Navigation – Plan du site
Répressions politiques en situation de guerre

Internement, emprisonnement et guerre d’indépendance algérienne en métropole : l’exemple du camp de Thol (1958-1965)

Arthur Grosjean

Texte intégral

Photographie aérienne du camp de Thol

Photographie aérienne du camp de Thol

Archives du Cabinet du Préfet de l’Ain, AD de l’Ain, 777W13

1Le camp de Thol offre l'avantage d'illustrer les étapes successives de l'enfermement utilisé comme un moyen de répression contre les nationalistes algériens puis contre les activistes de l'OAS pendant et après la guerre d'indépendance algérienne.
À la fin de l'année 1958, ce camp militaire localisé dans l’Ain a en effet été transformé en Centre d'Assignation à Résidence Surveillée (CARS) par le ministère de l’Intérieur aux fins d’interner des centaines d’Algériens (Français Musulmans d’Algérie) soupçonnés d’appartenir au FLN ou de lui apporter leur soutien sans pour autant que la police ait pu établir leur culpabilité de façon certaine. Au printemps 1961, après la dispersion des indépendantistes vers d'autres camps, on y a brièvement placé des personnalités ultras auxquelles s'appliquaient les mesures d'exception décidées après le putsch manqué des généraux. À la fin de la même année 1961, l'enceinte passe sous l’autorité du ministère de la justice, et devient un centre pénitentiaire. Les prisonniers sont d'abord des condamnés du FLN bientôt vite rapatriés vers l'Algérie, puisque la guerre prend fin. Ils sont remplacés par des activistes de l'OAS condamnés à de courtes peines. Indépendantistes et activistes bénéficient de régimes d'incarcération spéciaux.

L’internement administratif

La lutte pour l’indépendance de l’Algérie étendue à la métropole

  • 1 Haroun (Ali), La 7e wilaya-La guerre du FLN en France 1954-1962, Paris, le Seuil, 1986.
  • 2 Voir l’exemple de ces étudiants algériens lyonnais indépendantistes acquittés ou condamnés à de trè (...)
  • 3 Courrier du Ministre de l’Intérieur, Service de l’Assignation à résidence, aux Préfets, 8 octobre 1 (...)
  • 4 Thénault (Sylvie), Une drôle de justice, Les magistrats dans la guerre d’Algérie, Paris, La Découve (...)

2Durant l’année 1957, il devient de plus en plus évident pour les autorités françaises que la guerre d’Algérie se joue aussi sur le territoire métropolitain. Le contrôle de la population des travailleurs algériens, de plus en plus acquise à la cause de l’indépendance, est en effet devenue un enjeu majeur pour le FLN, et dans une moindre mesure pour le MNA1.
La police au sens large du terme (« DST, RG, PJ ») et les autorités préfectorales chargées de la répression des mouvements nationalistes algériens s’aperçoivent trop souvent à leur goût que les mesures légales dont elles disposent ne sont pas opérantes contre des individus arrêtés soupçonnés d’être des militants, des collecteurs de fond, des chefs de kasma, de sections, de groupes ou de cellules des organisations clandestines2. On ne parvient que rarement à rassembler contre eux les preuves directes ou indirectes débouchant sur des inculpations, des jugements, et des condamnations, malgré les « interrogatoires poussés des FMA » arrêtés mentionnés par le Ministère de l’Intérieur.3 Avant 1957, les autorités recourent donc souvent à des artifices en expulsant vers l’Algérie les nationalistes qu’elles ne peuvent déférer. Arrivés sur l’autre rive de la Méditerranée, les suspects peuvent être arrêtés et internés en vertu de l’état d’urgence et des pouvoirs spéciaux4.

L’internement, une mesure prise pour pallier le manque de preuves rassemblées contre les militants nationalistes

  • 5 Thénault (Sylvie), « L'internement en France pendant la guerre d'indépendance algérienne », Matéria (...)
  • 6 Ordonnance n°58-916 du 7 octobre 1958 relative aux mesures à prendre à l’égard des personnes danger (...)
  • 7 Pour plus de détails : Blanchard (Emmanuel), « L'internement avant l'internement : commissariats, c (...)
  • 8 Archives Départementales du Rhône (ADR), 703W11 et 703W2.
  • 9 Courrier du Ministre de l’Intérieur, Service de l’Assignation à résidence, aux Préfets, 8 octobre 1 (...)

3C’est dans ce contexte que la loi du 26 juillet 1957 étend au territoire métropolitain les pouvoirs spéciaux, votés en 1956 pour les départements algériens. Cette loi permet, entre autres, de maintenir des condamnés enfermés, même après l'expiration de leur peine et leur sortie de prison5. Ce texte est plus tard complété par l’ordonnance du 7 octobre 1958, mise en oeuvre après les premiers attentats perpétrés par le FLN en France, en août de la même année. Co-signée par le Garde des Sceaux et par le Ministre de l’Intérieur, cette ordonnance permet et définit l’internement administratif des « personnes dangereuses pour la sécurité publique, en raison de l’aide matérielle, directe ou indirecte, qu’elles apportent aux rebelles des départements algériens6 ». On peut donc désormais interner administrativement des militants nationalistes algériens, quelle que soit leur degré d'implication dans l'organisation FLN ou MNA, sans qu’ils aient été condamnés préalablement à une quelconque peine.
L’internement peut d’abord être décidé par les préfets pour une durée n’excédant pas quinze jours7. Les personnes arrêtées sont alors conduites dans des locaux de police (et non des établissements pénitentiaires), c’est à dire des « dépôts » ou des « centres de triages » (concrètement des commissariats, des casernes de CRS ou d'autres locaux de police8), « le but essentiel de cette mesure étant de donner à la police le temps nécessaire pour empêcher la fuite des intéressés, compléter ses enquêtes, rassembler les preuves suffisantes en vue de saisir la juridiction compétente9 ». Mais dans un délai de quinze jours, les dites preuves n’étant pas toujours rassemblées, et des soupçons continuant de peser sur la personne arrêtée, l’internement administratif peut être prolongé par arrêté ministériel sur proposition des préfets. Les personnes arrêtées sont alors dirigées vers des Centres d’Assignation à Résidence Surveillée (CARS) pour des durées indéterminées, dont la création et la gestion dépendent du ministère de l'Intérieur. « La mesure d’internement n’est pas une peine en soi et de ce fait ne requiert pas pour son application que soit obligatoirement prouvée la matérialité de l’aide directe ou indirecte. »

Plan du camp de Thol (1959)

Plan du camp de Thol (1959)

Archives du Cabinet du Préfet de l’Ain, AD de l’Ain, 777W13

  • 10 Idem.
  • 11 Dossier d’Abdelhamid Z., interné à Thol en janvier 1960, pour lequel la Commission recommande en av (...)
  • 12 Peschanski (Denis), La France des camps, l'internement 1938-1946, Paris, Gallimard, 2002.

4Un organe de contrôle des internements existe théoriquement puisqu’une commission de vérification des mesures de sécurité publique, composée en majorité de magistrats, peut visiter les CARS et donner son avis sur les mesures prises. Elle peut également se prononcer sur requête des assignés ou du ministre de l’Intérieur10. Les avis rendus par cet organisme en matière de libération des assignés ou d’assouplissement des mesures prises à l’encontre de suspects ont cependant un impact limité dans la mesure où les préfets à l’origine des internements, lorsqu’ils sont consultés par le ministère de l’Intérieur peuvent à leur tour émettre des avis très défavorables aux propositions de la commission, et ainsi y couper cours11.
L'internement administratif tel qu'il est conçu en 1958 relève donc de la logique d'exception propre aux périodes de guerre12. Il n'est pas destiné à perdurer. Mais il rétablit sur le sol métropolitain l'arbitraire de l'enfermement sur simple suspicion.

Un processus rapidement rodé

  • 13 Amiri (Linda), « La répression policière en France vue par les archives » in Stora (Benjamin) et Ha (...)
  • 14 Notices individuelles d’internement administratif, ADR, 703W2.

5Les notices individuelles d’internement administratif d’une trentaine d’assignés, consultées aux Archives du Rhône viennent confirmer à la lettre le processus policier et administratif tel qu’envisagé plus haut et déjà décrit dans son application par Linda Amiri à propos de la répression des militants parisiens retenus au centre d’identification de Vincennes13 : arrestation, le plus souvent lors de rafles préparées par la police, résidence surveillée au « centre de triage » sur arrêté préfectoral, absence de preuves tangibles pour un déferrement ou forte probabilité de non-lieu mais soupçons émanant d’informations données par des indicateurs, avis d’internement remontant la hiérarchie policière et administrative (commissaire, commissaire divisionnaire, Préfet, Ministère de l’Intérieur). Le Ministère finit alors par prendre un arrêté d’internement administratif notifié par procès-verbal à la personne arrêtée14.

  • 15 Notices individuelles d’internement administratif, ADR, 703W2. Pour plus d'exemples : Berbagui (Dal (...)

6Mohamed B. est ainsi interné du 8 au 22 novembre 1958 à la Sûreté urbaine de Lyon, rue Vauban, principal « centre de triage » de l’agglomération, réputé pour les tortures exercées sur les Algériens. Il n’a pas d’antécédents judiciaires, mais s’avère soupçonné d’être « chef de secteur, adjoint au chef de région et d’être en relation avec l’organisation spéciale instigatrice des attentats commis dans l’ensemble de l’agglomération lyonnaise ». Faute de preuves, mais « en raisons des fonctions au sein du FLN et de l’aide directe qu’il apportait aux terroristes algériens, le susnommé est dangereux pour la sécurité publique, et une mesure d’internement sur le plan national s’impose ». L’avis émis par le commissaire de police est suivi par le Ministère de l’Intérieur. Mohamed B est transféré à Thol le 1er décembre 1958 (notons au passage l’élasticité des délais que nous n’avons pu expliquer) 15.

  • 16 Lettre du Commissaire Divisionnaire-Commissaire principal au Préfet, 10 avril 1959, ADR, 703W11.
  • 17 Arrêté ministériel d’internement administratif du 28 avril 1959, ADR, 703W11.

7Les mesures d’internement peuvent parfois prendre un caractère massif : le 10 avril 1959, une rafle a lieu au petit matin dans les milieux FLN lyonnais. Quarante-deux personnes sont arrêtées et internées provisoirement au fort de Sainte-Foy-lès-Lyon, siège de la CRS 142 (cette caserne semble n’avoir été transformée en « centre de triage » qu’exceptionnellement). Le Commissaire divisionnaire signale alors au Préfet : « Malgré les minutieuses perquisitions auxquelles il a été procédé au domicile des intéressés, aucun élément matériel de nature à justifier des poursuites pénales n’a été relevé16 ». Un arrêté ministériel d’internement administratif du 28 avril 1959 envoie pourtant la plupart des personnes arrêtées au CARS du Larzac.17

Pourquoi un camp à Thol ?

  • 18 Vadenay (Marne), Thol (Ain), Saint-Maurice-l'Ardoise (Gard), le Larzac (Aveyron).
  • 19 Stora (Benjamin), « La politique des camps d’internement » in L’Algérie des Français, SD Charles-Ro (...)

