Navigation – Plan du site
Articles

La vie au bagne

Hélène Taillemite

Entrées d’index

Mots-clés :

histoire du bagne

Géographique :

France
Haut de page

Notes de la rédaction

Les lettres produites dans cet article ont été retranscrites par Hélène Taillemite. L’orthographe a été restituée, ainsi que la ponctuation, lorsqu’elle aidait à la compréhension du texte. La syntaxe n’a pas été modifiée.

Les illustrations de l’article ont été rassemblées par Eléonore Bozzi (ANOM). Ces clichés réalisés par le service photographique des Archives nationales d’Outre-mer sont sous Droits réservés.

Texte intégral

1 « L’Administration pénitentiaire, qui n’a pas pour mission de rendre heureux les hommes qui lui sont confiés, s’acquitte au-delà de toutes prévisions, au moins de cette partie de son programme. » écrit un relégué au ministre de la Justice en 1927, en introduction à une réclamation.

2Cette observation ironique est valable à son époque comme aux débuts du bagne, même si la situation du bagnard de 1930 est très différente de celle du condamné de 1852. La vie n’est pas la même non plus selon le territoire, elle est plus rude en Guyane qu’en Nouvelle-Calédonie, plus dure aussi pour les nouveaux arrivants que pour les « 1re classe ».

3Les condamnés sont répartis en trois catégories : la première est celle des transportés ou condamnés de droit commun (plus de 50 000 condamnés aux travaux forcés envoyés en Guyane entre 1852 et 1938), la deuxième grande catégorie est celle des relégués (ou multi récidivistes de petits délits, la peine de la relégation, créée par la loi de 1885 équivalant à un exil perpétuel) et enfin la troisième catégorie est celle des déportés (ou condamnés politiques).

4A l’arrivée au bagne, les condamnés sont répartis dans les différents camps, suivant la catégorie à laquelle ils appartiennent. Ils sont aussi placés en fonction de leur profession car le fonctionnement du bagne repose sur le travail des condamnés : cuisiniers, boulangers, jardiniers, maçons, menuisiers, tailleurs, infirmiers, tous les corps de métier sont représentés.

5En Guyane, le pénitencier le plus important est le Camp de la Transportation à Saint-Laurent-du-Maroni. La ville est également le site de la direction de l’administration pénitentiaire et de ses services administratifs, mais aussi de nombreux ateliers et de l’hôpital.

6Les condamnés les moins qualifiés ou jugés particulièrement dangereux sont affectés dans les camps agricoles et forestiers, parmi lesquels on peut citer les Roches de Kourou, la Montagne d’Argent, Passoura. Ils sont aussi employés à la construction des routes (dont la tristement célèbre route coloniale n°1, entre Cayenne et Saint-Laurent). Les « incorrigibles » sont internés dans un camp forestier, Charvein, et après 1909, au camp de Godeberg.

7Les relégués sont regroupés à Saint-Jean-du-Maroni. Les infirmes sont classés « aux Impotents » et regroupés au camp des Hattes. Les lépreux sont isolés sur l’île Saint-Louis (sur le fleuve Maroni).

8Les Iles du Salut comptent trois îles : L’île du Diable, après avoir abrité des transportés puis des lépreux, est désaffectée puis, après la détention de Dreyfus (1895-1899), réservée aux condamnés politiques. L’île Royale est le lieu d’internement des condamnés les plus dangereux. On y trouve aussi un hôpital et des bâtiments administratifs. L’île Saint-Joseph est réservée à la réclusion et à l’asile d’aliénés.

9En Nouvelle-Calédonie, les transportés sont internés sur l’Ile Nou, les déportés simples sur l’île des Pins, qui reçoit après 1885, les relégués. Les déportés en enceinte fortifiée sont internés sur la presqu’île Ducos, qui devient par la suite l’asile des impotents.

Il existe des camps agricoles à Bourail, Pouembout, Dumbéa, Farino, La Foa, etc.

10Chaque pénitencier ou camp est dirigé par un commandant, assisté de surveillants militaires, nommés par le ministre des Colonies parmi les sous-officiers de l’armée de terre ou de la marine.

11Les condamnés sont encadrés par des contremaîtres choisis parmi les détenus et appelés « porte-clefs », qui sont les intermédiaires entre l’administration et leurs co-détenus et assistent les surveillants dans leur tâche de maintien de la discipline.

12Les manquements à la discipline relèvent de commissions disciplinaires. Les peines encourues sont la cellule et le cachot. Quant aux crimes et délits commis en cours de peine, ils sont jugés d’abord par des conseils de guerre puis, après 1889 par le Tribunal maritime spécial. Les peines infligées sont la réclusion cellulaire, les travaux forcés et la peine de mort pour les crimes de sang.

13L’organisation du bagne est réglée par une multitude de textes : lois, décrets, arrêtés, circulaires, qui déterminent avec une précision minutieuse le moindre détail de la vie quotidienne : l’habillement, la nourriture, le travail, les punitions. A l’arrivée au bagne, les transportés sont répartis en trois classes, qui déterminent leur emploi au bagne. Ils commencent le plus souvent leur parcours à la 3ème classe, qui les désigne pour les emplois les plus pénibles (qu’on appelle la « fatigue »).

Les condamnés de la 2e classe peuvent être mis à la disposition des entreprises locales.

14Quand le condamné a accompli au moins la moitié de sa peine (et au moins dix ans pour les condamnés à perpétuité), il accède à la 1re classe et peut recevoir une concession, l’autorisation de faire venir sa famille, être engagé comme salarié chez un particulier (« engagiste ») et être proposé pour des remises de peine.

15Après trois ans à la 1re classe, il peut obtenir la libération avec astreinte à résidence (la « 4e 1re » dans le langage des condamnés). Sa survie dépend alors de sa capacité à trouver un travail rémunéré, dans une colonie où la main d’œuvre pénale quasiment gratuite représente une concurrence insurmontable.

16Enfin, quand il a atteint la 4e catégorie 2e section, c’est-à-dire qu’il est libéré de l’obligation de résidence, le condamné est libre de rentrer en France, mais il reste un dernier obstacle important : depuis 1868, le voyage de retour est à sa charge ; il doit donc posséder l’argent du passage dans son pécule ou le recevoir de sa famille. Nombreux sont ceux qui meurent en Guyane ou en Nouvelle-Calédonie, faute d’avoir trouvé la somme nécessaire.

17Mais, mis à part l’impossible retour au pays, ce qui fait le plus rêver les condamnés et qui a aussi joué le plus grand rôle dans la mythologie du bagne, c’est l’évasion.

18Les récits de leurs innombrables tentatives d’évasion sont indissociables de l’histoire des bagnards. Bien peu réussissent vraiment la « belle », beaucoup disparaissent à jamais ou sont rattrapés et réintégrés au bagne où ils sont alors sévèrement punis. Les condamnations supplémentaires infligées pour ces tentatives d’évasion transforment dans les faits leur peine en condamnation à perpétuité et incitent ainsi à de nouvelles tentatives.

19Les archives de l’Administration pénitentiaire coloniale, conservées aux Archives nationales d’outre-mer à Aix-en-Provence, sont la première source pour l’histoire des bagnes (voir sur ce site Les archives des bagnes).

20Ce fonds très riche comporte plus de 100 000 dossiers de condamnés passés par les bagnes de Guyane et de Nouvelle-Calédonie - dossiers individuels qui sont pratiquement la seule trace restant d’une multitude d’hommes dont ils permettent de reconstituer le parcours.

21Ces dossiers, soigneusement classés par l’Administration pénitentiaire, contiennent parfois des correspondances qui décrivent en détail la situation personnelle des condamnés, les événements qui les ont conduits au bagne et surtout leur vie là-bas.

22Ces lettres ont été conservées dans les dossiers individuels pour diverses raisons : soit parce que l’Administration en était destinataire - c’est le cas des innombrables lettres de réclamation, - qu’elles soient adressées aux ministres des Colonies, de l’Intérieur ou de la Justice, mais aussi au Président de la République ou à la Ligue des droits de l’Homme, elles finissent le plus souvent classées au dossier de leur auteur - soit, dans le cas des correspondances privées émanant des condamnés, parce qu’elles ont été retenues par l’Administration qui censurait leur contenu, soit enfin dans le cas des correspondances reçues par les bagnards, parce que ces lettres sont arrivées après la libération, l’évasion ou le décès de l’intéressé.

23Parmi ces milliers de lettres qui sont un témoignage direct de la vie des condamnés et du fonctionnement de l’univers carcéral dont elles décrivent la réalité quotidienne, voici quelques exemples.

Lettre de Louis Mollière

Lettre de Louis Mollière

24La lettre de Louis Mollière est étonnante par son optimisme. Elle est écrite un mois seulement après son arrivée à Cayenne et il semble en effet avoir bénéficié d’une situation privilégiée, puisque dès le début, - ce qui est plutôt rare -, il exerce son métier de tonnelier et qu’il est établi comme concessionnaire dès 1875, soit dans un délai particulièrement bref. Malheureusement, son dossier ne permet pas de savoir à quoi est due cette chance, ni de connaître son sort ultérieur, puisqu’il s’évade avant d’avoir réussi à faire venir son épouse et que rien n’indique ce qu’il est devenu ensuite.

