Navigation – Plan du site

Alain Denizet, L’affaire Brierre. Un crime insensé à la Belle Époque

Paris, Les éditions de la Bisquine, coll. « Une vie, une époque », 2015, 317 p., préface d’Alain Corbin.
Frédéric Chauvaud
Référence(s) :

Alain Denizet, L’affaire Brierre. Un crime insensé à la Belle Époque, Paris, Les éditions de la Bisquine, coll. « Une vie, une époque », 2015, 317 p., préface d’Alain Corbin.

Texte intégral

1Dans les années « Trente » un éditeur lança une collection, qui comprendra plus d’une vingtaine de titres, consacrée à des faits divers célèbres. Chaque volume avait le format d’un magazine et disposait d’une trentaine de pages. L’affaire Brierre, publiée en 1932, porte le numéro 24 et s’intitule Le massacre des innocents. Figure criminelle beauceronne, Brierre rejoint ainsi au panthéon du crime, du moins pour les lecteurs de l’entre-deux-guerres, Marie Lafarge, Prado, Pranzini le docteur Bougrat et quelques autres premiers couteaux. Alain Denizet, dans un livre alerte et bien renseigné, ne s’est pas intéressé à la mémoire du crime, mais a effectué une plongée dans les archives pour saisir cette affaire criminelle entre 1900 et 1914. L’auteur s’était fait connaître en 2007 avec Au cœur de la Beauce, enquête sur un paysan sans histoire, 1798-1854, en reprenant la démarche d’Alain Corbin qui avait signé en 1998 Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot, sur les traces d’un inconnu, 1798-1876. Très bon connaisseur de la Beauce à laquelle Jean-Claude Farcy avait consacré sa thèse d’État publiée en 1989 et récemment un livre sur L’affaire Poirier (2013), Alain Denizet était sans doute le mieux à même de mener l’enquête sur l’affaire Brierre. C’est au détour d’une lecture du Messager de la Beauce et du Perche, périodique catholique, qu’il découvrit le drame qui avait endeuillé la petite commune de Corancez, à proximité de Chartres. Dans la nuit du 21 avril 1901, les cadavres ensanglantés de cinq enfants, cinq frères et sœurs, âgés de 4 à 15 ans sont découverts. Ils ont été assassinés. Leur père est retrouvé, étendu sur le dos, couché le long de la route du sang sur le visage et les vêtements. Veuf depuis 1898, il élevait seul ses enfants. Seule Germaine, sa fille âgée de 14 ans, a survécu, elle était à Paris, placée dans une boutique de confiserie tenue par la sœur de Brierre. L’autopsie révèle que la mort a été provoquée par un instrument contondant relativement lourd qui a broyé les crânes. Interrogé, Brierre, lui-même blessé, déclare avoir été attaqué par deux individus. Le docteur Dudefoy diligenté par la justice examine les blessures, les traces de sang mais aussi de petites taches noirâtres sur la main de Brierre. De l’argent a disparu, tout d’abord une somme de près de 1600 francs puis une autre de l’ordre de 800 francs. Le vol peut donc être le mobile du crime et les autorités procèdent à une rafle de vagabonds. Les journalistes, ceux de la presse à grand tirage mais aussi d’opinion, sont alertés, leurs envoyés se rendent sur place et procèdent à l’examen attentif des lieux. Le juge d’instruction et le procureur de la République sont convaincus que finalement le coupable n’est pas à rechercher dans les chemins creux ou sur les routes, ce n’est autre que le père lui-même : un assassin dénaturé. Arrêté, il est conduit à la prison de Chartes. À partir de ces premiers constats, largement relayés par la presse, tant régionale que nationale, Alain Denizet reprend le dossier. Il s’interroge, comme les contemporains, sur le mobile mais aussi sur la construction médiatique de l’affaire. Pour mieux la comprendre, il remonte le temps et s’attache à la vie quotidienne d’avant le crime de Brierre, il suit ses enfants, entreprend le « récit des derniers jours ». Pour aller plus loin il procède à « l’autopsie d’une famille ordinaire », les liens de parenté, les sentiments, le trépas de l’épouse, la paternité. Il donne également un portrait social et professionnel de celui que l’on pouvait considérer comme un « entrepreneur de petite aisance ». Reste alors à restituer l’instruction, avec ses longueurs, ses pistes, ses indices, ses témoins, ses expertises. La personnalité de Brierre reste insaisissable, il dénonce un complot tandis que la presse essaye de cerner sa personnalité et que l’opinion publique a trouvé le responsable du drame affreux. Aussi, lorsque s’ouvre le procès l’accusé est déjà condamné. Alain Denizet suit les audiences criminelles, s’interroge sur la perception des débats et du verdict, s’arrête sur la question de l’erreur judicaire possible, qui taraude depuis les premières années de la IIIe République nombre d’acteurs de la vie judiciaire et d’observateurs de la démocratie. Nul doute que cette question a pesé. L’auteur consacre un chapitre entier à la comparaison avec l’affaire Dreyfus. Plusieurs périodiques franchissent le pas mais peut-être faudrait-il relativiser davantage cette dimension ? Le contexte bien sûr s’y prête, l’analogie vient spontanément à l’esprit des journalistes et se retrouve sous la plume des chroniqueurs, mais il n’est pas forcément aisé de démêler ce qui relève de l’effet de source, de la facilité d’écriture pour faire part de son indignation et de la conviction que l’affaire Brierre est du même registre que celle qui conduisit Alfred Dreyfus à passer quatre ans dans l’île du Diable. Un dernier chapitre, bien renseigné, aborde l’existence de Brierre au bagne, affecté comme infirmier sur l’île Royale, l’une des trois îles du Salut où il mourut en mars 1910.