8Le nombre de camps servant à l’internement administratif sur le territoire métropolitain demeure limité : quatre au total18. Cette rareté s’explique à la fois par des impératifs politiques (ne pas trop attirer l’attention de l’opinion publique) et budgétaires (Valéry Giscard d’Estaing, alors ministre du Budget aurait refusé de financer davantage d’infrastructures au coût de fonctionnement très élevé). Le ministère de l’Intérieur signale du reste dès 1958 que les mesures d’internement ne sont pas destinées à devenir massives, à la différence de celles pratiquées à la même époque sur le territoire algérien19.

  • 20 Rapport de F.G., ayant visité le CARS de Vadenay pour le cabinet du Préfet, 11 décembre 1957, ADR, (...)
  • 21 Télégramme du Préfet IGAME de la VIIIe Région aux préfets départementaux, 12 décembre 1957 et répon (...)
  • 22 Millet (Nicole), « Le camp de Thol de 1939 à nos jours », Bulletin municipal de Neuville-sur-Ain, n (...)
  • 23 Bernardot (Marc), « Être interné au Larzac. La politique d’assignation à résidence surveillée penda (...)
  • 24 Correspondances entre le Préfet de l’Ain, le Préfet de la VIIIe Région et le Ministère de l’Intérie (...)

9En décembre 1957, avant même la promulgation de l’Ordonnance du 7 octobre 1958, le Préfet-IGAME de la VIIIe Région (Lyon) demande à ses collègues des différents départements de chercher des lieux susceptibles d’accueillir de 500 à 1000 assignés, tout en envoyant certains de ses subordonnés étudier l’organisation du CARS déjà ouvert à Vadenay, dans la Marne20. Après des tergiversations (un terrain à Montluel, une vingtaine de kilomètres au nord-est de Lyon est d’abord évoqué par le Préfet de l’Ain)21, le choix se porte sur le camp militaire de Thol. La décision se comprend aisément : accessible car situé à une soixantaine de kilomètres au nord-est de Lyon à proximité de la route et de la voie ferrée menant de Lyon à Genève, mais isolé dans un territoire encore rural, le camp, qui ne présente plus un intérêt majeur pour l’armée, paraît relativement facile à surveiller et présente des garanties pour décourager les éventuelles tentatives d’évasion. Grâce à ses multiples baraquements « en dur » dispersés sur une quinzaine d’hectares étirés entre la route et la rivière d’Ain, le lieu a du reste une histoire déjà chargée, enchaînant de nombreuses fonctions dont l’enfermement : conçu en 1939, il accueille tour à tour un bataillon de chasseurs, des soldats italiens installés provisoirement après l’invasion de la Zone Sud, l’école des enfants de troupe d’Autun en 1943-1944, puis des prisonniers de guerre allemands participant aux chantiers de reconstruction de la région de 1945 à 194822. Comparé à des espaces du même type, Thol s’avère cependant avoir une capacité d’hébergement et une superficie beaucoup plus réduite que celle du CARS du Larzac, ouvert en avril 1959, beaucoup plus vaste, doté d’infrastructures plus développées et capable d’accueillir trois à quatre fois plus d’assignés23.
Le 18 septembre 1958, le Ministre de l’Intérieur informe le Préfet de la VIIIe Région que le projet de camp à Thol est entériné et qu’il le charge de la responsabilité des travaux. Quelques semaines sont alors nécessaires pour aménager le camp, tandis que le Préfet de l’Ain est chargé de recruter rapidement le personnel de service de surveillance interne 24.

Le fonctionnement du camp

L’enfermement et la surveillance avant tout

  • 25 Renseignements collectés dans les rapports de visite du CIMADE, dans la correspondance des Conseill (...)

10Entouré de grillages, de barbelés et bientôt de miradors, le centre est composé de nombreux bâtiments en dur. Les plus proches de la route (donc de l’entrée) servent de bureaux à l’administration du centre et d’hébergement aux personnes y travaillant (directeur, gardiens, CRS). Les casernements les plus éloignés, au nombre d’une dizaine, longs chacun d’une quarantaine de mètres, sont entourés d’une seconde clôture. Ils sont occupés par les assignés bientôt trop nombreux et complétés de quelques locaux annexes (réfectoires, douches, infirmerie, latrines, laverie). L’organisation à l’intérieur de l’espace dévolu aux assignés ne cesse cependant d’évoluer au fil des mois, suivant les divisions et les mises à l’écart entreprises par l’administration : baraquements réservés aux militants MNA ou aux mineurs durant les premiers mois de fonctionnement ; plus tardivement isolement des rares « disciples » du Conseiller Technique à des fins de protection, ou à l’inverse des militants FLN les plus acharnés pour éviter qu’ils ne contaminent les moins aguerris25.

  • 26 Rapport de visite du camp de Vadenay, 10 et 11 décembre 1957, conservé par le cabinet du préfet-IGA (...)
  • 27 Il semblerait cependant que le camp ait commencé à accueillir les premiers assignés le 23 novembre (...)
  • 28 Liste du personnel, 1 septembre 1959, ADA, 306W14.

11Le règlement du centre, inspiré de celui de Vadenay26, est officiellement adopté lors de l’ouverture du camp le 1er décembre 195827. Il précise qu’un Chef de Centre (en général un commissaire de police) assisté d’un adjoint et d’un gestionnaire, placés sous l’autorité du Préfet de l’Ain, assurent l’administration globale du CARS (arrivées et départs des assignés, rapports réguliers, comptes-rendus d’incidents). Sont ensuite détaillées les mesures à prendre pour accueillir les nouveaux venus, et pour réglementer leur vie quotidienne. La surveillance à l’intérieur du camp est assurée par une trentaine de gardiens : non pas des policiers ou des militaires, comme on pourrait s’y attendre, mais des recrutés contractuels locaux. Pour la plupart sans qualification, mais non armés, ils encadrent la vie quotidienne des assignés (appels, fouilles…), du reste réglementée de façon assez détaillée (heures de lever et de coucher, tenue, censure du courrier reçu ou envoyé et de la presse, sanctions éventuelles si le dit règlement n’est pas respecté, conditions de visites des familles et des avocats…). Sont aussi recrutés localement les subordonnés chargés des tâches les plus quotidiennes à effectuer au sein du CARS : secrétaires, gestionnaires, cuisiniers28.

  • 29 Rapport de la CIMADE, 15 septembre 1959, et Note du CIMADE, 21 septembre 1959, Rapport de visite du (...)

12La surveillance extérieure, destinée à prévenir les évasions (passibles de peines de prisons assez lourdes) est quant à elle, est assurée par une compagnie de CRS, cantonnée à l’entrée du camp. Effectuant de nombreuses rondes autour de l’enceinte extérieure, les mêmes CRS sont susceptibles de réaliser des interventions ponctuelles à l’intérieur du camp, fouilles générales, par exemple, en cas de forte résistance des assignés. Le règlement prévoit également qu’un médecin civil ou militaire, assisté d’infirmiers assure les soins à pourvoir aux personnes enfermées. La présence d’une équipe médicale digne de ce nom devient pourtant l’un des problèmes les plus aigüs du fonctionnement du centre comme le révèlent plusieurs incidents opposant les assignés aux autorités29.

  • 30 Note de service de la direction de la sûreté au service des RG de l’Ain, ADA, 306W14.
  • 31 Rapport du CIMADE, 15 juillet 1959, Archives du CIMADE, Archives des RG, mai 1959, ADA, 306W14.
  • 32 Rapports bimensuels des RG, 16 juin, 1er juillet, 16 juillet 1959, ADA, 306W14.
  • 33 Archives des RG, Personnel du CARS, septembre 1959 et janvier 1961, ADA, 306W14.
  • 34 Circulaires du Ministère de l’Intérieur aux IGAME, Préfets, directeurs de CARS, CT-AES, 12 janvier (...)

13Un inspecteur des Renseignements Généraux détaché à Thol en avril 1959, agissant enrôle liaison avec ses supérieurs hiérarchiques comme avec le directeur du CARS, est chargé d'un « contrôle très étroit des activités « subversives » des internés à l'intérieurs du camp ». Sa tâche consiste à collecter des renseignements lors d’interrogatoires d’assignés, en recourant à des informateurs, en contrôlant le courrier émis ou reçu afin d’évaluer les sentiments et l’activité des captifs. Il se doit également de censurer les livres et journaux qui circulent dans le camp30. Sa présence effective est mentionnée dans certaines correspondances à partir du courant de mai 195931. Sa tâche s’avère certainement trop lourde pour un seul homme (les rapports mentionnent la lecture de huit à dix mille lettres envoyées et reçues par les assignés, par quinzaine, au printemps 1959, correspondance qui semble du reste passablement élevée pour des assignés souvent isolés et analphabètes32). Dès septembre 1959 et jusqu’à la fermeture du centre, on dénombre non plus un mais quatre inspecteurs des RG à Thol, dont trois issus du « cadre chérifien »33 donc susceptibles de parler l’arabe et d’être familiarisés avec les enjeux des conflits coloniaux. Leur présence est par la suite officialisée et intégrée à l’organigramme du CARS34. Ces policiers produisent du reste de très nombreux rapports et notes sur la correspondance et les activités des assignés.

Détourner les assignés de la lutte nationaliste par l’action psychologique et sociale.

  • 35 Lettre du Ministère de l’Intérieur au Préfet-IGAME du Rhône, cabinet des affaires musulmanes, 6 déc (...)
  • 36 House (Jim), « Contrôle, encadrement, surveillance et répression des migrations coloniales : une dé (...)
  • 37 Viet (Vincent), Histoire des Français venus d’ailleurs, Paris, Perrin, Tempus, 2004, p. 185-187. Ba (...)

14Ce dispositif de base d’administration et de contention des internés, est somme toute peu surprenant dans le cadre de l’internement administratif en nombre de militants politiques. Il est complété au fil des mois par d’autres modes d’action. En effet, le Ministre de l’Intérieur recommande dés le 6 décembre 1958 qu’un « programme d’action sociale minimum » soit assuré à Neuville-sur-Ain (dont Thol n’est qu’un hameau)35. On peut en effet aisément imaginer que les autorités françaises se soucient d’arracher les internés au militantisme nationaliste en faisant montre d’un semblant de sollicitude. Dans une logique de prolongement de la politique pratiquée de l’autre côté de la Méditerranée et surtout d’encadrement des populations algériennes résidant en France, le ministère ne trouve donc rien de plus naturel que de faire intervenir dans les CARS les fonctionnaires formés en Algérie mais venus travailler en métropole (donc supposés mieux comprendre la mentalité des hommes retenus à Thol). Les Conseillers Techniques aux Affaires Musulmanes36 (CTAM), aidés des conseillers sociaux employés par les associations d’aide sociale aux FMA avaient en effet auparavant été chargés tout à la fois d’encadrer, d’assister et de surveiller la population algérienne de France dont le nombre croissant avait attiré l’attention dans les années d’après-guerre37.

  • 38 L’immigration nord-africaine dans le Rhône, Répertoire des Archives du Rhône, 1997 et Wakim (Elie N (...)
  • 39 Diverses correspondances entre le conseiller technique et le conseiller social, les préfectures de (...)