Pénitencier de Cayenne

Pénitencier de Cayenne

Cayenne, 29 novembre 1874

aux bons soins de Mr l’aumônier
pour remettre à Mme Françoise Sens,
femme Molière N°7781. Atelier n°2

Ma chère Françoise,
Je suis arrivé à bon port à la Guyane le 8 octobre, si je ne t’ai pas écrit plus tôt, c’est que je voulais connaître un peu le pays avant et avoir des renseignements certains. Le pays n’est pas aussi mauvais qu’on veut le faire croire en France, et on peut mieux que partout ailleurs y faire ses affaires, attendu qu’il n’est pas autant exploité.
A mon arrivée, je suis débarqué aux Iles du Salut et quelques jours après, j’ai été envoyé à Cayenne d’où je t’écris.
Cayenne est une jolie ville des Colonies et d’un commerce assez conséquent, du reste c’est là où accostent tous les navires français qui viennent à la Guyane et cela donne beaucoup d’animation au pays.
En arrivant ici, j’ai été employé comme tonnelier, et me trouvant près des autorités, je me suis empressé de faire une demande pour être mis en liberté provisoire et travailler à mon compte.
Cela est très difficile à obtenir pour ceux qui comme moi arrivent à la colonie, cependant j’ai été très bien accueilli par le Directeur, et après lui avoir exposé ma position et mes intentions, voici ce qu’il a décidé.
Je vais partir dans 2 ou 3 jours à St Laurent du Maroni où je serai placé comme tonnelier à l’usine à tafia, à raisons de 4 frs par jour en attendant ton arrivée. L’administration d’ici va écrire au ministère afin de donner l’ordre de te faire venir ici par le premier convoi.
Aussitôt ton arrivée, je serai placé comme concessionnaire et nous pourrons nous établir. Quoique l’administration d’ici fasse toutes les démarches, je te recommande, au reçu de ma lettre, de renouveler ta demande et de l’envoyer à Mr Le Préfet qui la transmettra au Ministre et qui servira à appuyer celle qui viendra d’ici.
Ainsi donc, ma chère amie, tout nous réussit à souhait et dans quelque temps d’ici, nous pourrons être réunis, nous établir et oublier les cruelles épreuves auxquelles nous avons été soumis.
Comme cette lettre te parviendra à la fin de décembre, j’en profite pour t’exprimer mes vœux et souhaits de bonne année, je prie Dieu qu’il te conserve la santé et te donne encore un peu de courage pour arriver au but de nos espérances qui n’est pas éloigné.
Je termine en t’embrassant de cœur comme je t’aime.
Ton mari
Molière

Voici mon adresse : (comme je dois partir au Maroni dans quelques jours) Mr Molière, transporté de la 1ère Catégorie N°17007 à St Laurent du Maroni (Guyane française). Tu recevras cette lettre le 27 ou 28 décembre, fais-moi réponse de manière que ta lettre parte le 3 janvier au plus tard pour que j’aie ta réponse dans les premiers jours de février.
Je ne te dis rien pour Mr L’aumônier, ni la sœur qui ont été si bons pour nous, car je leur écris par le même courrier.

J’avais oublié de te dire que les fruits du pays sont très bon marché et que le sucre vaut 0.60 centimes le kilo.

25Louis Mollière, né le 23 février 1838 à Alais (Gard), tonnelier de profession, est condamné le 13 août 1873 par la cour d’assises du Gard à 20 ans de travaux forcés pour vols qualifiés.

26Avant même qu’il n’embarque pour la Guyane, sa femme écrit au ministre pour demander à partir avec lui. Elle est elle-même emprisonnée à la maison centrale de Montpellier pour complicité dans les vols commis par son mari. Elle renouvelle cette requête en 1874 et 1875, mais en vain, car « les femmes des transportés ne peuvent rejoindre leurs maris qu’après un certain temps d’épreuve. ».

27Louis Mollière est nommé concessionnaire à Saint-Laurent-du-Maroni le 4 mars 1875, « travaillant de son état de tonnelier ». En 1876, il demande l’autorisation de faire venir son épouse, sans résultat.

28La lettre ci-dessus est envoyée par sa femme au ministre des Colonies le 19 août 1880, à l’appui d’une nouvelle demande. Le dossier ne contient pas la réponse de l’administration, mais en marge se trouve portée la mention « Evadé le 12 avril 1880 ».

La prison Saint-Joseph

La prison Saint-Joseph

29Emile François se plaint des conditions de vie aux Iles du Salut et son dossier reflète de façon emblématique le fonctionnement de l’Administration pénitentiaire. Il est en effet frappant de constater que, quelles que soient les réclamations présentées par les condamnés, elles font pratiquement toujours l’objet d’une réponse circonstanciée - même si c’est le plus souvent une réponse type (les formules qui reviennent le plus fréquemment étant « allégations mensongères » ou bien « réclamations sans objet »).
Dans un certain nombre de cas, ces réclamations sont suivies d’une enquête et le dossier contient alors les procès-verbaux d’interrogatoires et les rapports qui s’ensuivent. Il est vrai que la plupart du temps, la conclusion est la même, « allégations mensongères » et dans ce cas, le détenu est traduit devant la commission disciplinaire ou même devant le Tribunal maritime spécial s’il y a récidive de « dénonciation fallacieuse ». L’Administration pénitentiaire a pratiquement toujours raison, mais elle se croit tenue de se justifier.
C’est exactement ce qui arrive à Emile François : à la suite de sa lettre, l’administration fait une enquête et il est condamné à 30 jours de cachot pour « injure par lettre au chef de l’établissement et au personnel de surveillance ».

Iles du Salut le 8 Février 1906
A son Excellence Monsieur le Ministre des Colonies
Monsieur,

