Navigation – Plan du site
2. Thématiques et théories

Quand est née la criminologie ? ou la criminologie avant les Archives...

Martine Kaluszynski

Texte intégral

L’émergence de l’homme criminel

1Comment le crime, acte banal ou barbare, intégré aux sociétés et sanctionné par elles, est-il sorti du giron juridique et devenu un objet ou plutôt un “sujet” scientifique ? L’émergence de “l’homme criminel” a contribué de façon déterminante à l’élaboration d’un savoir scientifique sur le crime. Depuis longtemps, des savoirs diffus, des instruments, des pensées convergent pour s’attacher à établir l’aspect scientifique du phénomène. Selon les lieux d’observation d’où l’on se place (droit pénal, politique criminelle, anthropologie, philosophie...), on trouve ici et là des précurseurs légitimes, pionniers de la criminologie Qui choisir, qui retenir, qui doter d’une légitimité fondatrice ?

2Il est difficile de saisir les origines de la criminologie, et sans doute aventureux d’en fixer solidement le point d’ancrage. De multiples définitions recouvrent ce terme de criminologie. On peut retenir : l’étude scientifique des causes et conséquences du comportement antisocial, étude qui tente de mettre en place solutions et remèdes. On peut citer celle très générale qu’en fit E. Durkheim : « Nous constatons l’existence d’un certain nombre d’actes qui présentent tous ce caractère extérieur, que, une fois accomplis, ils déterminent de la part de la société cette réaction particulière qu’on nomme la peine. Nous appelons crime tout acte puni et nous faisons de crime ainsi défini l’objet d’une science spéciale : la criminologie ». Cette diversité de compréhension et d’approche fait de la criminologie un objet délicat à saisir. Construction à plusieurs panneaux, cette discipline se stabilise autour d’un même objet, abordé selon trois angles : le crime, le criminel, la criminalité auxquels on doit ajouter la nécessité d’une approche scientifique.

Une pensée criminologique enfouie

3Au XVIIe siècle, on peut parler d’une pensée criminologique, mais elle est surtout de nature purement littéraire Shakespeare (Hamlet, Othello, Macbeth), Racine (Phèdre), Corneille (Cinna) mettent en scène des situations et des personnages qui posent le problème de la faute, du crime. Descartes, en y mettant une touche philosophique donne une orientation particulière. Avec lui s’impose l’idée que le crime n’est plus de l’ordre de la manifestation diabolique. Dès cette période sont posés quelques jalons pré-scientifiques. Giambattista Della Porta auteur du Traité de physiognomonie étudie les rapports qui existent entre les diverses parties du visage et les différents caractères individuels. On y trouve entre autres une description de la figure des méchants, assimilés à des bêtes sauvages.

Lavater et la physiognomonie

4Johann-Caspar Lavater, philosophe, théologien, protestant, suisse pose plus précisément les bases de la physiognomonie. Il tente de montrer les ressemblances des individus avec diverses têtes d’animaux, recherchant les parallèles entre les deux parties : juger la personne intérieure par l’extérieur : « La physiognomonie est la science, la connaissance du rapport qui lie l’intérieur et l’extérieur, la surface visible, à ce qu’elle couvre d’un visible (...) ; elle se propose de connaître les signes sensibles de nos forces et de nos dispositions naturelles... »

Cesare Beccaria (1738-1794)

5Ce marquis italien attira l’attention du public sur les horreurs de la torture, sur l’injustice de la justice. Professeur de droit, magistrat, haut fonctionnaire, il préconise l’examen des criminels avant de déclarer ceux-ci coupables. En 1764, paraît le traité Des délits et des peines. Il y est développé une doctrine pénale, toute entière contenue dans ce théorème désormais classique : « Pour qu’une peine ne soit pas une violence d’un seul ou plusieurs, contre un citoyen, elle doit être publique, prompte, nécessaire, la moindre qu’il soit possible dans les circonstances données, proportionnée aux délits, dictée par les lois ». Il impose l’idée que le crime est essentiellement un fait humain. Derrière cette pensée émerge la nécessité de connaître l’individu accusé, inculpé, jugé coupable. Peu à peu déjà le délinquant apparaît, (en parallèle au délit), sort de l’inexistence, de l’indifférence où il était tenu.