15Le Préfet-IGAME du Rhône confie la tâche d’organiser l’action sociale à Thol d’abord à Georges M., Conseiller technique pour les Affaires musulmanes rattaché à son cabinet et travaillant à la fois sur les différents départements de la région lyonnaise38. Envoyé en formation à Vadenay, il en revient avec des idées précises. Il réalise d’abord des enquêtes sur les assignés, conseille la distribution de journaux, recommande que des cours de français soient assurés par des enseignants professionnels (et non par des assignés, dont il craint la propagande), réclame l’intervention d’un moniteur d’éducation physique. Mais ce programme d’action reste plusieurs mois lettre morte. Le nouveau CTAM obtient tout de même l’intervention hebdomadaire d’un conseiller social mis à disposition par l’Association pour l’Hébergement des Travailleurs Nord-africains de Bourg-en-Bresse, présidée alors par le député-maire de Bourg-en-Bresse39. Ce dernier s’occupe principalement de l’aide aux assignés les plus démunis (sécurité sociale, démarches administratives, vêtements) et des demandes d’autorisation de visite.

  • 40 Diverses correspondances entre le conseiller technique et le conseiller social, les préfectures de (...)
  • 41 Note du directeur de la Sûreté Nationale à propos du rôle des CT dans les CARS, 4 juin 1959 ; Lettr (...)

16Les relations entre ce conseiller technique et le conseiller social d’une part, et la direction policière du camp, d’autre part, ne vont pas sans poser de problème comme en témoignent plusieurs allusions à des querelles et des vexations lisibles dans les correspondances40. Ce constat peut certainement être élargi aux autres CARS, puisque le directeur de la Sûreté Nationale doit rédiger une note précisant le rôle des conseillers techniques dans les CARS car « ils se voient attribuer des compétences très larges, ou au contraire très réduites ». Le conseiller ne cache par ailleurs pas sa frustration, constatant que ces recommandations en matière d’action psychologique et d’éducation sont peu suivies, faute de volonté et de moyens41.

  • 42 Lettre du Ministère de l’Intérieur, Affaires musulmanes au Préfet du Rhône, 3 septembre 1959, ADR, (...)

17L’ « action sociale » est renforcée à l'automne 1959. Le ministère de l’Intérieur décide en effet de renforcer considérablement l’encadrement des assignés. Il dote ainsi chaque CARS d’un Conseiller Technique aux Affaires Musulmanes-Action Éducative et Sociale (CTAM-AES) à plein temps, chargé de « développer l’action sociale, éducative, psychologique auprès des assignés ». Cette présence renforcée est imposée aux directeurs qui doivent fournir toutes les informations nécessaires au travail des CTAM42. Quatre mois plus tard, le ministère profite d’un aménagement à la réglementation en vigueur dans les CARS pour déclarer que les CTAM font officiellement partie de l’organigramme de chaque camp et annonce des mesures à mettre en œuvre pour lutter contre l’ « oisiveté » des assignés (cours journaux, sport, qualification professionnelle). L’ambition affichée est claire : lutter contre l’influence du FLN dans les CARS.

« Le Conseiller Technique a pour mission de poursuivre une politique de contacts systématiques avec les assignés et de leur apporter dans le domaine social, éducatif et politique, toute l’aide et tous les éléments qui peuvent être nécessaires, afin de briser l’encadrement et l’endoctrinement des éléments les moins actifs par les militants convaincus et fanatiques. »

  • 43 Circulaires du Ministère de l’Intérieur aux IGAME, Préfets, directeurs de CARS, CT-AES, 12 janvier (...)

18Les conseillers techniques sont même désormais consultés, au même titre que le directeur ou que les policiers des RG avant de décider d’une libération administrative43.

  • 44 Lettre de G.M, CT au Préfet du Rhône, 4 novembre 1959, ADR, 248W140.

19C’est dans ce contexte que Michel P., Administrateur des Services Civils de l’Algérie arrive au CARS de Thol en novembre 1959. Ses rapports mensuels, adressés au Service des Affaires Musulmanes et des affaires Sociales du ministère de l’Intérieur, constitués d’enquêtes statistiques et de rapports détaillés sur les actions entreprises nous fournissent de précieux renseignements sur le fonctionnement du camp et les rapports de force entre personnel et assignés, et ne sont du reste pas sans rappeler le travail effectué en même temps par les RG. Mais le travail du Conseiller technique est loin de se limiter à l’analyse et au renseignement. Il dispose d’un apport de main-d’œuvre considérable pour réaliser sa tâche d’encadrement et d’éducation puisqu’on lui adjoint des militaires : une vingtaine d’hommes, dont deux officiers, deux sous-officiers, le reste étant composé d’appelés venus de la région dont quatre sont censés faire fonction d’instituteurs. Mais les compétences et la connaissance de l’Afrique du Nord dont font preuve ces derniers s’avèrent limitées. Ainsi ceux qui ont reçu une formation d’ingénieur, de séminariste ou de professeur de lettres sont chargés de l’enseignement44.

  • 45 Courrier de M.P, CTAM au CARS de Thol au ministère de l’Intérieur SAMAS, 12 novembre 1959, ADR, 248 (...)
  • 46 Idée confirmée par tous les rapports mensuels du CT au Ministère de l’Intérieur de décembre 1959 à (...)

20Il annonce d’abord un programme d'actions ambitieux : « réaliser une grande enquête pour rassembler des renseignements sur chaque assigné en vue d’agir et de l’orienter », occuper les assignés (classes d’apprentissage du français, bibliothèque, formation professionnelle, ateliers rémunérés), les encadrer et les orienter : « chacun sera en contact certain constant avec un groupe d’une cinquantaine d’assignés dont il essaiera de connaître les besoins et avec qui il s’efforcera d’établir des relations confiantes45 ». Le conseiller est donc persuadé d'être en mesure d'éloigner les assignés du militantisme en faisant preuve de sollicitude et de pédagogie. Mais il doit rapidement déchanter. Beaucoup de projets sont abandonnés faute de ressources satisfaisantes (pas d’employeurs locaux intéressés par la main-d’œuvre captive, des soldats peu compétents). La simple présence de militaires qui s’arrogent la cantine, la distribution du courrier et de la presse déclenche la colère des assignés qui, mobilisés par la hiérarchie FLN interne au camp, protestent et cessent tout contact avec les SAES46. La correspondance des assignés en témoigne :

  • 47 Extrait cité dans le rapport mensuel des RG, février 1960, ADA, 306W14.

« À l’heure où le grand Charles fait sa propagande à travers la France, ses militaires n’ont pas manqué de nous rendre visite pour gagner notre estime de plusieurs manières dont tu dois te douter. Ils veulent créer des écoles pour nous instruire, des professeurs de gymnastique ont voulu nous rendre physiquement très forts. Mais on dirait que c’est des bienfaiteurs ces trouffions là ma parole47 ».

  • 48 Courrier du ministère de l’Intérieur aux IGAME, 28 novembre 1960, , ADR, 248W140.

21Seule une proportion infime d’hommes, sans cesse menacés par leurs anciens camarades, acceptent de recourir aux militaires, à des fins utilitaires dans la plupart des cas. Il en va de même dans les autres CARS où les SAES, qui fonctionnent jusqu’en décembre 1960, s’avèrent de tels échecs qu’ils sont dissous au 1er janvier 196148.

Les assignés demeurent des militants

Un lieu vite saturé bientôt destiné aux internés les plus jeunes

  • 49 Note de C.M. relative à l’action sociale en faveur des hébergés au CARS de Thol, 4 février 1959, AD (...)
  • 50 Rapports de visite des équipiers de la CIMADE de 1959 à 1960, Archives de la CIMADE.

22Les effectifs du camp augmentent rapidement dans les mois qui suivent son ouverture : 200 assignés fin décembre 1958, 553 fin janvier 1959, 900 fin février, ce qui reste ensuite l’effectif moyen du camp, jusqu’à plus de 1000 en avril 195949. Comme le camp de Saint-Maurice-l’Ardoise, le CARS de Thol occupe donc par sa taille une position intermédiaire entre le grand camp du Larzac (3000 assignés) et celui, plus petit, de Vadenay, dans la Marne, bientôt dévolu aux assignés jugés « irrécupérables », susceptibles de troubler l’ordre et de mener une propagande excessive dans les autres centres. Cet effectif moyen ne garantit en rien le confort comme le soulignent à plusieurs reprises les rapports de la CIMADE, signalant la promiscuité (jusqu’à 100 personnes dans des baraquements prévus pour 50) et le manque d’équipement dans les baraquements, de même que la sous-médicalisation qui n’est que partiellement résolue au fil du temps (manque de médicaments, infirmiers incompétents, absence de médecin à plein temps)50.

  • 51 Notices individuelles d’internement administratif, ADR, 703W2.
  • 52 Rapport de visite du CARS de Thol par les équipiers de la CIMADE, 7 août 1959, Archive de la Cimade (...)
  • 53 Bernardot (Marc), « Entre répression policière et prise en charge sanitaire et sociale : le cas du (...)

23Il semble que le camp ait d’abord eu une fonction régionale : accueillir les assignés envoyés par les préfectures les plus proches, celles du Rhône et de l’Isère, comme en témoignent plusieurs notices d'internement conservées aux archives départementales du Rhône51. À partir de l’été 1959, une nouvelle répartition est décidée par le ministère de l’Intérieur : ne sont envoyés à Thol que des jeunes, âgés de 18 à 25 ans, provenant de toute la métropole52. Sans avoir retrouvé d’explication officielle à cette spécialisation du camp, on peut raisonnablement penser que cette décision de regrouper les jeunes militants concrétise une volonté de les soustraire à l’influence des plus âgés et plus aguerris, davantage rompus aux techniques de répression et de récupération53.

  • 54 Enquête réalisée par le CT-SAES pour le SAM-AS, 27 février 1960, ADR, 703W140.
  • 55 Règlement du camp, 1er décembre 1958, ADR, 248W140 et compte-rendu de visite des équipiers de la CI (...)

24Une enquête statistique approfondie réalisée en février 1960 par le Conseiller Technique pour le Service des Affaires Musulmanes, auprès de 820 assignés nous permet de dresser un portrait un peu plus précis, quoi que sans grande surprise, des jeunes hommes enfermés à Thol :
- Une majorité des assignés est composée de manœuvres travaillant en usine, dans les mines ou dans le bâtiment (71 %), illettrés (462 d’entre eux soit 56 %), célibataires (91 %), originaires de l’est algérien (du Constantinois pour 27 %, de Tizi-Ouzou et de Setif pour 21 %), résidant dans la région parisienne (pour la moitié d’entre eux), ou dans les départements plus urbanisés et plus industriels de la partie orientale de la métropole.
- Sont beaucoup plus rares (moins de 10 %) ceux qui disposent d’un niveau d’instruction et d’une qualification élevés ainsi que d’une profession bien rémunérée, et les chefs de famille. De même l’enquête montre la quasi-absence d’assignés provenant des régions plus rurales de l’ouest de la France54.
- Notons enfin la présence de nombreux mineurs de moins de vingt et un ans (55 au total, soit près de 7 %), révélatrice de la priorité donnée à la logique administrative d’isolement, puisque que dans le domaine judiciaire, l’Ordonnance du 2 février 1945 concernant l’enfance délinquante prévoyait la primauté de l’éducatif sur le répressif en matière pénale. Ces mineurs sont néanmoins isolés des majeurs, au moins la nuit, puisqu’ils sont regroupés dans un baraquement spécial55.