J’oserai me permettre de vous adresser la requête suivante, à seule fin de vous prévenir des abus de toutes sortes et de la partialité que Messieurs les administrateurs et subordonnés commettent tous les jours à l’égard des malheureux condamnés.
Le pénitencier des Iles du Salut, étant sous la Direction d’un Commandant Supérieur qui est naturel du pays, d’origine créole, ne tient pas à s’attirer, de la part de ses subordonnés, des tracassements [sic] de toutes sortes que son poste de Commandant Supérieur des Iles l’obligerait à avoir, pour maintenir la balance de part et d’autre, c’est-à-dire pour punir chacun selon la gravité du fait qu’il aurait commis, ou pardonner de pauvres malheureux, portant le costume d’opprobre, qui seraient victimes de la part de quelques surveillants méchants et moqueurs.
Les paroles grossières, les insultes, les menaces de vie et de mort, à propos de rien et le plus souvent à tort, sortent de la bouche de MM. les surveillants plus naturellement que quelques paroles de satisfaction et d’encouragement pour faire persévérer un pauvre condamné dans un chemin de bonne conduite et d’espérance de revoir leur famille un jour.
Les mots de charognards, de vampires, de choléra, de « je vous envoie la tête à quinze pas sur les pierres plates ! », les insinuations de quelques surveillants anciens dans le service pour exciter quelques jeunes surveillants à punir à tort et à travers et leur enlever toute idée d’équité, de droit et de remplir leur devoir sans haine ni vengeance.
Voici les faits qui se produisent journellement, et cela dans une grande mesure, que sous peu, la situation deviendrait intenable et que l’on serait obligé de faire totalement abandon des idées de conservation que l’homme le plus sensé et raisonnable, imbu des meilleurs sentiments pourrait avoir.
Car mourir à petit feu dans des cellules et des cachots les plus malsains que l’homme puisse avoir inventé, équivaudrait à une mort lente et douloureuse, s’éteindre comme une bougie ou si vous préférez, une guillotine sèche, et cela pour un simple caprice et un simple énervement ou quelquefois pour faire plaisir à un de leurs confrères qui se passent la consigne les uns aux autres, au sujet que quelques condamnés sujets à caution et qu’ils ne peuvent malgré tout leurs efforts de travail, de mutisme, se tenant constamment dans le devoir de condamné, ne peuvent y arriver.
Il existe, Monsieur le Ministre, un état de chose et de persécution, sur l’île St Joseph, qui est dirigée par un Surveillant chef de camp, d’origine corse, et les trois-quarts de ses confrères étant du même pays, et ayant les mêmes mœurs.
Ces MM. portent journellement comme ornement de leur personne, plusieurs armes qui sont presque dissimulées, mais qui sont presque apparentes à la vue des condamnés et qui est presque une provocation ou humiliation aux yeux des condamnés, revolver dit d’ordonnance dans l’étui réglementaire et sur le côté de leur personne, poignard dans un fourreau caché derrière le dos et sous la tunique légère du costume colonial, et un deuxième revolver dans la poche du dolman.
L’on se croirait, Monsieur le Ministre, dans les forêts ou maquis du Fiumorbo, refuge et repaire de ces grands bandits corses, qui ont soif de sang et ces grandes vengeances à assouvir ; des malheureux exténués du climat insalubre et malsain, presque sans force, et soumis au régime du travail sous les plus grandes chaleurs, à des travaux supérieurs à leurs forces, ne devant jamais avoir une seconde de répit ; MM. les surveillants ne reconnaissant pas qu’un condamné puisse être fatigué après quelques heures d’un rude labeur et alors si ce malheureux voulait se reposer un instant, alors aurait lieu un motif de punition, de provocation, pour exciter ces condamnés à l’insubordination, et profiter de ce chef à accomplir leur sombre vengeance.
Secundo. - La ration due aux condamnés n’est jamais touchée par nous intégralement comme elle nous est due, M. le cambusier "en use de trop de la cambuse", voulant rendre service à ses confrères qui sont presque tous chargés de famille, est forcément obligé pour ne pas arriver à un déficit, de soustraire graduellement tout les jours sur la ration des condamnés, soit viande fraîche, saindoux ordinaire et légumes secs ; le pain subit le même sort, car pour nourrir des centaines de têtes de volaille, que ces MM. élèvent pour augmenter leurs appointements et pour faire une petite économie pour leurs vieux jours, est forcé de puiser dans le compte de farine due à la transportation et de là devient la mauvaise qualité du pain, trop chargé d’eau pour le compte de farine, le pain mal cuit et ne pesant jamais le compte. « Le riz subit le même sort. »
Le surveillant chargé de la cuisine de la population pénale, oubliant les heures de service, étant plus souvent chez lui auprès de sa famille ou à l’élevage de leurs nombreuses volailles, ou à leurs intérêts privés, pour avoir la tranquillité personnelle, tolère ou plutôt ferme les yeux sur les agissements des cuisiniers, si bien que lorsque la ration nous est distribuée, il ne reste plus que les os et la peau, le poids réglementaire n’y étant pas, et de la plus mauvaise cuisson ; il faut avoir, Monsieur le Ministre, avoir grand faim pour manger cette exécrable ration.
L’on a institué sur le pénitencier des Iles du Salut, des jardins pour améliorer la ration ordinaire, de tout cela il n’en est rien, les choux et les carottes ne rentrent jamais dans les marmites des cuisines des condamnés, aucun jardinage n’est jamais distribué, les bananes, les patates, les salades, les mangues et les cocos suivent le même chemin et même les malheureux qui auraient le courage le ramasser sur son passage, à terre, un de ces fruits, se verraient infliger la punition la plus sévère, et cependant Monsieur, tout le monde en général souffre horriblement de la faim.
Tout cela est distribué à tous les agents administratifs et même des envois sont expédiés à Cayenne, au Maroni, ou à l’occasion du passage aux Iles de quelques paquebots, goélettes, comme cadeaux ; et en reçoivent quelquefois en retour une valeur en argent. Monsieur le Chef de Camp de St Joseph se fait une propriété personnelle de ces jardins, et l’on a soin à l’occasion du passage sur les Iles d’un membre administratif et supérieur, de dire que tout ces grands jardins et la production, est pour la consommation de la population pénale, et si l’on interroge quelques condamnés, l’on a grand soin de présenter les condamnés achetés par les administrateurs.
Je me permettrai, Monsieur le Ministre, de vous dire en deux mots au sujet des locaux disciplinaires, construits tout récemment sur l’Ile St Joseph sous la direction de Mr le Commandant Supérieur ; ces locaux sont une véritable inquisition, l’on ne pourrait jamais croire, [que] le chef suprême des Iles, ait autant de raffinement de cruauté, l’humanité n’a jamais régné dans le cœur d’un des plus hauts administrateurs, car avec le climat malsain de la colonie, la nourriture insuffisante des hommes, des cachots et des cellules aussi terribles, l’humidité y règne en permanence, il n’y a totalement point d’air, et encore moins de jour.
Placer un condamné dans cette perspective est lui assurer une mort longue et atroce, et le pousser à des actes qui quelquefois seraient contraires à ses idées. Ces locaux de construction toute récente, et n’ayant point subi la visite de la commission de santé, l’on n’a pas attendu la visite des hommes de science, pour y incarcérer de nombreux malheureux et depuis ce jour, ce corps de bâtiment regorge de monde et tout cela pour les plus petites futilités, car certainement si la commission de santé avait vu une telle Bastille, s’opposerait formellement à la mise en vigueur de ces locaux, car ce n’est pas pour nous des locaux de discipline mais un véritable tombeau.
La mise aux fers étant de rigueur, malgré que les locaux soient de la plus grande solidité et malgré la circulaire de Monsieur le Ministre à la date de mai courant, 1903 « qui interdit la mise aux fers des condamnés dans des locaux de sûreté. »
Je tiendrai à être bref, M. le Ministre, mais je suis forcé malgré tout, de vous donner un aperçu de ma situation ; n’ayant pas d’antécédents judiciaires, condamné par le conseil de guerre de Tunis, le 3 novembre 1903 à la peine de 10 ans de travaux forcés, pour une simple voie de fait, je suis depuis cette époque, interné sur les Iles du Salut, et sujet à supporter toutes les vexations et injustices de MM. les Surveillants, j’ai passé depuis mon arrivée huit mois sur douze en punition, l’on a déjà attenté quatre fois à mes jours, et cela par les moyens les plus violents.
Je suis, M. le Ministre, à l’égal d’un bandit, d’un voleur, d’un assassin, je ne suis Monsieur, qu’un simple condamné militaire, j’ai toujours travaillé dans ma vie, et je n’ai aucun des vices du milieu dans lequel je vis ; j’ai vu depuis ma présence au bagne, plusieurs attentats commis par MM les surveillants, j’ai vu couler le sang des malheureux Millet, Ricapaton.
Je prévois, Monsieur le Ministre, qu’ayant fait un mauvais début dans le bagne, ayant l’animosité attirée à mon égard de la part de mes chefs, je m’attends un jour ou l’autre à être victime d’un surveillant.
J’espère, Monsieur le Ministre, en votre haute justice pour mettre fin à ces iniquités et qui m’exaspèrent au point de ne plus me rendre responsable de mes actes.

Je suis avec respect le transporté
François 33511

30Emile Joseph François, soldat au 3ème bataillon d’Infanterie légère d’Afrique, est condamné le 3 novembre 1903 par le conseil de guerre de la division d’occupation de Tunisie à 10 ans de travaux forcés, la dégradation militaire et 20 ans d’interdiction de séjour pour incendies volontaires, voies de fait et outrages envers un supérieur. Il a déjà encouru 4 condamnations antérieures pour vol, chasse sans permis, outrages envers un supérieur.

31A la suite de sa réclamation, le ministre des Colonies demande le 20 avril 1906 au Gouverneur de la Guyane de « faire procéder à une enquête sur les faits allégués. » Le 22 juillet, le condamné est interrogé par le Commandant supérieur des Iles du Salut qui transmet le jour même son procès-verbal au directeur de l’Administration pénitentiaire.

32Le gouverneur de la Guyane en fait suivre la copie au ministre des Colonies, en précisant :

« Ces documents montrent que les réclamations de l’intéressé sont mal fondées, comme ses allégations mensongères. En conséquence, le condamné susnommé sera traduit, suivant vos ordres, devant la commission disciplinaire. »

33François est condamné en décembre 1906 à 30 jours de cachot pour « injure par lettre au chef d’établissement et au personnel de la surveillance. » Il sera ultérieurement encore condamné par le Tribunal maritime spécial à 6 mois d’emprisonnement pour « outrage par paroles et menaces à un surveillant militaire ».

34Il est libéré avec astreinte à résidence le 28 février 1914. La suite de son parcours n’est pas connue.

Lettre de Baptiste Graglia

Lettre de Baptiste Graglia

35La lettre suivante, écrite par Baptiste Graglia, décrit le fonctionnement de cette juridiction particulière au bagne, le Tribunal maritime spécial, constitué entièrement de membres de l’Administration pénitentiaire, y compris pour les défenseurs, ce qui signifie que les personnels étaient à la fois juges et parties.

Aux Iles du Salut le 24 novembre 1911

N° Ml 36.489
Graglia

A Monsieur le Président de la République

  • 1  C’est-à-dire en détention préventive, en attendant de comparaître devant le Conseil Maritime Spéci (...)