Gall et la phrénologie

6Franz-Joseph Gall naquit en 1758 à Tiefenbronn, près de Pforzheim, dans le grand-duché de Bade. D’origine italienne, son vrai nom est Gallo. Il commence ces études de médecine en France, à Strasbourg (1777). Il fut rapidement un praticien en vogue. A Paris, il a liberté d’enseigner et de publier. Son enseignement à l’Athénée se poursuivra durant toute sa vie. Il écrit et produit son œuvre maîtresse qui est publiée en 1810 en quatre volumes. Une seconde édition de six volumes paraît en 1822 sous un titre différent. Il meurt d’une apoplexie le 22 août 1828. Pour Gall, il était possible, en palpant le relief du crâne, d’apprécier l’importance relative des centre cérébraux et par conséquent de déceler les qualités et le caractère du sujet examiné. On appela cette discipline craniologie ou phrénologie, bien qu’il semble que ce dernier terme ne soit pas de l’invention de Gall mais de son disciple Spurzheim, un disciple de Gall. Un autre aspect de son travail réside en la façon dont il divisait le cerveau en diverses régions pour y localiser autant de “facultés”. Il établit ainsi une “carte générale” qui répartissait les “organes” du cerveau, siège des « facultés fondamentales » de l’esprit.

Les statistiques judiciaires sur lequel criminologues et criminologie vont s’appuyer fréquemment

7Ébauché au XVIIIe siècle, ce projet tentait l’Ancien Régime qui avait rêvé d’une statistique de la criminalité : l’Ordonnance de 1670 demandait un relevé semestriel des crimes et délits. Ces dispositions restèrent sans effet. Le Chancelier d’Aguesseau les renouvela par un règlement du 9 octobre 1733, qui demeura en vigueur jusqu’en 1789, mais dont la réalisation est restée toujours très incomplète.

8C’est à la Restauration, où la grande poussée de la délinquance des années 1815-1818 inquiète, que s’établit au ministère de la Justice une direction des statistiques qui publie Le compte général administratif de la justice criminelle (CGAJC). Ce fut seulement en 1827 que parut le premier volume de la publication du CGAJC, il se référait à l’année 1825. Annuel dès son apparition, le CGAJC sera le fondement de nombreuses études criminologiques dont les commentaires et analyses se sont nourris. Cette série va être imitée à l’étranger, va provoquer de nombreux commentaires, retenir l’attention d’un observateur efficace comme A. d’Angueville (Essai sur la statistique de la population française considérée sous quelques-uns de ses rapports physiques et moraux, Paris 1836). C’est sur cette statistique que s’appuient les premiers travaux de science morale de Guerry (Essai sur la statistique morale de la France, Paris Clochard 1833) et de Quetelet. A. Quetelet (1796-1874) est un savant belge, mathématicien, astronome et démographe. A l’origine de la fondation de l’Observatoire de Bruxelles (1823-1832), il fait voter le premier recensement scientifique de la population en 1846. Il se trouve également à l’initiative des huit premiers congrès internationaux de statistique (1853-1872). Quetelet de par son éclectisme, de par ses expériences, ses activités et intérêts variés semble “représentatif” au sens large, de ce que deviendra la “criminologie scientifique”. Ces réflexions sont intéressantes car elles seront le “modèle” d’études criminologiques postérieures, et en ce sens révélatrices à la fois de la pensée moderne de Quetelet et de son influence aiguë sur ses successeurs. Il a le sentiment que la régularité des crimes ne s’explique pas seulement par la nature des hommes, il a souvent insisté sur l’action que la société peut exercer, qu’elle exerce en fait, en vertu de son organisation, sur ce qu’il appelle le penchant au crime. Il peut être cerné selon la définition suivante : « En supposant les hommes placés dans les mêmes circonstances, je nomme “penchant au crime” la probabilité plus ou moins grande de commettre un crime, il faut admettre qu’il existe un rapport à peu près invariable entre la somme des délits connus et jugés et la somme totale inconnue des délits commis. Ce rapport varie nécessairement selon la nature et la gravité des crimes. Il va en décroissant, des meurtres tous connus, jusqu’aux délits dont on souffre peu et qui laissent peu d’indice. Il dépend donc de l’activité de la justice, du soin que mettent les coupables à se cacher, de la répugnance des lésés à se plaindre, ou de leur ignorance de tout ce qui leur est fait » (A. Quetelet, Physique sociale ou essai sur le développement des facultés de l’homme, Bruxelles, 1869, t. II, p. 249).