25De tels résultats pourraient laisser penser aux autorités que, démunis et enfermés, ces jeunes hommes se révéleraient plus perméables que des adultes expérimentés aux dispositifs en vigueur mélangeant répression et action psychologique dans le centre. Il est au contraire frappant de constater combien l’esprit de résistance gagne rapidement l’immense majorité des personnes recluses à Thol.

Des rapports tendus entre le FLN et l’administration

26Très majoritaire parmi les assignés dès l’ouverture du centre (les rapports des RG ou du CIMADE ne recensent jamais plus d’une quarantaine de militants MNA avant l’été 1959), le FLN s’avère hégémonique à partir du moment où le camp est réservé aux jeunes. L’organisation ne tarde guère à prendre en main l’organisation interne du centre, et de substituer son autorité à celle de l’administration, profitant de la liberté offerte aux assignés de s’organiser de façon autonome dans l’espace réduit où ils sont retenus.

  • 56 Note des RG, 23 mai 1959, ADA, 306W14.
  • 57 Rapport de visite du CARS de Thol par les équipiers de la CIMADE, 7 août 1959, Archive de la CIMADE

27Durant les mois qui suivent l’ouverture du CARS, les rapports entre les assignés et la direction du camp se mettent en place. Les assignés sont déjà organisés en reproduisant derrière les barbelés la hiérarchie FLN avec laquelle nombre d’entre eux se sont familiarisés lorsqu’ils étaient libres (le frère de Mohamed Boudiaf est un temps chef de l’organisation FLN du camp56). Ils se plaignent de leur indigence (vêtements, médicaments), de la promiscuité, de la rupture avec leurs familles, et manifestent occasionnellement pour obtenir des améliorations de leurs conditions d’enfermement (accès à la presse par exemple). Mais ils demeurent encore ouverts au dialogue avec le personnel et avec les visiteurs de la CIMADE. Les équipiers ayant rencontré assignés et personnel expliquent cette relative ouverture par la personnalité du directeur. « La Direction du Centre, par son attitude, ses rapports humains avec les assignés, était arrivée à créer un esprit de camp incomparable57 ».

28Cette situation change du tout au tout entre l’été et la fin de l’année 1959. Les transferts d’assignés plus âgés vers le Larzac, la nomination d’un nouveau directeur beaucoup moins conciliant, et enfin l’arrivée des militaires des SAES, qui prétendent s’arroger des prérogatives relevant jusqu’alors de l’organisation interne des assignés entraînent une tension accrue à l’intérieur du camp, d’autant plus qu’une hiérarchie et des structures FLN solides sont parvenues à s’établir définitivement, et que la fédération de France lance des actions de grève dans les prisons et dans les camps, qui aboutissent, du moins pour les détenus, à l'octroi d'un statut de prisonnier politique (« catégorie A »)58.

  • 59 Rapports de visite des équipiers de la CIMADE, automne 1959, rapports mensuels du CT du CARS, ADR, (...)
  • 60 Rapport des RG, 17 août 1959, ADA, 306W14.
  • 61 Note des RG, 29 juillet 1959, ADA, 306W14.

29Les contacts entre les hommes enfermés d'une part, l'administration, le SAES, et même les visiteurs de la CIMADE d'autre part deviennent alors plus difficiles. Les refus de « coopérer » et les grèves (des poubelles, du courrier des soins voire de la faim…) se multiplient. Ces mouvements incessants semblent du reste avoir suscité la mobilisation zélée du plus grand nombre59. Les Renseignements Généraux, attribuent ce durcissement à l’âge des assignés. « L’arrivée massive de jeunes assignés au CAR de Thol n’améliorera pas l’ambiance FLN dans l’enceinte du centre. Nous savons que c’est surtout parmi les plus jeunes que se recrutent les plus fanatiques60. ». Cet état d’esprit plus combatif émanant de militants plus jeunes se traduit du reste par l’éviction rapide des anciens chefs issus de la direction régionale et jugés trop mous, car composant parfois avec le directeur du camp. Ces sont donc remplacés par de « jeunes Turcs » déterminés d’en découdre plus vite61.

Le FLN érige des « contre-institutions » dans le centre

  • 62 Note des RG, 23 mai 1959, ADA, 306W14.
  • 63 Note des RG sur l’organisation politico-policière à l’intérieur du CARS de Thol, 20 juillet 1960, A (...)

30Les inspecteurs des RG travaillant à Thol se sont évertués à collecter des renseignements en censurant le courrier, en pratiquant des interrogatoires, et surtout en recourant aux services d’informateurs62, dans le but de comprendre le fonctionnement de l’organisation FLN à Thol, d’en repérer les leaders pour ensuite mieux les écarter. Ils parviennent ainsi à élaborer des organigrammes complexes de « l’organisation politico-policière ». En juillet 1960, ils mettent en évidence une double hiérarchie politique et administrative complexe, dominée par un chef de camp politique secondé par un chef administratif, auxquels obéissent divers comités ou commissions remplissant les tâches les plus diverses : accueil des nouveaux arrivés, formation politique, justice, hygiène, éducation, sport. Les actions de « vigilance » retiennent particulièrement l'attention tant par leur variété – service d'ordre, groupe de choc, police secrète, conseil de discipline – que par le nombres d'assignés qui s'y retrouvent impliqués : 256 cellules de surveillance, 26 cellules de renseignements, 16 cellules de groupes de chocs63. Soulignons cependant que du fait de la pression continuelle des autorités françaises, il est possible que le système décrit ici ne soit resté qu’un modèle théorique, opérant pleinement de façon seulement épisodique ou de manière incomplète.

31À la lecture de cet organigramme, et des diverses sources disponibles (RG, SAES, CIMADE) il paraît cependant indéniable que le FLN est parvenu consciemment et efficacement à ériger et à légitimer aux yeux des assignés ses propres institutions dans le camp en encadrant même les moments les plus prosaïques de la vie quotidienne de façon beaucoup plus efficace que n’aurait pu le faire l’administration française (tout en imitant un certain nombre de ses pratiques), et ce en enrôlant un nombre d’hommes considérable, si ce n’est la quasi-totalité d’entre eux. Ces institutions rigides et pléthoriques présentent la garantie d’impliquer un nombre élevé de « frères » et de pouvoir se perpétuer malgré les transferts d’éphémères leaders opérés régulièrement la direction du camp.

Prendre en main la vie quotidienne des assignés

  • 64 Note des RG, 6 janvier 1960, ADA, 306W14.
  • 65 Rapport des RG, 29 juillet 1959, ADA, 306W14.

32Les cadres du FLN s’imposent comme les seuls médiateurs entre les assignés et le monde extérieur. Alors qu’ils échangent une abondante correspondance avec d’autres responsables assignés dans d’autres camps, ils censurent le départ et l’arrivée du courrier avant même l’intervention de l’administration, allant jusqu’à confisquer certaines lettres. Ils font par ailleurs passer des mots d’ordre de prudence pour limiter les fuites que pourraient utiliser les RG qui épluchent les correspondances64. Ils acquièrent ainsi un pouvoir d’information considérable et un droit de regard sur les visites et les démarches entreprises par chacun. Ils obligent donc ceux qui désirent poursuivre leurs actions auprès de l’administration ou de la justice en vue d’une libération d’appartenir de « façon active au mouvement ». Ils contrôlent également l’arrivée des mandats sur lesquels ils prélèvent des cotisations et des contributions qu’ils redistribuent aux « frères » nécessiteux65. Malgré les efforts répétés de l’administration pour remettre en cause la légitimité des porte-parole FLN, ces derniers sont parvenus à conserver leur statut « d'interface », à demeurer les seuls interlocuteurs efficaces de la direction du CARS.

  • 66 Note des RG non datée sur la police FLN du camp, ADA, 306W14.

33Un système policier clandestin pesant permet la surveillance constante du personnel du camp, en particulier des gardiens. Les contacts que peuvent entretenir ces derniers avec les assignés, mais aussi de « tous les regroupements » d’assignés suspects de révéler un désir d’échapper à la vigilance de l’organisation sont systématiquement infiltrés ou contrôlés66.

  • 67 Note de RG, 20 octobre 1959, ADA, 306W14.

34Le dispositif de renseignement aboutit à une justice draconienne, appliquant deux codes de sanctions pour punir de façon graduelle des délits plus ou moins graves67 :
- Jours de corvées (pour des « propos outrageants à un responsable de l’organisation », des « insulte envers Dieu ou envers les Frères », des « défauts d’hygiène », des « conversations avec les CRS et les gardiens »).
- Corrections et parfois quarantaine (« actes contre-nature », « consommation de kif et d’alcool », « sectarisme, régionalisme, propos scandaleux dangereux à l’esprit FLN »).
- « Livre blanc », c’est-à-dire exécution à la sortie du camp (collaboration avec l’ennemi, trahison, appartenance au MNA, récidiviste de propagande subversive).

  • 68 Sur l'idée d'un contre-État FLN : Meynier (Gilbert), Histoire intérieure du FLN (1954-1962), Paris, (...)

35Ce code pénal sommaire révélateur de l’intention « puritaine » du FLN, qui se considère comme un « contre-État68 » de discipliner les mœurs et la moralité des assignés de façon coercitive (hygiène, sexualité, drogue, religion) montre surtout la volonté de dissuader par la violence toute infidélité ou trahison à l’encontre de l’organisation. Il est cependant impossible d’évaluer avec précision la fréquence des procès internes évoqués et la réalité de l’application des sanctions prévues, ni de mesurer le degré d’adhésion des assignés à un tel système policier et judiciaire: les inspecteurs des RG assimilent souvent la masse anonyme des hommes enfermés à Thol à des victimes de la hiérarchie FLN ; les visiteurs de la CIMADE et les lettres envoyés par les assignés évoquent plutôt des militants convaincus et disciplinés, dévoués à leur cause, consentant pleinement à suivre les directives données par leurs cadres.

  • 69 Rapport des RG, 1er mars 1960, ADA, 306W14.
  • 70 Lettre du CT. SAES au Service des affaires musulmanes, ADR, 248W140.

36La prise en charge des captifs par l'organisation clandestine, au delà de ses aspects contraignants, passe aussi par la maîtrise du rythme des journées et des semaines. En plus des taches quotidiennes, des temps solennels sont aménagés pour ritualiser les convictions nationalistes. Une minute de silence est observée chaque soir dans les baraquements pour les « frères » tombés au combat. Elle est suivie des mots d’ordre du comité politique69. Les évènements significatifs de la lutte nationaliste algérienne sont célébrés de façon solennelle: les massacres de Sétif sont ainsi commémorés par un jeûne70.

  • 71 Rapport de visite des équipiers de la CIMADE du 4 février 1959 et du 11 mars 1959, Note de RG, 29 j (...)
  • 72 Rapport hebdomadaire du FLN saisi lors d’une fouille, 14 septembre 1960 et Rapport du CT. SAES de T (...)