Monsieur,
Au nom de l’humanité et de la justice moderne, qui doit être rendue juste et loyale, je viens avec respect vous élaborer les faits dont je suis la triste victime. Voici les faits tels qu’ils se sont passés.
Le 27 juillet 1908, je fus frappé d’une punition disciplinaire par M. le Chef de Camp de Passoura pour vol de fruits au préjudice de ce dernier, mais après justification et des preuves convaincantes, M. le Chef de Camp voulut bien reconnaître que je n’était pas l’auteur du vol précité mais prétendit ne pas pouvoir m’enlever la punition par lui infligée.
Ce que voyant, je résolus de quitter le chantier et de me rendre au chantier de Gourdanville distant de 70 kilomètres.
Pour effectuer ce trajet, l’on est obligé de traverser le fleuve « Le Kourou », qui sépare les chantiers précités. Je vous donne ces quelques détails topographiques, pour vous permettre de juger par vous même les faits qui sont la cause directe de tous mes malheurs, aidés de la fatalité qui me poursuit, et des partis pris dont l’on a fait preuve à mon égard.
Je partis donc de mon chantier « Passoura » le 27 juillet 1908 et je mis trois jours pour effectuer le parcours qui me séparait de Gourdanville. Je fis donc une moyenne de 23 kilomètres par jour, ce qui est à la Guyane le maximum de la marche qu’un homme peut fournir.
Durant ce temps, il se commet un meurtre sur la personne d’un transporté faisant le service de planton, et quel ne fut [pas] mon étonnement, moi qui ignorais ce meurtre, de me voir à mon arrivée inculpé pour la seule raison que j’avais illégalement quitté mon chantier. Je fus donc mis immédiatement en prévention de conseil 1 pour deux motifs : le premier, meurtre et le second, évasion suivie de vol qualifié.
Je ne me fis tout d’abord pas trop de mauvais sang car j’étais certain de pouvoir me disculper, attendu qu’il était impossible en faisant preuve de bonne et franche justice, de relever contre moi aucun fait de nature à prouver que j’étais coupable des faits à moi incriminés.
Mais je ne comptais pas trouver plus tard contre moi toutes les choses qui suffisent pour faire d’un innocent le plus grand des coupables, c’est-à-dire le faux témoignage et l’impartialité [sic].
Pendant les deux mois qui me séparent entre mon arrestation et la comparution au Conseil Maritime, Monsieur le Commandant du pénitencier de Kourou reçut une lettre du transporté Gardelle datée du 17 août 1908, l’informant que 4 jours auparavant, il m’avait entendu, moi Graglia, faire à un de mes co-détenus nommé Beltimpi, enfermé dans une cellule assez éloignée de la mienne, il avait entendu dis-je, faire l’aveu du meurtre du planton de Passoura.
Or j’ai démontré que cela était impossible, attendu que le nommé Beltimpi était sorti de cellule le 10 août 1908, alors que le témoin à charge prétend lui que ces aveux étaient faits le 13 du même mois. L’on ne me donne jamais, avant ma comparution au Conseil, lecture de cette lettre ? Pourquoi ?...
Parce que l’on était certain que ce faux témoignage ne tiendrait pas debout devant la vérité.- Voici le moment où je suis transféré à St Laurent du Maroni pour être traduit devant le Tribunal Maritime Spécial, mais je compte sans les lenteurs de la procédure qui se prolonge encore huit mois, ce qui me fait déjà dix mois de prévention, et durant tout ce temps, sans jamais être interrogé ?... - Durant ce temps, Gardelle est entendu par M. le Commissaire Rapporteur qui lui fait sans doute voir l’invraisemblance de son premier témoignage écrit et c’est alors qu’il prétend avoir entendu l’aveu fait par moi non pas le 13 août comme il l’a prétendu déjà, mais le 11 août - Pourquoi ces contradictions flagrantes du témoin, tout simplement Monsieur le Président de la République, parce que ce témoignage est une invention mensongère et digne de son auteur.
Digne de son auteur dis-je, oui ?... - Puisque je n’ai pour démontrer que tout cela est mensonge qu’à faire appel aux registres qui sont tenus à jour par le service de la Prison du Kourou pour démontrer que le nommé Beltimpi est sorti de la prison le 10 août et que je n’ai pu le voir plus tard et par conséquent, il m’a été impossible de converser avec lui. Alors que Gardelle prétend que la conversation se tenait le 13 août sur sa lettre et le 11 du même mois sur la déposition à St Laurent du Maroni.
Vous me permettrez, Monsieur le Président de la République, de vous donner quelques renseignements sur la moralité du témoin. D’abord condamné pour meurtre, lui qui se permet de faire faux témoignage, il est facile de vous convaincre qu’il est coutumier du fait en relevant les traces de son passage dans les différentes maisons de détention où il est passé depuis qu’il a été ravi à la société.
A Toulouse d’abord, il est reconnu et traité de faux témoin par son propre défenseur, Melle Marguerite Dilhan ; au cours de sa plaidoirie cette dernière l’accusa plutôt que de le défendre, ayant reconnu que son client ne méritait aucune pitié puisque il n’était pas seulement assassin, voleur, délateur, mais encore doublé d’un menteur de la plus belle eau. - A St Martin de Ré, il est relégué dans un coin loin de tout contact de ses co-détenus. Pour s’être livré sur un mourant à des actes ignobles, alors qu’il était infirmier.
Malgré son isolement, il trouve le moyen, toujours par des mensonges, de prétendre avoir appris qu’un détenu de la maison est l’auteur d’un crime resté impuni, ne connaissant pas le personnage, l’on accorde crédit à ses allégations mensongères et ce n’est que plus tard que l’on voit qu’il a menti. - Enfin, à la Guyane, il a tellement été l’auteur de vilenies que l’administration pour le protéger s’est vue dans l’obligation de le mettre à l’isolement où il se trouve depuis un certain temps déjà. - Voilà le témoin qui est la cause de ma condamnation, d’abord à mort et enfin à 5 ans de réclusion. - Permettez, Monsieur le Président de la République, que je revienne au fond de mon affaire.
Je comparais le 18 mai 1909 devant le Tribunal Maritime Spécial où il n’y a d’autre témoin à charge et ceci a son importance, il n’y a, dis-je, que Gardelle et après avoir entendu ce dernier et les conclusions de M. le Commissaire Rapporteur, le tribunal estime qu’il ne peut y avoir suite au sujet de l’évasion et retient contre moi le meurtre et le vol. - De meurtre il n’y a point, de vol, si vol il y a, le voici.
Pour me rendre de mon chantier de Passoura à Gourdanville, j’étais obligé de traverser le fleuve « Kourou », large de 400 mètres environ et pour cela j’avais besoin d’une embarcation.
Après quelques recherches, j’en découvris une renversée sur la rive, éloignée de toute habitation, je résolus de m’en servir et arrivé à la rive opposée, je l’amarrais de façon que son propriétaire puisse la retrouver. - Mais malgré tout, le tribunal estime qu’il y a vol, maintient l’accusation et je suis donc condamné pour meurtre et vol à la peine de mort.
Je me pourvois en cassation contre l’arrêt du tribunal. L’arrêt du tribunal fut cassé par la Cour de cassation en date du huit juillet 1909 pour vice de forme.
Enfin le 17 décembre 1909, je recomparais pour la deuxième fois devant le même tribunal, qu’après plaidoirie Monsieur le Commissaire Rapporteur, mais pas de défenseur, attendu que ce dernier est représenté par un caporal de l’armée coloniale incapable d’accomplir la mission qui lui est confiée. - Je suis condamné cette fois à 5 ans de réclusion pour vol et évasion que cette fois-ci me rappelle le Tribunal.
Vous me permettrez, Monsieur [le Président] de la République, d’attirer sur cette affaire dont je suis la triste victime votre bienveillante attention sur la peine que je suis frappé, d’abord à 5 ans de réclusion par le tribunal, plus 17 mois de prévention, ce qui me fait 6 ans et demi que je me vois dans l’obligation de subir....
Monsieur le Président de la République, veuillez attirer votre bienveillante attention sur ce fait que voici.
Quelques jours après que je suis été arrêté et que j’étais sous les verrous, heureusement pour moi, un deuxième crime a été commis et sur la même route, donc si la fatalité avait voulu que je sois arrêté après ce deuxième crime, j’aurais été inculpé du deuxième comme je suis été inculpé du premier, sans aucune autre preuve que celle que j’était absent de mon chantier, donc tout vous prouve mon innocence.
Aussi, depuis que je suis à la Guyane, je maudis ma triste destinée, de me voir enfermé dans une cellule et je me repens tous les jours de ce délit qui m’a conduit aux travaux forcés, de cette peine infamante qui tache un homme pour la vie.
Je puis vous dire, Monsieur le Président de la République, qu’il y a par moments que je perds toute faculté et que je tombe dans un état de folie où je reste pendant des heures entières, et même des demi-journées, dans un état d’abrutissement ; il n’y a que lorsque un son quelconque me rappelle à la réalité humaine que je reprends mes facultés morales et sentimentales. - Mais pendant tout ce temps, qu’est que j’ai pensé, je me rappelle de rien !
Monsieur le Chef d’Etat de la République Française, je viens vous solliciter avec bienveillance que vous ayez la grande bonté de faire un pas vers l’humanité de me tirer de ce triste lieu où je me trouve sans mérite de cause ? C’est-à-dire veuillez avoir la bonté de m’accorder que la condamnation parte du jour de mon arrestation ou bien me faire bénéficier d’un acte de clémence d’une durée égale à la prévention.
Je pense, Monsieur le Président de la République, que vous voudrez bien tendre une main secourable à un malheureux injustement frappé et je vous souhaite une longue vie et des années de prospérité et de bonheur.
Veuillez agréer, Monsieur le Chef d’état de la République Française, l’assurance de mes humbles sentiments respectueux.

Le transporté Graglia N° Ml 36.489

36Baptiste Marcellin Graglia, cultivateur originaire des Alpes-Maritimes, est âgé de 27 ans quand il est condamné par la cour d’assises des Bouches-du-Rhône, le 3 juin 1907, aux travaux forcés à perpétuité pour vol qualifié et tentative de meurtre.

Jurisprudence militaire

37Arrivé à la Guyane le 11 janvier 1908, il est condamné le 18 mai 1909 par le Tribunal Maritime Spécial à la peine de mort pour évasion, meurtre et vol qualifié. Le jugement est cassé par la Cour de Cassation le 8 juillet 1909. Graglia est ensuite condamné le 17 décembre de la même année à 5 ans de réclusion cellulaire pour évasion et vol qualifié.

38Sa supplique est transmise au ministre des Colonies, qui demande des renseignements sur l’affaire au gouverneur de la Guyane. Celui-ci répond point par point aux accusations formulées par Graglia et conclut : « que les réclamations de Graglia ne sont susceptibles d’aucune suite. »

Le 31 juillet 1912, le ministre de la Justice rejette la requête en révision du jugement du 17 décembre 1909.

Baptiste Marcellin Graglia est décédé aux Iles du Salut le 8 décembre 1913.

39Les conditions de vie des condamnés malades ou âgés et invalides sont encore plus difficiles et les réclamations d’Emile Louis et de Gustave Besnard décrivent respectivement la situation des lépreux sur l’îlot Saint-Louis et celle des « Impotents » au camp des Hattes, qui sont de véritables mouroirs.