9Citons également plusieurs travaux épars qui, sans nul doute, par leur existence même, contribuent à alimenter et renforcer une pensée en formation. On peut noter le mémoire que Félix Voisin en 1837 présente à l’Académie intitulé l’Organisation centrale défectueuse de la majeure partie des délinquants ou l’ouvrage que publie en 1841, Hubert Lauvergne : Les forçats considérés sous le rapport physiologique, moral et intellectuel observés au bagne de Toulon. D’autres aliénistes français comme Jules Baillarger, Guillaume Ferrus ou Alexandre Brière de Boismont le suivent dans cette orientation. Prosper Despine, en 1868, dans un important ouvrage en trois volumes sur la “psychologie naturelle” recherche les facultés intellectuelles et morales chez les aliénés et les criminels, mais en se préoccupant surtout des caractères psychiques. Ces travaux renvoient au développement d’une psychiatrie, qui avec Pinel, Cabanis ou Esquirol s’est intéressée aux rapports de la maladie mentale et du crime. Il faut noter également, fait important, la fondation de la Société d’anthropologie en 1859 par Broca, Isidore Geoffroy-Saint-Hilaire, A. de Quatrefages, P. Gratiolet, C. Dareste, C. Robin... Il faudra attendre 1861, pour qu’elle puisse fonctionner régulièrement. Cette société a pour but d’étudier le groupe humain dans son ensemble et dans ses rapports avec le reste de la nature. En 1876 sera créée une école libre associée à la Faculté de médecine, qui lui octroiera des locaux.

10Ainsi donc voilà des éléments pêle-mêle, mais qui traduisent l’effervescence au XIXe siècle d’une réflexion littéraire, judiciaire, médicale, scientifique sur l’homme et le crime. C’est la perception d’une extrême densité et richesse d’origine et de formation, qui correspond bien à l’extensible compréhension de ce que peut être la “criminologie”. Celle-ci trouve sa consécration par dans le développement dans le dernier tiers du siècle du courant fécond et controversé de l’anthropologie criminelle.