37Plus significative encore, la question de l’école démontre de façon éclatante que c’est le FLN davantage que l’administration du camp qui propose ou impose un rythme et un mode de vie aux assignés et qui en obtient l’adhésion. Dès les premiers mois de fonctionnement du camp, on signale le fait que les assignés organisent des cours de français, d’arabe et d’anglais entre eux, qui servent également à l’éducation politique voire à l’enseignement paramilitaire pour former de futurs cadres71. Un rapport trouvé plus tard lors d’une fouille de bâtiment révèle de façon très précise l’ampleur prise par l’organisation de séances de Français pour au moins 400 hommes. Les moniteurs sont des assignés plus instruits que les autres. La présence des élèves est décrite comme obligatoire, avec des appels tous les matins et des compositions mensuelles. Dans le même temps, les appelés-instituteurs du SAES, qui étaient censés se substituer d’autorité à ces professeurs improvisés choisis par les détenus ne parviennent qu’à rassembler une poignée de personnes (21 en tout)72. Le FLN ne fait du reste pas mystère de son rôle éducatif pour repousser les propositions éducatives émanant des autorités françaises :

  • 73 Lettre adressée par les assignés de Thol au ministre de l’Intérieur, 1er décembre 1959, ADA, 306W14

« Conformément à nos droits nous sommes libres de nous organiser à l’intérieur du camp d’autant plus que nous possédons un corps enseignant comprenant tous les cours et un ordre sportif englobant tous les sports. Par ce fait nous vous faisons savoir que nous sommes capables de gérer nos propres affaires et nous ne voyons aucune raison à ce que les militaires s’ingèrent dans nos affaires intérieures73. »

  • 74 Rapport du CT. SAES au SAM-AS, 4 octobre 1960, ADR, 248W140 et Rapport des équipers de la CIMADE, 2 (...)
  • 75 Rapport du CT. SAES au SAM, 2 janvier 1961, ADR, 248W140.
  • 76 Rapport du CT. SAES au SAM, 2 juin 1960, ADR, 248W140.

38Les autorités françaises ne peuvent naturellement paraître supporter la suprématie d’une organisation révolutionnaire dans un lieu de réclusion, et tentent de rétablir leur autorité sur le camp et réagissant de façon classique aux problèmes rencontrés : les leaders repérés sont régulièrement déplacés vers d’autres CARS (celui de Vadenay accueillant les plus virulents), les supposés meneurs sont isolés de ceux dont les convictions semblent moins solides. Les quelques « anti-conformistes » et assignés prêts à écouter le Conseiller Technique et ses subordonnés sont isolés et protégés, comme l’étaient les militants MNA auparavant74. Mais les résultats de ces mesures sont dérisoires : la hiérarchie clandestine n’en est troublée que très provisoirement et l’échec du SAES ressort de façon encore plus évidente : sur les 49 assignés qui passent entre ses mains, 15 cèdent à la pression collective et préfèrent finalement rejoindre leurs camarades majoritaires75. Pis, certains assignés passés du côté français sont menacés de mort une fois libérés et se retrouvent acculés à réclamer un emploi de policier supplétif, de militaire, voire de gardien du CARS pour se protéger76.

  • 77 Rapport du CT. SAES au SAM, 5 mai 1960, ADR, 248W140.

39L’échec du volet psychologique et social de l’internement administratif est du reste aisément compris de l’administration et des personnels : le Conseiller Technique, réaliste, l’attribue à la politisation de nombreux assignés aux convictions nationalistes ancrées avant même leur arrestation, aux contacts qu’ils ont pu nouer dans la prison ou le centre de triage par lesquels ils sont passés et par l’expérience bien vite acquise par les jeunes cadres du FLN, autant de facteurs qui rendent illusoire le « retournement » de la plupart des militants77.

40Une note rédigée conjointement par le Préfet-Chef des Affaires Musulmanes et de l’Action Sociale et par un Chargé de Mission au Cabinet du Directeur de la Sûreté éclaire du reste le fait que l’échec des mesures non coercitives paradoxalement associées à l’enfermement forcé est envisagé très tôt par le ministère de l’Intérieur. Les auteurs rappellent avec un certain pragmatisme que les CARS sont avant tout conçus pour « neutraliser préventivement des éléments considérés comme dangereux pour l’ordre public » (et à mots couverts difficilement « récupérables ») dans les limites du respect de la dignité humaine. Le rapport recommande certes par la suite des mesures de fermeté déjà mises en pratique : isolement des plus « fanatiques » pour éviter un endoctrinement massif de tous les assignés, règles visant à consolider l’autorité de l’administration (sur le choix des délégués des assignés ou de l’attribution à chacun d’un lit précis par exemple). Dans un souci d’efficacité, sont également recommandés un approfondissement de l’action psychologique et de la lutte contre l’« oisiveté », jugée dangereuse car propice à une politisation accrue des enfermés (lutte passant par le sport ou les séances de propagande par exemple), ainsi qu’un effort d’éducation et de formation en faveur des assignés. Bien que développées longuement de telles prescriptions ne sont pourtant déclarées que secondaires et les résultats escomptés sont d’emblée déclarés fort réduits.

  • 78 Note à l’attention du Ministre de l’Intérieur sur les CARS, 15 décembre 1959, ADA, 777W12.

« Nous ne devons pas oublier que nous sommes en présence d’un nombre relativement important d’individus animés d’un esprit révolutionnaire donc souvent fanatiques et par conséquent, difficilement perméables à tout raisonnement. De plus, même les moins fanatiques, dès lors qu’ils ont été privés de leur liberté, ne sont pas portés à nous témoigner les sentiments les plus amènes. En outre il ne faut pas ignorer la psychologie de celui qui a été privé de liberté78. »

41Malgré la tentation de considérer les jeunes hommes enfermés à Thol comme des individus égarés qu'on pourrait ramener dans le droit chemin par des mesures éducatives et sociales teintées de paternalisme colonial, c'est bien la logique d'enfermement et d'isolement des indépendantistes les plus actifs qui prévaut pour le ministère de l'Intérieur.

Des assignés fragilisés

  • 79 Note de la CIMADE adressée au Ministère de l’Intérieur, 21 septembre 1959, Archives de la CIMADE.

42Sans disposer de statistiques médicales précises, il est frappant de constater combien les troubles sanitaires sont fréquents parmi la population des assignés. Un équipier de la CIMADE, sur indication d’un délégué, estime au tiers la proportion de malades atteints de tuberculose (un baraquement leur est réservé), d’ulcères à l’estomac, de maladies nerveuses ou cardiaques79. Les séjours en hôpitaux pour des soins corporels ou psychiatriques s’avèrent beaucoup plus fréquents que ne le laisserait supposer la composition d’un groupe d’individus aussi jeunes.

  • 80 Divers rapports de visite des équipiers de la CIMADE, année 1959, Archives de la CIMADE.
  • 81 Rapport de visite de la CIMADE, 20 octobre 1959, Archives de la CIMADE.
  • 82 Rapport de visite de la CIMADE, 11 mars 1959, Archives de la CIMADE.

43On peut proposer à ce constat des explications simples : le dénuement et la fragilité d’une population ouvrière jeune, marginalisée avant même la captivité, dénuement accru par l’absence de travail rémunéré au centre, la surpopulation dans les baraquements, source de promiscuité et d’inconfort, le manque d’accès à l’hygiène parfois la plus élémentaire (les interné ne possèdent généralement que les vêtements qu’ils portaient à leur arrivée), la nourriture frugale proposée et l’insuffisance des médicaments, (qui proviennent longtemps d’échantillons gratuits ou qui sont en partie distribués par la CIMADE), et surtout la sous-médicalisation assurée par un personnel aux compétences et au motivations douteuses80. Tel infirmier doit être renvoyé, à la demande véhémente des assignés, à cause de son incompétence (blessures répétées lors des piqûres intraveineuses). Tel médecin militaire venu de loin ne prend que vingt patients tous les deux jours alors que le nombre de malades à examiner est beaucoup plus élevé, tel autre déclenche la colère des assignés en prescrivant de la levure de bière pour combattre les effets secondaires des antibiotiques. Ce n’est qu’à l’issue d’une longue grève de la faim, menée jusqu’à l’hospitalisation et la nutrition de force, sous forme d’ampoules, des plus affaiblis, qu’un médecin militaire est rattaché au CARS de façon permanente81. À ce manque de personnel s’ajoute le fait que la continuité des dossiers médicaux des malades n’est pas assurée, du moins dans les premiers mois de fonctionnement du centre82.

  • 83 Rapports de visite de la CIMADE : 16 juillet 1959, 4 février 1959, 11 mars 1959, Archives de la CIM (...)
  • 84 Note des RG, 29 juillet 1959, ADA, 306W14.
  • 85 Bernardot (Marc), « Entre répression policière et prise en charge sanitaire et sociale : le cas du (...)

44Quant aux troubles psychiatriques nombreux, s’ils ne sont pas décrits avec précision, ils peuvent cependant raisonnablement être assimilés aux pathologies liées à l’enfermement (pressions subies de part et d’autre, incertitude quant à son propre sort et quant à l’issue du combat politique mené) et à l’isolement (rupture parfois totale aussi bien avec les familles, souvent dépendantes financièrement, restées en Algérie qu’avec les amis de l’extérieur dont on ne peut obtenir de nouvelles)83. Les inspecteurs des RG ajoutent cependant une autre interprétation aux hospitalisations de tous types. Ils y voient les seuls moyens qu’ont trouvés certains d’échapper à la discipline de fer imposée par le FLN, ajoutant qu’à leur retour au camp, ces patients sont l’objet d’une étroite surveillance de la part de l’organisation84.
L’homme enfermé à Thol a donc pour spécificité son extrême jeunesse. Il ne correspond pas moins aux caractéristiques de l’interné administratif établies par Marc Bernardot pour le CARS du Larzac : à la fois militant, ouvrier et malade85.

Des internements prolongés

  • 86 Fichier nominatif des assignés, ADA, 761W54-57.

45Pendant toute la durée de fonctionnement du CARS, les agents des RG présents à Thol ont tenu un fichier nominatif des assignés. Contenues dans quatre boîtes, rangées par ordre alphabétique, les fiches, parfois accompagnées d’une photo d’identité dévoilent l’état civil de l’assigné, son origine géographique en Algérie et en Métropole, sa provenance, sa durée d’internement à Thol, et sa destination à la sortie du camp86. Les quatre cents fiches lues et traitées, hormis le fait qu’elles confirment les enquêtes sociales du CTAM permettent d’esquisser le parcours des assignés :
- Près d’un tiers d’entre eux (31,75 %) ont été transférés d’un autre CARS. Cette proportion s’explique en grande partie par les transferts de jeunes militants lors de l’été 1959, et par les brassages effectués dans le but de briser l’organisation FLN. Les autres assignés rentrent au camp dans le cadre de la procédure décrite plus haut sans qu’on puisse savoir avec certitude s’ils ont été condamnés précédemment à des peines de prison.
- La durée d’internement se révèle relativement longue : 30 % des assignés demeurent plus de 10 mois à Thol. Seuls 17 % d’entre eux demeurent moins de 3 mois (sans pour autant être tous libérés).
- À l’issue de leur séjour à Thol, seuls 23 % des assignés sont libérés. Les trois quarts restants sont orientés vers un autre CARS (dont 6% à Vadenay, CARS censé prendre en charge les militants les plus virulents). Thol n’est donc qu’une étape dans le processus de répression, l’internement se poursuivant la plupart du temps ailleurs. Ce dernier phénomène s’explique en partie par le fait que Thol ferme de façon plus précoce que les autres CARS.