Etat des punitions disciplinaires d’Emile Louis

Etat des punitions disciplinaires d’Emile Louis

Léproserie St Louis Le 25 mars 1920

Louis EmileLibéré 4e 1e9344 Monsieur le Ministre des Colonies, J’ai l’honneur de vous informer des abus et des insultes commises par les surveillants de St Louis du Maroni au sujet de nos lettres de famille ainsi que nos lettres adressées à MM. le Directeur et Commandant, lesquelles restent sans réponse. Le surveillant Flaubert dans la quinzaine de janvier et de février nous a répondu « qu’il se foutait pas mal de nos réclamations, qu’il détruisait nos lettres et q’il se torchait le derrière avec, que nous pouvions écrire au directeur, au procureur général ou au pape, même au président de la République » (Textuel). Que nous pouvions écrire par la poste car nos lettres de réclamations sont détruites par les surveillants à seule fin que l’on ne sache pas les infamies, vols, abus, insultes commis sur nous tous les jours.Le 18 novembre 1918, au passage de M. le Procureur Général,[on] nous avait promis de nous faire avoir des ustensiles de cuisine, gamelles, bidons pour l’eau, chaussures, couvertures, linge de corps, en un mot tout, car nous sommes complètement dépourvus. Monsieur le Procureur nous avait également promis de nous faire avoir du pétrole, mais depuis un an que le chef de camp Rieux est là à St Louis, nous avons touché dans un an 5 fois du pétrole, un litre à chaque fois et pour 30 cases, ce qui fait environ 2 centilitres par case et par mois. Depuis novembre à fin février, ce qui fait 4 mois, nous avons touché 150 gr de savon par homme et par mois. Nous voici à la fin de mars, nous n’avons pas encore touché notre savon, nous sommes dans un état pitoyable, nous sommes obligés pour acheter notre nécessaire, tel que pétrole pour nous garantir des vampires dont nous sommes infectés, savon, allumettes, tabac, chaussures, papier à lettre, enveloppes enfin tout en un mot, de vendre notre pain et viande. 3 fois par semaine qu’il faut se priver de manger, c’est honteux.Depuis trois ans que je suis séquestré dans cet îlot, je n’ai jamais touché de couvertures pour me couvrir la nuit, nous sommes entourés d’eau et avec les brouillards de la nuit, j’ai extrêmement froid et suis complètement gelé. Depuis trois mois nous n’avons pas vu de médecin, nous sommes abandonnés complètement par l’administration et par le service de santé, c’est honteux de nous séquestrer, nous libérés, dans cet îlot sans être atteints de cette maladie de lépreux dont on veut bien nous affubler, nous simplement atteints d’eczéma.Mais le service de santé ne se donne même pas la peine de nous soigner avec du plasma de Quinton qui est tout simplement des injections d’eau de mer. Nous sommes ici trois catégories ensemble, l’administration ne fait aucune distinction, transportés en cours de peine, relégués collectifs ou libérés 4e 1re, nous sommes obligés, nous libérés, [de subir] les mêmes règlements, pourtant nous avons payé notre dette à la société, nous ne subissons aucune peine. Voilà 17 ans que je suis libéré, j’ai toujours eu mon nécessaire avant mon entrée à l’îlot, je n’ai jamais été si malheureux qu’ici.Autrefois nous touchions ce qui suit :Pain : 750 gr, maintenant il manque tous les jours de 100 à 150 grammesViande : 250 gr. supprimé 25 grammessucre et café : 20 gr. supprimé 5 grammesVin 25 cent. : supprimé 5 centilitrestabac 10 gr. : supprimélait : 50 centilitres à 2 litres la boîte, supprimé.Voilà, M. le Ministre des Colonies, dans l’état où nous sommes, nous souffrons de tout, c’est pitoyable pour des libérés qui ont payé leur dette à la société de nous traiter pareillement.On est venu me chercher le 19 mars afin de me traduire devant la Commission disciplinaire au sujet d’une lettre de réclamation à peu près semblable à la vôtre, adressée à M. le Directeur, j’ai dû refuser, attendu que Monsieur le Procureur Général dans son passage à l’îlot le 18 novembre 1918, nous avait déclaré que nous n’étions pas passibles, nous libérés, de la Commission et qu’il interviendrait auprès du Ministre à notre sujet à sa rentrée en France en janvier 99.C’est pour cela, Monsieur le Ministre, que j’ose m’adresser à vous, car depuis ce temps, l’Administration n’a tenu aucun compte de la parole de M. le Procureur Général et les abus se commettent de plus en plus.J’ose croire, Monsieur le Ministre des Colonies, que vous interviendrez en notre faveur, il est assez pénible pour nous d’être affligés par la maladie, sans être encore martyrisés par l’Administration qui nous laisse dans le dénuement le plus complet et la Médecine qui nous abandonne sans aucun soin.Veuillez agréer mes civilités respectueusesLe libéré 4ème 1ère 9344Louis Emile

Punition encourue par Emile Louis pour la lettre citée

Punition encourue par Emile Louis pour la lettre citée

40Né en 1878 à Luxeuil (Eure), Emile Louis est condamné le 2 août 1898 par la cour d’assises de la Haute-Saône à 8 ans de travaux forcés pour vols qualifiés.

41Il est libéré avec astreinte à résidence le 6 mai 1904. En 1910, il est jardinier fleuriste employé par la municipalité de Cayenne et demande au ministre de la Justice la remise de son astreinte à résidence, qui lui est refusée.

42« Classé aux lépreux » le 25 avril 1917, il écrit la lettre ci-dessus au ministre des Colonies, ce qui entraîne une enquête. Le Gouverneur de la Guyane Française se justifie auprès du ministre en ces termes :

« ce condamné avait déjà saisi le 28 Février dernier le Directeur de l’Administration pénitentiaire d’une réclamation identique à la suite de laquelle [...] le plaignant a été traduit devant la Commission disciplinaire et puni de 15 jours de cachot pour allégations mensongères ; [...] Les déclarations du plaignant sont contraires à la vérité. A la léproserie de l’Ilot St-Louis, le nécessaire est fait par le personnel de la surveillance pour assurer dans les meilleures conditions possibles la délivrance des vivres et autres objets destinés aux malades qui y sont internés. » Et il propose de faire traduire à nouveau Emile Louis devant la Commission disciplinaire pour « déclarations reconnues mensongères après enquête, à l’égard du Personnel de l’Administration Pénitentiaire dans une lettre adressée au Département. »

43Emile Louis est décédé à l’îlot Saint Louis le 23 janvier 1921.

Etat nominatif du transporté Gustave Besnard, proposé pour l’internement aux îles du Salut (1903)

Etat nominatif du transporté Gustave Besnard, proposé pour l’internement aux îles du Salut (1903)

Saint Joseph le 20 octobre 1907Besnard Gustave24138

Monsieur le Ministre

Je vous écris ces quelques lignes, c’est pour porter à votre connaissance les abus qu’il se fait à la Guyane dont je suis victime depuis plusieurs années ; étant impotent, envoyé au Camp des Impotents les Hattes en janvier 1905 et là on commence à me chercher des noises, on ne veut pas me donner la chaussure dont j’avais droit, tandis que l’on en donnait à tous mes codétenus ; donc comme il fallait aller faire la tâche pieds nus dans la forêt pleine d’épines et de palmiers gouera [goviera ?]et faire la tâche plus forte que les hommes valides des chantiers forestiers, donc j’ai était obligé d’abandonner le chantier et [de] me rendre à Saint Laurent du Maroni pour me plaindre des abus que l’on me faisait car j’avais écrit plusieurs fois, c’était sans résultat.Donc je suis parti et pour cette escapade, l’on m’a condamné à 5 ans de travaux forcés et interné aux Iles du Salut à la Catégorie B car étant de cette catégorie ne peuvent profiter d’aucune faveur de l’administration. Après s’être estropié et [avoir] travaillé pendant 18 ans pour elle, donc voilà l’élargissement et l’amélioration des travaux forcés aux colonies ; au lieu de remettre l’homme au bien, l’on l’excite à mal.A présent ne pouvant plus travailler, l’on m’enferme constamment jour et nuit dans une case sans sortir une minute que pour les appels, même pas un instant prendre l’air tandis qu’un puni de cellule Réclusion ou Emprisonnement a droit une heure par jour prendre l’air tandis [qu’] on n’a pas ce droit aux Iles du Salut comme au pénitencier des Hattes.Monsieur le Ministre, j’aurais à vous réclamer contre Monsieur le Commandant des Iles du Salut pour des prescriptions médicales qu’il n’a pas voulu que l’on me donne quoique prescrit par les docteurs à la date [du] 12 Septembre 1905, c’était un litre de lait chaque jour d’une visite à l’autre pour une diarrhée dont j’étais en traitement et que fait traîner depuis plus d’un an faute de médicament ; s’il fallait vous faire la description des médicaments à chaque visite que je n’ai jamais touché, ça serait beaucoup trop long quoique j’en aie les notes.Monsieur le Ministre, pour couper court et à toutes ces souffrances tant physiques que morales, j’aurais une faveur à vous demander, c’est pour des maladies incurables et même contagieuses donc je suis classé impotent pour l’éléphantiasis suivi de érésipèle et en même temps d’une maladie de peau l’hitchose dont je suis atteint depuis 3 ans. Donc je suis un objet de dégoût et d’horreur pour tous les condamnés valides qui le savent. Donc je ne puis pas touché un ustensile commun de la case sans recevoir des reproches sous peine d’insulte dont je suis victime à chaque instant.J’espère que vous prendrez Ma demande en considération, que vous me ferez mettre dan une case que d’impotents ou me faire mettre aux incurables, comme c’est mon doit pour ces maladies incurables dont je suis atteint car certains docteurs ont voulu m’envoyer aux incurables, le Directeur s’est opposé en m’envoyant aux Iles du Salut car à la Guyane, les docteurs prescrivent mais les administrateurs disposent ou le donnent bon leur fait plaisir.Comme dans les hôpitaux, comme sur un camp ne font que prescrire et ne peuvent donner. J’ai réclamé Monsieur le Procureur Général et à Monsieur le Gouverneur et qu’étant là l’on s’empresse de leur dire de leur promettre et une fois partis rien comme l’on m’a fait à moi et à beaucoup d’autres.Je termine quoi que j’aurais beaucoup d’autres choses à dire.Le Transporté Besnard Gustave24138

44Cette réclamation entraîne une enquête suivie d’un rapport du Commandant des Iles du Salut qui « réduit à néant les allégations du condamné. »

Gustave Besnard écrit à nouveau :