Cesare Lombroso et l’anthropologie criminelle

11Le médecin Cesare Lombroso (1835-1909) est à l’origine de l’anthropologie criminelle, sans doute, en ce sens, est-il le père de la criminologie “scientifique”. Scientifique, selon les critères retenus à cette époque, et qui réside dans le fait que cette discipline se fonde sur l’observation, se nourrit de l’interprétation des faits et de la vérification de cette interprétation, grâce à une expérimentation aiguë et structurée. Les théories de ce savant italien collaborant avec Enrico Ferri et Raffaele Garofalo comme celles de son opposant N. Colojanni ont contribué au développement de la criminologie. Lombroso, auquel on a adressé souvent des critiques acerbes dues à ses conceptions de l’homme criminel, (et surtout aux principes que revêtaient ces conceptions) est avant tout un personnage complexe, dont on ne montre souvent qu’une partie immergée des travaux, tendant à souligner les aberrations et l’outrance des théories morphologiques. Or, au delà de ce portrait dessiné au couteau et d’une pensée mutilée, Lombroso est le concepteur d’études moins figées, et à l’origine d’une pensée criminologique moderne Lombroso va avoir recours à la théorie de l’évolution pour expliquer son “type criminel”. L’influence de Charles Darwin est très nette pour sa réflexion. Lombroso s’y réfère dans son ouvrage célèbre et fondateur dès son chapitre premier. Darwin soutient que l’homme est le résultat d’une évolution millénaire qui va de l’homme primitif à l’homme contemporain. Les caractères de cette évolution expliquent que certains individus retombent à un stade de l’évolution bien antérieur à celui qui leur est contemporain. Cette idée linéaire de l’évolution conduit Lombroso à affirmer que les criminels sont en réalité des individus restés en arrière dans l’évolution, qui ne sont pas allés jusqu’au terme qui mène à l’homme. Cette conviction ne pouvait être prouvée uniquement par les anomalies physiques, réflexion elle-même défaillante, et qui laisserait présager comme postulat de départ que nos ancêtres étaient des sauvages et également des anormaux. Aussi, conformément à cette théorie de l’évolution, Lombroso va mettre en évidence la parenté du comportement des criminels avec celui des animaux sauvages. Homme sauvage dans son physique et son esprit, homme dénaturé et si proche de la nature en même temps, tel est selon ce maître de l’observation des hommes et de leurs crânes, le portrait du criminel-né. C. Lombroso ajoutera à ce “type criminel” une étude sociale. Il va rechercher dans la religion des criminels, leur intelligence et leur degré d’instruction, les caractères de l’argot, leur écriture, leur littérature, leur art et leur industrie, ces signes biologiques et psychiques destinés à compléter le type anatomique exposé précédemment Lombroso qui agit en naturaliste dans ce monde juridique va imaginer une nouvelle approche du droit pénal, non point la punition d’une faute morale mais la sanction, basée sur le droit que la société revendique pour se défendre ; non point le libre arbitre, mais le danger potentiel que le criminel constitue. En fait, sont mis en relief des critères différents de détermination de la sanction pénale, basés sur la personnalité du criminel plutôt que sur le dommage provoqué par sa conduite. Lombroso admet l’efficacité intimidante de la peine en tant que sanction infâmante dans le cadre d’ensemble d’un schéma de prévention, mais il ne la considère pas comme un élément décisif, et de plus il exclut la possibilité qu’elle résulte obligatoirement d’un châtiment infligé à la désobéissance.