L’opinion publique et le CARS de Thol

Le camp et l’opinion locale

  • 87 « Barbelés pour 700 suspects : c’est le camp de Thol à Neuville-sur-Ain », Le Patriote Dimanche, 7 (...)
  • 88 Lettre du Préfet de l’Ain au colonel du Génie chargé de préparer le centre, 29 novembre 1958, ADA, (...)

46Le CARS de Thol laisse peu de traces dans la presse locale au moment de son fonctionnement. Il semble ne pas avoir intéressé les journalistes davantage préoccupés des intérêts plus immédiats de leurs lecteurs et du sort des appelés de l’Ain partis combattre en Algérie à qui la Voix de l’Ain, hebdomadaire catholique local, consacre toujours une courte rubrique. Seuls l’Humanité Dimanche (édition de l’Ain) et le Patriote Dimanche (journal communiste régional), renseignés par un ouvrier provisoirement recruté par le Génie lors des travaux d'aménagement du camp, s’émeuvent de l'existence d’un lieu destiné à enfermer les militants algériens. L’article du Patriote est même agrémenté d’un reportage à Neuville illustré d’extraits d’entretiens conformes à la ligne politique du journal : les habitants de Neuville interrogés, naturellement anciens résistants, sont bien sûr inquiets du caractère liberticide que présente un tel lieu87. L’indiscrétion qui a attiré l’attention des journaux communistes incite du reste le Préfet à appeler les cadres du CARS à la prudence afin d’éviter les fuites88.

  • 89 Millet (Nicole), « Le camp de Thol de 1939 à nos jours », Bulletin municipal de Neuville-sur-Ain, n (...)
  • 90 Rapport du CT au SAM, 5 mai 1960, ADR, 248W140.
  • 91 Rapport de visite de la CIMADE, 20 octobre 1959, Archives de la CIMADE.

47L’attitude des habitants des communes avoisinant le camp peut semble osciller entre l’indifférence, l’inquiétude et l’hostilité. La principale angoisse exprimée : que les violences survenues en Algérie ou dans les grandes villes de métropole gagnent les campagnes de l’Ain. Le maire de Neuville approuvé par le conseil municipal exprime la vive émotion de ses administrés lorsqu’il apprend que la commune est choisie pour l’implantation d’un CARS89. Et quand le Conseiller technique sollicite les chefs d’entreprises locaux pour employer quelques assignés, il se heurte à un refus justifié par de pseudo difficultés conjoncturelles90. Lorsque des troubles consécutifs d’une longue grève de la faim surviennent dans le centre, que les ambulances emmènent les détenus dénutris vers les hôpitaux, les rumeurs dramatiques courent. On prétend le centre à feu et à sang91.

Le CARS cible de l’action civique non violente

48Au printemps 1960, le centre de Thol devient la cible d’un groupe baptisé « Action Civique Non Violente » (ACNV), organisé par Jo Pyronnet, militant pacifiste bien décidé à attirer l’attention de l’opinion sur les conditions dans lesquelles des milliers de personnes sont privées de liberté en métropole en associant cette cause à une mise en lumière des camps de regroupement en Algérie.

« Les camps d’internement administratif sont en France l’expression permanente et tangible de la guerre que nous poursuivons en Algérie sous le nom de pacification. Notre protestation, en faisant éclater aux yeux de tous une injustice grave que personne n’ose défendre, peut être un réveil de la conscience française ».

  • 92 Justification et Programme de la Manifestation envoyés à la CIMADE le 30 mars 1960, Archives de la (...)

49Non-violents, souvent mus par de fortes convictions religieuses, les militants regroupés décident d’alerter la CIMADE, et le Secours Catholique avant d’agir d’une façon originale, par des marches, des jeûnes, et en réclamant, une fois arrivés devant le camp, à être à leur tour internés92.

  • 93 Le Dauphiné Libéré, 11 avril 1960. Le Progrès, 12 avril 1960.
  • 94 Le Monde, 10 avril et 12 avril 1960.

50La manifestation prévue le 10 avril 1960 a bien lieu. Elle rassemble trente volontaires et plus de deux cents sympathisants. Elle est finalement dispersée par la gendarmerie dans des conditions rocambolesques, les manifestants non-violents tentant à plusieurs reprises de s’approcher de l’entrée du camp avant d’être dispersés en camion à des dizaines de kilomètres. Si cette manifestation rassemble somme toute peu de personnes, elle fait l'objet d'un large écho dans la presse régionale. Les commentaires des quotidiens régionaux à grande diffusion, comme le Progrès ou le Dauphiné Libéré, sont plutôt ironiques93. Ceux des journaux nationaux restent neutres94. L'hebdomadaire catholique la Voix de l'Ain, peu suspect de sympathie à l'égard de la cause FLN réagit de façon plus surprenante :

  • 95 Voix de l’Ain, 15 avril 1960.

« Que se passe-t-il à Thol ? Ces Algériens assignés à résidence, qui sont-ils et quel est leur sort ? Il est assez délicat de répondre à cette question car l’accès du camp est strictement interdit. Mais comment voulez-vous que le profane ne se pose pas de questions lorsque, en bordure d’une route aussi fréquentée […], il découvre soudainement ce camp, entouré de barbelés, dominé par des miradors. Un mot lui vient tout naturellement, « camp de concentration » et ce mot évoque en lui-même un cortège de souvenirs douloureux95 ».

  • 96 Sur l'ACNV : Pyronnet (Joseph ), Résistances non-violentes, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 79-84 ; si (...)

51Cet article vient souligner une constante dans l'évocation de l'enfermement politique pendant la guerre d'Algérie, en particulier de la part de ceux qui y sont opposés, qu'ils soient sympathisants du FLN, de l'OAS à partir de 1961, ou plus simplement défenseurs des droits de l'homme: la mémoire des camps de concentration de la Seconde Guerre mondiale est convoquée. La manifestation de Thol n'est qu'un début: une série d’actions entreprises contre l’internement administratif parvient peu à peu à rassembler davantage de personnes et à attirer l’attention de la presse, en particulier devant le centre de tri de Vincennes96.

Du CARS au centre pénitentiaire

La fermeture du Centre d’Assignation à Résidence surveillée

  • 97 ADA, 777W70. Le Monde, 27 mai et 8 juin 1961.
  • 98 Le Monde, 27 mai 1961.
  • 99 Le Monde 27 et 31 mai 1961.
  • 100 Le Monde, 8 juin 1961.

52Le Centre d’Assignation à Résidence Surveillée de Thol connaît une fermeture progressive qui s’étale sur l’année 1961 : en janvier, le Service d’Action Éducative et Sociale est privé de ses possibilités d’agir avec le départ des militaires. En mars, les assignés FLN sont dispersés vers d’autres camps, celui du Larzac en particulier. On peut lire dans cette démarche la volonté de réaliser des économies d'échelles au moment où sont entreprises des négociations devant amener à l'indépendance de l'Algérie. Pendant quelques semaines, le camp est mis « en sommeil ». De mai à juillet, cependant, à la suite du putsch manqué des généraux, à Alger, c’est au tour d’une quarantaine de personnalités métropolitaines supposées proches des milieux « activistes » d’être internées. En vertu de l'article 16 de la Constitution, en effet, le général de Gaulle a alors décidé d'étendre les mesures d'internement administratif autorisées par l'ordonnance du 8 octobre 1958 à tous ceux participant à une « entreprise de subversion ». Cette mesure déclenche du reste une vive campagne de protestation dans la presse de droite, soutenue par quelques parlementaires demandant des précisions au ministre de l'Intérieur, ce qu'aucuns d'eux n'avaient fait lorsque le CARS était destiné aux nationalistes algériens97. Georges Bidault s'interroge ainsi dans le Journal du Parlement : « La situation de suspects non interrogés par des juges, ou mis en liberté provisoire par leurs juges soient déportés dans un camp de concentration pour une durée indéterminée98 ». Le Monde, de façon nuancée, et la Ligue des droits de l'Homme, sans aucune ambiguïté rappellent à cette occasion leur hostilité à l'encontre de l'internement administratif, qu'il s'applique à des « musulmans » ou à ceux qui sont soupçonnés d'avoir aidé les putschistes99. L'ampleur inédite prise par le débat sur l'internement administratif à cette occasion, et en particulier l'usage fréquent du terme « camp de concentration » s'appliquant à des métropolitains oblige le gouvernement à réagir: le 8 juin 1951, un communiqué du ministère de l'intérieur publié dans le Monde décrit les conditions de logement, de discipline, de soin qui sont faites aux assignés100. Elles s'apparentent à celles des militants FLN. Mais les conditions de vie de ces nouveaux internés sont nécessairement sans rapport avec celles de ceux qui les ont précédés : ils sont infiniment moins nombreux, et ne souffrent pas de l'isolement social et familial qui pouvait être celui des Algériens.

La transformation du camp en Centre Pénitentiaire

  • 101 Lavrut (Didier), « Saint-Maurice-L'Ardoise en 1962 : un camp pour activistes » in Branche (Raphaëll (...)
  • 102 ADA, 777W68

53En novembre 1961, les services du Ministère de l’Intérieur cessent d’occuper le Camp de Thol. Les activistes de l'OAS sont en effet orientés, à partir de janvier 1962, vers le CARS de Saint-Maurice-l'Ardoise, dans le Gard, récemment vidé de ses occupants algériens101. Les fonctionnaires de police sont immédiatement relevés par ceux de l’Administration Pénitentiaire. Cette situation de fait met cependant longtemps avant d’être régularisée, puisque l’Arrêté officiel d’affectation date du 15 mai 1962102.

  • 103 Les militants FLN emprisonnés obtiennent un régime de détention spécial du Garde des Sceaux Edmond (...)
  • 104 ADA, 777W69.
  • 105 Idem.
  • 106 Idem.

54Le Ministère de la justice prévoit alors d’interner à Thol 500 à 700 détenus, tous Algériens, tous de « catégorie A »103, jugés comme « durs » et condamnés à de longues peines puisque libérables de 1965 à 1980. Ils proviennent des prisons et maisons d’arrêt de métropole, et même pour un tiers d’entre eux, d’Algérie104. Les transferts (de Fresnes, des Baumettes, de Douai, de Lyon, de Rennes, de Rouen, de Strasbourg, de Saint-Martin-de-Ré, de Loos…) s’échelonnent de décembre à mars105. Le fonctionnement interne du camp est assuré par l’Administration Pénitentiaire après des réaménagements destinés à prévenir toute évasion (renforcement de l’enceinte en particulier). La surveillance extérieure échoit d’abord à des CRS, puis de fin février à fin avril 1962, à des militaires venus des régiments du département106. Un ancien appelé précise qu’il disposait alors d’un fusil chargé et qu’il n’avait eu, au cours de ses semaines de garde, établi aucun contact avec les prisonniers.