Les Iles du Salut le 26 Octobre 1911

Monsieur le Ministre

J’ai l’honneur de venir vous solliciter la demande de Porte-clef car étant vieux et ayant été blessé dans les travaux de l’administration et aujourd’hui étant impotent ne pouvant plus travailler et je crois que je pourrais faire ce travail, monter les gars dans la place des surveillants. Là je pourrais avoir mes 2 ou 3 gratifications par jour tandis que les forts travaux en touchent une par jour ou 2 par semaine, quoi qu’il y en a de ma catégorie de 3ème classe qui remplissent ces fonctions qui sortent de réclusion et de maison d’aliénés, mais moi j’ai mes facultés mentales. Car aux Iles du Salut, il y a les préférés et les non préférés, les préférés qui couchent sur un hamac quoique de 3ème classe, mais moi je ne suis pas de ce nombre.Quoique impotent, il me faut traîner un cabrouée du matin au soir et sans chaussures depuis plusieurs mois que j’ai droit à des souliers tandis que mes codétenus en touchent tous les 4 mois d’après les règlements.Monsieur le Ministre, tandis qu’il y a des hommes valides qui font l’ouvrage que les impotents pourraient faire, tel que balayeur, pêcheur, du personnel ou de l’hôpital, tel que garçon de famille chez les surveillants pour laver, repasser et faire la cuisine et beaucoup d’autres emplois de ce genre.Dans l’attente d’une réponse favorable, je vous présente, Monsieur le Ministre, l’hommage de mon profond respect.Besnard Gustave Jules Marie

24138

45Gustave Besnard, cultivateur, né le 26 mars 1862 à Nozay (Loire-Inférieure) est condamné le 25 septembre 1889 par la cour d’assises du Morbihan à 12 ans de travaux forcés pour vols qualifiés. Il est condamné ensuite à de multiples reprises en cours de peine, pour vol et surtout pour évasion.

Le gouverneur de la Guyane, qui répond au ministre des Colonies, écrit le 12 mars 1912 :

 Vous m’avez transmis pour renseignements la lettre ci-jointe par laquelle le transporté de la première catégorie BESNARD (Gustave Jules Marie) N° M le 24138, demande un emploi de porte-clés et se plaint de ne pas recevoir de chaussures.

J’ai l’honneur de vous faire connaître que le pétitionnaire est un coutumier d’évasion qui, de 1892 à 1909 a encouru dans la colonie six condamnations d’une durée globale de vingt et une années. [...] il ne saurait donc obtenir un emploi de porte clés alors qu’il a besoin lui-même d’être très étroitement surveillé. Quant aux chaussures, il a reçu, le 30 octobre dernier, la paire de souliers en toile dont la délivrance avait fait l’objet d’une prescription médicale. »

Gustave Besnard est décédé aux Iles du Salut le 24 janvier 1915.

46Cet exemple confirme l’obsession tatillonne du détail qui est une caractéristique de l’administration du bagne. Même si la réponse est presque systématiquement une fin de non-recevoir, elle est toujours circonstanciée et motivée.

47Autre fait notable, le courrier suit immanquablement et rigoureusement la même procédure administrative, avec les différentes transmissions pour avis et pour attribution, qui font remonter la réclamation jusqu’au ministère des Colonies à Paris en passant par la voie hiérarchique de l’Administration pénitentiaire et des services du Gouverneur à Cayenne et revenir ensuite par le même chemin, comme en témoignent les bordereaux d’envoi et les rapports soigneusement conservés dans les dossiers individuels.

48La vie des libérés n’est pas plus facile : ils sont en effet livrés à eux-mêmes dans un pays où la main d’œuvre pénale, quasiment gratuite, est inépuisable. Tant qu’ils sont soumis à l’astreinte à résidence, ils n’ont pas d’autre choix pour survivre que d’essayer de trouver un emploi malgré tout, mais quand ils sont enfin libres de leurs mouvements, le choix reste tout aussi limité, puisque le droit de rentrer au pays n’est pas assorti d’un passage gratuit pour la métropole et qu’ils ont très rarement les moyens de le payer. Comment auraient-ils pu économiser la somme sur leur maigre pécule de condamné ?

49La lettre de Jules Eugène Marc décrit la situation des libérés astreints à résidence en Guyane.

Ile St Joseph le 3 décembre 1907

Le transporté 31156 Marc Jules Eugène,

à Monsieur le Ministre de la Justice. Paris.

Monsieur le Ministre,

J’ai l’honneur d’appeler votre bienveillante attention, sur la situation misérable réservée aux condamnés aux travaux forcés à temps, le jour de leur libération.Ces malheureux, qui par hasard, arrivent à subir la peine à laquelle ils ont été condamnés, n’ont d’autre alternative lorsque l’Administration les met à la porte du bagne, qu’à aller mendier ou à commettre d’autres méfaits pour échapper à la misère noire qu’ils ont en perspective.Je m’étonne beaucoup, Monsieur le Ministre, que nos jurisconsultes français dont les lois si belles et si humanitaires ont été à l’envie copiées par tous les peuples du monde entier, aient laissé subsister une pareille lacune sans avoir cherché les moyens de la combler.Je n’ai pas besoin, Monsieur le Ministre, de vous détailler les articles du Code, qui sont très formels à ce sujet. Néanmoins, permettez-moi de vous citer ceux concernant particulièrement les transportés libérés : « Quiconque, condamné aux travaux forcés à temps, et dont la peine n’excèdera pas 7 ans, pourra après avoir doublé la peine à laquelle il a été condamné et s’il dispose des moyens nécessaires, rentrer en France. »Le deuxième dit ceci : « Tout individu condamné à huit années de travaux forcés, sera, à l’expiration de sa peine, astreint à la résidence perpétuelle dans la colonie. »Je suis dans ce cas-là. Condamné par la Cour d’assises du Nord, le 31 juillet 1900 à 8 ans de travaux forcés, je suis donc par le fait même de ma condamnation, appelé à rester dans ce pays pour le restant de mes jours.Pour mon compte personnel, je ne sais pas trop si j’arriverais aux portes de la libération, il résulte un fait certain et logique, c’est que, pendant toute ma détention, j’ai cherché le plus que j’ai pu à secouer le joug qui me tient enchaîné et que, d’autre part, je suis, par l’administration, classé dans la catégorie des gens dont il n’y a plus rien à attendre. Je n’hésiterais pas un seul instant à fouler aux pieds une loi que je ne reconnais pas, car estimant que j’ai suffisamment payé ma dette à la société ; je ne vois pas pourquoi je resterais dans un pays meurtrier, alors qu’en France, j’ai toute une famille qui m’attend depuis dix ans.Pour en revenir à ce que je vous disais plus haut, voici quelle sera ma situation au cas où je viendrais à être libéré : Le jour de ma levée d’écrou, l’administration commencera par m’enlever tous mes effets pénaux, ne me laissant que le linge de corps m’appartenant, ensuite, l’on me conduira au service intérieur où l’on me délivrera mon livret de libération avec l’éternel refrain : « Débrouillez-vous, vous êtes libre ! » Me voilà donc sur le pavé sans un sou vaillant, car vous savez comme moi que le règlement défend d’avoir de l’argent pendant le cours de la détention. Après avoir erré dans le village, sentant déjà les atteintes de la faim, je me fouille mais en vain, rien, pas un centime, (Notez qu’à ce moment-là, je suis animé de bons sentiments, je veux racheter mon passé par le travail).N’apercevant aucune figure de connaissance, je me décide à tenter une démarche auprès du Directeur qui, pendant la durée de ma détention, a remplacé ma famille. Ce haut fonctionnaire après m’avoir écouté patiemment, lui demandant quelque subside pour pouvoir attendre des temps meilleurs, me répondra certainement comme à tous ceux qui sont allés le voir : « Je vais vous faire un bon, vous irez toucher la ration sur le camp pendant un mois. »N’est-ce pas honteux, Monsieur le Ministre, comment, j’aurais travaillé pendant huit longues années, supportant toutes sortes d’affronts et d’humiliations et le jour de ma libération, l’on viendra me proposer de gaieté de cœur et le sourire aux lèvres, de reprendre ma place dans l’enfer que je viens de quitter le matin même ? Non, c’est trop fort, je ne puis pas admettre que l’Etat ait ordonné une pareille chose. Quoique flétri par une condamnation infâmante, je n’en suis pas moins citoyen français et notre beau pays a trop d’institutions humanitaires pour ne pas avoir prévu ce cas. J’ai tout lieu de croire qu’une certaine somme d’argent doit être votée annuellement pour les transportés libérés, mais qu’on ne nous la donne pas. Les quelques commerçants qu’il y a à Saint-Laurent ne peuvent pas employer tout le monde, d’autre part, la commune pénitentiaire vous embauche à un prix dérisoire, rebuté de tous les côtés, crevant la faim, l’accès de la capitale (Cayenne) m’étant interdit pour dix ans, je n’ai plus que deux choses en perspective : ou m’évader ou m’embusquer le soir au coin d’une rue et assommer le premier passant venu pour le dévaliser et pourvoir assouvir ma faim. N’est-ce pas épouvantable ? Voilà pourtant où en sont réduits les transportés libérés, après 5, 6, 7, 8, 10 et quelquefois 15 ans de bagne.Les pénitenciers et le village sont pleins de malheureux libérés, malades, à la figure étiolée et n’ayant qu’un souffle de vie. Pour quelques-uns d’entre eux, ce n’est pas admissible, car libéré en pleine force, ils auraient pu se débrouiller, comme disent les administrateurs et tenter de chercher à fuir plus loin ou retourner sur les bancs de la cour d’assises. Mais, à côté, combien est grand le nombre de ceux qui sont libérés, infirmes ou malades, pour ceux-là qui sont de vrais miséreux, ne pourrait-on pas faire quelque chose ? Voilà des hommes qui ne peuvent pas travailler et qui en sont réduits à la mendicité. Quoique forçat, j’ai encore des sentiments humains, mon cœur s’émeut à la vue de ces malheureux, abreuvés de sarcasmes et d’insultes par les transportés en cours de peine, venir chercher la ration normale à la cuisine du camp ! C’est horrible ! C’est épouvantable ! Nul ne peut dire ce qu’une pareille existence a de dégradant et de honteux quand on songe que beaucoup de ces gens-là pourraient être en France à l’heure actuelle, si on leur avait tendu la main à leur sortie du bagne.Ne pourrait-on, Monsieur le Ministre, à l’instar de ceux de France, créer un asile assurant au transporté libéré les soins nécessaires en attendant qu’il puisse se suffire à lui-même. C’est cela qui ferait l’objet d’une belle interpellation à la Chambre. Le nom de l’homme généreux qui ferait cela serait béni par touts les malheureux arrachés à la voie du vice et remis dans le bon chemin. Cette mesure utile et humanitaire serait bien plus profitable ici en Guyane que tous ces impôts chimériques que l’on vote journellement et qui n’ont rien de commun avec notre situation misérable, car si beaucoup de transportés sont complètement corrompus, il en est encore parmi tous ces malheureux que la sévérité des lois a confondus dans un odieux pêle-mêle, il en est encore, dis-je, qui sont dignes de pitié et c’est pour ceux-là surtout que j’implore votre appui.C’est avec une entière confiance que vous prendrez ma demande en considération, que je vous prie, Monsieur le Ministre, d’agréer l’expression de mon profond respect.