2L’intérêt de cette affaire fut d’abord de provoquer une sorte d’onde de choc dans la presse nationale mais aussi internationale. De la sorte, il est possible de distinguer plusieurs campagnes de presse, dont la dernière se manifeste en 1909 pour demander soit la grâce soit la révision. Son intérêt réside encore dans le fait, comme l’écrivait jadis Louis Chevalier, à propos des faits divers, qu’elle constitue toujours une énigme et peut donner lieu à plusieurs lectures et hypothèses. Ici nous voudrions suggérer deux pistes : ne serait-il pas possible de prétendre que l’affaire Brierre est une affaire Lombardi inversée ? Michel Porret a consacré plusieurs articles à cette dernière, brossant le portrait d’une mère qui avait tué ses propres enfants. Les Archives de l’Anthropologie criminelle d’Alexandre Lacassagne s’en était saisies, classant d’ailleurs en 1909 Brierre parmi les « assassins de grande allure ». La seconde permet peut-être de mieux comprendre l’impact du crime de Corancez et réside dans le vaste mouvement qui depuis les années 1880 entend à la fois prendre la défense des enfants maltraités et sanctionner les parents. La grande enquête menée dans le ressort des cours d’appel en 1891, étudiée par Jean-Jacques Yvorel, puis la loi de 1898 ont préparé l’opinion publique, rendant plus insupportables encore les exactions et les crimes commis contre les enfants.

3Alain Denizet exhume cette affaire en lui redonnant le retentissement qu’elle avait suscité avant la Grande Guerre, permettant ainsi de mieux comprendre la perception des paysans et le traitement d’une affaire à l’heure de la civilisation du journal triomphante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Chauvaud, « Alain Denizet, L’affaire Brierre. Un crime insensé à la Belle Époque », Criminocorpus [En ligne], 2015, mis en ligne le 18 septembre 2015, consulté le 26 juin 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/3013

Haut de page

Auteur

Frédéric Chauvaud

Frédéric Chauvaud est professeur d'histoire contemporaine à l'université de Poitiers, responsable de l'axe " Sociétés conflictuelles" du Criham (EA: 4270). Il est spécialiste de la violence, du corps brutalisé et de la Justice. Il a notamment publié ou dirigé Boucs émissaires. Têtes de Turcs et souffre-douleur (2012), Le droit de punir (2012), Clameur publique et émotions judiciaires (2014), Au voleur ! (2014).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page