalde mayor de Ribadavia manque d’arrêter l’un des faussaires, Jacinto Trigo qui transportait à cheval trois sacs remplis de fausse monnaie pour la diffuser à la feria de Puentecareas. Mais c’est bien la seule collaboration qu’obtient le corregidor. L’alcalde mayorde Gondomar refuse de faire arrêter les faussaires qui agissent dans sa juridiction et entrave l’action du corregidor, permettant la fuite de ces derniers vers le Portugal. La liste des accusés poursuivis pour fabrication et introduction de fausse monnaie, ainsi que pour fuite et rébellion, s’est élargie aux frères Bugarin et à quelques-uns de leurs complices, soit 21 personnes, dont quatre femmes. C’est un réseau organisé de faux-monnayeurs que poursuivent désormais le corregidor et ses hommes. L’histoire des faux-monnayeurs ne s’arrête pas là. Le principal complice des frères Bugarin, Jorge Trigo, revient du côté espagnol, à Monzon, entre 1676 et 1677, bénéficiant de la protection personnelle du connétable de Castille qui interdit son arrestation. Jorge Trigo semble avoir passé la frontière régulièrement sans être inquiété, peut-être pour d’éventuels services de renseignement. Finalement, il semble bien que le corregidor ait dû se contenter de saisir les biens des accusés. La documentation conservée ne nous permet pas de conclure à l’exécution des frères Bugarin par pendaison ou sur le bûcher.

14Alors que l’affaire est oubliée, réapparaît en Espagne, 24 ans après, un autre accusé en fuite, Jacinto Pereyra, alors âgé de soixante ans, désireux de finir sa vie dans sa ville natale de Guardia, où il se constitue prisonnier, selon le procureur (procurador) qui défend ses intérêts et l’écrit au conseil de Castille. Cette stratégie pourrait aussi bien être une manière de prendre les devants avant que les autorités locales ne reconnaissent le prisonnier et ne lui appliquent la peine à laquelle il a dû être condamné : la pendaison. Devant l’huissier de la ville qui l’interroge et l’envoyé du conseil de Castille, il proclame son innocence pour ce qui relève du crime de fausse monnaie : le corregidor de Bayona l’aurait assimilé à un complice des Bugarin en fuite car il était alors en voyage au Portugal pour son négoce. Son absence des lieux où sévissaient les faux-monnayeurs en aurait fait un délinquant. Et par la suite, se sachant poursuivi pour rébellion contre le roi et ses biens saisis, il serait resté au Portugal. Ordre est alors donné par le conseil de Castille à son rapporteur de réexaminer les arrêts de ce procès pour savoir quelle décision prendre, quelle nouvelle condamnation prononcer en plus des 20000 maravédis de frais de justice réservés à la chambre du roi.

15Au-delà des procédures et des doutes qui subsistent sur leurs conclusions, c’est une société empoisonnée par la circulation de la fausse monnaie qui est dénoncée par le corregidor et les conseillers de Castille. Les frères Gregorio et Pedro Bugarin utilisent le savoir-faire d’un compagnon d’armes, l’alferez Manote pour fabriquer de la fausse monnaie dans le château de Gondomar. Ce manchot est aidé par un serrurier dont nous connaissons déjà le nom : Jacinto Trigo. La forêt du domaine offre du bois de chauffe et le moulin, un mécanisme pour frapper la monnaie. Ils utilisent un établi de menuisier, deux roues de la taille d’un petit chariot et une enclume de fer pour fondre, presser ou effacer le sceau des liards (pièces de billon de un ou deux maravédis) dans le moulin. Ils frappent ensuite sur le sceau effacé de cette monnaie celui des pièces de deux cuartos (huit maravédis). À Monçon, le manchot effaçait les marques des pièces de cuivre pur (vellon grueso) pour les refrapper une face avec les armes royales et une autre face avec une effigie de Philippe IV semblable à la nouvelle monnaie en circulation. De cette manière, les faussaires s’attaquent directement à la figure sacrée du monarque. Des liards de un maravédis frappés par les ateliers monétaires de Ségovie étaient maquillés en pièces d’argent de quatre réaux et échangés dans toute la Galice et le Nord du Portugal. Dès février et mars 1671, les faussaires réussirent à échanger des billons de cuivre pur trafiqués contre de vraies piastres (pièces d’argent de huit réaux) à Orense. Ils introduisent leur fausse monnaie à Puentecareas et Redondela. Le succès de leur opération est tel qu’il leur faut toujours plus de billons de cuivre. Jacinto Pereyra qui passe souvent la frontière devient avec Jacinto Trigo leur principal fournisseur de billons. La troupe s’organise : certains introduisent la fausse monnaie dans les foires ou les auberges, d’autres l’échangent contre de la vraie monnaie, d’autres enfin achètent des pièces de cuivre. Des marchands intègrent vite l’entreprise des frères Bugarin, comme Pedro Gonzalez qui ne peut justifier de par son activité les 6000 piastres qu’il cachait chez lui. Autour des fabricateurs de fausse monnaie, s’activent des complices pour déplacer les instruments lorsque d’autres, comme Nicolas Gonzalez, leur fournissent le charbon et stockent le bois de chauffage. Cette organisation criminelle ne peut fonctionner qu’avec de larges complicités dans la société transfrontalière. À Gondomar, l’alcalde mayor(officier de la justice municipale) Antonio de Castro, déjeune régulièrement avec les Bugarin et s’affiche publiquement avec eux. Des marchands viennent régulièrement les visiter.