31156 Marc Jules EugèneIle St Joseph (Iles du Salut)

50Jules Eugène Marc est menuisier, sans domicile fixe et âgé de 32 ans lorsqu’il est condamné par la cour d’assises du Nord le 30 juillet 1900 à 8 ans de travaux forcés pour incendie volontaire de récolte.

51Il est libéré avec astreinte à résidence le 9 mai 1909 mais aussitôt réintégré à la transportation à cause d’une condamnation encourue en cours de peine et ne retrouve la liberté que le 9 mai 1911.
Le gouverneur de la Guyane, à qui le ministre des Colonies a transmis sa lettre, lui fait répondre le 30 juillet 1908 : « que l’asile dont il s’agit existe déjà : il est établi aux Hattes, à l’embouchure du fleuve Maroni. Sur cet établissement créé par décision en date du 6 septembre 1858, et qui est en même temps un sanatorium, les libérés sans ressources sont pris en subsistance quand ils le demandent.

52Mais l’obligation de se courber à la discipline, même la moins rigide, les menus travaux à faire, l’éloignement relatif de centres libres habités, l’impossibilité de vagabonder et de marauder à l’aise, tout cela représente pour les asilés une sujétion intolérable.

53Bon nombre d’entre eux, besogneux et indigents, refusent de se rendre à l’asile des Hattes ; d’autres y séjournent quelque temps, partent et reviennent pour y trouver le vivre.

54Dans ces conditions, j’estime que la requête du transporté Marc reçoit déjà satisfaction. ».

55Marc revient à la charge à plusieurs reprises en 1908 et 1909 si bien que le ministre des colonies le fait informer que ses lettres « ont été purement et simplement classées à son dossier. » « Il y aura lieu de le faire aviser en outre que le Département ne répondra plus à l’avenir aux requêtes qu’il pourrait formuler dans le même sens. »

56Jules Eugène Marc est décédé à Saint-Laurent le 25 juillet 1927.

57Dernier exemple de la vie des libérés, mais en Nouvelle-Calédonie cette fois, ce qui permet de constater que si certains ont pu croire que la vie était plus facile dans ce territoire qu’en Guyane, ce n’est pas toujours le cas.

Plan des concessions pénales. Pouembout. Section de Koniambo

Plan des concessions pénales. Pouembout. Section de Koniambo

Détail du plan précédent. La concession Schuppe est au n° 6

58La femme d’Auguste Schuppe se plaint de la dureté de la vie des concessionnaires agricoles quand la terre qui leur a été attribuée est de mauvaise qualité.

Calédonie Koniambo le 1er décembre 1887

A Monsieur le Ministre de la Marine et des Colonies à Paris

  • 2  Sous-sol moins dur que la pierre, mais dans lequel la charrue ne peut pas pénétrer.

C’est avec un amer regret qu’une pauvre mère de famille porte une plainte à Mr le Ministre, et le supplie de lui faire rendre justice. Cette famille est partie de Lyon, pour embarquer à Bordeaux le 31 mars 1885, à bord du Marseille pour rejoindre son mari en Nouvelle Calédonie. Arrivée à destination, c’est-à-dire à Koniambo le 12 août, où le mari était en concession depuis le 19 juillet, et qui n’avait encore que son couteau dans sa poche pour faire sa maison, nous voilà tous à la belle étoile, je demande à mon mari comment il nous recevait dans une pareille situation ; mon mari me dit, je n’ai pas d’outils, j’ai demandé au chef de centre Mr Masson une hache à prêter, appartenant aux travaux du Camp, pour construire un abri, on lui avait refusé, ce n’est que le lendemain de notre arrivée qu’on lui a délivré des outils.Je demandai à mon mari pourquoi on lui refusait ces services.Voilà me dit-il j’ai refusé cette concession, il n’y a pas de terre, c’est du tuff 2, nous sommes tous perdus, l’on m’a trompé, l’on nous a fait tirer au sort avec une dizaine de numéros dans un chapeau, et je viens d’apprendre qu’il y a 49 concession de délimitées, on réservait donc les bonnes concessions pour les hommes célibataires du camp, en effet les célibataires mis en concession après nous ont eu la faculté de choisir leurs lots, on leur a donné 4 journées pour choisir ; les familles, telles que, Troussier, Barada, Guazingel et nous, Schuppe, nous avons tiré au sort, voilà le commencement de notre malheur.De là, il fut accordé 4 mois de vivres aux enfants. Les trois premiers mois, ils n’ont touché que le pain et la viande, tous légumes secs, tels que haricot, riz, sel, café, sucre, huile, vinaigre, tout a été perdu, il n’ont rien touché et ce n’est que le 4ème mois qu’ils ont touché ce qui leur venait de droit, mais les 3 premiers mois ont été perdus.Les enfants du même convoi appartenant au centre de Pouembout [ont] touché tout au complet, à Koniambo il [n’]y a pas de justice possible, c’est pourquoi je supplie Monsieur le Ministre, de vouloir bien nous accorder sa faveur, afin d’améliorer notre triste position.Au passage du Centre de Koniambo sous les ordres de Mr le Commandant de Pouembout, Mr Calbotier vint visiter notre concession, demande à mon mari, si c’était là sa concession, s’il était marié, s’il avait des enfants et sur la réponse affirmative de mon mari, le commandant nous déclara que nous étions des malheureux, que jamais nous ne pourrions vivre là-dessus, disant « il est même inutile d’essayer à la cultiver », que rien n’y pourrait venir, et nous dit de faire une demande de changement par écrit, par la même occasion mon mari voulut réclamer pour les vivres de ses enfants, disant qu’on leur avait accordé 4 mois de vivres et qu’ils n’avaient touché qu’un mois complet.Depuis cette époque, une haine s’est élevée contre le père de cette famille et elle est plongée dans le malheur, ils ont fait demande sur demande pour changer leur terrain sans jamais rien obtenir, ils ont essayé trois récoltes consécutives, tout a complètement échoué, pas un malheureux épi de maïs.Moi, voyant les mois et les années s’écouler, bientôt plus de vivres, mon mari qui dépensait l’argent de sa masse pour acheter des vivres pour ses enfants et qu’il ne gagnait pas un centime. Le mari est libéré sans surveillance, me voyant abandonnée par l’administration pénitentiaire, je voyais que toute la famille était perdue et je me décidais d’écrire à Mr le Directeur de l’Intérieur pour demander à mon nom un lot de terrain de forêt à Koné, soit à titre d’achat, soit à titre gratuit, pour moi et mes enfants, mon mari est libéré, il la cultiverait pour gagner notre pain.Cinq demandes par écrit sont restées sans réponse.Le 10 juin 1887, lors du passage de Mr le Gouverneur à Koné, j’ai remis une demande de terrain en expliquant notre triste situation, cette demande était appuyée par M. les autorités de Koné qui certifient la bonne conduite de cette famille et qui priaient Mr le Gouverneur de vouloir bien nous faire accorder le lot que nous demandions, attendu que nous avions notre fille mariée et établie à Koné, qui certifie en outre la mauvaise qualité de notre terrain actuel. Cette demande a été remise à Mr le Gouverneur par la voie du sous-officier de service au fort de Koné où Mr le Gouverneur prit son repas.Cette demande est encore restée sans réponse. 4 mois plus tard, c’est-à-dire au mois d’octobre 1887, Mr le Directeur de l’Administration pénitentiaire vint visiter les concessions à Koniambo ; arrivé dans notre concession, Mr l’inspecteur s’adressant au directeur, dit : « lors de mon dernier passage, il y avait du maïs dans cette concession mais il n’était pas beau ». Mr le Directeur parcourt des yeux cette concession qui n’est qu’une montagne de tuff, et dit à mon mari : « vous avez essayé de planter » ; mon mari dit ce que 20 fois il avait écrit dans ses demandes de changement : « j’ai essayé 3 récoltes différentes, j’ai perdu mes peines et mes semences.Le Commandant qui veut perdre cette famille, tranchant toutes questions, dit : « cet homme est un réclamant, il ne fait que d’écrire pour changer son terrain, et toutes ses demandes sont fausses, je lui ai donné un lot provisoire ». Ce que le Commandant ne dit pas, c’est que ce lot ne contient pas un demi hectare et qu’il est impossible de vivre même une personne seule. Seulement le Commandant ajoute : « il est libéré depuis un an, il a encore 4 ans à faire avant d’être propriétaire, d’ici là, on a le temps de lui donner une concession définitive ». En ma présence, le Directeur dit à mon mari : « je vois votre situation mais je ne peux rien faire pour vous ». Mon mari voulut expliquer qu’il n’avait bientôt plus de vivres et pas de moyen d’existence, ce fut inutile.Comment l’Administration pénitentiaire ne peut rien faire, le Directeur de l’intérieur ne répond pas aux demandes, alors j’ai fait six milles lieux pour mourir de faim au coin d’une brousse avec mes enfants.Si par ce moyen, on oblige le mari de se rendre sur le banc des accusés pour donner du pain à sa famille, puisque on lui sort la possibilité de le gagner, ne lui accordant pas du terrain, lui permettant de se nourrir par le travail, le Commandant qui l’aura perdu, viendra-t-il défendre sa cause, non.Je supplie Mr le ministre de nous accorder sa protection, et je me jette à vos pieds en suppliant votre bonté et votre bienveillance de me faire accorder le lot de terrain demandé, il est borné d’un côté par la route de Koné à Pouembout d’un 2ème par la concession Fallon, d’un 3ème par la route de Foé, d’un 4e par la plaine de Poingindy, ce terrain appartient aux Domaines, nos vivres finissent au mois de janvier 1888 et nous sommes sans moyen d’existence. J’ai l’honneur d’être, avec un profond respect, Monsieur le Ministre, Caroline Jullian, femme Schuppe, concessionnaire à Koniambo, Nouvelle Calédonie.