  • 107 ADA, 777W68 et 69
  • 108 Perrault (Gilles), « J'ai visité une république FLN », Le Nouveau Candide, 22 mars-29 mars 1962. Ce (...)
  • 109 ADA, 77W69.
  • 110 Hélène Bellanger, op.cit.
  • 111 Hélène Bellanger, « Vos prisons sont des passoires », Criminocorpus carnet de l’histoire de la just (...)

55Le règlement du Centre Pénitentiaire s'avère plus libéral et le confort bien meilleur qu’au temps du CARS, ne serait-ce que du fait d’une promiscuité plus réduite entre les captifs. Les autorisations de visite obtenues sont obtenues plus facilement car moins soumises à l’arbitraire107. Un article de Gilles Perrault publié dans le Nouveau Candide au moment du cessez-le-feu et des premières amnisties108, après une visite du journaliste au centre pénitentiaire avec l'appui des autorités109 dénonce alors la liberté laissée aux prisonniers dont ces derniers profitent pour s'organiser. L'article démontre en fait que le fonctionnement du camp change peu d'une administration à l'autre: les captifs, extrêmement politisés et organisés profitent du régime de détention plus libéral pour prendre en main l'organisation matérielle de la vie quotidienne, faire de la propagande, et mettre en place des actions éducatives comme l'avaient fait les assignés quelques mois auparavant. Ils le font d'autant plus facilement que le nouveau centre pénitentiaire a semble-t-il d'abord été conçu comme un « sas » permettant de regrouper les prisonniers algériens dispersés dans les prisons françaises peu après des grèves de la faim particulièrement suivies110 et des évasions spectaculaires et quelques semaines avant une libération prévisible. Ce système simplifie la tâche d'une administration qui devait depuis plusieurs années faire cohabiter des prisonniers aux régimes de détention fort différents au moment critique où prisonniers OAS et prisonniers FLN se croisent derrière les barreaux111.

56Entre mars et avril 1962, tous les prisonniers algériens de Thol bénéficient d'un « transfèrement vers l'Algérie en vue de leur libération », au point qu'à la fin du mois d'avril, les militaires réquisitionnés pour la garde du camp depuis deux mois sont renvoyés dans leurs casernes. Même si la guerre à proprement parler est terminée, même si les indépendantistes sont amnistiés, le lieu reste encore lié au conflit pendant quelques années. En novembre 1962, en effet, les activistes de l'OAS condamnés à de courtes peines (moins de 5 ans), sont enfermés à Thol112. Ils sont beaucoup moins nombreux que les Algériens: 159 au total en 1963. Ils bénéficient eux aussi d'un régime spécial (« catégorie B »113). 32 condamnés de droit commun les y ont rejoint pour y effectuer les corvées. Le camp est de nouveau gardé par une CRS. Les témoignages et les documents publiés sur Internet par d'anciens prisonniers montrent qu'effectivement les captifs bénéficient d'un régime libéral114. Ce système perdure jusqu'en 1965.

  • 115 Bernardot (Marc), Camps d'étrangers, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant, 2008.

57Les avatars du camp de Thol de 1958 à 1965 montrent donc que ce lieu ne fut pas qu'un « camp d'étrangers115 », et que son histoire s'inscrit dans le contexte précis des mesures d'exception liées à l'extension de la guerre d'indépendance algérienne en métropole: militants FLN algériens et activistes européens y furent tour à tour enfermés pour des raisons comparables. Le traitement réservé aux premiers y fut cependant différent dans la mesure où ils eurent à subir une promiscuité et une pression beaucoup plus forte et par le fait qu'une politique d'encadrement social spécifiquement liée à leur origine coloniale des captifs s'est exercée à leur endroit.

Haut de page

Notes

1 Haroun (Ali), La 7e wilaya-La guerre du FLN en France 1954-1962, Paris, le Seuil, 1986.

2 Voir l’exemple de ces étudiants algériens lyonnais indépendantistes acquittés ou condamnés à de très faibles peines après une grève organisée en juin 1956 dans Wakim (Elie Nabil), La politique de contrôle des travailleurs algériens à Lyon (1954-1964), université Lyon 2, mémoire de maîtrise dirigé par Sylvie Schweitzer, 2003.

3 Courrier du Ministre de l’Intérieur, Service de l’Assignation à résidence, aux Préfets, 8 octobre 1958, Archives Départementales du Rhône (ADR), 248W140.

4 Thénault (Sylvie), Une drôle de justice, Les magistrats dans la guerre d’Algérie, Paris, La Découverte, 2001, p. 238-240.

5 Thénault (Sylvie), « L'internement en France pendant la guerre d'indépendance algérienne », Matériaux pour l'histoire de notre temps, n°92, octobre-décembre 2008.

6 Ordonnance n°58-916 du 7 octobre 1958 relative aux mesures à prendre à l’égard des personnes dangereuse pour la sécurité publique en raison de l’aide qu’elles apportent aux rebelles des départements algériens.

7 Pour plus de détails : Blanchard (Emmanuel), « L'internement avant l'internement : commissariats, centres de triage et autres lieux d'assignation à résidence (il)-légale », Matériaux pour l'histoire de notre temps, n°92, octobre-décembre 2008.

8 Archives Départementales du Rhône (ADR), 703W11 et 703W2.

9 Courrier du Ministre de l’Intérieur, Service de l’Assignation à résidence, aux Préfets, 8 octobre 1958, ADR, 248W140.

10 Idem.

11 Dossier d’Abdelhamid Z., interné à Thol en janvier 1960, pour lequel la Commission recommande en avril une assignation à résidence à Lyon contre laquelle le Préfet s’élève en juin, Notices individuelles d’internement administratif, ADR, 703W2.

12 Peschanski (Denis), La France des camps, l'internement 1938-1946, Paris, Gallimard, 2002.

13 Amiri (Linda), « La répression policière en France vue par les archives » in Stora (Benjamin) et Harbi (Mohammed), La guerre d’Algérie 1934-2004 : la fin de l’amnésie, Paris, Robert Laffont, 2004, p. 581.

14 Notices individuelles d’internement administratif, ADR, 703W2.

15 Notices individuelles d’internement administratif, ADR, 703W2. Pour plus d'exemples : Berbagui (Dalila), « Les Algériens à l'épreuve de l'internement : les cas des commerçants du Rhône », in Branche (Raphaëlle) et Thénault (Sylvie), La France en guerre, 1954-1962, Paris, Autrement, 2008.

16 Lettre du Commissaire Divisionnaire-Commissaire principal au Préfet, 10 avril 1959, ADR, 703W11.

17 Arrêté ministériel d’internement administratif du 28 avril 1959, ADR, 703W11.

18 Vadenay (Marne), Thol (Ain), Saint-Maurice-l'Ardoise (Gard), le Larzac (Aveyron).

19 Stora (Benjamin), « La politique des camps d’internement » in L’Algérie des Français, SD Charles-Robert Ageron, Seuil, 1993 ; Thénault (Sylvie), « Personnel et internés dans les camps français de la guerre d’Algérie », Politix n°69, 2005 ; Courrier du Ministre de l’Intérieur, Service de l’Assignation à résidence, aux Préfets, 8 octobre 1958, ADR, 248W140.

20 Rapport de F.G., ayant visité le CARS de Vadenay pour le cabinet du Préfet, 11 décembre 1957, ADR, 248W140.

21 Télégramme du Préfet IGAME de la VIIIe Région aux préfets départementaux, 12 décembre 1957 et réponse du Préfet de l’Ain, 13 décembre 1957, Archives Départementales de l’Ain (ADA), 777W13.

22 Millet (Nicole), « Le camp de Thol de 1939 à nos jours », Bulletin municipal de Neuville-sur-Ain, n°8, 1998 ; Rousset (Antoine), « 1940-1997, Cinquante sept ans de la Vie d’un camp », Le Progrès, 20/11/1997.

23 Bernardot (Marc), « Être interné au Larzac. La politique d’assignation à résidence surveillée pendant la guerre d’Algérie (1958-1962), Politix, n°69, 2005.

24 Correspondances entre le Préfet de l’Ain, le Préfet de la VIIIe Région et le Ministère de l’Intérieur, ADA, 777W13.

25 Renseignements collectés dans les rapports de visite du CIMADE, dans la correspondance des Conseillers Techniques (ADR, 248W140), dans les notes et rapports des RG et les archives de la préfecture (ADA 306W14 et 777W13).

26 Rapport de visite du camp de Vadenay, 10 et 11 décembre 1957, conservé par le cabinet du préfet-IGAME du Rhône, ADR, 248W140.

27 Il semblerait cependant que le camp ait commencé à accueillir les premiers assignés le 23 novembre 1958 puisque c’est la date d’ouverture que déclare le directeur du camp déclare aux équipiers de la CIMADE qui effectuent leur première visite le 4 février 1959, Archives du CIMADE.

28 Liste du personnel, 1 septembre 1959, ADA, 306W14.

29 Rapport de la CIMADE, 15 septembre 1959, et Note du CIMADE, 21 septembre 1959, Rapport de visite du 20 octobre 1959, Archives de la CIMADE.

30 Note de service de la direction de la sûreté au service des RG de l’Ain, ADA, 306W14.

31 Rapport du CIMADE, 15 juillet 1959, Archives du CIMADE, Archives des RG, mai 1959, ADA, 306W14.

32 Rapports bimensuels des RG, 16 juin, 1er juillet, 16 juillet 1959, ADA, 306W14.

33 Archives des RG, Personnel du CARS, septembre 1959 et janvier 1961, ADA, 306W14.

34 Circulaires du Ministère de l’Intérieur aux IGAME, Préfets, directeurs de CARS, CT-AES, 12 janvier 1960, ADR, 248W140.

35 Lettre du Ministère de l’Intérieur au Préfet-IGAME du Rhône, cabinet des affaires musulmanes, 6 décembre 1958, ADR, 248W40.

36 House (Jim), « Contrôle, encadrement, surveillance et répression des migrations coloniales : une décolonisation difficile (1956-1970) », Bulletin de l’IHTP, n°83, juin 2004.

37 Viet (Vincent), Histoire des Français venus d’ailleurs, Paris, Perrin, Tempus, 2004, p. 185-187. Barros (Françoise de), « Contours d'un réseau administratif “algérien” et construction d'une compétence en “affaires musulmanes” : les conseillers techniques pour les affaires musulmanes en métropole (1952-1965) », Politix, n°76, 2006.

38 L’immigration nord-africaine dans le Rhône, Répertoire des Archives du Rhône, 1997 et Wakim (Elie Nabil), La politique de contrôle des travailleurs algériens à Lyon (1954-1964), université Lyon 2, mémoire de maîtrise dirigé par Sylvie Schweitzer, 2003.

39 Diverses correspondances entre le conseiller technique et le conseiller social, les préfectures de l’Ain et du Rhône et le Ministère de l’Intérieur, décembre 1958-février 1959, ADR, 248W140.

40 Diverses correspondances entre le conseiller technique et le conseiller social, les préfectures de l’Ain et du Rhône et le Ministère de l’Intérieur, décembre 1958-février 1959, ADR, 248W140.

41 Note du directeur de la Sûreté Nationale à propos du rôle des CT dans les CARS, 4 juin 1959 ; Lettre du CT au directeur du Centre, 23 février 1959, ADR, 248W140.