16Il ne faudrait néanmoins pas exagérer cette intégration sociale et économique des frères Bugarin. Certains complices seront emprisonnés par le corregidor de Bayona, comme, par exemple Antonio de Castro ou Maria Gil de Gondomar. Sous la pression des autorités, les faussaires sont obligés de fuir leur premier refuge : Monçon, localité située de l’autre côté de la frontière dans la partie portugaise. Ils ne demeurent dans le château de Gondomar qu’une année avant de devoir fuir à nouveau. Jacinto Pereyra reconnaîtra en 1701 que la rumeur publique disait à Gondomar que l’on fabriquait de la fausse monnaie dans la forêt de son château. L’impunité dont les frères Bugarin croient bénéficier à Gondomar (dont ils sont originaires) les amène à se montrer peu discrets et à rendre leur activité criminelle publique, à moins que ce soit là le résultat d’un récit judiciaire qui cherche à manifester l’attitude scandaleuse des délinquants.

17Le récit judiciaire se doit d’expliquer des faits délictueux aussi graves par la décadence morale de ses auteurs. L’instruction du procès de 1673 et l’interrogatoire de Jacinto Pereyra en 1701 semblent le démontrer. Les frères Bugarin sont des personnages déclassés. Pedro Bugarin est licencié et son frère Gregorio est capitaine. D’autres militaires désargentés et démobilisés les ont rejoints comme l’alferez Manote, devenu manchot à la suite de durs combats. Il mourra au combat en 1703. Les frères Bugarin ont d’abord servi le roi avant de le trahir. Cette trahison qui serait à l’origine de leur parcours criminel se manifeste par une vie dissolue et décadente. À Gondomar dont ils sont citoyens, ils se vautrent avec leurs complices dans la boisson. Ils vivent en concubinage avec leur maîtresse, scandalisant dans l’esprit du corregidor, toute la société de Gondomar. Une limite morale supplémentaire est franchie. Ils finissent par dire publiquement que leurs méfaits sont permis, notamment lors des banquets qu’ils offrent aux officiers et aux marchands locaux. Ils se montrent familiers avec tous et parlent vulgairement entre eux. Leurs complices ne sont pas mieux décrits. Jacinto Trigo a d’abord été marié à la fille d’un habitant deBayona, Ynes Leal qu’il aurait assassinée pour se remarier plus tard à Monçon avec une certaine Angela Vazquez. Le manchot et tous les compagnons qui l’aident à frapper de la fausse monnaie (dont Jacinto Pereyra) fêtent leur ouvrage en mangeant et en buvant beaucoup.

Juan de Arejola de Ermua, bandit de grand chemin, pilleur d’église et faux-monnayeur (1689-1690)

  • 8  Archivo de la Real Chancilleria de Valladolid, Viscaya, pleitos caja 3343/2.

18Juan de Arejola de Ermua a été arrêté en possession de deux coins, laissant penser à la justice d’Elorrio, en Biscaye, qu’il frappait des pièces de monnaie avec un marteau8. Des morceaux d’argent retrouvés plus tard chez lui serviront à affirmer qu’il transformait les objets métal et d’argent volés dans les églises en pièces de huit réaux, c’est-à-dire en piastres. L’inspection du refuge où vivait Juan de Arejola révèle à l’alcade d’Elorrio la valeur de son prisonnier. Elle lui donne en effet des preuves matérielles qui démontrent le rôle criminel de celui qui est désormais incarcéré dans la prison de la ville. Les gens de l’alcade saisissent en effet des calices, des patènes et d’autres objets de culte, dont une mante qui devait recouvrir la statue de la sainte Marie, faisant du prisonnier l’auteur des vols perpétrés dans les églises de la région. La découverte de deux clés maîtresses qui permettent d’ouvrir et de refermer les portes des églises, toutes enfouies dans un coin de sa chambre, explique les vols commis autant que sa volonté de les cacher en refermant ces mêmes portes ensuite.