59Le 24 décembre 1878, Auguste Schuppe a été condamné par la cour d’assises du Rhône à 8 ans de travaux forcés pour vol et sa femme née Caroline Julliand à 3 ans d’emprisonnement pour complicité de vol.

60Emprisonnée à la Maison centrale de Montpellier, celle-ci demande au ministre de la Marine l’autorisation d’aller rejoindre son mari en Nouvelle-Calédonie avec ses deux filles, Jeanne et Caroline. Libérée le 24 décembre 1881, elle bénéficie en 1885 d’un passage gratuit pour la Nouvelle-Calédonie.

Fiche pénale d’A. Schuppe

Fiche pénale d’A. Schuppe

61Auguste Schuppe, mis en concession à Koniambo le 19 juillet 1885, est libéré avec astreinte à résidence le 28 décembre 1886. A la suite de la réclamation de son épouse, le gouverneur de la Nouvelle Calédonie répond au ministre de la Marine et des Colonies qu’il a « prescrit à Mr le Directeur de l’Administration pénitentiaire de faire procéder à une enquête sur les allégations de la femme Schuppe. »

62Le dossier se clôt avec cette correspondance et ne mentionne ni le résultat de l’enquête ni la suite donnée. Le registre matricule précise seulement que Schuppe a été déchu de sa concession le 19 juillet 1888.

63On peut en conclure que sa femme n’a pas obtenu gain de cause, supposition confirmée par une dernière trace d’Auguste Schuppe retrouvée dans l’état civil de la ville de Nouméa : le 14 avril 1896, il déclare le décès de son petit-fils et l’acte précise qu’il est âgé de 57 ans et exerce la profession de pêcheur.

64Ces quelques lettres représentent une infime partie du corpus encore largement inexploré des correspondances personnelles et familiales conservées dans les dossiers de l’Administration pénitentiaire coloniale, correspondances qui ont fait pour la première fois l’objet d’une publication par les Archives nationales d’outre-mer en 2007, sous le titre « Lettres du bagne ».

Haut de page

Bibliographie

Sources

Etablissements pénitentiaires coloniaux - série Colonies H - Répertoire numérique. - Paris : Archives nationales, 1990.

Dossiers individuels :

FR CAOM COL H 1313/ Mollière
FR CAOM COL H 698/ Graglia
FR CAOM COL H 1384/ Louis
FR CAOM COL H 1343/ Besnard
FR CAOM COL H 1386/ Marc
FR CAOM COL H 1324/ Schuppe
FR CAOM COL H 1545/ François

Orientations bibliographiques

Publications Officielles

Notice sur la transportation à la Guyane et à la Nouvelle-Calédonie, 1866-1884
Bulletin officiel de la transportation à la Guyane, 1881-1891

Notice sur la relégation, 1884-1900

Notice sur la déportation à la Nouvelle-Calédonie, 1873-1877

Bulletin officiel de la relégation en Nouvelle-Calédonie, 1887-1888

Bulletin officiel de la transportation en Nouvelle-Calédonie, 1881-1888

Ouvrages généraux

Pierre (Michel). - Bagnards. La terre de la grande punition, Cayenne 1852-1953. - Paris : Autrement, 2000.

Donet-Vincent (Danielle). - De soleil et de silences : histoire des bagnes de Guyane. - Paris : La Boutique de l’Histoire, 2003.

Barbançon (Louis-José). - L’archipel des forçats : histoire du bagne de Nouvelle-Calédonie (1863-1931).- Lille : Presses universitaires du Septentrion, 2003.

Clair (Sylvie). - Terres de bagne. Le bagne en Guyane et en Nouvelle-Calédonie (1852-1953) : exposition organisée au Centre des Archives d’outre-mer. Aix-en-Provence, 1990.

Le Clère (Marcel). - La vie quotidienne dans les bagnes. - Paris : Hachette Littérature, 1973

Michelot (Jean-Claude). - La guillotine sèche : histoire du bagne de Cayenne. - Paris : Fayard, 1981.

Baronnet (Jean) ; Chalou (Jean). - Communards en Nouvelle-Calédonie : histoire de la déportation. - Paris : Mercure de France, 1987.

Pérennès (Roger). - Déportés et forçats de la Commune : de Belleville à Nouméa. - Nantes : Ouest Editions, 1991.

Mailhé (Germaine). - Déportation en Nouvelle-Calédonie des Communards et des révoltés de la Grande Kabylie (1872-1876). - Paris : L’Harmattan, 1994.

Donet-Vincent (Danielle). -La fin du bagne (1923-1953) - Rennes : Editions Ouest-France, 1992.

Krakovitch (Odile). - Les femmes bagnardes. - Paris : Olivier Orban, 1990

Larique (Marius). - Dans la brousse avec les évadés du bagne. - Paris : Gallimard, 1933

Le Boucher (L.) - Ce qu’il faut connaître du bagne. - Paris : Boivin et Cie, 1930

Londres (Albert).- Au bagne. - Paris : Albin Michel, 1932

Rousseau (Docteur Louis). - Un médecin au bagne. - Paris : Editions Armand Fleury, 1930

Témoignages de bagnards

Dieudonné (Eugène). - La vie des forçats. - Paris : Gallimard, 1930

Liard-Courtois. - Souvenirs du bagne. - Paris : Fasquelle, 1903

Messager (Henri).- Lettres de déportation. - Paris : Sycomore, 1979

Cron (Camille). - Souvenirs amers : mémoires de Camille Cron, déporté de la Commune en Nouvelle-Calédonie. Paris : Mercure de France, 1989

Ozéré (Théodore). - Carnets et lettres d’un déporté de la Commune à l’île des Pins (1871-1879). Nouméa : Société d’études historiques de Nouvelle-Calédonie, 1993

Dalotel (Alain). - De la Chine à la Guyane : mémoires du bagnard Victor Petit (1879-1919). - Paris : La boutique de l’Histoire, 1996

Rochefort (Henri). - De Nouméa à Newcastle : récit de son évasion (1874). - Boulogne-Billancourt : La Petite Maison, 1997

Allemane (Jean).- Mémoires d’un Communard. - Paris : La Découverte, 2001

Lettres du bagne. Collection Histoires d’outre-mer. Coédition Archives nationales d’outre-mer - Images en Manœuvres Editions, 2007.

Pour une bibliographie plus complète, voir en particulier les bibliographies établies par Michel Pierre, Danielle Donet-Vincent et Louis-José Barbançon dans les ouvrages cités ci-dessus.

Haut de page

Notes

1  C’est-à-dire en détention préventive, en attendant de comparaître devant le Conseil Maritime Spécial, juridiction chargée de juger des crimes et délits commis par les condamnés en cours de peine.

2  Sous-sol moins dur que la pierre, mais dans lequel la charrue ne peut pas pénétrer.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Lettre de Louis Mollière
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/183/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Pénitencier de Cayenne
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/183/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre La prison Saint-Joseph
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/183/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Lettre de Baptiste Graglia
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/183/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/183/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/183/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Etat des punitions disciplinaires d’Emile Louis
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/183/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Punition encourue par Emile Louis pour la lettre citée
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/183/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Etat nominatif du transporté Gustave Besnard, proposé pour l’internement aux îles du Salut (1903)
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/183/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Plan des concessions pénales. Pouembout. Section de Koniambo
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/183/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
Titre Fiche pénale d’A. Schuppe
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/183/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Taillemite, « La vie au bagne », Criminocorpus [En ligne], Les bagnes coloniaux, Articles, mis en ligne le 01 janvier 2008, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/183

Haut de page

Auteur

Hélène Taillemite

Hélène Taillemite a été, de 2001 à 2007, responsable des archives de l’Administration pénitentiaire coloniale aux Archives nationales d’outre-mer à Aix-en-Provence. À ce titre, elle a coordonné la réalisation d’une base de données des dossiers individuels des condamnés (plus de 100 000 dossiers répertoriés à ce jour). C’est ainsi qu’elle a été amenée à s’intéresser aux correspondances personnelles qu’ils contiennent. Elle est l’auteur - avec Isabelle Dion pour l’iconographie - du volume Lettres de bagnards publié par les ANOM et les Éditions « Images en Manœuvres » en 2007, dans la collection « Histoires d’outre-mer ».

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page