12L’école italienne s’est révélée riche en idées et en personnages. Ferri applique son esprit d’analyse, sa puissance de synthèse aux facteurs sociologiques et complète heureusement la formule lombrosienne unilatérale et exclusive. Garofalo importe dans les doctrines juridiques ce qu’il considère comme définitivement acquis à la science parmi les nouvelles conquêtes de l’anthropologie criminelle Lombroso attire particulièrement par l’étude anatomo-biologique et reste “l’homme” du type criminel, du criminel-né. Les conceptions évoquées par Lombroso sont “novatrices” au sens où elles établissent des logiques et des fondements de réflexions tout à fait nouveaux. En songeant plus précisément à ses travaux sur le criminel-né, l’atavisme et les anomalies, je pense qu’il est bon de s’attacher au principe qu’ils requièrent. Un caractère commun à toutes ces théories est l’affirmation d’un véritable déterminisme structurel d’un comportement criminel, conséquence fatale des stigmates spécifiques de criminalité. Ces théories s’incorporent parfaitement à tout un mouvement d’idées spécifique qu’est le darwinisme social. A la mort de Darwin en 1882, le darwinisme règne en Europe ; quant au darwinisme social, il apparaît avec les travaux de Herbert Spencer. Il contribue à désacraliser la personne humaine, et à identifier la vie sociale à la vie physique. La société est un organisme soumis aux mêmes lois que les organismes vivants. La réalité humaine n’est plus qu’une lutte incessante dont l’issue naturelle est la survie du plus apte. Les contributions scientifiques qui jettent les bases d’un nouveau comportement et fournissent de nouvelles explications des relations entre les hommes abondent. Il est vrai qu’un des héritages le plus redoutable de Lombroso est de penser que les criminels constituent une véritable race à part, avec des stigmates de structure précis, biologiques ou psychologiques, qui en constitueraient la marque instinctive et indélébile. Les théories lombrosiennes reposaient sur des sources très insuffisamment contrôlées et des matériaux sommaires. Les conclusions étaient souvent prématurées, les interprétations hâtives. C’est sur ces points, sur la démonstration irréfutable des faiblesses et des exagérations de la théorie biologique de la criminalité, que les contemporains de Lombroso l’attaqueront en priorité. Dans ces conceptions, un point à noter qui se retrouvera fréquemment chez beaucoup de nos auteurs c’est l’ampleur de signification et à la fois le flou et l’imprécision du terme délinquant ou criminel. On parle d’une entité globale recouvrant tous les aspects du phénomène, gommant pratiquement les nuances et les différences entre un voleur de bois et un assassin sanguinaire. Ce discours de généralisation sur ces points, où la nuance fait la différence, est un premier défaut. Le désir d’une théorisation homogène sans lien, pour le coup avec une réalité bigarrée et diverse. De ces théories, sans doute le plus révolutionnaire est ce déplacement de regard du crime vers le criminel, la prise en considération de l’individu comme agent actif, la mise en lumière de la personnalité dynamique et concrète du délinquant, l’émergence de l’homme criminel, dans un processus où il n’existait pas ou peu. Sans doute de par les alliances qu’il réalise, comme de par les réactions qu’il suscite, peut-on accorder à Lombroso le fait d’être également à l’origine d’une “pluridisciplinarité” scientifique autour du phénomène criminel. Lombroso est allé dans toutes les directions, outrancier, moderne (si l’on songe à sa pensée pénale élaborée par lui et ses partenaires). Il y a deux hommes en Lombroso, le chercheur et le chef d’une école. Au delà de son impact spécifique, l’anthropologie criminelle lombrosienne fait surtout sentir son influence sur le déterminisme biologique en venant étayer sa thèse fondamentale sur le rôle des individus et de leur environnement : chacun dans ses actions suit sa nature innée. L’anthropologie criminelle étudie le délinquant à sa place naturelle, c’est-à-dire dans le domaine de la biologie et de la pathologie. Malgré l’ambiguïté de ces travaux et des critiques qui commençaient à fuser, Lombroso restera présent et n’entraînera pas dans la tourmente l’anthropologie criminelle. La polémique va créer un regain dans cette toute jeune discipline et en ce sens, Lombroso a eu un rôle positif. Il a fait naître des discussions, créer les passions, provoquer les critiques, indiquant ainsi les difficultés à surmonter, les erreurs à éviter. Dans tous les cas, il a imposé l’étude du criminel, jusque-là négligée. Il est au fondement de ce courant d’idées sur le phénomène criminel. L’école italienne a construit un canevas de théories, sur lequel vont pouvoir se définir, se créer, en alliance ou en opposition surtout, d’autres écoles ou mouvements. L’école italienne, de par le caractère novateur et perturbateur de ces théories, ne laissa nullement le monde scientifique indifférent, comme le montre la consultation des Archives de l’anthropologie criminelle. C’est dans ce contexte que se développera le mouvement criminologique français, autour des Archives de l’anthropologie criminelle, mené par Alexandre Lacassagne.

Haut de page

Bibliographie

Articles dans les Archives de l’anthropologie criminelle

Garraud (Robert), « Rapports du droit pénal et de la sociologie criminelle », AAC, 1886, p. 9-23.

Lacassagne (Alexandre), « Programme d’études nouvelles en anthropologie criminelle », AAC, 1891, p. 565-568.

Corre (Armand) et Aubry (Paul), « Documents de criminologie rétrospective », AAC, 1894, p.255-276.

Lacassagne (Alexandre), Martin (Etienne), « Etat actuel de nos connaissances pour servir de préambule à l’étude analytique des travaux sur l’anatomie, la physiologie, la psychologie et la sociologie des criminels », AAC, 1906, p.104-145.

Lacassagne (A), « Cesare Lombroso, 1836-1909 », AAC, 1909, p. 881-894.