19La gravité des crimes commis contre l’ordre public est revendiquée par l’alcade de la ville, Domingo Ochoa, qui instruit cette affaire en première instance, pour solliciter une sentence de torture afin de poursuivre ses recherches, obtenir les aveux du prisonnier et le nom de ses complices. Seule une autorité judiciaire supérieure peut prononcer des peines corporelles : le grand juge de Biscaye, représentant directement le seigneur de cette province, à savoir le roi Charles II (1665-1700). Après examen de la demande de la justice municipale de Elorrio, le procureur du grand juge de Biscaye, le licencié Juan Chrisostomo de la Pradilla, se prononce en faveur de celle-ci, justifiant l’usage de la torture par la nature du crime, la nécessité d’obtenir les aveux de l’accusé que de nombreux témoignages accableraient, la qualité des indices matériels trouvés, et la certitude que Juan de Arejola n’agissait pas seul. Juan Chrisostomo de la Pradilla est convaincu que l’accusé est le chef d’une troupe de bandits et ajoute un chef d’inculpation supplémentaire : bandit de grand chemin et détrousseur de bourses, responsable des vols et des assassinats commis sur les chemins et dans les montagnes de la province depuis quelque temps. C’est pour cela que Juan de Arejola doit livrer le nom de ses complices. Mais les preuves réunies par la justice d’Elorrio sont déjà suffisantes pour que le grand juge de Biscaye joigne à sa sentence de torture une condamnation à mort. C’est donc en application de cet arrêt daté du 10 mai 1690, que la justice d’Elorrio exécute la question sur le corps du bandit Juan de Arejola. Dénudé puis attaché au chevalet dans la prison royale d’Elorrio, en présence du licencié Andres de Arechandicta qui représente le grand juge siégeant à Valladolid, les officiers lui serrent les bras et les jambes mais n’obtiennent que ses aveux. Il refuse d’indiquer le nom de ses complices. Le grand juge de Biscaye prononce alors une nouvelle condamnation : la peine de mort et le bûcher. Le 8 juin 1690, le bandit de grand chemin et faux-monnayeur Juan de Alajara, traverse les principales rues d’Elorrio, attaché sur une mule et annoncé par le crieur public de la ville qui relate ses crimes. Il est ensuite conduit sur le champ de San Roque où le bourreau le garrotte avant de pendre son corps et d’allumer un bûcher au pied de l’échafaud.

  • 9  Girard (René), Le bouc émissaire, Paris, Grasset, 1982.

20Le supplice public de Juan de Alajarra finit d’en faire un bandit surpuissant. Selon le rapport de l’exécution remis au grand juge de Biscaye, le bourreau préfère le garrotter avant de le pendre car il le considère trop fort pour être mis sur la potence vivant. Cette surpuissance, qui permet aux autorités judiciaires de le promouvoir comme le « bouc émissaire9 » d’une population dont le sentiment d’insécurité semble très fort, trouve son origine dans le pillage des églises. En s’introduisant grâce à un jeu de grandes clés dans les églises pour voler les objets du culte, Juan de Alajarra, viole l’autorité divine et s’interpose entre les croyants et Dieu. C’est un acte qui marque une évolution du délinquant dans la déchéance morale et laisse penser qu’il ne vit plus dans la crainte de Dieu. Un verrou est brisé. Le délinquant s’écarte de la communauté chrétienne.

21Les objets du culte représentent le don de la communauté d’Elorrio à Dieu, par définition gratuit et désintéressé. La fonction de ces objets est d’accompagner la quête du salut de cette communauté. Ils permettent aux habitants d’Elorrio de manifester l’amour qu’ils portent à Dieu. En transformant ces objets métalliques en piastres, Juan de Alajarra, qui désormais ne craint plus Dieu, les pervertit. L’objet de culte devient un vulgaire objet d’échange et de mesure, destiné à des fins humaines temporelles. C’est à partir de ce moment-là que les officiers de justice mettent en avant le danger d’un tel acte pour l’ordre de la société. La peine de mort est évoquée dès la demande officielle de torture déposée par l’alcade d’Elorrio auprès du grand juge de Biscaye. Les accusations portées contre Juan de Alajarra deviennent dès lors les signes victimaires du bouc émissaire que la justice tente de construire. Pour rendre l’accusé encore plus puissant et montrer qu’il est un danger qui menace l’ensemble de la société, les autorités judiciaires lui supposent des complices. Le vol des objets de culte élargi à toutes les églises du pays n’est plus le fait d’un délinquant isolé mais d’un dangereux bandit qui commande une véritable troupe armée. Dès lors, le discours judiciaire n’a plus besoin de faire référence aux indices matériels. L’évidence s’impose d’elle-même. Le procureur Juan Chrisostomo de la Pradilla est le premier à la formuler : l’accusé est un bandit de grand chemin qui, avec ses complices, détrousse les voyageurs et en assassine d’autres sur les routes et dans les montagnes. Le portrait de la décadence morale du délinquant est complet. Il montre sa puissance malfaisante et légitime son exécution publique.