42 Lettre du Ministère de l’Intérieur, Affaires musulmanes au Préfet du Rhône, 3 septembre 1959, ADR, 248W140.

43 Circulaires du Ministère de l’Intérieur aux IGAME, Préfets, directeurs de CARS, CT-AES, 12 janvier 1960, ADR, 248W140.

44 Lettre de G.M, CT au Préfet du Rhône, 4 novembre 1959, ADR, 248W140.

45 Courrier de M.P, CTAM au CARS de Thol au ministère de l’Intérieur SAMAS, 12 novembre 1959, ADR, 248W140.

46 Idée confirmée par tous les rapports mensuels du CT au Ministère de l’Intérieur de décembre 1959 à décembre 1960, ADR, 248W140 et Rapport de la CIMADE après une visite effectuée à Thol les 7 et 8 décembre 1959, Archives de la CIMADE.

47 Extrait cité dans le rapport mensuel des RG, février 1960, ADA, 306W14.

48 Courrier du ministère de l’Intérieur aux IGAME, 28 novembre 1960, , ADR, 248W140.

49 Note de C.M. relative à l’action sociale en faveur des hébergés au CARS de Thol, 4 février 1959, ADR, 240W140 et Rapport de visite de la CIMADE, 23 et 24 avril 1959, Archives de la CIMADE.

50 Rapports de visite des équipiers de la CIMADE de 1959 à 1960, Archives de la CIMADE.

51 Notices individuelles d’internement administratif, ADR, 703W2.

52 Rapport de visite du CARS de Thol par les équipiers de la CIMADE, 7 août 1959, Archive de la Cimade, confirmé par les rapports ultérieurs des CT.

53 Bernardot (Marc), « Entre répression policière et prise en charge sanitaire et sociale : le cas du CAR du Larzac (1957-1963), in Branche (Raphaëlle), Pathé (Anne-Marie) et Thénaud (Sylvie), Répression, contrôle et encadrement dans le monde colonial au XXe siècle, Bulletin de l’IHTP, n°83, 2004. Malgré de complexes échanges d’assignés d’un centre à l’autre, en particulier durant l'été 1959, de nombreux jeunes sont demeurés au camp du Larzac.

54 Enquête réalisée par le CT-SAES pour le SAM-AS, 27 février 1960, ADR, 703W140.

55 Règlement du camp, 1er décembre 1958, ADR, 248W140 et compte-rendu de visite des équipiers de la CIMADE, 23-24 avril 1959, Archives de la CIMADE.

56 Note des RG, 23 mai 1959, ADA, 306W14.

57 Rapport de visite du CARS de Thol par les équipiers de la CIMADE, 7 août 1959, Archive de la CIMADE

58 Bellanger (Hélène), « Surveillants et détenus politiques », Criminocorpus carnet de l’histoire de la justice des crimes et des peines, 2009.

59 Rapports de visite des équipiers de la CIMADE, automne 1959, rapports mensuels du CT du CARS, ADR, 248W140, notes et rapports des RG 1959-1960, ADA, 306W14.

60 Rapport des RG, 17 août 1959, ADA, 306W14.

61 Note des RG, 29 juillet 1959, ADA, 306W14.

62 Note des RG, 23 mai 1959, ADA, 306W14.

63 Note des RG sur l’organisation politico-policière à l’intérieur du CARS de Thol, 20 juillet 1960, ADA, 306W14.

64 Note des RG, 6 janvier 1960, ADA, 306W14.

65 Rapport des RG, 29 juillet 1959, ADA, 306W14.

66 Note des RG non datée sur la police FLN du camp, ADA, 306W14.

67 Note de RG, 20 octobre 1959, ADA, 306W14.

68 Sur l'idée d'un contre-État FLN : Meynier (Gilbert), Histoire intérieure du FLN (1954-1962), Paris, Fayard, 2002. Sur la guerre dans les camps : Marcy (Jean-Philippe), « Le camp du Larzac, 1959-1962, entre une politique répressive et le pouvoir du FLN » et sur l'organisation du FLN dans les lieux de captivité : Amiri (Linda), « Du point de vue du FLN : les comités de détention dans l'organisation administrative de sa Fédération de France », Matériaux pour l'histoire de notre temps, n°92, octobre-décembre 2008. À noter que des contre-institutions très semblables se retrouvent au CARS du Larzac.

69 Rapport des RG, 1er mars 1960, ADA, 306W14.

70 Lettre du CT. SAES au Service des affaires musulmanes, ADR, 248W140.

71 Rapport de visite des équipiers de la CIMADE du 4 février 1959 et du 11 mars 1959, Note de RG, 29 juillet et 17 août 1959 ADA, 306W14.

72 Rapport hebdomadaire du FLN saisi lors d’une fouille, 14 septembre 1960 et Rapport du CT. SAES de Thol sur l’activité du mois de juillet, 30 juillet 1960, ADR, 248W140.

73 Lettre adressée par les assignés de Thol au ministre de l’Intérieur, 1er décembre 1959, ADA, 306W14.

74 Rapport du CT. SAES au SAM-AS, 4 octobre 1960, ADR, 248W140 et Rapport des équipers de la CIMADE, 23-24 avril 1959, Archives de la CIMADE ; Diverses notes des RG de 1959 à 1960, ADA, 306W14.

75 Rapport du CT. SAES au SAM, 2 janvier 1961, ADR, 248W140.

76 Rapport du CT. SAES au SAM, 2 juin 1960, ADR, 248W140.

77 Rapport du CT. SAES au SAM, 5 mai 1960, ADR, 248W140.

78 Note à l’attention du Ministre de l’Intérieur sur les CARS, 15 décembre 1959, ADA, 777W12.

79 Note de la CIMADE adressée au Ministère de l’Intérieur, 21 septembre 1959, Archives de la CIMADE.

80 Divers rapports de visite des équipiers de la CIMADE, année 1959, Archives de la CIMADE.

81 Rapport de visite de la CIMADE, 20 octobre 1959, Archives de la CIMADE.

82 Rapport de visite de la CIMADE, 11 mars 1959, Archives de la CIMADE.

83 Rapports de visite de la CIMADE : 16 juillet 1959, 4 février 1959, 11 mars 1959, Archives de la CIMADE.

84 Note des RG, 29 juillet 1959, ADA, 306W14.

85 Bernardot (Marc), « Entre répression policière et prise en charge sanitaire et sociale : le cas du CARS du Larzac (1957-1963), in Branche (Raphaëlle), Pathé (Anne-Marie) et Thénaud (Sylvie), Répression, contrôle et encadrement dans le monde colonial au XXe siècle, Bulletin de l’IHTP, n°83, 2004.

86 Fichier nominatif des assignés, ADA, 761W54-57.

87 « Barbelés pour 700 suspects : c’est le camp de Thol à Neuville-sur-Ain », Le Patriote Dimanche, 7 décembre 1958, ADA, 306W14.

88 Lettre du Préfet de l’Ain au colonel du Génie chargé de préparer le centre, 29 novembre 1958, ADA, 777W13.

89 Millet (Nicole), « Le camp de Thol de 1939 à nos jours », Bulletin municipal de Neuville-sur-Ain, n°8, 1998.

90 Rapport du CT au SAM, 5 mai 1960, ADR, 248W140.

91 Rapport de visite de la CIMADE, 20 octobre 1959, Archives de la CIMADE.

92 Justification et Programme de la Manifestation envoyés à la CIMADE le 30 mars 1960, Archives de la CIMADE.

93 Le Dauphiné Libéré, 11 avril 1960. Le Progrès, 12 avril 1960.

94 Le Monde, 10 avril et 12 avril 1960.

95 Voix de l’Ain, 15 avril 1960.

96 Sur l'ACNV : Pyronnet (Joseph ), Résistances non-violentes, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 79-84 ; site « Réfractaires non-violents à la guerre d’Algérie », assez brouillon, mais relatant quelques faits quant aux protestations organisées contre l’internement administratif ; Quemeneur (Tramor), « L'ACNV (Action civique non-violente) et la lutte contre les camps », Matériaux pour l'histoire de notre temps, n°92, octobre-décembre 2008.

97 ADA, 777W70. Le Monde, 27 mai et 8 juin 1961.

98 Le Monde, 27 mai 1961.

99 Le Monde 27 et 31 mai 1961.

100 Le Monde, 8 juin 1961.

101 Lavrut (Didier), « Saint-Maurice-L'Ardoise en 1962 : un camp pour activistes » in Branche (Raphaëlle) et Thénault (Sylvie), La France en guerre 1954-1962, Paris, Autrement, 2008.

102 ADA, 777W68

103 Les militants FLN emprisonnés obtiennent un régime de détention spécial du Garde des Sceaux Edmond Michelet en août 1959 après une longue grève de la faim. Ce régime leur permet, entre autres, de circuler plus librement dans la prison. Hélène Bellanger, « Surveillants et détenus politiques », Criminocorpus carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des peines, 2009.

104 ADA, 777W69.

105 Idem.

106 Idem.

107 ADA, 777W68 et 69

108 Perrault (Gilles), « J'ai visité une république FLN », Le Nouveau Candide, 22 mars-29 mars 1962. Cet article suscite l'émoi d'un député de la majorité qui adresse une question au ministre de la justice, «  31 mars 1962. — M. Ernest Denis expose à M. le ministre de la justice que l'hebdomadaire Le Nouveau Candide (n° 47) venait de publier un reportage dont la réalité dépasse la fiction sur les Internés F.L.N. au camp de Thol », Journal Officiel, 4 mai 1962. L'usage du mot « internés » par un député témoigne de la confusion ambiante entre emprisonnement et assignation à résidence surveillée à la fin de la guerre d'indépendance algérienne.

109 ADA, 77W69.

110 Hélène Bellanger, op.cit.

111 Hélène Bellanger, « Vos prisons sont des passoires », Criminocorpus carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des peines, 2009.

112 ADA, 777W69.

113 Circulaire du 9 avril 1962.

114 Pour des photographies : http://encyclopedie-afn.org/index.php/ALGERIE_POLITIQUE_O.A.S._CAMP_DE_THOL_PHOTOS

115 Bernardot (Marc), Camps d'étrangers, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant, 2008.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie aérienne du camp de Thol
Crédits Archives du Cabinet du Préfet de l’Ain, AD de l’Ain, 777W13
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2676/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Plan du camp de Thol (1959)
Crédits Archives du Cabinet du Préfet de l’Ain, AD de l’Ain, 777W13
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2676/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arthur Grosjean, « Internement, emprisonnement et guerre d’indépendance algérienne en métropole : l’exemple du camp de Thol (1958-1965) », Criminocorpus [En ligne], Justice et détention politique, Répressions politiques en situation de guerre, mis en ligne le 10 mars 2014, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/2676

Haut de page

Auteur

Arthur Grosjean

Arthur Grosjean est professeur d’histoire-géographie au lycée de la Plaine-de-l’Ain à Ambérieu-en-Bugey. Il a été le correspondant du Rhône et de l’Ain de l’Institut d’Histoire du Temps Présent pour l’ouvrage collectif dirigé par Raphaëlle Branche et Sylvie Thénault La France en guerre, expériences métropolitaines de la guerre d’indépendance algérienne. Il poursuit actuellement des recherches sur la répression et la justice pendant la guerre d'Algérie.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page