Lombroso (Cesare), « Discours d’ouverture du VIe Congrès international d’anthropologie criminelle », 1906, AAC, 1906, p. 665-671.

Vervaeck (Léon), « La théorie lombrosienne et l’évolution de l’anthropologie criminelle », AAC, 1910, p. 561-583.

Autres références

Beccaria (Cesare), Des délits et des peines, Rééd. Paris, Champs Flammarion, 1979 (1764).

Despine (Prosper), La psychologie naturelle (Etude sur les facultés intellectuelles et morales dans leur état normal et dans leurs manifestations anormales chez les aliénés et les criminels), Paris, Savy, 1868, 3 vol.

Gall (François-Joseph) et Spurzheim (Johann-Caspar), Anatomie et physiologie du système nerveux en général, et du cerveau en particulier, Paris, Imprimerie Haussmann et d’Hautel, Librairie Schoell, 1810-1819.

Lauvergne (Hubert), Les forçats considérés sous le rapport physiologique, moral et intellectuel, Paris, J. Millon, 1991 (1841).

Lavater (Johann-Caspar), L’art de connaître les hommes par la physionomie, Paris, 1835, réédit. L’âge d’homme, 1973.

Lavater (J.-C.), La physiognomonie ou l’art de connaître les hommes, d’après les traits de leur physionomie, trad. H. Bachareuch, Lausanne, L’âge d’Homme, 1979, (réédit. édit. 1845).

Morel (Benedict-Augustin), Traité des dégénérescences physiques, intellectuelles et morales de l’espèce humaine et des causes qui produisent ces variétés maladives, Paris, J.-B. Baillière, 1857.

Ouvrages consultés

Debuyst (Christian), Digneffe (Françoise), Labadie (Jean-Michel), Pires (Alvaro), Histoire des savoirs sur le crime et la peine. 1. Des savoirs diffus à la notion de criminel-né, Coll. Perspectives criminologiques, Les Presses de l’Université de Montréal, Les Presses de l’Université d’Ottawa, De Boeck Université, 1995.

Kaluszynski (Martine), La République à l’épreuve du crime : la construction du crime comme objet politique, 1880-1920, Paris, L.G.D.J., 2002.

Labadie (Jean-Michel), Les mots du crime. Approche épistémologique de quelques discours sur le criminel, Perspectives criminologiques, Les Presses de l’Université de Montréal, Les Presses de l’Université d’Ottawa, De Boeck Université, 1995.

Mucchielli (Laurent) (dir.), Histoire de la criminologie française, Paris, L’Harmattan, 1995.

Perrot (Michelle), Premières mesures des faits sociaux : les débuts de la statistique criminelle en France 1780-1830 in Pour une histoire de la statistique, Vaucresson, Paris Insee, 1976, p. 125-177.

Perrot (M.), Robert (Philippe) (eds.), Compte Général de l’Administration de la justice criminelle en France pendant l’année 1880 et rapport relatif aux années 1826 à 1880, Genève, Paris, Slatkine, 1989.

Renneville (Marc), Crime et folie. Deux siècles d’enquêtes médicales et judiciaires, Paris, Fayard, 2003.

Renneville (Marc), Le langage du crâne. Une histoire de la phrénologie, Paris, Le seuil, coll. Les empêcheurs de penser en rond, 2000.

Renneville (M), La médecine du crime. Essai sur l’émergence d’un regard sur la criminalité en France 1789-1889, Presses Universitaires septentrion, 1997.

Robert (P.), « Les statistiques criminelles et la recherche, réflexions conceptuelles », Déviance et société, 1977, vol. 1, p. 3-28.

Halbwachs (Maurice), La théorie de l’homme moyen. Essai sur Quetelet et la statistique morale, Paris, Libr. F. Alcan, 1913.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martine Kaluszynski, « Quand est née la criminologie ? ou la criminologie avant les Archives... », Criminocorpus [En ligne], Histoire de la criminologie, 2. Thématiques et théories, mis en ligne le 01 janvier 2005, consulté le 23 mars 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/126

Haut de page

Auteur

Martine Kaluszynski

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page