22Les quelques exemples de procès de faux-monnayeurs montrent l’acuité du problème monétaire dans les espaces de frontière. La répression du faux-monnayage dépend d’une police des étrangers autant que d’une police de la frontière. L’enjeu principal de la répression réside dans le difficile contrôle de ces territoires transfrontaliers à cause des résistances locales, dont témoigne l’implantation des activités criminelles promues par les faux-monnayeurs. Les faussaires de Bilbao ou de Gondomar trouvent de nombreuses complicités dans la société locale. Si elles permettent la fuite de certains délinquants, elles restent cependant impuissantes contre les officiers du roi, qui à défaut de pouvoir arrêter tous les accusés, rendent néanmoins impossible la continuation du crime de fabrication et de diffusion de fausse monnaie. Le cas du bandit Juan de Arejola est tout différent. La justice lui suppose des complices, mais pas de complicités dans la société locale. Au contraire, selon le juge, la population est tout entière contre le bandit et ses complices qui lui sont étrangers.

23Mais dans les trois exemples étudiés le juge cherche à reconstruire la supposée déchéance morale et sociale des délinquants. Domingo de Orma est un marchand ruiné et criblé de dettes, qui se compromet avec l’ennemi français. L’accusation de trahison est prononcée par la justice. Les frères Bugarin ont une vie dissolue et se croient invincibles. L’un de leurs complices a assassiné sa femme. Juan de Arejola porte sur lui toutes les peurs de la population d’Elorrio et de ses campagnes : bandit de grand chemin, assassin, pilleur d’église et finalement faux-monnayeur. Dans chacune de ces affaires judiciaires, les officiers de justice construisent le parcours des accusés comme celui d’une décadence morale et sociale qui les conduit vers le crime de faux-monnayage. Le déclassement social comme les mœurs sont présentés comme des étapes obligées d’une chute personnelle, amenant l’individu à ne plus respecter l’ordre social, la religion chrétienne puis l’autorité du roi. Dans le procès des frères Bugarin comme dans celui de Juan de Arejola, le comportement supposé des délinquants doit montrer un désir de puissance dont le décalage avec leur nature sociale est souligné. Les signes les plus divers sont relevés dans ce sens lors des interrogatoires (la boisson, le concubinage, l’homicide, les paroles déplacées etc.). Les frères Bugarin se vautrent dans la luxure avec leurs maîtresses, se soûlent à l’occasion de banquets publics, et y déclarent qu’ils ont le droit de battre leur propre monnaie, que le faux-monnayage n’est pas un crime. L’étranger, le soldat démobilisé, le bandit constituent les trois figures de la perdition qui expliqueraient le passage à l’acte impensable de la profanation de l’effigie sacrée du roi, à la violation du ius monetae du prince. En opérant sur le portrait du faux-monnayeur la soustraction de la soumission à l’ordre social, de la crainte de Dieu et du roi, l’institution judiciaire expulse le faussaire de la société et rend possible la justice réservée du monarque en matière de lèse-majesté. Il appartient alors aux tribunaux suprêmes de s’en saisir et de faire briller l’éclat du supplice, la pendaison et le bûcher, à condition, bien sûr, que les faussaires ne soient pas en fuite…

Haut de page

Notes

1  Santiago Fernández (Javier de), Política monetaria en Castilla durante el siglo XVII, Valladolid, Junta de Castilla y León, 2000.

2  Martín Rodriguez (Jacinto), “Figura histórico-jurídica del Juez Mayor de Vizcaya”, Anuario de historia del derecho español, 1968, n° 38, p. 641-669.

3  Archivo Histórico Nacional (AHN), Consejos, legajo 25925, ex. 4.

4  AHN, Consejos, legajo 26045.

5  AHN, Consejos, legajo 26045.

6  Archivo Histórico Nacional, Consejos, legajo 26041.

7  Pradilla (Francisco de la), Suma de las leyes, Madrid, Imprenta real, 1644, f. 14.

8  Archivo de la Real Chancilleria de Valladolid, Viscaya, pleitos caja 3343/2.

9  Girard (René), Le bouc émissaire, Paris, Grasset, 1982.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Caporossi, « L’étranger, le soldat et le bandit. Trois figures judiciaires du faux-monnayage hispanique transfrontalier à la fin du XVIIe siècle », Criminocorpus [En ligne], Figures de faux-monnayeurs du Moyen Âge à nos jours, Articles, mis en ligne le 29 novembre 2011, consulté le 29 avril 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/807

Haut de page

Auteur

Olivier Caporossi

Maître de conférences en histoire moderne à l’université de Pau et des Pays de l’Adour.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page